Archives de catégorie : 2. Expériences et terrains

Comment construire un terrain, rendre compte des expériences: essais et méthodes

Les jeudis de l’Oulipo : parcelle de terrain

Dans le cadre de mon mémoire qui se propose de réfléchir à la mise en place d’une écriture singulière en FLE, et ce par le biais d’ateliers d’écriture reposant sur les écrits de Perec, je me suis dit que d’assister à l’un des Jeudis de l’Oulipo, groupe littéraire dont l’écrivain était membre, pourrait être enrichissant. Cette expérience constitue en quelque sorte un bout de mon terrain d’investigation, entre lectures, rencontres et séminaires.

Ainsi me suis-je rendu, ce jeudi 12 avril, entre 19h00 et 20h00, dans le grand auditorium de la Bibliothèque Nationale de France (site François Mitterrand), assister à l’un de leurs rendez-vous mensuels (entrée libre !). Titre du programme du jour : Fugues, valses et concertos !

Continuer la lecture de Les jeudis de l’Oulipo : parcelle de terrain

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Un questionnaire pour la science !

Bonjour à tous,

Je me permets de partager avec vous un questionnaire d’une amie en FLE à Paris 3.  C’est pour la bonne cause !

Bonjour à tous et à toutes. Je suis actuellement étudiante en Master 2 de DDL en option stage à Sorbonne Nouvelle. Dans le cadre de mon mémoire, je travaille sur l'utilisation de textes littéraires autobiographiques d'auteurs francophones caribéens (M. Condé, P. Chamoiseau, N. Appanah, D. Laferrière, G. Pineau) en classe de Fle. Je me permets de vous contacter afin de connaître votre avis sur ce thème tout en récoltant quelques données pour mon mémoire. C'est un questionnaire qui ne prend que quelques minutes à remplir. Voici le lien : 

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdBO399WtScqFlGEpXeOaPt4KMbNhbSQ4RIutxPmbAC9czYOQ/viewform 

Je vous remercie d'avance pour vos réponse. 

Bonne journée 
Stélvina Baillard

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Extrait d’un carnet de voyage

« De retour en France, je suis hantée par des images d’une enfance heureuse mais isolée, dans cette immensité de sable, un terrain de jeu infini où la moindre histoire se transforme en récit d’une épopée. Celle de l’éternelle jouvence (oubliée)…
Et moi dans les quelques pages de ce carnet de voyage, je déverse mon encre dans un fleuve d’écriture qui a rendu fertile une terre que j’ai longtemps cru aride. Ces mots griffonnés, souvent arrachés à la vérité d’un moment vécu, ils m’ont permis de récolter les mystères d’un territoire secret et inconnu. J’ai vécu ces instants de l’écriture comme une longue  méditation qui déchire le silence d’une existence, d’une expérience indicible.

Et ô combien il est silencieux ce désert ! »

J’écrivais ces quelques-lignes dans l’avion de retour en France. Elles sont extraites de mon second carnet de voyage. L’écriture de ce carnet m’avait permis de comprendre, de prendre du recul et de réfléchir sur les expériences vécues. Elle a rendu fertile une terre que j’ai cru aride, une terre que je ne comprenais pas et qui me déstabilisait.

Mon mémoire parle de contexte et de situation, d’histoire et d’historicité. Je crois cependant que mon carnet est la meilleure histoire que je puisse écrire. Il contient l’essence même de mon mémoire dont il narre les subtilités et le contenu en plusieurs fragments de vie.

C’est pourquoi j’ai décidé d’ouvrir mon introduction de mémoire avec un extrait de mon carnet de voyage. C’est au moment de la pré-soutenance que j’ai compris l’importance de contextualiser ma recherche, non pas en présentant le contexte de celui-ci, mais en laissant parler les images et les voix de l’expérience. Mémoire, n’est-ce pas à l’origine « celui qui se souvient » ?
Laissons parler les souvenirs !

Ce n’est pas dans mes habitudes de partager ce genre de vidéos mais je voulais mettre des visages et des images, contre l’oubli et pour célébrer le souvenir de la vie de ces enfants. Ils m’ont tant appris.

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Une chanson en classe de FLE

Je me suis aperçue que je parlais toujours de la même chose à ma famille : des outils fantastiques pour l’enseignement du français mais que, faute de cours à l’université, je ne les partageais pas avec mes camarades de classe ! Une playslist sur une application nous invite à utiliser une chanson d’artiste francophone comme document authentique en classe de français langue étrangère (FLE).

Continuer la lecture de Une chanson en classe de FLE

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Littératures francophones ? une tribune qui fait le point !

 

Tribune : Pour l’enseignement des écrivains francophones du Sud

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Notes de lecture: Enquête sociologique. Serge Paugam.

Pour ceux et celles qui ont besoin de faire des questionnaires ou des entretiens mais qui ne savent pas comment rédiger les questions, je voudrais partager une oeuvre de Serge Paugam (2012) :  Enquête sociologique. Bien qu’il n’ait pas fourni des « recettes » à appliquer immédiatement, mais on y trouvera des principes généraux pouvant guider l’élaboration du questionnaire et préparer les entretiens.  Le livre est accessible sur le site Cairn via le Bis de la Sorbonne.

Voici le lien: https://www-cairn-info.janus.biu.sorbonne.fr/l- Continuer la lecture de Notes de lecture: Enquête sociologique. Serge Paugam.

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

ENTRETIEN OU ENQUÊTE QUESTIONNAIRE ?

 

Source : http://www.defirecylum.org/wp-content/uploads/2017/02/images-1.jpeg

 

Alors que nous nous préparons à la pré-soutenance du 6 mars prochain, certains comme moi commencent à peine à recevoir les questionnaires distribués en vue de recueillir des données indispensables à certains aspects de leur mémoire.

Parmi les outils d’enquête utilisé dans le cadre d’une recherche figurent non seulement l’entretien, mais aussi l’enquête questionnaire. Le choix ne s’impose pas entre les deux comme s’ils étaient incompatibles, mais on utilise en fonction des besoins de sa recherche, l’un, l’autre ou les deux.

Jean-Claude KAUFMANN suppose que « malgré des tentatives répétées, l’entretien semble résister à la formalisation méthodologique : dans la pratique il reste fondé sur un savoir-faire artisanal, un art discret du bricolage.[1] Toutefois, depuis la création du magnétophone, l’entretien s’impose dans le milieu de la recherche comme un outil à la fois économique et facile d’usage. Par contre cette facilité et cette économie ne rendent pas la tâche du véritable chercheur ou de l’apprenti-chercheur moins laborieuse. Une fois le matériau recueilli, il lui faudra le traiter en faire un usage qui soit capable d’accorder le crédit qu’il faut à son travail. Nous y avons déjà recouru d’ailleurs dans le cadre de notre mémoire, auprès de responsables d’établissement.

Quant à notre enquête questionnaire, elle concerne surtout les enseignants du troisième cycle de l’enseignement scolaire en Haïti. Les questions sont ouvertes pour certaines et fermées pour d’autres. Je vous partage ce questionnaire avant de vous donner une idée de sa construction et de sa conformité au but de la recherche. Il s’agit de 15 questions portant sur le recours au créole ou à d’autres langues que la langue cible en classe de français.

Questionnaire-annexe mémoire

Note

[1] J-C. Kauffmann, L’entretien compréhensif, p. 7.

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

Unité didactique sur l’acquisition de l’article

Je vous présente l’unité didactique complète sur l’acquisition de l’article que j’ai rédigée pour mes étudiants du FLE du niveau A2. Ce document sera l’annexe 1 de mon mémoire.

ANALYSE PRE-PEDAGOGIQUE

Une fiche de conseils pour votre alimentation

JE RETROUVE LA FORME, PAS LES FORMES ! Continuer la lecture de Unité didactique sur l’acquisition de l’article

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

LES TROIS LIEUX DU CHANTIER DE MÉMOIRE

Crédit photo : Marc Lens Siméon

Nous nous acheminons vers le terme d’un parcours de formation en Master de Didactique des langues et, dans le but de produire notre mémoire, depuis plusieurs mois nous œuvrons dans un modeste chantier. Sur ce chantier se trouvent aujourd’hui plusieurs types de matériau : des voix, des textes, des images, des résumés et compte rendus de lecture, des extraits disséminés dans plusieurs lieux du champ de construction. Ces éléments se trouvent à divers étages de la pyramide sémiotique peircienne de l’ordre des indices à l’ordre iconique et de l’ordre iconique à l’ordre symbolique.

  • L’ordre indiciel

Dans l’ordre indiciel de notre chantier, nous regroupons tout ce que Daniel Bougnoux (1998) appelle « les traces sensibles ou les échantillons des phénomènes » (Daniel Bougnoux, 1998 : 32) : par exemple, des enregistrements d’échanges parfois cacophoniques entre des élèves sur une cour d’écoles où nous nous sommes rendus pour des observations. L’indice comme signe se définit par un rapport non différé entre représentant et représenté.

Continuer la lecture de LES TROIS LIEUX DU CHANTIER DE MÉMOIRE

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

Recueil des données

La conduite de recueil des données est un moment important dans le travail de recherche, mon mémoire fonde sur l’analyse du discours chez les apprenants chinois de niveau B1. En fait, j’ai déjà pris contact avec un professeur du français travaillant à une université langue étrangère en Chine et j’ai obtenu son autorisation de recueillir mes données auprès ses 21 étudiants de troisième année. Il s’agit de se lancer les conversations avec chacun et de les enregistrer. La conversation est menée autours des 20 sujets, comme la présentation de la famille. La transcription de l’enregistrement fait ainsi l’objet d’analyse.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Vous avez dit culture ? Pistes avec François Jullien…

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/la-france-une-entite-sans-identite#xtor=EPR-2-[LaLettre23062017]

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

De l’analyse du produit à l’analyse du processus

L’analyse de Protocole.  Un outil de recueille de données utile

L’écriture est un processus et un produit, comme l’a exprimé Emig (1977), elle est une des activités d’apprentissage de la langue la plus importante pour le développement cognitif quant à l’analyse, la synthèse, l’organisation du discours, la métacognition (Oxford, 1990), l’imagination, la créativité, c’est-à-dire, la composition d’un texte écrit adapté au style et registre du lecteur auquel il est adressé. Pour cette raison, dans l’actualité, nous donnons une valeur plus importante au processus d’écriture, voir plus que celui que le produit écrit obtenu représente. Ce processus comprend les pas à suivre des étudiants au moment de rédiger, à partir des processus cognitifs jusqu’aux actions externes qui influent de manière significative dans la tâche d’écrire un texte. C’est ainsi qu’il est indispensable d’étudier les caractéristiques internes (cognitives) et externes (extralinguistiques) de ce processus afin d’obtenir une vision assez claire des styles et stratégies d’apprentissage qui interviennent dans l’écriture comme processus. Nonobstant, il est difficile de mener ce type d’étude et encore plus de déterminer à vrai dire ce qui se passe au niveau cognitif de l’individu, car il s’agit de processus cérébraux non observables de l’extérieur et par conséquent, il est nécessaire de méthodes de recueille de données efficaces qui permettent de rejoindre la majeur quantité d’information possible sur comment ce processus d’écriture est mener au bout.

Ceci dit, une des méthodes de recueille de données les plus efficaces a été le protocole de pensé à voix haute. Celui-ci peut être considéré comme pas très viable dû au degré de subjectivité représentée par le fait d’avoir un étudiant qui décrit son processus d’écriture et ses propres pensées à l’intérieur de ce processus d’écriture (Nisbett et Wilson’s, 1997 dans Haye et Flower, 1983). En plus, comme le mentionne Lashley dans Smagorinsky (1994), le protocole de pensée à voix haute est un processus d’introspection qui n’a pas de moyen d’être mesuré de manière objective ; cependant, il est et continue à être une des méthodes de recueille de données le plus utilisé par les chercheurs dans le domaine de la cognition. C’est ainsi que le protocole de pensée à voix haute a été critiqué, mais au même temps admiré par la richesse de l’information qu’il peut apporter à la recherche. Il est important de dire que le chercheur doit prendre en considération que les données recueillies sont en relation étroite avec le bagage socioculturel de celui qui écrit (Deutscher, 2010). En fait, dans quelques cas, la composition de l’écrivain est très reliée avec son idiosyncrasie comme le suggère Smagorinsky (1994) et alors, l’auteur doit savoir identifier ce phénomène nommé par Smagorinsky come réactivité.

Dans cet ordre d’idées, le chercheur qui utilise le protocole de pensée à voix haute doit être conscient du fait que pas toutes les données transcrites du protocole seront utiles pour la recherche, mais il ne doit pas mépriser certains aspects subtils (soupires, périodes de silence, entre autres) exprimés par l’écrivain pendant le processus. Ces détails peuvent être essentiels pour décrire d’une meilleure manière la façon de travailler de celui qui écrit et le degré d’influence qu’a son idiosyncrasie, sa vision du monde, sa personnalité et son niveau de pragmatisme dans le produit écrit de sa composition.

Références bibliographiques

Emig, J. (1977). Writing as a mode of learning. Dans D. Goswami, y M Butler (Eds.), The web of meaning: essays on writing, teaching, learning, and thinking. Montclair, NY: Boynton/Cook Publishers.

Deutscher, Guy. (2010). Through the Language Glass. Why the World Looks Different in Other Languages. New York: Metropolitan Books.

Hayes, J., y Flower, L. (1983). Uncovering cognitive processes in writing: An introduction to protocol analysis. Dans P. Monsenthal, L. Tamor, y S. Walmsley (Eds.), Research on writing: Principles and methods (pp. 207-220). NY: Longman.

Oxford, R. L. (1990). Language learning strategies. What every teacher should know. Boston, MA: Heinle and Heinle Publishers.

Smagorinsky, P. (1994). Speaking about writing: Reflections on research methodology. Thousand Oaks, CA: Sage.

MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

compétence communicative : des habiletés culturelles à apprendre

Les études du geste dans le domaine de la didactique des langues étrangères se reposent en trois aspects : les plus étudiés est les gestes des apprenants ; l’interculturalité émergée lors de l’utilisation des gestes est aussi remarquée et enfin seule une partie restreinte est consacrée à la gestuelle des enseignants (autrement dit la gestuelle pédagogique) (Tellier, 2004). Au long de mon travail sur la communication non verbale en classe de langues étrangères, je me focalise plus spécifiquement sur ce qui concerne les comportements de l’enseignant, mais je ne peux pas ignorer nos plusle côté de l’apprenant. Les apprenants, dont les connaissances linguistiques de la langue cible ne sont pas encore suffisantes, ne se limitent pas à se faire comprendre par la langue. En classe de langue ou dehors, comprendre et puis s’adapter à la mode de communication non verbale propre à la langue cible est un travail à faire pour les apprenants, surtout quand ils vivent dans un contexte où cette langue cible est véhiculaire et dominante.

De nos jours, la compétence communicative est devenue « un concept didactique vertébral » (Porcher, 1989 :8). Porcher a déjà signalé en 1989 (Porcher, 1989 : 9) la nécessité de l’enseignement d’une compétence culturelle en classe de langue, expliquant qu’une «partie intégrante de la compétence culturelle » se manifeste par « la compétence gestuelle (c’est-à-dire la capacité de comprendre les gestes d’une société, et, éventuellement, de les produire, de savoir ce qu’ils impliquent, de saisir ceux qui sont adéquats dans telle situation et ceux qui ne le sont pas et…)». Rosen, quant à lui, propose la notion de « savoir-faire » en tant qu’une des compétences générales individuelles. Pour un apprenant d’une langue étrangère, il lui faut des habiletés interculturelles pour entre en contact avec les natifs de la langue cible, en respectant les règles sociales fonctionnelles d’une société donnée, afin d’éviter de susciter des malentendus interculturels (Rosen, 2007 : 25). Ces aptitudes sociales d’une langue étrangère sont à transmettre par l’enseignant à ses apprenants. D’autre part, l’enseignant doit se renseigner sur la(les) culture(s) de ses apprenants et, en même temps, assurer l’intercompréhension interculturelle entre les apprenants. Tout pour éviter les malentendus interculturels éventuels.

Moirand (1990 : 20) distingue cette compétence en quatre composantes dont l’une est socioculturelle qui exige surtout « la connaissance et l’appropriation des règles sociales et des normes d’interactions entre les individus ». Pour un apprenant d’une langue étrangère, l’appropriation de ces règles implique l’acquisition des compétences linguistiques et des non-linguistiques en langue cible, ces dernières figures se manifesteraient partiellement par une compétence gestuelle. De plus, la légitimité des méthodologies communicatives, approches qui insistent notamment sur le développement de la compétence de communication chez les apprenants, contribue à la mise en valeur de la CNV en classe de LE (Porcher, 1989 :8). De même, Hauge (1999) souligne, quant à lui, la nécessité de rendre les apprenants familiers avec les gestes culturels de l’enseignant, non seulement pour effacer des malentendus potentiels, mais aussi pour le développement de leur compétence de communication en langue cible. Porcher (1989 :15) constate aussi que la maîtrise des règles communicationnelles non verbales d’une société donnée permet à un étranger de s’y intégrer.

 

Bibliographie :

Geneviève Calbris, Louis Porcher, « Geste et communication », Paris : Hatier : CREDIF, 1989

Marion Tellier, Gale Stam, « Découvrir le pouvoir de ses mains : La gestuelle des futurs enseignants de langue»,  Spécicités et diversité des interactions didactiques : disciplines, finalités, contextes, Jun 2010, Lyon, France. pp.1-4, 2010. <hal-00541984>

Evelyne Rosen, « Le point sur le CECR », Paris, CLE International, 2007

Sophie Moirand, « Enseigner à communiquer en langue étrangère », Hachette, 1990

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Alain Gillier en UPE2A à Bois-Colombes

Pour rebondir sur le billet de Rana qui présentait le film Drôle de prof, je souhaite vous présenter un documentaire, Tourne le monde1 dont le personnage principal est Alain Gillier.

Voici là un film très intéressant sur plus d’un plan et dont l’action se déroule dans une classe… euh non, dans une clin… euh non, non plus… ah oui, c’est dans une upéeudeuza de la ville de Bois-Colombes. Son instituteur… euh non, son professeur des écoles y est en poste depuis le début des années 80 et c’est sous la contrainte de rien ni personne qu’il y est resté. Ce film retrace… euh non, résume… euh non, témoigne de son expérience professionnelle, qui est à la fois son expertise et ce qu’il a vécu avec les enfants dont il a eu la charge.

Au-delà des discours pédagogiques, ce documentaire nous révèle et relève qu’en ce qui concerne la réussite des élèves, la personne de chair et d’os est au moins aussi cruciale et déterminante que la didactique qu’elle peut mettre en œuvre pour y parvenir (à la réussite) (des élèves). Au-delà d’un corps enseignant dont on pourrait imaginer qu’il forme une masse homogène et interchangeable, on voit là une personne dans l’exercice de sa fonction et dans toute son humanité. L’on saisit la simplicité complexe de ce « métier » qui n’en est pas un et qui est d’accueillir et d’accompagner les enfants qui arrivent de l’étranger. L’on perçoit que ces trente années au sein de cette structure l’ont façonné tant sur le plan professionnel que personnel. Et à moins que l’enseignant de ce film ait joué la comédie, il est flagrant qu’il y est heureux.

Il est à noter que les réalisateurs ont su laisser entendre la voix d’Alain Gillier, mais celle aussi des enfants, dont les premiers regards posés sur la cour de récré à leur arrivée sont aussi les premières marques d’un discours qui nous échappera mais qui prendra corps – nous en serons témoins – tout au long d’une année scolaire ramassée sur 55 minutes.

C’est l’histoire d’un instit’ qui voulait que les enfants soient contents de venir à l’école… C’est l’histoire de ces enfants de l’upéeudeuza… C’est l’histoire d’Alain Gillier…

1Godard (Emmanuelle) et Kern (Hervé), Tourne le monde, documentaire de 55 minutes, Les films du Tamarin, 2013

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Et si on allait au cinéma ?

En allant à la Bibliothèque Nationale de France, je suis tombée, par hasard, sur l’affiche de l’avant-première d’un film, dont le titre, Á Voix Haute – La force de la parole, a éveillé ma curiosité. La promesse de la présence du réalisateur a été suffisante pour me séduire complètement et, me voilà, dans l’ambiance feutré de la salle de cinéma, en train de rire et de me questionner devant un film passionnant, drôle, dramatique et surtout tellement proche du monde estudiantin.

Pour éclairer le contexte, le film Á Voix Haute est un film documentaire de Stéphane de Freitas qui reflète la préparation d’un groupe d’étudiants de l’université de Saint Denis Paris 8 au concours Eloquentia, crée afin d’élire le meilleur orateur de Saint Denis. Ainsi, tout au long du film on suit le groupe d’étudiants, venus de tous les horizons disciplinaires, lors de leur préparation intensive au concours. Ce groupe devient presque la famille Eloquentia, la famille de cœur. On découvre leur parcours personnel semé d’embûches et, en passant par des exercices d’éloquence, de slam, de jeu de rôle, on découvre également que notre parole est une arme de combat.

Le film reflète une aventure humaine un peu à part car les étudiants révèlent leur talent exceptionnel et, ayant un sens aigu de l’esprit d’équipe, progressent très vite. Avec sincérité, ils nous décrivent leur rapport à la parole, qui s’avère plus difficile que celui à l’écrit. En effet, l’écrit est solitaire, la parole, il faut la partager et, pour cela, il faut trouver une voix. Si on n’arrive pas à trouver notre voix, les rapports aux autres mutent. Comment trouver ces phrases justes qui sonneront comme un coup de tonnerre dans la nuit ? C’est le but de la préparation au concours.

Cette formation a eu lieu tous les samedis et a duré six semaines, ce qui était un délai très court pour apprendre à argumenter, à convaincre et à avoir aussi une parole libre pour pouvoir parler sans ses notes. Une centaine des candidats d’Eloquentia se sont battus dans les salles de TD de Paris 8 afin d’accéder à la finale et ainsi devenir ambassadeur de la liberté d’expression. Lors du concours les étudiants se penchent sur les sujets de débats comme, par exemple, L’erreur est-elle un droit ? ou bien La réalité est-elle mieux que le rêve ? Les étudiants qui ont participé au film étaient également présents dans la salle. Selon eux, les sujets de concours étaient assez vastes, ainsi, grâce aux « pirouettes verbales », ils ont pu débattre sans aller à contre-courant de leurs idées. Par exemple, en défendant, que le meilleur n’est pas à venir, ils ont avancé que le meilleur n’est pas à venir mais à chercher…Selon eux, ils ont pu garder leur esprit d’équipe car personne ne perd Eloquentia s’il y en a un d’entre eux qui gagne.

Grâce à l’intervention de Stéphane de Freitas on en apprend plus sur les coulisses de cette aventure humaine. En effet, il y a cinq ans, avant que le projet du film ne soit né, il a eu l’idée de créer le concours Eloquentia visant un double objectif. D’une part, Stéphane de Freitas a voulu créer une formation de préparation au concours qui met en place une pédagogie de développement personnel via la prise de parole en public. Cette formation, comme a précisé le réalisateur, a été créée non pas pour développer l’éloquence des sophistes, mais pour permettre aux étudiants de gagner en confiance en soi. Ainsi, l’axe majeur de la pédagogie est de faire un « voyage » à travers différents contextes de prise de parole. Par exemple, les étudiants doivent se familiariser avec la prise de parole en milieu professionnel, ainsi qu’aux discours classiques, ils font également du théâtre. Cette formation de préparation est appelée également à transmettre aux étudiants trois valeurs fondamentales. La première est le respect des opinions des autres. La deuxième est le questionnement : tout au long de la formation on incite des étudiants à commenter les prestations d’autres étudiants, cela les aide à nourrir la réflexion sur leurs prestations. La troisième valeur est la bienveillance, car, dans une société où le dialogue s’avère parfois tendu, il faut accepter de recevoir la parole de l’autre.

D’autre part, venant lui-même du 93, Stéphane de Freitas voulait montrer que l’image que l’on crée de la jeunesse de banlieue est caricaturale. Par conséquent, son film Á Voix Haute traduit non seulement son engagement artistique mais aussi son engagement militant. En effet, il voulait déprogrammer les concepts que l’on fait des jeunes de banlieue, à la suite desquels on finit par les convaincre que l’échec est imminent. Ainsi, afin de détruire, en restant dans la réalité, ces stéréotypes et de donner l’image de la banlieue comme on devrait la voir, Stéphane de Freitas a décidé de créer un film documentaire sur les jeunes ordinaires qui sont loin de la violence.

Aujourd’hui, le projet Eloquentia ne fait que monter, Stéphane de Freitas reçoit des centaines de demandes provenant de collèges et de lycées de toute la France et espère faire d’Eloquentia le plus grand concours de prise de parole en France. Selon Stéphane de Freitas, même si le concours discerne le meilleur orateur de Saint Denis, cette distinction est purement symbolique car il y beaucoup d’autres jeunes talentueux qui auraient pu l’être. Le concours permet juste de créer un moment culturel symbolique important. En effet, la formation de préparation n’est ouverte qu’aux jeunes inscrits à l’Université Paris 8 mais le concours est ouvert à tous les jeunes du département de Saint-Denis qui ont entre 18 et 30 ans. Parti du 93, Eloquentia se développe à Nanterre, à Limoges et à Grenoble. Le réalisateur a ajouté que, malheureusement, aujourd’hui tout le monde parle sur Instagram, Twitter et Facebook mais personne ne s’écoute, il n’y a presque plus d’espace pour le dialogue réel. Le temps du concours est le moment où tout le monde se ressemble et s’écoute.

Grâce à ce documentaire on apprend beaucoup de choses sur la parole, par exemple, que le public retient plus l’attitude d’un orateur : ses gestes et son regard. On apprend comment s’articulent les parties du discours et comment on produit le slam, les mots qui claquent. On réfléchit également à notre rapport à la parole, à son pouvoir et si les bons mots, pour défendre nos idées, nous ont déjà manqué…J’ai réfléchi également, au contexte du FLE et au rôle du français parlé. Je peux dire qu’en regardant le film Á Voix Haute on vit une aventure, tant éducative qu’humaine.

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts