Archives par mot-clé : colloque

Compte-rendu DILTEC 2016 : « le genre est un « curriculum caché » »

Le DILTEC de cette année 2016 avait comme intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle ». Il s’est déroulé du vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre.

J’ai pu assister aux communications du vendredi et du samedi. Celle qui a retenu le plus mon attention est celle du samedi 22 octobre « Penser le genre en classe de langue : un projet éthique à construire » dirigée par une doctorante du nom de Grâce Ranchon (université Jean Monnet).

Cette communication avait pour thématique générale le « plurilinguisme, l’altérité et l’inclusion ».

Cette jeune doctorante a commencé la présentation de son sujet avec la définition du terme « genre » que j’ai trouvé très intéressante : « le genre est d’abord un concept qui permet de dénaturaliser l’étiquette « homme » et l’étiquette « femme » ». Le genre était étudié ici dans des manuels pour les niveaux A1 afin de voir comment ils présentaient, introduisaient le genre masculin et le genre féminin (selon le CECRL, c’est à ce niveau-là que nous commençons l’apprentissage du masculin et du féminin). Elle s’est appuyée, pour faire ce travail, sur trois manuels de FLE qui ont des maisons d’édition différentes. Le fait de prendre plusieurs maisons d’édition est très important puisque cela permet de voir les différences ou les occurrences concernant les visions du genre. Elle n’a pas pris la maison d’édition Y parce qu’ils n’ont pas voulu répondre à ces questions (leur refus étant quelque chose d’assez intéressant de mon point de vue).

Nous avons pu voir que, même si la majorité des clichés sexistes a disparu dans les manuels, le genre apparaît toujours avec des discours subjacents et implicites dans le discours didactique (par exemple dans la hiérarchisation du masculin sur le féminin). Cette vision du genre est alors imposée à la classe à travers les manuels, les apprenants doivent se soumettre à ces idées-là et ils doivent aussi reconnaître les caractéristiques morales des hommes et des femmes (elle a pris un exemple pour illustrer ses propos : dans un exercice les apprenants doivent cocher le caractère qui correspond à un homme ou à une femme (jaloux, possessif, romantique, etc.)).

Nous pouvons donc voir que la classe n’est pas un espace neutre mais qu’elle est traversée par des rapports de pouvoir (qui traversent tous les outils d’enseignement-apprentissage) notamment comme la jeune doctorante a pu nous le montrer à travers les manuels.

Cette communication m’a fait penser à la Corée du Sud, même si elle n’est pas en lien direct avec le sujet de mon mémoire, elle reste en lien avec le pays qui est le thème de mon mémoire. En effet, lors des discussions, il a été question de l’avancé que faisaient les manuels dans la présentation « moins » stéréotypée concernant le genre (en faisant étudier le mariage gay par exemple dans des niveaux plus avancés). Mais, cette « ouverture » d’esprit que veut faire entendre le manuel n’est pas réalisée puisque souvent, dans les pages suivantes cette même « ouverture » d’esprit est détruite par d’autres activités en contradiction avec les valeurs que voulaient véhiculer le manuel. Pour mettre en lien avec la Corée du Sud, il faut déjà prendre en compte le fait que la Corée du Sud n’est pas un pays ouvert d’esprit, il n’est pas possible de parler d’homosexualité en classe ou même en famille. Ce sujet est à un tel point tabou que des couples gays se marient avec une personne opposée de leur sexe tout en continuant leur relation avec la personne du même sexe. Pour mieux comprendre : deux hommes sont ensembles, mais pour ne pas que leur famille soit au courant, ils vont trouver un autre couple de deux homosexuelles femmes afin de pouvoir se marier et former un « couple normal » (référence à une certaine norme : mais à quelle norme ? selon qui ?) tout en continuant de voir la personne qu’ils aiment.

Il serait donc intéressant de voir comment les manuels de FLE sont présentés là-bas, les censures possibles sur certains thèmes ainsi que la manière dont le genre est présenté dans une société si patriarcale et confucianiste qu’est la Corée du Sud.

J’ai trouvé ce sujet très intéressant, surtout qu’elle est la première à avoir traiter le genre dans les manuels adultes et cela m’a aussi donné envie de lire ce qui a été publié sur le genre dans les manuels scolaires[1] (ce qui pourrait donc être un lien avec mon mémoire). Sa conclusion était tout aussi intéressante quand elle a dit que la légitimité du projet-genre en FLE est « une action de réflexivité éthique », ce qui a permis de mettre en lien son sujet avec la thématique de ce colloque du DILTEC.

 

 

[1] Brugeilles C., Cromer S. (2005). Analyser les représentations du masculin et du féminin dans les manuels scolaires. CEPED : Paris.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Un premier colloque … vertigineux !

La première communication de la salle M terminée, je me dirige vers la salle V afin d’assister à celle de monsieur F.R. La veille au soir, j’avais consulté le programme et l’intitulé de cette  intervention avait retenu mon attention.

Alors que j’ouvre la porte avec délicatesse, je sens que quelqu’un la tire de l’autre côté. Il s’agit de l’hôtesse. Elle me souhaite la bienvenue et ferme la porte derrière moi. Parcourant la salle du regard, je me rends compte que la communication précédente n’est pas encore terminée et que la salle est pleine. Je recherche une place du regard et aperçois une petite place sur un bout de table au fond de la pièce, devant une fenêtre. Je me dirige donc au fond de la salle, manquant de peu une chute après m’être pris les pieds dans le chargeur d’un portable. Enfin assise, je me rends rapidement compte que la présence du vide derrière moi me provoque le vertige et cela me posera problème durant l’intégralité de la communication dont je rédige le compte-rendu.

La salle est pleine, certaines personnes assistent à la communication debout, appuyées contre le mur. La présence de tant de personnes provoque une chaleur insupportable dans la pièce et si le fait d’aérer la pièce règle le problème, cela provoque des nuisances sonores qui nous empêchent d’entendre les questions posées au chercheur faisant sa présentation.

11h15, monsieur F.R prend la parole. Il expose sa recherche sur la présence de textes médiatiques dans les manuels de français langue étrangère de niveaux B1 à C2, destinés à un public d’adolescents ou grands adolescents, sélectionnés de façon aléatoire à la bibliothèque de Censier. Tous les manuels sont de chez Hachette ou Clé.  Il définit les termes « éthique » et « ethographie » (et pas ethnographie) avant de nous exposer le fait qu’un article de presse a à la fois une logique symbolique et pragmatique. Seule la logique pragmatique subsiste dans le cas d’un article de presse présent dans un manuel de FLE. Entre quinze et vingt articles de presse sont présents dans chaque manuel ; ils sont principalement extraits des journaux Le Monde, Le Figaro et de journaux régionaux, tel que Le Parisien. Huit thèmes sont abordés de façon récurrente : la gastronomie, la migration, la culture, le système éducatif, la mode, les rencontres, le sport et la génétique (à travers le clonage). Concernant les activités de compréhension qui accompagnent ces articles, monsieur F.R souligne qu’elles s’inscrivent dans une tradition littéraire et qu’il s’agit principalement de répondre à des questions de compréhension, de rédiger un résumé de l’article mais aussi de rédiger un commentaire composé.

Alors que j’écoute cette intervention, je ne peux m’empêcher d’observer mon voisin de droite, lui aussi assis sur la table, qui ne prends pas de notes mais qui observe les miennes. J’aimerais le questionner sur ses études/ses recherches mais je ne le fais pas de peur de rater des informations essentielles. Finalement, la communication touche à sa fin et le moment des questions posées au chercheur arrive. Certaines personnes quittent la salle, un léger brouhaha se fait entendre. L’hôtesse demande d’ouvrir la fenêtre en grand, mon vertige est à son comble et je décide de descendre de la table. La première question est posée au chercheur et c’est ce moment que choisi mon voisin pour me questionner.

Lui – Vous êtes en master ici ?

Moi – Oui, en master 2.

Lui – (il fait un signe de tête en direction de l’estrade) Ce sujet semble beaucoup vous intéresser.

Moi – Oui, pour mon mémoire. J’aimerais travailler sur les documents authentiques présents dans les manuels de FLE. Le texte médiatique en faisant partie, ça me donne une idée de la démarche scientifique à suivre, les questions que je pourrais me poser …

Lui – Ah ! Je comprends cette prise de notes effrénée (rires). Moi ça ne m’a pas beaucoup intéressé …

Moi – Vous étudiez quoi ?

Lui – Je suis en Master  2 aussi. Mais en espagnol. Je m’intéresse à la didactique aussi. (En désignant les personnes présentes dans la salle) Vous connaissez ces chercheurs ?

Moi – Oui certains, pas tous. Ils sont aussi enseignants, nos enseignants en l’occurrence.

Lui – Ah c’est cool. (Il se lève) Bon je vais en salle M, la conversation à venir m’intéresse. A bientôt, peut-être.

Moi – A bientôt.

Cette communication m’a permis de me rendre compte qu’il est nécessaire que je me concentre sur un type de documents authentiques en particulier, des divers points à observer  et à analyser. De plus, grâce à cette  communication je me suis rendue compte que ce chercheur pourrait être un potentiel directeur de mémoire car le thème de sa recherche se rapproche du mien.

C’est donc ravie de la communication, des idées nouvelles qu’elle a suscitée et de cette rencontre avec l’étudiant, que j’attends la communication suivante, en prenant la place de mon voisin maintenant parti, qui avait le mur pour s’adosser.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Compte rendu de la journée d’études du 7 octobre 2015 ——passages de paroles / paroles de passages

La journée d’études – passages de paroles / paroles de passages organisé par l’équipe LAPAD a eu lieu le 7 octobre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, au troisième étage dans la salle M.

Parmi tous les exposés de cette colloque, celui de Nan ZHANG m’a inspiré le plus, parce que j’avais participé à son enquête, et ce qu’elle a étudié a une forte lien avec mon propre expérience ainsi que mon mémoire de M2 qui porte sur l’enseignement de la phonétique française.

Elle a fait deux enquêtes pour soutenir son étude, une avait été réalisée auprès d’une quarantaine d’étudiants chinois, elle analyse si certaine rubrique du manuel Le français a pu ou non les aider à franchir le premier obstacle de la phonétique qu’ils rencontrent tout au début de leur apprentissage. L’autre enquête avait été réalisée via messagerie électronique auprès de trois jeunes enseignantes de français à l’université (respectivement à Tianjin, Jinan et Beijing), pour savoir s’ils ont employé cette rubrique étudiée en cours.

J’ai un profil similaire à celui de Nan. Comme elle a dit, l’apprentissage du français commence tous par la phonétique en milieu universitaire en Chine, parce que le français est une langue très éloignée de notre langue maternelle. Dans sa présentation, elle a fait une comparaison entre l’ancienne version et la nouvelle version du manuel Le Français (Tome I), ce qui est largement utilisé dans l’enseignement universitaire du français, en basant sur Le programme national de l’enseignement du français élémentaire.

Elle a indiqué que la nouvelle version a mis davantage un accent particulier à la prononciation, par rapport à celle ancienne. Personnellement, le manuel utilisé dans mon université est le la nouvelle version de Le Français. J’ai l’impression que l’enseignement de la phonétique y occupe une grande partie.

D’après son enquête, elle a aperçu le fait que les poèmes à la fin des leçons sont généralement négligés par les étudiants ainsi que par les enseignants, les enseignants qu’elle interroge ont tous prétexté que le temps ne permet pas de toucher cette rubrique. D’après mon propre expérience, c’est vrais que le temps est pressé pour chaque leçon, parfois on n’avait même pas assez de temps pour mettre ensemble les exercices, sachant que nous devons accomplir et mettre ensemble aussi les exercices d’un autre livre qui assiste ce manuel. Par ailleurs, comme nous étions grands débutants, la lecture des poèmes nous donnent aucun intérêt, puisqu’ils utilisent souvent des mots difficiles, et cela nous faisaient facilement mal au tête.

Par contre, je ne désavoue pas le fait que lire à haute voix nous aide beaucoup dans la prononciation du français, même lire silencieusement. Comme elle a dit que ces poèmes ont pour but de renforcer la capacité des apprenants dans la transcription de la graphie en phonie et d’améliorer leur prononciation, elle a proposé qu’il faut mettre en voix ces poèmes et souligner les rimes situées à la fin des vers, ou de les mettre en italique. Ces propositions sont applicables d’après moi, et ses résultats aident beaucoup mon étude dans ce domaine.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Il était une fois le DILTEC…

Il était une fois, en feuilletant la brochure de colloque du DILTEC, mon regard fut arrêté par un article qui s’intitulait “Grammaires du français et discours grammaticaux contextualisés écrit par l’équipe de GRAC, plus précisément par BRULEY Cécile, FOUILLET Raphaëlle, STRATILAKI Sofia et WEBER Corinne.

Il me semblait que ce titre cachait une histoire mystérieuse . . .

Dans un royaume fort lointain vivait une princesse d’une rare beauté, son prénom était Grammaire. Elle aimait se promener de manière élégante à travers tout le texte avec ses amies : la duchesse Madame de Référence et sa cousine Mademoiselle Pédagogique.

Comme la Grammaire et ses amies se promenaient souvent dans les mêmes petites ruelles décorées de fleurs, les habitants du royaume décidèrent de nommer ces deux ruelles à l’honneur de leur princesse et de ses amies : la rue de la Grammaire de Référence et la rue de la Grammaire Pédagogique.

Un beau matin, un chevalier Discours sur son cheval blanc arriva dans ce royaume avec sa puissante armée Des Auteurs. Il vint pour faire connaissance avec la princesse d’une beauté divine. Tous les deux tombèrent amoureux l’un de l’autre dès le premier regard. Comme signe de leur amour éternel, ils hissèrent un drapeau du “Discours grammatical” sur la place centrale du royaume.

Un jour, le père de Grammaire mourut. Un nouveau roi Contexte occupa son trône. Une époque dure et sombre commença. C’était l’époque de la“Contextualisation”. Personne n’aimait ce roi, parce qu’il était méchant et sombre comme son époque.

Mais, un jour….

 

 

P.S. À nous, aux lecteurs, cette petite histoire d’un royaume lointain sert à introduire ses héros qui sont devenus tellement importants en didactique des langues, notamment la grammaire de référence, la grammaire pédagogique, le discours des auteurs, le discours grammatical, le contexte et la contextualisation.

 

Bibliographie:

DILTEC, Langages, cultures, sociétés : interrogations didactiques, Grammaires du français et discours grammaticaux contextualisés, Paris, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Colloque Diltec des 20-21-22 juin 2012, p. 32.

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Colloque : La Grammaire de la Cause

Colloque : La Grammaire de la Cause

23, 24 octobre 2015, à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne

Organisation : Stéophane Viellard, Irina Thomières

http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Cause_Pr_Final_18_octobre.pdf

 

Ce colloque se situe plutôt dans le domaine de la linguistique. J’y ai assisté pour savoir d’abord comment cela se passait dans ce domaine si proche de la didactique des langues étrangères mais qui n’est pas, à mon avis, suffisamment abordé en formation de Français Langue Étrangère. Bien sûr, le travail des linguistes était totalement différent de celui en didactique. Notamment ce qui m’a marquée, c’est le fait que leur objet d’études était extrêmement cerné (ou c’est peut-être seulement moi qui a pensé comme cela, parce que la problématique de mon mémoire n’était pas encore tout à fait précise à ce moment-là…). Par exemple, il y a eu une présentation sur « les noms composés de l’odeur en russe ». (Mais LES NOMS COMPOSÉS DE L’ODEUR, vous vous rendez compte !?) L’objet d’études pour un chercheur, ce serait sa vie quotidienne pendant des années… Bref, je voulais simplement dire combien il est important de trouver un sujet qui nous intéresse.

J’espérais également, en assistant au colloque, pouvoir apprendre quelque chose sur le fonctionnement de la langue française. Et cela a été une bonne occasion. À titre d’exemple, David GAATONE (Université de Tel-Aviv, Israël) a proposé une présentation, intitulée Le jeu complexe de deux constructions causatives en français : quelques remarques. Elle a porté sur deux constructions, « le verbe faire + infinitif » et « faire que P », plus précisément sur certaines ambiguïtés qu’elles peuvent engendrer et la grammaticalité et l’agrammaticalité complexes dans ces constructions.

Je vous présente seulement quelques-uns des exemples donnés parmi la soixantaine suggérée par le chercheur.

Exemples (* = marque de l’agrammaticalité)

a)-Il descend (les valises/*les passagers).

-Il fait descendre (*les valises/ les passagers).

-Il fait descendre (les valises/*les passagers) par le porteur.

→ traitement différent selon la nature du complément d’objet                    directe (animé ou inanimé ?)  

b)-*Ce repas a fait être les enfants heureux (a rendu les enfants                      heureux).

       -*Cet incident me fait devoir partir (m’oblige à partir).

→ incompatibilité de faire avec les infinitifs des verbes copules,                 auxiliaires, semi-auxiliaires et les apparentés (ex. avoir, être,                      devoir, pouvoir, etc.), si la structure est employée pour la                             causalité

c)-Tout cela (fait qu’il a besoin de la foi/*lui fait avoir besoin de la                foi).

→ incompatibilité de faire avec la construction avoir + nom sans                    article

 

Voilà, je pense que vous avez compris l’esprit du colloque.

En écoutant, je me suis dit si seulement tous les enseignants de français langue étrangère pouvaient expliquer un point de grammaire de façon aussi détaillée. L’esprit ouvert aux autres cultures et les connaissances en didactique ne remplacent pas les explications précises sur des règles de grammaire et des faits de langue.

Pour finir ce petit billet, je voudrais ajouter que ce colloque m’a surtout rappelé le plaisir d’étudier une langue comme objet bien aimé et pas seulement comme moyen de communication.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Passages de Paroles

Depuis quelques jours déjà je vois cette affiche partout dans les couloirs : Passages de paroles – Paroles de passages. En cours également j’en entends parler. Une journée d’études. Cinq années passées à l’université et je n’ai jamais assisté à une journée d’études. Je me demande tout à coup ce que j’ai bien pu faire pendant ma scolarité.

Je découvre donc aujourd’hui que ce n’est pas une légende : les chercheurs cherchent. Et en plus ils partagent leurs recherches. Avec nous ! Oui, n’importe qui est libre d’assister à ces présentations, d’écouter, de comprendre, de ne pas comprendre et poser des questions.

C’est donc avec fascination que j’ai écouté tous ces chercheurs parler d’un sujet qui m’intéresse : expériences et perspectives en didactique des langues.

Parmi ces chercheurs certains de mes professeurs, Gérard Noiret, écrivain, mais pas seulement. Se trouvent aussi des étudiants de doctorat. De tous jeunes chercheurs qui s’intéressent à des sujets bien divers : la didactique de la littérature dans le contexte chinois, la lecture à haute voix ou encore la photographie.

Tant de domaines qui ont un but commun : faire avancer la recherche dans la didactique des langues.

Je ne me rendais pas compte avant cette journée, du champ de travail possible sur ce sujet.

Progr_Passages de paroles …

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

« Passages de paroles Paroles de passages »…

A chaque passage de paroles, un visage, une voix, un rythme,            une manière d’être, de paraître, une manière de faire, de construire, une logique, une structure, un monde…

un univers à apprivoiser, un point de vue singulier.

Si les paroles passent et les écrits restent, que restent-ils de nos paroles passées ?

Tant de « passages vers l’Ouest », mais aussi du Nord au Sud qui m’ont plus d’une fois déroutée, envoûtée, troublée, détournée.              Ecoute parfois flottante mais écoute réelle, pas celle d’une « simple transmission mais d’une vraie relation de soi au monde, à autrui ».    « On ne comprend pas mais on est saisi… par un mot, une image », une parole… bout de parole…

« Donner la parole pour construire sa subjectivité. »

« Donner de la voix pour trouver sa voie. »

« Entrer dans les modes de pensée de l’Etranger. »

Un point de vue…

Pas celui d’un doctorant mis à l’épreuve,

ni celui d’un professeur avisé

mais celui d’un novice qui découvre les membres                                         de la famille Diltec², sa branche littéraire.

 

« Quelque part à un croisement je ne suis pas et pourtant j’y suis. »

 

¹ EA 2288-DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures), Serge Martin (organisateur),  Littérature(s) :  Passages de paroles, paroles de passages Expériences et perspectives en didactique des langues, Colloque international, Paris : Université Sorbonne Nouvelle.

² Didactique des langues, des textes et des cultures

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècles)

Colloque international

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

(20-21siècles)

Jeudi18 octobre 2012

BnF (Paris)

et

Vendredi 19 octobre 2012

Université de Paris – Nord 13

(Villetaneuse)

Colloque international co-organisé par la Bibliothèque nationale de

France et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand / Centre de

Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS)

Avec la collaboration de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

et de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels

de l’enfance (AFRELOCE)

Colloque international

Enfants en temps de guerre

et littératures de jeunesse

(20-21e siècles)

Dans le cadre du programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil

(EVE), la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la

jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand/ Centre

de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) organisent le colloque

international consacré à

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21siècle)

le 18 octobre 2012 à la BnF (Paris) et

le 19 octobre 2012 à l’Université de Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

Avec le concours de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse) et de l’Association française de

recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

Quel champ de recherche ?

La littérature de jeunesse a acquis partout dans le monde une légitimité et une complexité

qui l’autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. À cet

égard, il est intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires

géographiques et culturelles mettent en scène telle guerre à partir du 20e siècle ou l’état

de guerre en général, ainsi que l’exil forcé quand il est une conséquence directe des

guerres.

Quelles questions ?

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges

plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en

particulier ainsi que les migrations contraintes soient très différemment représentées. Le

souci souvent consensuel de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée

même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de

comportements patriotiques? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction

des contextes historiques, idéologiques et socio-économiques ? Que deviennent aussi

l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation,

omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle

d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec

l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ?

Quels objets ?

Ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de

littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons

publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes

dessinées, mangas, documentaires, etc.

Quel contexte ?

Le programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil, élaboré par le

CELIS (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université

d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de

recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil

consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite

des conflits du 20e siècle. Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins,

de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés,

en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. La documentation

exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une

véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant ». Les réalisations de ce programme de

recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Comité scientifique

du colloque

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CELIS)

Michel Defourny (Université de Liège)

Claude Ganiayre (Enseignante honoraire)

Claudine Hervouët (BnF)

Mathieu Lescuyer (BnF)

Mathilde Levêque (Université Paris Nord 13, CENEL – Afreloce)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand CELIS,

Institut d’Histoire du Temps Présent – CNRS)

Olivier Piffault (BnF)

Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Jeudi18 octobre 2012 , BnF (Petit auditorium)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Bruno Racine, Président de la Bibliothèque nationale de France (sous réserve)

Pascale Auraix-Jonchière, Directrice du CELIS (Université Blaise Pascal)

9h30

Conférence inaugurale

Elzbieta, auteur

matin

Session 1 : Aux sources : enfances dans la Grande Guerre

Présidente de séance : Claude Ganiayre

10h00

La Grande Guerre racontée aux enfants italiens

Mariella Colin (Université de Caen)

10h30

Les Livres Roses de la Guerre (1915-1919) :

la mise en scène de l’enfant-héros pendant la Première Guerre mondiale

Marie Puren (Université Paris 1 Sorbonne, École des Chartes)

11h00

Echanges avec la salle

11h15

Pause

11h30

Romans de guerre pour la jeunesse à travers un roman pour enfants allemands de 1916

Hans-Heino Ewers (Université Johann Wolfgang Goethe, Francfort, Allemagne)

12h00

« Moi aussi j’y étais !” : l’enfant dans les livres d’images allemands de la Grande Guerre

Bérénice Zunino (Université Paris 4-Sorbonne)

12h30

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 2 : Idéologies et représentations

Présidente de séance : Catherine Milkovitch-Rioux

14h30

Enfants en temps de guerre chez Leonid, Panteleev, et Arkadi Gaïda

Laure Thibonnier-Limpek (Université Stendhal, Grenoble 3)

15h00

L’image de la Seconde Guerre mondiale dans la littérature enfantine tchèque

Milena Subrtova (Université Masaryk, Brno, République Tchèque)

15h30

Pause

15h45

Les livres absents d’Elena Fortún : écrire la guerre d’Espagne dans les années 1940

Marie Franco (Université Paris 3-la Sorbonne nouvelle)

16h15

La guerre d’Espagne racontée aux enfants et par les enfants dans les revues enfantines

nationalistes (1936-1939)

Didier Corderot (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2, IUFM Clermont-Ferrand)

16h45

Le petit fedayin : la place de l’enfant dans la lutte pour la cause palestinienne à travers la

littérature de jeunesse arabe

Mathilde Chèvre (IREMAM-IFPO Beyrouth)

17h15

Echanges avec la salle

17h45

Clôture de la journée

Vendredi 19 octobre 2012, Paris – Nord 13,

Campus Villetaneuse (amphi 3)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Elisabeth Belmas, Vice-Présidente de l’Université Paris Nord 13 (PRES Sorbonne

Paris Cité)

9h30

Conférence inaugurale

Manon Pignot (Université de Picardie Jules-Verne, Institut universitaire de France)

matin

Session 3 : Enfances dans la Seconde Guerre mondiale

Président de séance : Jean-Pierre Azéma

10h00

Les enfants cachés pendant la Deuxième Guerre mondiale à travers les témoignages

de Régine Soszewicz et Isaac Millman, auteurs de livres pour enfants

Odile Belkeddar (critique et traductrice) et Régine Lilensten (Maison des

illustrateurs/auteurs de livres pour enfants)

10h30

Voir et vivre la Résistance dans l’oeuvre pour la jeunesse de Guido Petter

Sylvie Martin-Mercier (Université Stendhal, Grenoble 3)

11h00

Pause

11h15

Nouveaux regards sur une vieille histoire : la Seconde Guerre mondiale (re)racontée

aux jeunes Britanniques

Rose-May Pham Dinh (Université Paris 13)

11h45

Guerre et teddy bear chez Tomi Ungerer ou l’Autobiographie d’un ours en peluche

Anne Chassagnol (Université Paris 8)

12h15

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 4 : Genre(s) et points de vue

Président de séance : Michel Defourny

14h30

Romans et albums de jeunesse : de nouveaux “lieux de mémoire” ?

Daniel Delbrassine (Université de Liège, Belgique)

15h00

Écrans de fumée dans l’album espagnol : étude de quelques dispositifs qui

médiatisent le regard sur la scène de la guerre

Euriell Gobbé-Mévellec (IUFM Midi-Pyrénées, Université Toulouse-Le Mirail)

15h30

Guerre et littérature de jeunesse africaine

Viviana Quiñones (BnF, CNLJ – La Joie par les livres)

16h00

L’enfance en guerre au théâtre : l’exemple de Suzanne Lebeau

Patricia Richard-Principalli (IUFM de Créteil/UPEC)

16h30

Echanges avec la salle

17h00

Clôture du colloque

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus