Conseils pour la soutenance

La soutenance du mémoire est publique, c’est-à-dire ouverte à tous. Quiconque peut venir y assister, dont les personnes sollicitées dans le travail de recherche. Le public assiste à la soutenance en en respectant le déroulement.

Une soutenance de mémoire a trois objectifs principaux. Elle permet aux membres du jury de s’assurer que :

– vous êtes bien l’auteur(e) de votre mémoire ;

– vous êtes capable de présenter clairement à l’oral les différentes étapes de votre recherche, votre méthodologie, les difficultés auxquelles vous avez été confronté(e) (ainsi que la manière dont vous les avez résolues) et de montrer que vous avez réussi à prendre du recul par rapport à votre problématique;

– vous êtes bien l’auteur(e) des différents travaux rendus dans les différents séminaires.

La soutenance permet donc de resituer votre recherche dans un cadre plus général et d’ouvrir le débat ou la réflexion sur d’autres perspectives de travaux, que vous ou d’autres pourriez mener.

Le jury est composé de deux membres qui évaluent votre travail de mémoire écrit, votre prestation orale lors de la soutenance ainsi que vos connaissances acquises au cours de cette année : votre directeur de mémoire et le second lecteur. Lequel fait partie de la liste des directeurs des directeurs de recherche ou est enseignant-chercheur à Paris 3 ou ailleurs.

La soutenance d’un mémoire de Master 2e année est une séance solennelle de diplomation. Elle dure environ une heure : 15 minutes pour votre présentation et 35 minutes pour écouter les remarques des membres du jury et répondre à leurs questions sur votre mémoire mais également sur certains contenus de séminaires. L’étudiant prend la parole quand le jury le lui la donne ; il prend des notes pour ne pas s’égarer dans la discussion et répond en allant à l’essentiel.

Suite à la soutenance (50 mn. environ), les membres du jury demandent à l’étudiant et aux personnes présentes de sortir de la salle pour délibérer. Les membres du jury se mettent d’accord pour évaluer l’écrit et la prestation orale puis, après avoir invité l’étudiant et le public, proclament debout et solennellement les résultats de leur délibération.

La présentation peut comporter trois éléments distincts :

1. Faire l’histoire de sa recherche;

2. Présenter les résultats de sa recherche;

3. Indiquer les perspectives de sa recherche.

Du passé à l’avenir, il ne s’agit pas de tout dire mais en utilisant des éléments pertinents, y compris des exemples très précis, de montrer son engagement personnel et l’inscription de sa recherche dans le champ des recherches académiques. Ce moment de présentation ne doit donc pas répéter le document écrit mais l’accompagner pour en faire ressortir l’histoire, l’intérêt et les limites ou, autrement dit, les prolongements possibles.

La présentation peut se faire avec un appui (document écrit en mains ou document projeté avec des éléments pertinents montrés et non le texte de la présentation…). Elle doit toujours être adressée (regarder les membres du jury et non le plafond ou ses seules notes voire ses pieds…) et donc non lue même si des moments de la présentation peuvent demander un appui explicite sur un texte (pour une citation ou une précision) ou sur une projection (pour un schéma, une image…) voire sur un objet (un album…). Elle relève d’un registre oral soutenu et ne doit pas comporter de familiarités ou de notions imprécises passe-partout.

L’étudiant doit avoir une tenue correcte tant vestimentaire que corporelle – ne pas interrompre le jury, attendre qu’il donne la parole. Toutefois, l’étudiant doit également montrer son engagement personnel dans son travail et répondre en argumentant aux questions posées en essayant d’associer esprit de synthèse et exemples pertinents pour ne pas rester dans des généralités.

En conclusion, une soutenance se doit d’être préparée : la présentation ne doit en aucun cas dépasser le temps imparti et être soigneusement organisée avec des exemples et des citations bien choisis.  Ne pas oublier que la présentation d’un écrit demande de montrer tout au long de l’épreuve qu’on le maîtrise parfaitement en s’y référant – si d’autres supports sont nécessaires, ils peuvent participer à la présentation voire être distribués (projetés) au jury et au public.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

lire et écrire pour le mémoire de master