Archives par mot-clé : carnets

LES COMPAGNONS DE LA RECHERCHE

«Tout fait partie des données»1 précise Bruno Latour.

Après maintes réflexions, j’ai décidé d’élucider le mystère de ces quelques mots qui me taraudent!

Toutes nos démarches entreprises dans l’élaboration de notre mémoire sont productives. En effet, elles nous aident à extraire des connexions entre tous les éléments surgissant de celles-ci. Ainsi, elles nous permettent de produire de nouveaux contenus et doivent être considérées comme des outils reliant l’extérieur et la recherche.

C’est la raison pour laquelle il est important de les sauvegarder sous la forme de traces écrites. Cueillons tout, pour résumer, pourrait-on dire ?

En outre, prendre des notes peut s’avérer rassurant dans les moments de doute dans la mesure où une relecture de notre travail peut dégager de nouveaux axes de réflexion, nous relancer sur des nouvelles pistes qui surpasseront d’éventuels blocages.

Dans cette perspective méthodologique, l’auteur nous propose de faire la route  non seuls mais accompagnés de quatre carnets:

Un premier carnet que je nommerai L’explorateur peut tenir compagnie dans l’exploration et l’observation des différents lieux d’études utiles pour nourrir un sujet de recherche. Il s’agira de décrire les entretiens, les objets et objectifs de l’étude, les procédures etc…

Un second carnet que j’appellerai Le Classeur peut nous accompagner dans le tri et la catégorisation de nos données. Autrement dit, ce carnet intervient dans l’organisation thématique des informations reportées.

Le Rédacteur sera le nom que j’attribuerai au troisième carnet. Ce dernier peut s’utiliser comme un brouillon d’écrivains saisissant par écrit nos flux incessant d’idées.

Pour terminer, un quatrième carnet peut se joindre à nous: L’évaluateur. Son rôle consiste à prendre en compte la réception critique de notre travail. Il faut la considérer comme formative et constructive.

L’énigme résolue, me voilà enfin prête à prendre la route avec mes quatre compagnons: les carnets.

1 Bruno Latour ., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris. La Découverte, 2006, p.194.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

L’écriture des carnets commence dès HIER

Comme dit notre professeur Serge MARTIN, il faut commencer à écrire dès maintenant, dès aujourd’hui, et même plus que ça! Il faut commencer à écrire dès HIER.

Mais comment le faire? Par quoi faut-il commencer? Comment organiser les idées qui débordent la tête ou bien, au contraire, s’il n’y aucune idée?

La réponse est simple: il faut commencer l’écriture par “les idées, les paragraphes, les métaphores[1] , de même que par les citations, les petits plans ou par la description d’une expérience personnelle. Pour qu’il soit plus facile à écrire avec le temps, il faut que l’écriture devienne « automatique » [1]. Pour cela, il est nécessaire d’écrire tout le temps, sans cesse, même s’il n’y a rien de quoi écrire.

Et pourtant, ce qui rend cette écriture difficile c’est le fait qu’il faut écrire beaucoup de choses en même temps, c’est-à-dire il faut écrire un mémoire, plusieurs articles, quelques comptes rendus sur des colloques et des journées d’étude, il faut laisser les commentaires aux articles d’autres chercheurs. De plus, il faut être personnel et créatif dans l’écriture. Et ce n’est pas tout! Il faut être précis, il faut justifier, il faut argumenter et ne pas être captivé par l’écriture afin de ne pas oublier de mettre les références dans un travail de recherche. Selon ma propre expérience, cela peut arriver. Alors, il faut…il faut…il faut…

Pour faciliter l’écriture et organiser les idées, Bruno LATOUR propose de “tenir un journal de tous nos mouvements” [2] , car “tout fait partie des données : tout, depuis le premier coup de téléphone à un informateur potentiel” [2]. Ainsi, il est utile de tenir compte de quatre carnets de recherche:

  1. Le premier “carnet de bord de l’enquête [2] ou, comme je l’appelle un carnet de contacts, sert à noter tous les contacts et les rendez-vous qui font partie de notre recherche ;
  1. Le deuxième carnet pour “la collecte de l’information de telle sorte qu’il est possible de classer toutes les entrées par ordre chronologique” [3]  ou, comme je l’appelle un carnet de données, aide à collecter les données trouvées tout au long de notre recherche ;
  1. Le troisième carnet “destiné aux essais d’écriture, au flot continu d’esquisses et de brouillons” [3] ou, comme je l’appelle un carnet de brouillons, est utile à recueillir toutes les idées, les citations ou bien les comptes rendus ;
  1. Le quatrième carnet “pour consigner les effets que le compte rendu a produits sur les acteurs” [1] ou, comme je l’appelle un carnet d’impressions, est nécessaire pour noter les réactions des enseignants ou des collègues par rapport à la recherche.

Et voilà un paradoxe de cette règle d’or de l’écriture “continue”, un paradoxe de cette règle compliquée et simple à la fois: dès que nous prenons un stylo et un carnet, la capacité à écrire arrive comme par magie. Et dès que nous commençons à écrire, nous ne pouvons plus s’arrêter parce que la recherche devient très captivante!

Mais quelle est l’idée de cette écriture “continue”, dynamique et « automatique » [1] qui commence dans nos carnets?

L’idée c’est que les petites écritures dans nos carnets peuvent nous amener aux recherches exhaustives, car on cherche en écrivant et on écrit en cherchant. Toute l’information recueillie peut nous servir “de façon inattendue au cours d’une étude” [1].

De cette manière, la recherche c’est l’écriture, c’est aussi les discussions, les disputes et les controverses avec d’autres chercheurs. Faire la recherche c’est montrer l’histoire, le processus de lecture et d’écriture, c’est aussi se déplacer, faire les mouvements pour avoir des contacts différents pendant tout le travail de recherche.

Donc, commençons à écrire dès HIER!

Mais avant tout, il ne faut pas paniquer, car la recherche avance et s’enrichit au cours de l’écriture!

 

Bibliographie:

[1] LATOUR B., Changer de société Refaire de la sociologie, Editions La Découverte, Paris, 2006, p. 196.

[2] Ibid., p. 194.

[3] Ibid., p. 195.

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Laissez parler les p’tits carnets

Laissons parler mes petits carnets… Petits carnets qui deviendront fichiers ou sous-fichiers d’un dossier encore prosaïquement surnommé « Mémoire de Master 2 ».

Des deux premiers carnets de Bruno Latour, je n’ai fait qu’un fichier « les ateliers de Vietnamien ». Un tableau, trois colonnes : date, fonctionnement, collecte d’infos. Ma colonne « fonctionnement » est mon carnet de bord de l’enquête. C’est dans cette colonne que je relate tout ce qui concerne la vie des ateliers qui à partir de maintenant deviendront mon terrain d’étude : coups de téléphone, sms, contacts et rendez-vous, entretiens… Juste à droite de cette colonne, mon second carnet « collecte d’informations ». Ce n’est pas par paresse que je n’ai pas ouvert un second fichier daté mais parce que la frontière entre « terrain d’étude » et « collecte d’informations » peut parfois paraître un peu floue… mes impressions sur l’étrangeté d’une situation pouvant très vite devenir une information à collecter… Par la suite pour différencier les différentes catégories, j’ajouterai des couleurs…

Mon troisième carnet « écriture » se remplit peu à peu de bouts d’essais anciens et nouveaux : historique des ateliers, premier projet de mémoire soumis à mon directeur, curriculum de formation, bilans des années précédentes…

Qu’en est-il donc de mon quatrième carnet qui consignerait « les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs dont le monde a été déployé ou unifié » (B. Latour, 2006, p. 196) ? Phrase longtemps énigmatique… peut-être parce que je travaille avec des enfants et qu’on ne rend pas de compte à des enfants… Il me faudra pourtant bien trouver un moyen, peut-être par des enregistrements vidéo, pour les laisser exprimer leur voix… puisque tout fait dorénavant partie de la recherche.

A cette liste, j’ajouterai un dernier carnet : un carnet papier que je garderai toujours sur moi pour noter ce que je ne dois pas oublier de consigner dans mes différents fichiers et sous fichiers.

photo carnet

Photographie de l’auteur. Illustration d’Emmanuelle Tiêu.

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, p. 194-197.

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Quatre carnets pour un plus grand carnet.

« Votre mémoire est à remettre en deux exemplaires au secrétariat du département avant le 6 juin 2016 à 16h ».

C’est parti.

Lorsque les idées affluent, lorsque les expériences passées refont surface et apportent avec elles un flot d’hypothèses et de questionnements, lorsque les lectures s’entrecroisent, se disent et se contredisent, il peut sembler compliqué de faire émerger une problématique de mémoire intéressante.

C’est pourquoi il faut écrire. Il faut écrire ce que l’on a lu hier, ce que l’on en pense aujourd’hui et ce que l’on va en faire demain. Il faut écrire pour se souvenir, pour parler avec soi-même, pour créer la recherche.

Bruno Latour, sociologue, s’intéresse aux processus de recherche. Il a ainsi écrit sur le rôle de l’écriture dans la recherche et nous propose d’écrire dans quatre carnets¹.

Ce que nous faisons, ce que nous entreprenons est noté dans un premier carnet qui constituera un journal de bord de la recherche.

Les données collectées dans le cadre de notre projet de recherche sont consignées dans un deuxième carnet.

Le troisième carnet laisse peu de place à l’organisation méthodique en réunissant dans un seul écrit nos idées, nos lumières, nos doutes, nos questionnements et nos réponses.

Enfin, le quatrième carnet rassemble les commentaires extérieurs, les réactions de nos pairs, de nos tuteurs, de nos amis, sur notre projet de recherche.  Il s’agit ici de décrire et d’écrire l’empreinte que notre recherche laisse sur notre entourage.

Quatre carnets pour un plus grand carnet : le mémoire a commencé.

1. Bruno Latour, 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie,  Paris : La Découverte, p. 194-197.

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Les carnets se sont ouverts !

Il y a deux semaines (déjà !), notre séminaire de méthodologie pour la préparation du mémoire a débuté par un extrait de l’ouvrage de Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie (2006 : 194-197). Pour nous, les jeunes chercheurs pleins d’inquiétudes, l’auteur y propose d’employer quatre carnets et d’y noter « tous nos mouvements » (ibid. : 194) durant la recherche. Quels intérêts présentent-ils pour nos recherches et le mémoire ? Voici les carnets proposés par Latour et les titres que j’attribue à chacun.

Selon lui, le premier carnet fonctionne comme un carnet de bord. On y consigne tous les rendez-vous, toutes les personnes rencontrées, tout ce que l’on ressent, toutes les sources consultées, etc. Je nomme ce carnet Mon journal tout simplement, car jusqu’à aujourd’hui, c’est la seule chose avec laquelle il m’ait été possible de savoir, comme Latour mentionne l’importance, comment mon chemin a été parcouru. Par ailleurs, cet intitulé me permettrait de ne pas ressentir une cloison solide entre la vie privée et la recherche.

Le deuxième carnet doit, d’après Latour, être consacré à la collecte de toutes les informations de manière à ce que l’on puisse les classer aussi bien chronologiquement que par catégories. C’est ce qui nous permet d’avoir une certaine articulation dans nos réflexions tout en ayant une grande quantité de données. Je donne à ce carnet un nom Placard, comme on y range par exemple nos vêtements en classant par catégories, selon la saison, par la fréquence, etc. Ce n’est donc pas un placard de ceux qui y mettent tout et n’importe comment !

L’auteur nous conseille de tenir le troisième carnet destiné aux essais d’écriture. Celui-ci est utile pour conserver les précieuses idées qui nous viennent à l’esprit. L’accumulation de ces petits bouts de phrases pourrait nous sauver de l’écriture automatique. J’intitule ce carnet Bribes d’idées en espérant que le mot bribe me donne l’impression qu’il est facile de commencer et qu’il n’est pas nécessaire de sortir d’emblée une grande idée parfaitement construite…

Comme le quatrième, Latour ajoute un carnet pour noter les effets et les remarques que reçoivent nos travaux. Celui-ci nous aiderait à ne pas oublier que la recherche d’un chercheur s’inscrit dans une collectivité. Je le dénomme Echos pour prendre l’habitude d’attendre des résonances aprés avoir lancé ma voix durant mes recherches.

« Il serait maladroit de croire que le travail se divise en une première période, au cours de laquelle on se contenterait d’accumuler des données, suivie d’une seconde, au cours de laquelle on commencerait à écrire » (ibid. : 195). La fantaisie a disparu. Je me suis engagée et c’est parti avec mes carnets!

Référence bibliographique

Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

 

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Recette du jour : écrire un mémoire

Premier jour du séminaire sur méthodologie du mémoire avec S. Martin, les étudiants en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde et Langues du Monde attendent tous une recette, une formule magique afin d’écrire leurs mémoires. Pas de chance, comme tous les séminaires à l’Université Sorbonne Nouvelle, on ne vous donne pas la recette pour enseigner les langues, on vous apprend à réfléchir à comment faire un cours, à l’enseignement, à l’apprentissage, et c’est pareil pour la recherche. Après les questions concernant le fonctionnement du séminaire les jeunes chercheurs angoissés découvrent que pour faire de la recherche, il faudra écrire et il faudra écrire tout de suite, pas en janvier, pas en avril, et il faudra écrire tout le temps.

Et que faut-il écrire ? Selon Latour[1], il ne faudrait pas seulement écrire des comptes rendus, mais aussi se munir de quatre carnets afin de noter tous ce qui est important lors d’une recherche. Ce que l’on ne savait pas, c’est que « désormais tout fait partie des données[2] » : les premières idées, les suggestions, les conversations, les commentaires, etc. En fait, à partir du moment où l’on commence à réfléchir à rechercher, on fait déjà de la recherche, et pour que l’on puisse enregistrer ce moment, il faut que l’on écrive. Pour cela, Latour nous propose l’utilisation de quelques carnets, une action qui fait déjà partie de nos vies (au moins en France).

Le premier carnet est le carnet de bord de la recherche, comme dans un bateau, on y note le suivi quotidien. Ensuite, le second, le carnet de données sert à la collecte d’informations, que cela soit une enquête ou une observation de cours. Puis, le troisième, le carnet d’écriture ou carnet d’idées, qui doit être conservé près de soi, car on ne sait jamais lorsqu’une bonne idée va surgir, et à ce moment il faut écrire de suite avant qu’il ne soit trop tard. Et enfin, le dernier mais pas le moindre, le cahier de commentaires, pour noter les opinions données, surtout les critiques, sur les comptes rendus, sur le chemin parcouru de la recherche.

A l’ère numérique, un carnet peut être un blog, comme celui de Yigong Guo, ou un fichier sur l’ordinateur. En revanche, on ne peut pas oublier l’avantage de ces technologies qui restent toujours actuelles et qui n’ont pas besoin d’électricité pour le fonctionnement : le carnet et le stylo. Enfin, peu importe le support du cahier, si l’on veut faire de la recherche et écrire son mémoire, il faut que l’on écrive !

Et si vous voulez toujours une « recette » pour faire de la recherche, en voici le secret : prenez quatre cahiers et un stylo.

[1] LATOUR, B., Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

[2] Ibid., p. 194.

Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

Commencer à ouvrir des carnets

On commence par des carnets parce que rechercher (se lancer dans la recherche avec un mémoire à rédiger) c’est écrire – à condition évidemment de ne pas limiter cette dernière activité à une mise en mots ! et d’y inclure un ensemble d’activités qui la constituent mais pas de recherche sans écriture ne cesse de redire Bruno Latour (voir ce billet pour bien suivre : http://arlap.hypotheses.org/2102)

Chacun va donc rédiger un petit billet montrant son engagement à ouvrir des carnets : proposer des titres à ces carnets, montrer à la manière de Bruno Latour leur intérêt pour votre mémoire. « Si vous ne souhaitez pas prendre de notes et vous appliquez à les écrire » (Latour, p. 197), le mémoire (la recherche en) de didactique des langues n’est pas fait pour vou ! Et « si l’on me dit que ces comptes rendus textuels ne sont pas ‘suffisamment scientifiques’, je répliquerai (…) qu’ils sont susceptibles d’être rigoureux selon la seule définition qui m’intéresse ici : ils s’efforcent d’appréhender avec la plus grande précision possible des objets récalcitrants  travers un dispositif artificiel, même si cette entreprise peut se révéler vaine » (ibid.). Mais aucune vanité à chaque jour commencer à écrire au plus près d’un chemin qui suit la recherche et d’une recherche qui trouve son chemin : en carnets donc !

On va lire vos petits essais de carnets (vous pourrez publier des photos de ces carnets) !IMG_1722

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Carnets de chercheurs : journée d’études du 6 mars 2013


de 14h à 17h

Journées d’études Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs : « Lire, dessiner, écrire, parcourir le monde : des carnets de chercheurs »

Journée d'études Carnets de chercheurs

Lire, dessiner, écrire, parcourir le monde : des carnets de chercheurs

Avec la participation de :

  • Stéphanie Caillé, professeure d’histoire-géographie, IUFM Basse-Normandie, étudiante en master 2011-2012 ;
  • Christophe Meunier, professeur d’histoire-géographie, IUFM de Tours-Fondettes, doctorant sous la direction de Michel Lussault (ENS-LSH Lyon), UMR 5600 Environnement, Ville, Société.
  • Le séminaire « Art, langage, apprentissages », sous la direction de Serge Martin, maitre de conférences HDR, Unicaen-IUFM de Basse-Normandie, LASLAR

Journée d’études organisée par Anne-Laure Le Guern, Serge Martin et Jean-François Thémines.

Contact : jean-francois.themines@unicaen.fr

Programme

14h – Introduction – Jean-François Thémines Le monde en carnets

14h15 – Stéphanie Caillé – Carnets de mobilité : des réalisations d’élèves de lycée à propos de la France

14h30 – Christophe Meunier – L’album pour enfants et le carnet de voyage

Présentation et discussion

16h – Art, langage, apprentissage : lire et écrire pour le mémoire de master ; retour une pratique de carnets

Entretien avec Serge Martin et deux étudiantes du séminaire Art, langage et apprentissage.

16h40 – Propos de conclusion

Christophe Meunier : Professeur  d’Histoire Géographie à l’IUFM Centre Val de Loire (Université d’Orléans, site de Tours-Fondettes). Ses travaux de recherche portent sur l’espace et la spatialité dans l’album pour enfants. Il tient un carnet de recherche très remarqué sur hypothèse.org (on peut lire/voir sa communication ici: http://lta.hypotheses.org/449)

Le Séminaire Art, langage, apprentissage a tenu durant l’année universitaire 2012-2013, un carnet de lecture et écriture pour le mémoire de master. Ce carnet est consultable sur hypothèse.org

Lieu :
Caen
IUFM de Basse-Normandie

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Carnets d’élèves : une journée d’études

le 6 février 2013

de 14h à 17h

Journées d’études Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs : carnets de dessin, de lecture et d’écriture : manières de faire, manières de penser l’enseignement et la recherche

Journée d'études Carnets d'élèves - Affiche

Des objets aux objets de recherche : comment enquêter ? Le cas des carnets d’élèves

Programme prévisionnel

14h – Ouverture Anne-Laure Le Guern, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, UCBN-IUFM, CERSE EA965
Carnets, cahiers, classeurs : variations autour d’un genre

14h15 – 14h30 – Emilie Higashiyama, professeur des écoles stagiaire, EMPU Cheux PS, étudiante en master 2 en 2011/2012, master MEEF, UCBN-IUFM.
Enquête sur des « cahiers d’expression » et ce qu’ils nous disent des mobilités enfantines. Retour sur une expérience de mémoire de master Expériences de mobilités et développement de l’enfant : quels dispositifs pour la classe ? L’exemple des cahiers d’expression. Séminaire de Didactique de l’histoire et de la géographie, des sorties scolaires et séjours éducatifs.

14h30-15h15 – Stéphanie Lemarchand-Thieurmel, doctorante, sous la direction d’Annie Rouxel, Cellam, Rennes 2
L’écriture pour favoriser des lectures singulières des œuvres littéraires : enjeux et résistances. Carnets et autres dispositifs en lycée professionnel

(Pause) 15h15-15h30 – Avec une exposition de cahiers-carnets à regarder dans le hall – y compris des « cahiers sonores », cahiers-carnets de voyage, classes de CM2 de Karine Cauet (Conseillère pédagogique, IA14) et de CP ou CE1 de Dominique Pouettre (PEMF)

15h30-16h Anne Schneider, MCF, Université de Caen Basse-Normandie, LASLAR
Le carnet de lecture en liberté… surveillée

16h
 Discussion

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Bibliographie sur les carnets

Brouillon de Victor Hugo

On trouvera une bibliographie commentée sur les carnets d’écrivains à cette adresse:

http://www.crilcq.org/grr/carnet.htm

Sur les brouillons d’écrivains :

http://expositions.bnf.fr/brouillons/reperes/index.htm

Le programme de la journée d’études sur les carnets de lecture à l’Université de Cergy-Pontoise:

http://www.versailles.iufm.fr/rech/pdf_rech/Arh_23mai12.pdf

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les journées d’études du séminaire « Art, langage, apprentissage » à l’IUFM de Caen Basse-Normandie pour l’année 2012-2013

Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs ;

carnets de dessin, de lecture et d’écriture :

manières de faire, manières de penser l’enseignement et la recherche

 

Prendre le carnet pour objet, c’est prendre une activité commune aux artistes, aux chercheurs et aux élèves de tous niveaux. Le carnet les situe d’emblée comme sujet parce que le carnet est l’objet d’un sujet expérientiel qui (se) cherche et (s’y) découvre – dans tous les sens du terme puisque le carnet met à nu les manières de faire et permet d’observer un parcours qui est peut-être l’invention d’un sujet qu’on ne savait pas qu’on pouvait trouver. Avec le carnet, l’activité prime le résultat parce que le parcours transforme la production en subjectivation.

 

a.     19 décembre 2012 : carnets d’artistes avec Ettore Labbate (poète) et Axelle Rioult (photographe)

b.     6 février 2013 : carnets d’élèves avec X

c.     6 mars 2013 : carnets de chercheur Christophe Meunier (IUFM de Tours) et d’auteur-illustrateur (Jian Hong Chen, l’école des loisirs)

 

19 décembre : carnets d’artistes avec Ettore Labbate (poète) et Axelle Rioult (photographe) : « Méditerranée, un passage : sur les traces des migrants (travaux en cours) »

répondants : Aurélie Valois (M2 en 2011-2012 avec un mémoire sur les roms dans la littérature de jeunesse)

organisation et animation : Serge Martin

 

 

6 février : carnets d’élèves avec : Anne Schneider (IUFM de l’UCBN)

répondant : un professeur du lycée Cornut de Lisieux (prix des carnets de voyage)

organisation et animation : Anne-Laure Le Guern

 

6 mars : carnets de chercheurs avec Christophe Meunier (IUFM de l’Université de Tours) et d’auteur-illustrateur avec Jian Hong Chen (école des loisirs)

répondants : Stéphanie Thieurmel (doctorante au CELLAM, Université Rennes II)

organisation et animation : Jean-François Thémines

 

Bio-bibliographies des invités pressentis :

Axelle Rioult : photographe. Suite à son exposition Des incarnées en 1999 au Wharf – Centre d’art contemporain de Basse-Normandie, Axelle Rioult a exposé aux Etats-Unis (XCCA et Flashpoint, Washington D.C.), au Canada (WARC et Nuit Blanche à Toronto), en France, et participe à plusieurs festivals vidéo nationaux et internationaux.

Depuis 2001, l’ensemble de son œuvre repose essentiellement sur la vidéo, la photographie et l’écriture qu’elle réunit dans des installations explorant les possibilités plastiques délivrées par ces médiums au regard de notions telles que le langage, l’image, l’altérité, le passage, la limite de l’espace, de la vision. 

Les projets Lisières et Rencontres s’élaborent depuis 2005, dans le cadre de vie de l’Autre par la présentation du travail artistique à domicile et la réalisation d’une série de photographies chez l’hôte : particuliers, connaissances professionnelles et amicales, emprunteurs de l’Artothèque de Caen, étudiants du Campus 1 de l’Université de Caen, lycéennes internes, etc.

D’autres espaces d’expérimentation sont envisagés. 

La recherche sur la forme des images – support, taille, association, espace de monstration – fait partie intégrante de ce travail réalisé à partir de ce que l’artiste nomme sa banque d’images.

En 2009, Axelle Rioult engage un travail de portrait et de photographies d’architecture lié à une démarche d’entretiens audio, aux frontières d’une approche ethnologique intuitive.

Elle a exposé à l’artothèque de Caen en 2009 (voir dossier : http://www.artotheque-caen.net/images/upload/090909_dossier-pedag.pdf) et au wharf d’Hérouville-Saint-Clair ÉTATS DES LIEUX 
, dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine
, en collaboration avec la Boutique Habitat
et les habitants du 102-103-104 du quartier du Grand parc.

 

Ettore Labbate : originaire d’Ugento (Pouilles) en Italie. Il a étudié les Lettres classiques à l’Université de Padoue et s’est établi ensuite à Caen. C’est à l’Université de Caen qu’il a consacré sa thèse de doctorat au poète baroque Giacomo Lubrano (1619-1693), dont il a publié récemment la traduction d’un choix de sonnets, La voix dans le vide
(Paris, Cahiers de l’Hôtel de Galliffet, 2009). Également écrivain, il collabore aux revues Résonance Générale, Grumeaux, Frictions, Lo Sirocco… On peut voir  une vidéo réalisée dans le cadre du projet Sophocle machina memorialis, libre interprétation d’une création collective dirigée par Jean Pierre Brière sur les textes originaux d’Ettore Labatte (https://www.dailymotion.com/video/x4htks_la-septieme-porte-version-video_creation)

 

Jian Hong Chen : Chen Jiang Hong est né en 1963 en Chine. Peintre et illustrateur, il a été formé aux Beaux-Arts de Pékin. Il vit et travaille à Paris depuis 1987. Son œuvre est exposée en France et à l’étranger. Pour certaines de ses illustrations, il utilise une technique traditionnelle à l’encre de Chine, sur papier de riz. Il en résulte de somptueux albums d’un grand raffinement, aux teintes subtiles, une véritable invitation au voyage ou à la rêverie, tout simplement. Il a également illustré plusieurs recueils de contes traditionnels de différents pays. Voir à cette adresse : http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/auteurs/fiche-auteur-nvo.php?codeauteur=55 

 

Christophe Meunier : Professeur  d’Histoire Géographie à l’IUFM Centre Val de Loire (Université d’Orléans, site de Tours-Fondettes). Ses travaux de recherche portent sur l’espace et la spatialité dans l’album pour enfants. Il tient un carnet de recherche très remarqué sur hypothèse.org : http://lta.hypotheses.org/

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus