Archives par mot-clé : Benveniste Emile

Deuxième séance du cercle d’étude « Langage »

Cercle « Langage : apprentissages langagiers »

Ouvrage et revue à l’étude :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, « Tel », 1966.

Le Français aujourd’hui n° 174 (« Penser à l’écrit »), septembre 2011.

Parrainage :

Jacques David (Centre de recherche textes et francophonies – EA 1392,  Université de Cergy-Pontoise ; rédacteur en chef de la revue Le Français aujourd’hui)

Animateurs : Serge Martin et Dominique Lefebvre

Dates du cercle : 17 octobre (17-20) ; 21 novembre (14-17) ; 27 mars (14-17) et 10 avril (17-20).

Deuxième séance : mercredi 21 novembre 2012 de 14h. à 17h.

La séance du cercle d’étude se déroule en deux moments principaux : on reprend la lecture de l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet dans Le Français aujourd’hui puis lecture des p. 25-31 des PLGI pour ouvrir un débat sur la notion de « fonction ».

1.      On lit successivement les deux textes.

a.      réaliser un glossaire parallèle pour l’un et pour l’autre

b.     penser à ce qui analogiquement pourrait s’engager pour chacun dans ses propres recherches : les notions clés à conceptualiser et les matériaux à récolter-observer.

2.      Ouvrir une controverse autour de la notion de fonction de l’écrit

a.      y a-t-il un danger à associer facilement fonction et signal ;

b.     peut-on séparer pensée, langage et société (p. 27 en bas) autrement que pour les besoins de la démonstration mais pas dans l’activité d’apprentissage, dans la connaissance, dans la vie ?

Les étudiants présents (et absents) peuvent réaliser des billets en particulier pour développer un glossaire (avec citations précises) sur l’écriture mais également toutes les autres notions abordées et les relier à d’autres propositions prises dans leurs lectures pour leur projet de recherche.

____

Lecture de l’article de Benveniste, « Coup d’oeil sur le développement de la linguistique » (1963). Après un survol de la première partie de l’article  consacrée à la notion de forme linguistique, on lit de près la seconde partie consacrée à celle de fonction (p. 24-31).

L’intérêt de cette lecture est double:

l’écriture et donc la méthode de recherche de Benveniste;

la problématisation de la notion de « fonction linguistique ».

Benveniste a une écriture d’une très grande clarté qui toutefois construit une méthodologie d’une grande complexité.

Après avoir posé une hypothèse qui à la fois semble partir du bon sens (ou sens commun) linguistique et tout de suite transformer ce dernier en un immense problème anthropologique, Benveniste voit « surgir de graves problèmes », c’est-à-dire des objections qu’il va lever progressivement pour aboutir à une reformulation de la problématique première. On peut résumer ainsi ce premier saut ou déplacement épistémologique où Benveniste passe d’un registre philosophique à un registre anthropologique :

1. Le langage re-produit la réalité

=> proposition intermédiaire : Le langage reproduit le monde mais en le soumettant à son organisation propre, laquelle est intersubjective

2. C’est dans et par la langue qu’individu et société se déterminent mutuellement.

Le second moment du texte va ouvrir une reproblématisation qui s’appuie sur une dissociation notionnelle entre symbole et signal puis par une analogie forte entre pensée et langage conduisant Benveniste à définir le langage sur deux plans : physique et immatériel, le langage offre le modèle d’une structure relationnelle entre une langue et une culture, entre un sujet et un autre sujet.

De cette médiation relationnelle, Benveniste tire la conséquence essentielle à une dernière problématisation : une telle expérience fait du langage le fondement de la société (dimension anthropologique) et de la langue-culture la situation toujours multiple de ces expériences (dimension historique).

Benveniste conclut par une ouverture du problème en demandant de nouvelles recherches vers « une véritable science de la culture ».

Ce texte est d’une grande densité mais il nous montre que d’une part, la notion de fonction ne peut être réduite à un instrumentalisme simplificateur réduisant langage et langue à un outil quand ils demandent une anthropologie et une histoire, et, d’autre part, que cette notion ouvre à une réflexion très riche sur ce qu’on appelle maintenant la littéracie qu’il ne faudrait pas non plus réduire à un domaine d’activités humaines séparées des autres.

Il nous faudra observer plus tard dans le cercle d’étude comment Benveniste continue une telle démarche jusque dans des problèmes apparemment plus techniques et nous nous promettons d’observer de près, par exemple, ce qu’il fait avec des notions courantes et techniques comme celles des pronoms.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Chloé Laplantine : une recherche pour et par la théorie du langage

On a lu dans le cercle d’étude « Langage » un article récent de Chloé Laplantine sur l’ouvrage de Benveniste édité par Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio à cette adresse: http://www.fabula.org/revue/document7280.php

Ce billet voudrait donner quelques pistes pour aller plus loin avec son travail.

Pour situer cet article et ce livre de Benveniste qui fait l’actualité par son éditeur (Le Seuil), on peut lire l’introduction de Julia Kristeva à cette adresse: http://www.kristeva.fr/benveniste.html

Chloé Laplantine est membre du CNRS – Laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques et a publié deux ouvrages importants de et sur Benveniste aux éditions Lambert-Lucas.

On peut lire la thèse de Chloé Laplantine à cette adresse: http://1.static.ecorpus.org/download/notice_file/1794543/CHLOE%20LAPLANTINE.pdf

Elle a pour titre : Emile Benveniste : poétique de la théorie .Publication et transcription des manuscrits inédits d’une poétique de Baudelaire. Elle a été soutenu à l’Université Paris VIII en novembre 2008.

Un exemple qui montre l’orientation de sa thèse concernant l’importance de Benveniste (p. 89) :

Benveniste repose le problème traditionnel des catégories de pensée et des catégorie de langue en le traitant à travers un « exemple », celui des Catégories d’Aristote. Il écrit en effet « Cependant nous ne pouvons continuer, après tant d’auteurs, à poser le problème en termes aussi généraux. Il nous faut entrer dans le concret d’une situation historique, scruter les catégories d’une pensée et d’une langue définies »212. On peut noter que Benveniste reproche aux philosophes de ne pas être historiens (ethnologues, et linguistes), de se poser le problème de manière générale sans « entrer dans le concret d’une situation historique » pour « scruter les catégories d’une pensée et d’une langue définies ». Ce que lui va faire.

212 Emile Benveniste, « Catégories de pensée et catégories de langue », in Problèmes de linguistique générale, Gallimard, Paris, 1966, p. 65.

Un article passionnant de Chloé Laplantine sur la notion de « sentiment de la langue » à cette adresse:

http://www2.univ-paris8.fr/dela/etranger/pages/5/PDF/laplantine.pdf

Un autre article sur « la subjectivité dans le langage » à cette adresse:

http://webs2002.uab.es/doletiana/1Documents/1Laplatine.pdf

Elle a dirigé avec Jean-Michel Adam le numéro de la revue Semen  consacré aux notes manuscrites de Benveniste sur Baudelaire dont on a un aperçu à cette adresse: http://pufc.univ-fcomte.fr/fiche_ouvrage.php?isbn=9782848674193&id_titre=2063285143

Enfin, on peut écouter Chloé Laplantine invité par Antoine Compagnon au Collège de France à cette adresse:

http://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/colloque-du-10-avril-2012-baudelaire-moderne-et-antimoderne-chloe-laplantine-mile-benveniste-et-la-modernite-de-baudelaire-tre-m.htm

Chloé Laplantine a participé, avec un beau travail consacré à la poétique de Benveniste, à l’ouvrage que j’ai dirigé: Émile Benveniste pour vivre langage, éditions L’Atelier du grand tétras, 2009.

Serge Martin

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Première séance du cercle d’étude « Langage » (octobre 2012)

 

Ouvrage et revue à l’étude :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, « Tel », 1966.

Le Français aujourd’hui n° 174 (« Penser à l’écrit »), septembre 2011.

Parrainage :

Jacques David (Centre de recherche textes et francophonies – EA 1392,  Université de Cergy-Pontoise ; rédacteur en chef de la revue Le Français aujourd’hui)

Animateurs : Serge Martin et Dominique Lefebvre

Dates du cercle : 17 octobre (17-20) ; 21 novembre (14-17) ; 27 mars (14-17) et 10 avril (17-20).

Première séance : mercredi 17 octobre 2012 de 17h. à 20h.

Huit étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en deux moments principaux : lecture de l’article de Chloé Laplantine sur le dernier ouvrage de Benveniste : http://www.fabula.org/revue/document7280.php pour situer aujourd’hui Benveniste;

puis lecture de l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet dans Le Français aujourd’hui pour observer « une pensée par problèmes » (Benveniste)

et enfin lecture des p. 25-31 des PLGI pour ouvrir un débat sur la notion de « fonction ».

1.      On lit le début du texte de Laplantine:

a.      qu’est-ce qu’un « problème » pour Benveniste? qu’est-ce qu’une problématique pour un mémoire ou un TER ?

b.     glossaire pour une étude sur l’écriture.

2.     On lit l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet

a. on peut réaliser un glossaire de l’écriture avec cet article;

b. on peut observer les matériaux nécessaires à cet article et en faire une typologie.

3. On essaie d’ouvrir une controverse autour de la notion de fonction de l’écrit

a.      y a-t-il un danger à associer facilement fonction et signal ;

b.     peut-on séparer pensée, langage et société (p. 27 en bas) autrement que pour les besoins de la démonstration mais pas dans l’activité d’apprentissage, dans la connaissance, dans la vie ?

 

Une conférence de Jacques David assez facile à lire:

http://ww2.ac-poitiers.fr/ecoles/IMG/pdf/conf_jdavid.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Le séminaire « Dire, lire, Écrire » propose aux étudiants quatre cercles d’études. Suite au premier rassemblement du cercle  «Langage », nous y avons exercé seul des lectures puis nous sommes entrés dans des discussions en groupe composées de critiques à l’égard des différents textes étudiés. Ce genre de séance permet de lire et d ‘écrire pour le mémoire du master.

Pour introduire la lecture du recueil d’articles Problèmes de linguistique générale d’Émile Benveniste, nous avons étudié l’article de Chloé Laplantine publié sur Acta le 15 octobre 2012. Elle propose les réflexions de Benveniste sur l’écriture dans des extraits des Dernières leçons1 pour ceux ou celles qui seraient intéressés. Elle nous présente Émile Benveniste et montre à quel point « les problèmes2 » sont au cœur des écrits de ce dernier. C’est intéressant en effet puisqu’il y a dans notre travail encadré de recherches (TER et mémoire) une problématique à formuler et travailler.

     Alors, qu’est-ce que problématiser selon Benveniste ?

Pour commencer, Émile Benveniste (1902-1976) était un théoricien, linguiste d’une nouvelle linguistique celle de l’énonciation. Il voulait sortir des règles de la langue pour prendre en compte les situations c’est  à dire les personnes qui parlent. C’était également un grand spécialiste de la grammaire des langues indo-européennes.

Pour comprendre ce qu’est que problématiser chez Benveniste il faut comprendre sa démarche. Il questionne son objet « le langage » à travers l’étude de problèmes précis. Il présente comme un émiettement de la pensée. Pourtant ce qu’il a écrit montre la cohérence et la force d’une pensée par problèmes et par cette dernière il a d’ailleurs prolongé le Cours de linguistique généralede Ferdinand Saussure.

Ces « problèmes » apportent dans l’ensemble une contribution à une grande problématique. Cette véritable pratique continue ne restitue pas un savoir mais interroge indéfiniment. Dans les Dernières leçons, ces écrits témoignent d’une démarche scientifique et pédagogique qui en est en quelque sorte une pensée au travail.

Il laisse place aux questionnements, aux doutes, il veut seulement voir, critiquer, inclure. Il saisit des problèmes concrets avec une pensée modeste. Julia Kristeva parle de son œuvre dans l’introduction aux Dernières leçons comme étant un « inachèvement » nécessaire de la pensée, car « l’expérience du langage » est inachevée. Il réalise un travail concret, une véritable pensée qui permet de se situer intellectuellement, d’observer précisément et de s’engager.

Il est toujours attentif et critique à propos des questions de méthode, il se fonde donc sur des données concrètes et historiques car il y interroge « les solutions que l’Homme a donné aux problèmes », rencontre des difficultés parfois mais songe à des solutions nouvelles.

La théorie ne s’applique pas, elle n’est pas première mais se découvre à travers l’analyse de problèmes. Benveniste a écrit :

« Une méthode aux prises avec les difficultés d’un problème réel se laisse au moins juger sur les solutions qu’elle propose, tandis qu’à raisonner sur des conclusions acquises, on est sûr de gagner sans risque, et de n’enseigner que le connu.»

Je finirai donc sur cette citation peu évidente à comprendre à la première lecture, qui enfaite signifie que la méthode de Benveniste apporte des solutions et non des conclusions acquises sinon il ne ferait que faire ce qui est déjà connu. Il inclut son lecteur et ses problèmes sont sans cesse remis en cause.

 Pour ma part, problématiser c’est procéder par tâtonnements, débuter par des questionnements, par élans de curiosité continue, par des « controverses », des critiques en essayant de faire le plus souvent référence à des écrits scientifiques. Il s’agit d’un travail important de lecture, une volonté  d’amélioration de ce qui a déjà été fait, une volonté de perfection illusoire et d’aller plus loin. C’est tenter d’apporter à ces interrogations des solutions discutables par des recherches longuement réalisées, avec le plus de données possibles afin d’enrichir sa propre pensée et assurer un écrit vraisemblable. Effectivement les étudiants ont une soutenance de TER. Ils devront maîtriser et défendre leur sujet puis ils seront confrontés aux questions de leurs auditeurs, d’où l’importance d’une problématisation finalement discutable et bien maîtrisée par les étudiants. 

1 De la fin de la « leçon 7 » à la « leçon 15 ».

2  Figurant également dans le titre Problèmes de linguistique générale.

Continuer la lecture de Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Qu’est-ce qu’une problématique selon Emile Benveniste ?

On définit souvent la problématique comme un ensemble de questions que l’on se pose pour traiter un sujet particulier. Emile Benveniste, dans Problème de linguistique générale, nous propose une définition de celle-ci plus précise et plus complète. Cela pourrait ainsi aider les étudiants, préparant un mémoire par exemple, à mieux interpréter ce en quoi elle consiste réellement et donc à s’en servir de manière plus productive.

Selon Benveniste, les questions posées se transforment en « problèmes » si elles constituent ce que l’on nomme une problématique. Mais cela ne se résume pas seulement ainsi. Il y a également une dimension de « l’inachevé » qui inclut le fait que cette grande question – pour lui: le langage –  n’a pas et n’aura jamais de réponse définitive. Il nous faut donc construire une méthode qui va être juger aux solutions qu’elle va proposer. Car si on raisonne uniquement sur des conclusions déjà acquises, on n’apprend rien de nouveau et le travail pourrait s’avérer stérile. Notons de même que la place du lecteur est essentielle dans la pensée d’Emile Benveniste. On va l’obliger à s’interroger aussi, à poser des problèmes qui ne seront pas forcément les mêmes que ceux qui sont exposés. Le lecteur est donc inclus dans l’écriture ; ce qui va la rendre d’autant plus intéressante. Les modalités de recherche de Benveniste sont ainsi basées sur une pensée modeste et une pensée du doute que les expressions suivantes signalent explicitement : « Je commence à douter que la langue appartienne à la sémiotique », « Je veux seulement voir quelles solutions l’homme a données au problème de la représentation graphique » (p.86 et p.100 des Dernières leçons).

Grace au point de vue de Benveniste, nous pouvons donc donner une définition à la problématique claire et complète. Elle n’est pas seulement un ensemble de questions visant à en répondre à une grande. Elle permet d’inclure le lecteur et est sans cesse remise en cause.

Michèle Cavoit

Une problématique avec Benveniste

Je vais tenter de définir le terme de problématique selon Émile Benveniste. Pour ce faire, je vais m’appuyer sur le texte de Chloé Lapantine « Faire entendre Benveniste » (http://www.fabula.org/revue/document7280.php) qui dans cet article fait une synthèse de sa pensée. Selon Benveniste, la problématique est une façon de concevoir « une pensée par problèmes 1». Elle s’englobe en un ensemble divisé en problèmes.Pour problématiser, la démarche doit suivre différentes attitudes. Tout d’abord, l’auteur doit se remettre en cause en permanence quant à son choix de problématique : « je commence à douter que la langue appartienne à la sémantique 2». De plus, l’auteur face à sa problématique doit faire preuve de modestie, il va essayer de trouver des réponses à ses problèmes sans être jamais sûr d’y parvenir : «  je veux seulement voir quelles solutions 3». La problématique fait une place au lecteur qui doit, à son tour, se poser des interrogations sur le sujet. Le lecteur va certainement se poser d’autres problèmes que l’auteur lui-même. Problématiser signifie théoriser dans le sens où l’auteur doit se baser sur du concret : « se fonder sur des données concrètes, historiques 4».  Cependant, Benveniste souligne le fait que penser en termes de problématique nous engage vers une démarche qui reste souvent sans réelles solutions : « c’est un inachèvement de la pensée5 ».

En conclusion, la conception d’une problématique, pour Benveniste, semble être un ensemble de problèmes qui doit être sans cesse interrogés sur des bases concrètes et être toujours remis en cause par le doute et la modestie de l’auteur.

Claire Jacoutot

1Benveniste Emile, Dernières leçons -Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », 2012, 216 p

2Benveniste Émile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », p 86

3Benveniste Émile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », p 100

4Benveniste Émile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études », p 100

5Benveniste Emile, Dernière leçons –  Collège de France (1968-1969), Paris : Les éditions du Seuil, coll « Hautes Études , p 16

La notion de problématique avec Benveniste

D’après un extrait du texte de Chloé Laplantine (Docteur en langue et littérature françaises), publié sur Acta le 15 octobre 2012 (http://www.fabula.org/revue/document7280.php.)

Le texte de Chloé Laplantine et les citations qu’elle propose d’Emile Benveniste (linguiste français notamment connu pour son recueil d’articles Problèmes de linguistique générale) permettent d’éclairer la notion de problématique, élément hautement important dans la construction d’un mémoire de recherche.

 

Chloé Laplantine explique que « sa théorie du langage [celle de Benveniste] dépasse les problèmes posés dans le cadre d’une discipline (la linguistique), car cette théorie du langage devient un point de vue pour parler de l’homme ». Si l’on observe cette citation au regard d’une problématique on peut en déduire qu’il s’agit de dépasser des problèmes standards, c’est-à-dire, pour ce qui nous intéresse à l’IUFM, de ne pas se concentrer par exemple sur ce qui poserait problème à un enseignant débutant mais ce qui pourrait intéresser tous les enseignants quelque soit le nombre d’années d’enseignement. Mais attention, pour autant il ne s’agira pas de donner une problématique trop générale : « questionner le langage à travers l’étude de problèmes précis [pour] la cohérence et la force d’une pensée par problèmes ». Ainsi ce que suggère Laplantine ici, c’est qu’il faut être rigoureux sur le choix du sujet, autrement dit réussir à le délimiter précisément. Pour ce qui nous concerne à l’IUFM il s’agira notamment de choisir un niveau – de la petite section de maternelle au CM2 – ou bien de choisir un mode de recueil de données (grille d’observation préparée à l’avance, entretiens – qui j’interroge? Comment je l’interroge? Qu’est-ce que je cherche à obtenir? Etc.). C’est donc, comme l’explique Laplantine, sur « des données concrètes » qu’il faudra étayer ce travail de recherche.

Benveniste nous en dit un peu plus sur la structuration d’une problématique: « Si on les a présentées [ces études] ici sous la dénomination de « problèmes », c’est qu’elles apportent dans leur ensemble et chacune pour soi une contribution à la grande problématique du langage. ». Ce que le linguiste explique c’est que chaque partie d’une étude pose un problème précis qui est inhérent à la problématique. Alors chaque problème a pour but à la fois d’éclaircir la problématique mais aussi de permettre d’y apporter des réponses. Il apparaît dès lors très important de se confronter à des problèmes clairement définis car ils vont diriger notre réflexion et notre recherche.

Autre point important dans un travail de recherche c’est d’avoir constamment un regard critique, à la fois sur ce que l’on lit, et à la fois, et surtout, sur sa propre réflexion. C’est ce qu’exprime Benveniste lorsqu’il évoque ses doutes : « Je commence à douter que la langue appartienne à la sémiotique. ». La remise en cause de son travail est toujours bénéfique et nécessaire, car soit cela permet d’assoir son raisonnement et de le développer, soit cela permet de faire de nouvelles recherches sur le sujet. Une attitude réflexive est donc indispensable dans un travail de recherche. A cela Laplantine ajoute un principe dont on doit se soucier lorsque l’on rédige un mémoire, la place du lecteur : « Cette place faite au questionnement, au doute, à l’inconnu est une place faite au sujet lecteur ou auditeur ». Par conséquent la rédaction d’un mémoire de recherche implique une réflexion sur la lecture que pourrons en faire les lecteurs potentiels, il est donc essentiel de les amener à s’interroger sur les problèmes soulevés dans ce travail.

En ce qui concerne les hypothèses que l’on peut faire dans ce type d’activité, il sera primordial de ne pas se contenter de donner un exemple de situation mais bien de l’analyser et de tenter de l’expliquer. Si cet exemple est à l’origine d’une hypothèse il s’agira de montrer comment cette situation particulière peut devenir une théorie plus générale. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire des propos de Laplantine : « La théorie n’est pas première, elle ne s’applique pas, elle se découvre par l’analyse du fait particulier. ». On peut aussitôt ajouter à cette déclaration, une autre réflexion de Benveniste: « c’est que les événements empiriques n’ont de réalité pour l’analyste que dans et par le « discours » qui lui confère l’authenticité de l’expérience ». Autrement dit une situation rapportée n’a de sens et d’intérêt que si elle est examinée en profondeur.

Enfin, pour conclure sur ce que doit être une « pensée par problèmes », il faut comprendre que ce qui est capital c’est de s’engager pleinement dans une démarche de recherche. C’est-à-dire qu’il sera préférable de partir d’un problème et d’arriver à une « solution » concrète (l’objectif du mémoire n’étant pas d’arriver à une conclusion ferme et définitive) plutôt que de prendre comme point de départ une solution qui n’amènera pas finalement à de véritables savoirs. C’est en tout cas ce que l’on peut comprendre des propos de Benveniste : « une méthode aux prises avec les difficultés d’un problème réel se laisse au moins juger sur les solutions qu’elle propose, tandis qu’à raisonner sur des conclusions acquises, on est sûr de gagner sans risques, et de n’enseigner que le connu ».

Stéphanie Lallinec

Entrer dans l’activité d’écriture

 

Même si nous avons affaire à deux textes particulièrement différents de par leur conception et leur mise en forme (étude de productions d’élèves pour l’un et apports théoriques pour le second), nous remarquons après l’étude approfondie de ces deux textes qu’ils comportent quelques similitudes dans les apports qu’ils nous donnent.

En effet, J.David et S.Fraquet dans leur article intitulé « L’écriture en action et actions de l’écriture à l’école maternelle », soutiennent le fait que l’écriture contient plusieurs dimensions ainsi que plusieurs visées. C’est pourquoi on note que l’activité d’écriture permet entre autres de servir d’outil de communication, d’inventer des histoires, d’exprimer ses affects, d’exprimer son univers (ce qui est propre à l’enfant et le touche particulièrement), mais aussi d’avoir un pouvoir sur les autres (faire passer un message à quelqu’un, par exemple lorsque l’enfant « écrit » sa liste au père Noël). Les auteurs nous disent à ce propos que cette dernière dimension permet à l’enfant d’exercer une sorte de domination sur celui qui lira le message et qui ignorera qui en est l’auteur. L’écriture permettrait donc dans ce sens à l’enfant de pouvoir exprimer à l’écrit des choses qu’il ne pourrait pas réussir à exprimer de façon orale (exemple de Kheira avec le smiley a la fin de sa production écrite). Ce texte nous apprend également que même si l’apprentissage de l’écriture est souvent défini comme étant pénible et laborieux, les enfants sont capables de s’approprier l’écrit bien avant leur entrée à l’école. C’est par le biais des situations mettant en oeuvre l’écrit et la lecture que les enfants peuvent comprendre les différentes propriétés mises à l’oeuvre dans l’écriture et qu’ils peuvent commencer à développer des stratégies pour entrer pleinement dans cet apprentissage (cf. E. Ferreiro pour laquelle les élèves doivent dépasser leurs conceptions initiales, schéma d’acquisition en étapes, modèle constructiviste de Piaget).

C’est en ce sens que se rejoignent les deux textes étudiés. En effet, Émile Benveniste est le père et l’inventeur de la sémiologie (science des signes). De son côté, Benveniste insiste sur le fait que l’écriture est avant tout un ensemble de signes, et que l’écriture est avant tout un prolongement de la langue, avant d’être une activité singulière. Elle ne constitue pas un système distinct, ce n’est qu’un instrument de manifestation de la langue. En d’autres termes, l’écriture permet la sémiotisation de la langue, elle en est son image, une façon de la codifier.

Pour conclure, ces deux textes présentent une similitude au niveau de l’acquisition de l’écriture, et sont tous deux d’accord pour dire que l’écriture peut tout à fait s’acquérir bien avant l’entrée en maternelle pour un enfant. Les enfants se serviraient donc d’un ensemble de signes codifiés linguistiquement, et ce n’est que plus tard qu’ils apprendraient à découvrir l’aspect formel de l’écriture et les propriétés langagières qui en découlent, une fois qu’ils auront dépassé leurs conceptions initiales.

 

                                Marine Laubin

Bibliographie :

J.David et S.Fraquet, « L’écriture en action et actions de l’écriture à l’école maternelle » dans Le Français aujourd’hui n° 174, septembre 2011.

E. Benveniste, résumé de l’enseignement dispensé au cours de l’année 1968-1969 dans l’Annuaire du Collège de France, cité par Chloé Laplantine, « Faire entendre Benveniste », Acta Fabula, Éditions, rééditions, traductions, URL : http://www.fabula.org/revue/document7280.php

La problématique selon Emile Benveniste

Cette réflexion a été conduite à partir de la lecture compte rendu de lecture de Dernières leçons-Collège de France (1968-1969) par Chloé Laplantine (http://www.fabula.org/revue/document7280.php)
Selon Emile Benveniste, une problématique est faite à partir de plusieurs problèmes différents que l’on doit définir à l’avance. C’est autour de problèmes concrets que l’on peut formuler une problématique. Problématiser revient alors à théoriser des problèmes concrets, des cas. Cependant il ne faut pas se perdre dans une large problématique, et pour cela il est indispensable d’être précis, de ne pas s’éparpiller et de définir des problèmes ciblés. Emile Benveniste a écrit une « grande problématique du langage », une « théorie du sujet dans le langage ». Tout au long de sa vie, il a publié environ trois cents articles qui représentaient chacun un problème au sein de la grande problématique du langage. Il faut alors envisager le problème comme une démarche et non comme une solution puisqu’il est un moyen de répondre à la problématique. Problématiser c’est trouver la théorie d’un cas concret, c’est une démonstration, une démarche faite à partir de plusieurs problèmes qui, à eux tous, formeront une solution à la problématique. Ceci étant, il est important d’ordonner les différents problèmes afin de ne pas se perdre et de donner une certaine logique à notre réflexion. Il faut se confronter aux problèmes et pousser sa réflexion afin d’être le plus précis dans notre problématique. Emile Benveniste parle alors de « pensée par problèmes »1. Pour cela, il est évident qu’il faut constamment remettre son sujet en question ; ce qui revient à parler de modestie vis-à-vis de son travail. Répondre à un problème permet de mettre en lumière certaines hypothèses qui vont certainement bouleverser notre travail de recherche, il semble donc inévitable d’avancer dans une attitude de doute permanent. C’est en doutant que l’on est capable de se poser de nouvelles questions, de se confronter à de nouveaux problèmes, permettant ainsi d’entrer selon différentes approches dans notre problématique. Le doute renvoie à l’inconnu, à la critique de ce que l’on fait, il y a donc une place faite au lecteur puisqu’on le fait se poser des problèmes. Le lecteur peut en effet avoir cette place dans la problématique puisque chacun est dans la possibilité d’apporter sa pierre à l’édifice, il peut aider à pousser notre réflexion encore plus loin. Les problèmes sont donc des cas qui nous font avancer quoi qu’il arrive, même si cela ne nous mène pas où l’on voulait initialement aller puisque cela nous fait tout revoir. La problématique est composée de faits particuliers, de cas concrets, de problèmes, que l’on doit mettre en ordre, théoriser, afin de construire une démarche susceptible de donner un sens, une réponse à la « grande problématique ».

Céline Roussel

 1. Benveniste Emile, Dernières leçons-Collège de France (1968-1969), Paris : Les Editions du Seuil, coll. « Hautes études », 2012, p.216.

Emile Benveniste pour vivre langage

 

Ce livre issu d’une journée à l’IUFM de Caen offre une réflexion sur l’importance de cette oeuvre pour penser l’enseignement:

Présentation:

La journée d’étude du vendredi 30 mai 2008 qui avait pour titre une citation d’Émile Benveniste, « Où sont les titres du langage à fonder la subjectivité[1] ? », organisée par l’IUFM de Basse-Normandie (recherche et formation de formateurs, GRIF « les archives, la vie et la théorie du langage ») à l’abbaye d’Ardenne à Caen avec le soutien de l’IMEC, a permis de poser l’actualité vive du grand linguiste pour la recherche et l’enseignement d’au moins trois points de vue :

– tout d’abord, l’invention du « discours » ne semble pas avoir été vraiment considérée autrement qu’à travers de rapides instrumentalisations (en particulier dans l’enseignement secondaire) qui ignoraient la visée d’une théorie d’ensemble du langage ;

– ensuite, la découverte des archives « Benveniste » qui est en cours à la Bibliothèque nationale montrerait que bien des problèmes soulevés par Benveniste risquent d’être relancés pour qu’on puise considérer la portée de sa lucidité, en particulier s’agissant d’une poétique des discours ;

– enfin, Benveniste oblige à « mettre en question l’évidence » et à travailler sans cesse contre « toute notion simpliste du langage », ce qui demande à la recherche et à l’enseignement une éthique qui s’entend dans l’écriture même de Benveniste : « l’instance de discours est ainsi constitutive de toutes les coordonnées qui définissent le sujet et dont nous n’avons désigné sommairement que les plus apparentes[2] ».

Cette journée dont les actes se voient publiés aura donc été l’occasion d’encourager les travaux en cours et à venir pour que les « problèmes » de Benveniste continuent de nourrir, dans l’esprit d’une anthropologie historique du langage, tant les recherches linguistiques que didactiques attentives à la vie et la théorie du langage pour « vivre langage » puisque « le langage sert à vivre[3] ».

Le livre vient ouvrir la nouvelle collection, « Résonance générale, essais pour la poétique », liée à la revue Résonance généralecahiers pour la poétique. Ce livre a reçu le soutien de l’IUFM de Basse-Normandie.

 

Sommaire:

  • Serge Martin et Jean-François Thémines (université de Caen Basse-normandie) => présentation
  • Émile Benveniste => Manuscrits inédits
  • Chloé Laplantine (ITEM et université Paris VIII) => La poétique d’Émile Benveniste
  • Jérôme Roger (université Bordeaux IV et IUFM d’Aquitaine) => Émile Benveniste contre la doxa : l’allure pensive de l’essai
  • Laurent Mourey (lycée, Sélestat) => Benveniste, phrase, discours, littérature. Penser le langage et le poème dans les silences des programmes de l’enseignement secondaire
  • Gérard Dessons (université Paris VIII) => La place du poème dans la théorie du discours
  • Daniel Delas (université de Cergy-Pontoise) => L’aporie du sujet dans la réflexion post-coloniale
  • Serge Martin (université Caen Basse-normandie) => Émile Benveniste, aujourd’hui : la relation dans et par le language
  • Henri Meschonnic => « Partant de Benveniste » en 1970… et en 2009 (entretien et poème)

 

[1] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1, Gallimard, 1966, p. 261.

[2] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1op. cit., p. 263.

[3] É. Benveniste, « La forme et le sens dans le langage » (1966) dans Problèmes de linguistique générale 2, Gallimard, 1974, p. 217. Henri Meschonnic écrit significativement : « C’est pourquoi la théorie du langage a un si grand rôle. Elle est le lieu majeur où se fonde, et combat, l’historicité radicale du sens et de la société. Qui s’élabore, depuis Humboldt et Saussure, et passe par Benveniste. Benveniste a écrit que le langage sert à vivre. Je dirai que la théorie du langage, à travers l’histoire et le statut des concepts avec lesquels vit une société, et plus que d’autres sciences sociales, sinon même l’économie et les techniques, généralement jugées bien plus vitales, sert à vivre. Poétiquement et politiquement » (Modernité modernité (1988), Folio/Gallimard, 1993, p. 10-11). C’est à Henri Meschonnic et en hommage que nous prenons ce « vivre langage » :Vivre poème, éd. Dumerchez, 2005.

Un article sur Médiapart:

http://blogs.mediapart.fr/edition/revues/article/080210/resonance-generale-la-preuve-par-z

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 1

L’ouvrage au centre du cercle d’étude « Langage »:

 


édition utilisée:
TOME I : 1939-1964, 368 pages, 140 x 225 mm. Collection Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard -etu. ISBN 2070206181. On utilisera cette édition:
PROBLÈMES DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE
 [1966] .

TOME I, 364 pages sous couv. ill., 125 x 190 mm. Collection Tel (No 7) (1976), Gallimard -étu. ISBN 9782070293384.

 

Biographie d’Emile Benveniste :

Linguiste français, né à Alep (Syrie), mort à Paris. Passage dans une école rabbinique, puis études classiques à la Sorbonne (agrégation en 1922); étudiant d’A. Meillet à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes où il enseigne dès 1927; doctorat en 1935; professeur au Collège de France à partir de1937 et secrétaire de la Société de Linguistique de Paris à partir de 1956. Fait prisonnier en 1940, il s’évada puis vécut en Suisse jusqu’en 1945. Très nombreux travaux en philologie, grammaire comparée et linguistique historique et générale, parus surtout sous forme d’articles dont un certain nombre ont été rassemblés en deux volumes sous le titre Problèmes de Linguistique Générale, et une importante étude lexicale: Le vocabulaire des institutions européennes (tome I: économie, parenté, société; tome II: pouvoir, droit, religion; sommaires par J. Lallot, 2 vol. in-8°, 376 et 340 p., Paris, Editions de Minuit, 1969)

Résumé
« Ces études apportent dans leur ensemble, et chacune pour soi, une contribution à la grande problématique du langage qui s’énonce dans les principaux thèmes traités : on y envisage les relations entre le biologique et le culturel, entre la subjectivité et la socialité, entre le signe et l’objet, entre le symbole et la pensée, et aussi les problèmes de l’analyse intralinguistique. » E. Benveniste.

Sommaire:
VOLUME I (1966):
Avant-propos (n. p.).
I. Transformations de la linguistique:
1. Tendances récentes en linguistique générale (p. 3-17);
2. Coup d’œil sur le développement de la linguistique (18-31);
3. Saussure après un demi-siècle (32-45).
II. La communication:
4. Nature du signe linguistique (49-55);
5. Communication animale et langage humain (56-62);
6. Catégories de pensée et catégories de langue (63-74);
7. Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne (75-87).
III. Structures et analyses:
8. « Structure » en linguistique (91-98);
9. La classification des langues (99-118);
10. Les niveaux de l’analyse linguistique (119-131);
11. Le système sublogique des prépositions en latin (132-149);
12. Pour l’analyse des fonctions casuelles: le génitif latin (140-148).
IV. Fonctions syntaxiques:
13. La phrase nominale (151-167);
14. Actif et moyen dans le verbe (168-175);
15. La construction passive du parfait transitif (176-186);
16. « Être » et « avoir » dans leurs fonctions linguistiques (187-207);
17. La phrase relative, problème de syntaxe générale (208-222).
V. L’Homme dans la langue:
18. Structure des relations de personne dans le verbe (227-236);
19 . Les relations de temps dans le verbe français (237-250);
20. La nature des pronoms (251-257);
21. De la subjectivité dans le langage (258-266);
22. La philosophie analytique et le langage (267-276);
23. Les verbes délocutifs (277-285).
VI. Lexique et culture:
24. Problèmes sémantiques de la reconstruction (289-307);
25. Euphémismes anciens et modernes (308-314);
26. Don et échange dans le vocabulaire indo-européen (315-326);
27. La notion de « rythme » dans son expression linguistique (327-335);
28. Civilisation: contribution à l’histoire du mot (336-345);
Index [des langues et des concepts] (349-351).
VOLUME II (1974):
Avant-propos (M. Dj. Moïnfar, n. p.).
I. Transformations de la linguistique:
1. Structuralisme et linguistique (11-28);
2. Ce langage qui fait l’histoire (29-40).
II. La communication:
3. Sémiologie de la langue (43-66);
4. Le langage et l’expérience humaine (67-78);
5. L’appareil formel de l’énonciation (79-88).
III. Structures et analyses:
6. Structure de la langue et structure de la société (91-102);
7. Convergences typologiques (103-112);
8. Mécanismes de transposition (113-125);
9. Les transformations des catégories linguistiques (126-136);
10. Pour une sémantique de la préposition allemandevor (137-141).
IV. Fonctions syntaxiques:
11. Fondements syntaxiques de la composition nominale (145-162);
12. Formes nouvelles de la composition nominale (163-176);
13. Structure des relations d’auxiliarité (177-193).
V. L’homme dans la langue:
14. L’antonyme et le pronom en français moderne (197-214);
15. La forme et le sens dans le langage (215-240);
16. Diffusion d’un terme de culture: latin orarium (241-246);
17. Genèse du terme « scientifique » (247-253);
18. La blasphémie et l’euphémie (254-257);
19. Comment s’est formée une différenciation lexicale en français (258-271);
20. Deux modèles linguistiques de la cité (272-280);
Index [des langues et des concepts] (281-286).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus