Archives par mot-clé : cheville

Petites chevilles, grands effets

Les chevilles des enseignants sont des formules habituelles en classe. Même s’ils deviennent dans une certaine mesure un comportement inconscient, ils reflètent l’attitude des enseignants et la conception d’enseignement. Les élèves pourraient s’y habituer, mais les enseignants ne peuvent pas ignorer les inconvénients produits par ces expressions illocutoires.

Réflexion 1 : silence pour répondre “c’est compris ?”

En classe de maths, les connaissances sont renforcées par des exercices de toutes sortes, les professeurs dissèquent les points en terminant ces exercices par “c’est compris ?” et les étudiants ne répondent pas toujours. Pourquoi sans réponse ? On dirait que les étudiants sont habitués à entendre cette expression et ils n’ont pas besoin de répondre “oui, c’est compris.” Il existe trois genres d’étudiants, ceux qui comprennent vraiment ces exercices et ont la paresse d’y répondre, ceux qui sont mitigés et n’ont pas de réponse ferme, donc ils demeurent silencieux. De plus, il y a aussi des étudiants qui ne savent pas du tout de quoi le professeur parle. Quant à eux, ils n’ont pas le courage de faire répéter le professeur. Est-ce que les expressions comme cela sont nécessaires ou bien y a-t-il d’autres moyens de dire ?

On peut généraliser cette situation dans toutes les disciplines.

Pourquoi “c’est compris ?” est-il toujours à la fin d’une démonstration ? Quand j’explique des règles de la langue chinoise à mes élèves, j’ai toujours envie d’être rassuré par “oui, on a compris”. Cette réponse donne confiance en soi sur la méthodologie d’enseignement, mais elle ignore le sentiment cognitif des élèves. En tant que professeurs, ils ne peuvent pas imposer leur expérience d’apprentissage aux élèves. En même temps, les professeurs ignorent l’hétérogénéité des individus. Si l’on remplace “c’est compris ?” par “avez-vous d’autres idées” pour développer un mode de pensée différent, “vous pouvez dire ce que vous en pensez, on peut discuter” pour faire échanger les étudiants qui sont dans le flou, “vous pouvez partager votre idée avec moi ?” pour aider de nouveau ceux qui ne comprennent pas du tout au début.

Réflexion 2 : pas un commentaire précis, juste “bien, très bien”

Le commentaire commence toujours par “bien, très bien” pour apprécier l’exposé d’un étudiant. L’utilisation fréquente de toutes ces expressions amène l’enseignant à dire “bien, très bien” inconsciemment, même si l’étudiant fait des fautes. Les chevilles rendent un commentaire futile, juste des paroles en l’air. Par contre, cela ne signifie pas l’interdiction de l’utilisation de ces expressions. Les professeurs doivent se rendre compte que la fonction du compliment et de l’appréciation est de faire connaître aux étudiants pourquoi ils les méritent, autrement dit, le jugement vers un comportement. Les connaissances/raisons sur le succès et l’échec d’un élève influencent son espérance et sa confiance dans ses futures activités. Dans ce sens, les enseignants doivent apprécier les efforts que font les élèves et admirer leurs manières de faire au lieu de donner des commentaires monotones. Par exemple, “votre manière de répondre cette question donne un bon exemple à vos camarades.”

En réalité, on préfère les meilleurs étudiants, qui “persistent dans leurs façons d’agir” en classe. Ils n’obtiennent que les compliments de professeurs en ignorant ceux de leurs collègues. C’est la raison pour laquelle le professeur est toujours assez généreux de dire “bien, très bien” aux meilleurs. Donc il faut que le commentaire aille dans tous les sens, non seulement vertical (professeur→étudiant), mais aussi horizontal (étudiant↔étudiant). Cela exige le changement de rôle de professeur de l’“autorité” au “guide”. Ce dernier amène à faire commenter les étudiants entre eux-mêmes. C’est les élèves qui sont des “maîtres” en classe.

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts

« Désolé ! »

Qui n’a pas entendu ce mot partout, à toute heure ? Si vous ne l’avez pas trop côtoyé, c’est que vous ne prenez pas le métro, que vous ne déambulez pas dans Paris aux pires heures, ces heures où les gens se cognent farouchement les uns contre les autres avec des regards qui promettent tout sauf de l’amour.

Pour un étudiant qui vient d’arriver en France, ce mot est un mystère. Voyant son monopole, découvrant qu’il a le pouvoir d’ouvrir une phrase, de la fermer, de l’interrompre, il s’en empare avec avidité, sans trop comprendre le fond terrible et fascinant qui le fait surgir.

Au départ ce mot lui ouvre des portes : il lui permet d’entrer dans des secrétariats où il n’est pas d’emblée le bienvenu. Il exige de la patiente : « désolé, puis-je entrer », même si l’étudiant ne sait pas encore parler tout à fait comme il faut, qu’il ne dit pas « puis-je » mais « je peux entrer » ou encore « je pouvais entrer », ce « Désolé » en début de phrase excuse tout. Le locuteur imparfait se désole d’emblée de ce qui va suivre.

L’étudiant en question a donc compris ce mot au premier degré, il l’utilise lorsqu’il ressent le besoin d’avouer la gêne qu’il ressent en embêtant l’autre. Il est, en effet, sans consolation : il veut se faire pardonner le plus sincèrement du monde son intromission. Il le prononce vite et presque théâtralement « dsl », faisant comprendre qu’il a compris la profondeur de ce qui est pour lui une salutation, un remerciement, la vénération de celui qui répond à son appel.

Mais ce mot prend ses aises trop rapidement, il s’installe comme une pâte gluante dans la bouche, il débarque un peu partout, s’accoude à toutes les tables et finit pas perdre le peu de gêne qui semblait le caractériser.

L’étudiant se désole un peu trop « désolé », et pour n’importe quoi « désolé, désolé, pardon ! », il débarque dans des bureaux « ah ! désolé, mais », il demande des services « désolé ? », envoie des mails à la va-vite et l’oublie souvent « … », il joue le mot, il ne le sent plus, il n’existe plus, c’est une forme, un signe, un passage obligatoire dans une cordialité hypocrite. Sans le savoir, l’étudiant a compris vraiment le mot. Il sait, désormais, ce qu’est « désolé ».

C’est pourquoi le jour où il arrive les calepins sous le bras, l’envie plein le cœur et le nœud dans l’estomac dans une entreprise prêt à poser toutes les questions qui lui permettront d’aller plus loin dans son étude, de parfaire son mémoire, d’impressionner son directeur de recherche, et qu’on lui répond, d’un air négatif et supérieur, presque d’un sourire du coin des lèvres « désolé… », il entend enfin comme un coup de poing dans le ventre, comme une gifle glaciale, le ton hautain et dédaigneux avec lequel lui-même a abusé de ce mot.

« Désolé » est devenu une mascarade, il met l’étudiant face à la réalité des faits : personne n’est « désolé » de lui empêcher de mener à bien une recherche qui d’ailleurs, n’intéresse qui que ce soit. On ne se désole pas du tout, on semble même se complaire à lui fermer toutes les portes, à lui poser des obstacles, à le remettre à sa pauvre petite place d’étudiant inconnu qui n’a rien de crucial à révéler. Ou plutôt si, on se désole pour lui, pour cet être sans avenir, sans salaire.

Et sous des airs de gentillesse niaise, apparaît ce sourire vicieux qui dissimule le caractère prophétique des mots qui le congédient : « Vous êtes ? Ah ! Un étudiant en sciences du langage qui veut comprendre la communication entre supérieurs et travailleurs en entreprise privée… Ah… je suis désolé, mais ce n’est pas possible, nous sommes trop occupés pour nous occuper de vous. Vous savez, ici, on travaille ! Encore une fois, désolé… ».

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts