Archives par mot-clé : bi-plurilinguisme

Quand l’ego et l’alter ego mènent une discussion sur le mémoire

Ego : E

Alter Ego : A

E : Écrire un mémoire, choisir un sujet parmi une large palette, choisir un sujet équivaut savoir ce que je veux. Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce que je veux aborder, rechercher, problématiser ? Quels sont les sujets qui m’intéressent ? Et quelle sera ma problématique par rapport à ces questions ? Comment y trouver des réponses ?

A: Et si tu combinais ce que tu aimes le plus ?

E : C’est-à-dire ?

A : Bah c’est-à-dire les langues, l’éducation et la didactique visant le bi-/plurilinguisme.

E: Hmmm oui il y a pleins de questions que je me pose sur le plurilinguisme. Mais travailler sur le plurilinguisme en France ou seulement le français est la langue de la République..

A : Tu es à Paris, au cœur de la France, il y a surement un terrain de recherche qui t’attend.

E : Ah oui ? Un exemple ?

A: Un exemple ? Je t’en donnerai 10 ! DULALA (D’Une LAngue à L’Autre), une association qui a comme vision de valoriser le bi-/plurilinguisme pour les enfants en utilisant l’approche de l’ éveil aux langues, le CAFÉ des langues (Centre d’Animation et de Formation pour l’ Éducation bilingue et plurilingue) qui est une autre association dont les actions visent à valoriser le bi-plurilinguisme , tu as toutes les écoles bilingues, l’Observatoire Européen du Plurilinguisme, ADEB,  l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue, Familangues une association-outil collectif de valorisation du plurilinguisme.. Contente ou tu veux que je continue ma liste ?

E : Non merci j’ai bien compris trouver un terrain sur le plurilinguisme en France ne va pas me poser aucun problème. D’accord, mais pour un mémoire il faut aussi d’autres pistes pas seulement le terrain d’observation.  Je n’en sais pas trop, le seul cours sur le plurilinguisme que j’ai eu après 4 ans d’études c’était cette année au premier semestre. Mais bon au moins j’ai mon expérience personnelle qui date de ma naissance et mon expérience professionnelle.

A : Un mémoire c’est sérieux. Cela demande du professionnalisme. Ça ne rigole pas. Le fait que tu parles plusieurs langues ou que t’as fait un stage de 5 mois pour le CASNAV ne suffit pas. Il faut de la science et qui dit science dit recherche et qui dit recherche dit lecture et qui dit lecture dit écriture et qui dit écriture dit création !

E : Tu n’as pas par hasard un diplôme en rhétorique ?

A : Très drôle Mme l’Ironique.

E : Mais non tu sais qui s’aime se taquine. Mais vraiment tu m’as convaincu sur ce plan. D’accord disons alors terrain trouvé, deuxième partie les lectures ? Qui a écrit  sur le plurilinguisme ?

A : Tu me fais rire ma petite. On est vraiment différents. Alors bien évidemment tu ne vas pas lire TOUT ce qui a été écrit sur le plurilinguisme si non même en 5 ans tu ne termineras pas tes études. Écoute-moi. Le plurilinguisme c’est ton sujet macro d’accord ? Comme le nom fruit qui peut signifier pomme, banane, abricot, fraise est un mot disons macro alors que la pomme est micro. Alors toi tu as choisi de travailler sur les fruits et pas sur les légumes ni les pâtes. Donc maintenant tu dois choisir sur quel fruit tu vas travailler. Est-ce que ça sera la pomme, la banane, l’abricot ou la fraise ? Ça peut-être aussi l’orange ou le raisin à toi de voir !

E : Euh là je me sens perdue.

A : Il faut que tu restreintes maintenant ton sujet qui fera toujours partie du macro, du plurilinguisme mais qui portera sur un sujet précis ce que je t’ai  dit tout à l’heure sur un fruit précis.

E : Ah j’ai compris !

A : Très bien. Et par rapport à ce sujet micro précis tu feras tes propres recherches, tes propres lectures.

E : Un feedback s’il-te-plait !

A : Bon d’accord. En général et je me focalise sur en général ceux qui ont écris sur le bi-plurilinguisme sont : F. Grosjean, C. Hélot, M. Candelier, M-R Moro, D. Coste, R. Gallison, J. C. Beacco, L. Dabène, V. Castelotti, G. Lüdi, etc etc. En plus il y a de films comme la Cour de Babel ou Raconte-moi ta langue qui seraient très utiles pour toi.

E : Pas mal. J’ai quand même une grande palette.

A : Oui. Mais ce n’est pas fini. Il faut maintenant choisir un directeur /une directrice de recherche par rapport à ton sujet auquel/ à laquelle tu présenteras ton sujet, ta problématique, ton terrain de recherche et bien sûr la bibliographie.

E : D’accord…

A : Mais attention ! Il faut bien choisir cette personne car elle te guidera pendant tout ton travail. Elle te donnera de conseils, tu pourras lui poser de questions, elle sera là pour t’aider.

E : Ah mais c’est cool  je ne suis pas tout seule !

A : En effet tu n’es pas toute seule mais attention une fois t’as choisi ton directeur/ta directrice et que t’aies eu son accord tu ne peux plus revenir en arrière. Donc choisis bien surtout par rapport à ton sujet. Et si tu connais cette personne par exemple si t’a eu un cours avec lui/elle tant mieux car tu connais déjà la méthodologie du professeur.

E : Ok tout est compris ! Alors terrain d’observation c’est bon, bibliographie c’est bon, directeur/directrice c’est bon aussi . Qu’est qui en reste ?

A : Écrire ! Commencer ses recherches, aller aux colloques, aux conférences qui abordent ton sujet macro, lire, et puis encore une fois écrire !

E : D’accord d’accord j’ai compris. Merci !

A : Ne sois pas égocentrique.

E : Mais pourquoi tu dis ça ?

A : Parce que tu sais très bien que je suis une invention de ton imagination. Tu es en train de te remercier toi-même !

E : Et alors ? Je n’y vois aucun mal. Tu sais il faut s’aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres. Et puis si je te parle c’est parce que je dois me connaître moi –même avant de connaître une science ou d’écrire un mémoire n’est ce pas ? La phrase « Connais-toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux » te dit que quelque chose ?

A : Égocentrique et en plus ethnocentrique ! Tu n’arrêtes pas de parler dans tes articles et tes commentaires sur Arlap de la Grèce et de ses philosophes!  Bien sûr que je connais Gnothi seauton de Socrate qui est devenue une inscription du Temple de Delphes.

E : On en a presque tous de l’égocentrisme et de l’ethnocentrisme mais ce n’est pas tout le monde qui a le courage de l’avouer comme moi !

A : Oh là là !

 

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

«Nous ne sommes pas arabes, changez l’Histoire!»

Journée d’étude

« La question de la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue »

6 Novembre 2015, CIEP

Ciep

Dans cette journée d’étude organisée par ADEP (Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue), CIEP (Centre International d’Etudes Pédagogiques) et Institut Français, comme son titre l’indique, la question du bi-/plurilinguisme a été abordée autour des différents contextes tels que Turquie, Maroc, Cambodge.

Donc dans ce compte-rendu, je vais tenter de présenter des points qui me semblent important en respectant la structure suivante ;

  • Regard sur la nation d’enseignement bi-/plurilingue
  • Exemple de différents contextes bilingues avec des problèmes rencontrés

Regard sur la notion d’enseignement bi-/plurilingue

Selon Daniel Coste, « l’enseignement bilingue est une construction de connaissance dans une des langues qui n’est pas première et cet enseignement bilingue est lié à la qualité de l’enseignement du pays. » et il décrit la relation d’altérité avec la nouvelle connaissance dans l’enseignement bilingue en donnant l’exemple de « appareil photo ». Selon Coste « il y a 2 points possibles à aborder sur la notion d’enseignement bilingue : Altérité et mobilité. La notion d’altérité peut être vue comme un appareil photo. La connaissance nouvelle exige une mise au point, zoom, téléobjectivité, angle, cadrage et les effets de flash, c’est-à-dire un effet d’éclairage brutal sur la connaissance. La notion de mobilité concerne le rapport dynamique avec la connaissance, manière d’agir et d’intervenir. » De ce point de vue, on peut dire aussi que chaque personne a sa façon de faire la « mise au point, le zoom, l’angle, le cadrage etc. », ce qui signifie qu’il existe un regard représentationnel et subjectif envers une autre langue.

Selon Coste, l’enseignement bilingue se fait de langue dominante vers langue dominée. Il pense également que quand on prend le portugais et le français comme exemple, il y a un risque de contamination entre ces langues et qu’il ne faut pas les mélanger.

Comme tout enseignement, l’enseignement bilingue a lui aussi ses avantages. Selon Ali EL ATAOUI, l’atout de l’enseignement bilingue est de permettre aux élèves non seulement de découvrir la langue de l’autre mais aussi de redécouvrir sa langue maternelle.

Exemple de différents contextes bilingues avec des problèmes rencontrés

Le concept d’enseignement bilingue au Cambodge est un peu compliqué, selon David LASSERRE. Il y a plusieurs problèmes qui sont présents comme ;

  • Problème de rémunération des enseignants.
  • Problème d’embauche (car personne ne vit vivre en dehors de la capitale.)
  • Problème de distance.
  • Problème de niveau de langue des enseignants.
  • Problème de contextualisation, d’adaptation, d’appropriation.

Lasserre exprime que les enseignants qui travaillent ont seulement le niveau A2-B1 en français. Tous ces problèmes nous montrent qu’il n’est pas possible d’envisager un enseignement bilingue au Cambodge pour l’instant.

Un autre contexte bilingue est celui du Maroc où l’arabe est connu comme langue officielle. La question de langue au Maroc est socioculturelle, économique et politique. Le français est privilégié en tant que première langue étrangère. On utilise le français dans le commerce et dans les relations internationales. Il faut savoir que la majorité des marocains parlent le dialecte arabe : Darija. Des débats entre l’arabe classique et le dialecte sont présents encore aujourd’hui. On pense que le dialecte a l’avenir mais l’arabe classique est toujours une référence religieuse.

Les difficultés qui se posent dans le contexte marocain sont religieuses, langagières et traditionnelles. On enseigne le français avec un contenu arabe, ce qui rend l’apprentissage compliqué et difficile car les apprenants confondent, à titre d’exemple, le genre du mot « eau » qui est féminin en français, masculin en arabe, pluriel en amazigh.

On a également le problème de prononciation chez les apprenants marocains au niveau de quelques sons n’existant pas en arabe comme « P ». Un autre problème, c’est grammatical. Les apprenants ne peuvent pas apprendre facilement la structure grammaticale du français qui est SVO mais VSO en arabe classique.

Un autre problème rencontré dans le contexte marocain, c’est le problème culturel identitaire. Hassan ENNASIRI a donné l’exemple d’une situation qu’il a vécue lorsqu’il travaillait dans un lycée public se trouvant dans une région où la majorité de la population sont des amazighs. Un jour Hassan ENNASIRI entre dans une classe où il doit faire son cours. Après être entré dans la classe, Ennasiri voit sur le tableau deux phrases écrites par un élève disant « Nous ne sommes pas arabes, changez l’Histoire ! ». Il demande aux élèves d’effacer le tableau la première fois. La prochaine fois, la même écriture était écrite sur le tableau. Cette fois, au lieu de demander d’effacer, il a proposé aux élèves de travailler sur ces phrases en leur posant des questions: éléments de phrase, le nous renvoie à qui ? Quelle histoire ? Pourquoi le « h » de « Histoire » est en majuscule ?

Toute la classe a participé à ce petit travail. Et à la fin Ennasiri demande à la classe pour que l’élève qui a écrit cette phrase sur le tableau se lève. Un élève s’élève et le prof lui dit « Je te donne plus 2 points ».

Cette situation résume en effet les problèmes que l’on rencontre dans l’enseignement bilingue. Dans un tel enseignement le rôle de l’enseignant est sans doute à redéfinir. Selon Ennasiri, le rôle d’enseignant est devenu « un médiateur » car la classe est un lieu de tension et de conflit.

On peut regrouper les problèmes rencontrés dans l’enseignement bilingue non seulement à partir de cet exemple mais aussi à partir de ce qui est observé dans tous les autres contextes :

  • Conflit culturel et langagier.
  • Incohérence entre le contenu du programme éducatif et celui de l’enseignement bilingue.
  • Enjeu économique, politique et social.
  • Intérêt scientifique international.
  • Rural – Urban et Central – Local.
  • Niveau de langue des enseignants.

Quant au contexte turc où le français n’est ni la langue officielle ni seconde, on peut résumer la situation en quelques phrases. Les enseignants des établissements scolaires privés Tevfik Fikret –établissements francophones privés- ont menée une étude sur l’enseignement bilingue dans l’établissement. Ils ont constaté que la difficulté existant devant l’enseignement bilingue est le concours d’entrée à l’université (le cours se fait en français mais les questions se posent en turc dans le concours)  et l’appropriation de connaissance scientifique car la langue utilisée dans les manuels est très élevée en français. Dans les cours, les étudiants parlent en turc et répondent à des questions en turc même si elles sont posées en français. Donc l’enseignement purement bilingue semble raté dans ce contexte.

Merci pour votre attention.

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts

La validation du thème de recherche

L’étudiant Ali du département Didactique du Français Langue Étrangère, après avoir pris un rendez-vous avec sa directrice dans la salle de professeur, vient la voir pour la validation de son thème de recherche.
P : – Bonjour Ali.
E : – Bonjour madame. Excusez-moi d’être un peu en retard.
P : – Pas de souci. On a encore du temps.
E : – Merci madame.
P : – Lors de notre première rencontre vous balanciez entre deux sujets. Vous n’aviez pas encore choisi lorsqu’on se quittait. N’oubliez pas qu’aujourd’hui votre thème de recherche doit être validé par le consentement de nous deux.
E : – Vous avez parfaitement raison. Je n’avais pas encore fait un choix lors de la première rencontre. Mais arrivé à la maison, je suis revenu sur la rencontre et surtout sur votre critique sur les deux thèmes que je vous ai proposés. J’en déduis que, pour mon projet de thèse et l’originalité du sujet, le premier thème présenté (Le bi-plurilinguisme dans le milieu soninké : cas des Soninkés vivant à Meaux, Seine-et-Marne), est le plus intéressant. Il devient finalement mon thème de mémoire.
P : – Vous avez quoi comme ça en main ?
E : – C’est la présentation de mon thème de mémoire choisi que le professeur chargé des cours de Méthodologies de la recherche nous a demandé de faire en billet dans notre compte sur la plateforme ARLAP (Art, Langage, Apprentissage). L’article est publié par lui-même sur la plate-forme.
P :- C’est très intéressant. Il fallait m’envoyer aussi la présentation avant aujourd’hui.
E : – Désolé. Mais après cet entretien, je présenterai pour une seconde fois sur ARLAP mon thème de recherche. Vous l’aurez aussi.
P : – D’accord. Concernant votre choix de thème, je pense qu’on peut travailler ensemble. C’est un bon sujet.
E : – Je m’inquiétais un peu sur la validation de mon choix puisque ce n’est pas du même domaine que le vôtre.
P : – Non, ce n’est pas grave. D’ailleurs ce sont les français qui font la différence entre la sociolinguistique et l’ethnolinguistique, sinon chez les américains, c’est pareil.
E : – Quel piste pourriez-vous me donner afin de commencer mes travaux de recherche sur le terrain et à la bibliothèque ?
P : – Dans ces genres de sujet, il faut avoir une base de réflexion. Concernant la bibliographie, je vous renvoie à l’article de Fabienne Leconte, 2001 « Familles africaines en France. Entre volonté d’insertion et attachement au patrimoine langagier d’origine », de la revue Langage et société. A partir de la bibliographie de cet article, vous pouvez avoir encore d’autres sources qui traitent votre problématique.
E : – J’ai compris pour la bibliographie, mais que voulez dire par « une base de réflexion » ?
P : – C’est les données obtenues sur le terrain. Ces données sont acquises à partir d’une observation participante, des entretiens et une observation de situation.
E : – Pourriez- vous me donner un exemple dans chacun des trois terrains que vous venez de citer ?
P : – Prendre part à une conversation familiale ou un conseil de famille est une observation participante. Le fait de poser des questions ouvertes à un cousin Soninké sur une problématique inscrite dans votre sujet de recherche est un entretien. Relativement à votre thème de recherche, le chercheur est dans une situation d’observation lorsqu’il observe l’interaction verbale entre deux adolescents immigrés Soninkés de deuxième génération et l’interaction verbale entre les mêmes enfants et leur père ou mère qui sont des immigrés de la première génération. Les interactions se produisent dans deux situations différentes.
E : – Merci pour ces exemples et toutes ces explications.
P : – Je vous en prie. Il faut m’envoyer le plus tôt possible le planning.
E : – D’accord madame.
P : – Avez-vous d’autres questions ?
E : – Non madame. Merci.
P : – De rien. On se dit à la prochaine.
E : – Au revoir madame, bonne journée.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Le choix du thème de recherche

Le choix du thème de recherche
Un étudiant de master 2 didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde vient voir son professeure d’anthropologie linguistique dans la salle de professeur. L’objectif de la visite est de lui orienter dans le choix de son sujet de mémoire.
E : – Bonjour madame.
P : – (sourire) Bonjour monsieur.
E : – Excusez-moi de vous déranger.
P : – Non, non pas du tout. Que puis-je faire pour vous ?
E : – Je suis venu vous montrer deux thèmes de mémoire. J’ai besoin de votre critique sur la construction du thème de recherche et la problématisation du sujet et votre conseil pour le choix de mon sujet de mémoire.
P : – Lisez-moi les deux thèmes.
E : – Le thème 1 est « Le bi-plurilinguisme dans le milieu soninké : cas des Soninkés vivant à Meaux, Seine-et-Marne ». Le sujet que je veux traiter ici est « La langue de communication entre les trois générations d’immigrés à Meaux des Pays Soninkés». Sa problématique s’inscrit dans l’interaction verbale entre les trois générations. Le thème 2 est « L’oralité dans les langues nigéro-congolaises ». Le sujet à traiter dans ce thème est « La dimension de la parole dans les langues nigéro-congolaises » avec comme problématique : quelle perspective envisagent-elles ces ethnies de la parole ?
P : – (la gorge raclée) Merci pour toutes ces précisions. Prenons le premier thème. Je trouve qu’il a la valeur d’un thème de mémoire. Les projets visés par le chercheur sont précis. Autre point important de ce thème, malgré qu’il ne soit pas anthropologue mais sociolinguistique, je trouve que son projet est original et possible d’être développé en thèse. Quant au deuxième thème, il n’est pas du tout mauvais, mais le projet de recherche est un peu trop large. Essayez de le rétrécir encore. Ici le projet de recherche est anthropologique, linguistique en même littéraire. Il me semble aussi qu’il est moins original par rapport au premier. Hymes, Orecchioni, Calame-Griaule avec les langues dogons etc. ont déjà écrit sur cette problématique.
E : – Merci pour cette critique. Quel conseil avez-vous à me donner sur le choix entre les deux thèmes ?
P : – Mon intention, je pense qu’elle est déjà indiquée, sauf si voulez que je choisisse à votre place. (Rire).
E : – Merci madame d’avoir m’accepter pour cet entretien sans prendre rendez-vous.
P : – Je vous en prie.
E : – Au revoir madame.
P : – Au revoir et bon weekend.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts