Confucianisme et enseignement en Asie

Tout en rédigeant ma partie sur le système éducatif taïwanais, j’en suis venue à me demander pourquoi les études avaient autant d’importance dans de nombreuses cultures asiatiques. Je pense en avoir trouvé l’origine dans la pensée confucéenne.  Continuer la lecture de Confucianisme et enseignement en Asie

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse

Les stéréotypes appelés encore « clichés » font partie de la société auxquels nous sommes confrontés quotidiennement car, ils représentent les opinions ou les expressions des individus sur la vie de tous les jours et qui peuvent concerner différents thèmes tels que la politique, la religion, la sexualité ou encore l’apparence physique. En ce sens, Fischer définit le stéréotype comme : « une manière de penser par clichés, c’est-à-dire l’ensemble des catégories descriptives simplifiées basées sur des croyances et par lesquelles nous qualifions d’autres personnes ou d’autres groupes sociaux. » (Fischer,1996, p. 113)

Dans son ouvrage intitulé : « Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre »,  Brugeilles et Cromer soulignent que : « la littérature de jeunesse n’est pas anodine, comme le laissent croire le chatoiement de graphismes recherchés et la variété du peuple des personnages. Elle contribue à la reproduction et à l’intériorisation de normes de genre. » (Brugeilles, Cromer, 2002, p. 289)

Dans cette perspective, les recherches effectuées par Anne Dafflon Novelle à l’université de Genève ont mis en évidence un certain nombre de représentations sur la littérature de jeunesse et le constat de leur enquête porte sur la théorie du genre et plus exactement sur les clichés sexistes, entre autres celui du genre féminin. Ces stéréotypes ne sont pas sans conséquences, ils ont un enjeu important au sein de la société, notamment par les rôles attribués à la gent masculine et féminine ainsi que sur le développement des apprenants.

Le postulat de ces recherches universitaires mettent l’accent sur les livres francophones pour la jeunesse publiés en 1997, elles ont démontré une irrégularité entre les deux genres humains : le masculin et le féminin, leur constat est que les livres pour enfants présentent un héros plutôt qu’une héroïne. Cette enquête a permis de relever que « Les asymétries les plus évidentes apparaissent avec des personnages animaux et des personnages adultes pour lesquels un rapport supérieur peut être observé entre les deux sexes. L’asymétrie entre les deux sexes est à son apogée dans les histoires anthropomorphiques s’adressant aux tout jeunes enfants (0-3 ans), avec alors dix fois plus de héros que d’héroïnes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2)

En effet, les analyses de cette étude citée ci-dessus, démontrent clairement que les images des personnages figurant sur les albums étaient pour la plus part masculines et plus nombreuses que les personnages féminins et occupent plus souvent le rôle de « héros ». Par ailleurs, cette différence concerne aussi bien les personnages d’enfants que d’adultes. L’autre dimension stéréotype concerne le physique des personnages qui montrent expressément une différence d’ordre esthétique, en effet, les femmes ont une silhouette parfaitement identifiable contrairement aux personnages masculins, mais ce constat est sans équivoque péjoratif car les femmes sont présentées comme des ménagères confinées au statut de femme au foyer, elles ont donc un rôle familial alors que les illustrations des personnages masculins tiennent d’avantage le rôle de professionnels.

Les résultats de ces recherches admettent les conclusions suivantes : « Les filles sont représentées plus passivement, à l’intérieur et dans des lieux privés, le plus souvent dans leur propre maison, davantage en compagnie familiale, notamment avec de jeunes frères ou sœurs, avec lesquels elles effectuent des activités maternantes ou domestiques, lesquelles sont aussi repérées par le type d’habits portés. A l’opposé, les garçons sont représentés de manière plus active, avec des copains, à l’extérieur et dans des lieux publics (parcs, forêts, et autres terrains de jeux), dans des tenues vestimentaires adaptées, en train d’exercer des activités sportives ou de faire des bêtises. Par ailleurs, le type d’animaux choisis pour incarner chaque sexe est également vecteur de valeur différentielle. Les héros de sexe masculin sont beaucoup plus fréquemment imaginés dans la peau d’animaux puissants ou alors plus présents dans l’imaginaire collectif des enfants, comme les ours, animaux de la savane, loups ou lapins. A l’opposé, les héroïnes sont davantage représentées sous les traits de petits animaux ou d’insectes, comme les souris ou les guêpes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2-3)

Bibliographie

FISCHER G-N. (1996), Les Concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Paris : Dunod.

BRUGEILLES  C. CROMER I. CROMER  S. (2002), Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre, Population, 57 (2), 2002, p. 261-292.

DAFFLON NOVELLE A. (2003), Sexisme dans la littérature enfantine, quels effets pour le développement des enfants ? [en ligne], disponible sur : http://www.cemea.asso.fr/aquoijouestu/fr/textesref/SexismeLitteratEnfants.htm : consulté le 15/12/2017.

Continuer la lecture de Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

La littérature de jeunesse : une culture médiatique

 La littérature de jeunesse représente aujourd’hui une culture médiatique, notamment à travers l’existence de canaux de diffusion considérablement hétéroclites, en effet, la présence d’éditeurs, de librairies, de collections spécialisées ou de bibliothèques, tous participent activement à l’expansion du marché de l’édition pour la jeunesse. A cela s’ajoute les institutions scolaires telles que l’école qui joue également un rôle considérable dans cette large diffusion.

Anne-Marie Chartier suggère que :

« Le sort que la littérature de jeunesse fait ou a fait à « l’altérité » de cultures plus ou moins lointaines n’est donc pas un mince enjeu, puisque les postures des personnages de fiction contribuent (modestement), par l’empathie ou les rejets qu’elles suscitent, à élaborer les postures des jeunes lecteurs. » (Chartier, 2014, p. 1)

D’après Porcher, « les médias ont déjà pris la route qui mène à l’apprentissage des langues. » Selon lui, les médias sont « comme les voyages, sont à l’évidence l’avenir de l’apprentissage des langues, quelles qu’elles soient et quelle que soit leur position sur le marché. » (Porcher, 1991, p. 163-167)

Dans cette optique, Letourneux présente le rapport de la littérature de jeunesse avec les médias selon trois catégories différentes. La première est le lien que cette littérature entretient avec les médias, pour Letourneux, « le média est alors le sujet du récit », ces récits convoquent selon lui : « L’univers de la téléréalité, le star-system, le monde du rock ou de la mode, etc. » (Letourneux, 2009, p. 35)

La deuxième concerne « les influences du public dans l’écriture du récit », d’après lui, « le média influence le style ou la narration du roman », il donne quelques exemples : « l’incidence sur l’écriture littéraire du cinéma, celle des pratiques ludiques de la fiction (jeux vidéos, jeux de rôle). » (Letourneux, 2009, p. 35)

La dernière catégorie a pour objectif de prendre en considération les attentes du lecteur, il s’agit de puiser dans la culture médiatique quelques thèmes, récits, certains aspects et quelques personnages. D’après Letourneux, « le média impose ses thèmes au roman », il nous donne quelques exemples pertinents comme : « les novellisations, les déclinaisons de personnages transmédiatiques et, plus généralement, les modalités de l’écriture sérielle et générique. » (Letourneux, 2009, p. 35)

Bibliographie

CHARTIER A-M. (2014), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle », Strenæ [En ligne], 7 | 2014. Mis en ligne le 01 juin 2014. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1285 : consulté le 16/01/2018.

LETOURNEUX M. (2009), Chapitre VI. Littérature de jeunesse et culture médiatique, Presses universitaires de Rennes, [En ligne], p. 185-235. Disponible sur :  http://books.openedition.org/pur/39716?lang=fr : consulté le 17/01/2018.

PORCHER L. (1991), Médias d’aujourd’hui et (peut-être) de demain, « Le Français dans le monde », n° spécial février/mars.

Continuer la lecture de La littérature de jeunesse : une culture médiatique

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Quelques nouvelles lectures en perspective

CUQ J-P. GRUCA I. (2008), Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Grenoble, France : PUG.

DUPONT P. (2015), « Apprendre à comprendre avec des albums au CP : cadre participatif et oraux réflexifs », Repères [En ligne], le 04 septembre 2015, pp. 131-156. URL : http://journals.openedition.org/reperes/909 : consulté le 20/12/2017.

ESCARPIT  D. (2008), La littérature de jeunesse : itinéraires d’hier à aujourd’hui, Paris : Magnard.

FISCHER G-N. (1996), Les Concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Paris : Dunod.

GIASSON  J. (2000), Les textes littéraires à l’école. Bruxelles : De Boeck.

GOUREVITCH J-P. (1998), La littérature jeunesse dans tous ses écrits ( 1529-1970), Paris : CRDP Académie de Créteil.

HAMAIDE-JAGER E. GAIOTTI F. (2016), « Rythmes et temporalités de l’album pour la jeunesse », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne, le 18 avril 2016. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1509 ; DOI : 10.4000/strenae.1509 : consulté le 08/01/2018.

LE MANCHEC C. (1991), « Préface », « L’originalité de l’album », « L’impact des personnages » in L’album, une initiation à l’art du récit, L’Ecole.

LEON R. (2004), La littérature de jeunesse à l’école : Pourquoi ? Comment ? Paris : Hachette.

NIERES-CHEVREL I. (2009), Introduction à la littérature de jeunesse, Didier jeunesse.

PERRIN  A. (2010), Quelle place pour la littérature à l’école? Paris : Retz.

POSLANIEC  C. (2008), Des livres d’enfants à la littérature de jeunesse. Paris, Gallimard : Bibliothèque nationale de France.

POSLANIEC  C. (2009), Pratique de la littérature de jeunesse à l’école : Comment élaborer des activités concrètes, Paris : Hachette Education.

PRINCE  N., et al. (2009), La littérature de jeunesse en questions, Rennes, France : PU Rennes.

PRINCE N. (2010), La littérature de Jeunesse : Pour une théorie littéraire, Paris : Armand Colin.

SORIANO M. (2002), Guide de littérature pour la jeunesse, Delagrave.

TAUVERON C. (2002), Lire la littérature à l’école. Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique ? De la GS au CM, Paris : Hatier.

Continuer la lecture de Quelques nouvelles lectures en perspective

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts