Archives par mot-clé : communauté;appartenances;identité;

La communauté et les appartenances

Le séminaire du 16 avril auquel j’ai assisté était le dernier séminaire consacré à l’articulation des politiques linguistiques et éducatives et de la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues. Madame Valérie Spaëth a abordé la question de la communauté et des appartenances (écho à la journée d’études sur le plurilinguisme et la biographie langagière/le 11 avril).

La sociologie de Norbert Elias dépasse la traditionnelle opposition entre individu et société. En effet, les individus interdépendants forment selon lui la société, qui n’est donc ni un ensemble indépendant des individus qui la composent, ni le simple agrégat des actions de ces derniers. Elias nomme « configurations » les formes spécifiques d’interdépendance entre les individus, la taille de ces configurations pouvant aller de la relation entre les deux membres d’un couple à celle entre deux Etats. La notion d’interdépendance est au cœur même de la théorie d’Élias. Il l’explique ainsi : « Comme au jeu d’échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l’échiquier social, qui déclenche infailliblement un contre-coup d’un autre individu (sur l’échiquier social, il s’agit en réalité de beaucoup de contrecoups exécutés par beaucoup d’individus) limitant la liberté d’action du premier joueur » in La Société de cour, p. 152-153.
William Labov envisage une approche sociale dans son ouvrage The social stratification of English in New York City et tient compte de plusieurs contraintes non internes à la langue; comme le niveau social (socio-économique), l’âge, le sexe etc. Selon William Labov « il est impossible de comprendre la progression d’un changement dans la langue hors de la vie sociale de la communauté où il se produit. Ou encore, pour le dire autrement, que des pressions sociales s’exercent constamment sur la langue, non pas de quelque point du lointain passé; mais sous la forme d’une force sociale immanente et présentement active. » in Sociolinguistique, p.47

 

Communauté et appartenances

Séminaire du 16/04/2015

 Le 16 avril dernier, le séminaire auquel j’ai assisté était consacré à la question de la communauté et des appartenances. Il nous interrogeait, entre autres, sur la notion d’identité associée aux aspects territorial, linguistique et politique de la communauté. Il s’agissait donc, d’une part, de réfléchir sur la notion d’identité par le sentiment d’appartenance à une communauté. Notre identité est-elle assignée ou encore est-elle construite? L’identité est-elle conditionnée par la territorialité? Si oui, qu’advient-il de la définition et de l’appartenance identitaires lorsqu’il y a expatriation d’un individu? Si le mouvement engendre un changement de la perception et de la définition de l’identité, serait-elle conditionnée par l’environnement social, géographique et linguistique? Afin d’exemplifier la réflexion sur le sujet et l’évolution des divers courants, l’exemple de la France nous a été proposé.

 En territoire français, avant la fin du XVIIIe siècle, la notion d’identité était liée à la citoyenneté, toutefois la Révolution française renversa la situation en faisant de la langue française le symbole de la liberté et de l’égalité. La langue devient le ciment unificateur de la citoyenneté, elle transcende les frontières terrestres. La définition de soi en tant que groupe ou en tant qu’individu ne porte donc plus exclusivement sur la territorialité, mais dépend aussi de l’existence d’un sentiment d’appartenance, de la création d’un lien qui n’est pas toujours généalogique, mais linguistique dans ce cas-ci. Cet élément se retrouve d’ailleurs à l’ère actuelle lorsqu’il est question de l’identité moderne et qui permet des regroupements d’individu selon des critères linguistiques, comme c’est le cas pour la Francophonie, culturels ou même religieux.

L’ensemble du séminaire, donné par Mme Valérie Spaëth (Université Paris III) portait le titre Articuler les politiques linguistiques et éducatives et la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues. Ce sujet fut divisé en quatre rencontres, traitant chacune un aspect de la problématique mise de l’avant : la phénoménologie; l’articulation des échelles micro et macro en recherche ainsi que les relations unissant les individus, les personnes et les institutions; la communauté et les appartenances; finalement, le rapport entre culture éducative et culture didactique.

 

Bibliographie :

Appadurai, A. (2001 trad. fr.), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Payot.

Labov, W. (1976 trad. fr.), Sociolinguistique, Paris : Minuit.

Wallerstein, I. (2009 trad. fr.), Comprendre le monde, Paris : La Découverte.