Archives par mot-clé : culture

Où trouver de jolis livres, la suite.

Je n’avais pas eu le temps de vous donner ma seconde idée pour trouver de jolis livres à tout petits prix : ce sont les vide-grenier du dimanche ! C’est fou ce que les livres y sont peu chers ! Et souvent dans un état neuf et dans de belles collections. C’est aussi l’occasion de discuter avec les gens qui les vendent et qui sont souvent bien sympathiques. Particulièrement pour les albums pour enfants… certains parents en reçoivent tellement en cadeau qu’ils n’ont même pas le temps de les lire à leurs enfants et qu’on les retrouve neufs sur les stands pour moins d’un euro. Tous les vide-grenier ne se ressemblent pas, on est parfois déçu, mais certains sont vraiment conviviaux. Il y a aussi une saison pour les vide-grenier : on y est ! Quand j’habitais dans le Nord, on appelait ça « les bradoches » et les gens qui y vendaient leurs affaires « les bradeux » ! Evidemment, on connaît surtout la « grande braderie de Lille », qui se déroule le premier week-end de septembre, mais il y en avait partout dans les petits villages alentour, c’est vraiment une tradition là-bas. Voici le lien d’un site qui vous permet de savoir où trouver un vide-grenier dans Paris.

https://vide-greniers.org/75-Paris

J’ai mis le lien pour Paris, mais si vous avez envie de sortir de la capital, le site répertorie tous les vide-grenier de toutes les régions. Il est fréquent de marchander sur un vide-grenier, mais il faut rester raisonnable. Moi je fais comme cela : je demande le prix et s’il me convient, je ne marchande pas ; mais s’il me semble trop élevé, je ne réponds pas, mais je regarde mieux : est-ce que je veux vraiment cet objet ou non ? En général, quand le vendeur voit qu’on hésite, s’il a prévu de baisser le prix, il va proposer lui-même un autre prix. Mais on peut aussi proposer soi-même, si on le sent ouvert à la négociation. On perçoit assez facilement, je crois, qui sont les vendeurs qui veulent vraiment gagner de l’argent en vendant leurs affaires (et qui ne veulent pas marchander) et quels sont ceux qui veulent plutôt passer un moment agréable en se débarrassant de choses qu’ils n’utilisent pas. On fait plutôt de bonnes affaires avec la seconde catégorie !

Un bel endroit pour découvrir de beaux livres


Plusieurs étudiants étrangers m’avaient fait part, au premier semestre, de leur envie de découvrir des auteurs francophones ou des albums illustrés, mais de leur difficulté à faire leur choix. Et du prix des ouvrages, même dans les librairies qui proposent des occasions. Alors j’ai pensé à deux pistes. Tout d’abord, l’extraordinaire médiathèque Françoise Sagan, dont M. Martin nous avait d’ailleurs parlé dans son cours sur les albums. J’ai suivi un cycle de conférences sur l’histoire de l’illustration, le samedi matin, dont une des séances s’est déroulée dans ce lieu. Ces conférences avaient pour but de présenter l’histoire du livre illustré, des enluminures médiévales jusqu’à nos jours. Nous avons abordé cette problématique sous l’angle des auteurs/illustrateurs, des éditeurs, mais aussi des lecteurs. Or, la création d’une bibliothèque entièrement consacrée aux enfants et aux livres illustrés a marqué, en 1924, l’histoire de la lecture. A cette époque, la bibliothèque s’appelait « La bibliothèque de l’heure joyeuse » et elle se trouvait dans le 5e arrondissement. Son fonds patrimonial est remarquable, avec des livres illustrés anciens datant du 16e siècle, des originaux, des ouvrages rares auxquels les enfants et les adultes peuvent encore avoir accès. L’idée est de faire vivre les ressources et de mettre à disposition du lecteur, même celles qui sont les plus rares. En 2004, les livres ont tous été regroupés dans la médiathèque Françoise Sagan, dans le 9e arrondissement. C’est un ancien hôpital qui a été restauré, l’endroit est vraiment magnifique, très lumineux, avec une jolie cour plantée de palmiers. Nous avons même pu monter sur le toit terrasse qui va bientôt être aménagé et ouvert au public. Il y a régulièrement des animations et des expositions, les documentalistes sont extrêmement serviables et si vous voulez emprunter des livres, des disques, des films, il suffit de se faire faire une carte, c’est rapide et gratuit. Si vous voulez travailler au calme, c’est aussi possible.

http://equipement.paris.fr/mediatheque-francoise-sagan-8695

Quant à ma seconde piste, je vais vous la donner dans un autre billet.

L’écriture inclusive

En lisant le billet de Magali transformée en Alice au premier rang d’une pré-soutenance, j’ai évidemment beaucoup ri, mais aussi remarqué qu’elle maîtrisait « l’écriture inclusive ». Qu’est-ce donc ? Eh bien, voici justement un lien explicatif plein d’humour et très documenté vers un blog que j’ai découvert récemment dans le cadre d’un cours sur l’illustration (dont il faut que je vous parle dans un prochain billet).

http://dessinssansgluten.com/?page_id=770

Qu’en pensez-vous ? Pour ou contre l’écriture inclusive ? Et pour ceux.celles qui parlent une autre langue que le français, est-ce que cela se pratique aussi dans votre langue ?  Et le lien entre l’écriture et la parole ?

Un autre point si vous explorez le blog, il est très intéressant parce que l’autrice est une grande voyageuse… notamment en Chine.

#SaveTheDate: Festival de la BnF !

La Bibliothèque nationale de France vous invite les 20 et 21 mai à venir célébrer la première édition de son Festival « Bibliothèque parlante »!

Cliquez sur ce lien pour accéder au programme complet:

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.festival_bnf.html?seance=1223926993460

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Les interactions entre la culture et l’apprentissage de la langue

Dans mon mémoire, je travaille sur la littérature française, j’ai fait une enquête avec les apprenants chinois, j’ai découvert qu’ils ont beaucoup d’attentes différentes sur le fait littéraire. Parmi eux, 85.7% apprenants veulent connaître la culture française à travers la lecture des œuvres littéraire française, afin de favoriser leurs apprentissages du français. Donc, je m’intéresse aux relations entre la culture et l’apprentissage de la langue, pour que ensuite, nous puissions proposer des activités pédagogiques sur la littérature en s’adaptant les attendes des apprenants.

La culture embrasse un contenu très riche et varié, et la langue est aussi un système complexe et logique. Les deux se développent, s’échangent, apparaissent toujours en même temps dans notre vie. On pense logiquement qu’il y a d’étroites relations fonctionnelles entre un langue et la culture de ceux qui l’utilisent. Mais sur le plan anthropologique, selon Sapir (1967 : 42) on ne peut pas affirmer que les deux territoires ont un rapport complet et direct. Car « quoi qu’il en soit des autres types de comportement culturel, les formes du langage sont en tous lieux à la fois spontanées et nécessaires, à l’instar de toutes les productions artistiques. Les formes linguistiques n’ont aucun rapport avec les besoins culturels de la société où elles se manifestent, mais en tant que produits esthétiques, elles offrent une grande uniformité. » Ainsi, les formes du langage sont le résultat d’un système indépendant. Cependant, la langue et la culture sont malgré tout indissociables. Sapir affirme que les phénomènes linguistiques sont des phénomènes culturels, et les comportements linguistiques comme la parole, le langage écrit et l’écriture mathématique revêtent une dimension symbolique, « car les sons et les signes qu’on y utilise n’ont pas de sens en soi, mais seulement pour qui sait les interpréter en fonction de ce qu’ils représentent. » (Sapir, 1967 : 51). Globalement, on pense qu’une langue est un support et une représentation d’une culture. C’est aussi un phénomène social, avec une place spéciale. Elle est le résultat des grandes et nombreuses pratiques sociales respectant des conventions culturelles. Par conséquent, on peut dire que chaque langue peut traduire un phénomène culturel spécifique. C’est une des raisons pour laquelle on pense que la culture conditionne beaucoup les manières et les habitudes d’expression, mais quasiment pas les règles et la fonction de la langue. Ainsi, on se pose deux questions : « Comment la culture est-elle représentée par la langue ? », et « Comment la langue interprète-t-elle la culture ? »

Par rapport à l’enseignement du FLE, c’est dans les années 80 que l’on a commencé à établir progressivement un rapport entre la langue et la culture. (Louis, 2009 :52-54) Durant la première moitié des années 80, deux historiens Benadava (1982) et Galisson (1982) proposent que  « l’enseignement du FLE accorde enfin une grande place à la dimension socioculturelle de toute situation de communication. ». Galisson explique pourquoi il lui semble important de porter attention aux cultures en didactique des langues. Il évoque les travaux sur les pédagogies interculturelles initiées par le Conseil de l’Europe et il argumente en pointant les contextes d’apprenants et de société. Il parle des chocs culturels qui existent dans le contexte social de l’immigration. Dans les deux dernières décennies, les réflexions liées à l’enseignement et l’apprentissage de la culture sont en plein essor. Des théoriciens tels Besse (1993 :43) et Castellotti et De Carlo (1995 :82) se réfèrent à la pensée de Claude Levis-Strauss et analysent les relations entre langue et culture dans le domaine de l’ethnologie structurale. Selon Besse, « une langue peut être considérée, soit comme un produit de la culture ordinaire dans laquelle elle est en usage, soit comme une partie de cette culture, soit comme une condition de celle-ci. Elle en est le produit, en ce qu’une partie de son lexique reflète les réalités propres à la société où il est en usage. […] Une langue est une partie de la culture dans laquelle elle s’inscrit, parce qu’elle en constitue l’une de ses principales institutions sociales […]. Une langue, enfin, est condition de la culture qui lui correspond, parce que c’est surtout au moyen de la langue, que se transmet une culture de génération en génération […]. »

D’après Besse, on a perçu que ces deux thèses ne peuvent pas être séparées, même si l’on ne peut pas décider laquelle détermine l’autre, ou bien qu’une thèse en domine d’autres. On peut effectivement percevoir que, quelque fois, la langue conditionne et donc détermine la culture. En revanche si la langue est le produit de la culture, cela signifie que c’est celle-ci qui conditionne la langue. Il semble plus juste de se situer dans une position intermédiaire entre les deux idées.

En cours du FLE, l’enseignant envisage beaucoup de compétences différentes : la compétence linguistique, la compétence de communication, la compétence culturelle, etc. L’enseignant tente d’équilibrer les deux dans l’enseignement du FLE. Comment peut-on utiliser la langue pour introduire la culture, ou bien utiliser la culture pour vivifier la langue ? La langue et la culture sont-elles un but ou un outil ? En fait, d’après nos expériences, on découvre qu’il n’y a pas une unique façon de faire dans l’enseignement du FLE. Cela dépendra de la période d’apprentissage, selon l’objectif d’enseignement. Si la langue est à ce moment-là un but, la culture sera un outil opérationnel. Si l’objectif est culturel, la langue sera un support, une manière d’accomplir les tâches. Les deux se complètent. Dans l’apprentissage du FLE, la culture et la langue sont interdépendantes. Elles s’influencent l’une l’autre.

 

Bibliographie :

Benadava S. (1982), « De la civilisation à l’etho-communication », le français dans le monde : les voies de la communication interculturelle, N°170, p. 33-38.

Besse H. (1993), « Cultiver une identité plurielle », le français dans le monde, Paris, CLE, N°254, p.42-48.

Castelloti V. et De Carlo M. (1995), La Formation des enseignants de langue, Paris, CLÉ International.

Galisson R. et Alii (1982), D’autres voies pour la didactique des langues étrangères, Paris, Hatier-CRÉDIF.

Louise V. (2009), Interactions verbales et communication interculturelle en FLE : De la civilisation française à la compétence (inter)culturelle, Bruxelles, E.M.E.

Sapir E. (1967), Anthropologie 1 Culture et personnalité, Paris, Ed. de Minuit.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Festival des civilisations de l’Inalco: identités

Pour tous ceux qui font des recherches sur les relations entre la langue, la culture et les identités, la deuxième édition du festival des civilisations de l’Inalco peut vous donner des inspirations. Ce festival qui aura lieu du 25 au 31 mars 2017, « questionnera ces identités, personnelles, sociales ou collectives à travers des conférences, des débats, des projections, des créations artistiques et des spectacles vivants. ».

Parmi tous les programmes, je vous propose une lecture et aussi un débat s’intitulé « La poésie entre deux langues » organisé vendredi 31 mars 2017, surtout pour mes camarades qui travaillent sur la littérature et sur le plurilinguisme.

Pour tous les restes informations du programme, voici le lien du festival:  http://www.inalco.fr/actualite/festival-civilisations-identites

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Enseignement de la culture coréenne à Paris

En réfléchissant à mon sujet de mémoire, je suis revenue à la position d’un apprenant d’une langue étrangère devant le tableau, sur une chaise, dans la classe.

Quand j’étais une élève en langue française, j’étais toujours curieuse envers la culture française et je regardais des films français. Et je pensais que c’était une culture très intéressante et totalement différente de la mienne. Parfois, je me posais les questions suivantes: Pourquoi les Français disent toujours “Bonjour” aux gens inconnus dans la rue, dans le bus ou au marché? Pourquoi les Français se font la bise pour saluer? Pourquoi les gens se tutoient dans des émissions de télévision ou de radio? Pourquoi les Français se regardent dans les yeux quand ils trinquent? Les garçons français sont-ils vraiment romantiques à chaque moment?… En fait c’est la culture française qui m’a attirée et motivée à apprendre la langue, même si la grammaire m’a grandement fait souffrir.

Connaître la grammaire, le lexique et la syntaxe d’une langue permettent la communication. Cependant, on peut considérer que ce n’est certainement pas une communication parfaite. Pour communiquer et s’exprimer, la culture est une composante essentielle. La langue et la culture sont  donc indissociables dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. L’apprenant rencontre une culture différente de la sienne et accède aux éléments culturels en apprenant une langue étrangère.

Je donne actuellement des cours de coréen dans un institut coréen à Paris et je voudrais proposer des idées pour permettre d’enseigner aux apprenants de la langue coréenne des connaissances culturelles dans la classe de langue. Le but de l’enseignement de la culture est donc d’intégrer des éléments culturels en apprenant la langue coréenne qui y est associée et de communiquer dans des situations réelles. Par conséquent, les apprenants pourront arriver à élargir leur vision du monde. Cependant, l’objectif de l’enseignement du coréen risque d’être transformé en cours de culture si on fait prévaloir uniquement les éléments culturels sur ceux linguistiques. Dans le contexte actuel où les heures de cours ne sont pas suffisantes(par exemple, 2 heures par semaine) pour bien entraîner à la performance linguistique, les enseignants doivent réfléchir et considérer les méthodes.

L’enseignant est donc la personne qui initie à la nouvelle culture et favorise la mise en oeuvre de nombreuses activités permettant aux apprenants d’aller à la rencontre de la culture cible. Je montrerai les méthodes d’enseignement de la culture coréenne à travers les activités théâtrales et les films coréens chez les apprenants francophones.

 

Bibliographie

Akira Mizubayashi, 2011. Une langue venue d’ailleurs. Éditions Gallimard.

Chiss, J.-L. 2009. « Quel français enseigner? Question pour la culture française du langage », O. Bertrand éd, Quel français enseigner ? Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique.

Galisson, R. 1991. De la langue à la culture par les mots. Paris : CLE international

GOHARD-RADENKOVIC, Aline. 1999. Communiquer en langue étrangère. De compétences cul- turelles vers des compétences linguistiques. Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien: Peter Lang.

Vinsonneau, G., 2002. L’identité culturelle, Paris : Armand Colin

Zarate, G., 1986. Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.

Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : CELV

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Demi-journée d’étude : Approches postcoloniales et décoloniales de la culture


15542229_10154279502855914_1217746419406190867_n
A l’occasion de la sortie de l’ouvrage Matérialismes, culture et communication, la 
Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 organise une journée d’étude sur les approches postcoloniales et décoloniales de la culture. 

L’événement aura lieu au 04 rue des Irlandais, dans le 05ème arrondissement, salle Athéna.

Voici un lien vous permettant de prendre connaissance de la programmation:

https://www.facebook.com/events/1493244957367421/

J’ai déjà eu la chance d’assister à une conférence de l’anthropologue Emmanuel Parent qui s’intéresse à la représentation du Noir dans la culture contemporaine et c’était passionnant. C’est pourquoi je vous recommande vivement d’y assister !

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

une belle rencontre avec Voutch

J’ai eu l’occasion de rencontrer Voutch le 9 décembre avec Zoé dans Paris 17ème. Voutch, de son vrai nom, Olivier Vouktchevitch, est un dessinateur d’humour français, et qui travaillait dans les grandes agneces publicités, il y a quelques années. C’est lui qui m’a rappelé la rencontre que j’ai eu, il y a deux ans, à Paris, avec Lionel Brouk qui est dessinateur de presse depuis 30 ans et qui est mon dessinateur préféré. Alors, cette fois-ci, Monsieur Voutch m’a accompagné dans un monde de l’humour où je ne comprend pas tout à fait, même quelquefois, pas du tout.

Les dessins d’humour de Voutch touchent plusieurs domaines, comme les médias, la génétique, les nouvelles technologies,etc. et surtout mettent en scène des managers sans empathie, antipathiques, des chefs d’entreprise psychopathes, etc. Les sous-entendus apparaissaient énormément dans ses oeuvres et qui ont complément activée mes curiosités sur sa façon d’écriture et ses contenus des livres. Pour trouver son style, il a consacré beaucoup de temps pour trouver son chemin et enfin, il est connu pour ses caractères que le personnage droit a un grand nez.

 J’avoue que ses textes sont un peu difficiles à comprendre en tant que non natif. Peut-êtes, il faut que quelqu’un qui les comprenne et nous explique les sous entendus.  Il arrive quelquefois que Zoé a eu mal à m’expliquer. Dans le cas contraire, je peux comprendre quelques textes et images illustrées. Alors, je pense que c’est intéressant d’utiliser ses dessins en didactique des langues, c’est quand on regarde ses extraits et les images illustrées en haut qui nous oblige de comprendre le sens et le sous-entendu. De ce fait, dans un certain mesure, cela va renforcer notre mémorisation des mots inconnus et la structures des phrases et qui facilite l’apprentissage du français.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Les expériences « démocratiques-esthétiques ».

J’ai pu assister ce vendredi 9 décembre à la Maison de la recherche à la communication de Sonia Delmas, qui est en train de finir sa thèse à Paris 3. L’intitulé était « Penser/enseigner la culture en cours de FLE : vivre une expérience démocratique-esthétique ». J’ai trouvé cela très intéressant, et voici ce que j’en ai retenu.

L’intervenante a présenté deux expériences pédagogiques : chacune répondait à une idée directrice de Dewey. Tout d’abord, une expérience esthétique d’atelier d’écriture à partir d’un poème en prose de Rimbaud (« Aube », Illuminations, 1873), auprès d’apprenants japonais dans une université japonaise. Elle a souligné, témoignages à l’appui, la motivation extrême de ces apprenants, pour qui l’apprentissage du français est vécu comme un enrichissement personnel et culturel immense. D’où l’enjeu pour l’enseignant de FLE qui ne peut pas décevoir ces attentes et se doit d’être à la hauteur. Il s’agissait donc de susciter une « attention au texte » en proposant une activité créative permettant de vivre l’approche du texte comme une expérience esthétique. Les textes produits par ses apprenants, d’une qualité impressionnante, ont été mis en ligne sur un site créé par une apprenante elle-même.

http://www.tufs.ac.jp/ts/society/francais2008_2009/

La seconde expérience présentée répondait, elle, à un projet d’éducation citoyenne et démocratique : elle est menée en France, dans une université parisienne. L’enseignante propose une approche de la presse en partant des journaux quotidiens gratuits jusqu’aux revues scientifiques. Il s’agit, si j’ai bien compris, d’offrir aux apprenants la liberté de se constituer une opinion et de devenir des acteurs démocratiques, en leur proposant des lectures d’actualité et en les sensibilisant aux réalités économiques et politiques des journaux d’information.

Ces deux expériences, dont j’espère ne pas avoir trop trahi l’esprit, à défaut d’en avoir restitué toute la richesse, m’ont semblé vraiment remarquables parce qu’elles mettaient l’apprenant au cœur de l’apprentissage de manière active, tout en lui apportant des connaissances culturelles riches et pointues. Je trouve que cet équilibre est rare et admirable.

compte rendu du colloque : prise en compte de la cuture d’autres

Vendredi 21 octobre 2016, c’était la première fois que je participais à un colloque professionnel qui est d’ailleurs international. Même si je ne présentais qu’en tant qu’auditeur, c’était un grand plaisir et honneur pour moi. « Ça devra être très utile et heuristique pour mon mémoire et pour bien d’autres ! » je me disais la veille du colloque. Lors du colloque, je suis aussi dans la salle M toute la matinée. En fait, tous les thématiques programmés dans le colloque m’intéressent, j’ai voulu originalement assister d’abord les deux premières communications à salle M et puis me déplacer à salle V pour les deux autres dans le but de participer aux deux thématiques autant que possible. Malheureusement, je l’ai pas pu puisque nous étions trop nombreux et le passage a été donc complètement bloqué. J’étais quand même heureuse que j’ai eu de la chance d’avoir une chaise et un table pour bien m’assoir et ainsi prendre des notes.

« Si seulement j’ai pu les comprendre mieux !» Je me disait à la fin de cette journée intensive. Je regrette beaucoup que ma compétence du français ne m’a pas permis de comprendre toutes les communications abordées. Les PowerPoint aidaient la compréhension mais souvent les professeurs faisaient passer les diapos trop vite et, par ailleurs, ils parlaient déjà très vite. J’avais même l’impression que, si je puis le dire, la personne monopolisait en quelque sorte. Je raconte ces difficultés non pas pour me plaindre (en revanche, c’est à moi de faire davantage d’efforts), mais je devrais avouer que, personnellement, c’était un peu décourageant. Malgré tout, j’ai quand même fait de mon mieux pour les suivre et prendre des notes et les communications m’ont toujours beaucoup d’idées et de pistes de réflexion pour ma mémoire.

Mme Paola RIVIECCIO a parlé du « jeu » et la « transgression » dans l’apprentissage d’une langue. Elle s’appuie sur les élèves qui apprennent le breton à l’école, certains entre eux « parlent la langue comme un jeu » et certains apprennent la langue simplement parce que leurs parents ont pris cette décision quand les élèves étaient petits et ces élèves s’engagent passivement à ce choix. Cela peut aussi être la raison pour laquelle il y a aussi des élèvent qui refusent d’apprendre le breton par une transgression de le choix parentale. Il est facile pour nous de poser la question du type « pourquoi vous apprenez telle langue ? », alors qu’il n’est pas aussi simple à y répondre et la réponse ne relève pas toujours d’un intérêt linguistique. Cela me fait penser aux élèves chinois qui apprennent le français en Chine. La plupart entre eux l’apprennent à l’université en suivant une formation de la langue française ou bien prenant le français que comme une deuxième langue étrangère. Qu’est-ce qui leur conduit à prendre le français, au lieu de l’anglais, la plus grande langue de service ? C’est d’une fidélité au choix des parents ? Sinon, pourquoi cette « transgression » de l’anglais ? Pour la beauté du français ? Une ambition professionnelle dans le domaine francophone ?… Il me parait assez important de tenir compte de ces raisons diverses afin de pouvoir les motiver autant que possible dans l’apprentissage sinon ceci ne serait pas efficace ou au pire serait pénible. Comme le disait Mme Véra DELORME dans sa communication « Vers une didactisation de l’éthique », en tant qu’enseignant, on dispose aujourd’hui pleins de modèles pédagogiques, mais on n’impose pas tel ou tel modèle auprès de nos élèves. L’enseignement demande la coopération entre l’acteur enseignant et les acteurs élèves. La prise en compte de la spécificité du public visé et une négociation en fonction de celui-ci seraient nécessaires.

Ce qui m’a beaucoup impressionné était pendant la dernière communication du jour, l’animateur nous a distribué des corpus qui s’agissent en fait de deux extraits des transcriptions de deux cours de FLE et les commentaires que les enseignants de ces cours ont faits sur les cours qu’ils sont abordés. Je pense que c’est d’une très bonne façon de se regarder et réfléchir sur notre pratique d’enseignement. On pourrait sans doute rencontrer des difficultés imprévues dans le déroulement du cours et on essayerait des les résoudre, on le réussirait ou pas. L’une des transcriptions mentionne un fait que l’on peut observer auprès des apprenants chinois : l’utilisation de l’appareil de traduction. L’enseignant-là remarque aussi que ses élèves utilisent  « trop » le traducteur pendant le cours et il leur demande de ne pas le faire. Dans son commentaire, l’enseignent explique que l’on peut très bien comprendre des choses sans avoir recours à la traduction mot-à-mot. D’autre part, l’enseignant se sent contradictoire aussi puisqu’  « ils ne font pas quelques choses de mal, ils veulent simplement comprendre.». Ce témoignage a suscité beaucoup de réactions. Une professeur a expliqué qu’en fait cela relève de leur habitude d’apprentissage qu’ils ont adopté depuis longtemps et, cette « stratégie » peut être aussi rationnelle pour eux. Cette dame a ajouté que cette habitude peut même naître d’une culture de l’apprenant : les apprenants d’aujourd’hui arrivent bien à suivre le cours tout en envoyant un message avec leur téléphone portable. Ils arrivent bien à gérer et à diviser leur attention. Ce fait demande alors une compréhension (ou tolérance?) intergénérationnelle.

En tant qu’apprenant chinois, j’ai vécu aussi cette expérience avec le traducteur et l’interdiction de la part de l’enseignant, néanmoins et je le fais toujours, même durant cette communication, j’ai utilisé plusieurs fois mon petit traducteur, puisque évidement je ne comprenais pas tous les termes soigneusement prononcés par les professeurs, si je ne cherchais pas l’explication des termes qui paraissaient souvent, mais que je ne comprenais pas, ma perception globale de la communication serait une catastrophe encore plus grave. Oui, j’ai bien sûr commencé par essayer de comprendre sans persister à chercher une traduction équivalente, pourtant, je me permettais aussi de profiter cet outil de temps en temps pour mieux comprendre. Une fois que j’ai eu l’explication, je reviens tout de suite et je suis mieux le professeur. Je pense que la prise en compte des habitudes d’apprentissage des élèves est assez fondamentale, surtout lorsque les élèves sont issus d’une même culture et alors ils ont probablement des mêmes habitudes. Voici l’importance de la négociation avec l’autrui. Enfin, une discussion autour du norme de « trop » émerge : une norme par rapoort à quoi ? Par rapport au niveau d’apprenant ? Au degré de difficulté du contenu du cours ? Je pense qu’au lieu d’obliger les apprenants à se défaire de cette habitude, il vaut peut-être mieux de l’exploiter et la révaloriser, par exemple, l’enseignant pourrait inviter l’apprenants à chercher dans son dictionnaire un mot difficile qu’il expliquera plus tard avec ses propres mots aux autres.

 

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Colloque: « le proche et le lointain » (9-10 juin, à l’INALCO)

De la part de Monsieur Szende, responsable de la PLIDAM à l’INALCO, je vous fais parvenir, ci-joint, le programme bien détaillé du colloque « le proche et le lointain » qui aura lieu le 9 et 10 juin à l’INALCO (oui…peut-être j’ai fait une diffusion récurrente, mais ça vaut le coup d’aller y participer). PROGRAMME.COLLOQUE.PLIDAM.9.10.JUIN.2016.VERSION.24.MAI

Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Les distances chez l’homme (Extrait de l’essai d’Edward T. Hall, La dimension cachée 1966.p.143-160)

L’auteur a notamment étudié la proxémie[1], ou autrement dit des distances sociales. Les distances chez l’homme indiquent les distances que nous observons dans nos contacts avec autrui. L’hommes ressent la distance tout comme les animaux. Pour l’homme, la perception de l’espace est dynamique parce qu’elle est liée à ce qu’on fait dans un espace donné.

L’auteur en a retenu quatre catégories principales de distances interindividuelles en fonction de la distance qui sépare les individus, qu’il a appelées distance intime, distance personnelle, distance sociale et distance publique. Pour chacune des distances, on distingue deux modes : proche et lointain. Ces 4 catégories sont établies à base de ses nombreuses observations sur un groupe de citoyens américains

Avant d’aller en détails ces 4 catégories, il me faut vous présenter un concept très important—bulle[2]

La peau n’est pas notre limite par rapport au monde qui nous environne: il y avait autour de nous un espace invisible accroché à nous comme « bulle», c’est une zone émotionnellement forte, si qn d’autre envahi dans cet espace, il est considéré comme une offense. L’existence et la dimension de cette bulle varie selon les cultures.

Ex : Elle est plus ample dans les pays occidentaux que dans les pays méditerranéens, et dans les pays arabes, il n’y a pas de bulle

Définitions :

  • Distance intime, distance réservée au contact intime avec ses amoureux ou ses enfants. Cette distance s’accompagne d’une grande implication physique et d’un échange sensoriel.

Proche :corp à corp, acte sexuel, lutte, le contact physique domine la conscience des partenaire

A cette distance, la vision est souvent déformée, on peut percevoir la chaleur du corps de l’autre, le rythme de sa respiration et l’odeur de l’haleine.

Lointain:15-40cm, correspond à la longueur de l’avant-bras replié, relations familiales (comme entre enfants et parents) et amoureuses. Chuchotement est utilisé. on peut percevoir aussi la chaleur et  l’odeur de l’haleine de l’autre.

  • Distance personnelle : distance de bulle, créé autour de lui pour s’isoler les autres. Cette distance est utilisée dans les conversations particulières.

Proche :45-75cm, correspond à la distance d’un bras tendu, Distance qui désigne l’intimité et l’affectivité des personnes en public. Le volume de la face est accentué, le duvet du visage, les cils et les pores sont très visibles.

Lointain :75-125cm : 2 fois du long de bras tendu, c’est la imite d’emprise physique sur autrui. C’est la distance des discussions personnelles entre amis. A cette distance, on élève un peu la voix, l’odeur de l’haleine peut être parfois perceptible mais la chaleur corporelle n’est plus perceptible.

  • Distance sociale : utilisée au cours de l’interaction avec des amis et des collègues de travail

Proche : 1,25-2,10m : Distance des négociations interpersonnelles, le mode proche implique plus de participation que le mode lointain. Cette distance est souvent pratiqué par les personnes qui travaillent ensemble. (réunion informelle, personnes qui travaille sur un même projet, ect ). A cette distance, le détail de la peau et des cheveux est clairement perçu.

Lointain : 2,10-3,60m : Cette distance porte une caractère plus formel (entretiens…). Dans, les bureaux des personnalités importantes, la table de travail est les places de visiteurs sont placées selon le mode lointain de la distance sociale. Vision de tout le corps. L’ordure corporelle n’est plus perceptible. Le contact visuel maintien la performance du contact. Sur le plan proxémique, le mode lointain de la distance social peut servir à isoler ou séparer des individus.

  • Distance publique :utilisée lorsqu’on parle à des groupes. La prise de parole est hiérarchisée. Ex : la scène du théâtre.

Proche :3,60-7,50m, Le sujet a la possibilité de fuir. Mise en place d’un discours oratoire avec effet de voix et choix syntaxiques. A cette distance, la voix doit commencer à être soutenue. Perte de la précision des contacts visuels. C’est la posture qui commence à mettre en relief.

Lointain :Au delà de 7,50m, Distance oratoire. Position entre un orateur et un public. Forte implication des prises de parole dans un dispositif fortement hiérarchisé (meeting, distance avec les grandes personnalités). A cette distance, la vision corporelle est fondu dans le décor. Théâtralité des postures et de l’élocution.

 

Pourquoi quatre distances ?

L’hypothese qui sous-tend le systeme de classification proxémique est que: c’est la nature des animaux et de l’homme de montrer la territorialité, ils utilisent leurs sens pour differencier les distances et les espaces. La distance choisie dépend des rapports des individus, de ce qu’ils pensent et de ce qu’ils font. (L’homme occidental a organisé ses activités et relations sociales dans une distance determiné auquel il a ensuite ajouté les notions de figure publique et de rapports publiques.)

Il faut souligner que ces observations ne consernent que les américains, notre proximité spatiale est différente selon notre culture. Ce sont donc  nos habitudes cultuelles qui nous font prendre différentes places spatiales. Et les rapports inter-individuels sont regis par d’autres structures. Ex: en Espagne ou au Portugal : on observe la structure dualiste—familiale/non familiale.(certes, un élément défini comme intime dans une culture peut devenir personnel ou même public dans une autre.)

[1] prxemie : la distance physique qui s’établit entre des personnes prises dans une interaction.

[2] Bulle : une zone émotionnellement forte ou encore un périmètre de sécurité individuel. Celui-ci est plus important en face de nous que sur les côtés ou par derrière.

J’ai résumé toutes les distances dans un tableau comme ci-dessous:

ds

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Projet « dis-moi dix mots »

1

Ce projet est un projet à l’échelle internationale. Il se tient chaque année de septembre à juin. L’intérêt est de travailler sur dix mots, pour s’exprimer et sous une forme littéraire ou artistique. Ce projet est destiné à tous les amateurs du français et à tous les francophones.

Ces dix mots sont choisis par le partenaire francophones: la France, la Belgique, le Québec, la Suisse et l’Organisation internationale de la Francophonie (qui regroupe 77 Etats et Gouvernements dans le monde). Chaque mot choisi est lies à une culture particuliere francophone.

Il y a plusieurs concours a partir de ces dix mots. Par exemple, il y a un concours qui s’agit de réaliser collectivement un oeuvre artistique ou littéraire en s’appuyant sur un ou plusieurs des dix mots de l’année en cours. L’idée est de stimuler la créativite des participants autour des capacités expressives propres au français en tant que langue de culture.

Un autre concours qui s’agit de réaliser une image avec plus de 3 mots choisis dans l’édition de l’année en cours. L’idée est de favoriser l’appropriation des mots et le travail sur la langue français, en mettant aussi l’évidence sur la créativite.

Les consignes des concours sont indiguées sur le site de dis moi dix mots.

Dans la rubrique « chaine des mots », nous pouvons trouver des histoires derrière tous les dix mots.

Cette année les dix mots sont amalgame, bravo, cibler, grigri, inuit(e), kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude. Mais l’inscription est déjà fermée(15 fév). La caractéristique de ces dix mots est que les origines de ces mots sont les pays étrangers, c’est-à-dire les pays autre que la Fance, et ils existent maintenant dans la langue française.

Ce projet me donne beaucoup d’inspirations, je peux l’adopter dans le système d’enseignement chinois en changeant quelques principes.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

La langue ethnicisée

L’identité : « Caractère permanent et fondamental de quelqu’un, d’un groupe, qui fait son individualité, sa singularité. » (Larousse).

L’identité : « Le fait pour une personne d’être tel individu et pouvoir être légalement reconnue pour tel sans nulle confusion grâce aux éléments (état civil, signalement) qui l’individualisent ; ces éléments. » (Le Petit Robert).

L’identité : « Caractère permanent et stable d’un individu, d’un groupe. » (Dictionnaire Antidote).

Selon C. Melman (1990), l’identité est constituée, d’un point de vue psychanalytique, de quatre éléments (l’image, le symbole, le réel et le symptôme). Les quatre éléments représentent respectivement l’identité imaginaire, symbolique, réelle et symptomatique.
Si l’identité personnelle renvoie au caractère de ce qui est identique à soi-même (Le Robert), l’identité imaginaire concerne l’image renvoyée à l’individu par son prochain. De ce faire l’identité imaginaire des immigrés français est logiquement différente à celle des autochtones du fait que leur étrangeté soit visible.

« Même s’ils souhaitent se fondre dans la société environnante, ne revendiquent aucune caractéristique différente de celle des Français de souche, leurs phénotypes les désignent comme étrangers ou français d’origine étrangère et ce dans une société marquée par les rapports de domination passés et présents entre la France et ses anciennes colonies ». (Leconte : 1997 : 162).

Selon Leconte (ibid.), l’image renvoyée par les autochtones n’est pas toujours très valorisante. Le rapport colonisé-colonisateur hérité de la colonisation des pays d’origines continuent en France, l’ancienne puissance colonisatrice. Dans les quartiers populaires, les immigrés sont très souvent montrés du doigt par l’opinion publique comme les auteurs de tous les maux du quartier.

Les éléments de l’histoire personnelle, les origines, la famille, la religion, la formation culturelle et l’identité sexuée considérés comme les traits permanents de l’individu forment son identité symbolique. Nous trouvons forcément les langues et le groupes ethniques dans cette formation étant donné que l’enfant commence à s’intégrer à son groupe par la langue. La langue d’un sujet représente son histoire personnelle, un point incontournable dans la formation de sa culture. La langue du sujet renvoie très généralement à sa famille et à sa souche. (ibid.) « Bien que pour certains la langue ait « un rôle TRES secondaire dans l’aspect culturel d’un peuple », les « déracinés » citadins trouvent en elle un refuge idéal pour définir leur culture d’origine et contrer un processus d’assimilation ». (Canut, 2008 : 122). Au Mali, l’ethnicisation de la langue est ambiguë malgré que selon certains peuples la langue est la marque « d’identité première, l’âme d’un peuple ». (ibid.).

L’identité réelle, le désir et symptomatique, le symptôme névrotique relève essentiellement de la psychanalyse. (ibid. et Chabah, 2006 : 25).

La définition de la langue par Melman (1990) comme un élément de l’identité est partagé par des auteurs tels que Joshua Fishman et Jacqueline Billiez. Pour le sociolinguiste américain (1989), la langue que le sujet parle le relie à un groupe voire même à son groupe ethnique. Il ajoute à la définition de l’ethnicité un aspect phénoménologique « [… ] concerned not only with an actor’s descent-related being (paternity) and behaving (patrimony) but with the meanings that he attaches to his descent-related being and behaving (phenomenology).» (Fishman, 1989 : 30). La langue est pour Fishman l’excellent symbole représentant l’identité. Pour Billiez (1985) la langue est importante dans la définition de l’identité. A la suite d’une enquête menée au des immigrés dans un centre de didactique en France, elle s’était rendu compte que la langue d’origine est plutôt un marqueur d’identité et une composante d’héritage qu’un moyen de communication. Les deux énoncés suivants l’illustrent : «Ma langue c’est l’arabe mais je la parle pas.» et «l’espagnol c’est ma langue mais c’est pas ce que je parle.» (Billiez, 1985 : 101-102). Alors la langue relie fortement le sujet à ses traces, à ses racines… « C’est la langue d’identité », « C’est un héritage », « C’est mes racines »

Selon John Edwards (1985) la langue a à la fois une fonction symbolique (ethnicisation de la langue) et une fonction communicative (la langue outil de communication).
“[… ] there can be a distinction, within a language, between what l have called communicative and symbolic functions. [… ]. The basic distinction here is between language in its ordinarily understood sense as a tool of communication, and language as an emblem of groupness, as a symbol, a rallying-point” (Edwards, 1985: 17).

Chabah (2006 : 27) souligne que « […] la langue peut tout aussi bien disparaître de l’usage des locuteurs sans pour autant disparaître de la conscience collective et continuer à jouer un rôle symbolique dans l’identité ethnique. » C’est le cas notamment des Peuls de Wassoulou au Mali, malgré qu’ils portent les patronymes peuls : Diallo, Diakité, Sidibé et Sangaré (quatre enfants de pères différents mais de même mère) ne comprennent rien en peul, s’expriment en malinké ou en bambara. Pourtant ils respectent les coutumes peules en n’acceptant pas de se marier pas avec les forgerons ou de ne pas s’assoir en même temps sur la même natte que les « les premiers enfants du monde ».

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts