Archives par mot-clé : Benjamin Walter

Et nous voyons l’heure qu’il est : Walter Benjamin et le coffret de Hebel

Le livre préféré de Walter Benjamin et la formule merveilleuse qu’il tire du « coffret » (Das Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes, 1811, Cotta) de Hebel (1791-1826), apparaissent dans ce très beau passage de « La littérature enfantine » (Enfance, p. 132-133) :

Mais nous possédons assurément un chef-d’oeuvre de la littérature d’édification morale qui est en même temps un chef-d’oeuvre de la langue allemande tout simplement : Das Schatzkästein (Le Coffret). Il ne s’agit pas, comme on sait, d’un écrit pour la jeunesse au sens le plus strict ; néanmoins, il est issu intégralement d’un intérêt philanthropique pour les larges masses de lecteurs, surtout rurales. S’il est permis de caractériser d’un mot cet incomparable prosateur qui a fusionné en une presque insondable unité l’ampleur du narrateur et la brièveté du législateur, nous dirons que le décisif est alors de reconnaître chez Hebel un dépassement de la morale abstraite des Lumières  par une autre d’ordre politico-théologique. Mais comme cela ne se met en place, chez lui, qu’à la manière d’une casuistique, donc de cas en cas, il n’est guère possible non plus d’en donner une idée autrement que tout à fait concrètement. A l’aide d’une image. Quand il raconte ses histoires, tout se passe comme si l’horloger nous montrait un mécanisme de pendule en expliquant et en commentant les ressorts et les rouages. Soudain (toujours soudaine est sa morale), il retourne l’objet et nous voyons l’heure qu’il est. Et ces mêmes histoires ressemblent aussi à l’horloge en cela qu’elles éveillent notre très ancien étonnement d’enfant et ne cessent de nous accompagner tout au long de la vie.

Non seulement Benjamin nous montre la poétique de Hebel en l’exerçant concrètement avec son horloger, ce qui montrerait à l’envi la nécessité d’ancrer la critique dans l’oeuvre elle-même et de ne jamais la considérer comme l’application d’un schéma réflexif qui lui serait étranger,  mais il nous invite à une réflexion d’une très grande ampleur concernant les liens qu’entretiennent les oeuvres et la vie sous le rapport d’une connaissance bien spécifique : plus que des savoirs, des accompagnements qui apprennent à vivre.

Avec cet exemple, Le Coffret de Hebel, Benjamin nous engage à renouveler la réflexion sur des auteurs et des oeuvres dans la lignée de La Fontaine et des Fables qu’on peut considérer comme les équivalents dans le domaine français quant à leur public (« larges masses ») et à la poétique fusionnant le racontage et la leçon. Il me semble que Benjamin vise une poétique de la fable situant cette dernière comme valeur et non comme genre, c’est-à-dire comme articulation la plus forte d’une forme de vie et d’une forme de langage (voir Quelle littérature pour la jeunesse?)…

Serge Martin

 

Une fiche biographique sur Hebel à cette adresse:

http://www.jose-corti.fr/auteursromantiques/hebel.html

« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
« Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes », von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Racontage : première séance (octobre 2012)

Cercle « Racontage : littérature et enfance »

Ouvrage et revue à l’étude :

Walter Benjamin, Enfance, Paris, Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011.

Modernités n° 28 (« L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? »), 2008.

Parrainage :

Florence Gaiotti (Textes et cultures – EA 4022, Université d’Artois ; auteur de Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009)

Animateurs :

Serge Martin et Magali Jeannin

Première séance : mercredi 10 octobre 2012 de 14h. à 17h.

Douze étudiants M1 et M2 présents.

La séance inaugurale du cercle d’étude se déroule en trois moments principaux :

1.      Lecture de W. Benjamin, « La littérature enfantine » (p. 125-136) et parallèlement de l’avant-propos de Modernités (les deux premières pages)

a.      Établir une chronologie littéraire comparée visant à montrer les deux domaines (allemand et français) avec similitudes et différences, les interactions entre les œuvres et auteurs à proprement parler, les critiques et les contextes historiques et éducatifs.

b.     Nous avons laissé de côté la question définitionnelle de la littérature enfantine : la concrétude chez Benjamin (p. 133) et l’hybridité (Modernités) mais un billet viendra éclairer ces passages alors même que la discussion sur les chronologies l’ont entamée.

c.      A partir de l’incipit de la conclusion de Benjamin (« Dévorer les livres. Curieuse métaphore », p. 135), on a pu ouvrir à la fois une discussion sur la notion d’identification à laquelle Benjamin oppose celle d’incorporation (un texte de Marie-Aude Murail a été distribué : voir le billet correspondant) et proposer une activité d’écriture avec la métaphore : « Parler comme un livre » (voir le billet http://arlap.hypotheses.org/508).

2.      Lecture de W. Benjamin, « Chichleuchlauchra » (p. 109-117) et « Premiers rudiments verdoyants » (p. 119-124) 

A partir de plusieurs abécédaires « historiques », les étudiants proposent une lecture inspirée par ces textes de Benjamin : billets sur le carnet :

Serge Martin

 

 

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Comenius, le signe et le mot

Joh. Amos Comenii, Orbis sensualium pictus quadrilinguis

Fac-similé de l’édition de 1658

 

Titre complet : Omnium fundamentalium, in mundo rerum, et in vita actionum, Pictura et nomenclatura

Dans le court texte La Littérature enfantine, W. Benjamin écrit à propos de Comenius qu’il cherche à « émanciper l’image autant que possible du mot » (p.127),  à élaborer un« nouveau système de signes, normé et sans mots » (p. 128). Si indéniablement la simplicité de l’image semble se suffire à elle-même, il semble difficile d’adhérer totalement à l’interprétation de Benjamin : dans l’édition de 1685 le choix du quadrilinguisme (latin, allemand, tchèque, hongrois), des listes de vocabulaire et de la nomenclature nous semble au contraire vouloir relier signe, mot et sens, et donner à l’enfant les moyens d’habiter le monde, d’un vocable à l’autre, d’une langue à une autre. Le choix des langues en lui-même nous semble particulièrement significatif : le tchèque (langue maternelle de Comenius) est une langue slave, l’allemand vient du francique, le latin est la langue de la science au 17ème siècle, et la matrice des langues romanes ; quant au hongrois il fait partie des langues non indo-européennes, et participe encore davantage à l’élargissement linguistique de la nomenclature. La pédagogie du signe semble ici fortement reliée à celle du mot…

Orbis sensualium pictus (édition de 1658): http://de.wikipedia.org/wiki/Bild:Orbis-pictus-001.jpg

Sur Comenius: http://bohemica.free.fr/auteurs/comenius/presentation_comenius.htm

« Parler comme un livre » à la manière de Walter Benjamin…

Walter Benjamin, Enfance, Eloge de la poupée et autres essais, trad P. Ivernel, Rivages poche/Petite Bibliothèque.

« La littérature enfantine », émission radiophonique du 15/08/1929, pages 125 à 136. Conclusion de cette émission:

         « Dévorer les livres. Curieuse métaphore. Elle donne à penser. En effet, aucun monde de formes n’est, dans la consommation, à ce point emporté, dissous et anéanti que la prose narrative. Peut-être lecture et dévoration se laissent-elles réellement comparer. Avant tout, on doit toujours garder à l’esprit, en l’occurrence, pourquoi le besoin de nous alimenter et l’acte de manger n’ont pas de causes strictement identiques. La vieille théorie de l’alimentation est fort instructive parce qu’elle part de l’acte de manger. Elle disait : nous nous alimentons en incorporant les esprits des choses mangées. Or certes nous ne nous alimentons pas par là, mais nous mangeons toutefois en vue d’une incorporation qui représente plus qu’un besoin lié à une nécessité vitale. C’est pour un tel type d’incorporation que nous lisons également. Non pas afin d’élargir notre expérience, notre trésor mémoriel et existentiel. Ce sont de telles théories de substitution que les théories de l’alimentation affirment là : le sang que nous consommons devient notre sang, les os des animaux deviennent nos propres os, etc. Les choses ne sont pas si simples. Nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes. Les enfants, eux tout particulièrement et tout le temps, lisent ainsi : en incorporant, mais non en s’identifiant. Leur lecture est dans un rapport très intime bien moins avec leur culture et leur connaissance du monde qu’avec leur croissance et leur puissance. Ils entreprennent donc alors quelque chose qui n’est pas moins grand que tout le génie investi dans les livres. Et c’est la parenté singulière que celui-ci présente avec le livre pour enfant. »

A la manière de Walter Benjamin…

…Une représentation personnelle de l’expression « Parler comme un livre »

par Yolène Boichard

     « Parler comme un livre ». Curieuse métaphore. Elle donne à penser. En effet, il peut s’agir à la fois d’une expression péjorative ou méliorative à l’égard de la personne désignée (« il parle comme un livre »), selon le point de vue à la fois symbolique et culturel auquel on choisit de s’attacher.

     Parler comme un livre…

     Cette expression peut tout d’abord sembler dépréciative en fonction d’une première représentation : celle d’un livre qui s’imposerait en tant que livre. Ainsi, par son discours, la personne qui parle, privant de toute liberté son interlocuteur, ânonne et déclame à la manière d’un ouvrage pédant, moralisant : le livre est ici considéré comme objet d’un savoir spécifique pourquoi pas rébarbatif, lourd, dont un lecteur réfractaire se verrait imposer la « lecture » à son corps défendant. La personne parlant comme un livre s’épancherait donc, toutes pages dehors, livrant pêle-mêle mais de manière hiérarchisée, presque institutionnelle, définitions, critiques, remarques, certaine de son propre savoir enduit de colle sur la tranche et tamponné d’un nom d’éditeur. Par essence désagréable, ce discours aux allures d’encyclopédie donne enfin l’impression à l’interlocuteur d’être pris pour un individu inculte, à qui l’on doit faire la leçon, si possible en appuyant sur le fait que celui qui « récite » aussi savamment, lui, SAIT.

     Cependant, cette comparaison au livre peut également recouvrir une signification complètement opposée si l’on considère différemment l’objet-livre en question. L’expression pourrait prendre en effet le sens de « parler comme on lirait un livre » : apparaît ici la notion de fluidité du discours, de continu de l’oralité. Dans cette nouvelle configuration langagière, parler prend le sens de conter, le discours revêt un nouvel intérêt, un intérêt narratif cette fois, relatif à une parole déliée, sans à coups, que l’on écoute à l’envi, et le livre prend la forme d’un coffre aux trésors débordant de richesses de langage. L’expression rend ici compte de paroles ciselées, d’une progression travaillée, déployée par un locuteur qui, « à livre ouvert », « raconte » ce qu’il s’est employé à exprimer d’une manière beaucoup plus lyrique que ne le suggère le sujet, peu importe le degré de prosaïsme du fond d’ailleurs, mais toujours sur un ton des plus accessibles. S’ajoute à cela une forme de savoir différente de ce qui a été énoncé précédemment : loin d’être prétentieux, celui-ci a pour caractéristique fondamentale de s’adapter à son interlocuteur, vers un discours le plus limpide possible.

     A mon sens, cette expression peut donc, au terme de cette courte exploration sémantique, revêtir deux significations opposées et de manière sous-jacente, deux intentions qualificatives différentes, en fonction des caractéristiques du discours de la personne concernée. Du pédantisme à l’art travaillé du contage, peut-être attend-t-on que la littérature d’aujourd’hui trouve un juste équilibre : entre encyclopédisme inaccessible et envolées romantiques, peut-être y a-t-il là un enjeu majeur à soulever avec le livre pour enfants.

Un très beau livre à partir de cette expression avec une note de lecture ici: http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2003-06-0125-011

Hiéroglyphes et rébus…

Pour prolonger un texte de Benjamin, « Vue perspective sur le livre pour enfants » (p. 65-78).

L’image du livre illustré, écrit Benjamin, est un appel envoyé à l’enfant, appel à l’immersion dans le monde imaginaire ; l’enfant « partenaire de jeu » rêve au milieu des abécédaires en couleur, et déploie son verbe poétique dans la gravure en noir et blanc, « il apprend l’écriture conjointement avec le langage : une écriture hiéroglyphique » (p. 68), qui prend aussi la forme du rébus. Benjamin rappelle alors l’origine « des plus distinguées » du rébus, qui « provient en droite ligne de l’héritage hiéroglyphique de la Renaissance, et l’une des plus précieuses éditions de celles-ci, l’Hypnerotomachia Poliphili, constitue en quelque sorte le titre de noblesse de celui-là » (p. 70)

Cette œuvre inclassable de la renaissance vénitienne (1499) mérite de figurer en regard de ce beau texte de Benjamin ; le nom de son auteur apparaît lorsqu’on reconstitue l’acrostiche composée par les initiales de chaque chapitre,  Poliam Frater Fransiscus Columna peramavit , « Frère Francesco Colonna aima Polia  d’un très grand amour ». C’est au cours d’un songe que le narrateur Poliphile, double de Francesco, finit par obtenir le baiser tant attendu, après avoir su lire les signes dont son parcours onirique est jalonné, et déchiffré les rébus qui le conduisent vers le jardin d’amour ; la pédagogie néoplatonicienne emprunte les voies de la gravure et du hiéroglyphe, et le lecteur de l’Hypnerotomachia se trouve ainsi sommé, à l’image de l’enfant de Benjamin, de devenir partenaire de jeu, de déchiffrer les signes ; le monde enchanté du livre gravé pour enfant est bien l’écho de ce monde symbolique, où les êtres et les choses apparaissent encore comme des « signatures », un monde mythique d’avant le désenchantement du monde : le monde de l’enfant–centaure cher à Benjamin.

Magali Jeannin

Walter Benjamin, Enfance (anthologie d’essais): sommaire

Walter Benjamin, Enfance. Eloge de la poupée et autres essais, Traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Payot & Rivages, Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011.

Quatrième de couverture :
Avec le présent recueil, Enfance, est donnée à lire une sélection d’écrits – pour une part inédits en français – qui témoignent d’un ancrage en profondeur dans l’âge des commencements et des recommencements. Les textes choisis relèvent de divers registres (notes, articles de presse ou de revue, recensions et essais ; travaux et ouvrages publiés ou en gestation représentés par des extraits significatifs). Leur succession dans un ordre chronologique, admettant quelques déplacements, jalonne le parcours de leur auteur, en des temps déchirés, où le flux des événements est comme interrompu de tourbillons qui les fouaillent.Présentation de l’éditeur:

 

TABLE

Présentation…………………………………………………5

POSITIONS PREMIÈRES

La « libre communçmtéscolaire» ……………………..21

L’Enseignement de la morale …………………………. 29

La couleur vue à partir de l’enfant ……………………. 39

André Gide: La Porte étroite …………………………. 43

L’Idiot de Dostoïevski ………………………………….. 47

À propos d’un travail surla beauté des images

colorées dans les livres pour enfants………….53

EXPÉRIENCES, JEUX, APPRENTISSAGES

Sens unique (extraits) ………………………………….. 57

Vue perspective sur le livre pour enfants ……………..65

[Enfants de Moscou] (Extrait de Moscou)……………79

Jouets anciens …………………………………………… 83

Jouets et jeux ………………………………………………91

Histoire culturelle du jouet …………………………….. 99

Notes sur une théorie du jeu ………………………….. 105

Chichleuchlauchra ……………………………………. 109

Premiers rudiments verdoyants …………………….. 119

La littérature enfantine ………………………………..125

Une pédagogie communiste …………………………. 137

Pédagogie coloniale ……………………………………143

Éloge de la poupée …………………………………….. 147

Un jeune Berlinois des rues …………………………..157

Programme pour un théâtre d’enfants prolétarien..167

Pestalozzi à Yverdon ………………………………….. 177

Bretzel, plume, pause, plainte, futilités ……………. 183

Enfant et cheval ………………………………………… 185

L’ENFANCE, LES HISTOIRES ET L’HISTOIRE

Chronique berlinoise (extraits) ……………………… 187

Enfance berlinoise autour de 1900 (extraits)……….197

La virilité diminuée d’Hitler ………………………….. 207

Le Narrateur (extraits) ………………………………….209

Conversation an-dessus du Corso (extrait)…………. 211

L’ œuvre d’art à l’époque de sa reproduction

mécanisée (extraits)…………………………………….. 217

À propos de Mickey Mouse ……………………………. 225

Paris, capitale du XIXe siècle (extraits) …………….. 227

À propos du poème de Brecht Sur l’enfant qui ne

voulait pas se laver……………………………………….235

Paris, capitale du XIXe siècle (Extraits de la liasse

W, consacrée à Fourier)………………………………….239

Sur le concept d’histoire (extrait)……………………….243

Notes ……………………………………………………….. 245

 

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Walter Benjamin: Bibliographie en français

Ecrits français, Paris, Gallimard, 1991.

 

OEuvres I, Paris, Gallimard, Folio, 2000.

 

 

OEuvres II, Paris, Gallimard, Folio, 2000.

 

OEuvres III, Gallimard, Folio, 2000.

 

 

 

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin

On peut lire l’appel à contribution pour un numéro de la revue Strenae sur la thématique de notre cercle d’étude à l’adresse suivante:

http://strenae.revues.org/691

Dans le domaine de la littérature pour l’enfance et la jeunesse, si l’on excepte un article d’Ewers (2002) principalement consacré à « la littérature de l’époque bourgeoise » et singulièrement à l’adaptation pour la jeunesse en 1780 par Joachim Heinrich Campe du Robinson de Defoë, très peu d’études à notre connaissance considèrent, voire discutent, l’important essai de Walter Benjamin « Der Erzähler. Betrachtungen zum Werk Nikolai Lesskows » [« Le narrateur. Réflexions sur l’oeuvre de Nicolas Leskov »] de 1936 (Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttgart, Frankfurt, II/2, 1972, p. 438-465).

On pourrait s’étonner de cet état de fait quand on considère parallèlement le succès, pour les études esthétiques, de l’essai « Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit » [« L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique »]. Nous pensons que les réflexions de Benjamin sur le « Narrateur » devraient recevoir au moins sinon plus de considération dans le cadre des études littéraires. Par ailleurs, des publications récentes fort intéressantes (par exemple : Benjamin, 2011) citent « Le Narrateur » mais réduisent sa portée au genre du conte. À moins de généraliser le régime de ce genre à toute la littérature sans le destiner irrémédiablement à l’enfance et la jeunesse, on ne pourrait apercevoir le levier que peut constituer la pensée de la littérature de jeunesse avec Benjamin et son « Narrateur » pour transformer toute la pensée de la littérature elle-même.

Reconnaissons toutefois que cet essai de Benjamin a suscité quelques commentaires récents tout à fait remarquables :

  • Alexis Nouss (2003), dans une contribution à un colloque lyonnais sur la littérature orale, tire l’essai de Benjamin du côté de la transmission – ce qui bien évidemment ne peut que nous intéresser ;

  • Dominique Rabaté a plusieurs fois évoqué le texte de Benjamin « plus suggestif qu’analytique » (2010, 41) et lui a emprunté en bonne part la problématique de son dernier essai qui met en tension la quête du sens de la vie et d’une vie ; Rabaté fait en quelques pages (35-43) une mise en perspective très éclairante des motifs de Benjamin lui permettant de penser la subjectivation à l’œuvre dans sa négativité même ;

  • Mathilde Lévêque (2010) – et nous nous approcherions de notre domaine – dans une passionnante étude concernant les textes radiophoniques de Benjamin, a relevé le paradoxe de la pensée de Benjamin : « Benjamin utilise une voix narrative plus complexe. Ni auteur ni narrateur, la voix narrative qui s’exprime donc ici serait davantage de l’ordre du « raconteur ». Or cette forme narrative est considérée par Benjamin comme une forme archaïque, apparemment contradictoire donc avec la modernité du média radiophonique. Klaus Doderer note ainsi que Benjamin utilise la radio précisément pour retrouver cette forme « archaïque » de la narration orale (« mündliches Erzählen »), afin de créer une proximité plus grande avec son auditoire. Cette proximité reste sensible lorsque le texte est simplement lu et non plus écouté. »

Nos propres travaux (Gaïotti, 2009 ; Martin, 2009, 107-108) nous ont conduits à évoquer ce texte de Benjamin et nous demandent de poursuivre les problématiques qu’il engage :

– en littérature jeunesse la notion de « raconteur » et ses notions adjacentes (« racontage ») approcheraient mieux la force des œuvres que la notion de « narrateur » désormais étroitement configurée par la narratologie ; il nous semble que l’argument de la survivance avancé par Ewers est, de ce point de vue, insuffisant : « L’univers culturel enfantin représente de surcroît un domaine dans lequel sont demeurés vivants non seulement le récit fondé sur le livre mais aussi la narration orale » ; conceptualiser le racontage et le raconteur demanderait aussi d’y adjoindre la notion d’écouteur, en dissociant ces notions assez nettement de celles de la narratologie tout comme de celles qui sont convoquées par le contage dans ses formes traditionnelles aussi bien que contemporaines – ce qui pourrait peut-être permettre de reconsidérer aussi bien les unes que les autres à nouveaux frais ;

– l’argument avancé par Benjamin (« Le conte, encore aujourd’hui, reste le premier conseiller de l’enfance, parce qu’il fut jadis le premier conseiller de l’humanité ») est à repenser au-delà du genre et pourrait peut-être concerner toute lecture-écriture engagée dans ce « conseil de l’enfance » ; on pourrait associer à la considération de la voix par Benjamin (« Quiconque écoute une histoire se trouve en compagnie de celui qui la raconte ; même celui la lit »), une autre qui la suit immédiatement et concerne la poésie : « même celui qui lit une poésie est enclin à prêter sa voix aux mots en vue d’un auditeur virtuel » ; ainsi les œuvres pour l’enfance et la jeunesse seraient-elles des passages de voix.

Sans faire référence à Benjamin, on peut également suggérer la force de l’oralité de l’écriture en parlant par exemple d’une « lecture par l’oreille » (Letourneux, 2009, 194-195). Mais il serait nécessaire de reprendre la lecture de l’essai de Benjamin d’autant que nous savons bien maintenant tout l’intérêt qu’il a porté aux cultures de l’enfance et de la jeunesse jusque dans ses propres productions littéraires (voir Benjamin, 2011 qui offre un panorama précieux et pratique de cet intérêt de l’essayiste et écrivain). Deux raisons motiveraient une relecture approfondie :

– d’une part, « Le Narrateur » fait la synthèse de plusieurs études antérieures même si, nous le savons, chez Benjamin, aucun texte ne peut offrir un caractère abouti voire définitif ;

– d’autre part, au cours de la rédaction de son essai, Benjamin lui-même écrivait à un de ses correspondants : « Je vois seulement maintenant, occupé que je suis à terminer mes études sur Leskov, à quel point presque tout reste à faire pour ma théorie des formes épiques » (G. S., II/3, p. 1277). Nous nous proposons donc d’y revenir et même d’observer « ce qui reste à faire » étant entendu qu’il nous faut d’abord voir ce qui a été fait !

Le dossier de Strenæ accueillera des contributions qui considèreront le texte de Walter Benjamin en vue de penser au plus juste ce qui fait la force de certaines œuvres de la littérature pour l’enfance et la jeunesse : un passage de voix comme passage d’expériences dans et par le langage au sens le plus large que nous connaissons puisque, quels que soient les dispositifs, c’est toujours le langage comme transsubjectivation, et donc voix en relation, qui organise et transforme le regard et l’écoute, le sentir et le penser, la mémoire et l’oubli (voir Meschonnic, 1982, 271 et suivantes). En fin de compte, notre souhait le plus cher est de permettre un double mouvement réflexif : une critique de Benjamin, au sens d’une relation critique (Starobinski, 1970, 9-33), et une critique des œuvres avec Benjamin sous l’angle des fables de la voix qui savent encore aujourd’hui inventer l’inconnu de la relation, cette activité la plus vivante qui soit dès que racontage – ce serait peut-être cela « l’aspect épique du vrai » (la sagesse non comme ensemble de règles mais comme expérience transmise et transmissible) qui rend la littérature à la vie. Et les enfants, nous avec eux, disent : « Encore ! ».

Serge Martin et Florence Gaiotti

Les propositions (d’une page environ), sont à envoyer avant le 1er octobre 2012 à strenae@revues.org. Les textes définitifs devront être remis le 15 février 2013.

Bibliographie

Walter Benjamin, « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov » dans Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallimard, « folio essais », 1991, p. 249- 298.

Walter Benjamin, Enfance. Éloge de la poupée et autres essais, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2011.

Hans-Heino Ewers, « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. » Réflexions à partir de Walter Benjamin, Revue de littérature comparée, 2002/4 n° 304, p. 421-430.

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, PUR, « Interférences », 2009.

Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010. URL : http://strenae.revues.org/86

Mathieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture médiatique » dans Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse en questions, Rennes, PUR, 2009.

Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009.

Henri Meschonnic, Critique du rythme, Lagrasse, Verdier, 1982.

Alexis Nouss, « Le conteur comme traducteur » dans Jean-Baptiste Martin, Nadine Decour (dir.), Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes, Centre de recherche et d’études anthropologiques, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 297-306.

Dominique Rabaté, Le Roman et le sens de la vie, Paris, José Corti, « Les essais », 2010.

Starobinski Jean, La Relation critique, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1970.

http://strenae.revues.org/691

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Walter Benjamin, Enfance

Présentation par l’éditeur de l’ouvrage au centre du cercle de lecture « Racontage »:
Enfance |  Walter Benjamin
Eloge de la poupée et autres essaisTraduit de l’allemand par Philippe Ivernel
Préface de : Philippe Ivernel
Genre : Philosophie
Collection : Rivages Poche / Petite Bibliothèque | Numéro : 699
Poche  | 272 pages.  | Paru le : 12-01-2011  | Prix : 9.15 €GENCOD : 9782743621841  | I.S.B.N. : 2-7436-2184-2
Editions : Rivages
Avec le présent recueil, Enfance, est donnée à lire une sélection d’écrits – pour une part inédits en français – qui témoignent d’un ancrage en profondeur dans l’âge des commencements et des recommencements. Les textes choisis relèvent de divers registres (notes, articles de presse ou de revue, recensions et essais ; travaux et ouvrages publiés ou en gestation représentés par des extraits significatifs). Leur succession dans un ordre chronologique, admettant quelques déplacements, jalonne le parcours de leur auteur, en des temps déchirés, où le flux des événements est comme interrompu de tourbillons qui les fouaillent.
Walter Benjamin
Walter Benjamin (1892-1940), philosophe à la fois proche de Theodor W. Adorno et de Gershom Scholem, était aussi traducteur littéraire, notamment de Baudelaire et de Proust. Il est l’un des penseurs les plus importants de notre temps.

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus