Archives par mot-clé : conférence

Comment terre ?

Comment taire, alors, ce qui arrive sous nos yeux et n’a pas de nom ?

C’est avec admiration que je foule le parvis de la Bibliothèque Nationale de France ce mercredi 4 novembre. Ces hauts volumes de béton et d’acier entourés de cette grande esplanade de bois et de ces jardins s’intègrent parfaitement à cette architecture urbaine. Et c’est ici, au Petit auditorium, que vont se réunir pendant plusieurs jours écrivains, journalistes, professeurs mais aussi réalisateurs ou encore photographes, pour, à l’horizon de la COP21, « dire et penser un monde menacé ».

Une conférence sur le climat d’un point de vue littéraire avant une plus grande conférence, internationale, qui réunira des dirigeants du monde entier pour discuter de l’avenir de notre planète.

Cette séance inaugurale s’est voulue démonstrative des enjeux du cheminement des écrivains et du rapport nature/littérature.

Introduite par Dominique Viart, professeur, et Pierre Schoentjes, écrivain, la soirée débute par une discussion entre les deux hommes sur la place de la littérature dans un domaine habituellement abordé de manière scientifique ou politique. On constate ainsi en écoutant Pierre Schoentjes, que la littérature environnementale s’est largement développée ces dernières années, notamment au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, où la prise de conscience a été générale, les enjeux ont été questionnés au-delà de l’humanité.

Des points de vue se sont opposés puisque durant l’intervention suivante, un dialogue entre Jean-Christophe Bailly et Jean Kaempfer, l’écrivain a révélé être en désaccord avec Pierre Schoentjes sur l’intérêt récent de la littérature environnementale. Il cite d’ailleurs des oeuvres de Francis Ponge ou encore de Victor Hugo. Il défend son goût pour cette littérature qui défend la nature et dénonce la conférence sur le climat à venir comme un événement hypocrite.

Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori
Entretien entre Dominique Marchais et Francesca Isidori

La soirée s’est conclue par la projection du documentaire « La ligne de partage des eaux » après un bref entretien entre le réalisateur Dominique Marchais et Francesca Isidori.

Un premier jour de conférence très instructif selon moi, avec des intervenants tous aussi impliqués les uns que les autres tout en ayant des points de vue différents. Un thème qui nous réunit tous, notamment étudiants de français et citoyens du monde : la littérature et les arts et l’avenir de notre planète.

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette séance du 4 novembre 2015 :

Séance inaugurale

Mercredi 4 novembre 
à la Bibliothèque nationale de France / au Petit auditorium
 Quai François Mauriac – Paris 13 (M°  Bibliothèque nationale)

19 h00 – 19 h30 – 
Présentation de la 9e édition par Dominique Viart et Pierre Schoentjes

19h30 – 20h15 – Prendre la dé-mesure

 par 
Jean-Christophe Bailly, avec Jean Kaempfer

20 h15 – 22 h30 – 
Projection du documentaire  « La ligne de partage des eaux » – Entretien du réalisateur Dominique Marchais  avec Francesca Isidori

 

9e édition des Enjeux : Conférence Comment terre ? Dire et penser un monde menacé, organisé par la Maison des écrivains et de la littérature, du 4 au 8 novembre 2015.

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

« Comprendre les évolution du métier de professeur de Fle et les accompagner »: tout un programme

un-arrosoir-qui-verse-de-l-eau-sur-une-plante-verte

Cette conférence intitulée “Comprendre les évolutions du métier de professeur de Français langue étrangère et les accompagner” avait attiré mon attention puisque ma recherche part d’observations de terrain et du constat d’une évolution récente des offres de cours de fle initiées par les praticiens : vers des cours intégrant savoirs linguistiques et savoirs, ou savoir-faire, non linguistiques (artistiques par exemple) et en particulier les cours intégrant apprentissage de la cuisine et apprentissage du français comme langue étrangère.

La conférence a débuté avec l’intervention de P. Sanchez qui représentait le CIEP, organisme à l’initiative de cette journée. Ce discours d’ouverture a fait un bilan intéressant de l’évolution des institutions qui font partie ou qui encadrent le monde du français langue étrangère. Ces changements institutionnels étaient présentés comme une cause mais aussi comme une conséquence des évolutions des pratiques dans l’enseignement du fle. L’importance d’un mouvement ascendant, du terrain vers le cadre institutionnel était donc mise en avant.

Cette entrée en matière a également permis de présenter les différents  intervenants de cette journée qui représentaient à la fois certaines de ces institutions qui encadrent le changement et aident à la généralisation d’initiatives prometteuses et des praticiens innovateurs.

Sans résumer l’intégralité de ce qui s’est dit lors de cette journée à laquelle j’ai assistée, j’aimerais évoquer quelques interventions qui m’ont été utiles dans mon cheminement d recherche.

 

 

L’objet de mon travail m’a amenée à m’intéresser au “comment” de la généralisation de pratiques initiées par des acteurs isolés et aux problèmes posés par une généralisation de telles pratiques lorsque la formation des enseignants en amont n’évolue pas en parallèle. En effet, j’avais constaté que bien que l’intégration de différents types de savoirs dans un même apprentissage soit de plus en plus mise en avant, les enseignants restaient bien souvent des spécialistes de leur discipline première, leur formation étant la plupart du temps très cloisonnée, et devaient construire leurs compétences d’enseignement dans une perspective interdisciplinaire ou d‘intégration des savoirs eux-mêmes. Pour cette raison, l’intervention de J-P. Cuq, président de la Fondation Internationale des Professeurs de Français, m’a aidé à avancer dans mon questionnement.

La FIPF est bien consciente de ce nouveau problème qu’elle a pu observer sur le terrain et bien qu’elle ne puisse agir sur la formation initiale des enseignants qui dépend des états, elle tente de pallier aux lacunes de ces formations à travers la formation continue. La grande majorité des adhérants de la FIPF étant des enseignants du secondaire, les formations continues récemment proposées par l’institution visaient principalement des pratiques qui se généralisent dans les établissements du secondaires à travers le monde et principalement le Français sur Objectif Spécifique (FOS), les techniques dramatiques en classe de langue,  les TIC en classe de langue ou encore l’enseignement intégré de Disciplines Non Linguistiques (DNL) et de langues étrangères. Ces formations montrent la volonté des praticiens de s’adapter à un paysage de l’enseignement du fle en constante mutation. Dans son intervention lors de cette journée,  Manuela Ferreira, responsable du département langue française au CIEP,  a évoqué trois grandes mutation relativement récentes dans le monde du fle et qui entraînent une mutation du métier d’enseignant à savoir l’application du CECRL qui cherche à promouvoir une approche actionnelle de l’enseignement, l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les salles de classes ainsi que la mise en place de politiques linguistiques en faveur du plurilinguisme.

Dans mon travail, je fait souvent le rapprochement entre le développement des cours de langue étrangère par la pratique théâtrale et la pratique culinaire en classe de fle. Ces « ateliers » sont parfois devenus des cours à part entière mais  sont surtout reconnus de nos jours comme des pratiques intéressantes par les institutions du fle et font l’objet, en ce qui concerne le fle par la pratique théâtrale,  de formations continues comme celles de la FIPF . Ces pratiques ont été initiées par des enseignants sur le terrain et sont de plus en plus proposées par les écoles de langues. Certains établissement commencent même à proposer ces activités comme un cours à part entière où les deux types d’apprentissage sont intégrés et non plus comme une activité ponctuelle dans un cours de fle général.

J-P Cuq soulignait également dans son intervention l’importance des sondages et des enquêtes de terrain faites par la FIPF afin de mettre en évidence les pratiques émergentes et intéressantes qui nécessitent une aide des institutions qui encadrent l’enseignement du fle afin d’être généralisée, cette généralisation des pratiques  passant bien entendu par une généralisation de la formation. La mutualisation est donc la clé dans le développement de ces pratiques innovantes. Néanmoins, le président de la FIPF s’est empressé d’ajouter qu’une application universelle des méthodologies d’enseignement serait une erreur puisqu’il est nécessaire de prendre en compte chaque contexte et ses spécificités.

Ainsi, cette intervention m’a permis de réaliser à quel point ces nouvelles formes d’enseignement des langues auxquelles je m’intéresse dans mon travail de recherche sont au coeur des approches émergentes dans le paysage de l’enseignement des langues étrangères en général et du fle en particulier.

 

 

 

Comme je l’expliquais précédemment, mes recherches partent d’une observation du terrain et d’initiatives de praticiens, d’enseignants de fle, qui ont choisi de mettre en place des activités innovantes dans leur classe de langue. J’ai donc tout particulièrement apprécié les interventions des professeurs de fle qui ont choisi, eux aussi, de mettre en place de nouvelles pratiques avec leurs étudiants.

Une des représentante des enseignants de fle aux pratiques novatrices venait de Suède et témoignait des bénéfices de l’interdisciplinarité dans les écoles d’immersion à l’étranger. Elle expliquait combien ces projets permettent d’ancrer d’avantage l’apprentissage du français dans la réalité du monde actuel et de renforcer la collaboration entre les enseignants, notamment en France où ils sont souvent perméables à ce type de projet du fait de leur formation initiale cloisonnée.

Un autre enseignant de FLM a évoqué son travail d’écriture sur les réseaux sociaux et sur un blog avec ses étudiants de première. Son travail souligne l’importance de faire sortir l’apprentissage du cadre artificiel que constitue la salle de classe et de l’ouvrir au monde dans lequel les apprenants évoluent. Bien que cela semble compliqué étant donné l’ampleur des programmes de l’éducation nationale notamment dans les classes du lycée, cet enseignant a expliqué que ce projet n’est pas le sien mais celui de ses étudiants et qu’il n’y consacre qu’une infime partie du peu d’heures de cours dont il dispose pour “boucler les programmes”.

 

 

Ces initiatives montrent donc l’importance pour les enseignants de multiplier les initiatives qui permettent d’ouvrir la classe au monde extérieur et d’exposer les savoirs transmis à un contexte réel. C’est ici que réside il me semble le lien avec l’objet de mes recherches. Les cours qui proposent d’apprendre le français à travers la pratique artistique, théâtrale ou encore culinaire font partie d’une tendance générale liée à un ressenti et une demande des acteurs du terrain de concrétiser un apprentissage trop longtemps rendu abstrait par une focalisation sur la langue comme objet d’apprentissage unique et non pas comme moyen d’accéder à d’autres savoirs et d’autres expériences.

 

Faut-il scolariser la tablette ?

 

De nos jours, l’utilisation des TICE constitue un tournant décisif dans l’enseignement des langues vivantes, de plus en plus d’enseignants se sont tournés vers de nouvelles technologies dans leur enseignement, mais comment les intégrer dans une pratique de classe ? Quelles sont les avantages et limites apportés par une nouvelle application ? M’intéressant surtout à ce sujet, j’ai pu assisté à une conférence qui discute de l’application de la tablette dans la classe.

Organisée par le Café pédagogique, la conférence du 26 novembre, qui s’intitule « Faut-il scolariser les tablettes », traite de cette problématique autour des expériences et opinions de plusieurs professeurs dans l’enseignement numérique.

Gaëlle Charcosset, faisant partie des enseignants qui expérimentent la tablette sccod, a présenté un logiciel « manager » qui permet de gérer les tablettes à distance. Ce logiciel cumule des fonctions différentes, telles que diffuser des informations aux élèves, ouvrir une session, déployer un cours, et surtout voir en directe le travail fait sur la tablette.

Yves Cohen, enseignant dans l’école primaire, s’intéresse à la tablette en tant qu’objet numérique qui permet de transmettre la pratique pédagogique. Lors d’une expérimentation, il l’a trouvé tout de suite opérationnelle pour son enseignement qui apport un aspect mobile dans la classe, ce qui n’est pas réalisé par l’ordinateur ou le tableau numérique. Par contre, il signalé la différenciation à la maternelle, primaire ou collège. A son avis, lors du parcours différencié, il faut un moment donné que l’enseignant vérifie où en sont les élèves :en réussite ou en échec, créer un parcours pour qu’il puisse lui-même créer son apprentissage.

 

En posant la problématique « comment les utilisations se mettent en place dans ce contexte avec ces différentes tensions ? », François villemonteix, enseignant-chercheur, revendique la complexité dès lors que l’on introduit une technologie. Intégration repose sur une volonté institutionnelle, un attendu, une intention.

L’Expression Personnelle des Ecrivains Chinois Dans Ce Monde Turbulent

Ecrivaine Romancière Chinoise – FANG Fang
Provenance de l’image : http://www.confucius.univ-paris7.fr

Compte rendu de la conférence de Fang Fang  

26 novembre 2014, Mercredi

Introduction

La conférence de FANG Fang se déroule autour de la problématique centrale – « l’expression personnelle des écrivains chinois dans ce monde turbulent » en se divisant en trois principales parties : présentation de l’auteur, exploitation de la problématique centrale et questions du public. Mon compte rendu s’intéressant spécialement à la deuxième partie a pour objet de synthétiser les contenus essentiels de la conférence et d’aider à mieux comprendre comment les écrivains chinois expriment leurs sentiments personnels dans la société chinoise en mutation. Pour réaliser cette synthèse, il est nécessaire de faire un tour d’histoire du roman chinois.

 

Un tour d’histoire

L’évolution du roman chinois n’a jamais été facile dans l’histoire de la littérature chinoise pour des raisons diverses.

D’abord, c’est la raison historique. Pendant des milles d’années, le champ littéraire en Chine était prédominé par la poésie, une forme littéraire très rhétorique et énormément privilégiée par les grands intellectuels. Le roman n’a eu sa place qu’à partir des dynasties Wei et Jin et a connu son sommet grâce à l’apparition du Rêve dans la Pavillon Rouge sous dynastie de Qing. La révolution littéraire au début du 20ème siècle a mis fin au roman classique et ouvert une nouvelle époque pour le roman moderne. Ce dernier vise à décrire avec sincérité la vie des gens ordinaires et la réalité quotidienne. C’est dans les années 30 grâce au changement linguistique de la langue chinoise et aux impacts littéraires occidentaux en Chine que le roman moderne est enfin entré dans sa période de maturité ; Ensuite, la raison politique. Dans la période des années 30 où le pays était envahi et en plein guerres externes et internes, le roman n’a pas pu se développer. Dès la fondation de la nouvelle Chine, la politique est également intervenue dans la littérature. Cela a produit des effets très néfastes sur la littérature chinoise parce qu’elle est devenue un outil qui servait de la transmission des idéologies du pouvoir en place mais pas un vecteur des émotions personnelles. Surtout, pendant la Révolution Culturelle lancée par MAO, un grand manque d’humanité et une inexistence d’émotions humaines se répandaient partout en œuvres littéraires. Ce phénomène a duré jusqu’aux années 70 où la littérature chinoise est entrée dans une nouvelle époque. Pourtant, cette époque était toujours marquée par des œuvres exprimant les sentiments collectifs et le conflit entre les classes sociales, une très faible présence de l’individualité. Bornée dans une forme donnée et structurée par l’idéologie politique, il y a eu très peu d’œuvres de qualité surgir, alors qu’il y avait beaucoup d’écrivains romanciers talentueux à cette époque ; Enfin, la raison sociale. De la fondation de la nouvelle Chine jusqu’en années 80, la société chinoise était en plein mutation. Les écrivains ouvriers et paysants jouaient le rôle le plus important dans le champ littéraire. Leurs œuvres reflètaient les désirs communs des certaines classes sociales mais ne portaient pas de couleurs individuelles non plus. C’est à partir de 1985 qu’on a vu apparaître de jeunes écrivains représentatifs qui ont ouvert une nouvelle vague littéraire mettant l’accent sur l’humanité dans leurs œuvres remarquables. Ces œuvres telles que Les Radis Rouges Transparents de MO Yan et Le Roi d’Enfants de A-Cheng ont  marqué la fin de ces écrivains ouvriers et paysants qui avaient été privilégiés. De là, on a pu constater l’émergence de liberté de la littérature chinoise. C’est également ces nouveaux jeunes écrivains courageux qui ont beaucoup influencé sur leurs successeurs plus tard et les inspiré pour chercher à s’exprimer librement.

Comment les écrivains chinois expriment leurs sentiments personnels dans la société chinoise en mutation

Mme Fang Fang a commencé à aborder cette problématique par nous raconter ses vécus personnels intéressants lorsqu’elle faisait ses études universitaires en littérature chinoise à l’Université de Wuhan en fin d’années 70. Trois questions qui nous semblent aujourd’hui presque ridicules et sans aucun intérêt ont été de grands termes scientifiques à étudier parmi les étudiants à l’université de l’époque qui faisaient la littérature chinoise. Ces troise questions sont suivantes: Est-ce que la littérature peut décrire l’amour ? Est-ce la littérature peut décrire le côté sombre de la société ? Est-ce que la littérature peut décrire la drame et la tragédie ? Ces trois questions absurdes montrent comment l’évolution de la littérature a été attardée en Chine mais c’est justement au travers de ces débats naïfs et enfantins que la littérature chinoise a pu se développer.

Influencée par Vitor Hugo, Mme Fang Fang a pu se rendre compte que la littérature était avant tout axée sur l’homme mais pas sur le monde. Dans un monde civilisé, son degré de la civilisation est lié à celui de l’attention humanitaire à des groupes faibles dans cette société mais pas celui de la prospérité matérielle. De ce point de vue, la littérature devrait avoir une forte intimité avec ces gens faibles et marginalisés. L’expression de sentiments personnels devraient donc basés sur l’individu en particulier, sur leur propre façon de vivre leur vie, d’apercevoir le monde, focaliser sur leur amour, leur haine, leurs émotions, leurs sentiments et leur destin. C’est ce qu’un écrivain devrait chercher à exprimer dans sa création littéraire parce que cela permet aux faibles de ne plus sentir seuls.

Néanmoins, dans la littérature chinoise d’aujourdhui on a constaté également une nouvelle tendance de s’exprimer qui s’écarte de la nature de littérature. Il s’agit du fait que l’expression des sentiments personnels est réduite à une expression de désirs matériels ou charnels. Mais cette tendance est en certaine sorte un progès par rapport à la littérature décrite par la politique à l’époque.