Archives par mot-clé : compte rendu

Influence des caractéristiques individuelles sur le SLT de la parole. Partie 2.

L’influence de la catégorie socio-professionnelle sur le SLT

Esling a essayé de vérifier s’il existe une corrélation entre le SLT et la catégorie socio-professionnelle des locuteurs. Ayant mené une expérience auprès de 4 catégories sociales, il a découvert qu’on peut observer des différences significatives entre les SLT des gens appartenant à la classe supérieure et inférieure, aussi qu’entre ceux qui appartiennent aux couches supérieures et inférieures de la classe moyenne. (Harmegnies, 1992 : 11) C’est curieux de savoir que les gens du même sexe parlant la même langue peuvent avoir des SLT différents variant en fonction de leur milieu social. Mais il semble que ces différences ne sont pas assez significatives pour pouvoir identifier avec précision la couche sociale à laquelle la personne appartient en se basant uniquement sur son SLT, car comme comme nous avons déjà dit, il peut varier considérablement pour tous les locuteurs.

Pourtant, d’après certains chercheurs la voix des chanteurs est assez facilement identifiable, car leur qualité vocale a des caractéristiques très particulières. Il s’avère que leur spectre possède une zone fréquentielle renforcée égale à 3000 Hz. Cette zone est appelée aussi « le formant chantant », par exemple dans la terminologie employée par Janson, Stunberg, Kuwabara, etc. Le renforcement de cette zone peut être lié à la qualité supérieure de la voix des chanteurs professionnels et à la clarté de leur timbre. (ibid : 12) Il n’est pas impossible que la localisation de cette zone dépende de la catégorie des chanteurs, par exemple soprano, alto, ténor, baryton, basse, etc. Nous n’avons pas pu trouver de justification de cette hypothèse, mais ce serait curieux de le savoir.

L’influence des émotions sur le SLT

Le SLT permet non seulement d’identifier le locuteur, mais aussi ses émotions qui influent dans une grande mesure sur le SLT du locuteur et dans certains cas peuvent empêcher considérablement le logiciel de reconnaître la voix de la personne. (Harmegnies, 1992 : 12)

Afin de distinguer les états émotionnels des locuteurs, il est nécessaire d’établir un ensemble de facteurs qui influencent le SLT. Parmi ces facteurs on peut nommer les descripteurs de la qualité de la voix, c’est-à-dire l’intensité et la hauteur de la voix (ils sont appelés aussi les descripteurs de haut niveau). Ce sont les descripteurs les plus utilisés dans la reconnaissance des émotions, car ils « fournissent un niveau d’interprétation élevé ». (Clavel, Richard, 2009: 14) « L’information véhiculée par les descripteurs (de bas niveau) est moins explicite que celle correspondant aux descripteurs prosodiques par exemple, mais cette information s’avère cependant utile et est intégrée dans les modèles acoustiques construits par les algorithmes d’apprentissage. » (ibid.) Tous ces descripteurs peuvent être analysés soit sur la durée des syllabes, mots voire phrases, soit sur les fenêtres du spectre de la durée égale.

Prenons l’exemple du changement des paramètres de haut niveau dans l’état de colère. D’après Stevens et Williams, la tension des basses fréquences (125 Hz) diminue quand le locuteur est stressé ou en colère, tandis que la tension des hautes fréquences augmente dans cette situation par rapport à l’état normal. Ce qui est le cas inverse pour l’état de tristesse où la distribution de l’énergie dans le SLT est inversée par rapport à l’état de colère. C’est-à-dire que le SLT d’une personne dans l’état de tristesse manifestera une plus grande accumulation de l’énergie dans les basses fréquences. (Harmegnies, 1992: 12)

Lors de l’identification des émotions les chercheurs font souvent l’analyse du contenu voisé ou non voisé, particulièrement les caractéristiques prosodiques. Il s’agit des catégories des « manifestations non verbales telles que des respirations plus fortes, des cris » souvent accompagnées par des modifications physiques (ex. tremblements de la voix, etc) causées par un état émotionnel extrême. (Clavel, Richard, 2009 : 15)

Il paraît que les émotions éprouvées par le locuteur puissent être déterminée indépendamment de la langue qu’il parle. Il semble que même si les caractéristiques prosodiques (surtout l’intonation qui est un marqueur significatif de l’état émotionnel) des langues varient considérablement, les zones fréquentielles renforcées dans l’état de colère, de stresse ou de joie devraient être semblables, parce que les émotions éprouvées étant un facteur humain ne sont pas en corrélation avec la langue parlée par le locuteur.

L’influence des pathologies vocales sur le SLT

Il s’avère que le SLT est en lien direct avec les pathologies vocales. Harmegnies donne un exemple de l’expérience de Fritzel qui a enregistré le SLT d’un patient souffrant d’una atrophie des muscles laryngiens. Il a constaté que la tension de la F0 est plus importante que de la F1 et que la F2 augmente un peu en tension par rapport à la F1. Après la réalisation de la première expérience, on a fait des injections de Glycerol et de Téflon au patient afin d’augmenter le volume de la corde vocale atteinte. Ensuite, le patient a suivi un cycle de rééducation qui lui a permis d’améliorer la qualité de sa voix. Et finalement, lors de la réalisation du test il s’est avéré que le STL obtenu lors de la seconde expérience a considérablement changé par rapport à la première. Les chercheurs ont observé une hausse globale en tension de son spectre, notamment de la F1 et F2. Cette expérience a prouvé que le SLT peut être utile pour le diagnostic et le traitement des pathologies vocales. (Harmegnies,1992 : 21)

Conclusion

Toutes les recherches analysées ci-dessus justifient le fait que la langue parlé par le sujet n’a que des effets mineurs sur son SLT. Cela veut dire que les langues n’ont pas de différences du point de vue de zones fréquentielles impliquées. Pourtant, le SLT varie considérablement en fonction du locuteur lui-même, de sa propre manière de parler. Les chercheurs ont constaté également qu’il y a une corrélation entre le SLT et le sexe de la personne, son niveau social, sa profession (pour les chanteurs), son état psychologique, la présence des pathologies vocales.

Bibliographie

Clavel C., Richard G., « Reconnaissance acoustique des émotions », Système d’intéraction émotionnelle, chapitre 1, p.11-39, 2009.

Harmegnies B., « Les sources de variation du spectre à long terme de parole : revue de la littérature », Acoustique Canadienne, Vol.20, №2, p. 9-35, 1992.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Influence des caractéristiques individuelles sur le SLT de la parole. Partie 1.

Dans le billet précédent, j’ai mentionné l’étude de Byrne et ses collaborateurs qui avaient constaté que les langues n’influencent pas (ou presque pas) le spectre à long terme (SLT) de la parole. Je pense que ce serait intéressant de savoir quels sont les facteurs qui peuvent influencer le SLT et dans quelle mesure. Je mentionnerai ici quelques recherches scientifiques qui ont permis de les identifier.

Afin de trouver une corrélation entre les facteurs influençant le SLT, Lauret (Lauret,1998) a mené une expérience en analysant le SLT de 8 locuteurs (4 locuteurs anglais et 4 locuteurs français, 2 hommes et 2 femmes pour chaque langue). Les sujets étaient censés lire deux textes de la même longueur en français et en anglais (une fois en langue maternelle et une fois en langue étrangère). Ils étaient enregistrés dans une chambre sourde sous conditions identiques. Il est à noter que tous les locuteurs examinés avaient peu ou pas d’accent en langue étrangère.

Ayant analysé les résultats, Lauret a constaté qu’il y a une forte corrélation entre les mêmes locuteurs quelle que soit la langue qu’ils parlent et entre les locuteurs du même sexe. Cela veut dire que le SLT caractérise tout d’abord l’identité du locuteur, ensuite permet d’identifier son sexe, et finalement la langue qu’il parle.

«Nous ajoutons pour les non-bilingues que la variabilité inter-locuteurs est plus importante que la variabilité intra-locuteur quand le sujet change de langue. On peut résumer cela en: variabilité inter-locuteurs > variabilité intra-locuteur dans deux langues > variabilité intra-locuteur dans une langue.» (Lauret, 1998)

Nous voyons bien que la langue n’a que très peu d’influence sur le SLT et ne contribue presque pas à une meilleure identification du locuteur. Mais il s’avère que c’est le locuteur lui-même qui influence le SLT, ses caractéristiques individuelles. C’est pourquoi on se sert de l’analyse du SLT pour l’élaboration des logiciels de reconnaissance automatique du locuteur, car « le SLT est dit donner une bonne information sur la qualité générale de la voix d’une personne et cette qualité est ordinairement un indice stable d’identification.» (Lauret, 1998 : ) Grâce au SLT, le locuteur peut être identifié avec presque 100% de précision.

« When the learning samples are collected over a short period, it is effective to apply spectral equalisation using the spectrum average over all the voiced portions of the input speech. By this method, an accuracy of 95% can be obtained in speaker verification even after five years using statistical parameters of a spoken word. » (Furui, 1978, cité par Lauret, 1998)

Le SLT peut donner des informations significatives sur le sexe, la tranche d’âge, l’état émotionnel de la personne et d’autres détails. Ce qui n’est pas le cas pour le spectre instantané de la parole qui ne peut pas fournir d’information suffisante sur l’identité de celui qui parle, car il permet de mesurer la fréquence et l’intensité d’un son que sur une très courte durée. Il faut dire qu’une personne est incapable de prononcer un son plusieurs fois exactement de la même manière. C’est pourquoi ce serait impossible d’identifier le locuteur en se basant sur le seul/ou même plusieurs sons isolés qu’elle a prononcé(s).

Influence du sexe du locuteur sur le SLT

La plupart des chercheurs sont unanimes en affirmant que le SLT est influencé par le sexe de la personne. D’après Harmegnies, la différence majeure du SLT des hommes et des femmes se localise dans les basses fréquences. « La zone zone  de concentration énergétique des hommes est centrée entre 100 et 140 Hz, alors que dans les spectres de femmes, cette  zone  apparaît  plutôt vers  200  à  250  Hz. » (Harmegnies, 1992 : 10)

« Les  spectres  de voix  d’hommes  sont  moins  accidentés;  ils tendent  а  présenter  un  premier  maximum  de fréquence  plus  basse,  suivi  d’une  zone  de concentration  énergétique  assez  étale s’étendant jusqu’à 700  Hz  environ. En  haute  fréquence,  les  différences  sexuelles n’apparaissent guère ou s’avèrent, tout au plus, très ténues. » (ibid.)

Prenons l’exemple du SLT des voix des hommes et des femmes analysé par Mendoza et ses collaborateurs.

(Mendoza et al., 1996 : 62)

L’étude a été réalisée auprès des hispanophones (24 hommes et 31 femmes) agés de 20 à 50 ans. Les sujets devaient lire un extrait du texte « Les aventures d’Alice au pays des merveilles » pendant 3 minutes en gardant leur débit et rythme normaux, les plus naturels possibles.

Les SLT obtenu prouvent l’idées de la présence des différences entre la qualité de la voix des hommes et des femmes. Pourtant le décalage significatif se rapporte aux fréquences de 2.72-3.2 kHz et 4 – 4.96 kHz où la courbe de la voix féminine dépasse le plus la courbe de la voix des hommes, c’est-à-dire que la voix des femmes est plus intenses dans les fréquences citées. Dans certains endroits du spectre, par exemple, entre les fréquences 1.28-1.44, 2.24-2.4, 3.52-3.68 kHz, c’est la courbe de la voix masculine qui dépasse celle de la voix féminine. Le décalage maximum de l’intensité est environ 6dB. C’est ce que Byrne et ses collègues avaient constaté dans la précédente recherche analysée.

Il est à noter que les résultats peuvent varier en fonction non seulement du sexe mais aussi d’autres caractéristiques individuelles dont je parlerai dans l’article suivant.

Bibliographie

Harmegnies B., « Les sources de variation du spectre à long terme de parole : revue de la littérature », Acoustique Canadienne, Vol.20, №2, p. 9-35, 1992.

Lauret B., Aspects de phonétique expérimentale constrastive : l' »accent » anglo-américain en francais, Thèse de Doctorat, Sorbonne-Nouvelle Paris 3, 1998.

Mendoza E., et al. « Difference in voice quality between man and women: use of the long-term average spectrum (LTAS) », Journal of Voice, Vol.10, №1, p. 59-66, 1996.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Comment les langues influencent-elles le SLT?

La question de la variation du spectre moyenné à long terme (SLT) en fonction de la langue maternelle des locuteurs inquiétait beaucoup les chercheurs du domaine de l’élaboration des aides auditifs pour les sourds. Ils voulaient comprendre s’il fallait ajuster l’appareil d’audition selon les caractéristiques du SLT de la langue maternelle du malentendant. Mais ils ne trouvaient pas d’unanimité à ce sujet jusqu’à l’apparition de l’étude menée par Byrne.

“Une moitié des auteurs présente en effet des conclusions accréditant l’idée d’un effet de la langue parlée sur le spectre à long terme, alors que l’autre rapporte des résultats opposés. Les expériences réalisées à Mons montrent que “la langue parlée influe, de fait, sur les caractéristiques spectrales à long terme. (…) Cet effet incontestable est cependant ténu.” (Harmegnies, Porch-Olivé, 1992, cité par Lauret, 1998)

Le but de la recherche menée par Byrne (Byrne, 1996) et ses collaborateurs consistait à comparer le SLT pour différentes langues afin d’identifier un SLT standardisé qui pourrait représenter plusieurs langues ou d’identifier les ressemblances et les différences entre les SLT des langues.

Une vingtaine de locuteurs natifs (à peu près 10 hommes et 10 femmes pour chaque langue) de 13 langues ont participé à l’expérience. Parmi les langues représentées on peut nommer l’anglais (et ses variantes), le suédois, le danois, l’allemand, le français canadien, le japonais, le cantonnais, le mandarin, le russe, le welsh, le cinghalais, le vietnamien, l’arabe.

Les sujets étaient censés lire un extrait d’un livre écrit dans leur langue maternelle. Il s’agit d’un texte simple, connu de tous et ne représentant aucune difficulté pour les locuteurs.

L’enregistrement a été réalisé sous conditions artificielles, dans une chambre sourde où l’écho ne pouvait pas se produire. Lors de l’enregistrement il est nécessaire d’assurer les mêmes conditions d’enregistrement pour tout le monde, par exemple, utiliser le même type de microphone et garder la même distance entre la bouche et le microphone, car le spectre sonore est très sensible à tout bruit et au changement de l’appareil d’enregistrement.

Ayant analysé les résultats, les chercheurs ont abouti au constat que toutes les langues sont pareilles du point de vue de leur SLT. Les spectres ne présentent que de faibles différences ne dépassant jamais 6dB, donc, l’image générale des spectres est très semblable.

Nous reproduisons ici les SLT de l’anglais britannique et du chinois établis par Byrne pour illustrer que les langues mêmes si éloignées ont les SLT très semblables selon cette étude.

(Malheureusement, l’image n’est pas nette. Mais on voit bien que la forme des spectres est très semblable. Le SLT des locuteurs de l’anglais est à gauche, du mandarin à droite.

L’axe des abscisses c’est la fréquence en Hz, l’axe des ordonnées c’est l’intensité en dB. Les points ronds représentent les hommes et les triangles les femmes)

(Byrne, 1996 : 2113, 2115)

Ils ont découvert également que la voix des hommes et des femmes (locuteurs natifs de la même langue) peut être localisée dans différentes zones fréquentielles, mais elles ne sont pas significatives non plus pour le SLT.

«D’après les auteurs, il semble clair que le SLT est largement dominé par les caractéristiques du mécanisme vocal. Même si les langues utilisent différentes voyelles et consonnes (structures formantiques), et que la fréquence d’occurrence des phonèmes diffère, ces facteurs semblent n’avoir que des effets mineurs sur le SLT. Et ces différences ne sont pas cohérentes entre femmes et hommes de même langue » (Lauret, 1998)

Le facteur majeur qui influence le SLT c’est l’individu lui-même et sa manière de parler, mais pas seulement son sexe ou sa langue maternelle.

Comme les SLT sont très semblables pour les langues analysées, il s’avère que les appareils d’aide auditifs ne nécessitent pas d’ajustement spécifique en fonction de la langue du locuteur. Cette recherche a permis également de dévoiler la fausseté de l’idée de la possibilité d’apprendre une langue étrangère par sensibilisation de l’oreille aux fréquences de cette langue. Pourtant, même aujourd’hui les acteurs commerciaux de l’enseignement des langues continuent de se servir des notions des spectres sonores des langues étrangères pour l’élaboration des programmes d’enseignement visant à ‘combler’ les différences fréquentielles entre les langues concernées.

L’idée exposée par ces centres de langue consiste à affirmer que les gens sont sourds aux fréquences des autres langues, c’est pourquoi ils rencontrent souvent des problèmes à distinguer et à produire les sons des langues étrangères et gardent un accent assez prononcé.

Bien que les théories exposées par les commerciaux soient dépourvues de base théorique prouvée scientifiquement, ce système d’apprentissage inspiré des analyses fréquencielles paraît innovant aux stagiaires et est au sommet de sa popularité. Cette méthode  permet d’atteindre des résultats impressionnants dans la production orale et dans la prononciation en langue étrangère.

Dans une des parties du mémoire, j’essaierai de comprendre les raisons de l’efficacité de cette méthode.

Bibliographie

Byrne D., et al., “An International comparison of long-term average speech spectra”, Journal of Acoustic Society of America, p.2108-2120, 1994

Lauret B., Aspects de phonétique expérimentale constrastive : l' »accent » anglo-américain en francais, Thèse de Doctorat, Sorbonne-Nouvelle Paris 3, 1998.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

La nostalgie en classe de langue (séminaire de Simon Coffey 13/03/18)

« Maintenant, on va jouer et vous allez prendre un cours d’anglais »

Le professeur divise la classe en quatre groupes de quatre à cinq étudiants puis distribue à chaque groupe le premier couplet d’une chanson scindé en quatre étiquettes. Il manque un mot sur chacune d’entre elles, ce qui rend la tâche bien plus complexe qu’il n’y parait. La consigne, très vague à la vue des bouts de papiers et de leurs trous  « mettez-les dans l’ordre », sème le trouble.

sure they ________________ sow potatoes, nor barley, nor wheat

Oh Mary, this London’s a wonderful ________________

with people all _____________ by day and by night

but there’s gangs of them ______________ for gold in the street

Réponse :

Continuer la lecture de La nostalgie en classe de langue (séminaire de Simon Coffey 13/03/18)

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Comme le souligne Iris Chang (2005), le système éducatif taïwanais comporte trois étapes. La première correspond à l’enseignement préscolaire et aux neuf années d’enseignement obligatoire. La seconde coïncide avec l’enseignement secondaire, et enfin, la dernière correspond à l’enseignement supérieur. Si les élèves désirent atteindre cette troisième et dernière étape, ils doivent passer un examen d’entrée à l’université, pour le moins éprouvant.  Continuer la lecture de Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Compte rendu du séminaire doctoral sur : « Plurilinguisme et création littéraire »

Serge Martin a commencé ce séminaire par une courte introduction en rappelant les grandes lignes principales de ce rassemblement, il a notamment fait allusion aux trois disciplines convoquant ce séminaire à savoir : la linguistique, la didactique et la littérature. Ce qui a été mis en exergue ce sont les réflexions et les interrogations sur la langue de l’écrivain. Dans ce contexte, S. Martin a suggéré d’interpréter le titre du séminaire comme suit : « on pourrait lire le titre comme un écrivain qui a plusieurs langues ». Les questions importantes proposées à la réflexion et à la discussion ont été entre autres les suivantes : Pourquoi dit-on la langue de l’écrivain ? Que représente cette notion ?

Le séminaire a commencé avec l’intervention d’Emilio Sciarrino , un auteur qui s’est particulièrement penché sur cette problématique. En effet, cet ancien étudiant de l’École Normale Supérieure et doctorant en études italiennes avait choisi d’orienter sa thèse sur : « Le plurilinguisme en littérature. Le cas italien ». Effectivement, ses recherches sont axées sur le plurilinguisme littéraire et sur la traduction. En outre, il est membre de l’équipe « Traduction, Multilinguisme, Création » de l’ITEM (CNRS / ENS). Il a écrit de nombreux articles, à titre d’exemple :

SCIARRINO E. (2016), « Penser le plurilinguisme avec Amelia Rosselli », dans Quaderni del Novecento. Eredità e attualità poetica di Amelia Rosselli, dir. Magdalena Maria Kublas et Eugenio Murrali,  n° 16, p. 107-114.

SCIARRINO E. (2015), « Poésies plurilingues en Italie : de la genèse à la réception (Roselli, Sanguinetti) », in O. Anokhina et F. Rastier (dir.), Écrire en langues : littératures et plurilinguisme, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, p. 45-58.

SCIARRINO E. (2015), « Réflexions sur la notion de « littérature-monde” », in O. Anokhina (dir.), Plurilinguisme, numéro spécial du Nouveau bulletin de l’ADEAF, n° 127, p. 23-26.

SCIARRINO E. (2015), « La traduction à quatre mains : le cas d’Amelia Rosselli », in Viviana Agostini-Ouafi et Antonio Lavieri (dir.), Poétiques des archives. Genèse des traductions et communautés de pratique, numéro thématique de Transalpina, n° 18, p. 105-113.

Lors de sa communication, Sciarrino nous a brossé la situation du plurilinguisme à travers une dimension temporelle, en effet, il est d’abord remonté au contexte de l’immigration, qui d’après lui a joué un rôle capital dans l’apparition d’auteurs plurilingues, il a cité quelques exemples comme : Herta Müller, une romancière allemande et lauréate du prix Nobel de littérature en 2009. Il a également fait référence à la littérature européenne en citant James Joyce, un poète irlandais du XXe siècle et un écrivain plurilingue (d’après Sciarrino, Joyce possède à son actif une vingtaine de langues).

Dans cette perspective, Sciarrino précise que cette situation ne s’agit en aucun cas d’un phénomène nouveau, mais relève déjà d’une tradition prégnante au Moyen-âge, c’est le cas notamment de Dante et de Cecil Scott Forester. L’auteur a évoqué les enjeux du plurilinguisme qui sont à la fois : littéraires, philosophiques et anthropologiques. Concernant la terminologie du plurilinguisme, Sciarrino propose le terme de « code switching » : « un concept de la linguistique indiquant le moment où l’on change de langue dans un énoncé », l’auteur formule que « lorsqu’on superpose deux langues, on a un mélange ».  Sciarrino nous indique que bien avant les études littéraires, ce phénomène de « code switching » fut longtemps étudié en linguistique et il prend l’exemple du linguiste américain Uriel Weinreich avec son ouvrage : « Languages in contact : Findings and Problems (1953). Selon Sciarrino, il s’agit d’un ouvrage très important dans la linguistique structurale.

En France, à partir de 1970, quelques auteurs se sont intéressés de plus près à cette notion de plurilinguisme, notamment : M. Bakhtine et J. Kristeva qui ont introduit le concept de « la polyphonie ». D’après Sciarrino, il existe plusieurs idiomes chez Bakhtine, l’autre exemple cité par Sciarrino est : « Le monolinguisme de l’autre » (1996) de Jacques Derrida. En effet, selon lui, Derrida s’est emparée de cette notion en l’inscrivant dans « la construction du logos ».  Autres exemples : E. Glissant, A. Khatibi et Andreï Makine.

Dans ce contexte, Sciarrino nous a fait part d’une petite anecdote très percutante sur l’écrivain russe : André Makine, en effet, d’après lui, A. Makine a longtemps essayé de publier ses deux ouvrages en France : « La fille d’un héros de l’Union soviétique » (1990) et « Confession d’un porte-drapeau déchu » (1992), mais sans succès, alors, il s’est octroyé « un petit mensonge » pour se faire éditer, il a ainsi fait croire que ces deux œuvres ont été traduites du russe et il a même inventé un traducteur imaginaire au nom de « Malin ».

Sciarrino affirme que « lorsqu’on regarde les archives, on peut mieux comprendre la situation de l’écrivain et ses compétences linguistiques », c’est le cas par exemple de Simone de Beauvoir qui écrit en anglais, ou encore Fernando António Nogueira Pessoa  : un écrivain trilingue qui alterne l’anglais et le français. Il donne également l’exemple de Samuel Barclay Beckett : un écrivain plurilingue qui a des influences avec d’autres langues. Sciarrino termine sa présentation en reprenant les recherches d’Olga Anokhina qui catégorise la façon d’écrire d’un écrivain en évoquant quatre stratégies :

1/ La séparation fonctionnelle des langues  : Sciarrino les explique ainsi : « une langue pour écrire et une autre pour commenter », il cite l’exemple de Pétrarque.

2/ Le mélange des langues : fait référence à l’interlangue.

3/ Ecriture parallèle :  c’est le fait d’écrire simultanément avec deux langues, il mentionne un exemple constaté chez un poète malgache Jean-Joseph Rabearivelo, qui écrit un vers en malgache et un autre en français.

4/ Autotraduction : l’écrivain écrit d’abord un texte, ensuite, il le traduit. Selon Sciarrino, le traducteur est « l’alter ego de l’écrivain ».  D’après lui, il existe des situations hybrides entre les écrivains et les traducteurs, c’est le cas de Vladimir Nabokov (un écrivain américain d’origine russe) qui n’acceptait pas certaines traductions de ses œuvres, il réécrivait alors tout.

Conclusion

Ce séminaire doctoral fut très enrichissant et le thème de cette communication fut d’autant plus pertinent, j’ai pu voir l’importance du plurilinguisme dans les études littéraires et découvrir les connaissances considérables que renferment les archives contemporaines sur les auteurs, leurs œuvres et leur rapport avec le plurilinguisme.

Bibliographie

SCIARRINO E. (2018), « Plurilinguisme et création littéraire », Séminaire doctoral du 25/01/2018, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

 

Nous avons participé au séminaire le 11 décembre, 2017 au Centre Censier, la première intervention dans le cadre du séminaire vise au sujet de la polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme, dirigé par GILLES DUPUIS, professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et codirecteur du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Il est membre des comités de rédaction de la revue Intermédialités et du magazine Spirale. Dans ce colloque, il nous a apporté des réflexions sur le joual, notamment dans la littérature française.

Continuer la lecture de Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche

 

Ce colloque a eu lieu à l’Amphi Durkheim, le 1er décembre, 2017. Il interrogeait les écrits produits par les étudiants du master didactique du FLE et des langues co-habilité et les doctorants. La réflexion consiste à la réflexivité sur les savoirs en construction et il centre aussi sur les processus de professionnalisation et d’entrée dans le métier. En même temps, Les contributions apportaient des éclaircissement sur les cohérences méthodologiques et épistémologiques des parcours de formation et les enjeux d’un Portfolio de formation par la recherche en tant que résultante du Projet FARR.

Continuer la lecture de Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Intervention de Mortimer M. Guiney au colloque du 04/12/2017 « Loi du marché ou exception culturelle ? L’offre et la demande de français dans les universités aux Etats-Unis »

Mortimer M. Guiney est un enseignant chercheur, il a obtenu son doctorat en philosophie à l’université de Yale, en 1987,  sa thèse portait sur « La dissertation dans la littérature comparée sur les théories du roman du début du XXe siècle ».  Depuis ses recherches sont axées sur « La littérature française des XIXe et XXe siècles, littérature comparée et études culturelles, enseignement de la langue française ».

Ce colloque était consacré « aux études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités »,  Mortimer M. Guiney nous évoque la crise de l’enseignement du français langue étrangère aux Etats-Unis. Il nous illustre cette crise par une liste de chiffres plus au moins déconcertants. En effet, en 1960 : le nombre d’étudiants inscrits en cours de français était de 229, 640. En 1968, le nombre a légèrement augmenté à 386. 694 et en 2013, le nombre d’étudiants inscrits en cours de français a baissé quantitativement de 10% soit 197. 757.

Il nous explique les raisons de cette régression, entre autres parce que à l’école primaire, le taux d’enfants inscrits en cours de langue étrangère est de 1/5, en outre, la grande majorité de la population finissent l’apprentissage de la langue étrangère qu’ à 14 ans. Les deux langues étrangères privilégiées sont l’espagnol et le français, bien que la littérature fait partie de l’enseignement obligatoire, elle n’est cependant pas intégrée dans l’enseignement de la langue étrangère. Mortimer M. Guiney précise que  les universités offrent aux étudiants la possibilité de suivre des cours de français et que les inscriptions se déroulent spontanément et sans contraintes et présentent même une volonté de l’étudiant à vouloir poursuivre cet enseignement afin de choisir plus tard une spécialité. Il ajoute que rarement sont les étudiants qui commencent l’apprentissage du français à l’université.  Dans cette perspective, il nous expose 5 types d’enseignements dispensés par  les études françaises  en 2007 :

– La langue et la littérature française.

– La langue et la culture.

– Le français professionnel.

– Les études francophones.

– La littérature et la culture francophone.

Les étudiants sont libres de choisir les cours qu’ils souhaitent suivirent parmi les  enseignements qu’ils leur sont proposés et à cet égard, Mortimer M. Guiney substitue à l’expression « l’art pour l’art », l’idée « de choix pour le choix ». Mortimer M. Guiney, conclue en disant que l’étude de la littérature française est « une forme de protectionnisme », qu’il présente comme « un principe de l’exception culturelle » et dont le rôle est primordial.

Il va s’en dire que les inscriptions en cours de français langue étrangère aient considérablement diminuées et sans doute par rapport au manque de motivation de la part des étudiants à suivre cet enseignement et la complexité de la langue française.

Bibliographie

GUINEY  M. M. (2017), « Loi du marché ou exception culturelle ? L’offre et la demande de français dans les universités aux Etats-Unis », Colloque : « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités », Sorbonne Nouvelle, Paris 3.

http://www.kenyon.edu/directories/campus-directory/biography/mort-guiney/ : consulté le 02/01/2018.

Continuer la lecture de Intervention de Mortimer M. Guiney au colloque du 04/12/2017 « Loi du marché ou exception culturelle ? L’offre et la demande de français dans les universités aux Etats-Unis »

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Une genèse du théâtre ?

 L’œuvre dramatique est une énigme que le théâtre doit résoudre.
Antoine Vitez

Pour le séminaire d’écriture création qui nous était proposé ce semestre, nous devions réaliser un compte rendu d’article en rapport avec les brouillons d’écriture et avec notre mémoire (si possible). C’est ainsi que j’en suis venue à lire l’article passionnant d’Almuth Grésillon et de Jean-Marie Thomasseau concernant la genèse du théâtre et dont je tiens à vous parler aujourd’hui. Intitulé « Scène de genèses théâtrales » et rédigé en 2005, il a pour but d’esquisser les difficultés que rencontrent les généticiens lorsqu’ils sont amenés à étudier une œuvre théâtrale et sa genèse.

Continuer la lecture de Une genèse du théâtre ?

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Compte rendu de la conférence de Florence Mourlhon-Dallies

Après avoir été maître de conférences à Paris 3, au département de Didactique du français langue étrangère, Florence Mourlhon-Dallies, est depuis 2012, enseignant chercheur en Science du langage à l’Université Paris Descartes. Elle est responsable du Master 1 et du Master 2 Didactique des langues à Paris V. Elle est également  membre du laboratoire (EDA) : Education, Discours, Apprentissages, à Paris V. Depuis 2014, elle fait parti intégrante du projet de Sorbonne Paris Cité « Sociétés plurielles » et coordonne principalement  les questions « d’interdisciplinarité en SHS ». Cette conférence a pour titre : « Le CV projectif commenté entre écrit normé et écriture pré-texte ». Je dois avouer que ce titre m’a vraiment interpelé, car, c’était la première fois que j’entendais ce terme, durant mon cursus de formation et même professionnel, j’ai pu rédiger de nombreux CV « standards », mais, je n’ai jamais eu la connaissance de ce type de CV.

Mourlhon souligne que, dans un CV « standard », « tout n’est pas intéressant », le CV projectif est quant à lui bien défini et normatif. Ce qui est important dans ce genre d’écrit, c’est la réflexivité que cela engendre chez les étudiants. Elle formule, d’ailleurs, son propos en disant qu’il s’agit « d’un écrit réflexif » permettant aux étudiants de réaliser leur projet professionnel. Ce dispositif a été mis en place à distance dans l’enseignement du français professionnel du M2 Didactique des langues, à Paris 3 et depuis deux ans, il a  été intégré en présentiel.

Il s’agit donc d’un outil qui permet de travailler en classe l’écriture différemment selon des normes bien établies. Pour ce faire, différentes taches sont proposées aux étudiants telles que (extraits de CV, rappel des normes du CV). Concernant l’évaluation de cet enseignement, les étudiants envoient leur CV projectif par courriel et reçoivent la réponse par mail avec un fichier audio. D’après, la conférencière, il s’agit « d’un dispositif multidirectionnel construit » qui a eu de bons résultats et qui s’est soldé pour la plus part des étudiants par une concrétisation de leur projet professionnel. La visée de cet enseignement représente selon elle, une double finalité, d’une part, celle du travail sur l’interculturalité et d’autre part, celle de la dimension psychoaffective, qui sont importantes, puisque chaque étudiant présente un parcours différent.

L’enseignement du CV projectif est donc très enrichissant, c’est une écriture productive, qui devrait être enseignée dès le secondaire pour permettre aux jeunes d’avoir des idées plus au moins précises sur leur orientation scolaire et même professionnelle et ainsi, appréhender plus facilement le marché du travail.

 Bibliographie

MOURLHON-DALLIES Florence. (2017), Colloque sur Le CV projectif commenté : entre écrit normé et écriture pré-texte, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3.

Continuer la lecture de Compte rendu de la conférence de Florence Mourlhon-Dallies

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Compte rendu d’une soutenance de thèse

Sujet : Pour une didactique contextualisée de la grammaire du français en milieu universitaire chinois : Perspectives métalinguistiques et interculturelles

Doctorante : Man XU

Directeur de la thèse : M. le Professeur Jean-Louis CHISS

Date et lieu de la soutenance : le 30 novembre 2017 à Censier salle D14

Jury : Continuer la lecture de Compte rendu d’une soutenance de thèse

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Quand je dois expliquer mes propos. Expérience d’intervenante dans un séminaire de l’AUF

Il y a quelques mois, la Direction régionale Caraïbe de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a lancé un appel à communications pour le Séminaire régional des départements universitaires de français AUF – Caraïbe. L’objectif de ce séminaire célébré les 20 et 21 mars à Saint Domingue, République Dominicaine était de renforcer les synergies entre les départements de français de la région.

Quatre activités ont marqué cette semaine d’échanges :

  1. Les animations pour la Journée internationale de la Francophonie (le 20 mars)
  2. Les communications scientifiques sur le thème « le français : une langue d’avenir dans les Amériques et la Caraïbe ? »
  3. Visioconférence du professeur Jean-Marc Mangiante sur le Français sur objectif spécifique (FOS) et le Français sur objectif universitaire (FOU)
  4. Le Forum sur l’enseignement du français dans les universités dominicaines.

Pour le séminaire, les organisateurs ont proposé cinq axes :
1. Pourquoi apprendre ou enseigner le français en 2016 dans les Amériques et la Caraïbe : les enjeux, les opportunités ?
2. •L’évolution des politiques publiques et éducatives : les choix, les raisons, les impacts.
3. •L’image du français entre mythes, réalités et distorsions ?
4. •Les « success stories » et les initiatives avortées de l’enseignement du français dans les Amériques et la Caraïbe.
5. •Le français en milieu universitaire :  comment en faire un atout pour l’enseignement, la recherche et l’emploi ?

Pour ma communication, j’ai retenu l’axe 5. Comme elle a été acceptée, j’ai dû me préparer pour un voyage Paris-Saint-Domingue. Après quelques mois en France, j’étais contente de retrouver la chaleur de ma zone caribéenne et mes anciens collègues de la région.

Après une longue attente de 10 heures à l’aéroport de Paris-Orly (vols retardés ou annulés à cause de l’attaque du 18 mars), j’ai pris le vol destination Saint-Domingue. À cause de ce retard, je suis arrivée deux heures avant la cérémonie d’ouverture. Même si j’étais fatiguée, je ne me suis pas endormie, surtout parce que c’était à moi de présenter la première communication : « Le français dans les universités cubaines : mobiliser et agir pour relever le défi ». J’ai évoqué les liens historico-culturels entre la France et Cuba ainsi que le rôle du français dans l’enseignement universitaire cubain. Dans ma présentation, j’ai proposé des actions concrètes à instaurer pour valoriser le français dans nos centres d’enseignement supérieur. Cela m’a permis d’échanger avec différents chercheurs, par exemple Patrick Chardenet et Patrick Riba.

Les communications et les discussions ont été riches et diverses : Enseigner le français aux enfants en contexte hispanophone. Analyse de pratiques et outils de formation, de la Docteure Laura Uribe, membre du DILTEC ; La francophonie haïtienne et l’expansion du français en Amérique et dans la Caraïbe, du Docteur Renauld Govain, doyen de la Faculté Linguistique Appliquée de l’Université d’État d’Haïti ; Francophonie des Amériques et (inter)américanité francophone : le rôle glottopolitique des Départements universitaires de français, de Patrick Chardenet, Maître de conférences en sciences du langage Laboratoire ELLIADD.

Ces espaces de partage contribuent à tisser des liens entre les départements universitaires de français de la Caraïbe et à dessiner des stratégies pour renforcer la place du français dans la région.

Compte-rendu de soutenance de thèse de doctorat

Le 22 février 2017 à 13h, Alice BERTHON a soutenu sa thèse de doctorat dans les salons de l’INALCO, 2 rue de Lille 75007, intitulée, « Le Japon au musée. Le Musée national d’ethnologie et le Musée national d’histoire et de folklore : histoire comparée et enjeux. » La thèse parlait de deux musées qui étaient construits au Japon en 1974 et 1981, plus précisément comment les deux musées ont représenté le Japon, le premier étant un musée de cultures étrangères et le deuxième de l’histoire et le folklore.

Je trouve que le sujet que Berthon a choisi était très intéressant. De plus, travailler sur un sujet de son propre pays ou culture est toujours quelque chose de novateur.

Le jury était composé de 5 personnes : M. Alain Delissen, Directeur d’étude, EHESS, M. Samuel Guex, Professeur-associé, Université de Genève, M. Michael Lucken, Professeur des universités, Inalco, M. Christophe Marquet, Professeur des universités, Inalco, Mme Mayumi Sekizawa, Professeur des universités, Musée national d’histoire et de folklore (Japon).

Quand je suis entrée dans la salle, j’étais un peu surprise qu’il y eût environ 15 personnes qui assistaient à la soutenance. Je me suis demandée comment Berthon allait soutenir devant tous ces gens. Evidemment on est déjà stressé quand on doit présenter devant une personne, mais devant 15, effrayant ! Néanmoins, Berthon est positionnée dos à nous et le visage vers les membres de jury. De plus, ce que j’ai remarqué est que Berton avait noté sa présentation sur quelques feuilles.

Berthon a commencé en remerciant les membres. Elle a présenté son parcours. Puis elle a abordé le parcours actuel. Ensuite elle a mentionné ce qui l’a conduit vers ce sujet. Les outils utilisés étaient également mentionnés, par exemple les peintures, les photos, les musées en plus des œuvres. Puis elle a cité les idées qu’elle avait au début de sa réflexion sur ce travail, mais qu’elle avait ensuite abandonné.

Vers 13h25, les membres du jury l’ont félicité pour une belle présentation. Le premier membre du jury, qui était son directeur, a indiqué que son choix de sujet lui a semblé très clair. Il a apprécié sa langue et la capacité d’expression. Il a indiqué que son niveau de la langue française s’est beaucoup amélioré pendant les dernières années.

Le deuxième membre du jury a apprécié la distinction entre les parties de la thèse que Berthon a fait. Selon lui la deuxième partie était un dialogue entre les musées occidentaux et orientaux. En ce qui concerne les manques qu’il a remarqué, il a indiqué quelques pages où les traductions des mots avaient besoin d’une deuxième réflexion.

Le troisième membre du jury, Mme Mayumi Sekizawa avait préparé ses commentaires et questions en japonais. Je ne parle pas du tout le japonais, mais par les gestes, il me semblait qu’elle était également contente de la présentation.

Une petite pause était annoncée vers 14h45.

On a repris vers 15h10. Le quatrième rapporteur a apprécié le style clair de Berthon ainsi que sa bibliographie impressionnante. Il l’a félicitée pour un vrai travail d’histoire en indiquant que le choix des deux musées était parfait.

Finalement le président du jury a remarqué que c’était un travail très ambitieux.

Vers 15h, Berthon a eu les résultats de sa thèse. Elle l’a bien validé. De plus, les membres de jury ont tellement apprécié la thèse qu’ils ont demandé à Berthon de le présenter ailleurs. C’était une grande réussite pour Berthon et une bonne fin de quatre ans de recherches.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

“Les imaginaires de la traduction”

1ère journée : vendredi 3 mars 2017/9h-18h

Salle Claude Simon, Sorbonne Nouvelle, Maison de la recherche. 4 rue des irlandais 75005 Paris

J’ai eu l’occasion d’assister à cette journée d’étude qui était organisée par Christina Bezari (Ghent University), Riccardo Raimondo (Université Sorbonne Paris-Cite) et Thomas Vuong (Universite Paris 13-SPC/Pleiade)

9h : Accueil des participants et petit-déjeuner au buffet

9h15 : Introduction de Pierre Civil (Sorbonne Nouvelle)

9h30 : Riccardo RAIMONDO – Prélude : traduction, herméneutique et imaginaire

10h00 Panel « POÉSIE ET IMAGINAIRE », présenté par Carole Birkan-Berz (Sorbonne-Nouvelle)

Miriam ROSSI (Tallinn University) – Imagined Translations in the Soviet Eighties, Samizdat and Poetry Translation

L’article ici nous suggère une exploration de la traduction poétique à Leningrad, durant le régime soviétique, en étudiant plus particulièrement la période des années 1980. Cet article interroge, développe et analyse en outre différents points :

  • Quelles fonctions remplissent, implicitement ou non, les poètes traducteurs ?
  • Qu’est-ce qui se joue quant à la représentation de l’Autre, durant l’acte de traduction ?

A noter également que cet article nous invite à étudier ce phénomène au travers du développement du système clandestin de circulation d’écrits dissidents, réseau informel, le Samizdat.

Selon Rossi, la traduction aide à transmettre les idées des autres. De plus, la traduction peut être considéré comme une résistance contre la censure. C’est un moyen d’expression. Au fur et à mesure où nous avançons dans cette investigation, il nous est proposé une étude sur la célèbre poète-traductrice, Olga Sedakova, emblème d’activisme dans le champ de la poésie et de la traduction. Olga était forcée à aller dans un hôpital psychiatre à cause de ses pensées par rapport à la traduction. La censure a forcé plusieurs écrivains à ne pas exister. Mais la traduction est devenue un refuge pour les écrivains russes.

Thomas VUONG (Univ. Paris 13-SPC/ Pléiade) – Traduire selon Bonnefoy : trahir au nom de l’imaginaire poétique ?

Figure emblématique du second XXème siècle, le français Yves Bonnefoy (1923-2016) s’est dessinée une renommée autant pour ses essais critiques sur la littérature ou l’art, que pour la poésie. . Les travaux historiques et critiques commencèrent à partir de 1954, avec une monographie consacrée aux Peintures murales de la France gothique. Ils se développèrent beaucoup par la suite et portent principalement sur l’histoire de la peinture, la relation des arts à la poésie, l’histoire de la poésie et son interprétation, la philosophie de l’œuvre et de l’acte poétiques. Ils vont de pair avec une activité de traducteur de Shakespeare (une quinzaine d’ouvrages), de William Butler Yeats (Quarante-cinq poèmes de Yeats, 1989), de Pétrarque et de Leopardi, ainsi que du poète grec Georges Séféris à qui l’a lié une longue amitié ; il a conduit une réflexion sur l’acte du traducteur, réflexion engagée dans les préfaces qu’il a données à ses traductions de Shakespeare (Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, 1998 ; La Communauté des traducteurs, 2000.) Pour ces traductions, la question première est de se rapprocher de la personne de l’auteur. Bonnefoy parle à leur sujet d’empathie, d’admiration, d’affection, d’amour même. À partir de cette intimité avec l’auteur, le traducteur peut recréer, de par son propre mouvement, le texte de l’auteur en toute fidélité.

Cette communication interrogera donc les modalités selon lesquelles Bonnefoy pratique, commente et théorise la traduction poétique comme une trahison du poème traduit, au nom de la poésie. Il définira la poésie comme étant une « articulation entre une existence et une parole ». Toute œuvre poétique est le fruit d’une existence. Il y a continuité entre l’être du poète, de la poétesse, et sa poésie. La parole se distingue du langage, qui est un système ; elle est une présence, par laquelle se manifeste cette existence. La parole a un caractère vivant, car elle est indissociable de l’être qui la prononce

Amina AZOUZ (Paris-Sorbonne) – Adonis : l’impossible traduction de l’imaginaire

Pour quelles raisons les poètes traduisent-ils les poètes ? La particularité de l’œuvre du poète syrien Adonis relève de son grand nombre de traductions de poètes français vers l’arabe, mais aussi de sa qualité d’acteur dans le processus de traduction de ses propres œuvres vers le français. Adonis est un des auteurs arabes le plus traduit. Adonis écrit pour un lectorat francophone. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands poètes arabes vivants, notamment suite à la disparition de Mahmoud Darwich. Il est un autodidacte influent, voire iconoclaste, quant à la réévaluation critique de la tradition poétique arabe vis-à-vis des pressions intellectuelles, politiques et religieuses du monde arabe actuel, l’exemple le plus frappant étant La Prière et l’Épée. Son œuvre révèle plusieurs thèmes : injustice, dictature, guerre, misère… Il se saisit des évènements contemporains pour en faire des mythes, sans pourtant devenir un « poète engagé ».

Christina BEZARI (Univ. de Gand) – « Traduire par amour authentique du beau » : la quête de la traduction dans les Fragments de Novalis.

Cette communication nous invitera à porter attention sur la vision romantique de la traduction telle qu’elle a été articulée dans les Fragments de Novalis. Bezari a procédé à une analyse des passages visant l’acte de traduire en se focalisant sur la triple dimension grammaticale, transformante et mythique de la traduction littéraire. Selon Bezari, la traduction n’imite pas le poète, il imite l’imagination du poète.

11h30-12h00 : Pause-Café

12h00-12h30 : Guillaume METAYER (CNRS) – Les imaginaires du traducteur de la poésie de Nietzsche

La poésie est considérée comme la partie ratée de Nietzsche. Selon les gens il était ni poète ni philosophe. Bachelard était le premier à écrire un article sur la poésie de Nietzsche. Il trouve un élément d’imaginaire dans sa poésie. Les poèmes de Nietzche constituent un corpus contrasté et assez peu travaillé.

12h30-13h30 : Déjeuner – buffet

13h30h-14h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 1 » présenté par Christina Bezari (Univ. de Gand)

Lilia ANDROSENKO (Université de Franche-Comté) – Dostoïevski traducteur de Balzac

À travers la traduction russe d’Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac par le jeune Fiodor Dostoïevski, l’étude ici porte à s’interroger sur l’impact et les conséquences qui ont pu découler de ce premier travail pour le futur romancier : en quoi et comment cette traduction peut être perçue telle une création artistique, en mesure de démarrer une carrière littéraire du traducteur ? Voire d’être à l’origine du succès ultérieur de ses propres écrits ?

Mirella BOTARO (Univ. de Poitiers) – Les référents culturels et la traduction créative (Monénembo et Mabanckou)

Cette intervention était fondée sur les enjeux interculturels de la traduction des romans Pelourinho (1995) du Guinéen Tierno Monénembo, et Verre Cassé (2005) du Congolais Alain Mabanckou au Brésil. M. BOTARO nous présente une analyse comparée de ces deux romans sous le prisme de la traduction, afin de nous amener à une réflexion sur les circulations littéraires sur l’axe sud-sud.

14h30-15h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 2 », présenté par James Archibald (McGill University)

Ngadi MAÏSSA LAUDE (Univ. de Lorraine) – Cartographier l’imaginaire d’un auteur (Olivier Rolin)

Laude propose de spécifier la cartographie des traductions (14 traductions) des œuvres d’Olivier Rolin. Elle met que les choix des traducteurs sont influencés par les sujets des romans et contribuent à ratifier la position revendiquée par l’auteur.

Marianna BRAUX (Adelaide University) – La liberté du traducteur face au roman hétérolingue

Cet exposé suggère la traduction dans sa dimension pragmatique visant à ramener, au style (indirect) libre, un discours antérieur à un tiers qui n’y a pas accès directement. Il s’agira alors, dans un panorama énonciatif et à partir de l’exemple de trois traductions du roman hétérolingue Pas pleurer de Lydie Salvayre, de s’interroger sur la dynamique dialogique de la traduction, ceci dans l’objectif de ressortir et valoriser sa fonction testimoniale.

15h30-16h00 : Pause-Café

16h00-17h00 : Panel « TRADUIRE LES TEXTES FONDATEURS » présenté par Antonio Sotgiu (Sorbonne-Nouvelle)

Marianne REBOUL (Paris-Sorbonne) – Raconter l’aventure en traduction, le mytho d’Ulysse dans les traductions françaises de l’Odyssée

Ulysse est, dans l´Iliade et l’Odyssée, un partisan du mytho et de la peitho : il convainc rois et guerriers, est reconnu pour sa ruse, voire comme un fieffé menteur. Grâce à cette présentation, on est en mesure d’analyser entre elles l’ensemble des traductions produites en France entre 1541 et 2008, et de disséquer comment le mythe d’Ulysse est perçu à travers les traductions.

Manel BOUAITA (Paris-Sorbonne) – Imaginaires et ambiguïtés traductologiques (sur le Coran)

C’est un texte (le Coran) intraduisible. Déjà, les grands poèmes sont intraduisibles.” Cette citation de Jacques Berque, sociologue et anthropologue orientaliste français, souligne la difficulté constante à traduire le Coran. Cette résistance se manifeste parce que ce sont d’abord non seulement les paroles de Dieu, autrement dit, des paroles sacrées mais aussi des paroles en langue arabe classique, une langue estimée très contraignante à apprendre et de surcroît à retransmettre. Donc le texte religieux peut avoir plusieurs interprétations. En conséquence comment un traducteur peut le traduire sans introduire ses propres imaginaires ? A noter que les versets ne sont pas ambigus, mais c’est la traduction qui est influencé par l’imaginaire des traducteurs. Dans la traduction de Zainab Abdul Aziz, on note une pensée féministe, une ouverture d’esprit, une imaginaire idéologique. Patiente et plus respectueux de la femme.

En gros, c’était une journée d’étude très intéressante. Le niveau d’intérêt a atteint le maximum pendant la dernière communication.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook