Archives par mot-clé : carnet

Collecte compulsive de données

Comme indiquer dans le texte du sociologue Bruno Latour[1] : « tout fait partie des données ». Tout. Je me reconnais bien là. Je collecte, garde, entasse pour ensuite coller, agrafer, scotcher des souvenirs de voyages, des expériences culinaires, de vieilles cartes postales sépia, des rêves écrits sur des post-it,  des photos d’identités d’amis ou d’étrangers, des cours de musique, des cours en université ou des recherches pour les cours. A tout cela, j’ai attribué des carnets. Ils sont consciencieusement rangés sur une étagère face au canapé, d’où je peux admirer le classement par taille et me souvenir en un coup d’œil, à la couleur ou la texture de la couverture du carnet, de tout ce qu’il contient.

Continuer la lecture de Collecte compulsive de données

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Carnets de terrain

Rendez-Vous des Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage : Carnets de terrain

Projection-débat

Vendredi 2 juin
10h30-12h30
Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3)
Centre Censier 13, rue de Santeuil – 75005 Paris
Salle 221 (2e étage)

Les Rendez-Vous des Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage (JCSDL) sont une série de séminaires abordant les sciences du langage dans leur diversité et proposant des formats divers. Ils sont spécifiquement organisés à l’intention des jeunes chercheurs (masterants, doctorants, jeunes docteurs) mais sont ouverts aux chercheurs et enseignants-chercheurs.
Ce premier Rendez-Vous du réseau JCSDL abordera les questions de communication et de valorisation scientifiques à partir de deux courts-métrages de la collection « Carnet de terrain » qui seront présentés et projetés. La projection sera suivie d’un échange et d’un débat avec et en présence des chercheurs (Yvonne Treis et Alexandre François), ainsi que des membres de l’équipe ayant réalisé les films (Céline Ferlita & Franck Guillemain).

Les deux films projetés seront :
– Yvonne Treis : Au bord du silence Chants traditionnels du pays baskeet
– Alexandre François, 1997, premier voyage au Vanuatu

L’objectif de ce séminaire est de présenter une collaboration chercheur-vidéaste et de mettre en avant l’intérêt de ce type de démarche dans le cadre de la communication et la valorisation des travaux des chercheurs. On pourra aussi s’interroger sur la place et le statut de ces documents au sein de la recherche scientifique.

Ce rendez-vous est organisé par le Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage, en partenariat avec le Service audiovisuel de « Cultures, Langues, Textes » (UPS 2259) du Campus CNRS de Villejuif.

Les Rendez-vous sont ouverts à tous : masterants, doctorants, jeunes docteurs, chercheurs et enseignants-chercheurs.
Un justificatif de présence sera donné sur demande à l’issu du séminaire.
Pour des questions d’organisation, merci de confirmer votre présence en écrivant à  rjcsdl@gmail.com

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Ecrire, écrit, écriture, réécriture…

Afin de mener un travail de recherche rigoureux et un projet professionnel ultérieurement, la construction des carnets semble être la première étape avant toutes sortes d’écrit ou/et d’écriture.

A l’aide de la pensée de Bruno Latour et du conseil de Monsieur Martin, aussi compte tenu de la spécificité de mon projet de mémoire, j’ai donc décidé de nommer mes carnets :

1er carnet : Carnet de bord

Il s’agit d’un carnet de l’enquête, c’est à dire dans lequel je noterai toutes les transformations que j’aurais aperçues: les rendez-vous avec les différents directeurs/professeurs/spécialistes ; toutes les rencontrés de nature diverse au cours des terrains…

2ème carnet : Collecte de l’information

Il s’agit de classer toutes les informations par ordre chronologique tout en essayant de respecter une « logique ». Cette logique peut être une catégorisation des thématiques par exemple. Il me semble difficile de déterminer cette logique dès maintenant, à mon avis, elle sera donc construite progressivement avec l’avancement de mes multiples récoltes.

3ème carnet : Carnet d’esquisses et de brouillons

Il s’agit donc un sérieux travail d’écriture permanent. Il faut écrire/réécrire/ré-réécrire avant de se lancer dans la rédaction du mémoire. Ce travail doit être concis et régulier, il est donc essentiel dans l’organisation du travail de se corriger, de se relire sans cesse et de s’échanger des idées…

4ème carnet : Carnet « en guise de perspective »

Il s’agit d’un carnet de retour ou de « futur ». Le travail du mémoire de M2 s’achèvera, mais la recherche jamais. Ce carnet est donc destiné à noter tous les retours possibles et aussi toutes les questions nouvellement posées…

Ces quatre carnets serviront, pour moi, une base de travail essentielle. Egalement, le support matériel choisi sera très divers : manuscrit, numérique, typographique…

C’est parti, mon voyage d’écriture !

 

Dans le chapitre 5: « Rédiger des comptes rendus risqués » de son livre, Changer de société. Refaire de la sociologie(Paris, La découverte, 2006, p. 194-197), Bruno Latour nous propose de tenir quatre carnets durant le travail de recherche et la rédaction d’un mémoire.

En effet, « Rédiger le mémoire » est un sujet fastidieux qui est encore accompagné dans ma tête d’un point d’interrogation. Cependant, je suis consciente que je dois absolument chasser mes doutes et c’est pourquoi j’ai décidé de considérer cela comme une chose plaisante dans ma vie, avec laquelle je peux m’amuser. Personnellement, j’adore découvrir de nouveaux horizons, comme un voyage d’aventure! Donc, il est temps de mettre un peu de voyage dans ma recherche de mémoire.

Le premier carnet, tout d’abord, je vais l’appeler : « planning »

En général quand on voyage, on se pose des questions essentielles avant le départ: où je pars?, pour combien de temps?, comment j’organise mon voyage?, etc. Puis, on se prépare au fur et mesure jusqu’au jour du départ. Ce premier carnet, donc, me permet de noter et planifier les informations et les enquêtes comme un agenda de voyage.

Le deuxième carnet s’appelle: « faire son sac »

Pour le voyage, il n’y a pas de moment précis pour décider de partir. Je dirai que c’est un voyage improvisé. Mais il est nécessaire d’avoir une organisation au préalable: que dois-je emmener dans mon sac à dos? Puis, on se fait une liste de ce qu’on veut emporter. On peut y mettre plusieurs choses, comme par exemple, des vêtements, des chaussures, des médicaments, une pochette multimédia(appareils et chargeurs, etc). On les met et les range bien, chaque chose à sa place, dans son sac à dos. Donc je vais collecter et classifier les données trouvées, en réfléchissant sur la recherche, dans mon deuxième carnet.

Le troisième carnet: « traces de pas »

Dès qu’on arrive à destination, que fait-on? On se réveille un beau matin dans un espace inconnu. Puis, on se balade et commence à réaliser que la vie a d’autres couleurs que celles qu’on lui connaissait. On passe à une perspective de touriste et on ne voit plus le monde de la même façon. Personnellement quand je voyage, je fais défiler la carte le soir après être rentrée dans ma chambre et j’y indique le trajet que j’ai parcouru la journée. Je laisse donc les traces de pas sur la carte pendant mon voyage. Mon troisième carnet me permettra donc de noter des idées conçues, des expressions, des paragraphes pour ne pas les oublier rapidement.

Enfin, le quatrième carnet: « tampons de passeport »

Mon père travaille à l’étranger depuis longtemps. Quand j’étais petite, je me souviens qu’il me montrait son passeport avec plusieurs tampons en couleurs qu’il a reçus lors de ses voyages à l’étranger en racontant les histoires qu’il a vécues. Pendant ces moments-là, il a partagé sa vie et ses expériences avec sa petite fille(moi) et il m’a permis de vivre aussi des expériences nouvelles comme lui et de me lancer de nouveaux défis. En plus, il m’a appris qu’il n’y a pas de peurs que l’on n’est pas capable de surmonter et il m’a donné une confiance en moi-même pour le voyage. Avec mon quatrième carnet, je noterai tous les effets que j’ai obtenus, des conseils et des commentaires pour développer la rédaction de mon mémoire.

Quand on voyage, on devient une tortue qui porte son domicile. C’est son sac à dos. Donc je vais toujours garder mon carnet de recherche à portée de main comme une chose précieuse – mon sac à dos de voyage.

 

Bibliographie:

LATOUR, Bruno, 2006, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p. 194-197.

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

La méthode idéale pour mener un travail scientifique selon Bruno Latour

Au chapitre cinq de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie (La Découverte, 2005), Latour conseille d’utiliser quatre carnets distincts afin de rédiger un travail scientifique.

Le premier carnet  devra être une sorte de carnet de bord destiné à contenir tous les micro-événements en rapport avec la recherche. Il devra donc être régulièrement mis à jour. Le second carnet sera dédié à la récolte de l’information, ces informations seront classées de façon chronologique. Quant au troisième carnet, il sera consacré « aux essais d’écriture ad libitum ». Ici devront être inscrites les idées, les ébauches de réflexion. Enfin, dans le quatrième et dernier carnet, Latour suggère d’écrire les effets que le compte rendu  produit sur l’environnement du chercheur.

Voici comment j’envisage d’utiliser la méthode proposée par Latour. Dans le premier carnet, j’insèrerai tout ce que je ferai tous les jours pour mon mémoire  tout au long de l’année. Dans le second carnet, j’inscrirai toutes les remarques de mon directeur de recherche, ainsi que les commentaires de toutes les personnes avec qui j’évoquerai mon mémoire. Pour ce qui concerne le troisième carnet, j’écrirai toutes les idées qui me viendront à l’esprit concernant mon sujet de recherche. Enfin, dans le quatrième et dernier carnet, je noterai toutes les notions en lien avec mon projet de recherche ainsi que la bibliographe.

J’espère avoir le courage de m’astreindre à cette méthode jusqu’au terme de mon travail !

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Labour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte,p. 194-197.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Rechercher

Je suis dans un immense amphithéâtre face à un jury intimidant. Autour, ma famille et certains de mes amis. Ils attendent que je commence. Commencer quoi ? Première inquiétude : mes mains sont vides, je n’ai rien imprimé, rien écrit. Ils s’impatientent. Deuxième inquiétude : Que faire ? Improviser ? « Oui, oui, je vous jure que j’ai fait des recherches, elles sont là quelque part, je m’en souviens, je les ai notées dans des petits carnets. »

Carnet. Carnet. Carnet. Carnet. Quatre fois le mot carnet.

Mon cauchemar depuis déjà deux semaines. Peur et angoisse s’emparent de moi car Bruno Latour (1) veut ses carnets. Des carnets de recherche, car aujourd’hui c’est ce que je dois faire, chercher. Mais chercher quoi ?

Depuis la rentrée, la première question que l’on me pose ne concerne pas mon nom ou mon âge mais mon sujet de recherche, mon sujet de mémoire. Crainte, détresse, effroi. Si je devais chercher les mots qui qualifient ce que je ressens j’en aurais déjà fini. Mais non, je dois trouver un sujet de mémoire.

Si je suis arrivée dans cette classe de Master 2 c’est que j’ai des idées non ? Alors où sont-elles ? En tout cas, après le cours de S.Martin sur la méthodologie des mémoires, je sais où elles seront ces idées. Dans des carnets. Sous quelle forme ? Peu importe mais ils seront quatre. Quatre pour mieux organiser les recherches.

S.Martin nous a proposé une méthodologie suivant les conseils de Bruno Latour, lire, écrire, rechercher, noter tout ce qui concerne nos recherches. Maintenant à nous de jouer. La recette n’est pas miraculeuse et le mémoire ne se fera pas une fois chaque carnet nommé mais espérons que l’histoire ne se finira pas comme cet article a commencé.

Bibliographie

1. Latour, B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

 

 

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts