Archives de catégorie : Billets

Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Comme le souligne Iris Chang (2005), le système éducatif taïwanais comporte trois étapes. La première correspond à l’enseignement préscolaire et aux neuf années d’enseignement obligatoire. La seconde coïncide avec l’enseignement secondaire, et enfin, la dernière correspond à l’enseignement supérieur. Si les élèves désirent atteindre cette troisième et dernière étape, ils doivent passer un examen d’entrée à l’université, pour le moins éprouvant.  Continuer la lecture de Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Rêveries d’un promeneur parisien : ou de l’art de rendre le dilettantisme productif

Errer est humain, flâner est parisien.

– Victor Hugo

 

Suite à mon billet sur l’infra-ordinaire et l’événementiel, dans lequel je discutais notamment du plaisir de flâner dans des espaces muséaux oubliés des visiteurs, l’envie de présenter une liste de musées gratuits (pour les collections permanentes) dans et autour de Paris s’est faite jour, à laquelle j’ajouterai des sites naturels et des déambulations culturelles. Mais ne nous y trompons pas, si ces sorties ont des airs de récréations, elles n’en présentent pas moins le mérite de régénérer corps et esprit, séduisante perspective face au risque de saturation physique et intellectuelle.

Continuer la lecture de Rêveries d’un promeneur parisien : ou de l’art de rendre le dilettantisme productif

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Infra-ordinaire et événementiel

Regarde de tous tes yeux, regarde.

– Jules Verne[1]

 

Un samedi, alors que je déambulais à travers les salles consacrées aux collections permanentes de l’Institut du Monde Arabe, je fus soudainement frappé par le contraste entre le monde que j’avais vu faire la queue à ce même institut un autre samedi, et le petit nombre de personnes qui s’y trouvait ce jour-là autour de moi.

Continuer la lecture de Infra-ordinaire et événementiel

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

La pratique théâtrale dans l’enseignement du F.L.E. à Taiwan – Bibliographie provisoire n°2

Cette seconde bibliographie concerne principalement le système éducatif taïwanais.  Continuer la lecture de La pratique théâtrale dans l’enseignement du F.L.E. à Taiwan – Bibliographie provisoire n°2

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Multiplicité des terrains : rencontres avec des acteurs de mon champ de recherche (Godard, Coffey & co.)

Ce mardi 13 janvier fut placé sous le signe des rencontres ; rencontres avec des enseignants et des étudiants de FLE ; rencontres dont le but était d’éprouver la viabilité de la problématique de mon mémoire, de tâter du terrain et d’enrichir mon champ réflexif ; rencontres ayant eu lieu au 46, rue Saint-Jacques, dans les locaux alloués par la Sorbonne au département de didactique du FLE de Paris 3.

Continuer la lecture de Multiplicité des terrains : rencontres avec des acteurs de mon champ de recherche (Godard, Coffey & co.)

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Des conseils à garder près de soi

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai besoin de toujours garder près de moi, et par écrit, les conseils que l’on a pu me donner concernant le mémoire. Je note tout. Surement parce que j’ai peur d’oublier quelque chose d’important, de passer à côté de ce que l’on nous a pourtant répété et répété…

Du coup, je me suis fais une petite fiche des « conseils suprêmes » pour rédiger le mémoire et je la garde bien en vue sur mon bureau, là où elle ne peut pas passer inaperçue.
Je me suis dis que j’allais vous la partager aujourd’hui. Ce sont des conseils donnés par notre professeur, aussi vous les avez surement déjà notés, mais sait-on jamais.

Continuer la lecture de Des conseils à garder près de soi

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères à l’ancienne Chine

Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères à l’Ancienne Chine: de l’ouverture à la fermeture, de la tolérance à l’ethnocentrisme

L’ancienne Chine  disposait une culture brillante, les échanges économiques, culturelles et technologiques avec les pays voisins et étrangers étaient très fréquents et prospères. La route de la soie (202 av. J.-C. – 8) qui a relié l’Asie et l’Europe en était une épreuve. Ce genre d’échanges nécessitait certainement un certain enseignement/apprentissage des langues étrangères. Pourtant, les politiques linguistiques éducatives durant cette période se Continuer la lecture de Les politiques linguistiques éducatives des langues étrangères à l’ancienne Chine

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

SUJET ET PLAN DE MÉMOIRE : UNE ARTICULATION NÉCESSAIRE

Crédit photo : Marc Lens Siméon

Plusieurs échanges ont déjà eu lieu entre nous et notre directrice de mémoire Mme Pascale TREVISIOL OKAMURA. Ils concernent respectivement : la présentation de notre sujet, la problématique de recherche ainsi que le plan du travail. Ces échanges nous ont amené à au moins une certitude : un projet de recherche ne peut évolution dans sa formulation sans l’être aussi à travers son plan de rédaction. Or la formulation de notre sujet été modifiée en raison de la réalité de ce que nous avons choisi comme terrain de recherche. Il s’intitule : L’enseignement-apprentissage du français langue seconde en contexte créolophone haïtien : les difficultés du passage de la diglossie au bilinguisme. 

Continuer la lecture de SUJET ET PLAN DE MÉMOIRE : UNE ARTICULATION NÉCESSAIRE

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

Goscinny : l’homme aux mille voix

« Lorsque j’ai entendu dire : le métier de scénariste est à la portée du premier imbécile venu, j’ai su que j’avais trouvé ma voie »

– Goscinny

 

René Goscinny (1926-1977) est un homme de lettres français. Rendu célèbre surtout pour son implication dans la BD (bande dessinée), il fut ainsi un scénariste très prisé et le rédacteur en chef du journal Pilote[1]. Le MAHJ (Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme) lui consacre une exposition jusqu’au 4 mars 2018. Cette exposition riche de dessins, planches et textes originaux, en racontant son histoire, propose ainsi un éclairage sur son humour, expliqué grâce à ses multiples héritages – judaïque, américain et français –, mais ce sont aussi mille autres facettes qui rendent le personnage si passionnant et attachant.

Continuer la lecture de Goscinny : l’homme aux mille voix

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Questions rédactionnelles

 

i. A quelle personne écrit-on ?
Concernant cette question, après avoir consulté plusieurs mémoires de master, j’ai remarqué qu’au lieu d’employer la personne première du singulier (je), les auteurs préfèrent utiliser le « nous » de modestie.
ii. Le temps des verbes
Il faut utiliser le présent pour les notions bien établies, les manières dont on a travaillé et les résultats de recherche que l’on trouve pour ce mémoire.
Concernant toutes les expériences et les évènements qui sont survenus dans le passé, il est logique d’utiliser le passé.
iii. Plusieurs petites questions rédactionnelles :
1. Éviter toutes les formes d’abréviation.
2. La pagination : la numérotation commence dès la première page jusqu’à la fin du mémoire.
3. Ne mets pas l’espace avant les signes simples, comme , . Cependant, il existe de l’espace devant les signes double, par exemple, : ;? ! « ».

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

 Concept de l’acte de langage

J’ai lu ces dernier jours un article écrit par d’un linguiste chinois, 中国人的言语行为分析, il m’a beaucoup inspiré et m’a donné des idées pour mon mémoire. Cet article analyse les actes de langage chez les chinois, ce type de travail du point de vue sociolinguistique et anthropologique. Les travaux de recherche consistent à analyser plusieurs actes de langage typique, et à chercher s’il y en a des traits en communs. Toute ses analyses basent principalement sur la théorie de « l’acte de langage » du philosophe John Austin, qui prend le contre-pied des philosophes qui considèrent les phrases comme unités grammaticales qui sont « affirmatives » et servent à dire des choses vrais ou faux, mais s’intéresse plutôt aux phrases ordinaires, lesquelles sont contextuellement situées, sont des énoncées performatives visant à faire des choses d’accomplie. Simplement dit, pour Austin, les énoncées sont l’accomplissement des actes. Ainsi la langue ou plutôt la parole constitue-elle également l’objet de base, mais l’accent est mis sur l’analyse les choses derrière les énoncées.
Dans cet article, il a cité trois exemples des actes de langage : les actes d’appellation ; les actes de salutation et les actes de tabou. A titre d’exemple, pour saluer, n’étant pas comme le peuple du pays occidental qui ont habitudes de dire une simple « hello » ou « bonjours », les chinois tendent de dire les formulations comme « 吃了吗 ? » traduit en français « T’as déjà mangé ? » « 去哪儿啦 ? » en français « tu es venu d’où ? ». Aux yeux des étrangers, ce type de salutation sont étonnant et incompréhensible. En fait, en disant une telle phrase, le but du locuteur ne consiste pas à connaître ce que son interlocuteur a mangé ou ce qu’il a fait tout à heure, mais un moyen de salutation propre aux chinois qui pourrait permettre aux deux locuteurs étrangers de se rapprocher le plus vite possible. Ce qui représente également l’intelligence des chinois dans le traitement des relations humaines.
Selon l’auteur, les actes de langage des chinois reflètent les cinq principes : celui de maintien de la face, les chinois attachent une énorme importance à la face, une action de perte de face est un évènement grave et même déshonorant ; celui d’autorité, qui explique par le fait qu’on utilise souvent la langue comme un moyen de contrôle ou d’attaque ( je ne pense pas que ce principe est utilisable pour mon mémoire) ; celui de politesse ; celui de gestion de l’impression, tout simplement, les chinois aiment bien donner à l’autrui une bonne impression, pour le faire, ils sont assez vigilent à leur paroles et leur actions ; celui de sexe, on peut trouver la trace dans un ancien proverbe très connu en Chine «男女有别 » ( en version français : l’hommes se diffère de la femme). Les différences de sexe se manifestent dans les actes de parole par la distincte de l’intonation, de l’emploi du mot et du style de discours ; et le dernier principe d’éthique.
Derrière les actes de langue, il y a toujours la culture qui compte. Le caractère du discours et des actes de langage chez les chinois sont liés avec la pensée antique de confucianisme qui se réclame toujours le juste milieu, écrit en chinois 中庸 : 中 signifie le centre, 庸 signifie banal. Cette doctrine de Confucius demande aux individus de ne pas faire des actes extrêmes car lesquelles vont dépasser le degré défini par la société. C’est la raison pour laquelle les chinois sont prudents en parole et en actes, et quand ils s’expriment, les mots modestes comme ‘’ peut-être’’ ‘’possible ‘’ apparaissent souvent dans le discours et constituent les meilleurs choix des mots d’emploi.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Rapport entre langue et culture

« La langue est une manifestation de l’identité culturelle, et tous les apprenants, par la langue qu’ils parlent, portent en eux les éléments visibles et invisibles d’une culture donnée. » ( G. Zarate et A. GohardRadenkovic, 2003 : p57). Pour eux, la langue parlée ou bien le discours représente les traits de la culture d’origine du locuteur, elle est donc le porteur culturel. le discours dépend des habitudes culturelles d’un groupe ethnique, exprimant une forme de pensée culturels, il représente une dimension culturelle. Comme le constate Charaudeau P. (2001/3-4 : 343) « ce ne sont ni les mots dans leur morphologie ni les règles de syntaxe qui sont porteurs de culturel, mais les manières de parler de chaque communauté, les façons d’employer les mots, les manières de raisonner, de raconter, d’argumenter pour blaguer, pour expliquer, pour persuader, pour séduire ».
Bibliographies: 
Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : Edition du Conseil de l’Europe.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts