Archives par mot-clé : compétence sociolinguistique

Appropriation de la variation sociolinguistique en L2.

Le rôle du discours enseignant dans le développement de la compétence sociolinguistique en classe de français langue étrangère.

Thomas De Oliveira
Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

À la suite de Firth & Wagner (1997), une partie de la recherche sur l’acquisition/apprentissage des langues étrangères s’est éloigné du modèle cognitif largement dominant afin de réanalyser les processus d’appropriation des langues étrangères dans une perspective sociolinguistique. Parmi les nombreuses approches sociolinguistiques de l’appropriation des langues étrangères, les recherches portant sur le développement de la compétence sociolinguistique sont nombreuses, comme le montrent notamment Bayley et Regan (2004).

Tyne (2012) définit la compétence sociolinguistique comme la capacité, pour l’apprenant de langue étrangère, à « produire et reconnaître un style de langage relatif à une situation de communication donnée ». Cette compétence est une composante essentielle de la compétence de communication, au même titre que la compétence grammaticale (Canale & Swain, 1980). On voit d’emblée que c’est la question de la variation langagière qui est soulevée ici, et notamment la question de son appropriation par les apprenants de L2. En effet, la maîtrise des variations sociolinguistiques semble indispensable à la bonne conduite langagière des locuteurs de L2, tant au niveau de la production que de la compréhension (Geeslin & Long, 2014, p. 7-11).

Les travaux récents cherchant à comprendre les facteurs d’appropriation de la variation en L2 nous éclairent sur certains points :

  • L’interlangue des locuteurs de L2 est sujet à des variations qui sont, au même titre que les locuteurs de L1, systématiques et soumises à des contraintes linguistiques et sociolinguistiques. (Bayley & Regan, 2004)
  • Les variations qui apparaissent dans l’interlangue des locuteurs de L2 ne sont pas exactement similaires à celles des locuteurs de L1. Par exemple, les locuteurs de L2 emploient, dans un même contexte donné, plus de variantes formelles que les locuteurs de L1. (Mougeon et al., 2002)
  • Les locuteurs de L2 acquièrent la dimension variationnelle de la langue principalement au contact de locuteurs natifs. (Mougeon et al., 2002) L’apprentissage en classe semble à l’inverse jouer un rôle mineur dans l’appropriation de la compétence sociolinguistique.

C’est ce dernier point qui retiendra ici notre attention. On peut en effet s’interroger sur le rôle de l’apprentissage guidé, et notamment du discours enseignant, dans le développement de la compétence sociolinguistique des apprenants. Il serait intéressant de savoir si, comme le suggère Guérin (2010) en ce qui concerne l’école primaire en France, les enseignants de FLE emploient une variété discursive « monovariétale », ce qui pourrait alors expliquer le faible développement de la compétence sociolinguistique chez les apprenants.


Références :

  • Bayley, R. & Regan V., (2004), « Introduction: the acquisition of sociolinguistic competence. », Journal of sociolinguistics, (n°8|3), p. 323-338.
  • Firth, A. & Wagner, J., (1997), « On discourse, communication, and (some) fundamental concepts in SLA research. », Modern Language Journal, (n° 81), p. 285-300
  • Geeslin L. K. & Long Y. A., (2014), Sociolinguistics and sesond language acquisition: learning to use language in context, New York : Routledge, 320 p.
  • Guérin, E. (2010), « L’ “outre-langue” des enseignants ou le mythe d’une langue monovariétale », Pratiques [En ligne], (n° 145-146), consulté le 11 décembre 2014. URL : http://pratiques.revues.org/1501
  • Mougeon R., Nadasdi T. & Rehner K., (2002), « Etat de la recherche sur l’appropriation de la variation par les apprenants avancés de FL2 ou FLE », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], (n°17), consulté le 9 septembre 2015. URL : http://aile.revues.org/847
  • Tarone, E., (2007), « Sociolinguistic Approaches to Second Language Acqusition Research – 1997-2007), Modern Language Journal, (n° 91), p. 837-848.
  • Tyne, H., (2012), « La variation dans l’enseignement-apprentissage d’une langue 2 », Le français aujourd’hui, (n° 176), p. 103-112.

 

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Enseigner les variations familières du français

Le thème de notre projet de mémoire a été inspiré par centaines difficultés récurrentes rencontrées comme enseignant de français langue étrangère (désormais FLE) au Soudan. Ces difficultés ont toutes trait à la norme à enseigner et, plus particulièrement, à la présence niveaux de langue au sein de la classe de FLE.
A de multiples occasions nous avons remarqué que la sensibilisation aux divers niveaux de langue du français – notamment aux variations familières – suscitait l’enthousiasme de l’apprenant, content de s’éloigner pour un temps d’un registre standard dont il perçoit le caractère normatif. Interrogés sur le sujet, nombre de mes collègues font le même constat : la demande de l’apprenant en matière de « français contemporain » est d’autant plus forte qu’en dehors de la salle de classe (en contexte francophone) ou via la télévision et Internet, il entend une langue assez éloignée de celle qu’il apprend et qui fait la part belle au registre familier, voire à d’étranges mixités. Toutefois, aborder le registre familier en classe de langue n’est pas sans risque. Il constitue une véritable boite de pandore qui, une fois ouvert, réserve bien des difficulté à l’enseignant comme l’apprenant qui découvrent rapidement que les variations linguistiques propres au langage populaire sont très nombreuses, voire infinies. Se pose alors la question de savoir comment enseigner une telle multitude…
L’enthousiasme des apprenants (et des professeurs) semble exprimer un réel besoin en la matière. Il s’avère aujourd’hui impossible de réduire, marginaliser ou retarder l’étude familière. La nécessité de sensibiliser les apprenants aux niveaux de langue n’est plus à prouver dans le contexte des méthodes communicatives et actionnelles qui prônent toujours plus d’authenticité dans le rapport à la langue – cible. Enseigner le FLE, n’est-ce pas aujourd’hui renseigner l’apprenant sur la variabilité de la langue française ? Cet impératif didactique est présent dans le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues qui invite à faire travailler les variations de langue en vue de l’acquisition de la compétence sociolinguistique : deux de ses composantes renvoient aux niveaux de langue : la prise en compte des différents « registres de formalisme » la capacité de « repérer des marques linguistiques propres à la classe sociale, à l’origine régionale au nationale, ou encore au groupe professionnel ».
Si la didactique du FLE apporte des réponses assez précises sur les objectifs attachés à la prise en compte des niveaux de langue, elle semble plus floue sur la manière de faire. Quelle méthodologie d’ensemble est aujourd’hui disponible pour les professeurs qui souhaitent mettre en valeur la compétence sociolinguistique à travers un travail spécifique sur le français d’usage quotidien ? Quelle boite pour ceux qui veulent simplement améliorer la cohérence entre contenus et objectifs langagiers ?
Présentement, l’enseignant à sa disposition de nombreuses ressources pédagogiques qui peuvent l’aider à bricoler sa propre méthodologie du français familier. Mais un constat s’impose : si une grande majorité des méthodes prennent en compte le registre familier à travers une diversité d’activités linguistiques et langagières, force est de constater que l’offre est parcellaire, etc. Un tel découpage des variations familières peut empêcher l’apprenant d’accéder à une vision claire de la langue française parlée au quotidien.
Ces différentes remarques nous ont conduits à élaborer une première esquisse de plan – appelé bien évidemment à évoluer – qui s’appuie sur l’hypothèse suivante : la connaissance et la pratique des variation familières de la langue française peuvent participer à la mise en œuvre de la compétence sociolinguistique à condition que l’enseignement apprentissage intègre cette catégorie de variations dans une dynamique inter registres, par exemple à travers des activités de remédiation qui, en contexte non francophone, peuvent constituer une finalité en soi.

Bibliographie:
D. Coste, une introduction à la recherche en didactique des langues, Didier, 1981.
J. P. Cuq, Isaballe Gruca, cours de didactique du français langue étrangère et seconde, PUG, 2005.
J. P. Cuq, Dictionnaire de didactique du français, CLE international, Paris 2003.
M. Pourgeoise, Dictionnaire didactique de la langue française, Armand Colin Paris, 1996.

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook