MES CARNETS

 

Le sociologue Bruno Labour nous propose une idée de construire une liste de carnets au cours d’un travail de recherche dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie. Il nous indique la nécessité de catégoriser les différents carnets et de tenir un journal de tous les mouvements au fil des recherches pour donner accès une réflexion complète. Selon l’auteur, il faut tenir quatre carnets : le premier est le carnet de bord de l’enquête dans lequel seront notés les tâches réalisées au cours des terrains ; le second carnet est consacré à la collecte de l’information par ordre chronologique ; le troisième carnet est destiné à noter la réflexion et les idées arrivées par hasard. Au final, il faut tenir un quatrième carnet pour évaluer et conserver les effets produits sur d’autres auteurs.

Continuer la lecture de MES CARNETS

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE

Le cinéma, tel qu’il nous est familier aujourd’hui, est autant une industrie et une forme de divertissement populaire qu’un art complexe, qu’il convient de soumettre aux apprenants comme tel, au même titre que la peinture, la photographie, le théâtre ou encore la littérature. Il est depuis longtemps déjà bien ancré dans les pratiques au quotidien des adolescents et des jeunes adultes. C’est un support qu’ils connaissent bien et abordent de façon assez intuitive. C. Compte expliquait déjà il y a une vingtaine d’années qu’il est important de ne pas évoluer en décalage avec les habitudes extra-scolaires des apprenants et qu’il faut même plutôt extraire le potentiel de leur harmonie avec ce média (1993 : 7). En classe de Français Langue Étrangère (FLE), l’objet filmique francophone constitue un document authentique vif et stimulant car même s’il est toujours préalablement écrit, il met souvent en scène des locuteurs natifs dans des situations de la vie quotidienne. De ce fait, le support cinéma, une fois didactisé, offre à l’apprenant qui entend en classe ce français-parlé, de multiples ressources aussi bien communicatives que linguistiques et culturelles — en d’autres termes : « [l]e cinéma est un langage. » (Bazin, 1985 : 17). Il semble donc possible de solliciter l’expression orale et la créativité d’un groupe d’apprenants à partir du cinéma.

Continuer la lecture de Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Carnets de recherche

Ma recherche explore, sous l’angle de la linguistique générale et de la didactique du FLE, la question d’appropriation de certaines structures grammaticales du point de vue théorique et les possibilités de didactisation de ces acquis théoriques. En m’inspirant des idées du sociologue B. Latour (Latour, 2006 : 194-197), je voudrais organiser mon travail de recherche et de rédaction de mémoire autour de différents “carnets”. Le choix de la thématique de ces carnets est déterminé par les trois facteurs ci-dessous : Continuer la lecture de Carnets de recherche

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Carnets de recherche #1

« Vous pouvez parler dans tous les sens, si vous n’écrivez pas il n’y a pas de recherche. »

Voilà ce qu’a dit une enseignante en cours un matin en expliquant que c’était le fait d’écrire qui permettait à la pensée d’immerger. Or, depuis le début du séminaire de méthodologie des mémoires, je parle dans tous les sens, mais je n’écris pas. Pourtant je réfléchis beaucoup, mais comme je ne m’efforce pas à en garder systématiquement une trace écrite, j’oublie. C’est pourquoi aujourd’hui je rédige enfin ce billet sur mes choix de carnets d’après ceux que B. Latour décrit dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie. Ses carnets, au nombre de quatre, sont les suivants : un « carnet de bord », un carnet de « collecte de l’information », un carnet d’ « essais d’écriture » et un carnet pour « consigner les effets produits sur les acteurs » de la recherche (Latour, 2006 : 194-197).

Continuer la lecture de Carnets de recherche #1

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Gala

Hier soir, je suis allée voir le très beau spectacle Gala du chorégraphe Jérôme Bel au Théâtre du Rond-Point ­— qui tourne à l’international depuis sa création, en 2015. Je ne décrirai pas trop ce qu’il s’y passe, pour ne pas gâcher la surprise à ceux d’entre vous que cela pourrait intéresser. Mais notez seulement que mon cerveau formaté de « didacticienne du FLE en devenir » s’est beaucoup agité pendant les 90 minutes du spectacle (pourtant muettes). C’est la raison pour laquelle je tenais vraiment à partager cela avec vous tous. En voici le synopsis :

« Essayer encore. Rater encore. Rater mieux.          
Jérôme Bel choisit de mêler des professionnels et des amateurs de tous âges et de toutes origines sociales et culturelles. Dans cette danse, pas de corps semblables, formatés, mais une fête, un tour de force féroce, divertissant, radical. » https://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/gala/

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Poste à Grenade (Espagne)

Ci-joint offre de stage du département de français de l’École Officielle de Langues de Grenade (établissement de l’enseignement public) : offre stage FLE

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Carnetophilie

CARNETOPHILIE

Ou quels types de carnets de notes privilégier lors d’un travail de recherche ? 

À l’instar du sociologue Bruno Latour qui préconise la constitution de carnets pour accompagner le chercheur dans son travail, afin d’y consigner toutes choses utiles lors de la conduite d’un projet (2006 : 194-197), je me propose de constituer ma propre liste. Toutefois, chaque champ disciplinaire, chaque sujet ayant ses spécificités, les choix opérés pour une telle liste peuvent varier d’un chercheur à un autre, même si l’idée de base semble transposable partout. Ces carnets seraient en partie sur papier, mais reversés ensuite sur numérique, plus pratique pour s’y retrouver et créer des liens entre eux. Voici donc ci-après quelques idées pour l’assemblage de ma collection.

Continuer la lecture de Carnetophilie

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Des carnets qui me ressemblent

Dans son ouvrage intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie, Latour propose de mener les recherches en notant toutes les tâches que l’on effectue : du mél qui peut sembler futile aux ouvrages composant la bibliographie. Il propose plus précisément d’utiliser quatre carnets pour y noter absolument tout, car selon lui « tout fait partie des données »i. Si cette méthode peut enchanter certains qui penseront y avoir trouvé le Saint Graal de l’organisation méthodique de la recherche, d’autres trouveront ces quatre carnets inutiles, dépassés. Nous avons tous notre manière de penser, d’agir, de fonctionner. Aussi, il est normal que nous trouvions à discuter de ces fameux carnets.

Pourquoi quatre carnets ? Pourquoi pas trois ou cinq ? Pourquoi tout noter ? Pourquoi noter tout simplement, certains écrivains ne font bien qu’un seul jet de leur manuscrit et le chercheur est sans aucun doute possible un écrivain.

Continuer la lecture de Des carnets qui me ressemblent

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Programmation 2017-2018

 

 

N9MEMR

Méthodologie des mémoires : recherche

Nom et prénom de l’enseignant : MARTIN Serge (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Objectifs et contenu Continuer la lecture de Programmation 2017-2018

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

20 octobre : journée Asdifle à Strasbourg (Le français à visée professionnelle)

Programme_Rencontre57_JE_20octobre_Strasbourg2017_asdifle_arefle_journee_etudes

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’Orthographe : un mystère qui tourne parfois au désastre

Dans le cadre de la semaine Réussir son orthographe, organisée par la Mission Réussite de la Sorbonne Nouvelle, j’ai assisté aux trois conférences portant sur des questions d’orthographe française. Dans ce compte rendu je souhaite refléter la conférence de Danièle Manesse, professeure de sciences du langage à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Lors de son intervention, elle nous a expliqué pourquoi l’orthographe française est si compliquée, s’il est possible de la réformer et les moyens de son apprentissage. J’ai trouvé sa conférence particulièrement intéressante car elle m’a permis d’avoir une vision diachronique sur la phonétique du français, comprendre les différentes réformes et les difficultés de l’apprentissage de l’orthographe.

Tout d’abord, Danièle Manesse nous a décrit l’évolution diachronique de la phonétique du français. En effet, selon elle, la connaissance de l’histoire de la phonétique est nécessaire car, pour apprendre l’orthographe il faut tout d’abord comprendre pourquoi l’orthographe est compliquée. Danièle Manesse a précisé que le français vient du latin mais pas uniquement. En effet, en 51 av J.- C. Jules César a conquis la Gaule et les romains ont commencé à s’installer sur ce territoire. Mais ces romains – les soldats, les gens mal instruits – parlent le latin populaire, le bas-latin, cela n’est pas le latin classique de Cicéron. Ensuite ce bas-latin se mélange avec le substrat gaulois. Selon Danièle Manesse il nous reste, par exemple, de la langue gauloise dans le son [y] que l’on ne trouve pas dans d’autres langues romanes. À partir du IV siècle la Gaule subit de grandes invasions des peuples germains. Ainsi, la langue française se construit et commence à émerger. Les premières œuvres littéraires apparaissent, comme, par exemple, Tristan et Iseut écrite au XII siècle. Néanmoins, l’Église parle le latin, qui est le latin de la traduction de la Bible, le latin classique. Ainsi, vers le XII-XIII siècle, la question de l’orthographe du français ressurgit, car on constate qu’avec l’orthographe latine on ne peut pas mettre à l’écrit le français. Par exemple, à l’époque, la langue française contient 30 voyelles (des voyelles brèves, longues et des diphtongues), alors que le latin n’en avait que cinq : a, e, i, o, u.

Selon Danièle Manesse, les gens qui travaillent avec la loi, en premier, ont eu besoin que la langue soit fixe et précise. Ainsi, les hommes de loi – les avocats, les notaires – ont commencé à mettre à l’écrit la langue française en élaborant de nouvelles règles. Par exemple, en latin, il n’y a qu’une lettre « e ». Mais, au moment où on transcrit le français, il fallait transcrire plusieurs sons de cette lettre, comme par exemple [e], [ε] et [ə]. Ainsi, on s’est dit, qu’à chaque fois qu’il y a une lettre « z » on aura le son [e] : le nez, chez. Pour [ε] on va mettre une « s » derrière ou redoubler la consonne comme dans le verbe j’appelle. Selon Danièle Manesse, on n’a pas voulu, à l’époque, mettre des accents sur « e » car il ne fallait surtout pas modifier l’alphabet de la Bible : tout le pays était christianisé et à l’Église on travaillait avec la Vulgate de Saint Jérôme.

Danièle Manesse a expliqué que l’on dit à tort que l’Académie Française en 1673 a imposé l’orthographe. En effet, le premier réformiste de l’orthographe c’était l’Académie Française. C’est vrai que les académiciens ont voulu garder l’orthographe savante avec des lettres latines pour distinguer les cultivée des femmes et des ignorants. Néanmoins, selon Danièle Manesse, on ne cite jamais la suite du texte de l’Académie qui dit que cette orthographe ne sera jamais obligatoire et que le rôle de l’Académie est de l’observer. Par exemple, même les mémoires de Louis XIV, écrits plus tard, en 1686, n’ont pas d’orthographe stable. En 1742 l’Académie Française réforme l’orthographe en introduisant l’accent grave et l’accent aigu.

Danièle Manesse a précisé que les erreurs d’orthographe se glissent dans nos écrits parce que souvent, en français, on n’écrit pas ce que l’on entend. Ensuite, elle a donné l’exemple d’une erreur qu’elle a relevé dans un journal où, au lieu de le visage empreint de tristesse, on a écrit le visage emprunt de tristesse. Selon Daniele Manesse, le problème de l’orthographe française consiste dans le fait que l’on est obligé, avant d’écrire, de penser au sens de mots. Par exemple, pour écrire correctement il résonne beaucoup, on doit penser au sens du nom raison et au sens du verbe résonner. Pour les monosyllabes on doit réfléchir à l’étymologie et c’est encore le sens. Par exemple, dans la phrase Le maire était ceint de l’écharpe tricolore, il ne faut pas écrire ceint comme saint. Si quelqu’un nous dit d’écrire le mot tant, on ne sait pas si on doit écrire temps ou tant. Selon Danièle Manesse c’est un vrai problème de l’orthographe française car tous les enfants écrivent ce qu’ils entendent. Ainsi, si on dit que la [i] s’écrit comme « i » ils vont faire une erreur quand il faudra écrire « y ». Pour le dire clairement, les enfants écrivent un son – une lettre. Danièle Manesse a insisté sur le fait qu’il s’agit là d’un idéal de l’orthographe et que pour cette raison l’écriture alphabétique, qui existe dans d’autres langues, est une invention humaine géniale, car elle laisse aux enfants peu de choses à apprendre.

Danièle Manesse a expliqué que l’orthographe française est difficile aussi parce que la langue orale du français s’est éloignée énormément de la langue écrite depuis le XVII siècle. Par exemple, au XVII siècle on prononçait toutes les lettres : le son [e] à la fin de mon ami[e]. On entendait l’accord du participe passé la fille que j’ai vu[e], la rose que j’ai cuilli[e], le « s » final de mes ami[s]. Ainsi, on n’oubliait pas le [e] et le [s] finals à l’écrit car on les entendait, on avait ainsi moins de problèmes de l’orthographe. Mais personne ne retenait la langue orale, et elle continuait à s’éloigner, les générations passant, de la langue écrite. Danièle Manesse a remarqué également que la langue écrite peut influencer la langue orale. Par exemple, le mois d’août se disait [ləmwadu] et maintenant on prononce aussi [ləmwadut]. Le fait que les finales de la plupart des mots ne se prononcent plus est le point difficile de l’orthographe française. Par exemple, dans la phrase Les éléphants roses chantent sous la pluie le pluriel est marqué qu’une seule fois et les lettres « silencieuses » sont des lettres grammaticales. Cela pose des problèmes aux étrangers car ils sont habitués à entendre les lettres de pluriel, par exemple, comme en anglais.

Selon Danièle Manesse, les lettres finales sont devenues silencieuses en français parce qu’elles n’ont jamais été sous l’accent tonique. En effet, l’accent tonique en français n’a pas du tout la valeur discriminative, comme, par exemple, en russe où moukà (« мука ») veut dire la farine et mouka (« мука » avec l’accent tonique sur la première syllabe) veut dire la souffrance. En français on n’entend pas la désinence grammaticale et, dans le cas où le sens est porté seulement par les lettres grammaticales, des difficultés de compréhension peuvent survenir. Par exemple, quand on entend la phrase Les petites brises la glacent on se rend compte qu’elle peut dire plusieurs choses : les petites filles, qui brisent la glace ou bien les petites brises qui glacent (à ce moment-là, glacent est un verbe). Ainsi, à l’école, on doit « automatiser » les lettres grammaticales, en apprenant à réfléchir sur la langue lors de l’écriture. Mais il faut faire attention, car l’entrée terrorisante en écrit, les erreurs soulignées en rouge font que les élèves sont d’emblée pris de panique et n’arrivent plus à apprendre l’orthographe. Danièle Manesse a précisé aussi que l’orthographe s’apprend avec les yeux car on l’approprie en lisant. Ainsi, la lecture reste le grand pourvoyeur de l’orthographe et beaucoup de recherches ont montré que tous les grands orthographieurs sont de bons lecteurs. Néanmoins, cela ne confirme pas non plus que de bons lecteurs sont nécessairement de bons orthographieurs car parfois des gens très brillants sont mauvais en orthographe.

 Danièle Manesse a expliqué que depuis le XV siècle il y a eu de plusieurs mouvements pour la réforme de l’orthographe.

 

En effet, la réforme c’est un instrument démocratique, qui simplifie l’accès à l’écrit. Par exemple, dans La Grammaire de Porte Royale Antoine Arnauld et Claude Lancelot préconisaient la présence d’autant de lettres autant que de sons. Ainsi, dès le début, on constate une pression phonétiste forte : une lettre – un son. En décembre 1990 on a fait une réforme de l’orthographe, dont l’une des modifications est la suppression de l’accent circonflexe sur « i » et « u ». Mais malheureusement, la plupart de gens ne connaissent pas cette réforme de l’accent circonflexe, dont 700 mots ont été concernés. Danièle Manesse a insisté sur la nécessité de réformer beaucoup plus, accepter de modifier l’orthographe, parce que quand on reforme avec des exceptions, cela n’est pas une réforme, ce sont des rectifications. Mais, malheureusement, dès que l’on touche à l’orthographe la société pense qu’elle va perdre son passé.

En effet, pour réformer il faut tout d’abord comprendre, pourquoi on réforme. Par exemple, le mot nénuphar vient de la langue arabe, mais ensuite on lui a rajouté des lettres grecques. Par conséquent, quand on a réformé l’orthographe de nénuphar en nénufar beaucoup d’opposants ont pensé que ce mot venait du grec. Lors de cette conférence Danièle Manesse a également évoqué son travail avec André Chervel, un linguiste et grammairien français. Selon lui il faudrait une génération pour s’habituer à la réforme et ensuite on l’approprie de plus en plus vite. Danièle Manesse a expliqué également que la relation à l’écrit oblige à préciser la pensée : quand on n’arrive pas à écrire c’est que notre pensée n’est pas claire. En conséquence, l’orthographe est un outil. Danièle Manesse a ajouté qu’elle est pour une pression populaire qui dira que notre langue nous appartient et qu’il faut faire de l’orthographe française un outil intelligent et compréhensible par tous.

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Louis Porcher dans les Cahiers de l’Asdifle

Un courrier reçu :
Le numéro 28 de la revue Les Cahiers de l’Asdifle « Le FLE dans tous ses états : dilaogues avec Louis Porcher » est paru! Ce volume rassemble les contributions des intervenants au colloque tenu les 4 et 5 novembre 2016 en Sorbonne, organisé en partenariat avec le DILTEC, en hommage à Louis Porcher, marquant les 30 ans de l’Asdifle. En voici la couverture et le sommaire.
Vous pouvez commander ce numéro sur le site de l’Asdifle : www.asdifle.com
 Retrouvez l’Asdifle à la rentrée avec notamment la journée d’études organisée à Strasbourg le 20 octobre 2017 sur l’actualité des projets et recherches en français à visée professionnelle
Bon été à tou.te.s!
Véronique Laurens
Présidente de l’ASDIFLE

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Enseigner les langues de l’école au collège : quelles continuités ? 

Parution du numéro 2-2017 des Langues Modernes avec un dossier et vous remercie par avance de la diffusion que vous pourrez assurer de cette publication.
Note du Président, par Jean-­Marc Delagneau

http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article6642
Éditorial, par Pascal Lenoir
http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article6631

Le dossier Enseigner les langues de l’école au collège : quelles continuités ? coordonné par Rebecca Dahm, Émilie Magnat et Norah Leroy 

> * Introduction par Rebecca Dahm, Émilie Magnat et Norah Leroy
> * Apprentissage des langues et « éducation langagière globale »,  par Pierre Escudé
> * À la recherche de la compétence culturelle : continuité ou discontinuité entre les six compétences des nouveaux programmes de LVER ?, par Hélène Rochard
> * Pour une éducation langagière cohérente de l’école au collège, par Martine Kervran et Nathalie Jeudy-Karakoç
> * Partager les langues et les cultures au cycle 3, par Sandrine Eschenauer et Anne-Marie Voise
> * L’apprentissage des langues vivantes étrangères : entre continuité et rupture au cycle 3, par Nathalie Ribierre-Dubile
> * La grammaire du cours moyen à l’entrée au collège en Angleterre. Mind the gap!, par Émilie Kasazian
> * Le micro-enseignement dans la formation des professeurs des écoles en langue vivante, par Kari Stunell
> * Développer la compétence plurilingue : des premiers tâtonnements en classe jusqu’à la formation d’enseignants, par Karine Faconnier
> * L’accompagnement personnalisé : rupture ou continuité entre pratiques d’enseignement ?, par Rebecca Dahm, Hélène Rochard et André Tricot
> * La réforme du collège vue par les principaux : les débuts de sa mise en œuvre à l’exemple d’une académie, par Anemone Geiger-Jaillet et Lea Rothacker

Lire les résumés des articles en ligne :
http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article6625

L’APLV sur Gallica. Les Langues Modernes de 1903 à 2003 en accès libre et gratuit.

Dans l’espace abonnés retrouvez quatre ans après leur publication dans la revue papier les articles intégraux des dossiers des Langues Modernes publiés depuis 2004.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Enquête en ligne sur les normes dans les écrits universitaires

Merci de répondre le plus favorablement possible à cette enquête :

Chers/Chères collègues,

Nous vous serions très reconnaissantes de renseigner et de diffuser le plus largement possible ce questionnaire en ligne, auprès des enseignants/enseignants chercheurs et étudiants à l’université :
Ce questionnaire se remplit en moins de 10 minutes. Il concerne les normes dans les écrits universitaires. La dernière page permet à ceux que ça intéresse de laisser une adresse mail pour être tenus au courant des résultats.
Par avance merci de votre coopération.
Cordialement

Fanny Rinck et Laurence Buson

Université Grenoble Alpes
Laboratoire Lidilem

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

lire et écrire pour le mémoire de master