Revue hebdomadaire « Politis », n°1490, « La francophonie has been? »

Une série d’articles intéressants sur la Francophonie dans le monde et son développement actuel, dans la revue « Politis » de la semaine du 15 au 21 février 2018, dossier spécial.

Comment le français se développe-t-il à l’échelle mondiale?

« La francophonie échappe aux élites hexagonales,[…], pour se déployer sur d’autres territoires. »

« […] le français devient une langue planétaire que la Francophonie muselle plutôt qu’elle ne la soutient.« 

https://www.politis.fr/articles/2018/02/la-francophonie-has-been-38374/

https://www.politis.fr/articles/2018/02/le-francais-en-liberte-38375/

https://www.politis.fr/articles/2018/02/achille-mbembe-plaidoyer-pour-une-langue-monde-38377/

Le film Atelier de conversation

Venez découvrir (ou revoir) le film documentaire ATELIER DE CONVERSATION de Bernhard Braunstein (2017, 1h12) sorti au cinéma depuis le 7/02 par ASC Distribution en partenariat avec RFI, Mediapart, le Blog documentaire, la BPI-Centre Pompidou, le Secours Catholique, EMMAÜS Solidarité, La Cimade, France Terre d’Asile, les Amis du Monde diplomatique, l’Agence de promotion du FLE… J’aurai le plaisir d’animer encore trois ciné-débats en 4ème semaine à Paris, partagez les infos 🙂

Vendredi 2 mars à 10h30 au cinéma Les 3 Luxembourg (séance privée)
Ciné-débat avec une centaine de mineurs étrangers de 3 centres d’hébergement parisiens de France Terre d’Asile.
Vendredi 2 mars à 10h30 au cinéma Club de l’Étoile (14 Rue Troyon 75017)
Ciné-débat (en anglais !) en présence de Firat Baran, protagoniste du film. https://www.facebook.com/events/578397575854687/

Dimanche 4 mars à 18h00 au cinéma Studio Luxembourg Accattone (25 rue Cujas 75005)
Ciné-débat en présence de 
Aurélie El Hassak Marzorati, directrice générale adjointe de EMMAÜS Solidarité.
https://www.facebook.com/events/184421828834058/

Je reste à votre disposition pour toute précision, pour envisager des séances avec débats autour de ce film dans d’autres villes ou départements, des séances scolaires, des projections pour un public spécifique…Comme le dit l’affiche de ce film, « Il n’y a pas d’étrangers. Il n’y a que des gens qu’on ne connaît pas encore. »Bien à vous,

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Comme le souligne Iris Chang (2005), le système éducatif taïwanais comporte trois étapes. La première correspond à l’enseignement préscolaire et aux neuf années d’enseignement obligatoire. La seconde coïncide avec l’enseignement secondaire, et enfin, la dernière correspond à l’enseignement supérieur. Si les élèves désirent atteindre cette troisième et dernière étape, ils doivent passer un examen d’entrée à l’université, pour le moins éprouvant.  Continuer la lecture de Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture 

Le compte-rendu de cet article pourrait être utile à ceux et celles qui s’intéressent à l’écriture et aux aspects linguistiques de la rédaction des textes.

Présentation générale de l’article

L’article de Claire Doquet-Lacoste intitulé « Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture  » est paru en 2004 dans l’ouvrage Écriture et sciences cognitives dirigé par Annie Piolat. Cet article présente de manière claire et précise le regard sur l’écriture « qui sort des cadres strictement communicationnels qui servent de balises dans bien des analyses de productions d’élèves  » (Doquet-Lacoste, 2004), l’auteur s’identifie clairement comme promotrice de cette vision de l’écriture. En utilisant des acquis de la linguistique énonciative (Fuchs, 1984), la chercheuse se focalise sur les formes langagières de l’énonciation et sur le sujet en tant qu’il énonce du langage. Dans son article, C. Doquet-Lacoste nous présente des tentatives d’analyser « l’activité de l’écriture, à partir des traces graphiques qu’elle laisse sur le papier ou sur l’écran d’un ordinateur  » (Doquet-Lacoste, 2004). L’auteur s’intéresse surtout à l’activité d’écriture en acte et non à son résultat, le texte final.  

De cette façon, Claire Doquet-Lacoste s’interroge sur l’existence de points communs dans l’activité de production de textes littéraires et scolaires, la possibilité de parler de l’écriture comme d’une activité globale, la présence d’étanchéité entre les pratiques littéraires et les pratiques scolaires et la possibilité d’analyser le sujet scripteur à partir des traces de la constitution du texte. Comme le précise l’auteur de l’article, ces questions ne reçoivent pas de réponse définitive, mais elles sont présentées dans le cadre de trois approches génétiques :      l’étude de manuscrits littéraires, de brouillons d’écoliers et de “films” d’écriture sur traitement de texte . Continuer la lecture de Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture 

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Rêveries d’un promeneur parisien : ou de l’art de rendre le dilettantisme productif

Errer est humain, flâner est parisien.

– Victor Hugo

 

Suite à mon billet sur l’infra-ordinaire et l’événementiel, dans lequel je discutais notamment du plaisir de flâner dans des espaces muséaux oubliés des visiteurs, l’envie de présenter une liste de musées gratuits (pour les collections permanentes) dans et autour de Paris s’est faite jour, à laquelle j’ajouterai des sites naturels et des déambulations culturelles. Mais ne nous y trompons pas, si ces sorties ont des airs de récréations, elles n’en présentent pas moins le mérite de régénérer corps et esprit, séduisante perspective face au risque de saturation physique et intellectuelle.

Continuer la lecture de Rêveries d’un promeneur parisien : ou de l’art de rendre le dilettantisme productif

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Confucianisme et enseignement en Asie

Tout en rédigeant ma partie sur le système éducatif taïwanais, j’en suis venue à me demander pourquoi les études avaient autant d’importance dans de nombreuses cultures asiatiques. Je pense en avoir trouvé l’origine dans la pensée confucéenne.  Continuer la lecture de Confucianisme et enseignement en Asie

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse

Les stéréotypes appelés encore « clichés » font partie de la société auxquels nous sommes confrontés quotidiennement car, ils représentent les opinions ou les expressions des individus sur la vie de tous les jours et qui peuvent concerner différents thèmes tels que la politique, la religion, la sexualité ou encore l’apparence physique. En ce sens, Fischer définit le stéréotype comme : « une manière de penser par clichés, c’est-à-dire l’ensemble des catégories descriptives simplifiées basées sur des croyances et par lesquelles nous qualifions d’autres personnes ou d’autres groupes sociaux. » (Fischer,1996, p. 113)

Dans son ouvrage intitulé : « Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre »,  Brugeilles et Cromer soulignent que : « la littérature de jeunesse n’est pas anodine, comme le laissent croire le chatoiement de graphismes recherchés et la variété du peuple des personnages. Elle contribue à la reproduction et à l’intériorisation de normes de genre. » (Brugeilles, Cromer, 2002, p. 289)

Dans cette perspective, les recherches effectuées par Anne Dafflon Novelle à l’université de Genève ont mis en évidence un certain nombre de représentations sur la littérature de jeunesse et le constat de leur enquête porte sur la théorie du genre et plus exactement sur les clichés sexistes, entre autres celui du genre féminin. Ces stéréotypes ne sont pas sans conséquences, ils ont un enjeu important au sein de la société, notamment par les rôles attribués à la gent masculine et féminine ainsi que sur le développement des apprenants.

Le postulat de ces recherches universitaires mettent l’accent sur les livres francophones pour la jeunesse publiés en 1997, elles ont démontré une irrégularité entre les deux genres humains : le masculin et le féminin, leur constat est que les livres pour enfants présentent un héros plutôt qu’une héroïne. Cette enquête a permis de relever que « Les asymétries les plus évidentes apparaissent avec des personnages animaux et des personnages adultes pour lesquels un rapport supérieur peut être observé entre les deux sexes. L’asymétrie entre les deux sexes est à son apogée dans les histoires anthropomorphiques s’adressant aux tout jeunes enfants (0-3 ans), avec alors dix fois plus de héros que d’héroïnes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2)

En effet, les analyses de cette étude citée ci-dessus, démontrent clairement que les images des personnages figurant sur les albums étaient pour la plus part masculines et plus nombreuses que les personnages féminins et occupent plus souvent le rôle de « héros ». Par ailleurs, cette différence concerne aussi bien les personnages d’enfants que d’adultes. L’autre dimension stéréotype concerne le physique des personnages qui montrent expressément une différence d’ordre esthétique, en effet, les femmes ont une silhouette parfaitement identifiable contrairement aux personnages masculins, mais ce constat est sans équivoque péjoratif car les femmes sont présentées comme des ménagères confinées au statut de femme au foyer, elles ont donc un rôle familial alors que les illustrations des personnages masculins tiennent d’avantage le rôle de professionnels.

Les résultats de ces recherches admettent les conclusions suivantes : « Les filles sont représentées plus passivement, à l’intérieur et dans des lieux privés, le plus souvent dans leur propre maison, davantage en compagnie familiale, notamment avec de jeunes frères ou sœurs, avec lesquels elles effectuent des activités maternantes ou domestiques, lesquelles sont aussi repérées par le type d’habits portés. A l’opposé, les garçons sont représentés de manière plus active, avec des copains, à l’extérieur et dans des lieux publics (parcs, forêts, et autres terrains de jeux), dans des tenues vestimentaires adaptées, en train d’exercer des activités sportives ou de faire des bêtises. Par ailleurs, le type d’animaux choisis pour incarner chaque sexe est également vecteur de valeur différentielle. Les héros de sexe masculin sont beaucoup plus fréquemment imaginés dans la peau d’animaux puissants ou alors plus présents dans l’imaginaire collectif des enfants, comme les ours, animaux de la savane, loups ou lapins. A l’opposé, les héroïnes sont davantage représentées sous les traits de petits animaux ou d’insectes, comme les souris ou les guêpes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2-3)

Bibliographie

FISCHER G-N. (1996), Les Concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Paris : Dunod.

BRUGEILLES  C. CROMER I. CROMER  S. (2002), Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre, Population, 57 (2), 2002, p. 261-292.

DAFFLON NOVELLE A. (2003), Sexisme dans la littérature enfantine, quels effets pour le développement des enfants ? [en ligne], disponible sur : http://www.cemea.asso.fr/aquoijouestu/fr/textesref/SexismeLitteratEnfants.htm : consulté le 15/12/2017.

Continuer la lecture de Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

La littérature de jeunesse : une culture médiatique

 La littérature de jeunesse représente aujourd’hui une culture médiatique, notamment à travers l’existence de canaux de diffusion considérablement hétéroclites, en effet, la présence d’éditeurs, de librairies, de collections spécialisées ou de bibliothèques, tous participent activement à l’expansion du marché de l’édition pour la jeunesse. A cela s’ajoute les institutions scolaires telles que l’école qui joue également un rôle considérable dans cette large diffusion.

Anne-Marie Chartier suggère que :

« Le sort que la littérature de jeunesse fait ou a fait à « l’altérité » de cultures plus ou moins lointaines n’est donc pas un mince enjeu, puisque les postures des personnages de fiction contribuent (modestement), par l’empathie ou les rejets qu’elles suscitent, à élaborer les postures des jeunes lecteurs. » (Chartier, 2014, p. 1)

D’après Porcher, « les médias ont déjà pris la route qui mène à l’apprentissage des langues. » Selon lui, les médias sont « comme les voyages, sont à l’évidence l’avenir de l’apprentissage des langues, quelles qu’elles soient et quelle que soit leur position sur le marché. » (Porcher, 1991, p. 163-167)

Dans cette optique, Letourneux présente le rapport de la littérature de jeunesse avec les médias selon trois catégories différentes. La première est le lien que cette littérature entretient avec les médias, pour Letourneux, « le média est alors le sujet du récit », ces récits convoquent selon lui : « L’univers de la téléréalité, le star-system, le monde du rock ou de la mode, etc. » (Letourneux, 2009, p. 35)

La deuxième concerne « les influences du public dans l’écriture du récit », d’après lui, « le média influence le style ou la narration du roman », il donne quelques exemples : « l’incidence sur l’écriture littéraire du cinéma, celle des pratiques ludiques de la fiction (jeux vidéos, jeux de rôle). » (Letourneux, 2009, p. 35)

La dernière catégorie a pour objectif de prendre en considération les attentes du lecteur, il s’agit de puiser dans la culture médiatique quelques thèmes, récits, certains aspects et quelques personnages. D’après Letourneux, « le média impose ses thèmes au roman », il nous donne quelques exemples pertinents comme : « les novellisations, les déclinaisons de personnages transmédiatiques et, plus généralement, les modalités de l’écriture sérielle et générique. » (Letourneux, 2009, p. 35)

Bibliographie

CHARTIER A-M. (2014), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle », Strenæ [En ligne], 7 | 2014. Mis en ligne le 01 juin 2014. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1285 : consulté le 16/01/2018.

LETOURNEUX M. (2009), Chapitre VI. Littérature de jeunesse et culture médiatique, Presses universitaires de Rennes, [En ligne], p. 185-235. Disponible sur :  http://books.openedition.org/pur/39716?lang=fr : consulté le 17/01/2018.

PORCHER L. (1991), Médias d’aujourd’hui et (peut-être) de demain, « Le Français dans le monde », n° spécial février/mars.

Continuer la lecture de La littérature de jeunesse : une culture médiatique

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Quelques nouvelles lectures en perspective

CUQ J-P. GRUCA I. (2008), Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Grenoble, France : PUG.

DUPONT P. (2015), « Apprendre à comprendre avec des albums au CP : cadre participatif et oraux réflexifs », Repères [En ligne], le 04 septembre 2015, pp. 131-156. URL : http://journals.openedition.org/reperes/909 : consulté le 20/12/2017.

ESCARPIT  D. (2008), La littérature de jeunesse : itinéraires d’hier à aujourd’hui, Paris : Magnard.

FISCHER G-N. (1996), Les Concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Paris : Dunod.

GIASSON  J. (2000), Les textes littéraires à l’école. Bruxelles : De Boeck.

GOUREVITCH J-P. (1998), La littérature jeunesse dans tous ses écrits ( 1529-1970), Paris : CRDP Académie de Créteil.

HAMAIDE-JAGER E. GAIOTTI F. (2016), « Rythmes et temporalités de l’album pour la jeunesse », Strenæ [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne, le 18 avril 2016. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1509 ; DOI : 10.4000/strenae.1509 : consulté le 08/01/2018.

LE MANCHEC C. (1991), « Préface », « L’originalité de l’album », « L’impact des personnages » in L’album, une initiation à l’art du récit, L’Ecole.

LEON R. (2004), La littérature de jeunesse à l’école : Pourquoi ? Comment ? Paris : Hachette.

NIERES-CHEVREL I. (2009), Introduction à la littérature de jeunesse, Didier jeunesse.

PERRIN  A. (2010), Quelle place pour la littérature à l’école? Paris : Retz.

POSLANIEC  C. (2008), Des livres d’enfants à la littérature de jeunesse. Paris, Gallimard : Bibliothèque nationale de France.

POSLANIEC  C. (2009), Pratique de la littérature de jeunesse à l’école : Comment élaborer des activités concrètes, Paris : Hachette Education.

PRINCE  N., et al. (2009), La littérature de jeunesse en questions, Rennes, France : PU Rennes.

PRINCE N. (2010), La littérature de Jeunesse : Pour une théorie littéraire, Paris : Armand Colin.

SORIANO M. (2002), Guide de littérature pour la jeunesse, Delagrave.

TAUVERON C. (2002), Lire la littérature à l’école. Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique ? De la GS au CM, Paris : Hatier.

Continuer la lecture de Quelques nouvelles lectures en perspective

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Ecrire et lutter contre la procrastination

Un semestre sans cours afin de pouvoir se consacrer pleinement à la rédaction de notre mémoire de Master 2. L’idéal. Pourtant, cela peut vite se transformer en un semestre passé à regarder la télé’ tranquillement assis dans le canapé sans écrire le moindre mot. Ou encore un semestre passé à lire tranquillement calé au fond du lit. Profiter de la liberté qui nous est offerte après un premier semestre dense et de nombreux dossiers à rendre. Résultat : on finit par se retrouver à écrire le mémoire à la dernière minute.  Continuer la lecture de Ecrire et lutter contre la procrastination

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Infra-ordinaire et événementiel

Regarde de tous tes yeux, regarde.

– Jules Verne[1]

 

Un samedi, alors que je déambulais à travers les salles consacrées aux collections permanentes de l’Institut du Monde Arabe, je fus soudainement frappé par le contraste entre le monde que j’avais vu faire la queue à ce même institut un autre samedi, et le petit nombre de personnes qui s’y trouvait ce jour-là autour de moi.

Continuer la lecture de Infra-ordinaire et événementiel

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Le capital linguistique des Taïwanais

Depuis des siècles, Taiwan est en proie à de nombreuses luttes linguistiques, souvent liées à une histoire coloniale des plus complexe. Chaque nation l’ayant occupé lui a imposé sa langue nationale comme langue officielle. Aussi, au fil des siècles, l’île a changé plusieurs fois de langue officielle. Le mandarin est désormais la langue nationale de l’île depuis les années 1945-1950. Cependant, ce dernier a peu à peu dévié des standards pékinois jusqu’à devenir une langue propre à l’île. Continuer la lecture de Le capital linguistique des Taïwanais

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Appel colloque : L’histoire de l’apprentissage et de l’enseignement des langues : entre modèle eurocentrique, linguistique missionnaire et linguistique coloniale

Très intéressant pour la bibliographie… et versions anglaise et française :

https://sites.google.com/site/colloquehael/home

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

D’OU VIENT CETTE TRADITION DE PORTER L’UNIFORME A L’ECOLE EN HAÏTI ? (JAN-MARK NAAIJER)

L’école tournée vers l’école n’est tournée ni vers l’enfant, ni vers la Nation ; elle devient un monde ayant de moins en moins de repères par rapport au monde extérieur.          (Alain Tourraine)

Source : http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/142803/Port-de-luniforme-unique-eleves-et-directeurs-decoles-publiques-reagissent

Continuer la lecture de D’OU VIENT CETTE TRADITION DE PORTER L’UNIFORME A L’ECOLE EN HAÏTI ? (JAN-MARK NAAIJER)

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts