Conseils pour la rédaction

Avant de parler du mémoire, on peut déjà réfléchir à ce qu’est un compte rendu. Pour cela voir un exemple d’approche ici: http://revuedeslivres.blogspot.fr/search/label/Qu%27est-ce%20qu%27un%20compte%20rendu%20critique%20%3F

La rédaction d’un mémoire demande un travail précis et rigoureux.

La titraille (titre pour les parties, sous-titre pour les sous-parties et intertitre pour orienter la lecture dans le corps du texte) doit être particulièrement soignée et cohérente. Aucun titre ne se termine par un point (sauf l’interrogation directe – à ne pas confondre avec l’indirecte qui n’a nul besoin du signe de ponctuation). Il est inutile d’aller au-delà de trois niveaux de titres dans un mémoire (on peut toutefois ajouter quelques intertitres).

En règle générale, aucun soulignement n’est nécessaire.
Pour les titres, on doit utiliser un style particulier en gras.

Les titres ne sont généralement pas trop longs. Ils doivent donner envie de lire et indiquer clairement, dans la table des matières (en début de mémoire) puis dans le sommaire (en fin), une progression argumentative et une organisation thématique avec, si possible, des jeux d’échos, de parallélisme…

Le corps du texte doit être organisé en paragraphes : chacun est une unité de pensée ou d’exposition ; aussi, faut-il éviter d’aller à la ligne à chaque phrase ou au contraire de ne pas y aller quand la progression montre un élément nouveau dans son schéma général.

La rédaction doit être soignée du point de vue lexical, syntaxique et stylistique.

On veillera à utiliser les termes appropriés, à justifier éventuellement l’emploi de termes spécifiques à un champ de recherche. On évitera des juxtapositions de termes synonymes qui montrent souvent l’hésitation conceptuelle. On refusera toute familiarité ou vulgarité : si l’emploi en est rendu nécessaire (citation ou coutume…), on utilisera des mentions (italiques ou, de préférence, guillemets).

Toutes les locutions (mots et expressions) d’origine étrangère sont présentées en italiques (y compris de nombreuses locutions latines).

« Etc. » ne demande pas les trois points : soit on l’utilise, soit ces derniers.

Chaque partie est introduite et conclue (en général, les introductions sont plus longues que les conclusions qui doivent « ramasser » en un paragraphe l’essentiel de la recherche qui précède). Des transitions permettent de situer rapidement la partie ou la sous-partie dans le développement ou, en clausule, d’annoncer ce dernier. Ces moments de transition montrent précisément un développement continu et une pensée de ce développement.

Un travail précis de relecture et de vérification sur papier est toujours nécessaire après la rédaction.

Ce qui suit concerne la bibliographie et peut être complété par ce document qui propose deux solutions (citation-note et auteur-date):

http://www.unige.ch/biblio/ses/pop_ressources_itineraire_citations.html

Les titres d’ouvrages mentionnés ou cités doivent toujours être mis en italiques. Si l’article initial fait partie du titre, il est en italiques et prend la majuscule (ex. Les Déracinés). Si un adjectif précède le premier nom, ils prennent l’un et l’autre la majuscule ( La Petite Fadette). Pour les ouvrages critiques, seule l’initiale de l’article (ou du premier mot si ce n’est pas un article) sera mise en majuscule.

Les titres d’articles, de chapitres, de poèmes inclus dans un recueil sont placés entre guillemets, sans italiques : « Exil » et « Poème à l’Etrangère » sont des composantes du recueil Exil de Saint-John Perse.

Toute citation ou mention d’un texte ou d’un fait qui n’est pas de notoriété courante doit être accompagnée d’une référence. Si la référence complète est donnée dans la bibliographie générale, on peut se contenter localement d’une référence abrégée : voir ci-dessous.

En note, la référence complète à un ouvrage sera ainsi présentée :

Prénom et Nom de l’auteur, Titre (en italiques), lieu d’édition, Nom de l’éditeur, date d’édition, page(s) mentionnée(s). Ex. :

Henri Meschonnic, Les États de la poétique, Paris, PUF, 1986, p. 58

La référence complète à un périodique ou à un recueil collectif doit être présentée ainsi : Prénom, Nom de l’auteur, titre de l’article ou de la contribution (entre guillemets), titre du périodique ou du recueil (italiques), volume ou numéro, date, page(s). Ex :

Alain-Marie Bassy, « Les Illustrations romantiques des Fables de La Fontaine », Romantisme, n° 3, 1972, p. 94-111.

Dans les notes, et seulement dans celles-ci, on utilisera les abréviations suivantes (bien respecter l’italique quand elle est proposée) :

t. pour tome – vol. pour volume

ch. pour chapitre – part. pour partie

p. pour page(s) – f. pour feuillet(s)

op. cit. (= opus citatum ; ouvrage cité) ou article cité pour renvoyer à un ouvrage (ou un article) cité auparavant et dont la référence intégrale a déjà été donnée dans une note antérieure (depuis le début du mémoire). Dans ce cas, on se contente des références suivantes (ouvrage puis article) :

Henri Meschonnic, Les États de la poétique, op. cit., p. 58.

ou

Alain-Marie Bassy, « Les Illustrations romantiques des Fables de La Fontaine », article cité, p. 98.

ibid. (= ibidem ; là même) pour renvoyer à l’ouvrage ou article que l’on vient de citer et dont la référence a été donnée dans la note qui précède (et pas plus haut). EXEMPLES DES DEUX NOTES SUCCESSIVES (si la page est la même, Ibid. suffit)

1. Henri Meschonnic, Les États de la poétique, op. cit., p. 58.

2. Ibid., p. 75.

ou

1. Alain-Marie Bassy, « Les Illustrations romantiques des Fables de La Fontaine », article cité, p. 98.

2. Ibid., p. 99.

v. pour voir

cf. (= confer ; compare) pour inviter à comparer deux passages ou deux analyses parallèles ou approchants.

 

Les citations courtes (jusqu’à deux lignes) se font entre guillemets, dans le cours du texte. Une citation (ou mention) interne à une citation utilise les guillemets anglais.

Ex. : on remarquera que Fables est en italiques parce qu’il s’agit du titre de l’ouvrage de La Fontaine; la citation de Bassy est intégrée dans le texte du mémoire. La note de page est censée suivre la note 2 ci-dessus mais se trouve sur la page suivante :

Nous comprenons maintenant pourquoi Alain-Marie Bassy déclare que « les illustrations romantiques des Fables de La Fontaine permettent de montrer que « l’homme est un animal à deux âmes », selon les termes d’Henri Busson1. » Nous observerons maintenant cette dichotomie anthropologique dans trois éditions différentes des Fables.

 ___
1. Ibid., p. 95. Bassy cite Henri Busson, « La Fontaine et l’âme des bêtes », Revue d’histoire littéraire de la France, Paris, 1935, p. 21.

Les citations plus longues sont isolées du texte, et présentées en simple interligne, avec une marge gauche supplémentaire de 2 cm. Il est inutile d’utiliser les guillemets.

Dans les deux cas, elles sont suivies d’une référence abrégée entre parenthèses, ou d’un appel de note – note où sera donnée la référence précise du passage.

Les citations ne doivent pas être altérées en quoi que ce soit, même pour être raccordées à la phrase précédente. Dans le cas où un raccord de ce genre paraît nécessaire, les guillemets ne doivent s’ouvrir qu’après la partie modifiée.

Toute suppression, même d’un mot, faite dans le corps d’une citation, doit être signalée par trois points de suspension entre crochets droits (et non entre parenthèses) : […]. Tout mot ou séquence ajoutés à titre de commentaire doivent être placés entre crochets droits.

 Les numéros d’appel de note se placent (automatiquement avec onglet « insertion » puis « note ») immédiatement après la phrase ou le mot auquel ils se rapportent, et avant ponctuation.

 

Dans la bibliographie d’ensemble, placée en fin de mémoire, les règles sont les mêmes que ci-sessus, mais on place le nom de l’auteur écrit en capitales ou petites capitales (classé selon l’ordre alphabétique), avant le prénom. Si la bibliographie est abondante, il sera bon de prévoir un classement distinguant les sources et la littérature critique, qui pourra elle-même faire l’objet d’un classement thématique.

Pour les articles consultés sur internet, la mention des auteurs, titres est la même puis on indique l’adresse internet et le jour de consultation sur le modèle suivant (s’il s’agit d’un article publié auparavant ailleurs, indiquer les sources si possible : c’est le cas dans l’exemple):

MARTIN Serge, « La littérature à l’école : où est passée la critique? » (Les Actes de lecture n° 79, septembre 2002), http://www.lecture.org/revues_livres/actes_lectures/AL/AL79/page36.PDF, consulté le 12 décembre 2012.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

lire et écrire pour le mémoire de master