Archives par mot-clé : anthropologie et langue

La culture écrite des classes populaires en Angleterre du XIXe au début du XXe: synthèse d’articles

La culture écrite des classes populaires en Angleterre du XIXe au début du XXe: synthèse d’articles

Je suis étudiante en Master 2 d’enseignement du français langue étrangère et dans le cadre d’un cours d’anthropologie linguistique, j’ai travaillé sur la culture écrite des couches populaires anglaises au XIXe siècle. Mes recherches documentaires m’ont conduite vers différentes sources dont beaucoup portaient sur les mœurs littéraires en France et en Grande-Bretagne. Ces études prenaient source à la fin du XVIIIe et se terminaient après la Première Guerre. C’est logiquement avec les débuts de l’alphabétisation des classes populaires dans ces deux pays que s’est progressivement construite leur culture de l’écrit et de la littérature. Continuer la lecture de La culture écrite des classes populaires en Angleterre du XIXe au début du XXe: synthèse d’articles

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Musée de l’Homme (2ème partie)

 

2015-11-29 11.03.39

Si voir le crâne de René Descartes ou admirer les parties du corps humain dans son évolution ne vous intéressent pas bonne nouvelle ! Les langues du monde y sont abordées.

7 000 langues, 7 milliard d’hommes

Verbe de Dieu, contes pour enfants, recettes de cuisine, fanfaronnades d’ivrognes, bruits de couloirs ou promesses politiques : tout est parole.

On estime à 7000  le nombre de langues parlées dans le monde, et à un milliard les nuances pour dire toutes ces choses. C’est le résultat d’un dialogue ininterrompu entre les Hommes, une communication verbale dont l’origine date d’au moins 100 000 ans.

Chaque langue a son histoire. Certaines se développent pendant que d’autres meurent ou naissent, mais elles se transforment toutes.

Ces 7000 langues dans le monde sont réparties en 150 groupes. Six d’entre eux concernent 75 % de la population mondiale. Au musée de l’Homme vous avez l’opportunité d’entendre des extraits de langues « rares »  ou parlées dans des régions lointaines. Donc si vous n’avez pas l’opportunité de visiter le Népal pour entendre le Newari ou le Kirghizstan pour entendre le kirghize ne vous inquiétez pas ! À deux pas de la Tour Eiffel en plein cœur de Paris vous avez cette chance!

Moi je  vous présenterai les points importants de ces langues telles qu’elles sont affichées au musée.

En ce qui concerne le sujet de langue ou dialecte ? C’est une question subtile et souvent sensible. À vous de voir !

Le mot bienvenue à l'entrée du musée en plusieurs langues.
Le mot bienvenue à l’entrée du musée en plusieurs langues.

Mand: 8 locuteurs . Le mand est une langue presque éteinte issue de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Dans ce pays, la diversité linguistique est extrême : 800 langues y sont parlées par environ 5 millions d’habitants. Le terrain montagneux et l’isolement des peuples expliquent cette diversité. La diffusion d’une langue est influencée par la géographie.

Ngaanyatjarra : 300 locuteurs . La plupart des langues aborigènes d’Australie sont recensées au nord du pays. Le Ngaanyatjarra est un dialecte oama-nyungan, parlé et écrit au quotidien dans le Désert Occidental. Ceux qui le parlent maîtrisent plusieurs autres langues, comme c’est le cas de la majorité de l’humanité.

Tagalog : 70 millions de locuteurs . Cette langue de l’île de Luzon (Philippines) s’est largement répandue autour de Manille, la capitale, devenant en pratique la langue nationale. Elle n’est pourtant que la huitième langue de l’archipel, ce qui crée des tensions identitaires.

Pala’wan : 50 000 locuteurs . Le Pala’wan est parlé par un peuple des Philippines. Cette société résiste remarquablement au contexte actuel grâce à sa langue et à sa culture ancestrale. Si la tradition peut figer une langue, elle peut aussi la préserver.

Yonaguni : 800 locuteurs . Après l’occupation américaine 1945-1972), l’île de Yonaguni est rendue au Japon qui, pour y affirmer son autorité, considère la langue locale comme un dialecte japonais.

Cantonais : 60 millions de locuteurs .  Le cantonais est présent au sud de la Chine. Les communautés qui le parlent sont celles qui ont le plus migré hors de leur pays d’origine. Le cantonais est d’ailleurs la langue commune dans de nombreux quartiers chinois de grandes villes du monde. Il arrive ainsi que les émigrants donnent un élan nouveau à une langue régionale.

Birman : 32 millions de locuteurs . Langue officielle de Myanmar Birmanie), le birman est écrit depuis des temps anciens et apparaît sur la pierre de Myazedi, datée de 1113, avec le mon, le pali et le pyu. Cette dernière langue, dont l’usage s’est perdu par l’assimilation de ses locuteurs au sein d’autres peuples du pays, a ainsi pu être déchiffrée. L’écriture est une technique de communication qui permet de garder une trace du passé.

Newari : 850 000 locuteurs . Le Népal compte plus de 100 langues, dont le newari, parlé à Katmandu. Il est progressivement supplanté par le népalais, la langue officielle imposée jusqu’aux années 1990 par des politiques dictatoriales opposées a la diversité culturelle.

Tamoul : 70  millions de locuteurs. Comme le grec, le tamoul présente une forme classique et une forme moderne. La littérature tamoule ancienne permet de comprendre l’évolution des langues du sud de l’Inde.Pour un linguiste, le tamoul vaut de l’or ! Le pays a adopté le dzongkha comme langue nationale dans les années 1960. Chaque Bhoutanais parle quatre a cinq langues : sa langue maternelle, le dzongkha, le népalais, l’anglais et souvent une autre langue du pays.

Dzongkha : 700 000 locuteurs . 19 langues sont parlées au Bhoutan, pays à la géographie et aux écosystèmes variés, qui compte moins d’un million d’habitants.

Kirghize : 4,5 millions de locuteurs . Le kirghize est parlé principalement au Kirghizistan (Asie centrale). Il présente une grande homogénéité liée au style de vie semi-nomade de la population. La mobilité a renforcé la population. La mobilité a renforcé une forte cohésion linguistique.

Kannada : 40 millions de locuteurs . Le kannada appartient a la trentaine de langues dites dravidiennes originaires du sud de l’Inde. Elle est écrite depuis des milliers d’années, comme le grec et le tamoul.

Pashto : 40 millions de locuteurs . Le pashto est parlé au Pakistan et en Afghanistan, dont il est, avec le dari, une des deux langues officielles. Le dari, un persan archaïque, a été la langue de la cour afghane. Le pachto , lui tient son prestige d’une importante et ancienne production littéraire. L’usage écrit détermine aussi le prestige d’une langue.

Khoekhoegowab : 250 000 locuteurs . Cette langue de Namibie et d’Afrique du Sud est une des langues khoisan, des langues présentant des consonnes produites avec la langue ou les lèvres, sans apport d’air des poumons : les clics !

En français il y a également des clics, comme « tss-tss » pour dire NON), mais ils ne sont pas utilisés comme consonnes.

Swahili : 80 millions d’habitants . Originaire de Zanzibar, et de la côte Est de l’Afrique, le Swahili est parlé au Kenya, au Mozambique, en Somalie, en Tanzanie…Son usage se répand. Il devient une langue d’usage général n Afrique orientale.

Aka : 40 000 locuteurs. L’Aka est une langue bantoue parlée par les chasseurs-cueilleurs de la République centrafricaine et du Congo souvent appelés «pygmées ». Il y a plusieurs siècles, leurs ancêtres ont emprunté la langue de certains de leurs voisins agriculteurs. Ces langues ont divergé au fil du temps.

Amharique : 94 millions de locuteurs. De la même famille que l’arabe, l’amharique est parlé en Ethiopie et dans les pays voisins. C’était la langue officielle de la dynastie éthiopienne salomonide 1270-1274), se réclamant du roi Salomon et de la reine de Saba. Bien qu’ayant perdu ce statut a la chute du dictateur Mengistu Hallé Mariam, elle reste la principale langue du pays.

Yoruba : 20 millions de locuteurs. Le yoruba est l’une des 3 langues officielles du Nigeria – enseigné à l’école et utilisé par les médias. Comme toutes les langues dites ‘tonales », sa mélodie est essentielle : se tromper de ton , de mélodie, équivaut a prononcer un autre mot. Le yoruba est aussi parlé en Amérique latine par les descendants des esclaves.

Grec : 15 à 20 millions de locuteurs. Principalement parlé en Grèce et à Chypre le grec moderne est l’héritier du grec ancien, la langue la plus prestigieuse de l’Empire romain. Langue dite des élites, elle est à l’ origine de très nombreux mots des langues latines, notamment dans le domaine scientifique.

Bambara : 30 millions de locuteurs. Langue nationale au Mali, le Bambara est proche du malinké, du dioula et du mandika -Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée). Ces langues apparentées permettent aux peuples de l’Afrique de l’Ouest de se comprendre et de faire du commerce.

Russe : 300 millions de locuteurs . Le russe représente sur ce planisphère le seul exemple de langue dominante. Largement diffusé, il indique un pouvoir politique fort. Sa littérature riche s’étend à tous les domaines du savoir. Les peuples de l’Union soviétique devaient maîtriser le russe autant que possible.

Basque : 800 000 locuteurs . Parlé au Pays Basque français et espagnol, le basque est une langue isolée, qui ne s’apparente à aucune autre. Il comporte des variantes régionales. En Espagne, après avoir été réprimé pendant la dictature de Franco 1939-1975), il pourrait avoir une reconnaissance à l’ avenir.

Piraha : 300 locuteurs . Le piraha d’Amazonie est une langue parlée par une tribu d’Amazonie dont la culture est menacée. Elle possède seulement trois voyelles et sept consonnes, son vocabulaire est réduit. Les langues parlées par des petits groupes, dont les membres se connaissent, évoluent souvent vers des formes surprenantes, tel un jargon familial.

Latin : nombre de locuteurs inconnu . Même si personne ne le parle, le latin n’est pas une langue morte ! Il vit toujours dans les rites chrétiens et à l’école, où il est enseigné. Cette langue de l’Empire romain s’est différenciée en espagnol, portugais, catalan, français, italien, ladin, roumain… Deux tiers des mots anglais en sont issus, depuis la conquête normande de l’Angleterre au XIème siècle.

Quechua de Cuzco : 5 millions de locuteurs . Le quechua, parlé dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, regroupe différentes langues andines. Il était utilisé avant l’arrivée des Incas, qui l’adoptèrent comme langue commune a tout leur territoire. Ce statut fut maintenu par les conquistadores espagnols. Ainsi, une invasion militaire n’implique pas toujours un remplacement linguistique.

Créole de Guadeloupe : 400 000 locuteurs . Les créoles sont des langues orales de contact entre maîtres et esclaves. Elles sont issues  de l’assimilation d’une langue minoritaire extérieure, comme le français ou l’anglais, par une communauté majoritaire, qui parle déjà une ou plusieurs langues propres. Ce phénomène complexe est l’un des principaux mécanismes de différenciation linguistique.

Breton : 150 000 locuteurs . Cette langue celtique, présente dans le Finistère, les Côtes-d’Armor et le Morbihan, est aujourd’hui surtout parlée par les personnes âgées. La tentative de l’enseigner à  l’école ne semble pas freiner son déclin. Les Bretons restent pourtant très attachés a ce fort marqueur identitaire.

Tunumiisut : 4000 locuteurs . Bien qui menacé par la langue officielle de la côte occidentale du Groenland, le Tunumiisut, dialecte inuit d’Ammassalik, reste bien vivant. Ses locuteurs ont crée une forme écrite, qu’ils utilisent notamment sur Internet.

Yiddish : 600 000 locuteurs . Jusqu’en 1945, le yiddish était parlé par des juifs d’Europe centrale et orientale. Très proche de l’allemand, il intègre des mots slaves et hébreux. Si la renaissance de l’hébreu l’a affaibli, il reste tout de même parlé aujourd’hui en particulier aux Etats-Unis, terre d’accueil de nombreux juifs. C’est l’exemple parfait d’une langue liée à un peuple et non à un territoire.

Zuni : 10 000 locuteurs . Parlé par une tribu indienne du Nouveau-Mexique Etats Unis) le zuni est une langue isolée, comme le basque en Europe. Malgré la généralisation de l’anglais, cette langue est toujours pratiquée lors des assemblées tribales et des cérémonies religieuses.

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Les trois opérations de Maurice Delafosse

Pour que le mot « bambara » ou « banmana » désigne une langue et une ethnie au milieu des langues et des ethnies mandées, pour qu’il soit défait de toute stigmatisation et caractéristiques négatives, Maurice Delafosse, administrateur colonial français, africaniste et ethnolinguiste, va faire recourt à trois opérations: l’identification, la neutralisation, et la dissociation du signifiant bamana/banbara
L’identification
Elle consiste à fixer l’identification par des noms propres porteurs. Mais à cette période avec les migrations, les guerres, les persécutions et l’esclavage, cette stratégie ne donne pas un résultat fiable. Notre administrateur colonial va utiliser une méthode linguistique pour classifier les indigènes du Haut-Sénégal-Niger. Il fait recourt aux idiomes de ces peuples pour avoir un résultat fiable. Comme résultat, tout Bambara parlant le sénoufo est un faux Bambara. L’orthographe « bamana » n’est qu’une appellation des locuteurs de la langue bambara. Quand il s’agit de la langue, les gens qui ne parlent plus le sénoufo ou qui ne parlent pas encore le dioula, parlent le bamanankan (la langue bambara) ; les Markas bambaraphones sont appelés Marka fin (Marka noir) et les Markas soninképhones Marka jè (Marka clair) ; les Peuls bambaraphones s’appellent Foula fin (Peul noir) et les Peuls qui parlent la langue peul sont Foula jè (Peul clair) ainsi de suite [Amselle (dir.) 1999: 115- 116].

La neutralisation
Elle consiste à nettoyer le mot « bamana » ou « bambara » de toute connotation péjorative. Etre Bamana ne veut pas dire forcément qu’on est païen. D’ailleurs c’est René Caillié et ses compagnons qui ont fait l’erreur lorsqu’ils ont nommé Bambara les populations rencontrées entre Timé et Djenné. Bien vrai qu’elles étaient païennes, en réalité elles étaient Sénoufos [Amselle (dir.), 1999: 118].

La dissociation du signifiant banbara/bamana
Le bamana n’a pas toujours une connotation péjorative ou négative. A Ségou, avant l’islam, les Bamanas étaient les experts, les connaisseurs, les géomagiciens. Une autre connotation du Bamana/Banbara était celui qui est fidèle à sa parole, qui ne ment pas. A cette période, pour avoir le pouvoir on passe par silameya (rite musulman) ou bamanaya (rite bamana ou animiste). « Bamana » n’est que l’appellation entre eux-mêmes et « Bambara » celle des autres langues et ethnies. Le terme « bambara » est utilisé en français pour représenté l’ethnonyme et la langue. Au lieu de Marka, Sarakollé, le terme « soninké » est employé pour désigner l’ethnonyme et la langue, le « peul » désigne l’ethnonyme et la langue peul, le « malinké » est un ethnonyme et une langue, le « songhaï », le « dogon », le « sénoufo » etc. représentent tous à la fois l’ethnonyme et la langue . [Amselle (dir.), 1999: 119-125].

Références bibliographiques
 Amselle, J-L., (1999), « Ethnies et espaces : pour une anthropologie topologique », in Amselle, J-L., (dir.) (1999), Au Cœur de l’ethnie, Paris, La Découverte, 11-48.
 Amselle, J-L., (2010), Logiques métisses, Paris : Ed. Payot.
 Bazin, J., (1999), « A chacun son Bambara », Amselle, J-L., (dir.) (1999), Au Cœur de l’ethnie, Paris, La Découverte, 87-127.
 Bazin, J., (1999), « A chacun son Bambara », Amselle, J-L., (dir.) (1999), Au Cœur de l’ethnie, Paris, La Découverte, 87-127.

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l’université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j’ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

La place de la chanson populaire dans l’enseignement du FLE en Chine

source de l’image: http://ticsenfle.blogspot.fr

La problématique a du être traitée au moment où la discipline du FLE a commencé à s’intéresser à la littérature française parce que la chanson populaire malgré sa littérarité particulière par rapport aux autres littératures sous forme écrite en fait partie. D’un point de vue anthropologique, la chanson populaire est une pratique culturelle qui représente le monde humain et révèle les rapports entre les hommes ou l’homme et le monde. Elle a pour objet d’exprimer des émotions humaines, ou de raconter des souvenirs de l’individu, ou de décrire des pratiques quotidiennes d’un ensemble de gens, ou d’espérer un avenir probable, ou d’interroger l’environnement où on vit, la société etc.. En l’écoutant et l’étudiant, l’apprenant se familiarise avec la langue cible et réalise le processus de socialisation dans cette culture qui est essentiel pour l’acquisition de la langue.

 

Pourtant, dans l’enseignement du FLE en Chine cette approche innovatrice est grièvement marginalisée. D’une part, la plupart des enseignants de français sont des locuteurs non-natifs de la langue française. Ils ont souvent très peu de connaissances sur la chanson française parce que la culture française ne leur appartient pas. Ils ne savent pas comment et ce qu’ils peuvent s’en servir dans la classe. En plus, la méthode de chanson n’a pas assez de présences dans la formation de l’enseignant non plus. Donc, la prise de conscience de mettre en pratique cette méthode n’est pas toujours systématique ; d’autre part, dans l’idéologie du système éducatif en Chine la chanson populaire est souvent considérée comme quelque chose d’informel. Elle n’est pas censée pouvoir être une approche didactique qui peut entrer formellement dans de l’enseignement des langues que ce soit en niveau universitaire ou secondaire. C’est pour cela qu’on ne voit que des utilisations occasionnelles qui servent soit des moments pour détendre les élèves soit des découvertes superficielles de la culture cible en classe de FLE. Il n’y a pas d’études approfondies là-dessus.

 

Mon mémoire a pour but de compléter cette lacune dans le champ de recherche en justifiant que la méthode de chanson, l’approche valorisante, mérite d’être mise en pratique et doit avoir une place plus privilégiée dans l’enseignement du FLE. En adoptant un point de vue langue-culture, je vais mettre en évidence les valeurs didactiques que la chanson populaire pourrait apporter aux apprenants chinois grâce à ses dimensions affective et sonore.

 

Bibliographie

Briet Geneviève (2013), La chanson en classe de FLE, « Revue de didactique du FLE », Bruxelles, EME

Calvet, Louis-Jean (1980), La chanson dans la classe de français langue étrangère, Paris : CLE International

Dumont Pierre (1998), Le français par la chanson, Paris, L’Harmattan

Dumont Pierre et Demougin Françoise (1999), Cinéma et chanson pour enseigner le français autrement, Paris, Delagrave

Gordienko Nadine (2008), Formation des professeurs en France et en Russie, Lille, Atelier national de reproduction des thèses

Gourvennec Ludovic (2011), Pour une théorisation des utilisations de la chanson en classe de langue : genres, contextes et publics : contribution à une définition de la chanson en tant que genre et perspectives méthodologiques / Ludovic Gourvennec ; sous la direction de Marie-Jo Berchoud et de Jean-Jacques Richer

Richer Jean-Jacques (2014), Les genres de discours : un concept émergent en didactique du F.L.E, Colloque de l’institut de Touraine

Schaeffer Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire, Paris, Seuil.

Schön, Daniele, Maud Boyer, Sylvain Moreno, Mireille Besson, Isabelle Peretz & Régine Kolinsky (2008), Songs as an aid for language acquisition, Cognition, vol. 106, no 2, pp. 975-983 an aid for language acquisition, Cognition, vol. 106, no 2, pp. 975-983