Archives par mot-clé : carnets

Tous en tandem !

23 & 24 Mars 2017, de 9h à 17h, Cité Universitaire, Paris

Lors de ces deux jours a eu lieu le colloque international de l’ALCTES sur l’apprentissage des langues et des cultures en tandem dans l’enseignement supérieur ou secondaire. L’expérience du tandem était vraiment au rendez-vous, qu’elle soit entre apprenants, entre enseignants ou entre participants du colloque.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le tandem est une expérience dans laquelle des apprenants, ayant des langues maternelles différentes, sont regroupés en binômes ou en « couples », et apprennent sans qu’il y ait vraiment d’expérience d’enseignement. Dans le cadre des tandems, les participants échangent verbalement sur des sujets de leur choix et se corrigent entre eux, ce qui favorise le développement de la compétence interculturelle, de compréhension mais aussi de production orale. Les participants en viennent à acquérir le langage non-verbal de l’autre et à avoir accès à un niveau de réflexion métacognitive supérieur car non seulement ils prennent compte d’aspects de la langue cible qu’ils ne connaissaient pas mais cela les amène à réfléchir sur la langue maternelle qu’ils parlent. L’expérience du tandem est aussi sociale car elle demande de l’adaptation, de la tolérance vis-à-vis autrui ainsi que de la curiosité.

Le tandem peut prendre différentes formes, car il peut tendre davantage vers l’institutionnel ou s’en détacher complètement pour reposer sur les participants. Un certain équilibre reste toutefois nécessaire dans l’expérience. En effet, afin que l’expérience soit bénéfique aux deux participants, il est mieux de pratiquer les langues cibles de manière égale dans le temps. L’aspect de correction entre aussi en jeu, de manière assez naturelle, généralement, car le participant ne veut pas surcharger l’autre par des corrections ou alors créer une relation de conflit ou de rejet.

Lors des conférences plénières et des ateliers, différents thèmes et versions du tandem ont été abordés. Ce colloque a commencé par une présentation, effectuée par Lars Schmelter, sur l’autonomie ou plutôt sur l’échafaudage de l’autonomie lorsque les apprenants sont encadrés par un enseignant. Il substitue alors le terme d’autonomie pour le terme d’apprentissage autodirigé qui correspondrait davantage à un tel contexte, par les stratégies mises en place par les apprenants, mais surtout par l’impossibilité d’une utilisation du tandem isolée des contextes sociaux, institutionnels  et de la subjectivité des participants. D’autres communicants ont évoqué des utilisations du tandem différentes de celle énoncée ci-dessus, comme un tandem entre enseignants (un enseignant étant natif et l’autre non-natif),  un tandem dans le cadre du Français à Objectif Spécifique (FOS)  voire même d’un lien possible entre le tandem et le numérique avec le « e-tandem », rendant le tandem possible partout dans le monde (du moment que la connexion internet le permet…) ! Après les présentations de divers projets dans l’objectif du tandem, une table-ronde avec des anciens participants ou des participants actuels à l’expérience du tandem a permis l’échange sur les bienfaits qu’ils ont ressentis dans le tandem mais aussi sur les difficultés, matérielles, langagières ou stratégiques qu’ils ont rencontrés. Bien qu’il existe toujours des difficultés, chacun des participants a perçu l’expérience du tandem comme enrichissante dans l’appropriation d’une langue cible mais aussi dans la connexion interpersonnelle avec l’autre, éléments qu’ils ont considérés comme renfonçant leurs motivations à poursuivre leurs études dans les langues cibles.

 

Pour plus d’informations :

book-of-abstrats-alctes-version-finale-1-

(source : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp?RH=1236178100008 )

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Entretenons-nous !

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005, Paris

Mardi 7 septembre 2017, 9h-13h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Dans cette petite salle bondée de la maison de la recherche a eu lieu une journée d’étude, ou plutôt comme l’a dit la présidente de séance, Mme Molinié, « une matinée d’étude », sur le thème de  « l’entretien biographique, interaction et ajustements de sens ».

Le terme « entretien biographique » avait piqué ma curiosité lorsque j’ai, pour la première fois, jeté un coup d’œil au programme. Quelques questions ont alors jailli dans ma tête. Certes, il existe différents types d’entretiens, généralement déterminés par les questions posées (plus ou moins ouvertes) et par les conditions dans lesquelles ils sont réalisés. Une question revenait sans cesse : un entretien peut-il être autre chose que biographique ? Je voyais alors une redondance à cette combinaison de termes car il me paraissait difficile d’effectuer un entretien sans demander à la personne interviewée de parler d’elle, de son vécu, de son ressenti, de ses idées ou, donc, de ce qui rend biographique la plupart des entretiens. Ce type d’entretien semble, cependant, différer de « l’entretien de compréhension », sujet d’étude de Paola Gamboa-Diaz, chercheur au DILTEC de l’Université Paris 3, à travers lequel le chercheur peut effectuer une intercompréhension grâce aux données qui lui offrent des éléments de réflexivité sociale et professionnelle.

Lors de l’introduction aux panels, la présidente de séance a introduit et a défini l’objet d’étude de la journée. En effet, elle a précisé que l’entretien biographique consiste en un véritable outil de la recherche action qui permet de créer un pond entre la recherche et la réflexion tout en mettant en perspective son aspect pratique. L’entretien biographique lie aussi posture du chercheur, posture professionnelle et posture personnelle de l’enseignant. Selon Mme Molinié, ce type d’entretien ouvre un espace de transformation, de formation, de transition, de mise en moule mais aussi d’émancipation. La relation entre les sujets, lors de l’entretien, joue alors un rôle important car il est possible d’y observer une inter-transformation des sujets. Il  semble aussi primordial de comprendre la différence entre les interprétations subjectives du chercheur et les conditions objectives dans lesquelles il effectue sa recherche.

Delphine Leroy, chercheuse au sein du laboratoire EXPERICE, à l’université Paris 8, a ensuite répondu à une autre question que je me suis posée lorsque j’ai lu le titre de cette journée d’étude : « pourquoi faire des entretiens biographiques ? ». Pour elle, dans la recherche en didactique des langues et des cultures, les entretiens biographiques permettent de concrétiser le fait d’apprendre chez l’apprenant. Ce dernier ne serait pas le seul à profiter d’un tel processus car le chercheur bénéficie des données pour la recherche et l’apprenti-chercheur bénéficie du processus en se formant à la recherche par la recherche. Delphine Leroy précise que l’objectif de ce type d’entretien est de permettre à l’interviewé d’effectuer un retour sur lui-même, sur son apprentissage, son rôle social ou son utilisation des langues au quotidien. Ceci semble donc offrir une opportunité de mettre en évidence les présupposés qu’on a et bien d’autres aspects de la vie auxquels on ne porte peut-être pas suffisamment attention. L’entretien biographique se tourne alors vers des questions identitaires, souvent déterminées par nos échanges, nos trajectoires migratoires, nos insertions ou exclusions, de respect ou de rejet de la norme…

Cependant, si l’entretien biographique résume et analyse des grandes lignes des vies de personnes inconnues, de vous et de moi, le chercheur se doit d’effectuer des choix, de situer des axes d’intervention mais aussi de prendre conscience de ses propres préjugés et idéologies. Delphine Leroy précise l’importance méthodologique d’essayer de garder une distance avec l’entretien afin de pouvoir garder cette position de chercheur et encourage l’utilisation d’un journal de terrain pour restituer académiquement les données. Brahim Benberkane et Magali Ruet, eux, insistent sur la préparation méticuleuse d’un protocole d’enquête qui peut permettre de limiter l’influence émotionnelle ou affective et de prendre en compte différents facteurs qui peuvent orienter l’entretien. L’entretien se dessine comme un outil subjectif dans lequel l’interviewé et le chercheur ont des postures différentes et adoptent donc des « faces » différentes.

 

Sources :

Journée d’étude, séminaire n°1 du cycle Parcours de vie et expériences formatives dans l’écriture de la recherche en didactique des langues et des cultures, « L’entretien biographique. Interactions et ajustements ». Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

http://www.univ-paris3.fr/l-entretien-biographique-interaction-et-ajustements-de-sens-422221.kjsp?RH=1236178100008

 

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

L’apprentissage de la lecture en école d’immersion bilingue

Le travail de recherche pour le mémoire est un travail solitaire et cette solitude est parfois un peu difficile à gérer pour moi qui suis très sociale, mais j’apprécie de lire vos billets à tous qui me donnent cette sensation d’appartenance que j’ai eu du mal à retrouver en partant m’exiler à vingt mille kilomètres de la Sorbonne.

Actuellement en échange en Australie, je suis l’étudiante qui n’est ni en présentiel, ni en ENEAD, un peu paumée, un peu loin de tout, et même une OVNI avec son double cursus d’Astrophysique.

Cependant aujourd’hui je suis comme vous et je viens vous présenter mon projet de mémoire. J’ai déjà de travailler sur les écoles d’immersion bilingues anglais-français et sur la notion de bilitéracie.

La litéracie, c’est un terme « élastique » auquel on peut donner différentes définitions et prêter de nombreuses propriétés. Dans mon mémoire, ça veut simplement dire : apprentissage de la lecture et de l’écriture. Je m’intéresse aux enfants de Grande Section (Prep en Australie) et CP (Year 1), ce qui fait des enfants de 5-6 ans en général. Du coup la bilitéracie, en toute logique, c’est la litéracie dans deux langues. Ici, plutôt simple de justifier mon choix, j’étudie le FLE et je suis en Australie dans un contexte essentiellement anglophone. On parle donc de bilitéracie anglais-français.

Enfin, je m’intéresse au contexte de l’éducation bilingue d’immersion, c’est-à-dire les écoles qui enseignent la moitié du temps en anglais (langue maternelle des élèves) et l’autre moitié du temps en français. Oui, en français, pas le français. Donc on apprend les sciences, les maths, etc. en français. La langue sert de média d’instruction (Abello-Contesse, 2013 : 4) et pas d’objet d’étude. Dès la maternelle. A des enfants qui parlent anglais à la maison. Plutôt impressionnant non? En plus de tout ça, les élèves apprennent à lire, comme tous les enfants en Prep et en Year 1 en Australie. Mais les heures consacrées à la lecture (environ 1H30 à 2H par jour) sont coupées en deux : 45 minutes avec la maîtresse, 45 minutes with the teacher.

L’éducation bilingue ici est très à la mode, surtout en français puisque c’est une langue valorisée : pour un Australien, parler français ça veut dire être intelligent, extrêmement cultivé, provenir d’un milieu social valorisé, et avoir beaucoup de succès dans les relations amoureuses. Cependant, les parents ne veulent pas risquer que cette lubie ait des conséquences négatives sur l’éducation de leurs enfants. Beaucoup de parents par exemple se demandent ;  « Si mon enfant ne reçoit que 50% de son éducation en anglais, son niveau d’anglais sera-t-il inférieur à celui des élèves des écoles monolingues ? ». 

Parce que je crois profondément en l’éducation bilingue, je me donne pour objectif d’étudier avec ce mémoire les effets de l’éducation bilingue d’immersion sur le niveau de lecture en L1 (anglais). Les élèves apprennent-ils plus lentement? plus vite? mieux? moins bien?
Est-ce qu’ils vont confondre les deux langues et devenir stupides? (non).

Beaucoup d’études sur l’éducation bilingue d’intégration ont été faites, avec des enfants dont la langue maternelle n’est pas la langue de scolarisation du pays ou territoire où ils se trouvent (Abello-Contesse, 2013). Mais dans l’éducation bilingue choisie (c’est à dire pour des enfants ne provenant pas de minorités linguistiques), on trouve beaucoup moins de ressources et d’études! Et les résultats seront forcément différents : en effet, on sait que les enfants provenant de minorités linguistiques ont tendance à avoir un niveau scolaire moins important que les autres enfants (facteurs sociologiques). Du coup, beaucoup d’études sur les effets du bilinguisme enfantin ne prennent pas en compte ces facteurs sociaux dans leur recherche. Et donc, le bilinguisme est souvent vu à tort comme un facteur affectant négativement le niveau scolaire des élèves. Pour cette raison, ma recherche me semble donc super importante.

Mes questionnements sont les suivants;
l’apprentissage de la lecture dans deux langues simultanément permet-elle une meilleure compréhension du mécanisme de lecture en général ? l’apprentissage bilingue de la lecture développe-t-il davantage les compétences métalinguistiques que l’apprentissage monolingue ? la bilitéracie permet-elle aux enfants de comprendre plus facilement des notions abstraites telles que l’arbitraire du signe ?

J’espère pouvoir continuer à lire à propos de vos mémoires et vous reparler bientôt du mien. J’ai créé et utiliserai notamment l’étiquette « litéracie » (un seul « t ») sur arlap si le sujet vous intéresse.

Ma « Bible » :

Abello-Contesse, C. (2013). Bilingual and Multilingual Education: An Overview of the Field. In Abello-Contesse, C., Chandler, P. M., López-Jiménez, M. D., & Chacón-Beltrán, R. (Eds.), Bilingual and multilingual education in the 21st century: Building on experience. Multilingual Matters.

 

 

Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts

Carnets

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer de société, Refaire de la sociologie,  Bruno Latour décrit comment organiser la collecte d’informations pour ensuite manipuler plus aisément ces données.  Afin de réaliser un bon travail de recherche l’auteur nous conseille de classer l’information dans quatre carnets parce que tout fait partie des données.

Ainsi, selon Bruno Latour le premier carnet doit contenir toutes les métadonnées liées aux travaux de recherche, par exemple, le calendrier de tous les évènements qui sont en rapport avec la recherche. Le deuxième carnet selon l’auteur doit contenir de l’information récoltée et classée de façon chronologique. Dans le troisième carnet, Bruno Latour conseille de rassembler des essais d’écriture ad libitum. Le dernier carnet est consacré à la confrontation d’idées.

En ce qui concerne le traitement de l’information, je suis tout à fait d’accord avec l’auteur. Bruno Latour construit son analyse à partir de sources et arrive à la confrontation d’idées sans bruler les étapes. Néanmoins, je n’utilise pas plusieurs carnets pour classer mes données. Par exemple, pour les métadonnées et l’information récoltée, j’utilise un dossier créé directement dans ma messagerie. A mon avis, c’est très utile car aujourd’hui on communique beaucoup par courrier électronique et on fait des recherches bibliographiques en ligne. Pour mes notes écrites j’utilise un carnet.

 

 

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, La découverte, Paris, 2006.

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Les carnets et leur utilité dans la recherche

 

Dans le monde de la recherche en général, et celui des études en particulier, on est amené à traiter toute sorte de thématiques.  Chez l’étudiant, c’est le projet de fin d’études qui symbolise le couronnement de son cursus universitaire. Ceci est le fruit d’un dur labeur et des mois de recherches théoriques et de pratiques sur le terrain pour parvenir à produire un travail de qualité.

Plusieurs outils sont à la disposition de l’étudiant chercheur. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’utilité des carnets. Toutefois, il est indispensable de définir ce qu’on veut dire par « carnet » et de préciser qu’il en existe plusieurs.

Le carnet est souvent utilisé lors des enquêtes effectuées sur le terrain où « l’enquêteur » se doit de relevé des informations qui l’intéressent dans sa recherche et qui apportent de nouveaux éléments à son compte rendu. Toute forme d’informations est à prendre au sérieux puisqu’il est important de se faire à l’idée que tout peut servir, d’une manière ou d’une autre.

Bruno Latour présente alors quatre sortes de  carnets qui sont, selon moi, complémentaires et suivent un ordre bien logique.

Le carnet de bord est le premier carnet à être mentionné par l’auteur et qui ressemble à un agenda qui suit le chercheur depuis le début de son enquête sur le terrain. Le second étant celui de la collecte d’information et de son organisation. Il s’agit de classer les données en ficher et sous-ficher afin de mieux se repérer. Le troisième carnet se focalise notamment sur l’écriture où les mots deviennent des phrases et les phrases deviennent une concaténation de paragraphes portant des idées cohérentes. Pour finir, le dernier carnet est plutôt un récapitulatif de ce que les autres carnets contiennent et de ce fait, se permet de vérifier certaines informations et leurs impacts sur notre recherche. Il s’agit d’un compte rendu qui résume notre enquête.

Pour ma part, j’ai eu affaire à ce type de pratiques lors de mon mémoire de master en Didactique de la traduction que j’ai obtenu en 2014. Mais étant donné du caractère très théorique de ma recherche. Je n’ai eu que des mini-enquètes et qui ne m’ont pas menées à grande choses. Cela dit, j’ai senti la nécessité d’utiliser des fiches pour collecter efficacement les informations dont j’avais besoin. Le principe était de consulter des livres de spécialité et d’emprunter les données utiles à ma recherche.

Comment ?

Lorsque je me trouvais devant un énoncé qui m’intéressait, je faisais une fiche comportant les données suivantes :

  • Titre du livre :
  • L’auteur :
  • L’énoncé qui m’intéresse :
  • Reformulation :
  • Dans quelle partie de ma recherche j’en aurai besoin :
  • Page du livre où figue l’énoncé :

C’est une pratique comme une autre que j’ai apprise au cours de l’un de mes enseignements qui s’intitulait « méthodologie de recherche et de documentation ».

Pour ne pas oublier les carnets…

Chers carnettistes,

Jusqu’à présent, on a tous (ou presque tous) « ouvert » les carnets en s’appuyant sur la méthode de Bruno Latour. Il y en a qui sont déjà pleins de références, de notes, de citations, de questions, de rencontres, d’idées etc., d’autres moins. En tout cas, la fin d’année est là, donc le temps de jeter un coup d’œil dans nos carnets  et de résumer tout ce qu’on a fait, où on est et de bien préparer notre « sac de voyage » pour la rédaction de mémoire. Dans ce sens, je vous propose un aperçu des colloques, des conférences, des journées d’études et des séminaires à venir qui pourraient nourrir la réflexion sur les sujets divers (liés directement ou pas à nos sujets de mémoire ou à la pratique d’enseignement). Pour rester bien dans le rythme de ce semestre (beaucoup de colloques et de rencontres enrichissantes), je vous présente  ces événements dans l’ordre chronologique. Alors, prenez vos carnets dans les mains !

  1. Décamper, soirée de débat, projection et concert

À l’occasion de la publication du livre-CD Décamper en novembre, le Musée de l’histoire de l’immigration organise une soirée de débat autour des thèmes de l’exil et des politiques migratoires récentes. Étant donné que la migration a un impact fort sur les politiques linguistiques éducatives et sur la didactique des langues, ce sera une bonne occasion d’assister à ce débat pour ceux qui s’intéressent à ce sujet.

Les intervenants dans ce débat font partie des auteurs de cet ouvrage :

Michel Agier (ethnologue et anthropologue), Maryline Baumard (journaliste), Jean-François Corty (médecin).

Le débat sera enrichi par la projection du film de Sylvain George Nocturne Blanc-Chasseur.

Date : Vendredi 6 janvier 2017, 19 :30

Lieu : Le Musée de l’histoire de l’immigration

Adresse : 293, avenue Daumesnil 75012 Paris

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.histoire-immigration.fr/2016/12/decamper

  1. Le FOS aujourd’hui : une démarche en pleine évolution

Pour ceux qui travaillent sur le FOS, une conférence de J.M. Mangiante aura lieu dans la salle Bourjac, à la Sorbonne.

Date : Mercredi 18 janvier 2017, 14 :00-16 :00

Adresse : 17 rue de la Sorbonne

Site : http://www.univ-paris3.fr/j-m-mangiante-le-fos-aujourd-hui-une-demarche-en-pleine-evolution-417516.kjsp?RH=1268219980647

  1. iLearning Forum Paris 2017

Pour tous les passionnés des technologies dans le domaine de l’apprentissage, cet événement est incontournable !

Ce salon propose les dernières nouveautés en matière d’e-learning et englobe des ateliers, des tables-rondes et des conférences. Une partie du programme est dédiée à l’apprentissage des langues et au monde de l’éducation. Dans cette optique, les thèmes abordés sont l’évaluation et l’accompagnement des apprenants, la pédagogie e-learning dans l’apprentissage des langues, l’éducation et l’innovation, la création du contenu etc.

Date : les 24 et 25 janvier, 9:00-18 :30

Lieu : L’espace Champerret de Paris, hall A

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.ilearningforum.org/fr/2016/12/05/ilearning-forum-2017-transformation-digitale-de-formation-programme-de-plus-de-25-conferences-temoignages-demonstrations/

  1. Journée didactique : recherches croisées en collaboration avec le DILTEC

La journée organisée par l’équipe de recherche Sesylia (Semantics and Syntax – Language in Action) dans le cadre de leur séminaire 2016-2017.

Cette équipe mène les recherches sur la langue anglaise  en les croisant aussi avec la langue française et les autres langues.

Date : Vendredi 10 février 2017

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/seminaires-sesylia-2016-2017-135829.kjsp

  1. L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES)

Les communications de ce colloque international s’inscrivent dans les axes tels que l’évaluation, les ressources pédagogiques, techniques et humaines, la formation et l’environnement d’apprentissage. Dans le cadre de l’apprentissage des langues et cultures en tandem, les chercheurs traiteront les questions de l’autonomie de l’apprenant, de l’autoévaluation, des formes de soutien aux apprenants dans l’autoévaluation, le potentiel de ce type d’apprentissage etc.

Date : les 23 et 24 mars 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Accès : inscription gratuite pour les étudiants

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp

  1. L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

L’hétérogénéité dans la classe n’est plus rarissime. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle touche tous les acteurs dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues. D’une part, l’enseignant doit valoriser les profils plurilingues de leurs apprenants. D’autre part, l’apprenant a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. La gestion d’une telle classe se montre complexe. Elle exige une préparation et une organisation spécifique de la part de l’enseignant.

Cette journée vise à mettre en exergue le lien interdépendant entre la société et la classe de langue. Les communications tenteront de répondre à un questionnement concernant l’enseignant (comment gérer une classe hétérogène, que faire quand on a dans une classe des locuteurs natifs et non natifs d’une langue, quelles activités à faire etc.) et l’apprenant (comment tirer le profit bénéfique de sa différence pour tout le groupe, comment ne pas se sentir isolé dans sa différence etc.)

Date : Jeudi 11 mai 2017, 8 :30-19 :00

Lieu : Inalco

Adresse : 65 rue des Grands Moulins

Plus d’informations : http://www.inalco.fr/evenement/heterogeneite-classe-langue-differencier

En tant que carnettiste,  je vous souhaite une très bonne année, pleine de découvertes et que nos carnets soient pleins de nouvelles idées, de rencontres enrichissantes, des échanges et des réflexions!

Joyeuses fêtes à tous et à toutes!

 

 

 

 

 

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

« Self-theories » : voyage dans la tête des apprenants

Première de couverture du livre, source : amazon.com
Crédit de la photographie : amazon.com

 

L’année dernière, j’ai passé mon master 1 dans une université partenaire de Paris 3, aux Etats-Unis, en Virgnie. Dans un des cours que j’ai suivis là-bas, nous avons lu un livre intitulé Self-Theories de Carol Dweck. Je pense que les idées qu’elle présente peuvent peut-être intéresser certains. Je me permets donc de partager ma lecture avec vous.

Dans ce livre, l’auteur expose les résultats d’expériences effectuées avec des groupes d’apprenants. Elle  montre que la vision que nous avons de nous-mêmes détermine nos choix, nos réactions face aux challenge et donc face à nos actions. Elle distingue deux groupes : ceux qu’elle nomme « helpless » et ceux qui sont « mastery-oriented ». Le premier groupe se compose d’apprenants qui vont avoir tendance à choisir une tâche plus simple à effectuer, parce qu’ils ont peur d’échouer et d’être perçus comme « stupides ». Les membres de ce groupe pensent généralement que l’intelligence est fixe, que l’on naît avec un potentiel et que celui-ci ne changera pas jusqu’à notre mort. L’autre groupe se compose d’apprenants qui ne sont pas forcément les meilleurs mais qui ont le goût du challenge, ils vont privilégier l’apprentissage et non les notes, ils préféreront poser une question au risque d’être perçus comme « stupides » mais ils connaîtront au moins la réponse. Les membres de ce groupe pensent que l’intelligence est modulable, que l’on peut l’augmenter en travaillant mais surtout en échouant et en réessayant.

Personnellement, quand je regarde mon parcours scolaire, mes amis et les apprenants que j’ai eus devant moi, je me rends compte que pour la plupart, autant eux que moi, nous avons pensé ou pensons comme le premier groupe. Je pense que c’est une facette de l’enseignement qu’il est important d’avoir en tête, car une mauvaise note peut être dévastatrice pour un apprenant et peut détruire toute volonté de faire des efforts, ce qui  peut pousser l’apprenant au décrochage. Cet aspect est d’autant plus important que C. Dweck insiste sur le fait que ces phénomènes ne sont pas restreints aux apprenants en classe mais qu’ils se perpétuent dans l’âge adulte.

Un autre élément que Carol Dweck évoque est l’importance des critiques (positives ou négatives) sur les devoirs des apprenants. Elle nous invite en tant qu’enseignant, à être particulièrement vigilant vis-à-vis des apprenants car elle estime que ces derniers qui appartiennent au premier groupe vont avoir tendance à vouloir entendre seulement « c’est bien » ou « c’est excellent » plutôt qu’une critique constructive qui les ferait s’améliorer (même dans le cas où le devoir est excellent). Elle nous invite aussi à valoriser le processus ou le procédé utilisé pour réaliser  le devoir plutôt que le résultat final. Ainsi, elle recommande de dire plutôt à l’apprenant « j’aime la façon dont tu as modifié cet aspect afin de réaliser le devoir » plutôt que « c’est un bon devoir ». Carol Dweck individualise et humanise les apprenants en se basant sur des faits psychologiques plutôt simples mais qui peuvent changer énormément de choses dans la vie des apprenants. Elle insiste également sur l’objectif de l’enseignement en tant qu’institution à but éducationnel. Cet objectif est axé sur l’apprentissage et sur le fait que l’échec n’est pas une fin en soi mais une étape nécessaire afin de progresser et de réussir.

Source : DWECK Carol, Self-theories: Their Role in Motivation, Personality, and Development, Essays in Social Psychology, Psychology Press, New York, 2000

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Une source d’érudition: Les quatre lobes latouriens !

Au cours du séminaire de la méthodologie de recherche assuré par M. Serge Martin, toutes les théories traitées renvoient à la même thématique: Celle de contribuer à identifier les voies facilitant l’écriture d’un mémoire. D’où l’interrogation sur ce qu’est écrire ainsi que la méthodologie à suivre pour réaliser cette tâche délicate.

Ce n’est pas une mince affaire!

Pour ce faire, notre cher professeur, en tant que meneur de la symphonie, tient en main les règles du jeu et nous fait part d’une réflexion assez particulière de l’anthropologue, sociologue et philosophe français Bruno Latour.

Il s’agit d’un extrait « Retour aux fondamentaux: une liste de carnets »; prélevé de son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006) où il tente d’apporter une réflexion opulente sur la recherche par le biais des quatre carnets ayant comme image métaphorique; l’alter ego: « Un journal de tous nos mouvements ».

La lecture de ce passage m’a incitée à errer dans l’imaginaire pour retrouver en fin l’aspect tangible de sa pensée…

« C’est en dessinant que les éléments du puzzle s’assemblent, que l’image pointilliste paraisse plus nette! » Je me suis dit en sourdine.

Bruno Latour

Bruno Latour nous propose une gamme de carnets « tout fait partie des données» et Dr House nous sollicite d’implémenter notre cerveau par sa fameuse citation « Use it! ». Un brassage unique entre les deux serait possible: Les quatre carnets correspondraient aux quatre lobes du cerveau humain ! J’ai pensé à mettre en relation le fonctionnement cérébral des quatre parties présentées par le chercheur américain William Ned Hermann et les quatre carnets Latouriens ce qui donnent le résultat suivant :

Primo, le carnet de bord de l’enquête correspondrait au cortical gauche du cerveau ayant une mission analytique et critique « C‘est la seule façon de documenter les transformations que l’on subit en se déplaçant au cours des terrains. Les rendez-vous, les réactions des autres vis-à-vis de l’enquête » (Latour, 2006, p.194-195).

Secundo, le carnet destiné à la collecte des informations serait plus conforme au limbique gauche du cerveau responsable de l’organisation et de la coordination entre les idées « Classer toutes les entrées par ordre chronologiques tout en les rassemblant dans des catégories destinées à évoluer vers de fichiers et des sous-fichiers de plus en plus raffinés » (Latour, 2006, p.195).

Tertio, le carnet voué aux essais d’écriture ad libitum conviendrait plus au cortical droit faisant appel à l’esprit innovateur et synthétique « il faut redoubler d’efforts pour enrayer cette écriture automatique » (Latour, 2006, p.196).

Quarto, le dernier carnet des effets qui repose sur le volet social rimerait avec le limbique droit qui gère le coté relationnel, interpersonnel et émotionnel «Une nouvelle négociation s’engage pour décider des ingrédients qui entreront ou non dans la composition du monde commun» (Latour, 2006, p.196).

Par conséquent, la méthode des quatre carnets suggérée par Bruno Latour peut être considérée comme une réflexion scientifique fructueuse, globalisatrice et pertinente.

Références :

LATOUR, Bruno, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006 (194-197).

Image, Soukaina Nafia.

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

D’ici commence l’odyssée de l’écriture

©JaveriaKHAN
©JaveriaKHAN

 

C’est finalement l’heure de commencer la rédaction d’un mémoire. C’est un voyage long et rébarbatif – une odyssée qui va nous amener d’un point de départ à une destination, que l’on espère fertile. Cette odyssée est délicate et laborieuse. Mais comme on dit dans mon pays, si on doit casser un fagot de brindilles, il vaut mieux les casser une par une. Donc, la première brindille est en l’occurrence le commencement de la recherche – la collecte des données. Pour cela, le sociologue, anthropologue et épistémologue français, Bruno Latour nous montre le chemin à suivre.

La méthode de Bruno Latour est basée sur la collecte des données pour la recherche par l’intermédiaire des carnets (quatre carnets en total).

Bruno Latour part du principe que « tout fait partie des données ». Il propose l’usage de quatre carnets qui permettent d’organiser et de structurer les données et de tenir compte de l’évolution de la recherche.

Le premier carnet : c’est un agenda-calendrier.

Le deuxième  carnet : sert à collecter des informations (idées, références, etc).

Le troisième carnet : est consacré aux essais d’écriture.

Le quatrième carnet : est l’espace pour les réflexions issues des retours et réactions des autres.

En appliquant la méthode de Bruno Latour pour ma recherche, j’ai créé des carnets sous forme de cahiers et des carnets électroniques pour le recueil des données pendant la rédaction de mon mémoire.

  • Les cahiers sont utilisés quand je consulte des ouvrages dans les bibliothèques et pour la prise de notes, des éléments ou des pensées importantes, qui, pour un chercheur au rédacteur puisse venir à l’esprit sur le champ. D’autres cahiers pour prendre des notes pendant des colloques.

RQ : Les colloques sont très importants pour le développement des idées liées à un mémoire.

  • Les cahiers électroniques sont sous forme des documents numériques (fichiers Word), on peut les considérer comme des brouillons pour le travail ou pour les premiers essais. J’ai commencée tout d’abord par un plan (sommaire), une introduction et les noms des chapitres. Ensuite j’ai rempli les parties avec des données que j’ai déjà trouvées lors de ma recherche.

Au cours de temps et avec l’avancement de recherche, il y a des modifications dans les documents (ajout/suppression). A chaque fois que je fais des changements je sauvegarde le nouveau carnet électronique (document) sous un autre nom,

Par exemple : si mon premier carnet électronique a comme nom « mon mémoire 1 », après les modifications, je le sauvegarde sous le nom « mon mémoire 2 », et puis « mon mémoire 3 » et ainsi de suite.

Le dernier carnet donc est le plus proche de ce que j’ai envisagé et qui contient des corrections, des raffinements et des améliorations.

Le premier carnet ou le point de départ est le plus long parmi tous le carnets d’où il contient le recueil des données. Je ne l’efface jamais, Car c’est mon coffre de trésor, Dedans on trouve les outils vastes. C’est mon varia de toutes les données (les articles, les sites de web, les livres, les citations…)

Même pendant la rédaction de ce billet, je m’astreins à l’utilisation de la méthode Bruno Latour en créant d’autres carnets électroniques pour sauvegarder toutes les idées qui font lien à mon mémoire ou des autres billets qui me viennent à l’esprit.

 

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Allons voir si…

Faire face à un mémoire effraie. Le mot RECHERCHE me fait peur. Je me pose toujours des tas de questions : Suis-je capable d’en entamer une ? Pourrais-je contribuer à développer un axe intéressant ? Quelle méthodologie utiliser ? Comment affiner un sujet qui se voudrait trop vaste ? Comment respecter la rigueur scientifique en innnovant ?

Pour moi, passionnée des reherches et des découvertes, il est vraiment difficile de m’asseoir réfléchir sur la recherche, à tel point que je l’évite parfois. Paradoxe ? Je pense que c’est une réaction à des pratiques mal menées par des institutions où j’ai travaillé. Je viens d’un pays hispanophone (Cuba) où la recherche en FLE existe mais sans trop faire attention à ce qui se fait en général dans des contextes francophones.

Dans le Département de FLE de la Faculté des langues étrangères de l’Université de La Havane, une fois diplômé, si l’on décide de travailler comme enseignant, on est censé être directeur de mémoire des étudiants qui sont en 3ème, 4ème ou 5ème année de la licence. Trop compliqué ! Moi, je continue à me dire : comment je peux ‘guider’ les autres si moi, je dois me former et maîtriser les outils et méthodologies de recherche ? Mais, bon. Ce sont des directives.

Et me voilà, arrivée en France 4 semaines après la rentrée ! Pour moi, le fait d’être ‘guidée’ et de compter sur les échanges des autres étudiants est une très bonne idée. Je n’avais jamais entendu parler des 4 carnets que propose Latour, mais ils pourraient m’aider dans mes recherches.

1er carnet: Mon journal intime recherche

2e carnet: Tout noter

3e carnet: Prendre la plume

4e carnet: Rétroactions

Voilà ce qui m’arrive souvent : trouver d’autres pistes de réflexion à ce que j’entends par mon sujet de base. Ayant reçu une formation assez éclectique, je souhaite répondre à plusieurs questionnements. Je pense que ces carnets vont m’aider à mieux distinguer les idées les plus pertinentes (celles à développer dans le cadre de cette recherche) de celles à remettre à plus tard.

Bibliographie

Latour B. (2006) , Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, col. «Armillaire », pp. 194-197.

L’éthique en didactique des langues : questionnements et tentatives de définition

Vendredi 21 Octobre 2016, 9h00, Amphithéâtre Durkheim, 14 rue Cujas, 75005, Paris.

Photographie de l'intérieur de la salle Durkheim à 9h le 21 Octobre 2016.
Photographie de l’intérieur de la salle Durkheim à 9h le 21 Octobre 2016.

Arrivée en avance, l’amphithéâtre est déjà plein. On déplace les gens pour se faufiler et se trouver une petite place où assister à la présentation. « Vers une neuroscience de la personne humaine », Jean-Pierre Changeux. Rien que le nom réveille la scientifique qui est en moi et me ramène cinq ans en arrière, au lycée, à mes débuts en terminale S.

Les premières trente minutes filent à toute vitesse, on sent la passion dans le travail de cet homme qui a pris la peine de venir expliquer son travail à 9h, un vendredi matin. Certaines personnes dans l’assemblée décrochent mais mes « cellules grises », comme dirait le Hercule Poirot d’Agatha Christie, sont fortement stimulées. Le challenge est là et à travers les termes scientifiques d’une technicité médicinale, je parviens tant bien que mal à trouver mon chemin vers la compréhension. Mon stylo court sur les pages.

En quatre ans d’étude en didactique, je ne l’ai jamais étudiée de cette façon, en lien avec quelque chose d’aussi scientifique. Malgré mon rejet total des domaines scientifiques, cette conférence a illuminé ma vision de la didactique et lui a donné un « plus » qui lui manquait crucialement. En effet, M. Changeux nous parle des modélisations du cerveau comme étant des représentations d’un comportement ou d’un processus « mental » dans l’architecture neuronale et étant en distribution d’activités minimales. Il lie donc un comportement spécifique subjectif à des mesures neurobiologiques objectives en les mettant à l’épreuve de l’expérimentation, tout en soulignant les limites des ordinateurs et de la science quant aux mystères de la vie et de certains fonctionnements du corps humain. Il nous parle aussi du « pouvoir des gênes » , de leurs limites face à l’influence de l’environnement sur l’homme ainsi que des possibilités et des dangers du « transhumanisme »[1]. La problématique de l’éthique semble s’éloigner mais reste en fait bien présente en tant qu’éthique scientifique.

Et, à la fin, la frustration de voir tout le travail, les diapositives, la richesse intellectuelle, que cet homme ne pourra malheureusement pas partager, faute de temps.

 

Vendredi 21 Octobre 2016, 10h45 à 13h00, Salle V, 46 rue St Jacques, 75005, Paris.

Les conditions sont plus difficiles, pas de tables, plus d’une dizaine de personnes restent debout. Les présentations s’enchainent et on peut lire sur la tête de chaque intervenant la déception de ne se voir accorder que 20 minutes. Chez certains, on dirait presque qu’ils préféreraient partir, sans présenter, plutôt que de vulgariser et de simplifier bien plus encore le travail qui les passionne. Un même thème : l’éthique. Tellement de sujets différents. L’étude des textes médiatiques en classe de langue de M. Rakotoenelina a fait appel à de nombreuses expériences vécues : quels supports est-ce que je peux vraiment utiliser avec mes apprenants ? Quels thèmes est-ce que je ne peux vraiment pas aborder avec eux ? En tant qu’enseignante, suis-je vraiment aussi limitée par les thématiques et les usages des textes médiatiques des manuels ?

 

Vendredi 21 Octobre 2016, 13h30 à 14h45, Amphithéâtre Durkheim, 14 rue Cujas, 75005, Paris.

De retour dans l’amphithéâtre, encore plus bondé car accueillant les personnes qui n’ont pas entendu leurs réveils le matin même et qui ne se sont pas réveillées. La table ronde est surprenante par le format. Chaque intervenant a deux minutes (top chrono) pour répondre aux trois questions élaborées. Les intervenants ont l’air tout aussi surpris mais acceptent le challenge.  Les différents points de vue enrichissent considérablement la discussion et lient la didactique et l’éthique à différents domaines : la poétique, la philosophie, les sciences politiques… L’éthique se rapproche-t-elle davantage d’une façon culturelle de vivre ou est-elle la proie d’un rationalisme implacable ?

La technologie pose des problèmes aussi. Quelles limites appliquer face à l’entrée (brutale ? progressive ?) des technologies jusque dans nos classes ?

L’éthique est aussi associée à une dimension culturelle indiscutable car dépendant des institutions, des valeurs et des repères de chaque pays. Mais quand ces aspects sont en contradiction avec les besoins et le bienfait de nos apprenants, quels choix faire ? Quelle éthique, professionnelle ou personnelle, adopter ? Et, là, une réponse, énoncée par Olivier Lumbroso, vient mettre un coup de grâce au débat : « Ce que nous construisons dans nos cours, c’est la liberté ».

[1] Le transhumanisme consiste en l’amélioration des fonction du cerveau de l’homme.

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Conversation avec mon directeur de mémoire (ou plutôt avec moi-même…)

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Après quatre ans d’école maternelle (non, je ne suis pas née stupide, seulement en début d’année), cinq ans d’école primaire, quatre ans de collège, trois ans de lycée et quatre ans d’université, soit un total de 4+5+4+3+4 = 20 ans d’institutions scolaires (les mathématiques ne sont pas mon fort, j’étudiais les langues après tout), je me retrouve en Master 2 à devoir parler de manière plutôt détendue avec un enseignant afin d’écrire l’œuvre ultime de mon master, qui n’est autre que mon mémoire. Après 20 ans passés « à l’école », après 20 ans d’effroi face à la puissance et au courroux de mes enseignants, après toutes ses années, je me retrouve à discuter, moi, future enseignante de français, de manière plutôt égale avec un enseignant-chercheur, publié et expert dans son domaine. Au vu de mon passé et du parcours de mon directeur de recherche, c’est sans surprise que je peux dire que la communication est, pour ma part, source de nombreuses angoisses et mère porteuse de mon anxiété. Sans parler des quinze à cent révisions de chaque email envoyé à mon directeur afin que tout soit parfait et respectueux, la communication directe et orale se transforme en véritable lutte interne entre mon moi « domestiqué » par les institutions scolaires et mon « vrai » moi, mon côté « gaffes » et maladroit, mon moi naturel et sauvage. Mais trêve de « blabla » d’introduction, passons aux choses sérieuses : un exemple de discussion avec mon directeur de recherche.

 

Etudiante : (voix interne : sois polie) Bonjour Monsieur (voix interne : mince, il ne m’a pas entendu, je répète ? S’il a entendu et que je répète, il va penser que je le prends pour un vieux gâteux et malentendant… Bon, c’est pas grave, vaut mieux être trop polie que pas assez, je relance…) Bonjour Monsieur X !

Directeur de mémoire : Ah ! Bonjour ! Vous devez être Priscillia Mollard-Cadix, c’est ça ?

E : Euh oui ! C’est bien moi !

DM : Asseyez-vous, asseyez-vous ! Alors, parlez-moi un peu de vous…

E : Oui, euh alors oui, je m’appelle, je suis en master 2, spécialité 1, option A… Euh j’ai fait une licence d’anglais, mineure FLE à Paris 3 avant parce que euh je voudrais enseigner le français dans un pays anglophone mais euh je ne sais pas lequel encore…

DM : Ah d’accord ! Je vois ! Il va peut-être être temps de se décider ! Haha !

E : Oui, oui, je réfléchis encore… Mais je vais y réfléchir plus sérieusement… (voix interne : Oh mince, si je fais pas un doctorat, je fais quoi l’année prochaine, enfin c’est si j’arrive à avoir cette année… Et puis il doit penser que je ne suis pas sérieuse, je n’ai pas de plan de vie en particulier pour l’année prochaine…)

DM : Et pour votre mémoire, quel serait le sujet ?

E : Oui euh j’aimerais travailler sur la créativité et l’authenticité des interactions orales en classe de FLE.

DM : D’accord, c’est bien ce que j’avais noté. Qu’est ce qui vous a orienté vers cette thématique ?

E : J’ai fait mon année de Master 1 aux Etats-Unis, dans une fac en Virginie, et j’ai été assistante de français là-bas. Cette expérience m’a montré que l’oral peut être particulièrement sacrifié dans l’enseignement du français au profit du contenu et de l’avancée dans le programme car l’enseignant avec lequel j’ai travaillé ne donnait aux apprenants aucune opportunité de quelque échange oral… Enfin, euh, j’exagère peut-être un peu mais les échanges étaient extrêmement limités, les seules fois où les apprenants parlaient c’était pour un oral en quatrième année, sinon l’enseignant posait des questions aux apprenants mais y répondait tout seul, sans attendre qu’ils y répondent. J’ai trouvé ça très frustrant et, le premier semestre, il m’a laissé les faire parler car il surveillait le cours que je donnais avec eux mais le deuxième semestre, il m’a interdit de les faire parler, il voulait que je fasse une simple présentation magistrale de mouvements littéraires et ça, ça a été vraiment très dur pour moi car ce n’est pas le genre d’enseignant que je suis ou que je voudrais être…

DM : D’accord, c’est très bien d’avoir déjà une expérience qui vous inspire car les idées, les sources ou les prémices d’une recherche ne se trouvent pas dans le chercheur lui-même mais dans sa relation au monde et dans ce qui le choque, le surprend ou le touche… Avez-vous fait quelques recherches déjà ? Lu des articles ?

E : J’ai commencé à regarder quelques pistes oui mais je ne suis pas sûre de m’y prendre correctement, je ne sais pas vraiment en quoi doit consister un « mémoire de recherche »… Est-ce que je dois chercher moi-même en faisant des vraies enquêtes… Ou est-ce que je dois juste dire ce que les autres ont fait sur le sujet ? Je sais que c’est vraiment basique mais je pense être vraiment perdue à ce sujet…

DM : Oui… Je vois. Le mémoire est plus ou moins large, vous pouvez faire des questionnaires d’enquête si vous le souhaitez mais il faudra néanmoins être extrêmement vigilante vis-à-vis des questions que vous poserez afin de ne pas pousser les enquêtés à répondre à une question de la manière dont VOUS voulez qu’ils répondent.

E : Oui, je vois, pour le coup, ça ne servirait pas à grand-chose et ce serait faussé…

DM : Exactement. Je vous encourage à lire davantage d’ouvrages autour de votre sujet. J’ai notamment écrit un livre qui pourrait apporter un plus à votre réflexion…

E : Oui, je l’ai déjà commencé…

DM : Très bien ! Donc nous nous contacterons rapidement afin de nous revoir ! Sur ce, bon travail et bonne journée !

E : Oui ! Merci ! Bonne journée à vous aussi ! (Voix interne : bon, ça s’est bien passé mais je n’ai pas l’impression d’avoir beaucoup avancé… Je vais suivre ses conseils quand même et l’écouter, sans oublier de remplir mes carnets…)

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] »

Chaque fois avant de commencer mes travaux de recherche, j’ai toujours un objectif principal qui est de mettre en valeur mes recherches, surmonter une grande difficulté dans l’enseignement du français ou bien laisser une trace dans l’histoire pédagogique du FLE. Mais j’ai eu le sentiment de « trop penser » à plusieurs reprises en prenant du recul face à mes travaux. Faute de temps, le résultat de mes recherches est souvent limité, soit l’analyse n’est pas assez pénétrante et minutieuse, soit le point de vue n’est pas riche ni original.

Je suis bien consciente que chaque grand travail de recherche nécessite les détails les plus précis. Comme pour construire un bâtiment, il faut tout d’abord bien préparer le matériel. C’est pour cette raison que Bruno Latour (2006) propose une méthode très pratique qui permet de visualiser « l’ordre de la production du savoir » (Sylvain Venayre, 2016) — quatre carnets, qui s’accordent bien avec le processus de la formation de la pensée et de la logique. Durant mon expérience de recherche que fut la rédaction de mon mémoire de M1, j’ai pu noter toutes les idées qui me venaient à l’esprit, mes inspirations (surtout quand j’ai consulté les ouvrages), ainsi que de nouveaux points de vue sur des feuilles volantes, mais pas sur un carnet. Puis, à partir de la collecte de ces informations, j’ai essayé d’y trouver une certaine logique afin de construire mon plan de mémoire. Selon moi, un mémoire de recherche s’articule ainsi: à partir d’un point (un titre ou un sujet), puis on le développe horizontalement jusqu’à une face (un plan) et enfin, on l’approfondit verticalement. Par ailleurs, concernant l’idée des feuilles volantes, les avantages de noter dans un carnet sont que l’on peut bien témoigner du processus de construction des travaux de recherche, mais aussi garder ces traces intelligentes que l’on peut par la suite développer davantage.

 

Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] » © L.YANG
Mes « Quatre –tion [sjɔ̃] » © L.YANG
J’ai donc combiné les propositions de Bruno Latour avec ma propre logique de travail, ce qui m’a permis de préparer les quatre carnets suivants que j’ai nommés « quatre –tion [sjɔ̃] »

Pour le premier carnet, je me suis inspirée de Bruno Latour qui a proposé un carnet de bord, comme un agenda. J’ai pris la liberté de le nommer « Inspiration », et je vais y noter toutes les informations, les points de vue, les sources ainsi que les pensées qui m’inspirent dans mes travaux de recherche. Cela me fait penser à la métaphore de la construction, car il s’agit ici de trouver le matériel pour construire un bâtiment.

Le deuxième carnet peut être commencé un peu plus tard, quand le premier carnet sera assez riche et que toutes les données pourront être classées par ordre logique. Il s’agira de collecter et de sélectionner les sources adaptées et utiles, autrement dit il s’agira d’élaborer un plan ou de construire un cadre en utilisant les matériels trouvés. Donc, mon deuxième carnet s’appelle « Planification ».

Le troisième carnet « Rédaction » a pour but de vivifier toutes les données, c’est à dire qu’à ce stade-là, on ne construit plus un cadre, mais plutôt un corps. Dans le troisième carnet, la rédaction et la production des paragraphes sont fluides grâce aux deux stades précédents. Avec mon statut d’étudiante étrangère, la façon de m’exprimer devient d’autant plus importante dans ce troisième carnet. En effet, quelques fois, les nuances entre les mots et les expressions ne sont pas évidentes, et cela pourrait même influencer l’exactitude de la représentation.

Le quatrième carnet s’apparenterait plutôt à une plateforme de « communication » qui est aussi le nom de celui-ci. Actuellement je m’intéresse beaucoup aux interprétations ainsi qu’aux commentaires de mon mémoire (ou d’une partie de mon mémoire) des autres, grâce à ARLAP ou d’autres sites internet, nous échangeons et en même temps nous approfondissons nos différents projets.

A la lecture de ces quatre carnets, je suis très impatiente de pouvoir témoigner de la construction de mon mémoire de recherches et ce, petit à petit au travers de ceux-ci. Par ailleurs, je suis en mesure d’affirmer qu’ils m’aident à commencer mon mémoire dès maintenant.

 

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, (2006). « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets », Changer de société, refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, p. 194-197.

Alain Corbin et de Sylvain Venayre, « L’effort d’imagination stimule l’écriture », le Monde.fr, URL:http://www.lemonde.fr/livres/article/2016/09/29/alain-corbin-et-sylvain-venayre-l-effort-d-imagination-stimule-l-ecriture_5005262_3260.html. Consulté le 01 Octobre 2016.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les carnets

J’ai toujours eu deux carnets : un agenda où je note les évènements à venir et un cahier de brouillon où je note tout ce qui m’intéresse. Suivant les conseils de Bruno Latour, j’ai toujours sur moi deux carnets.

J’ai également plusieurs « carnet » électroniques pour la rédaction et la bibliographie. Ils ne conviennent pas tout à fait aux critères dans la description du 2ème et 3ème carnets définis par Bruno Latour, mais je préfère en garder deux en version électronique afin de pouvoir les modifier/améliorer facilement. Je classifie ces fichiers en deux catégories : un fichier/carnet « bibliographie » et un fichier/carnet « rédaction ».

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 195

Yaru WU

M2 Spécialité 1, Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Un premier train de pensées

Presque tout le monde le sait, les confessions est l’une des œuvres de Jean- Jacques Rousseau. J’espère que, pour moi, la confession ne deviendra jamais pluriel. Je ne suis pas dans le train pour le moment, je le sais. Parce que je viens de publier mon premier billet, alors que pour avoir un vrai « billet de train », il faut milles fois plus d’efforts, même pas assez, surtout pour moi.

Une idée m’énerve depuis longtemps concernant mon mémoire, et je ne veux pas l’effacer de ma tête non plus. Puisque je ne sais pas si la passion et la curiosité autour de la problématique du cinéma français dans l’enseignement et apprentissage du FLE peuvent m’orienter vers le bon chemin.

Alors que je me disais toujours, j’aime le cinéma, j’aime enseigner, pourquoi ne pas faire un lien entre le cinéma et l’enseignement du FLE par mes propres moyens ??? Je me demande aussi, qu’est-ce que le bon chemin ? C’est à travers la recherche que je peux atteindre un autre côté, un domaine que je n’ai jamais approfondi ou pratiqué.

Cette phrase de Jean-Luc Godard tombe bien : « je ne veux parler que de cinéma, pourquoi parler d’autre chose ? Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout.  » On sait que le cinéma fait partie des nouveaux jean-luc-godard-1-728objets de recherche du XXème siècle, qui s’ouvre à de nouvelles perspectives et à de nouveaux types d’analyse. C’est ce qui m’intéresse dans l’éducation et l’enseignement de la langue française. Tel est le cas pour le cinéma dans une classe de FLE en Chine, au même titre que d’autres domaines comme la littérature, la peinture, la musique, etc. qui doit être considéré comme un support pertinent grâce auquel l’apprenant peut apprendre tout à travers les films. Le cinéma représente aussi un support authentique artistique et culturel qui va donner une vision différente de celle de la méthodologie traditionnelle aux apprenants sinophones. Alors, comment la langue et la culture sont-elles transmises par le cinéma ? Par curiosité, j’ai décidé de changer mon option pour la recherche.

A vrai dire, j’ai toujours peur, peur du manque d’expérience, de connaissances, peur de faire des erreurs, mais je m’en fiche !! Il faut que je me dépêche de recueillir des données, des sources, des informations et de les classifier pour construire mes savoirs. Par ailleurs, il est indispensable d’avoir la créativité, de mes idées fraîches pour bien former mon propre chemin. Dans mon chemin, j’ai besoin d’aide de mes camarades et de conseils de mes professeurs, je sais que vous êtes toujours là.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts