Archives par mot-clé : anthropologie

*Qui est l’être qui, le matin, marche à quatre pattes, le midi sur deux pattes, et le soir sur trois?

Qui dit Didactique des langues dit Sciences humaines  et qui dit Sciences humaines dit HOMME !

Saviez-vous que ?

  • En Europe, la naissance commence à se médicaliser au 18ème siècle, période des Lumières.
  • L’espèce humaine est  celle qui produit le plus de larmes.
  • La forme de l’oreille est propre à chaque individu.
  • Le mot tatouage vient du tahitien tatau qui signifie les marques ou dessins tracés sur la peau humaine.

Moi non plus je ne savais pas jusqu’au moment où j’ai visité le musée de l’Homme. Le Musée d’ethnographie du Trocadéro avec Ernest Théodore Hamy et Armand Landrin à sa tête se crée en 1880. Et en 1882 le Musée de l’ethnographie du Trocadéro s’ouvre au public.

Paul Rivet sera le fondateur et le premier directeur du Musée de l’Homme; Savant mais aussi politique et militant, il s’engage notamment dans la lutte contre le racisme et dans la résistance à l’occupant allemand.

Et maintenant il me reste de vous souhaiter une bonne lecture et j’espère une bonne visite éventuellement !

Photo prise par moi.
L’entrée au musée de  l’homme.

Nous sommes tous uniques. Nous sommes tous les héritiers d’un patrimoine génétique et culturel qui nous est propre. Tous différents, nous appartenons pourtant à la même espèce, l’espèce humaine, apparue en Afrique; il y a environ 200 000 ans.

Nous constituons tous, ensemble, une minuscule branche de l’arbre du vivant: 8,5 millions d’autres espèces, issues d’une longue évolution, nous entourent. Notre espèce a pourtant un rôle particulier, car nous transformons notre environnement au point d’influencer notre évolution et celle des autres espèces vivantes.

Revenons à nous, à vous…

Pourquoi sommes-nous les seuls à étudier notre histoire, à imaginer notre avenir, à visiter des musées ? Qu’avons-nous de si différent?

Tous parents, tous différents

Tous les êtres humains appartiennent à la même espèce: nous sommes tous interféconds. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

Nos différences physiques, parfois très visibles, s’ancrent en fait dans une toute petite partie de notre patrimoine génétique. Elles résultent de l’adaptation physiologique progressive de notre espèce à des milieux variés et contrastés, mais aussi du hasard et de nos modes de vie, depuis notre naissance en Afrique il y a environ 200 000 ans jusqu’à nos jours.

«L’Homme porte encore dans la structure de son corps le sceau indélébile de son humble origine» Charles Darwin

2015-11-29 11.14.06
Tous parents tous différents. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

32 dents et pas une de plus, des ongles plats et non des griffes, un coccyx et pas de queue… nous sommes faits de chair et d’os.

Mais existe-il vraiment un trait anatomique spécifique à l’Homme?

Nous partageons beaucoup plus de caractères morphologiques que nous ne le pensons avec les Primates et la plupart des autres Mammifères. Car le corps humain n’est pas apparu tel quel un beau jour ! Nous sommes le fruit d’une longue histoire évolutive qui nous a peu à peu différenciés d’autres espèces, sans effacer en nous les traces de cette filiation. Les premières Mammifères, il y a 150 millions d’années, avaient 52 dents. Au cours de leur évolution, vers 32 millions d’années avant notre ère, ce chiffre s’est abaissé à 32 dents.

L’Homme est le seul Primate exclusivement bipède, et le seul à pouvoir marcher et courir sur de longues distances. Ce mode de locomotion a entraîné un développement significatif des muscles fessiers, ce qui fit dire à Buffon  que ‘les fesses n’appartiennent qu’a l’espèce humaine’.

La taille de notre cerveau a triplé en 3 millions d’années. Le cortex, la fameuse matière grise, a multiplié les replis pour pouvoir se loger dans le crâne. C’est ainsi que se sont développées les aires de la conscience de soi, de la perception de l’espace, ou encore du langage.

2015-11-29 11.12.09

Constitué de 100 milliards de neurones, chacun doté de 1000 à 10000 connexions le cerveau est en activité permanente, et fonctionne à  100 pour cent de ses capacités.

À  la recherche du «propre» de l’Homme?

Qu’est-ce qui différencie l’Homme des autres espèces animales?

Au fil des siècles, philosophes, naturalistes et anthropologues ont avancé plusieurs réponses à cette question fondamentale.

En Occident, on a longtemps considéré le fait de se tenir debout sur deux jambes comme «le» critère décisif de notre supériorité sur les autres animaux. La bipédie est alors presque devenue synonyme, de condition humaine, symbolisant l’union avec le domaine des dieux et l’abandon de la condition animale…

L’Homme, une créature nue marchante sur deux jambes?

En réponse à la définition de l’Homme donnée par le philosophe Platon (428 à 347 avant notre ère), son contemporain Diogène le Cynique se promena dans Athènes un coq plumé à la main, en déclarant «Voici l’Homme de Platon!».

Cette anecdote rappelle que la volonté de définir l’être humain puise son origine dans la Grèce antique, qui a en grande partie inspiré la pensée et la science occidentale. Elle démontre aussi combien il est impossible de définir l’Homme sur un seul et unique critère!

Un corps inscrit dans le vivant

« Il n’y a pas de plus grand mystère au monde me semble-t-il, que l’existence des sexes. » Charles Darwin 1860

Comme celle de la plupart des plantes et des animaux, notre reproduction est sexuée: nous sommes issus de la rencontre entre deux cellules reproductives, l’une femelle et l’autre mâle. Certains traits ou comportements nous sont plus spécifiques. Ainsi, contrairement aux individus mâles et femelles de certaines autres espèces, qui peuvent présenter des différences morphologiques ou comportementales très importantes, les femmes et les hommes ont une morphologie en réalité très semblable.

Un corps investi par les cultures

«La condition humaine est corporelle. …C’est par lui que nous sommes nommés, reconnus, singularisés et identifiés a une appartenance sociale» David le Breton

Si notre morphologie résulte essentiellement de l’évolution, notre apparence est aussi le fruit de notre environnement familial et social. Car le corps humain n’est jamais nu. Dans toutes les sociétés, les individus façonnent ou ornent certaines parties de leur corps -ce de la tête aux pieds. À la fois intime et personnel, notre corps reflète la construction de notre identité, faite d’empreintes qui signent notre apparence-souhaitée ou imposée -à un genre, un groupe ou une société donnée.

Comme maître et possesseur de la nature

Au 17ème siècle, en Europe, se développe la vision d’un Homme supérieur à la nature, capable de la maîtriser par la connaissance qu’il en a. Au 19ème siècle, nous découvrons avec Darwin, notre place dans le continuum, qui unit l’ensemble des espèces. Aujourd’hui, la conscience de nos devoirs vis à vis du vivant nous amène à penser sous un jour nouveau les liens qui nous unissent aux non-humains.

Se situer dans un héritage

Chacun d’entre nous appartient à une société construite sur des valeurs communes. Ce «vivre ensemble» repose sur des figures fondatrices, supports de l’identité du groupe, qui assurent sa pérennité et sa prospérité -et en lesquelles tous se reconnaissent.

C’est le cas des ancêtres, esprits, divinités, ou personnages allégoriques, dont le culte est transmis de génération en génération. Réels ou imaginaires, ils assurent la cohésion du corps social-ici comme ailleurs.

On ne naît pas homme ou femme, on le devient

Les différences biologiques entre les sexes sont marquées socialement. Être une femme ou un homme, ce n’est ni une simple donnée naturelle qui serait indépendante des cultures, ni une construction seulement sociale indépendante des conditions biologiques. Dans touts les sociétés, la vie sexuelle faite de désirs, de plaisirs ou de reproduction, est soumise à des normes, des règles et des interdits. Dans la majorité d’entre elles, cela occasionne des inégalités entre femmes et hommes.

Le corps humain, entre nature et culture 

Notre corps est le fruit de deux temporalités qui s’entremêlent : celle de l’histoire évolutive du vivant et celle de l’histoire culturelle des sociétés humaines.

Comme chez les autres espèces, chaque cellule de notre organisme contient des molécules d’ADN qui, notamment, déterminent notre morphologie. Notre apparence, elle, est aussi façonnée par nos modes de vie et notre environnement familial ou social. Au carrefour de la nature et de la culture, interface entre nous et les autres, notre corps reste mystérieux.

1001 façons de penser le monde

Les êtres humains regroupent en catégories les éléments du monde, les choses, les êtres qu’ils soient visibles ou invisibles.

En fonction de notre histoire et de notre culture, nous avons élaboré des systèmes de représentation du monde, qui reposent sur notre conception de l’origine de l’Univers, des êtres qui le peuplent et de la place que nous y tenons. Ainsi, la « nature » telle qu’elle est perçue en Europe n’est pas universelle. Et la définition de l’Homme par opposition aux autres espèces est notamment étrangère à bien des peuples.

Un être de chair ? 

Notre corps est issu de l’évolution. Nous partageons une partie de notre ADN avec l’ensemble du monde du vivant.

Un être des liens ? 

L’Homme n’existe pas seul : nous ne pouvons pas vivre sans les autres. Notre espèce est extrêmement sociale : l’amour, l’échange et la transmission sont vitaux pour notre développement.

Les liens qui nous attachent aux autres s’enracinent dans notre cerveau, véritable passerelle entre nous et nos semblables. Ils se sont transformés en force pour notre espèce -composée actuellement de sept milliards d’individus -, structurée en familles et sociétés d’une grande diversité. Chacun de nous est éduqué pour faire partie d’un groupe dont il apprend les règles par imprégnation et par transmission. Individus, groupes ou sociétés se distinguent les uns des autres par un double phénomène : se reconnaître entre soi et se démarquer des autres.

Un être de parole?

À partir d’une même capacité à parler, qui repose sur des éléments neuropsychologiques et anatomiques, les êtres humains ont développé au cours de leurs longue histoire une profusion de langues, témoignant de la diversité culturelle au sein de l’unité biologique de notre espèce.

Quelques faits :

-Une langue sur deux n’est pas écrite.

-Chaque langue est adaptée a la société qui la parle.

-Un enfant peut apprendre à parler parfaitement n’importe quelle langue, un adulte non.

Quand les mots font la différence 

Le langage a longtemps servi de critère pour distinguer l’Homme de l’animal, reléguant ce dernier au rang de « bête ».

Au sein de l’humanité, ce critère peut aussi servir d’arme pour ériger des frontières : nous considérons souvent comme inférieurs ceux qui ne partagent pas notre langage et la culture qu’il véhicule, et valorisons ainsi notre propre communauté. Où l’on voit que l’ethnocentrisme est bel et bien la chose du monde la mieux partagée !

« L’humanité est un tout indivisible, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps » Paul Rivet, 1948

*L’énigme de Sphinx  à Œdipe. Bien évidemment la réponse est l’Homme!

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Deuxième séance du cercle d’étude “Langage”

Cercle « Langage : apprentissages langagiers »

Ouvrage et revue à l’étude :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, « Tel », 1966.

Le Français aujourd’hui n° 174 (« Penser à l’écrit »), septembre 2011.

Parrainage :

Jacques David (Centre de recherche textes et francophonies – EA 1392,  Université de Cergy-Pontoise ; rédacteur en chef de la revue Le Français aujourd’hui)

Animateurs : Serge Martin et Dominique Lefebvre

Dates du cercle : 17 octobre (17-20) ; 21 novembre (14-17) ; 27 mars (14-17) et 10 avril (17-20).

Deuxième séance : mercredi 21 novembre 2012 de 14h. à 17h.

La séance du cercle d’étude se déroule en deux moments principaux : on reprend la lecture de l’article de Jacques David et Sandrine Fraquet dans Le Français aujourd’hui puis lecture des p. 25-31 des PLGI pour ouvrir un débat sur la notion de « fonction ».

1.      On lit successivement les deux textes.

a.      réaliser un glossaire parallèle pour l’un et pour l’autre

b.     penser à ce qui analogiquement pourrait s’engager pour chacun dans ses propres recherches : les notions clés à conceptualiser et les matériaux à récolter-observer.

2.      Ouvrir une controverse autour de la notion de fonction de l’écrit

a.      y a-t-il un danger à associer facilement fonction et signal ;

b.     peut-on séparer pensée, langage et société (p. 27 en bas) autrement que pour les besoins de la démonstration mais pas dans l’activité d’apprentissage, dans la connaissance, dans la vie ?

Les étudiants présents (et absents) peuvent réaliser des billets en particulier pour développer un glossaire (avec citations précises) sur l’écriture mais également toutes les autres notions abordées et les relier à d’autres propositions prises dans leurs lectures pour leur projet de recherche.

____

Lecture de l’article de Benveniste, “Coup d’oeil sur le développement de la linguistique” (1963). Après un survol de la première partie de l’article  consacrée à la notion de forme linguistique, on lit de près la seconde partie consacrée à celle de fonction (p. 24-31).

L’intérêt de cette lecture est double:

l’écriture et donc la méthode de recherche de Benveniste;

la problématisation de la notion de “fonction linguistique”.

Benveniste a une écriture d’une très grande clarté qui toutefois construit une méthodologie d’une grande complexité.

Après avoir posé une hypothèse qui à la fois semble partir du bon sens (ou sens commun) linguistique et tout de suite transformer ce dernier en un immense problème anthropologique, Benveniste voit “surgir de graves problèmes”, c’est-à-dire des objections qu’il va lever progressivement pour aboutir à une reformulation de la problématique première. On peut résumer ainsi ce premier saut ou déplacement épistémologique où Benveniste passe d’un registre philosophique à un registre anthropologique :

1. Le langage re-produit la réalité

=> proposition intermédiaire : Le langage reproduit le monde mais en le soumettant à son organisation propre, laquelle est intersubjective

2. C’est dans et par la langue qu’individu et société se déterminent mutuellement.

Le second moment du texte va ouvrir une reproblématisation qui s’appuie sur une dissociation notionnelle entre symbole et signal puis par une analogie forte entre pensée et langage conduisant Benveniste à définir le langage sur deux plans : physique et immatériel, le langage offre le modèle d’une structure relationnelle entre une langue et une culture, entre un sujet et un autre sujet.

De cette médiation relationnelle, Benveniste tire la conséquence essentielle à une dernière problématisation : une telle expérience fait du langage le fondement de la société (dimension anthropologique) et de la langue-culture la situation toujours multiple de ces expériences (dimension historique).

Benveniste conclut par une ouverture du problème en demandant de nouvelles recherches vers “une véritable science de la culture”.

Ce texte est d’une grande densité mais il nous montre que d’une part, la notion de fonction ne peut être réduite à un instrumentalisme simplificateur réduisant langage et langue à un outil quand ils demandent une anthropologie et une histoire, et, d’autre part, que cette notion ouvre à une réflexion très riche sur ce qu’on appelle maintenant la littéracie qu’il ne faudrait pas non plus réduire à un domaine d’activités humaines séparées des autres.

Il nous faudra observer plus tard dans le cercle d’étude comment Benveniste continue une telle démarche jusque dans des problèmes apparemment plus techniques et nous nous promettons d’observer de près, par exemple, ce qu’il fait avec des notions courantes et techniques comme celles des pronoms.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus