Archives par mot-clé : 11 mars 2015

Retour sur les soutenances du 11 mars 2015

Ces soutenances de mi-parcours nous ont permis de partager l’avancée de notre recherche avec notre petite communauté de futurs chercheurs, mais il ne s’agissait pas de simplement exposer notre question de recherche ou de démontrer notre progression, mais il s’agissait surtout d’échanger et de partager avec les membres avec qui nous faisions équipe. C’est d’ailleurs le partage des connaissances acquises, mais aussi des difficultés et de notre vécu en tant que chercheur/rédacteur de mémoire qui a contribué à rendre cette expérience enrichissante pour tous.

 

Je vous ferai donc part de la neuvième et dernière équipe à avoir présenté l’état de sa recherche cette journée-là. Le groupe était composé de trois personnes, soit de Tarak Khourta, dont le sujet portait sur l’articulation des pratiques langagières et des politiques linguistiques en Algérie, de Marine Robaut-Guyen traitant des « Langues kanakes et le français : langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie » ainsi que de Gulzhana Salimgereeva dont la recherche porte le nom de « La politique linguistique en Russie : le rôle et la place du français dans le système éducatif russe ». Ce qui semble unir ces trois sujets, plus que la simple présence de la question linguistique de la langue française, bien qu’elle soit contextualisée différemment, est aussi l’importante analyse historique qui en découlera. En effet, pour les deux premiers sujets il y aura rapprochement nécessaire entre les politiques linguistiques et éducatives en présence et les évènements historiques ainsi que sociolinguistiques depuis l’arrivée du français sur les deux territoires en raison de la colonisation. En ce qui concerne le dernier sujet, son implication se situe davantage en ce qui concerne l’histoire de la langue française, et plus précisément, de son prestige et de l’impact de cette histoire sur l’enseignement du français en Russie.

 

Il était très intéressant de les entendre parler de leur sujet et d’avoir la possibilité d’entrer dans leur univers de recherche et de décrocher, momentanément, du mien. Toutefois, c’est surtout la discussion qui est survenue à la toute fin de leurs présentations respectives qui m’a permis de relier leur expérience à la mienne et ainsi l’enrichir. L’élément clé qui a engendré une réflexion pour tous les gens présents est la question du choix des mots. Il s’agit d’un aspect que je trouvais presque anodin, même si la langue est au cœur de notre réflexion, nous oublions parfois, surtout en contexte de recherche dans lequel nous jonglons avec de nombreuses notions et concepts assez abstraits, l’importance de l’exactitude des termes choisis. Tout ne peut pas être synonyme, ici ce fut langue et langage qui furent confondus, ce qui créa un court débat. Toutefois, j’ai effectué le même genre de maladresse plus tôt dans la journée en utilisant concept plutôt que notion. Il m’est donc apparu important de prendre le temps de vérifier les termes utilisés, les notions et les concepts que je vais évoquer. Ce travail minutieux vaudra assurément le temps et l’effort investis puisqu’il permet de rendre le travail de recherche plus fiable, plus crédible, donc plus probant. Avec le temps passé en cours de linguistique et de didactique, certains termes deviennent comme une deuxième nature, nous les utilisons et nous n’y réfléchissons plus et cela peut devenir un piège pour les chercheurs que nous aimerions devenir. Il est donc important d’y porter une attention spéciale lors de la rédaction et, surtout, lorsque nous discutons de notre sujet.