Archives de catégorie : Billets

Poètes en regard (1. Franc Ducros)

DUCROS FRANC

rencontre à la MRSH

avec Ettore Labbate (notre invité du 19 décembre)

le jeudi 11 octobre à 17 heures

44, route de Saussan
34570 PIGNAN
Tél : 04.67.41.14.03
Email : fducros.gpierra@orange.fr

Activité : Auteur, Traducteur
Genre(S) : Poésie, Sciences humaines et sociales
Animations : Lecture
Biographie :
Franc DUCROS
Né en 1936 à Moulézan (Gard)

Bibliographie Non Exhaustive :
Poésie:
Le Poétique, le Réel, éd. Méridiens Klincksieck, 1987 (essai).
Les yeux la terre, éd. Main-d’oeuvre, 1992 (poésie).
Poésie, figures traversées, éd. Théétète, 1995 (essai).
L’odeur de la panthère – Dante, la poésie, éd. Théétète, 1997 (essai).
S’ouvrant l’arbre, éd. Théétète, 1997 (poésie).
Pour Mallarmé, éd. Théétète, 1998 (essai).
Entre le feu et le soleil, peintures de Anne Slacik, 1998 (livre d’artiste).
Delphes, 1999, peintures de Anne Slacik, 1999 (livre d’artiste).
Du noir cela, éd. Théétète, 2000 (poésie).
Surgies syllabes arrachées, éd. Théétète, 2003 (poésie).
Ici partagé, disparaissant, éd. Théétète, 2006 (poésie).
Notes sur la poésie, éd. Théétète, 2006 (essai).
Lectures poétiques, éd. Théétète, 2006 (essai).
L’odeur de la panthère : Dante, la poésie, éd. Lucie, 2010 (essai).
Fracture avec sept lithographies de Christine Valcke, Sigean, éd. Les Ateliers de la
Maison du Roy, 2011 (livre d’artiste).

Traductions:
Ombre lointaine, 46 fragments de Léonard de Vinci, Alinéa, 1983.
Poèmes de Michel-Ange, éd. Théétète, 1996.
L’inhabité, de Pascal Gabellone, éd. Main-d’oeuvre, 1992.
Le rien rugueux, de Gabriel Magana, éd. Théétète, 1999.
Abriendose el arbol, cotraduit en mexicain par Gabriel Magana, éd. Sin nombre, UNAM, Mexico, 2001 (poésie).
Comme on cherche un trésor, de Umberto Saba, éd. La Dogana, 2005 (poésie).
De lo negro eso, cotraduit en mexicain par Gabriel Magana, éd. Sin nombre, Mexico, 2006 (poésie).
Franco Loi, poèmes, traduits du milanais, en collaboration avec Bruna Zanchi et Bernard Vargaftig, éd. Lucie, 2009.
La tâche terrestre des mortels : poésies 2002-2009, de Flavio Ermini, traduit de l’italien, éd. Lucie, 2012 (poésie).

Extrait Inédit :
Extrait de « Le Feu et le Soleil » in Surgies syllabes arrachées

comme dans l’eau se diluerait
le sang,
futur
l’éclair dans la lumière

ici

quand l’air
qui tremble affine
la terre rouge

——————-

cette ombre
entre le feu et le soleil

fait plus rouge
le feu :

dans
la lumière la lumière
éteint l’ombre et le feu

——————-
Crédits photographiques : DR Toutes les informations viennent de http://www.lr2l.fr/acteur/ducros-franc-pignan.html

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Travailler ses commencements

J’ai fini de lire le livre d’Heinz Wismann et n’ai pas rendu compte de bien des chapitres de cet ouvrage qui tente (à deux reprises) une histoire de la philosophie grecque assez étonnante puis plus loin une histoire de la musique occidentale – on comprend alors la difficulté!

Je voudrais garder, avant d’y revenir peut-être, ce qui ici sur ce carnet importe, les réflexions conclusives de l’auteur qui s’intitule “théâtre et éducation”. Ce passage tout d’abord qui entre en écho étonnant avec un cours magistral que je viens de faire en M1 (UEP121) et dont la teneur empruntait à un album de Magali Bonniol (Rien faire, L’école des loisirs, 2000)

où je proposais de voir exemplairement une fable de l’expérience du savoir (et du non-savoir) comme expérience théâtrale (voir sur le blog littecol un billet à venir bientôt) :

L’éducation est tendue vers des contenus, des choses qu’on peut apprendre, mais ce ne sont pas ces choses-là qui constituent l’essentiel de l’expérience. L’expérience de l’appropriation du savoir passe paradoxalement par la mise en mouvement de la vie, c’est-à-dire le temps en nous, qui est essentiellement non-savoir. C’est la raison pour laquelle Platon, après avoir enseigné son système à l’Académie, a décidé ensuite d epublier sa remise en question sous forme de dialogues, de mimodrames. En effet, les dialogues platoniciens ne sont pas simplement une propédeutique à sa théorie systématique enseignée à quelques élus, mais remettent en jeu, les rendant de nouveau fluides et incertaines, les certitudes enseignées.

La thèse que j’ai essayé de tirer des réflexions nietzschéennes est que l’Ecole, lorsqu’elle est réellement à la hauteur de son idée, est un théâtre. Le drame de la connaissance se joue tous les jours dans la salle de classe. Et ce qui constitue la scène des activités pédagogiques est la tension entre le moment de la fixité du vrai et le moment du mouvement vers cette vérité établie, qui suppose qu’on s’en dépossède, parce qu’on va au-delà.

Le profeseur est à la fois metteur en scène et comédien, et son auditoire est associé à la production de la pièce. Quelle vacuité d’envisager un enseignement qui déroule devant les yeux d’un public médusé, pétrifié, toute la richesse des connaissances déjà acquises! Nietzsche dirait que c’est “mortifère”. Le perfectionnement des manuels, qui correspond à une mise en espace de plus en plus sophistiquée, élimine progressivement, pour l’élève entrant dans la navigation qui le conduit de connaissance en connaissance, la dynamique même de l’expérience qu’est l’apprentissage, puisqu’on a affaire à une même distribution de points fixes comme sur l’écran d’un ordinateur.

(p. 299-300)

Puis Wismann conclut sur la notion d’expérience – sans toutefois évoquer John Dewey mais seulement Pestalozzi et Rousseau. Il oppose en fin de compte le fait de mettre l’accent “sur l’acquisition des connaissances reproductibles” (p. 301) au “drame de la connaissance” (“mise en scène théâtrale d’une tension entre une dynamique qui est celle de la connaissance et un autre élément, la question et la remise en question de la connaissance, la fluidification des évidences”, p. 305) où prend place “l’expérience authentique dans ce que l’on vit quand on apprend” (p. 301), bref à augmenter le mouvement expérientiel. Alors, le “suspens” constituerait “un élément pédagogique essentiel” (p. 305).

Suivent pour terminer l’ouvrage quelques belles pages sur le sfumato pour que s’effectue la mise en scène du désir (de connaître) en vue de mettre l’accent sur l’élan initial de toute expérience cognitive : “travail sur les commencements” et non “dans les limites d’un projet parfaitement arrêté” (p. 311-312). N’est-ce pas exactement cela un travail de recherche ! Non une reprise de certitudes, un devoir balisé par des références ou des autorités, mais une aventure des débuts, un ressassassent de ce qui maintient le désir à vif.

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Magali Jeannin (octobre 2012)

LECOEUR Marion

Le coin-lecture en maternelle avant l’apprentissage de la lecture

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1977-08-0489-001

Descriptif:
Mon souhait était d’étudier la place de la bibliothèque à l’école. Mais sujet bien vaste…Il était alors important de resserrer mon champ de recherche. J’hésitais quant au type de lieux de lecture : dans la classe (le coin-lecture), dans l’école (la BCD) ou hors de l’école (partenariat avec la bibliothèque municipale) ? Finalement, après la consultation de revues et d’ouvrages, mon choix s’est porté sur le coin lecture, l’un des lieux essentiels d’une classe. Quant au niveau, je m’oriente davantage sur la maternelle, voire plus particulièrement la grande section (année avant le CP, donc avant l’apprentissage de la lecture).

Voici les questions qui m’intéressent particulièrement : Comment familiariser l’enfant à l’univers du livre avant l’apprentissage de la lecture ? Comment un enfant peut-il prendre goût à la lecture avant même d’avoir toutes les compétences de lecteur ?

L’un des processus d’acquisition de la lecture est l’acquisition culturelle (selon Gérard Chauveau dans Comment l’enfant devient lecteur). En ce sens, dans quelles mesures le coin-lecture en maternelle permet-il à l’enfant de s’approprier l’univers du livre ?

Mots clés: coin-lecture, familiarisation, appropriation, acquisition culturelle, apprentissage de la lecture

____

Camille LANDAIS

Le lien entre le texte et l’image dans la littérature de jeunesse. Etude d’une œuvre de Claude Ponti, Okilélé

Descriptif : J’aimerais travailler sur l’articulation du texte et de l’image dans la littérature de jeunesse. Je souhaite baser mon étude sur l’album de Claude Ponti, Okilélé. Cet album étant conseillé à des enfants de cycle 2, j’aimerais recueillir le ressenti d’élèves  quant à l’histoire présentée ainsi que leurs façons de lier le texte et l’image afin de créer un sens à ce qui peut apparaitre comme en étant dépourvu pour eux. Je pense donc m’interroger sur la vision que peut avoir un enfant vis à vis de ce livre puis comparer cette vision « innocente » à une analyse approfondie.

Les questions qui me semblent  intéressantes sont principalement centrées sur la lecture et la relation qu’entretiennent les enfants avec elle : Quel rôle l’image peut-elle jouer dans l’envie de lire ? Le plaisir de lire est-il annihilé aussitôt que l’image disparait du livre ?

Il me reste encore à trouver la meilleure manière pour lier ces questionnements (fondamentaux quant à l’attitude future des élèves face à la littérature) à l’album de Claude Ponti.

Walter Benjamin, Enfance (anthologie d’essais): sommaire

Walter Benjamin, Enfance. Eloge de la poupée et autres essais, Traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Payot & Rivages, Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011.

Quatrième de couverture :
Avec le présent recueil, Enfance, est donnée à lire une sélection d’écrits – pour une part inédits en français – qui témoignent d’un ancrage en profondeur dans l’âge des commencements et des recommencements. Les textes choisis relèvent de divers registres (notes, articles de presse ou de revue, recensions et essais ; travaux et ouvrages publiés ou en gestation représentés par des extraits significatifs). Leur succession dans un ordre chronologique, admettant quelques déplacements, jalonne le parcours de leur auteur, en des temps déchirés, où le flux des événements est comme interrompu de tourbillons qui les fouaillent.Présentation de l’éditeur:

 

TABLE

Présentation…………………………………………………5

POSITIONS PREMIÈRES

La « libre communçmtéscolaire» ……………………..21

L’Enseignement de la morale …………………………. 29

La couleur vue à partir de l’enfant ……………………. 39

André Gide: La Porte étroite …………………………. 43

L’Idiot de Dostoïevski ………………………………….. 47

À propos d’un travail surla beauté des images

colorées dans les livres pour enfants………….53

EXPÉRIENCES, JEUX, APPRENTISSAGES

Sens unique (extraits) ………………………………….. 57

Vue perspective sur le livre pour enfants ……………..65

[Enfants de Moscou] (Extrait de Moscou)……………79

Jouets anciens …………………………………………… 83

Jouets et jeux ………………………………………………91

Histoire culturelle du jouet …………………………….. 99

Notes sur une théorie du jeu ………………………….. 105

Chichleuchlauchra ……………………………………. 109

Premiers rudiments verdoyants …………………….. 119

La littérature enfantine ………………………………..125

Une pédagogie communiste …………………………. 137

Pédagogie coloniale ……………………………………143

Éloge de la poupée …………………………………….. 147

Un jeune Berlinois des rues …………………………..157

Programme pour un théâtre d’enfants prolétarien..167

Pestalozzi à Yverdon ………………………………….. 177

Bretzel, plume, pause, plainte, futilités ……………. 183

Enfant et cheval ………………………………………… 185

L’ENFANCE, LES HISTOIRES ET L’HISTOIRE

Chronique berlinoise (extraits) ……………………… 187

Enfance berlinoise autour de 1900 (extraits)……….197

La virilité diminuée d’Hitler ………………………….. 207

Le Narrateur (extraits) ………………………………….209

Conversation an-dessus du Corso (extrait)…………. 211

L’ œuvre d’art à l’époque de sa reproduction

mécanisée (extraits)…………………………………….. 217

À propos de Mickey Mouse ……………………………. 225

Paris, capitale du XIXe siècle (extraits) …………….. 227

À propos du poème de Brecht Sur l’enfant qui ne

voulait pas se laver……………………………………….235

Paris, capitale du XIXe siècle (Extraits de la liasse

W, consacrée à Fourier)………………………………….239

Sur le concept d’histoire (extrait)……………………….243

Notes ……………………………………………………….. 245

 

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les 6 objectifs des ateliers de tutorat

1.     Thématiser => associer un thème d’étude et des questions professionnelles en vue de les identifier selon un point de vue explicite dans le cadre des controverses qui accompagnent ce thème (après avoir listé des questions et des thèmes, multiplier des reformulations thématiques en cherchant à affiner la précision du champ d’étude).

2.     Se documenter => construire un corpus constitué de pratiques et de points de vue autour du thème d’étude : recueillir des données en suivant une méthode explicite (associer au thème des pratiques et des points de vue ; préparer questionnaires et observatoires en s’aidant d’articles de revues didactiques ; veiller à articuler au mieux ce travail avec les travaux prévus dans le bloc 1).

3.     Référencer => organiser une bibliographie d’ouvrages autour du thème et de la méthode et référencer correctement les citations et/ou paraphrases qui viennent en échos des pratiques et points de vue collectés en évitant les secondes mains ou les références prétextes voire inutiles (rédiger des éléments bibliographiques à l’issue d’un court texte présentant un mélange de références et utilisant divers modes de citation).

4.     Problématiser => situer les questions soulevées dans l’articulation des données et du thème d’étude, en particulier de ses approches proposées dans le cadre de la recherche, en vue de les formuler le plus justement possible dans la perspective d’une orientation professionnelle attentive aux pratiques des enseignants et des élèves (dans des revues ou ouvrages, chercher des formulations problématiques et les reformuler dans le cadre de sa propre recherche : observer les modalisations argumentatives et énonciatives).

5.     Planifier/rédiger => présenter un développement explicitant l’argumentation développée autour du thème d’étude associé aux données recueillies et consultées : bien montrer la progression problématique à travers la titraille et les transitions y compris les introductions et conclusions (rédiger des plans en variant les titrailles après avoir observé des TER des années antérieures ; rédiger des transitions entre deux passages en variant les usages ; corriger des brouillons).

6.     Soutenir => restituer la recherche à travers des moments bien choisis et montrer une capacité réflexive dans le dialogue qui suit la présentation (s’entraîner à poser des questions après de courtes présentations du travail de recherche : varier les rôles).

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus