Ecoute…

La journée d’étude du 16 novembre 2016 dirigée par M. Martin est pour moi une belle occasion de réfléchir sur la question d’ « écoute », non seulement dans le cadre du mémoire mais aussi de façon générale dans la vie de tous les jours.

En effet, l’écoute est chose connue voire banale dans la vie de chacun: on vit en écoutant. On s’écoute, on écoute des autres et on produit notre écoute… ceci est une sorte de récurrence, la production de l’écoute a pour but de s’écouter et d’être écouté par les autres… Cette opération peut se produire de façon consciente et inconsciente

Egalement, cette récurrence s’apparait dans la rédaction du mémoire. Le sujet du mémoire se résulte souvent l’intérêt personnel ou professionnel de chaque participant, donc il s’agit de s’écouter, s’interroger et se répondre. Dans le cas contraire, le participant se trouve dans une nécessité de « chercher une écoute »: le fait de s’écouter ne suffit pas et écouter les autres sont donc une solution parfaite. Après être exposé à l’écoute, le participant trouvera enfin sa propre écoute, d’où la production une écoute. Ce processus semble ne pas avoir de fin, qui se réalise et se ré-réalise en permanence.

Je me pose la question suivante: le mémoire est-ce une production finale de l’écoute résultant tout type de réflexion ou de recherche sur une question posée? La réponse est à la fois oui et non. Oui, parce que dans ce mémoire, le participant a exposé son écoute permettant aux lecteurs d’écouter, il a la volonté de une sorte de voix pour satisfaire les différentes écoutes. Cependant, ce mémoire n’est qu’une simple voix parmi les autres (latentes, opposées…), le mémoire ne représente une écoute dans un cadre donné.

Finalement, je pense que tous travaux universitaires ne cherchent pas à répondre à toutes les écoutes mais à mener des réflexions sur les divers écoutes et à s’interroger sans cesse sur la question d’écoute.

Mémoire…

L’Etudiant: – Bonjour, j’espère que vous allez passé de bonnes vacances.

Le Professeur: – Oui, très bien et vous?

E:- Très bien aussi, j’ai pu suivre une formation intensive du chinois langue étrangère à l’Université des langues et des cultures de Pékin, c’était très enrichissante.

P: – Voulez-vous aussi devenir l’enseignant du chinois langue étrangère?

E: – Oui, c’est ce que j’essaie de faire.

P: – C’est tout à fait envisageable. Je suppose que vous êtes venue me voir aujourd’hui pour discuter votre projet de mémoire?

E: – Oui, je voudrais travailler sur la phonétique. J’ai adoré votre cours de l’an dernier, vous m’avez donné une nouvelle vision de voir le monde de la phonétique. De plus, je trouve que la phonétique est une discipline peu valorisée, alors qu’elle est primordiale dans l’apprentissage de la langue.

P: – D’accord, vous avez une idée précise? sui quoi vous voulez travailler?

E: – Je pense que la phonétique est une matière qui s’apprends, elle n’est pas si difficile comme on pensait. Je voudrais apporter des solutions ou des outils qui peuvent aider les apprenants dans leur apprentissage, peut-être résoudre des problèmes lié à la phonétique.

P: – Attention, comme je disais toujours, un travail universitaire n’a pas pour but de résoudre des problèmes, mais on est là pour réfléchir ensemble.

E: – Oui, vous avez raison.

P: – Vous voulez travailler sur la phonétique ou la didactique?

E:- Plutôt la didactique de la phonétique, je m’intéresse plutôt à la façon dont on apprends la phonétique, la prononciation, quelles sont les méthodes possibles

P: – D’accord, et vous vous intéressez à quelle langue?

E: – Justement, j’hésite entre le français et le chinois…

P: – Je vous conseille de travailler sur les deux langues, parce que votre profil vous permet de faire les deux, vous pouvez mener une analyse contrastive, c’est à dire, vous mettez en comparaison les deux méthodes d’enseignement/apprentissage de la phonétique, les différentes typologies d’activités/exercices, les mises en oeuvres, l’organisation du travail dans la culture d’enseignement en Chine et dans la culture d’enseignement en France.

E:- D’accord, vous venez de me donner des idées de réflexions géniales, je pense que je vais donc me lancer dans cette direction.

P:- Aussi, je vous conseille de contacter un deuxième lecteur ayant de la compétence linguistique, car malheureusement je ne parle pas le chinois.

E:- D’accord, je vais contacter un des mes anciens professeurs à Paris 7 Diderot.

P:- Oui, je pense que cela vous aidera. Aussi, je vais vous demander de rendre de façon régulière des travaux, des synthèses, pas besoin de rédiger comme il faut, mais juste des idées claires. Cela est important dans la réalisation de votre projet.

E:- D’accord, c’est noté.

Suite à la discussion, l’étudiante a contacté un spécialiste de la phonétique du chinois à Paris 7 Diderot, le professeur est aussi intéressé par le sujet et a donné son accord pour suivre le mémoire en question.

Compte rendu du colloque « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle »

Le colloque international intitulé « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » a eu lieu le vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre 2016.

Voici quelques réflexions personnelles avant la participation au colloque:  la question de l’éthique et de la responsabilité dans la didactique des langues m’apparait à la fois intéressante et complexe. Commençons par la définition même du mot-clé, selon CNRTL, l’éthique est « la science qui qui traite des principes régulateurs de l’action et de la morale »; la responsabilité est « l’obligation faite à une personne de répondre de ses actes du fait du rôle, des charges qu’elle doit assumer et d’en supporter toutes les conséquences ». Cet rappel des définitions m’oriente immédiatement vers l’idée suivante: dans quelle posture l’enseignant s’exercera son métier, c’est à dire le rôle et la responsabilité du métier de l’enseignant dans la transmission du savoir, du savoir-être et du savoir-faire.

C’est aussi la raison principale que j’ai décidé de prolonger cette réflexion en appuyant sur la présentation de Javier Suso Lopez « La dimension dimension éthique dans la didactique du FLE: bref parcours historique ».

Dans sa première partie de présentation, l’auteur a fait un bref parcours de l’évolution du rôle des

enseignants de langue français étrangère depuis XVIème: le français est enseigné dans un cercle assez restreint (noble, famille aisée) et l’employeur possède un grand pouvoir sur l’enseignant. Peu à peu, les enseignants deviennent comme l’auteur de manuel, mais la question de la fiabilité du manuel est remise en cause, d’où divers problèmes peuvent s’apparaitre comme celui de l’orientation d’un tel courant didactique que l’autre …

Dans la deuxième partie, la question de la déontologie a été soulevée. Selon Antoine Novoa, il faut « établir d’un ensemble de normes et de valeurs », c’est à dire une professionnalisation du métier d’enseignant. De nouveau, la définition du mot déontologie me semble nécessaire: « ensemble des règles morales qui régissent l’exercice d’une profession ou les rapports sociaux de ses membres », et cela me fait penser à une expression idiomatique chinoise jiaoshuyuren 教书育人(enseigner le savoir et éduquer la personne), elle est connue de toute la communauté chinoise et se porte comme une maxime de tous les enseignants. En effet, le rôle des enseignants est double, ils ont pour mission de transmettre les savoirs du domaine concerné, mais aussi d’apporter des valeurs morales et éthiques nécessaires de toutes natures confondues.

De façon systématique, la mission fondamentale d’un enseignant de langue consiste à représenter la langue, la culture, la civilisation… Cependant, un enseignant de langue n’est pas plus « différent » que d’autres enseignants, au contraire, les enseignants des langues possèdent plus de matière à diffuser des « justes valeurs ». Aussi, comment ces valeurs morales et éthiques sont-elles transmises? oralement? à travers des livres? Une autre question se pose: comment et par quel biais que ces valeurs peuvent-elles diffuser, le savoir-être de l’enseignant n’est-il pas le meilleur modèle?

Colloque international sur le travail en tandem

Le 23 et 24 mars 2017 aura lieu le colloque international  intitulé :

L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES) / Tandem Language and Intercultural Learning in Higher or Secondary Education Setting

 

Ce colloque est organisé par Mme Horgues et Mme Tardieu, deux enseignantes du département du monde anglophone de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

Toutefois, les inscriptions à ce colloque sont ouvertes jusqu’au 10 février 2017 seulement (soit demain). L’inscription est gratuite pour les étudiants s’ils ne participent pas aux repas ou aux banquets (il vous reste possible d’y participer mais cela est payant). L’inscription est donc organisée comme une transaction pour ce colloque.

Le travail en tandem est un outil intéressant à utiliser en classes de langue. Mme Horgues et Mme Tardieu ont mené l’expérience en créant des binomes d’étudiants du monde anglophone, un étudiant étant francophone natif et l’autre étant anglophone natif en mobilité. Ayant participée personnellement à cette expérience pendant mes trois années de licence, j’ai pu me rendre compte des difficultés de cette expérience mais aussi des avantages et des progrès que j’ai eus.

Voici le lien pour les informations sur le colloque :

http://L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES) / Tandem Language and Intercultural Learning in Higher or Secondary Education Setting

Voici le lien pour le colloque :

https://alctes2017.sciencesconf.org.

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts