Entre l’AC et la PA: continuités ou ruptures?

En ce qui concerne la question de continuité ou de rupture entre la perspective actionnelle et l’approche communicative, c’est un sujet qui fait encore l’objet de nombreux débats chez les didacticiens. Les chercheurs allemands « ne découvrent pas une nouvelle étape pour la didactique des langues dans le Cadre » (Friederike Delouis, 2008 : 30). Quant aux didacticiens français, malgré qu’ils considèrent le Cadre comme le document fondateur de la perspective actionnelle qui a amorcé une nouvelle orientation et une révolution dans la Continuer la lecture de Entre l’AC et la PA: continuités ou ruptures?

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

l’enseignement du français et les politiques linguistiques en Chine

Le développement de l’enseignement des langues étrangères a un lien étroit avec les politiques linguistique de l’État. Et les politiques linguistiques de l’État varient en fonction des besoins de l’État dans les époques différentes. Pour mieux connaître le développement de l’enseignement des langues étrangères, il vaut mieux parcourir l’histoire et remonter en arrière les politiques linguistiques au cours de son développement. L’enseignement du français en Chine a déjà passé plus de 160 ans, pendant cette période, on trouve quelques politiques linguistiques qui ont exercé de grandes influences sur son développement, et certaines politiques pourraient laisser même des traces jusqu’à aujourd’hui ou bien au moins nous aide à mieux comprendre son état actuel. Dans cet article, j’essaie de présenter quelques politiques linguistiques importantes pour l’enseignement du français avec les contextes afin de mieux comprendre l’histoire de l’enseignement du français en Chine.

Après la Première Guerre de l’Opium, comme la Chine a été envahie par les pays occidentaux, les Chinois ont éprouvé un sentiment de haine pour les langues que parlent des Occidentaux. Mais au fur et à mesure, avec les pressions étrangères sur la Chine qui s’aggravaient, les intellectuels chinois se sont rendu compte petit à petit que le système de pensée et le régime politique de la Chine étaient anciens et en arrière. Vers la fin du 19e siècle, certains intellectuels ont fait la réforme de Wuxu, ce qui a apporté de nouvelles idées au peuple chinois. La Chine a commencé à ouvrir sa porte au monde. Et il faut aussi mentionner que pendant cette période les lettrés chinois qui sont éveillés par la Première Guerre de l’Opium ont commencé à apprendre les langues étrangères afin d’apprendre les sciences et les technologies avancées des pays occidentaux. En un mot, avec l’ouverture approfondie de la société chinoise, on a éprouvé le besoin d’apprendre les langues étrangères. La Chine a commencé d’adopter les méthodes avancées des pays étrangers et l’État a publié des politiques qui favorisent l’enseignement des langues étrangères.

C’est dans ce contexte que le régime éducatif des années Renyin a vu le jour. Le régime éducatif des années Renyin publié par la Cour des Qing en 1902 est le premier régime éducatif officiel dans l’histoire de l’enseignement moderne de la Chine. On l’appelle Renyin parce que selon le calendrier lunaire chinois, l’année de la publication de ce régime est Renyin. Ce régime, en imitant le régime japonais, a prévu d’établir sept ke (le ke ici est comme ce qu’on appelle aujourd’hui la faculté dans les établissements supérieurs), et la branche (la branche ici est comme ce qu’on appelle aujourd’hui le département dans les facultés) d’études des langues étrangères avec les autres branches comme les études de l’histoire ont été classées sous la faculté de sciences humaines. Mais finalement, la Cour des Qing n’a pas appliqué ce régime en disant que ce régime n’était pas complet.

En 1903, basée sur ce régime, la Cour des Qing a lancé le Régime éducatif des années guimao. Ce régime est établi sous le principe de « le savoir chinois comme fondement et le savoir occidental comme moyen ». Avec ce régime en introduit le concept de disciplinarisation occidentale, on a établi neuf disciplines de l’étude des langues étrangères sous la faculté de sciences humaines. parmi ces neuf disciplines s’est trouvé la discipline de la littérature française, de la littérature anglaise, la littérature russe et la littérature japonaise, etc. Et selon Le Rapport adressé à Votre Majesté portant règlements des établissements secondaires publiés le 13 janvier 1904, « le but essentiel de l’apprentissage des langues étrangères est de bien maîtriser l’usage courant des langues orientales, anglaise, russe, française et allemande, en particulier celui de l’anglais et de la langue orientale, de sorte à être en mesure de la/les pratiquer en cas de besoin, et d’élargir les savoirs à l’aide de ces langues ». Ce régime a été mis en vigueur dès 1904 jusqu’à la chute de la Cour des Qing en 1911, et il a exercé une grande influence sur l’établissement des régimes éducatifs suivants. Et il est intéressant de voir que depuis les années trente, dans la plupart des universités, les départements des langues étrangères appartiennent à la faculté de la littérature.

En 1912, le gouvernement républicain qui est le gouvernement central provisoire succédant à la Cour des Qing a été fondé. Et à partir de cette année, c’est le régime éducatif des années Renzi-guichou lancé par ce gouvernement qui a été mis en vigueur.

Selon ce régime, au niveau secondaire en matière d’enseignement des langues, « L’essentiel de [l’apprentissage des] langues étrangères consiste à posséder sans entraves les langues étrangères de type courant, à acquérir la compétence de mettre en application les savoirs acquis en la matière, puis à travers là, à élargir les connaissances », il faut aussi mentionner que les instructions pédagogiques détaillées ont été établies et imposées pour assurer la réalisation de but.

Au niveau de l’enseignement secondaire, le français est enseigné en tant que langue étrangère avec les autres langues comme le russe, le japonais, l’allemand et l’anglais. Le cours de français est inclus dans le programme et proposé aux élèves. Au niveau de l’enseignement supérieur, le cours de français est enseigné comme cours optionnels dans beaucoup d’universités publiques chinoises « avec un volume d’heures assez considérable, en général de 6 à 9 heures par semaine selon les types d’établissements. Deux universités, l’Université l’Aurore (1905) et l’Université nationale de Pékin (l’ancienne Université impériale de Pékin rebaptisée en 1912), dispensent les cours de français soit comme langue d’enseignement privilégiée soit aux étudiants spécialisés en langue. »

Mais avec la fondation de la République populaire de Chine en 1949, le contexte de la Chine a changé, ce qui a entraîné les changements dans les politiques linguistiques. En effet, la période entre la fondation de République populaire de Chine jusqu’à la fin de la Révolution culturelle est marquée par les luttes politiques et idéologiques plus ou moins, ce qui a exercé une forte influence directe sur l’enseignement des langues étrangères.

Après la fondation de la République populaire de Chine, la Chine, en tant que pays socialiste se trouvait dans un état d’isolement avec son jeune pouvoir communiste face aux pays du camp « capitaliste » comme les États-Unis. Et elle est entrée vite en bonne relation avec l’Union soviétique qui est un des rares pouvoirs communistes chinois. Elle a tellement apprécié son frère l’Union soviétique alors qu’elle a pris le modèle soviétique dans beaucoup de secteurs. Et on a chassé presque toutes les autres forces étrangères pour garder l’indépendance et l’autonomie du pays.

Cela s’explique peut-être pourquoi, selon la « Circulaire portant sur l’enseignement secondaire des langues étrangères à compter de l’automne 1954 », tout l’enseignement de langues étrangères a été supprimé au collège sauf celui de russe. Quant à l’enseignement du français, dans les établissements primaires et secondaires, il a été complètement supprimé, et au niveau supérieur, il n’est resté que trois établissements supérieurs où le français est encore enseigné, et ces trois établissements sont l’Université de Nankin, l’Université de Pékin et l’Institut des Langues étrangères de Pékin (Université des Langues étrangères de Pékin d’aujourd’hui).

Après la rupture des relations amicales sino-soviétiques dans les années 60, la Chine qui a compté de chercher de nouveaux partenaires est entrée dans la « vague d’établissement des relations
diplomatiques ». Pendant cette période, elle a établi les relations diplomatiques avec plusieurs pays en Afrique. Et c’est aussi pendant cette période que la France et la Chine ont établi les relations diplomatiques. Quant à l’intérieur du pays, on a commencé de réviser les problèmes de Le Grand Bond en avant (1958-1960). L’enseignement des autres langues que le russe jouit de ce développement diplomatique pour connaître un essor rapide pendant cette période.

La « Circulaire de 1956 portant sur l’enseignement des langues étrangères dans les écoles secondaires » publiées le 10 juillet 1956 qui a remis l’enseignement d’anglais dans les établissements secondaires, mais le français n’a été toujours pas autorisé au niveau secondaire. Heureusement, au niveau supérieur, l’enseignement de français a quand même développé. Le nombre des établissements supérieur a augmenté jusqu’à cinq à la fin de 1956.

Et c’est aussi en 1956 que le premier programme national de l’enseignement du français qui est le Programme de l’enseignement du français langue moderne. Ce programme a été rédigé par un groupe d’expertise de français à la demande du ministère de l’Éducation supérieure, et il concerne l’enseignement du français comme spécialité dans les universités. Il a servi comme référence à l’enseignement du français comme spécialité dans les universités, et a permis de standardiser l’ensemble des activités pédagogiques du français à l’échelon national. Il est vrai que ce programme est un grand progrès dans l’enseignement du français en Chine, mais il est aussi marqué par une couleur politique et idéologique qu’on peut voir directement en lisant le programme. On peut citer une partie du programme pour la montrer.

« La langue est un outil de lutte et de développement de la société. Conformément à ce principe, le
présent programme est élaboré de manière à dispenser un enseignement des langues étrangères
favorable à la construction de l’idéologie socialiste dans notre patrie. À cette fin, à toutes étapes
de l’enseignement, sont valorisés les pensées communistes, le patriotisme et l’internationalisme,
et les idées capitalistes corrompues sont constamment critiquées selon les positions, opinions et
méthodes du marxisme-léninisme.

Avec l’essor diplomatique, le gouvernement a montré un grand intérêt à l’enseignement des langues étrangères. Ce qui est remarquable est sans doute « Le plan septennal pour l’enseignement des langues étrangères » publié en 1964 par le ministère de l’Éducation. Selon le plan, l’anglais est défini comme première langue étrangère. C’est la première fois de l’anglais comme la première langue étrangère dans un document officiel. En plus, on a compté d’augmenter le nombre des étudiants qui apprennent l’anglais largement, et d’augmenter en même temps le nombre des étudiants qui apprennent le français, l’espagnole, l’arabe, le japonais et l’allemand convenablement. Le plan a aussi mentionné de recruter les professeurs étrangers, d’envoyer les étudiants aller à l’étranger pour faire leurs études et apprendre les langues étrangères. Mais malheureusement ce projet a été interrompu par la Révolution culturelle.

La réunion nationale de travail des instituts et départements dispensant un
enseignement supérieur des langues étrangères qui s’est tenue le 22 juin au 6 juillet 1965 a aussi contribué à la croissance de l’enseignement des langues étrangères, même si elle est aussi marquée par une couleur politique et idéologique comme les autres documents publiés pendant la période entre la fondation de République populaire de Chine jusqu’à la fin de la Révolution culturelle.

Selon la réunion
« –à l’heure actuelle, les instituts et départements dispensant un enseignement supérieur des langues étrangères doivent se fixer comme tâche principale de former des cadres capables d’effectuer la traduction dans les affaires étrangères et des enseignants pour les institutions d’enseignement supérieur et secondaire.
– Les institutions concernées doivent faire de leurs étudiants des révolutionnaires qui peuvent
servir de relais à la cause de la révolution prolétarienne et contribuer à l’entreprise de la
révolution en Chine et dans le monde ; les étudiants doivent suivre un entraînement strict sur les habiletés de base pour réaliser un développement général des capacités à écouter, parler, lire,
écrire et traduire, tout en possédant une langue chinoise satisfaisante qui leur permet de
s’exprimer avec aisance ; ils doivent connaître les généralités sur les pays où se parlent la/les
langues cibles de leur apprentissage, tel que les circonstances actuelles, l’histoire, la
géographie, les us et coutumes, possédant des connaissances de base qui leur permettront
d’exercer leur future profession. À cette fin, il est nécessaire de traiter correctement le rapport
entre la double fin d’être rouge et d’être expert, entre les aptitudes politiques et professionnelles :
d’un côté, ce qui est primordial, c’est de résoudre le problème de motivation de l’apprentissage
des étudiants, c’est-à-dire qu’il leur faut adopter l’idée d’étudier pour la cause révolutionnaire, ce
qui constitue le point de départ de tout l’enseignement/apprentissage ; et de l’autre côté, pour
réaliser cette finalité, il faut se mobiliser et passer à l’action. Les enseignants doivent aider les
étudiants à acquérir une langue étrangère pure pour qu’ils puissent, à l’aide de celle-ci, répandre hors du pays la pensée de Mao Zedong et nos expériences acquises par nous dans la révolution et l’édification sociale, et dans le sens inverse, introduire les usages d’autres pays qui pourraient enrichir la politique de la classe des prolétaires. »

Pendant la période s’étendant de 1956 à 1965, comme on vient de voir, même si l’enseignement du français qui toujours marqué par la couleur politique et idéologique, il a beaucoup bénéficié de la révision des politiques linguistiques de l’État a beaucoup développé en Chine.

Ce qui marque vraiment l’essor de l’enseignement du français en Chine est peut-être la rédaction d’un nouveau programme national pour l’enseignement supérieur du français
spécialisé, le Curriculum national pour l’enseignement supérieur du français première langue étrangère (niveau fondamental) publiée en 1988. Et le curriculum national pour l’enseignement supérieur du français du français première langue étrangère (niveau avancé) en 1997 l’a complété.
On peut dire que ces deux curriculums ont enlevé la couleur politique et idéologique et nous a amenés dans une nouvelle époque, qui est l’époque internationale.Jusqu’à aujourd’hui, l’enseignement du français comme spécialité dans les universités fait référence à ces deux curriculums : le Curriculum national pour l’enseignement supérieur du français première langue étrangère (niveau fondamental) sont pour les étudiants en première année et en deuxième année, tandis que le curriculum national pour l’enseignement supérieur du français du français première langue étrangère (niveau avancé) sont pour les étudiants en troisièmes années et en quatrièmes années. Et ces deux curriculums sont les seuls documents à l’échelon national pour l’enseignement du français comme spécialité dans les universités en Chine.

En effet, même si aujourd’hui l’enseignement de langues étrangères se développe à grande vitesse en Chine, sous l’influence de l’histoire de l’enseignement de langues étrangères et l’utilisation étendue de l’anglais, l’anglais se trouve toujours au premier rang parmi toutes les langues étrangères. Cela explique peut-être pourquoi dans les discours officiels, souvent les langues étrangères se réfèrent à l’anglais et que le français, le japonais et les autres langues sont souvent appelés les langues « mineures ». Pourtant on remarque aussi que le français occupe une place de plus en plus importante en Chine. Un bon exemple est que le cours de français est inclus dans le programme au niveau secondaire dès 2018 en Chine. On dit souvent qu’il faut bien connaître l’histoire pour mieux orienter vers le futur. J’espère qu’un parcours des politiques linguistiques au travers l’histoire du développement de l’enseignement du français pourrait nous aider à mieux préparer au futur.

Bibliographie :

FU Ke, Histoire de l’enseignement des langues étrangères en Chine, Shanghai : Presse de l’Éduction des Langues étrangères de Shanghai, 1986.

Chuansong, XU Baofa,Histoire contemporaine de l’enseignement des langues étrangères
en Chine,Shanghai : Presse de l’Éducation des Langues étrangères de Shanghai, 2006.
QU Xingui, TANG Liangyan, Recueil des documents historiques sur l’histoire de l’éducation
dans la Chine contemporaine – évolution des régimes scolaires, Shanghai : Presse de
l’Éducation de Shanghai, 2007.
HU Wenzhong, «60 ans de l’éducation des langues étrangères en Chine nouvelle : Exploits et
Défauts », Recherche etEnseignement des Langues étrangères, no 3, vol. 41, mai 2009
Yan Xu. Histoire des m´ethodologies de l’enseignement du fran¸cais en Chine (1850-2010). Linguistique. Universit´e Nice Sophia Antipolis, 2014. Fran¸cais.

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

LA THEORIE LINGUISTIQUE CONTRASTIVE ET LA REDACTION DES MANUELS

On constate que l’analyse contrastive nous permet de mieux connaître les similitudes et les différences entre deux langues, cela nous donne la réflexion sur la rédaction des manuels et des exercices grammaticales. Les manuels seront-ils beaucoup plus pratiques et plus efficaces s’ils sont rédigés d’après la théorie linguistique contrastive ?

Continuer la lecture de LA THEORIE LINGUISTIQUE CONTRASTIVE ET LA REDACTION DES MANUELS

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, Bibliographie #2

Pour rédiger mon mémoire « Faire du cinéma en classe de français langue étrangère pour l’enseignement et l’apprentissage d’une langue-culture : De l’éducation à l’image aux pratiques langagières », j’ai dû toucher du doigt plusieurs notions. Les plus importantes, à savoir surtout, le cinéma, l’émotion, la langue, la culture, l’interculturel, la pédagogie de projet et la didactique de manière très générale, se mélangent  dans ma bibliographie. J’ai décidé, pour publier cette seconde (et très certainement dernière) bibliographie sur ce site, d’y remettre un peu d’ordre :

Cinéma

BAZIN A. (1985), Qu’est ce que le cinéma ? Paris, Les éditions du Cerf.
BERGALA A. (2002), L’hypothèse cinéma : Petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs, Paris, Cahiers du cinéma/essais.
BERGALA A. (2015) : La création cinéma, Liège, Yellow Now.
BEYLOT P. (2005) : Le récit audiovisuel, Paris, Armand Colin.
CHABROL C, (2004) : Comment faire un film ?, Paris, Payot & Rivages.
COMPTE C. (1989) : « L’image animée dans l’apprentissage du français langue étrangère », Langue française n° 83, Paris, Larousse, pp. 32-50.

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, Bibliographie #2

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Hors sujet d’actualité : Le FLE sur la Croisette

Il est malheureusement (presque) impossible d’emmener sa classe de FLE au festival de Cannes, car les accréditations cinéphiles scolaires sont réservées aux lycéens de plus de seize ans. En revanche, il est tout à fait possible de téléporter le festival de Cannes à Paris (avec les reprises des films dans différents cinémas comme exemple le Forum des Images, la Cinémathèque et le Gaumont Opéra), et encore mieux : directement dans la classe de FLE…

Quelques pistes pour faire découvrir le festival en classe

Les possibilités sont nombreuses, en vrac :

Continuer la lecture de Hors sujet d’actualité : Le FLE sur la Croisette

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

État des lieux d’une fin de recherche

Où j’en suis/Où je vais : Résumé

Dans la première partie de mon mémoire « Montrer un film en classe de FLE », j’essaie surtout de répondre à la question suivante : Pourquoi le cinéma ? (Pourquoi le cinéma plus qu’un autre support ?). Pour justifier, si l’on veut, mon choix de privilégier l’introduction du cinéma dans les cours de FLE, plutôt que la littérature ou la photo par exemple. J’y réponds un peu comme si mon mémoire allait être lu par des enseignants, encore douteux, à la recherche de repères quant à l’utilisation du cinéma. Pour ce faire, je m’appuie sur quelques des ouvrages de ma bibliographie ainsi que sur les propos d’enseignants que j’ai recueillis par le biais d’un questionnaire d’enquête composé de douze questions.

Continuer la lecture de État des lieux d’une fin de recherche

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

De l’épigraphe

De l’épigraphe

 

Une épigraphe est une courte citation que l’on place généralement en tête d’un ouvrage, voire d’une partie ou d’un chapitre. Son insertion offre l’avantage d’interpeller d’emblée le lecteur, et de donner un aperçu de l’esprit général d’un texte. Toujours brève, volontiers incisive, l’épigraphe peut prendre la forme d’un proverbe, d’un vers, d’une simple phrase extraite d’un roman, etc.

Continuer la lecture de De l’épigraphe

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

L’ÉTAT ACTUEL DE MON PLAN DE MÉMOIRE : LA FIN EST PROCHE

A quelques jours de la fin de ma rédaction, voici l’état de mon plan de mémoire. Ce dernier changera surement encore lors de la correction finale, tout comme les différents titres qui le composent. Continuer la lecture de L’ÉTAT ACTUEL DE MON PLAN DE MÉMOIRE : LA FIN EST PROCHE

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

21e Rencontres Jeunes Chercheurs les 31 mai et 1er  juin 2018

Voici joint le programme pour les 21e Rencontres Jeunes Chercheurs qui auront lieu les 31 mai et 1er  juin 2018 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (ILPGA) au 19, rue des Bernardins – 75005 PARIS : RJC_Livret 2018

Le thème sélectionné cette année est le suivant: Des données à la théorie” en Sciences du Langage

Entrée libre ! Pour plus d’informations, consultez le site web : cliquez ici.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’enseignement de la grammaire au Royaume-Uni, une synthèse d’article

Mon mémoire portant sur l’écrit en FLE en Grande-Bretagne en première année universtaire, je me suis vite penchée sur l’enseignement de la grammaire dans ce pays. Voici ma synthèse et mon interprétation d’un texte traitant de ce sujet. 

Continuer la lecture de L’enseignement de la grammaire au Royaume-Uni, une synthèse d’article

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Un petit répertoire des manuels de littérature du FLE en Chine

Aujourd’hui, en Chine, la plupart des étudiants de langues préfèrent les cours utiles comme « français des affaires », et ils ne s’intéressent pas beaucoup au cours de littérature qui est plutôt considéré comme inutile. Et pour beaucoup d’étudiants, l’avantage de suivre le cours de littérature est de les aider à améliorer leur niveau de langue. Et même s’il y a beaucoup de recherches sur les manuels de fle, très peu sont sur les manuels de littérature française. Comme les manuels de littérature française utilisés en classe de FLE en Chine est mon sujet de mémoire, j’ai fait un peu de recherche et établi un petit répertoire de manuels. En effet, les manuels de littérature française utilisés en classe de FLE en Chine peuvent remonter jusqu’au début de 20 siècles, mais malheureusement certains manuels ont été perdus à l’époque. Ce petit répertoire n’est pas exhaustif, mais j’espère qu’il pourrait aider plus ou moins ceux qui y s’intéresse, et je l’actualiserai en ajoutant des nouveaux au cours de ma recherche. Si vous trouvez des nouveaux ou bien des erreurs, merci de me dire.

Prélections Exercices à l’usage des élèves chinois ; petits morceaux français avec texte
chinois en regard (法文摘本 Fawen zhaiben), P. TOSTEN Henri, Chang-hai : Imprimerie de
Imprimerie de T’ou-sè-wè, paru avant 1908..
1) L’original étant introuvable, le titre est évoqué dans les livres ou documents suivants :
«Imprimerie de T’ou-sè-wè. Chang-hai »(Cf. DEBESSE A., 1908)

Extraits des écrivains français (法文菁华 Fawen jinghua), Mgr. HAOUISÉE, A.,
Shanghai : T’ou-sè-wè, Chang-hai : Imprimerie de T’ou-sè-wè, 1ère édition parue aux
environs de 1908.
1) L’édition princeps reste encore inconnue. Le plus ancien document qui porte le titre du
livre que nous avons découvert est le « Programme des études » dans Chang-hai, Université
“l’Aurore” –上海震旦学院(1908-1909), p. 8 (AMAEEN, Fonds Shanghai, Série B, rose,
carton 72).
2) Un exemplaire de la 6e version de 1930 est conservé à la BML, fonds chinois, cote CH
14365

Morceaux choisis des auteurs français (法文观止 Fawen guanzhi), P. PIET Jean-Joseph,
Chang-hai : Imprimerie de T’ou-sè-wè, 1ère édition parue avant 1908.
1) La date de parution de la première édition est difficilement documentée. Mais le nom du
livre est déjà affiché dans le « Programme des études » dans Chang-hai, Université
“l’Aurore” –上海震旦学院(1908-1909), p. 8 (AMAEEN, Fonds Shanghai, Série B, rose,
carton 72) et «Imprimerie de T’ou-sè-wè. Chang-hai » (Cf. DEBESSE A., 1908, Voir Liste
I-article 8).
2) Un exemplaire de la 2e édition de 1909 est abrité à la BML, fonds chinois, cote CH 14366.

Initiation littéraire, Faguet, 1913
Premières lectures littéraires, M. Eugène Bauer, E. de Saint-Étienne, 1913
Lectures françaises modernes 70 morceaux choisis des grands écrivains (1. Degré
élémentaire) (近代法国文选 Jindai faguo wenxuan), annotés par RECLUS Jacques,
Shanghai : Librairie de Chine, 1932.
1) Conservé à la BML, fonds chinois, cote : SJ ZSI 01297.

Histoire de la littérature française, Li Huang, Zhonghuashuju, 1923
Histoire de la littérature française, H.etJ.Pauthier, traduit par Wang wei ke, Taidongtushuju, 1925
Histoire de la littérature française, Xu xiacun, Beixinshuju, 1930
Histoire de la littérature française, Mu Mutia, Shijieshuju, 1935
Histoire de la littérature française, WU Dayuan Pékin : Presse commerciale 1946
L’Anthologie de la littérature française, Huangjingzhi, zhongwaichubanshe, 1978
L’Anthologie de la littérature française, Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985
Histoire de la littérature française, Chen Zhenyao, linyi, wang erqing, Foreign Langue Teaching and Research Press, 1989
Histoire de la littérature française du Moyen Age au XVIIIème siècle, Pierre Brunel, traduit par Zheng kelu, 1997
Histoire de la littérature française : XIXe et XXe siècle, Pierre Brunel, traduit par Zheng kelu 1980
Histoire Condensée de la Littérature Française, Guo Linge, Presse commerciale, 2000
Littérature française, PLOQUIN Françoise, HERMELINE Laurent, ROLLAND Dominique Hachette Livre, traduit par Qian Peixin,Chen Wei, Shanghai Translation Publishing House, coll. « Outils », Shanghaï, 2000.
Anthologie de la littérature française, volume 1 et 2, Zhang Fang, Jing Ni, Foreign Langue Teaching and Research Press, 2000
Histoire concise de la Littérature Française, Wu yuetian, Shanghai Foreign Language Education Press, 2005 ;
Introduction à la littérature française : du moyen âge au XXème siècle, Xu Zhenhua, Shanghai Foreign Language Education Press, 2006
Anthologie de la littérature française du XXe siècle) , Li Zhiqing, Carine Trévisan, Beijing daxue chubanshe, 2007
BLONDEAU Nicole, Littérature progressive du français, niveau débutant, traduit par Qian Peixin,CLé International, traduit par Shanghai Translation Publishing House, 2012

Bibliographie:

Yan Xu. Histoire des m´ethodologies de l’enseignement du fran¸cais en Chine (1850-2010). Linguistique. Universit´e Nice Sophia Antipolis, 2014. Français

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

La bibliographie de ma première partie, une créature en devenir…

La bibliographie du mémoire de M2, mais où s’arrête-elle? Quand est-ce qu’elle est assez longue? Comment fait-on pour arrêter de tomber sur autant d’articles qu’on a envie de lire. On voudrait tous les lire mais c’est impossible. Alors vient le dur moment où parmi tous ces textes formidables, il va falloir trancher, faire tomber le couperet, sectionner une partie de la liste des articles et livres à lire  car l’échéance de la soutenance approche et les dernières semaines approchent vite. La sélection s’armorce alors douleureusement, adieu magnifique texte qui avait l’air si bien écrit mais qui ne colle pas assez à mon sujet, au revoir article passionnant que j’ai dû abandonner car il faisait plus de trente pages…. quelle frustration!

Continuer la lecture de La bibliographie de ma première partie, une créature en devenir…

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Tableaux comparatistes: Sanako Pronounce vs Rosetta Stone

J’ai eu la possibilité de tester deux méthodes de l’apprentissage de la prononciation en ligne Rosetta Stone et Sanako Pronounce. Mon but était de comparer les deux méthodes et d’analyser la possibilité de l’utilisation des logiciels de reconnaissance vocale pour l’évaluation de la prononciation de l’apprenant.

Pour l’instant, le chapitre dédié à la comparaison de ces deux méthodes est presque terminé, mais j’ai besoin d’un peu plus de temps pour corriger le texte. C’est pourquoi j’ai décidé de partager avec vous les tableaux comparatistes qui vous permettront de comprendre d’une manière générale les points forts et faibles de ces méthodes.

Tableau 1: Sanako Pronounce: avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients
·         La possibilité de créer ses propres activités ·         L’intonation n’est pas prise en compte lors de l’évaluation
·         La possibilité d’ajuster les catactéristiques de l’entraînement : ex. niveau de difficulté, voix H/F, débit. ·         Les particularités de la prononciation (des combinaisons des lettres, des dyphtongues) et de la non-prononciation de certaines lettres (ex. ‘e’ en français) ne sont pas toujours prises en compte. Le logiciel peut reconnaître le mot même si les règles de prononciation ne sont pas respectées et ne le définit pas comme erreur.
·         La possibilité de consulter ses erreurs, de voir la transcription de sa production, de répéter la phrase, de réécouter les mots isolés
·         La correspondance des phrases-modèles aux sujets de communication quotidienne

Tableau 2: Rosetta Stone: avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients
·         Le temps accordé aux activités de prononciation est le même que pour les autres activités ·         La prononciation éronnée semble ne pas être prise en compte. Facile d’obtenir un score élevé
·         Une succession rapide d’activités ·         Le nombre de phrases à répéter n’est pas équilibré pour chaque activité.
·         Les phrases à répéter sont illustrées avec des photos
·         Les phrases à répéter sont liées non seulement avec le sujet du cours, mais aussi avec la grammaire (parfois)
·         La possibilité de consulter le spectre sonore de sa production et de le comparer au modèle ·         Les différences des spectres sonores ne sont pas prises en compte pour l’évaluation
·         La possibilité d’ajuster le débit de la production
  ·         Le rapport obtenu ne fournit pas beaucoup d’information sur la performance de l’apprenant

Tableau 3: comparaison des méthodes

Critères Rosetta Stone Sanako Pronounce Commentaire
Types d’unités à répéter Mots isolés, phrases descriptives, phrases communicatives, textes informatifs Phrases communicatives  
Critères du classement D’après les sujets et le niveau de difficulté D’après les sujets  
N de phrases(ou mots) à répéter par sujet 6-40 en fonction du sujet ~10 pour tous les sujets  
Possibilité d’adapter la voix du modèle Débit, genre de la personne Débit, genre de la personne, tranche âge  
Possibilité de voir les erreurs Oui Oui Sanako donne une correction plus détaillée grâce aux transcriptions
Obtention du score Evaluation avec des couleurs (rouge, jaune, vert) Score sur 100 pts  
Obtention du rapport de la progression de l’apprenant Oui Oui Sanako fournit un bilan plus détaillé avec les phrases mal ou correctement prononcées, le pourcentage des erreurs, le nombre d’essais, le niveau de difficulté, le bilan total de réussite
Possibilité de visualiser sa production sur les spectrogrammes Oui Non  
Sensibilité du logiciel aux erreurs de prononciation Faible Moyen Aucun logiciel ne prend en compte un accent fort. L’obtention d’un bon score n’est difficile que pour le choix du ‘niveau expert’ de Sanako.
Sensibilité du logiciel à l’intonation Faible Moyen  
Sensibilité du logiciel au rythme Faible Bien  
Illustrations Oui Non  
Possibilité de créer d’autres activités Non Oui  
Ajustement de la reconnaissance vocale en fonction du locuteur Oui (homme, femme, enfant) Oui (homme, femme, genre neutre, enfant, ado, senior)  
Ajustement du niveau de difficulté Non. Les cours sont classés en fonction du niveau. Mais le mécanisme de correction ne change pas en fonction du niveau Oui. Plus on augmente le niveau de difficulté, plus c’est difficile d’obtenir un score élevé. Les phrases restent les mêmes.  
Possibilité de voir la transcription Non Oui  
Aide dans l’utilisation Oui Oui Les deux logiciels sont faciles à utiliser, il y a le bouton ‘Help’ en cliquant sur lequel on peut avoir des indices.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Plan du mémoire 2.0 (À la recherche du style en FLE : Ateliers d’écriture avec Georges Perec)

Dans la dernière ligne droite avant la remise du mémoire et la soutenance, voici venu le temps des plans détaillés, des bibliographies complétées, des mises en page, des dernières suées et des bouffées d’angoisse.

Mon plan ci-dessous a peut-être sa forme définitive (enfin je l’espère !), mais si vous avez des suggestions (et l’esprit libre et le temps) n’hésitez pas à m’en faire profiter, je vous en saurais fort gré. Cela dit, au-delà du plan, c’est l’écriture elle-même qui assure la cohésion et la logique de l’ensemble, ce à quoi un plan ne rend pas forcément justice.

Cette rédaction du mémoire n’est pas finie pour autant : place désormais aux relectures, réécritures, ajouts et suppressions pour être certain de ne rien oublier du fond ou de la forme.

Continuer la lecture de Plan du mémoire 2.0 (À la recherche du style en FLE : Ateliers d’écriture avec Georges Perec)

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

La réforme des A-levels britanniques répond-elle aux besoins d’accompagnement des étudiants en début de première année de cursus universitaire de FLE ?

Une comparaison des évaluations finales des deux dernières années de secondaire  avant et après la réforme de 2016

Dans le cadre de mon mémoire de Master 2 de FLE, je travaille sur la transition entre année de terminale et première année dans l’enseignement supérieur en contexte britannique. Je me concentre principalement sur les compétences écrites des apprenants.

 

Ma première partie traitant des disparités structurelles en ce qui concerne les objectifs et les descriptifs de formation, le contenu des programmes et les évaluations des deux niveaux d’éducation, j’ai effectué trois tableaux permettant de comparer ces trois aspects avant et après la réforme des A-levels qui a été mise en place en langues vivantes depuis 2016 en avant-dernière année (la douzième) et en 2017 en treizième et dernière année. Dans ce billet, je souhaite analyser les résultats obtenus grâce au tableau des évaluations.

Ma méthode d’analyse consiste à déterminer en quelle mesure les changements apportés par la réforme répondent aux besoins décrits dans la littérature sur le sujet en comparant les composantes des examens finaux sur les plans structurels et du contenu et des objectifs établis par un des organismes examinateurs, AQA (Assessment and Qualifications Alliance). Le corpus que j’utilise est constitué des annales d’examens de AS et A-level (équivalents à nos années de première et terminale) de juin 2014 (avant la réforme) et de juin 2017 (après la réforme).

Continuer la lecture de La réforme des A-levels britanniques répond-elle aux besoins d’accompagnement des étudiants en début de première année de cursus universitaire de FLE ?

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

lire et écrire pour le mémoire de master