Archives par mot-clé : darija

L’algérien entre identité nationale et stigmatisation sociale (Première partie)

https://www.google.it/search?q=la+darija+algerien&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwib0buJ1JHKAhUKXRQKHffmDAkQ_AUICCgC&biw=1126&bih=576#tbm=isch&tbs=rimg%3ACamrTvClP9BQIjjslNGBGOZ_1c5STYWsHR8BeNsUgJN-nDe3yboZzPCJr5em581UYDrnCMqqF0ZfkWYTnTXvuqSIlySoSCeyU0YEY5n9zEXyEJShcv8S9KhIJlJNhawdHwF4RhRPAzk4iJPsqEgk2xSAk36cN7RGNmjR5sZY88yoSCfJuhnM8ImvlEcbv2IxnwQmgKhIJ6bnzVRgOucIRrG5ec8nA6LwqEgkyqoXRl-RZhBEZBUP6ijzFAioSCedNe-6pIiXJEUSrYkNMIKAu&q=la%20darija%20algerien&imgrc=qatO8KU_0FCTNM%3A
https://www.google.it/search?q=la+darija+algerien&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwib0buJ1JHKAhUKXRQKHffmDAkQ_AUICCgC&biw=1126&bih=576#tbm=isch&tbs=rimg%3ACamrTvClP9BQIjjslNGBGOZ_1c5STYWsHR8BeNsUgJN-nDe3yboZzPCJr5em581UYDrnCMqqF0ZfkWYTnTXvuqSIlySoSCeyU0YEY5n9zEXyEJShcv8S9KhIJlJNhawdHwF4RhRPAzk4iJPsqEgk2xSAk36cN7RGNmjR5sZY88yoSCfJuhnM8ImvlEcbv2IxnwQmgKhIJ6bnzVRgOucIRrG5ec8nA6LwqEgkyqoXRl-RZhBEZBUP6ijzFAioSCedNe-6pIiXJEUSrYkNMIKAu&q=la%20darija%20algerien&imgrc=qatO8KU_0FCTNM%3A

Par sa richesse et à la fois sa complexité, la situation sociolinguistique en Algérie a toujours été au coeur des préoccupations intellectuelle et scientifique. Entre tabou, prégnance et vicissitude, l’Algérie comme la plupart des pays arabophones, vit sur une large palette de registres linguistiques qui distingue des langue écrites et des langues parlées. Dans cette zone privilégiée de l’Afrique du nord qui balance entre une langue officielle; une langue nationale, des dialectes et maintes variétés régionales, le plurilinguisme est une tradition.

La réflexion sur les langues, sur leurs statuts et les enjeux liés à leurs dénominations /reconnaissance ont depuis l’indépendance du pays, été pris dans l’étau des idéologies souvent contraires, qui animent diverses sensibilités politiques et universitaires.

En fait, l’histoire du pays ne commença vraiment qu’avec l’occupation française où la greffe française et la greffe arabe ont du coexister et se concurrencer, pendant longtemps, sans que l’une réussis à bannir l’autre. Toutefois, dès 1949,  l’idéologie nationaliste impose une définition identitaire exclusivement arabo-islamique, au  détriment et au mépris d’une réalité culturelle et sociolinguistique plurielle. Entre autres, l’algérien et ses dérivés ont été désormais présentées comme des éléments de désintégration de la nation algérienne donc, d’une nation arabe et islamique tout autant unie qu’à unifier. En effet, l’idéologie officielle avait même réussit à convaincre de l’adoption d’une loi généralisant l’emploi de la langue arabe dans toutes les institutions et ce, à partir du 5 juillet 1998 quoique son application a été reportée sine die, car il était peu réaliste d’éradiquer aussi hardiment tout recours au français.

Toutefois, l’arabe fut à tort la langue maternelle d’un peuple qui ne l’utilisait point. Faisant, ainsi, abstraction des langues minoritaire et majoritaire qui dominaient à l’époque; à savoir, le berbère et le parler algérien. Il n’est, donc, pas sans intérêt de penser que cette distorsion est à l’origine d’un constat d’échec scolaire qui s’avère nettement plus élevé d’une année à une autre. En effet, le rejet de la langue maternelle et l’adoption hâtive de l’arabe littéraire creuse un fossé entre l’apprenant et son acquisition.

En outre, la langue arabe ne se restreint pas au statut de langue nationale mais se trouve être le vecteur de tout enseignement, donc elle tient une place particulière et importante dans le système scolaire algérien du fait que c’est par elle-même que passent tous les enseignements. Or l’incompétence constatée à son sujet entraine, d’emblée, des répercussions considérables sur les autres disciplines dispensées, notamment les matières scientifiques et les mathématiques.

Soucieux et fort inquiets du devenir des générations présentes et futures, et suite à des recommandations de spécialistes, la ministre de l’Éducation Nationale Nouria Benghebrit suggère lors d’une conférence nationale sur l’évaluation de l’école, l’introduction du parler algérien dans l’initiation scolaire. Cette décision n’a pas été sans conséquences, bien au contraire, elle s’est fortement heurtée aux critiques des courants islamistes qui s’y sont opposés au nom du caractère sacré de l’arabe, la langue du Coran.

En effet, ces mêmes conservateurs qui voudraient que l’arabe littéral, langue du Coran, soit doté d’un statut hégémonique, réduisent le français au rang de langue étrangère donnant ainsi l’exclusivité qu’à l’idiome divin qu’est l’arabe.

L’objectif de la didactique étant de diagnostiquer, pertinemment, les problèmes et de préconiser les remédiations qui s’imposent pour permettre à l’enseignement d’optimiser les processus d’apprentissage des langues étrangères et considérant, surtout, que les  questions linguistico-identitaires sont innervées du poids de l’idéologie, j’en veux pour preuve le manque d’argumentation et de travaux critiques sur la didactisation de ce phénomène qui a été très peu étudié, vu la franche hostilité à laquelle il a du faire face.

Il s’agit d’une volonté d’articuler une réflexion didactique engagée dans un processus de remise en question d’un mythe linguistique nationale, en réfutant tout dogmatisme.

Aujourd’hui, nombreuses sont les recherches en didactique qui s’inscrivent, dans une orientation prenant en charge le plurilinguisme global comme partie prenante de toute opération didactique (Apprentissage/enseignement). C’est pourquoi j’estime que dans le cas de la situation sociolinguistique de l’Algérie, il est fort judicieux et d’une importance primordiale de se poser les questions suivantes : comment tirer profit des langues parlées en Algérie à des fin didactiques au lieu d’aller à leur encontre ? ou alors exploiter les langues premières des apprenants dans l’apprentissage des langues étrangères ? En somme, comment concilier l’enseignement et la langue maternelle tant réfutée dans le cas de l’Algérie ?

Pour répondre à ces questions, il me semble qu’il faudrait, d’abord, penser à réconcilier  l’algérien avec lui-même car si nous devions tenir compte des langues premières en situation d’apprentissage faudrait-il que celles-ci ne soient pas perçues négativement par les institutions éducatives et ses locuteurs-mêmes.

Il n’est, donc, pas sans intérêt de souligner que ces idéologues font de l’algérianité et l’arabité ou l’islamité une stricte dichotomie. C’est pourquoi le fait qu’une simple recommandation de spécialistes réunis en atelier thématique et non une décision ministérielle suscite une levée de boucliers ne devrait point étonner. Il semblerait même qu’il fallait empêcher les scientifiques de s’acquitter de leur devoir.

Pour ma part, j’estime qu’il convient, avant tout, de remettre en cause deux notions empruntées à la psychologie sociale. Les attitudes adoptées à l’égard de ce parler et les représentations dont il est victime se trouvent régir fortement sa condition aujourd’hui.

Les dialectes maghrébins en général et l’algérien en particulier sont victimes de dépréciation linguistique. Cette altérité est doublée par le caractère oral auquel il se réduit.

En effet, la stigmatisation sociale s’opère nûment par le biais de la langue et se réduit tout naturellement à son oralité qui se présente comme une tare, toujours mise en contraste avec la langue littéraire synonyme de pureté et de clarté.

Par ailleurs, si l’on considère que la promotion d’un dialecte comme langue peut s’exécuter au moment où l’on donne une identité graphique à un système linguistique oral, nous pouvons constater que la consécration de l’algérien commence à se mettre en place. Les réseaux sociaux ne sont pas en reste avec diverses initiatives de valorisation du patrimoine vernaculaire, dont d’ambitieuses entreprises. La compagnie de téléphonie mobile a en effet bien compris le filon que représente la communication dans cette langue et l’impact que cela peut avoir sur une population en quête de son algérianité, ayant enfin l’impression que l’on s’adresse à elle avec ses propres mots.

Outre la politique d’arabisation , la langue arabe est vue comme un idiome divin dont l’éminence est incontestable. En effet, le texte sacré lui confère la stabilité, l’unicité et la permanence. Ce sont des atouts qui s’opposent au pluralisme des sociétés panarabes.

Fondée en 1931, « l’Association des Oulémas musulmans algériens » reprend à son compte la formule d’Abdelhamid Ben Badis, figure emblématique du mouvement réformiste musulman en Algérie : « L’Islam est notre religion, l’arabe notre langue, l’Algérie notre pays. » Il affirme également la conception élitiste de la langue arabe : 

« Le langage utilisé par les  »langues au marché », sur les chemins et tous autres lieux populaires fréquentés par la masse ne peut pas être confondu avec le langage des plumes et du papier, des cahiers et des études, bref d’une élite. »

À suivre…

 

Bibliographie 

  • La situation sociolinguistique de l’Algérie.Pratiques plurilingues et variétés à l’oeuvre. Ibtissem Chachou; L’HARMATTAN, 2013
  • La langue maternelle en classe de langue étrangère Véronique Castellotti CLE internationale Collection dirigée par Robert Galisson

Webographie

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook