Archives de catégorie : 2. Expériences et terrains

Comment construire un terrain, rendre compte des expériences: essais et méthodes

Hors sujet d’actualité : Le FLE sur la Croisette

Il est malheureusement (presque) impossible d’emmener sa classe de FLE au festival de Cannes, car les accréditations cinéphiles scolaires sont réservées aux lycéens de plus de seize ans. En revanche, il est tout à fait possible de téléporter le festival de Cannes à Paris (avec les reprises des films dans différents cinémas comme exemple le Forum des Images, la Cinémathèque et le Gaumont Opéra), et encore mieux : directement dans la classe de FLE…

Quelques pistes pour faire découvrir le festival en classe

Les possibilités sont nombreuses, en vrac :

Continuer la lecture de Hors sujet d’actualité : Le FLE sur la Croisette

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Un petit répertoire des manuels de littérature du FLE en Chine

Aujourd’hui, en Chine, la plupart des étudiants de langues préfèrent les cours utiles comme « français des affaires », et ils ne s’intéressent pas beaucoup au cours de littérature qui est plutôt considéré comme inutile. Et pour beaucoup d’étudiants, l’avantage de suivre le cours de littérature est de les aider à améliorer leur niveau de langue. Et même s’il y a beaucoup de recherches sur les manuels de fle, très peu sont sur les manuels de littérature française. Comme les manuels de littérature française utilisés en classe de FLE en Chine est mon sujet de mémoire, j’ai fait un peu de recherche et établi un petit répertoire de manuels. En effet, les manuels de littérature française utilisés en classe de FLE en Chine peuvent remonter jusqu’au début de 20 siècles, mais malheureusement certains manuels ont été perdus à l’époque. Ce petit répertoire n’est pas exhaustif, mais j’espère qu’il pourrait aider plus ou moins ceux qui y s’intéresse, et je l’actualiserai en ajoutant des nouveaux au cours de ma recherche. Si vous trouvez des nouveaux ou bien des erreurs, merci de me dire.

Prélections Exercices à l’usage des élèves chinois ; petits morceaux français avec texte
chinois en regard (法文摘本 Fawen zhaiben), P. TOSTEN Henri, Chang-hai : Imprimerie de
Imprimerie de T’ou-sè-wè, paru avant 1908..
1) L’original étant introuvable, le titre est évoqué dans les livres ou documents suivants :
«Imprimerie de T’ou-sè-wè. Chang-hai »(Cf. DEBESSE A., 1908)

Extraits des écrivains français (法文菁华 Fawen jinghua), Mgr. HAOUISÉE, A.,
Shanghai : T’ou-sè-wè, Chang-hai : Imprimerie de T’ou-sè-wè, 1ère édition parue aux
environs de 1908.
1) L’édition princeps reste encore inconnue. Le plus ancien document qui porte le titre du
livre que nous avons découvert est le « Programme des études » dans Chang-hai, Université
“l’Aurore” –上海震旦学院(1908-1909), p. 8 (AMAEEN, Fonds Shanghai, Série B, rose,
carton 72).
2) Un exemplaire de la 6e version de 1930 est conservé à la BML, fonds chinois, cote CH
14365

Morceaux choisis des auteurs français (法文观止 Fawen guanzhi), P. PIET Jean-Joseph,
Chang-hai : Imprimerie de T’ou-sè-wè, 1ère édition parue avant 1908.
1) La date de parution de la première édition est difficilement documentée. Mais le nom du
livre est déjà affiché dans le « Programme des études » dans Chang-hai, Université
“l’Aurore” –上海震旦学院(1908-1909), p. 8 (AMAEEN, Fonds Shanghai, Série B, rose,
carton 72) et «Imprimerie de T’ou-sè-wè. Chang-hai » (Cf. DEBESSE A., 1908, Voir Liste
I-article 8).
2) Un exemplaire de la 2e édition de 1909 est abrité à la BML, fonds chinois, cote CH 14366.

Initiation littéraire, Faguet, 1913
Premières lectures littéraires, M. Eugène Bauer, E. de Saint-Étienne, 1913
Lectures françaises modernes 70 morceaux choisis des grands écrivains (1. Degré
élémentaire) (近代法国文选 Jindai faguo wenxuan), annotés par RECLUS Jacques,
Shanghai : Librairie de Chine, 1932.
1) Conservé à la BML, fonds chinois, cote : SJ ZSI 01297.

Histoire de la littérature française, Li Huang, Zhonghuashuju, 1923
Histoire de la littérature française, H.etJ.Pauthier, traduit par Wang wei ke, Taidongtushuju, 1925
Histoire de la littérature française, Xu xiacun, Beixinshuju, 1930
Histoire de la littérature française, Mu Mutia, Shijieshuju, 1935
Histoire de la littérature française, WU Dayuan Pékin : Presse commerciale 1946
L’Anthologie de la littérature française, Huangjingzhi, zhongwaichubanshe, 1978
L’Anthologie de la littérature française, Zhao Junxin, Shanghai Translation Publishing House, 1985
Histoire de la littérature française, Chen Zhenyao, linyi, wang erqing, Foreign Langue Teaching and Research Press, 1989
Histoire de la littérature française du Moyen Age au XVIIIème siècle, Pierre Brunel, traduit par Zheng kelu, 1997
Histoire de la littérature française : XIXe et XXe siècle, Pierre Brunel, traduit par Zheng kelu 1980
Histoire Condensée de la Littérature Française, Guo Linge, Presse commerciale, 2000
Littérature française, PLOQUIN Françoise, HERMELINE Laurent, ROLLAND Dominique Hachette Livre, traduit par Qian Peixin,Chen Wei, Shanghai Translation Publishing House, coll. « Outils », Shanghaï, 2000.
Anthologie de la littérature française, volume 1 et 2, Zhang Fang, Jing Ni, Foreign Langue Teaching and Research Press, 2000
Histoire concise de la Littérature Française, Wu yuetian, Shanghai Foreign Language Education Press, 2005 ;
Introduction à la littérature française : du moyen âge au XXème siècle, Xu Zhenhua, Shanghai Foreign Language Education Press, 2006
Anthologie de la littérature française du XXe siècle) , Li Zhiqing, Carine Trévisan, Beijing daxue chubanshe, 2007
BLONDEAU Nicole, Littérature progressive du français, niveau débutant, traduit par Qian Peixin,CLé International, traduit par Shanghai Translation Publishing House, 2012

Bibliographie:

Yan Xu. Histoire des m´ethodologies de l’enseignement du fran¸cais en Chine (1850-2010). Linguistique. Universit´e Nice Sophia Antipolis, 2014. Français

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Méthode Tomatis: entraînement, évaluation, conclusion

L’entraînement mis en place par « Sound Sense » comprend 2 parties: la phase passive qui est centrée majoritairement sur l’écoute et la phase passive qui comprend l’écoute et la production.

La phase passive

La première partie c’est la phase passive dont le but est de « muscler » l’oreille. Il s’agit d’une sorte de gymnastique qui permet de tendre et de détendre les muscles de l’oreille et de stimuler ainsi tout le système auditif. L’oreille électronique provoque des contrastes sonores en changeant le timbre et l’intensité du son. Le but de l’écoute est de ‘surprendre’ le cerveau et d’attirer l’attention du stagiaire au changement brusque de l’intensité et des fréquences.

D’après Tomatis, il est important de faire la distinction des deux phases : active et passive. Il compare l’apprenant à un enfant qui écoute la voix de ses parents avant qu’il commence à parler. Pour lui, il nécessaire de développer d’abord une écoute attentive chez l’apprenant afin qu’il puisse reproduire les sons correctement.

Ainsi, afin de « muscler » l’oreille, les enseignants proposent à leurs stagiaires d’écouter la musique de Mozart non filtrée dans le casque à conduction osseuse 2 heures par jour pendant 13 jours. Tomatis explique que le choix de Mozart est lié à l’irrégularité rythmique de sa composition et que les contrastes musicaux de sa musique permettent de « surprendre » l’oreille et de la sensibiliser au changement fréquentiel. Il paraît que n’importe quelle autre musique pourrait être utilisée à ce propos, car Mozart bien évidemment n’est pas le seul compositeur dont les pièces ont une irrégularité rythmique. Mais les œuvres de Mozart faisant partie de la musique dite « classique »  peuvent posséder des qualités curatives et utilisées dans des traitements médicaux, ce qui est une pratique assez répandue aujourd’hui.

Pendant cette phase de l’écoute passive les stagiaires travaillent en autonomie à la maison. Leurs actions sont contrôlées à distance par l’enseignant à qui ils peuvent parler des sensations qu’ils éprouvent lors de l’écoute.

Cette phase devrait rendre le stagiaire plus attentif à la mélodie, au rythme, aux sons de la musique. Son attention doit être focalisée au maximum sur ce qu’il entend et sur les sensations qu’il éprouve en entendant tel ou tel son, car il devra pouvoir en parler à son coach après la séance. C’est une sorte de l’entraînement de l’attention de l’écoute. Le fait de devoir se concentrer sur les sons pendant 2 heures par jour peut demander beaucoup d’efforts de la part des stagiaires, surtout s’ils n’en ont pas l’habitude. Donc, forcément, cet entraînement devra leur permettre de garder plus d’attention plus longtemps pendant les cours de la phase active.

Phase active

Après cette phase préparatoire, les stagiaires ont un mois de pause pour qu’ils puissent s’habituer à la sonorité de nouvelles fréquences qu’ils ont appris à entendre. Ils doivent s’habituer à distinguer les moindres nuances sonores dans leur vie quotidienne. Ainsi, en reprenant les cours ils seront prêts à capter plus de détails des sons de la langue qu’ils veulent apprendre (de l’anglais dans ce cas-là).

La deuxième partie correspond à la phase active. Elle comprend la partie d’écoute et de reproduction. Les stagiaires écoutent la parole filtrée (on utilise les filtres passe-haut et passe-bas, c’est-à-dire que les stagiaires écoutent la parole dans les fréquences au-dessus et au-dessous de 700 Hz) et leur propre voix filtrée en même temps qu’ils produisent les phrases. D’après les partisans de cette méthode, nous n’avons pas l’habitude d’entendre notre propre voix, car à cause de la conduction osseuse notre voix nous semble être plus basse qu’elle ne l’est en réalité. C’est pourquoi, pour ne pas « choquer » les stagiaires par la sonorité réelle de leur voix, ils leur font écouter leur voix filtrée dans les fréquences de la langue qu’ils veulent apprendre.

« Il s’agit pratiquement de faire écouter à l’apprenant un message en langue étrangère filtré pour renforcer les zones fréquentielles qui ne sont pas utilisées dans sa propre langue. C’est cette différence de point de vue qui creuse le fossé entre la méthodologie verbo-tonale de correction phonétique en cours de langue qui opère une analyse « locale » par utilisation de « contextes favorisants » mettant en valeur les caractéristiques du son.» (Lauret, 1998 : 00)

Le type de support qui est le plus souvent utilisé c’est le texte du « Petit Prince » de Saint-Exupéry, car selon les enseignants c’est un texte universel, connu de tous les stagiaires, donc il est plus facile à exploiter.

Pendant tout l’apprentissage l’accent est mis surtout sur l’intonation, car l’utilisation de l’intonation appropriée assure une meilleure transmission du message. D’après les enseignants, une personne qui sait ajuster son intonation pourra être mieux comprise par ses interlocuteurs que la personne qui articule correctement les sons, mais qui n’utilise pas l’intonation appropriée. C’est pourquoi, une correction articulatoire n’est presque jamais mise en place par les enseignants.

Afin de sensibiliser l’apprenant au rythme et à l’intonation de l’anglais, les enseignants recourent à l’utilisation du filtre passe-bas, donc ils font entendre les basses fréquences au stagiaire. (Ici on peut faire le lien avec le fœtus qui n’entend que les basses fréquences et qui est plus sensible à l’intonation qu’aux sons particuliers de la parole.)

Les enseignants font parcourir tout l’ensemble des fréquences (« balayage ») aux stagiaires pour que leur oreille s’habitue à une large gamme de fréquences.

La phase active dure autant que la phase passive, c’est à dire, les élèves doivent s’entraîner 2 heures par jour pendant 13 jours. Ensuite, la phase active peut être répétée deux fois si le stagiaire le souhaite. Au bout de 3 répétitions, le cursus est considéré accompli, le résultat maximal est atteint.

Evaluation

Pour l’évaluation, les enseignants recourent au test de l’audiométrie comme au début du cursus. On peut y avoir plusieurs tests intermédiaires pour contrôler le progrès des apprenants.

Selon les praticiens de la méthode, les résultats du premier et du dernier test varient visiblement. Les apprenants font du progrès, ils arrivent à percevoir une plus large gamme de fréquences. Ils apprennent à focaliser leur attention sur de moindres différences sonores ce qui favorisent leur production et compréhension orale des langues étrangères (notamment de l’anglais dans le cas de « Sound Sense »).

Malheureusement, nous n’avons pas eu la possibilité de comparer les deux tests d’évaluation et nous ne pouvons pas savoir si la courbe osseuse descend comme le voulait Tomatis.

Il est à noter que l’audiogramme peut varier beaucoup en fonction de l’état psychologique et de l’attention de la personne à un moment donné. Il me semble que les sons qui apparaissent vers la fin du test peuvent être moins bien perçus à cause de la baisse de l’attention de la part de l’apprenant. Il faut se tenir compte que le test dure 45 minutes ce qui peut être assez fatigant pour lui.

Il est important de savoir que les clients de cette école ont déjà essayé d’autres méthodes dites « traditionnelles » de l’apprentissage des langues et apparemment n’ont pas acquis de résultats satisfaisants. Donc, ils considèrent l’école Tomatis comme leur « dernière chance » d’améliorer leur production en langue étrangère. Ainsi, ils sont très motivés pour montrer le progrès qu’ils ont fait, et il est possible qu’ils soient beaucoup plus concentrés pendant le test final que pendant le premier test.

Le but de l’apprentissage c’est non seulement de rendre les apprenants plus sensibles aux fréquences des autres langues mais aussi d’acquérir un accent neutre américain. Il faut dire que la suppression totale de l’accent n’est possible que dans de très rares cas. Généralement, les stagiaires apprennent à rendre leur accent un peu moins prononcé et arrivent à se servir des outils prosodiques afin de rendre leur discours plus compréhensible.

Conclusion

Le cursus proposé par les écoles Tomatis comprend non seulement l’entraînement acoustique mais aussi tout un travail psychologique. Grâce à un grand nombre de témoignages positifs, les stagiaires viennent ici en cherchant leur dernière chance d’améliorer leurs compétences en langues étrangères. Dans ces écoles ils ont la possibilité de parler de leurs problèmes à un coach de langue et peuvent profiter de son assistance permanente tout au long du cursus. Le coach leur permet de créer de la confiance en eux-mêmes et contribue à une meilleure motivation.

Il est difficile de dire ce qui influence davantage le progrès des apprenants : le travail de psychanalyse mené par le coach ou l’entraînement des organes auditifs. Ou peut-être, c’est l’ensemble des deux approches. Le plus important c’est que le progrès des stagiaires est remarquable et incontestable.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Méthode Tomatis: base théorique

Dans un des billets précedents j’ai publié le questionnaire pour l’entretien que j’ai mené auprès de l’école « Sound Sense », une école-sœur du centre Tomatis, spécialisée surtout sur l’apprentissage de l’anglais oral.

Il faut dire qu’il s’agit d’un système d’enseignement complémentaire qui aidera les stagiaires à mieux percevoir et donc à mieux produire les sons de l’anglais américain. Les stagiaires qui ont suivi ce cursus témoignent des résultats remarquables, pourtant la base théorique sur laquelle cette méthode est fondée est souvent contestée par les chercheurs. C’est pourquoi cette question a attiré mon attention.

Dans ce billet je vais expliquer les principes généraux de cette méthode et les causes des critiques qu’elle suscite.

Base théorique

Alfred Tomatis, un oto-rhino-laryringologiste (un personnage assez médiatisé à l’époque), a élaboré des schémas (ou des éthnogrammes) qui montrent la différence entre les langues du point de vue fréquentiel et permettent d’ajuster les activités d’entraînement en fonction de la langue maternelle et de la langue cible de l’apprenant. Ils montrent quelles zones fréquentielles sont moins impliquées dans la langue maternelle des apprenants et donc quelles fréquences il faudrait renforcer pendant l’entraînement pour améliorer leur perception et prononciation de la langue cible.

Voici deux schémas qu’on peut trouver sur le site Internet de l’école Tomatis (https://tomatis-paris.fr/).

Probablement, ces schémas représentent les spectres sonores de différentes langues. L’axe des abscisses représente la fréquence (Hz) et l’axe des ordonnées l’intensité (dB). Lors de l’entretien, nous avons appris que ces schémas ont été obtenus à la base des consonnes, qui selon Tomatis, sont des éléments de langue « moins stables » que les voyelles. Les zones fréquentielles où les voyelles devraient se trouver sont mises en couleur (gris ou pourpre) sur les éthnogrammes.

Il est difficile de répondre à la question pourquoi les consonnes sont moins stables que les voyelles et ce que Tomatis sous-entend sous le terme « stable ». Nous ne connaissons pas les raisons pour lesquelles il a décidé d’éliminer les voyelles de l’analyse. Cette décision peut paraître irrationnelle, car toutes les langues se composent d’un nombre de consonnes et de voyelles et il est impossible d’affirmer que ce sont les consonnes ou les voyelles qui influencent davantage le spectre sonore d’une langue. Ce serait difficile d’obtenir des résultats fiables sur le spectre sonore à long terme sans prendre en considération un de ses éléments. Dans ce cas-là, l’analyse serait incomplète.

Comme nous avons déjà dit, ces schémas sont privés de preuve scientifique, c’est pourquoi les résultats obtenus sont souvent critiqués par les universitaires. Souvenons-nous de la recherche menée par Byrne qui a été évoquée précédemment et dont les résultats ont justifié qu’il n’y a pas de différences entre les langues du point de vue de leur spectre sonore. Donc, l’idée de pouvoir sensibiliser l’oreille à percevoir les sons dans les fréquences absentes dans la langue maternelle des apprenants semble être fausse.

Bien que les schémas obtenus soient contestés par les chercheurs, ils servent de base pour l’élaboration de la méthode de l’enseignement des langues qui apporte des résultats exceptionnels.

Il semble que le rôle majeur des éthnogrammes consiste à déculpabiliser l’apprenant, en leur montrant que leur problème de l’apprentissage des langues ne dépend pas de leurs qualités personnelles ni capacités mentales, mais des différences des fréquences de leur langue maternelle et de la langue cible. Par exemple, d’après ces schémas, nous voyons que le russe couvre une plus large gamme de fréquences par rapport aux autres langues, c’est pourquoi, d’après Tomatis, les Russes sont plus « doués » à l’apprentissage des langues étrangères. Mais évidemment, le progrès de chacun dépend de son implication dans l’apprentissage et pas seulement de sa langue maternelle ou de ses capacités innées.

Ainsi, le premier pas vers un apprentissage réussi est de motiver le stagiaire à apprendre, de l’assurer de l’efficacité de la méthode d’après lequel l’apprentissage est construit, de lui expliquer les causes de son problème du point de vue (pseudo)scientifique, de lui proposer la résolution du problème, de le persuader (mais sans aucune insistance) de faire confiance aux conseils des coachs professionnels. Il faut dire que d’habitude les stagiaires n’ont pas besoin d’être persuadés par les enseignants, car ils viennent dans ce centre étant déjà conscients de l’obtention de l’aide des professionnels grâce à de nombreux témoignages de résultats impressionnants.

Une fois cette étape réussie, les stagiaires sont prêts à s’impliquer pleinement dans l’entraînement. L’école Tomatis prouve encore une fois l’idée du rôle primordial de la motivation des apprenants dans l’acquisition des savoir-faire, dont nous avons parlé dans le premier chapitre.

Il faut dire que ces schémas ne sont pas le seul outil mis en pratique par les enseignants. Ils élaborent leur programme en fonction des difficultés concrètes de chaque apprenant en se basant sur le test d’audiométrie, dont nous parlerons plus loin.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Entretiens avec les enseignants francophones natifs en Chine

Dans le cadre mon mémoire du M2 portant sur la perspective actionnelle contextualisée dans l’enseignement supérieur en Chine,  j’ai effectué un stage d’observation de 1 semaine à l’Université des études internationales de Shanghai et un stage pratique de 3 semaines à l’Université Jianghan. Durant mon séjour en Chine, j’ai interviewés 4 enseignants francophones natifs  et 4 enseignants chinois dans les deux établissements ainsi que deux questionnaires auprès des étudiants chinois, en vue de mieux connaître l’enseignement/apprentissage du français en milieu universitaire chinois et de bien suivre la réalisation des tâches et des projets.

En réalité, les questions varient en fonction de différents enseignants et de différents tâches/projets réalisés et les entretiens Continuer la lecture de Entretiens avec les enseignants francophones natifs en Chine

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Mon terrain, échecs et réussites

Comme nous sommes déjà fin avril, je pense qu’il est temps de mettre par écrit l’état de mon terrain de recherche.

J’ai choisi mon sujet de mémoire après avoir enseigné le FLE à Bristol, en Angleterre, à des lycéens de classes de première et de terminale qui passaient le français au baccalauréat britannique et à des étudiants de première année universitaire de français. C’est pendant que j’enseignais à ces deux publics que je me suis rendu compte du vaste écart existant entre les compétences demandées aux élèves et aux étudiants qu’une seule année séparait. Mon sujet de mémoire traite donc de la transition entre enseignement du français au secondaire à la première d’année de licence en Angleterre, particulièrement en ce qui concerne les compétences écrites.

Ainsi, sur le plan géographique, mon terrain se situe à Bristol et plus précisément dans les deux établissements où j’ai travaillé : le lycée Clifton College et l’université de Bristol.

Deux choses qui me semblent importantes à prendre en compte : Clifton College est un lycée privé aux frais très élevés. Les élèves de cet établissement obtiennent des résultats au baccalauréat très supérieurs à ceux de la moyenne nationale. L’université de Bristol est dans les dix meilleures du pays, notamment grâce à son département de langues.

Mon but premier était de recueillir une vingtaine de copies de chaque niveau et de les analyser afin de relever et d’étudier les fautes récurrentes ainsi que les savoir-faire communs à la majorité des apprenants.

Mon directeur de mémoire étant spécialiste de la génétique des textes, j’ai voulu adopter sa méthode d’analyse en plus de la mienne en analysant également les brouillons.

Après avoir obtenu la permission du chef de département des deux écoles, j’ai demandé à mes anciens collègues de me fournir les rédactions/dissertations (et les brouillons) de leurs élèves de terminale et de leurs étudiants de première année.

Cela a pris beaucoup de temps à se mettre en place (beaucoup plus que je ne l’espérais) et ce n’est que maintenant, fin avril, que je réussis enfin à récupérer presque toutes les copies dont j’ai besoin.

J’avais clairement sous-estimé la difficulté à se procurer des brouillons de rédaction. Non seulement cela est presque infaisable sur le plan logistique et technologique, mais en plus et surtout, les apprenants n’en font presque pas. J’ai dû abandonner l’idée d’analyser les ébauches et la réécriture. Je dois donc maintenant me concentrer sur les versions finales et trouver une méthode d’analyse qui correspond à mes recherches.

Je suis en ce moment en train de me pencher de manière plus pointue sur les types d’évaluations dans les deux cycles et leur impacte potentiel sur les notes et les compétences écrites des étudiants.

Continuer la lecture de Mon terrain, échecs et réussites

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Questionnaire de recherche

Dans le cadre de ma recherche en master 2 qui porte le thème suivant : « variété de textes et l’approche par les compétences dans le manuel FLE de la 5ème année primaire en Algérie », j’ai élaboré un questionnaire anonyme adressé à une quinzaine d’enseignants de français au primaire afin de rassembler les informations nécessaires afin de vérifier la validité de  mes hypothèses de départ.  j’ai ciblé  des enseignants de différentes régions qui s’étendent sur 6 départements. Le questionnaire en question est un outil « de recueil d’informations » (DE KETELE, J-M., ROGIERS, X., 2009, p 26),  des informations sur la formation des enseignants en didactique à l’université. Recueil d’informations sur textes proposés dans ce manuel et sur les compétences visées par ces textes.

Continuer la lecture de Questionnaire de recherche

Les jeudis de l’Oulipo : parcelle de terrain

Dans le cadre de mon mémoire qui se propose de réfléchir à la mise en place d’une écriture singulière en FLE, et ce par le biais d’ateliers d’écriture reposant sur les écrits de Perec, je me suis dit que d’assister à l’un des Jeudis de l’Oulipo, groupe littéraire dont l’écrivain était membre, pourrait être enrichissant. Cette expérience constitue en quelque sorte un bout de mon terrain d’investigation, entre lectures, rencontres et séminaires.

Ainsi me suis-je rendu, ce jeudi 12 avril, entre 19h00 et 20h00, dans le grand auditorium de la Bibliothèque Nationale de France (site François Mitterrand), assister à l’un de leurs rendez-vous mensuels (entrée libre !). Titre du programme du jour : Fugues, valses et concertos !

Continuer la lecture de Les jeudis de l’Oulipo : parcelle de terrain

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Un questionnaire pour la science !

Bonjour à tous,

Je me permets de partager avec vous un questionnaire d’une amie en FLE à Paris 3.  C’est pour la bonne cause !

Bonjour à tous et à toutes. Je suis actuellement étudiante en Master 2 de DDL en option stage à Sorbonne Nouvelle. Dans le cadre de mon mémoire, je travaille sur l'utilisation de textes littéraires autobiographiques d'auteurs francophones caribéens (M. Condé, P. Chamoiseau, N. Appanah, D. Laferrière, G. Pineau) en classe de Fle. Je me permets de vous contacter afin de connaître votre avis sur ce thème tout en récoltant quelques données pour mon mémoire. C'est un questionnaire qui ne prend que quelques minutes à remplir. Voici le lien : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdBO399WtScqFlGEpXeOaPt4KMbNhbSQ4RIutxPmbAC9czYOQ/viewform 

Je vous remercie d'avance pour vos réponse. 

Bonne journée 
Stélvina Baillard

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Extrait d’un carnet de voyage

« De retour en France, je suis hantée par des images d’une enfance heureuse mais isolée, dans cette immensité de sable, un terrain de jeu infini où la moindre histoire se transforme en récit d’une épopée. Celle de l’éternelle jouvence (oubliée)…
Et moi dans les quelques pages de ce carnet de voyage, je déverse mon encre dans un fleuve d’écriture qui a rendu fertile une terre que j’ai longtemps cru aride. Ces mots griffonnés, souvent arrachés à la vérité d’un moment vécu, ils m’ont permis de récolter les mystères d’un territoire secret et inconnu. J’ai vécu ces instants de l’écriture comme une longue  méditation qui déchire le silence d’une existence, d’une expérience indicible.

Et ô combien il est silencieux ce désert ! »

J’écrivais ces quelques-lignes dans l’avion de retour en France. Elles sont extraites de mon second carnet de voyage. L’écriture de ce carnet m’avait permis de comprendre, de prendre du recul et de réfléchir sur les expériences vécues. Elle a rendu fertile une terre que j’ai cru aride, une terre que je ne comprenais pas et qui me déstabilisait.

Mon mémoire parle de contexte et de situation, d’histoire et d’historicité. Je crois cependant que mon carnet est la meilleure histoire que je puisse écrire. Il contient l’essence même de mon mémoire dont il narre les subtilités et le contenu en plusieurs fragments de vie.

C’est pourquoi j’ai décidé d’ouvrir mon introduction de mémoire avec un extrait de mon carnet de voyage. C’est au moment de la pré-soutenance que j’ai compris l’importance de contextualiser ma recherche, non pas en présentant le contexte de celui-ci, mais en laissant parler les images et les voix de l’expérience. Mémoire, n’est-ce pas à l’origine « celui qui se souvient » ?
Laissons parler les souvenirs !

Ce n’est pas dans mes habitudes de partager ce genre de vidéos mais je voulais mettre des visages et des images, contre l’oubli et pour célébrer le souvenir de la vie de ces enfants. Ils m’ont tant appris.

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Une chanson en classe de FLE

Je me suis aperçue que je parlais toujours de la même chose à ma famille : des outils fantastiques pour l’enseignement du français mais que, faute de cours à l’université, je ne les partageais pas avec mes camarades de classe ! Une playslist sur une application nous invite à utiliser une chanson d’artiste francophone comme document authentique en classe de français langue étrangère (FLE).

Continuer la lecture de Une chanson en classe de FLE

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Littératures francophones ? une tribune qui fait le point !

 

Tribune : Pour l’enseignement des écrivains francophones du Sud

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Notes de lecture: Enquête sociologique. Serge Paugam.

Pour ceux et celles qui ont besoin de faire des questionnaires ou des entretiens mais qui ne savent pas comment rédiger les questions, je voudrais partager une oeuvre de Serge Paugam (2012) :  Enquête sociologique. Bien qu’il n’ait pas fourni des « recettes » à appliquer immédiatement, mais on y trouvera des principes généraux pouvant guider l’élaboration du questionnaire et préparer les entretiens.  Le livre est accessible sur le site Cairn via le Bis de la Sorbonne.

Voici le lien: https://www-cairn-info.janus.biu.sorbonne.fr/l- Continuer la lecture de Notes de lecture: Enquête sociologique. Serge Paugam.

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

ENTRETIEN OU ENQUÊTE QUESTIONNAIRE ?

 

Source : http://www.defirecylum.org/wp-content/uploads/2017/02/images-1.jpeg

 

Alors que nous nous préparons à la pré-soutenance du 6 mars prochain, certains comme moi commencent à peine à recevoir les questionnaires distribués en vue de recueillir des données indispensables à certains aspects de leur mémoire.

Parmi les outils d’enquête utilisé dans le cadre d’une recherche figurent non seulement l’entretien, mais aussi l’enquête questionnaire. Le choix ne s’impose pas entre les deux comme s’ils étaient incompatibles, mais on utilise en fonction des besoins de sa recherche, l’un, l’autre ou les deux.

Jean-Claude KAUFMANN suppose que « malgré des tentatives répétées, l’entretien semble résister à la formalisation méthodologique : dans la pratique il reste fondé sur un savoir-faire artisanal, un art discret du bricolage.[1] Toutefois, depuis la création du magnétophone, l’entretien s’impose dans le milieu de la recherche comme un outil à la fois économique et facile d’usage. Par contre cette facilité et cette économie ne rendent pas la tâche du véritable chercheur ou de l’apprenti-chercheur moins laborieuse. Une fois le matériau recueilli, il lui faudra le traiter en faire un usage qui soit capable d’accorder le crédit qu’il faut à son travail. Nous y avons déjà recouru d’ailleurs dans le cadre de notre mémoire, auprès de responsables d’établissement.

Quant à notre enquête questionnaire, elle concerne surtout les enseignants du troisième cycle de l’enseignement scolaire en Haïti. Les questions sont ouvertes pour certaines et fermées pour d’autres. Je vous partage ce questionnaire avant de vous donner une idée de sa construction et de sa conformité au but de la recherche. Il s’agit de 15 questions portant sur le recours au créole ou à d’autres langues que la langue cible en classe de français.

Questionnaire-annexe mémoire

Note

[1] J-C. Kauffmann, L’entretien compréhensif, p. 7.

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

Unité didactique sur l’acquisition de l’article

Je vous présente l’unité didactique complète sur l’acquisition de l’article que j’ai rédigée pour mes étudiants du FLE du niveau A2. Ce document sera l’annexe 1 de mon mémoire.

ANALYSE PRE-PEDAGOGIQUE

Une fiche de conseils pour votre alimentation

JE RETROUVE LA FORME, PAS LES FORMES ! Continuer la lecture de Unité didactique sur l’acquisition de l’article

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts