Archives par mot-clé : carnets de chercheurs

Je recherche donc j’écris

Anabiose

C’est en écrivant que se construit notre travail, c’est en écrivant que la recherche nous construit.

Une équation simple nous a été exposée par M. Martin durant le premier cours de méthodologie du mémoire: ‘La recherche c’est écrire’.

Écrire oui, mais que doit-on écrire ?

Il faudrait repenser de longues années en arrière, lorsque tout petit déjà, nous avions un carnet de santé, qui recensait tous nos aller-retour chez le médecin, nos vaccins, nos hospitalisations, etc. Pour un bébé français, avoir un carnet de santé signifie être né (j’ai un carnet de santé donc je suis né).

Et bien pour ce travail de recherche c’est en tous points la même chose. Pour faire naître ce travail de recherche, pour préparer son mémoire, il faut écrire. Il nous faudrait donc revenir au bon vieux temps en réinvestissant ces carnets, mais de façon tout à fait nouvelle.

Pour B. Latour, l’écriture pour la recherche demande une organisation spécifique. L’auteur nous propose donc de tenir quatre carnets différents, ayant chacun un rôle bien défini. Ces quatre carnets sont uniques, mais forment un ensemble indissociable. Pour l’auteur, il ne s’agirait pas de remplir chaque carnet l’un après l’autre, car   » la rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction « . Il faudrait mêler la recherche à l’écriture et le terrain à la rédaction.

Le premier carnet tiendrait lieu de « carnet de bord » à l’image d’un agenda où toutes nos démarches ou rencontres y seraient consignées. Ce premier carnet, je l’ai appelé ‘Au jour le jour’. J’y inscris de jour comme de nuit, tout ce que je lis, je consulte, je vois, j’apprends, etc. Il représente pour moi le journal du ‘terrain’, où l’itinéraire de ma recherche y serait quasi traçable.

Le second carnet servirait à la  » collecte de l’information « . Il serait utile pour ‘trier’ les informations qui seraient déplacées vers des catégories et/ ou sous catégories clairement datées et hiérarchisées. Ce carnet je l’ai appelé ‘ Ma collection 2015/2016’ . C’est en quelque sorte ce carnet qui me permettrait plus tard de créer la frise chronologique de mon travail de recherche. Ma recherche s’inscrirait donc dans l’histoire des recherches ? Quel honneur !

Le troisième carnet servirait « aux essais d’écriture ad libitum ». De jour comme de nuit, une idée qui nous vient, une pensée, une citation, un dessin, une esquisse bref tout ce qui pourrait nourrir notre travail devraient se trouver dans ce carnet. Il me paraît être le plus important, car il représenterait le carnet de nos ‘premiers pas’. L’auteur nous dit qu’il est indispensable de faire des ‘esquisses’ et des ‘brouillons’ pour mener à bien notre recherche. En cherchant dans un dictionnaire la définition du mot esquisse, je lis : « Plan sommaire de l’ensemble d’une œuvre littéraire ou d’un travail ». En nous référant à cette définition, nous comprenons donc que le choix du plan de notre mémoire pourrait découler de ce carnet. Ce carnet, j’ai choisi de l’appeler ‘ mes essais, mes esquisses’. J’aime y griffonner de petits dessins souvent en décalage avec ce qui est écrit. Je trouve cela enrichissant, car j’ai crayonné ce symbole visuel au même moment où j’ai écrit ces quelques mots. Il est donc aussi important que ce qui est écrit, et pourra nourrir mon travail autant que le nourriront ces écrits.

Enfin, le quatrième carnet serait utile pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits « . En somme, il représenterait le carnet critique de notre travail. Il serait comme cette petite voix qui nous permettrait de nous pencher plus d’un côté que d’un autre. Il est indispensable pour que nous ayons une vision objective de notre travail, car la recherche nous demande souvent d’écrire seul, dans un lieu à l’écart de tous et voilà que nous nous retrouvons dans notre petit monde. La vision que l’on a de notre travail est donc trop subjective, trop personnelle. Il est donc important d’avoir un feedback de la part d’autrui, et les traces de ce retour se trouveraient dans cet ultime carnet que j’ai appelé ‘L’anabiose de ma recherche’. Littéralement, l’anabiose est un phénomène de renaissance en botanique qui fait revivre une plante après un long moment de dormance. Pour ma part, je lie ce phénomène à celui du travail de recherche, qui parfois semble s’alanguir, s’épuiser et qui grâce aux regards des autres et à leurs remarques (qu’elles soient une opinion, un blâme ou un éloge) nous permet de faire renaître ce travail, de lui donner une nouvelle vigueur dans le but de le raffiner pour être fin prêt à le présenter.

Recherchons, écrivons, esquissons, mais surtout, ne nous endormons pas !

 

1. Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, p.194-196, Paris, La découverte,  » Armillaire », 2006.

2. Dictionnaire en ligne Antidote 8 version 5.1

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3 Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts

Ouvrir la recherche avec Bruno Latour

Avant de commencer à ouvrir la recherche avec Bruno Latour, je me permets de renvoyer à un billet sur un autre blog (« « Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche », publié le 10 août 2014) qui tente de réfléchir à un « faire carnets » pour « faire recherches » (je mets les COD au pluriel parce que la pluralisation est dans cette conceptualisation un levier décisif – voir plus bas) : http://ver.hypotheses.org/1157

1. Faire carnets

On trouvera des informations utiles concernant cet ouvrage à l’adresse suivante qui est aussi une entrée dans le monde de Bruno Latour : http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73

Une note de lecture ici: http://www.nonfiction.fr/article-150-bruno_latour_refait__de_la_sociologie.htm

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006 – les extraits ci-dessous sont aux pages 194-197) nous propose de « déployer les controverses » puis de « retracer les associations » – tels sont les titres des deux parties de l’essai. On peut y entendre deux opérations successives qui correspondent bien à la réalisation d’un mémoire de recherche : se situer dans les controverses en les déployant puis écrire les relations qui construisent un parcours réflexif.

Les extraits que je retiens de ce livre se trouvent vers la fin de la première partie. Aussi est-il utile de considérer l’organisation de celle-ci qui repose sur ce que Latour appelle des sources d’incertitude qui sont à entretenir. La première demande de passer des groupes au regroupements ; la deuxième exige que n’importe quel acteur de la recherche soit considéré comme débordé par l’action et donc difficilement assignable à quelque étiquetage ; la troisième élargit le champ de ces actions aux objets mêmes qui entourent les acteurs – les subjectivations sont ainsi considérées dans toute leur ampleur ; la quatrième demande de concevoir les faits non comme indiscutables mais comme disputés – ce qui défait leur naturalisation et engage la notion de points de vue voire de points de voix ; enfin, Latour propose de rédiger des comptes rendus risqués – ce qui revient à trouver dans une telle activité le bonheur d’une recherche impliquante et qui tient plus au travail des historicités (de la recherche, du chercheur, des acteurs, des objets…) qu’à quelque application de grilles toutes faites ou méthodes labellisées que la recherche ne transformerait pas.

Concernant la seconde partie de l’ouvrage, il faut noter qu’elle propose trois mouvements qui demandent de localiser le global, de redistribuer le local et enfin de connecter les sites. Une telle conception permet de défaire les dichotomies et les simplifications qui trop souvent dissocient les recherches fondamentales de leurs applications, la recherche de la vulgarisation et de l’enseignement… La moindre « petite » recherche, si elle veut vraiment former un chercheur, se doit de faire du glocal, de pluraliser les points de vue mêmes limités et enfin de se situer dans une constellation (notion sur laquelle nous reviendrons puisque la « contextualisation », notion phare en didactique des langues, demande une reconceptualisation critique) ou s’associent dans un comparatisme actif des incomparables.

Voici donc les quatre pages de Bruno Latour pour :

  1. engranger les données de la recherche dans des carnets de recherche ;
  2. tout en se donnant les moyens de penser l’écriture de sa recherche.

Il faudrait donc, à partir des propositions de Latour, donner un titre à ses propres carnets (ou dossiers numériques), ce qui revient à paraphraser les propos de Latour pour les adapter au projet de chacun des membres de ce séminaire : rédiger un mémoire de M2 en didactique des langues.


Latour1-carnetLatour2-carnet

 2. Faire « l’acteur-réseau »

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer « l’interlude » qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est « que faire de l’acteur-réseau? » et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (« La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats », p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque « selon la manière dont il est écrit », le mémoire « saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier ». Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique dont je donnerai la référence ici même ultérieurement (chaque étudiant du séminaire doit au moins en proposer une avant la fin octobre) à envoyer à serge.martin@univ-paris3.fr au format word.

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, « directeur », et lui préfère « maître »: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Carnets de chercheurs : journée d’études du 6 mars 2013


de 14h à 17h

Journées d’études Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs : « Lire, dessiner, écrire, parcourir le monde : des carnets de chercheurs »

Journée d'études Carnets de chercheurs

Lire, dessiner, écrire, parcourir le monde : des carnets de chercheurs

Avec la participation de :

  • Stéphanie Caillé, professeure d’histoire-géographie, IUFM Basse-Normandie, étudiante en master 2011-2012 ;
  • Christophe Meunier, professeur d’histoire-géographie, IUFM de Tours-Fondettes, doctorant sous la direction de Michel Lussault (ENS-LSH Lyon), UMR 5600 Environnement, Ville, Société.
  • Le séminaire « Art, langage, apprentissages », sous la direction de Serge Martin, maitre de conférences HDR, Unicaen-IUFM de Basse-Normandie, LASLAR

Journée d’études organisée par Anne-Laure Le Guern, Serge Martin et Jean-François Thémines.

Contact : jean-francois.themines@unicaen.fr

Programme

14h – Introduction – Jean-François Thémines Le monde en carnets

14h15 – Stéphanie Caillé – Carnets de mobilité : des réalisations d’élèves de lycée à propos de la France

14h30 – Christophe Meunier – L’album pour enfants et le carnet de voyage

Présentation et discussion

16h – Art, langage, apprentissage : lire et écrire pour le mémoire de master ; retour une pratique de carnets

Entretien avec Serge Martin et deux étudiantes du séminaire Art, langage et apprentissage.

16h40 – Propos de conclusion

Christophe Meunier : Professeur  d’Histoire Géographie à l’IUFM Centre Val de Loire (Université d’Orléans, site de Tours-Fondettes). Ses travaux de recherche portent sur l’espace et la spatialité dans l’album pour enfants. Il tient un carnet de recherche très remarqué sur hypothèse.org (on peut lire/voir sa communication ici: http://lta.hypotheses.org/449)

Le Séminaire Art, langage, apprentissage a tenu durant l’année universitaire 2012-2013, un carnet de lecture et écriture pour le mémoire de master. Ce carnet est consultable sur hypothèse.org

Lieu :
Caen
IUFM de Basse-Normandie

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus