Archives par mot-clé : carnet de chercheur

Trois carnets pour un mémoire

Dans le chapitre 5 de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie, Latour propose de tenir quatre carnets durant l’intégralité de la recherche et la rédaction d’une thèse. Le premier carnet, intitulé « carnet de bord », relate l’ensemble des évènements quotidiens qui participent à l’élaboration de la thèse : les rendez-vous, la rédaction, les diverses difficultés à parvenir aux objectifs fixés (…). Le second carnet comporte les diverses informations collectées et classées chronologiquement. Il est important que les diverses informations puissent être reclassées de diverses façons. Le troisième carnet permet au chercheur de poser à l’écrit diverses idées, des ébauches de paragraphes et tout ce qui pourrait être utile lors de la rédaction de la thèse. Dans le dernier carnet, Latour propose de relater les divers effets que le compte rendu a produit sur les personnes qui en ont pris connaissance.  En effet, cela confère à ce carnet « une action performative ».

Selon moi, le premier carnet proposé par Latour est indispensable afin d’observer l’évolution de son travail pas à pas. Il permet de remonter le temps et de se rendre compte des rencontres/lectures qui ont été décisives dans l’élaboration de notre recherche. C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire, j’ai choisi de tenir un premier carnet dont la fonction se rapproche de celle proposée par Latour.  Il s’intitulera « Mon journal de bord »  et dans lequel j’inscrirai le travail réalisé au jour le jour, mes ressentis, les difficultés, les échecs et les avancées.

Mon second carnet, que je nommerai « échanges », relatera ce qui est dit lors des rencontres avec mon directeur de recherche, les divers conseils donnés, les améliorations suggérées et les objectifs fixés entre chaque rendez-vous. Lors de la rédaction, je pourrai m’y référer afin de me remémorer avec exactitude ce qui a été dit des précédents rendez-vous.

Mon troisième et dernier carnet aura une fonction similaire au troisième carnet proposé par Latour. Intitulé « premiers jets », il me permettra de noter des idées, des mots, des phrases voire des paragraphes, au moment où je les pense pour ne pas les oublier et qu’ils soient perdus. Par la suite, ces éléments seront intégrés ou non à mon mémoire, en fonction de leur degrés de pertinence.

J’ai choisi de travailler sur des petits carnets papier, de la taille de ma main, afin de pouvoir y avoir recours n’importe où, n’importe quand. Petits et discrets, ils se glissent dans le sac ou dans une poche et ne dépendent ni de la wifi ni d’aucune batterie.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Mes carnets de route : vers une pratique de recherche !

L’idée générale d’entamer un travail de recherche, se construit principalement à partir d’un ensemble d’interrogations et de questions qui nous interpellent au cours d’une formation ou lors d’une expérience professionnelle. Afin de mener à bien ce projet de recherche, chacun d’entre nous fait le choix de procéder à sa manière, tout en respectant les règles universelles de la rédaction d’un mémoire.

Dans son extrait « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets » tiré de son livre  Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), Bruno Latour nous propose d’organiser le travail de recherche à travers la mise en place de quatre carnets. Ces derniers représentent une sorte d’outils d’accompagnement du chercheur tout au long de son projet. La façon dont Bruno Latour a présenté ces quatre carnets me paraît logique et organisée. Cependant, je trouve que le choix de la méthodologie de travail dépend non seulement de la façon dont on a l’habitude de s’y mettre mais aussi du sujet sur lequel on veut travailler et le type de recherche qu’on souhaite entreprendre.

Après avoir mené une démarche réflexive envers les propositions de Latour, je viens à mon tour vous présenter mes propres carnets de recherche que j’envisage mettre en place pour la rédaction de mon mémoire de recherche de master 2. Pour un début, j’ai opté pour un choix de trois carnets que j’organiserai de la façon suivante :

Carnet 01  Mes références bibliographiques : ce carnet sera consacré à la documentation. Cela implique bien évidemment l’ensemble des informations choisies et exploitées lors de mes lectures, les citations dites intéressantes pour l’illustration de mes propos ainsi que les numéros de page et les sources de celles- ci.

Carnet 02 Mon journal de réflexion : dans ce carnet, je compte noter mes réflexions personnelles faites suite à mes observations sur le terrain et à l’analyse de mes lectures. J’ajouterai à cela les objectifs que je me fixe pour chaque étape de mon travail, ainsi que les difficultés rencontrées afin que je puisse avancer et par la suite finaliser mon projet de recherche.

Carnet 03 Ma démarche d’expérimentation : autrement dit, ce carnet prendra le type d’un carnet de route professionnel car c’est dans ce carnet que je vais noter tout ce qui sort de mes recherches sur le terrain (ex : questionnaire, entretien..etc), ainsi que l’analyse et les commentaires que je fais à partir des résultats obtenus.

 

Pour conclure, je profite pour dire que cela reste un choix personnel car comme je l’ai mentionné au début de ce billait, chacun procède à sa manière et comme il y a certaines personnes qui choisissent de procéder par points ou choisissent d’intégrer des schémas pour résumer, moi j’exprime bien mes idées de façon narrative.

Hanane FODIL.

 

 

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Chercheur au Carrefour de données

Après plusieurs lectures des pages tirées du livre de Bruno Latour, j’ai trouvé ses écrits très intéressant au niveau des obligations. Latour parle du chemin que le chercheur « doit » suivre pendant sa recherche. Autrement dit, Latour, selon lui, nous donne les « clés » de la « réussite absolue » afin de pouvoir mener la recherche de manière plus ordonnée que désordonnée. Pour cela, l’auteur nous propose de faire 4 carnets – pas moins, pas plus – à utiliser pour différentes tâches chacun. Les carnets proposés par Latour;

  • Premier carnet : carnet de bord.
  • Deuxième carnet : utilisé pour la collecte de l’information.
  • Troisième carnet : destiné aux essais d’écriture.
  • Quatrième carnet : utilisé pour consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs.

Toutes idées non-imposées sont à écouter, à appliquer si elles sont logiques jusqu’à un degré et même d’ailleurs elles méritent d’être appréciées. Bruno Latour insiste sur l’obligation de faire des carnets en utilisant les termes « devra » ou « Il faut » à chaque paragraphe du chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets ».

«  Le premier carnet devra faire (…) Il faut consacrer un second carnet (…) Il faut toujours avoir à porté de main un troisième carnet(…) »[1]. Dans le domaine de la sociologie, on ne peut jamais parler des clés de réussite, des méthodes de recherche, des manières de prendre des notes ou des chemins qui mènent vers la « Vérité, réussite absolue ». En SHS, quelles soient écrites ou dites, toutes idées sont considérées « subjectives », c’est-à-dire perçues, vues et jugées différemment d’un sujet à l’autre. Dans ce contexte, le carnet ne peut pas être considéré comme un outil utilisé pour la recherche aux yeux de « tous » les chercheurs car chacun de ces derniers est unique et a sa propre conception de recherche.

Il est difficile également de comprendre si Latour parle de ses avis personnels ou bien de sa « Vérité Absolue » à propos des carnets. En tant que jeune chercheur en SHS, je ne trouve pas sain d’utiliser des propos commençant par « il faut » car ce terme est contradictoire avec l’âme des SHS dont le noyau dur est « subjectivité » et « différents points de vue ».

Un autre point qui me semble important à traiter est le nom du livre de Bruno Latour : Changer de société, refaire de la sociologie. A mon avis, le changement de société ne peut jamais avoir lieu avec impositions des choses ou toutes sortes de tentatives de façonnage « scientifique » mais seulement en rendant les chercheurs plus libres et plus autonomes dans leurs recherches. Il serait plus acceptable si Latour avait mis « à mon avis » devant chaque « il faut » puisqu’il transmet ses avis personnels sur un sujet donné.

Selon moi, n’étant pas un élément indispensable de la recherche ou de la vie d’un chercheur, le carnet peut jouer, pour certains, un rôle important pour le bon déroulement de la recherche. Sur ce point, je partage mes « 4 » carnets ci-dessous ;

  • Premier carnet : Carnet de Liberté pour observer le terrain en toute liberté.
  • Deuxième carnet : Carnet d’Autonomie pour travailler avec des sujets en étant autonome.
  • Troisième carnet : Carnet de Chemin pour observer tout ce qui paraît scientifique sur le chemin.
  • Quatrième carnet : Carnet de Carrefour de données pour rassembler les données.

Seul les chercheurs Libres et Autonomes ayant leurs propres Chemins (de pensé, de recherche etc.) peuvent se retrouver au Carrefour de données afin de construire un meilleur système de pensé et de recherche.

Références 

[1] Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE à l’Université Gazi à Ankara/Turquie et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement étudiant doctorant à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts