Le rôle des enseignants à l’ère numérique – réflexion sur les assises de la lusophonie et de la francophonie

Les assises de la lusophonie et francophonie ont eu lieu du 6 décembre 2017 au 8 décembre 2017. Des débats ont été organisés entre les différents acteurs dans l’univers francophone et lusophone, visant à analyser l’importance de l’enseignement de ces deux langues, à discuter les défis et les perspectives d’avenir de l’éducation.

Ce qui m’intéresse le plus, c’est l’intervention de M. Lumbroso qui explicite les défis confrontés par les écoles francophones et lusophones à notre époque. Dans son exposé, l’un des défis principaux est le numérique. Pourquoi c’est un défi au 21e siècle ? Selon lui, c’est parce que les données ne sont pas les informations, l’information ne fait pas la connaissance et la connaissance ne fait pas la manière de décider quelque chose. Il souligne que l’école doit apprendre le numérique, apprendre du numérique, mais surtout apprendre à apprendre avec le numérique. Il met en avance également le rôle d’accompagnement des enseignants, qui doivent prendre la responsabilité de guider les élèves à passer des données à l’information, de l’information à la connaissance, de la connaissance au savoir-faire dans la vie. Par conséquent, les enseignants doivent être très bien formés, pour qu’ils soient non seulement en mesure de moduler un numérique d’urgence permanente, mais aussi de savoir ralentir afin de mieux réfléchir plus correctement.

Ses idées m’ont beaucoup frappée. Nous sommes déjà entrés à l’ère numérique. Dès la naissance de la nouvelle génération, les nouvelles technologies font déjà partie de leur quotidien. Grâce aux outils numériques, nous pouvons accéder à une multitude d’informations et de ressources qu’avant. Cependant, face à l’explosion des informations, nous pourrions être perdus. Comment sélectionner les données utiles ? Comment passer les informations aux connaissances ? Bien que les élèves puissent développer des compétences autonomes, ils pourront quand même rencontrer ce genre de difficultés. Ce passage indispensable nécessite ainsi l’intervention de l’école et l’accompagnement des enseignants. C’est la raison pour laquelle le rôle des enseignants est aussi importante à l’ère numérique.

 

Bibliographie

Intervention de M. Olivier LUMBROSO dans les Assises de la lusophonie et de la francophonie, en Grand Amphithéâtre de l’Université Sorbonne, le 7 décembre 2017.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

More Posts

Questions rédactionnelles

 

i. A quelle personne écrit-on ?
Concernant cette question, après avoir consulté plusieurs mémoires de master, j’ai remarqué qu’au lieu d’employer la personne première du singulier (je), les auteurs préfèrent utiliser le « nous » de modestie.
ii. Le temps des verbes
Il faut utiliser le présent pour les notions bien établies, les manières dont on a travaillé et les résultats de recherche que l’on trouve pour ce mémoire.
Concernant toutes les expériences et les évènements qui sont survenus dans le passé, il est logique d’utiliser le passé.
iii. Plusieurs petites questions rédactionnelles :
1. Éviter toutes les formes d’abréviation.
2. La pagination : la numérotation commence dès la première page jusqu’à la fin du mémoire.
3. Ne mets pas l’espace avant les signes simples, comme , . Cependant, il existe de l’espace devant les signes double, par exemple, : ;? ! « ».

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Méthodologie de rédaction du mémoire

Concernant le format de l’introduction, l’idéal est d’occuper 10% du mémoire, donc environs 8 pages. Dans l’introduction, il faut figurer l’objet de recherche, le cadre théorique, présenter la problématique.
Conclusion : La conclusion doit être brève et concis, dans laquelle on devait rappeler les objectifs, la méthode de recherche, présenter la discussion des résultats et nos propres réflexions. Bien sûr, pour que cette partie soit plus complète, on peut également aborder des limitations du travail de recherche et les perspectives.
Pour les annexes, sachant qu’il s’agit d’une transcription lourde de l’entretien avec 20 apprenants, il suffit de mettre le corpus utilisé dans le texte principal. Les annexes doivent être numérotées et chaque annexe doit commencer sur une nouvelle page.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Présentation formelle du mémoire

Police : de référence, Arial MS unicode
Interligne : 1,5 pour le texte principal
1,0 pour les citations
Taille de police : Corps du texte principal : police 12.
Citations : police 10
Marges : Haut et bas : 2,5 cm
Droite et gauche : 2,5 cm
Alinéa au début de chaque nouveau paragraphe :
Le corps de texte : De 0,5 à 1.
Pas de L’alinéa pour les citations en retrait.

Citations :
1) Les citations de moins de trois lignes doivent être intégrées dans le corps du texte et placées entre guillemets français (« …. »), en Arial MS unicode.
Les citations étrangères sont en italique.
Lorsque des citations dans un paragraphe sont déjà entre guillemets français, on utilise les guillemets anglais. S’il y a des citations dans une phrase déjà entre guillemets anglais, on utilise alors les apostrophes.
2) Concernant les citations longues :
Interligne simple ; Taille de police : 10 ; Marge supplémentaire à gauche (au moins 1 cm) ; Pas de guillemets
3) Les coupures à l’intérieur d’une citation se marquent par trois points de suspension dans des crochets : « […] ». Les modifications opérées à l’intérieur d’une citation pour permettre son intégration grammaticale dans la phrase se marquent en plaçant la partie modifiée entre crochets.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Bibliographies et références

Références :
1) Concernant la référence, il est suffisant d »indiguer, derrière la citation, le nom de l’auteur et la page, par exemple : (Blanche-Benveniste, Claire, 1990 : 20). La bibliographie doit, quant à elle, impérativement répéter l’intégralité de la référence.
2) Si on répète une référence que l’on vient de citer, il suffit d’utiliser les abréviations des mots latines : id. et ibid., pour alléger les notes :
– Id. (idem) s’emploie lorsque l’on cite le même ouvrage, exemple : « id. p.20 »
– Ibid. est utilisé uniquement dans le cas de renvoyer à la même page, au même passage dans la page, exemple : « idid »
Bibliographies :
1) Modèle : Nom de l’auteur prénom, année, titre de l’œuvre, lieu d’édition, maison d’édition, page.
Exemple : BLANCHE-BENVENISTE, Claire, 1990, « Le français parlé—études grammaticales », Paris, Edition du CNRS, p 86.
2) Pour les ressources numériques, il faut contenir une date (date de publication de l’article en ligne et/ ou de consultation de la page web) et l’adresse URL (http://…) complète.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Recueil des données

La conduite de recueil des données est un moment important dans le travail de recherche, mon mémoire fonde sur l’analyse du discours chez les apprenants chinois de niveau B1. En fait, j’ai déjà pris contact avec un professeur du français travaillant à une université langue étrangère en Chine et j’ai obtenu son autorisation de recueillir mes données auprès ses 21 étudiants de troisième année. Il s’agit de se lancer les conversations avec chacun et de les enregistrer. La conversation est menée autours des 20 sujets, comme la présentation de la famille. La transcription de l’enregistrement fait ainsi l’objet d’analyse.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

L’analyse du contexte politique et linguistique

J’ai envie de mettre la partie du contexte dans le chapitre 2, derrière le chapitre de l’état de l’art. Voici le plan d’analyse :
Partie 1
1.1 présentation brève du statut de Chine +carte géographique
1.2 situation linguistique et socio-culturelle de Chine : pays homoglotte(en présenter les langues en présence, langues véhiculaires, et les raisons de présences)
1.3 Statut des langues (langue maternelle ; langue de référence ; langues d’appartenance)
Partie 2 présentation de l’institution
2.1 type d’institution + programme de l’institution + manuel et matériel
2.2 public
2.3 système scolaire (organisation du système ; emploi du temps (lourd ou pas) ;
2.4 culture éducative
2.4 professeur (non-natif ; niveau de formation)
Partie 3 situation de didactique
3.1 enseignement du français (approche ; utilisation de l’interlangue ; compétence visée)
3.2 apprentissage du français

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Structure et le plan du mémoire

1.Page de couverture
2.Attestation de ne non plagiat signée
3. résumé de longueur 1 à 2 pages
4. Remerciement……………………………………………………………………………………………………………..1 page
5. Table des matières………………………………………………………………………………………………………… 1 page
6.
Introduction ………………………………………………………………………………………………………………… 8-10 pages
Chapitre 1 Etat de l’art……………………………………………………………………………………………… 10 -15 pages
Chapitre 2 contexte politique et linguistique en Chine……………………………………………8-10 pages
Chapitre 3 présentation de la culture traditionnelle chinoise………………………………………. 5-8 pages
Chapitre 4 les résultats d’analyse………………………………………………………………………………… 40-60 pages
4.1 méthodologie de l’enquête……………………………………………………………………. 2-3 pages
4.2 ……………………………………………………………………………………………………………………
7. Conclusion ………………………………………………………………………………………………………………….. 2-3 pages
8. Bibliographie
9. Annexes

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

 Concept de l’acte de langage

J’ai lu ces dernier jours un article écrit par d’un linguiste chinois, 中国人的言语行为分析, il m’a beaucoup inspiré et m’a donné des idées pour mon mémoire. Cet article analyse les actes de langage chez les chinois, ce type de travail du point de vue sociolinguistique et anthropologique. Les travaux de recherche consistent à analyser plusieurs actes de langage typique, et à chercher s’il y en a des traits en communs. Toute ses analyses basent principalement sur la théorie de « l’acte de langage » du philosophe John Austin, qui prend le contre-pied des philosophes qui considèrent les phrases comme unités grammaticales qui sont « affirmatives » et servent à dire des choses vrais ou faux, mais s’intéresse plutôt aux phrases ordinaires, lesquelles sont contextuellement situées, sont des énoncées performatives visant à faire des choses d’accomplie. Simplement dit, pour Austin, les énoncées sont l’accomplissement des actes. Ainsi la langue ou plutôt la parole constitue-elle également l’objet de base, mais l’accent est mis sur l’analyse les choses derrière les énoncées.
Dans cet article, il a cité trois exemples des actes de langage : les actes d’appellation ; les actes de salutation et les actes de tabou. A titre d’exemple, pour saluer, n’étant pas comme le peuple du pays occidental qui ont habitudes de dire une simple « hello » ou « bonjours », les chinois tendent de dire les formulations comme « 吃了吗 ? » traduit en français « T’as déjà mangé ? » « 去哪儿啦 ? » en français « tu es venu d’où ? ». Aux yeux des étrangers, ce type de salutation sont étonnant et incompréhensible. En fait, en disant une telle phrase, le but du locuteur ne consiste pas à connaître ce que son interlocuteur a mangé ou ce qu’il a fait tout à heure, mais un moyen de salutation propre aux chinois qui pourrait permettre aux deux locuteurs étrangers de se rapprocher le plus vite possible. Ce qui représente également l’intelligence des chinois dans le traitement des relations humaines.
Selon l’auteur, les actes de langage des chinois reflètent les cinq principes : celui de maintien de la face, les chinois attachent une énorme importance à la face, une action de perte de face est un évènement grave et même déshonorant ; celui d’autorité, qui explique par le fait qu’on utilise souvent la langue comme un moyen de contrôle ou d’attaque ( je ne pense pas que ce principe est utilisable pour mon mémoire) ; celui de politesse ; celui de gestion de l’impression, tout simplement, les chinois aiment bien donner à l’autrui une bonne impression, pour le faire, ils sont assez vigilent à leur paroles et leur actions ; celui de sexe, on peut trouver la trace dans un ancien proverbe très connu en Chine «男女有别 » ( en version français : l’hommes se diffère de la femme). Les différences de sexe se manifestent dans les actes de parole par la distincte de l’intonation, de l’emploi du mot et du style de discours ; et le dernier principe d’éthique.
Derrière les actes de langue, il y a toujours la culture qui compte. Le caractère du discours et des actes de langage chez les chinois sont liés avec la pensée antique de confucianisme qui se réclame toujours le juste milieu, écrit en chinois 中庸 : 中 signifie le centre, 庸 signifie banal. Cette doctrine de Confucius demande aux individus de ne pas faire des actes extrêmes car lesquelles vont dépasser le degré défini par la société. C’est la raison pour laquelle les chinois sont prudents en parole et en actes, et quand ils s’expriment, les mots modestes comme ‘’ peut-être’’ ‘’possible ‘’ apparaissent souvent dans le discours et constituent les meilleurs choix des mots d’emploi.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

9 Pour la notion d’acte de langage
La théorie de ‘l’acte de langage » est un des concepts de base pour l’analyse des situations de didactique et des situations de contactes de langue ou de culture, elle fait également partie des théories de mon mémoire. Ayant trouvé pas mal d’informations sur cette théorie, voici un petit résumé.
« L’acte de langage » traduit en langue par speech act, est une notion développée dans la seconde moitié du 20ème siècle, dont le prisonnier est John Austin, qui est le philosophe britannique. La publication d’un recueil de conférence publiant en 1962 donnée par John Austin, how to do Things with Words, marque le point de départ de cette théorie classique. En 1970, on a traduit cet ouvrage en français, dont le titre est Quand dire, c’est faire. Austin prend le contre-pied des philosophes qui considèrent les phrases comme unités grammaticales qui sont « affirmatives » et servent à dire des choses vrais ou faux, il s’intéresse plutôt aux phrases ordinaires, lesquelles sont contextuellement situées, sont des énoncées performatives visant à faire des choses d’accomplie. C’est Austin qui a établi le concept de « performatif », selon lui, les énoncés sont l’accomplissement de certains actes, quand on parle une phrase, il y a toujours un acte à faire, par exemple, comme ce que le président Mao a dit au premier octobre, 1949 : « le gouvernement national de la République de la Chine a établie aujourd’hui ! », lorsqu’il a fini cette phrase, il a également réalisé un acte de déclaration de l’établissement d’un nouveau gouvernement ; un autre exemple, un homme dit au mariage : « Je voulais me marier avec cette femme. », quand il est entrain de parle cette phrase, il exprime en même temps ses sentiments et sa promesse. Autrement dit, d’après Austin, to says something is to do samething, quand dire, c’est faire ; in saying X I was doing Y, by saying X I did Y. par exemple, la phrase “ vous êtes embauché”, réalise, en fait, un acte d’engagement d’un nouveau employé.
Du point de vue sociolinguistique et anthropologique, le terme « langage » ne signifie pas un phénomène linguistique interne, ni comme ce que les chinois le définissent simplement comme les propos, les paroles, qui diffère complètement des actions comme dans le proverbe chinois « 言行一致 », traduit en français « les actions correspondent à ses propos ».
En fait, il mangue encore des choses dans ce petit résumé, par exemple, les deux variations de l’acte : l’acte social et l’acte naturel, je vais continuer mes recherches.

Bibliographies:
– J. L. AUSTIN, how to do Things with Words.
– La fiche du séminaire de Mme SPAËTH, professeur des Universités, directrice DILTEC)

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Identité culturelle sociale

L’identité culture influence de façon inconscient toutes les activités humaines, les personnes d’une communauté agissent du point de vue de leur propre identité nationale ou collective. L’identité culturelle est donc un miroir par quoi on peut se reconnaitre une communauté humaine (politique, société, religieux…) par de valeurs, de pensée, de manière d’engager, de langue, d’habitude de vie…
Lorsque nous commençons à apprendre une langue nouvelle, nous rencontrons un monde et une culture exotique, donc une nouvelle identité nationale. Nous avons habitude de tendre à
……
L’identité social est associée généralement à l’histoire d’une société ou d’une nation, laquelle « apporter une définition de l’identité sociale et une formulation de l’identité collective, à travers une nature de l’autorité et une forme du pouvoir résultant de l’idéologie globale de cette société et de ses pratiques » (Moreau de Bellaing, 1979, p. 197).

Bibliographies:

Moreau de Bellaing, L. (1979). Identité collective et champ social. In J. Beauchard (éd.). Identités collectives et travail social (pp. 195-211). Paris : Privat.

 

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Rapport entre langue et culture

« La langue est une manifestation de l’identité culturelle, et tous les apprenants, par la langue qu’ils parlent, portent en eux les éléments visibles et invisibles d’une culture donnée. » ( G. Zarate et A. GohardRadenkovic, 2003 : p57). Pour eux, la langue parlée ou bien le discours représente les traits de la culture d’origine du locuteur, elle est donc le porteur culturel. le discours dépend des habitudes culturelles d’un groupe ethnique, exprimant une forme de pensée culturels, il représente une dimension culturelle. Comme le constate Charaudeau P. (2001/3-4 : 343) « ce ne sont ni les mots dans leur morphologie ni les règles de syntaxe qui sont porteurs de culturel, mais les manières de parler de chaque communauté, les façons d’employer les mots, les manières de raisonner, de raconter, d’argumenter pour blaguer, pour expliquer, pour persuader, pour séduire ».
Bibliographies: 
Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : Edition du Conseil de l’Europe.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

« langue-culture »

Langue-culture est un concept construit au début 19 siècle, par le philosophe W. Humboldt, qui a déjà commencé à réfléchir sur la relation entre individu, langue, culture, société. Pour lui, la langue est d’abord constructive de l’humain : « L’homme pense, sent et vit uniquement dans la langue » (Humboldt, 2000 : 157)
La langue base sur également le lien entre les individus et leurs communautés (groupe)d’appartenance, tout comme ce qu’il a constaté : « La langue n’est pas un libre produit de l’homme individuel, elle appartient toujours à toute une nation ; en elle également, les générations plus récentes la reçoivent des générations qui les ont précédées » (Ibid. : 97)
Dans le domaine de formation du sens, Humboldt pense que « …les langues ne sont pas à proprement parler des moyens pour représenter une vérité déjà connue mais au contraire, pour découvrir une vérité auparavant inconnue » (Ibid. : 101).
Humboldt a aussi montré l’importance du contact entre la langue d’origine et celle étrangère : « par ce caractère, les langues agissent bien au-delà de toutes les générations des nations auxquelles elles appartiennent, en entrant en contact tôt ou tard avec d’autres langues. » (Ibid :140)
« Les langues et leur diversité doivent donc être considérées comme une puissance régissant l’histoire de l’humanité » (151) D’après son propos, le fait de l’historicité joue un rôle non-négligeable dans l’exploration du concept langue-culture. Ses travaux de recherche constituent les bases d’anthropologie linguistique.
Bibliographies :
HUMBOLDT Wilhelm, 2000 [1828], trad. fr. éd. bilingue, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, Paris, Points Seuil.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Identité culturelle individuelle

L’évolution du concept de « culture » autorise à l’apparition de la notion d’identité. L’identité est une notion complexe et difficile à définir, laquelle avec celle de l’altérité sont perçu par beaucoup d’ethnologues comme centrales et essentielles, ils s’y référer fréquemment. Continuer la lecture de Identité culturelle individuelle

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

La notion de « culture »

La cuture est « un ensemble lié de manières de penser, de sentir et d’agir plus ou moins formalisées qui, étant apprises et partagées par une pluralité de personnes, servent, d’une manière à la fois objective et symbolique, à constituer ces personnes en une collectivité particulière et distincte. » (Guy Rocher, 1969, 88). On analysera d’abord la formule « manière de penser, de sentir et d’agir », selon lui, la culture compose les idées, la pensée, les règles et les modèles d’agissement ainsi que les valeurs. Autrement dit, la culture est liée avec toutes les activités humaines ou bien les actions vécues par des personnes, quelques soit affectives ou bien cognitives. Un autre caractère de la culture est absolument essentiel, c’est le caractère collectif ou social, « …étant apprises et partagées par une pluralité de personnes », ce n’est pas un individu qui crée la culture, mais il suffire au moins quelques personnes pour créer la culture, alors que la culture d’un groupe ou d’une société est partagée par de nombreuses personnes. Ainsi peut-on remarquer que La définition de la culture ne peut donc être pensée sans envisager le rapport entre culture et société.
Pour conclure, la culture peut être définit comme les caractéristiques d’un individu dans une collectivité ou dans une société d’appartenance. En fait, il s’agit ici une autre notion de l’identité culturel, on en parlera après.
Bibliographies:
Guy Rocher, Culture, civilisation et idéologie, 1969, P88.

Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts