Archives de catégorie : 7. Actualités

Travailler ses commencements

J’ai fini de lire le livre d’Heinz Wismann et n’ai pas rendu compte de bien des chapitres de cet ouvrage qui tente (à deux reprises) une histoire de la philosophie grecque assez étonnante puis plus loin une histoire de la musique occidentale – on comprend alors la difficulté!

Je voudrais garder, avant d’y revenir peut-être, ce qui ici sur ce carnet importe, les réflexions conclusives de l’auteur qui s’intitule “théâtre et éducation”. Ce passage tout d’abord qui entre en écho étonnant avec un cours magistral que je viens de faire en M1 (UEP121) et dont la teneur empruntait à un album de Magali Bonniol (Rien faire, L’école des loisirs, 2000)

où je proposais de voir exemplairement une fable de l’expérience du savoir (et du non-savoir) comme expérience théâtrale (voir sur le blog littecol un billet à venir bientôt) :

L’éducation est tendue vers des contenus, des choses qu’on peut apprendre, mais ce ne sont pas ces choses-là qui constituent l’essentiel de l’expérience. L’expérience de l’appropriation du savoir passe paradoxalement par la mise en mouvement de la vie, c’est-à-dire le temps en nous, qui est essentiellement non-savoir. C’est la raison pour laquelle Platon, après avoir enseigné son système à l’Académie, a décidé ensuite d epublier sa remise en question sous forme de dialogues, de mimodrames. En effet, les dialogues platoniciens ne sont pas simplement une propédeutique à sa théorie systématique enseignée à quelques élus, mais remettent en jeu, les rendant de nouveau fluides et incertaines, les certitudes enseignées.

La thèse que j’ai essayé de tirer des réflexions nietzschéennes est que l’Ecole, lorsqu’elle est réellement à la hauteur de son idée, est un théâtre. Le drame de la connaissance se joue tous les jours dans la salle de classe. Et ce qui constitue la scène des activités pédagogiques est la tension entre le moment de la fixité du vrai et le moment du mouvement vers cette vérité établie, qui suppose qu’on s’en dépossède, parce qu’on va au-delà.

Le profeseur est à la fois metteur en scène et comédien, et son auditoire est associé à la production de la pièce. Quelle vacuité d’envisager un enseignement qui déroule devant les yeux d’un public médusé, pétrifié, toute la richesse des connaissances déjà acquises! Nietzsche dirait que c’est “mortifère”. Le perfectionnement des manuels, qui correspond à une mise en espace de plus en plus sophistiquée, élimine progressivement, pour l’élève entrant dans la navigation qui le conduit de connaissance en connaissance, la dynamique même de l’expérience qu’est l’apprentissage, puisqu’on a affaire à une même distribution de points fixes comme sur l’écran d’un ordinateur.

(p. 299-300)

Puis Wismann conclut sur la notion d’expérience – sans toutefois évoquer John Dewey mais seulement Pestalozzi et Rousseau. Il oppose en fin de compte le fait de mettre l’accent “sur l’acquisition des connaissances reproductibles” (p. 301) au “drame de la connaissance” (“mise en scène théâtrale d’une tension entre une dynamique qui est celle de la connaissance et un autre élément, la question et la remise en question de la connaissance, la fluidification des évidences”, p. 305) où prend place “l’expérience authentique dans ce que l’on vit quand on apprend” (p. 301), bref à augmenter le mouvement expérientiel. Alors, le “suspens” constituerait “un élément pédagogique essentiel” (p. 305).

Suivent pour terminer l’ouvrage quelques belles pages sur le sfumato pour que s’effectue la mise en scène du désir (de connaître) en vue de mettre l’accent sur l’élan initial de toute expérience cognitive : “travail sur les commencements” et non “dans les limites d’un projet parfaitement arrêté” (p. 311-312). N’est-ce pas exactement cela un travail de recherche ! Non une reprise de certitudes, un devoir balisé par des références ou des autorités, mais une aventure des débuts, un ressassassent de ce qui maintient le désir à vif.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les Boréales : découvrir les littératures du Nord

En association avec les Boréales, le 15 novembre 2012 à l’IUFM de l’Université de Caen Basse-Normandie:

1ère partie de soirée:

18h-19h30 conférence sur la littérature de jeunesse nordique (avec questions de la salle)

19h30-19h45 : pause (et possibilité d’acheter quelques ouvrages au stand du Cheval-Crayon)

19h45-20h30 : rencontre avec l’auteur de littérature jeunesse finlandais Markus Majaluoma

Pause pique-nique finlandais offert par l’IUFM : 20h30-21h15

2ème partie de soirée, sur réservation :

21h15-21h45 : Marie Lemoine et Satu Niiranen sur le Kalevala

Le 14 novembre après-midi Satu Niiranen, Marie Lemoine et Anne-Marie Cretté

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Une pensée relationnelle

Le deuxième chapitre de l’ouvrage d’Heinz Wismann, Penser entre les langues (coll. Bibliothèque Idées, Albin Michel, 2012) développe une pensée relationnelle ne serait-ce qu’avec son titre: “entre les langues”. L’enjeu en est à proprement parler éducatif, et ici dans ce carnet, il permet de penser la formation à et par la recherche en opposant deux stratégies:

– celle qui vise à “ressembler à soi sur un mode patrimonial, comme si l’on était effectivement ce que l’on est censé être”;

– celle qui vise “sur un mode dynamique”, non à résoudre les antinomies en les abolissant mais en les réfléchissant, en les vivant (p. 49).

Wismann en tire une leçon pour l’enseignement en opposant la figure du père et celle des frères: “il ne s’agit pas de former des disciples appelés à remplacer la figure paternelle de l’enseignant ou à rester disciples, mais des frères qui agiront dans d’autres domaines, travailleront d’autres matériaux, mais se reconnaîtront dans cette analogie du geste” (p. 51). J’aime beaucoup ce passage de geste que constituerait l’enseignement, s’opposant à un “ciment” communautaire qui serait “fourni par l’évidence d’une origine partagé” (p. 50-51), et pourtant n’assistons-nous pas le plus souvent à cette maçonnerie dans nos institutions d’enseignement et de recherche : allégeance plus que découverte et invention. Et Wismann met en garde contre les deux attitudes apparemment antinomiques mais qui conduisent à une solution analogue : le repli ou la fusion. Il propose, par exemple, s’agissant de la confrontation entre philosophie et philologie, d'”entretenir un rapport de réflexivité réciproque” (p. 60), une “correction réciproque” plutôt qu’un “dépassement” (p. 61).

Et dans cet élan relationnel, Wismann montre l’importance d’une pensée du langage comme activité trans-subjective. Prenant appui sur Humboldt et Schleiermacher, il donne toute sa place à “la visée du dire” (p. 67) : le sujet est un sujet qui se cherche comme individu et qui ne peut se trouver qu’en se laissant porter par la langue, qui elle-même ne parlerait pas sans ce sujet qui se cherche” (p. 69). Et plus bas : “La conséquence en est , (…), que la proposition d’individuation qui est faite dans le discours est toujours en même temps adressée à autrui et ne se stabilise que par le jeu de la reconnaissance”  (ibid.). Dommage que Wismann n’évoque à aucun moment la possible association qu’il faudrait faire de Humboldt à Benveniste (voir nos travaux à venir dans ce carnet et l’ouvrage collectif ci-contre). Mais il faut reconnaître qu’il donne des pistes passionnantes pour la relecture de Humboldt que Denis Thouard (W. von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, traduits, présentés et commentés, Paris, Seuil, “Points”, 2000 (204 p.).) a déjà explorées et qu’il faudrait poursuivre avec la notion d’ “individuel collectif”(p. 72), s’agissant de la langue. Mais d’ores et déjà l’individu est pensé par Wismann après Humboldt comme une identité dynamique et dont le dynamisme est maintenu par la qualité relationnelle de son activité (voir p. 74). L’individu étant ici aussi bien “la langue” que la communauté linguistique et chacun de ses locuteurs, voire chaque geste…

http://www.latelierdugrandtetras.fr/process/pdf_creator_agt.php?id=17&PHPSESSID=27462949663887245c396f9529f778dc

On pourrait alors discuter par moment certains figements que Wismann ne manque pas d’effectuer s’agissant de telle langue, l’allemande ou la française, qu’il homogénéise peut-être trop rapidement alors que le point de vue des discours, et donc des individuations inter-subjectives, en augmenterait les passages et donc la plasticité relationnelle, du moins l’historicité des formes prises. Mais on ne peut qu’apprécier les remarques qui concernent la poésie, ne faudrait-il pas plutôt parler du poème qui alors inclurait d’autres genres (comme le roman…) et pratiques langagières (pas forcément littéraires institutionnelles):

Je me suis demandé d’où vient l’effet poétique, que je ne voulais pas confondre avec l’effet de sens. L’effet poétique est assimilé plutôt à un affect. Le sens, c’est le repos de l’affect, c’est un aboutissement où les choses s’immobilisent avec la plus haute précision pensable. Mais l’affect est purement dynamique. Or l’affect, dans la langue maternelle d’origine (ou contre la langue d’origine déjà rendue trop instrumentale dans l’effort de désigner des choses, d’avoir des nomenclatures que tout le monde accepte) ne peut fonctionner poétiquement que sur deux registres : l’éloge et le blâme – et l’on retrouve le grec ancien. (p. 91)

Certes (et les passages qui suivent sur Pindare et Archiloque sont passionnants) mais je trouve que Wismann opère une dichotomie regrettable (du type affect/concept) à moins d’évoquer l’opposition faite par Mallarmé entre suggérer et nommer. La conceptualisation comme l’affection, dès que discours, peuvent s’opérer dans un dynamisme qui empêche que s’immobilise l’activité de penser ou de sentir dans et par le langage, l’écriture.

C’est d’ailleurs ce que Wisman va développer plus loin avec la trouvaille qu’il a explorée avec Jean Bollack en libérant les variantes des textes anciens (p. 131). J’y reviendrai et ne peut conclure ce moment de lecture sans emprunter à Wissmann cette belle formule qui donne à la poésie la force de recréer la langue maternelle rêvée (p. 98). Cela ne peut qu’évoquer la pensée d’Henri Meschonnic qui écrivait, “selon la considération d’un interaction entre une langue et une oeuvre, que c’est les oeuvres qui sont maternelles, pas les langues” (Dans le bois de la langue, Paris, Laurence Teper, 2008, p. 269).

Voir ma note de lecture concernant cet ouvrage: http://meschonnic.blogspot.fr/2010/01/dans-le-bois-de-la-langue-lu-par-serge.html

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’acuité intellectuelle : de l’air et des ailes pour la recherche

Un livre qui associe passages biographiques sans s’appesantir sur les émois du moi mais en tirant les faits et affects vers une biographie intellectuelle, et passages rugueux où la pensée s’aventure tout en tirant le bilan d’une recherche longue ayant conduit le jeune allemand dans les hautes sphères intellectuelles françaises même si la marginalisation et les conflits avec les puissances académiques n’ont pas manqué d’émailler ce parcours exceptionnel.

Pour ce qui concerne le travail ici d’accompagnement à la recherche, je retiens d’abord ce passage sur la notion d’acuité intellectuelle:

En réalité, lorsque quelqu’un déploie une véritable acuité intellectuelle, cela s’accompagne toujours d’un exil. Et cet exil peut être entièrement psychologique, ça peut être d’une langue à l’autre, ça peut être d’un domaine de la connaissance à l’autre, c’est “l’inter”. Or cette acuité intellectuelle, comme toute acuité avec son tranchant, c’est la critique; elle met en crise toutes les convictions tout simplement garanties par une tradition, une autorité, etc. Et quand je dis “acuité intellectuelle”, j'(entends par là une forme de fonctionnement de l’esprit qui n’a pas pour finalité de reconduire une forme de sédentarisation. ça reste en suspens et ça n’existe que dans le temps dans lequel s’inscrit ce mouvement critique ou herméneutique qui fait que les choses ne sont simplement ce qu’elles semblent être, en vertu de ce qu’on s’est mis d’accord pour penser qu’elles soient. Parce que le consensus vivorum doctorum, parmi d’autres consensus, est ce qu’il y a de plus suspect du point de vue de l’acuité intellectuelle. (p. 43)

Tout le livre va illustrer cette notion en conceptualisant celle de “réflexivité”: “c’est l’endroit où le mouvement s’accomplit” (p. 45) avec cet excellent conseil pour toute recherche: “Si je colle aux choses, je ne vois rien (…° C’est un entre-deux qui n’est pas du tout de l’indécision; c’est simplement le refus de s’assimiler à une posture ou de se laisser capter intégralement par elle. (ibid.). Bref, l’éloge du pas de côté ou de ce qu’il appelle, en empruntant au yiddish, le vagabondage intellectuel d’un Luftmensch, un “piéton de l’air, un être léger, sans racines” (ibid.).

Je continue ma lecture mais on a déjà vu la portée d’une telle pensée : donner de l’air et des ailes à la recherche…

On peut écouter sur France culture :

https://www.franceculture.fr/personne-heinz-wismann

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècles)

Colloque international

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

(20-21siècles)

Jeudi18 octobre 2012

BnF (Paris)

et

Vendredi 19 octobre 2012

Université de Paris – Nord 13

(Villetaneuse)

Colloque international co-organisé par la Bibliothèque nationale de

France et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand / Centre de

Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS)

Avec la collaboration de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

et de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels

de l’enfance (AFRELOCE)

Colloque international

Enfants en temps de guerre

et littératures de jeunesse

(20-21e siècles)

Dans le cadre du programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil

(EVE), la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la

jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand/ Centre

de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) organisent le colloque

international consacré à

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21siècle)

le 18 octobre 2012 à la BnF (Paris) et

le 19 octobre 2012 à l’Université de Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

Avec le concours de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse) et de l’Association française de

recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

Quel champ de recherche ?

La littérature de jeunesse a acquis partout dans le monde une légitimité et une complexité

qui l’autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. À cet

égard, il est intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires

géographiques et culturelles mettent en scène telle guerre à partir du 20e siècle ou l’état

de guerre en général, ainsi que l’exil forcé quand il est une conséquence directe des

guerres.

Quelles questions ?

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges

plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en

particulier ainsi que les migrations contraintes soient très différemment représentées. Le

souci souvent consensuel de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée

même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de

comportements patriotiques? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction

des contextes historiques, idéologiques et socio-économiques ? Que deviennent aussi

l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation,

omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle

d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec

l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ?

Quels objets ?

Ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de

littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons

publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes

dessinées, mangas, documentaires, etc.

Quel contexte ?

Le programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil, élaboré par le

CELIS (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université

d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de

recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil

consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite

des conflits du 20e siècle. Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins,

de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés,

en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. La documentation

exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une

véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant ». Les réalisations de ce programme de

recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Comité scientifique

du colloque

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CELIS)

Michel Defourny (Université de Liège)

Claude Ganiayre (Enseignante honoraire)

Claudine Hervouët (BnF)

Mathieu Lescuyer (BnF)

Mathilde Levêque (Université Paris Nord 13, CENEL – Afreloce)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand CELIS,

Institut d’Histoire du Temps Présent – CNRS)

Olivier Piffault (BnF)

Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Jeudi18 octobre 2012 , BnF (Petit auditorium)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Bruno Racine, Président de la Bibliothèque nationale de France (sous réserve)

Pascale Auraix-Jonchière, Directrice du CELIS (Université Blaise Pascal)

9h30

Conférence inaugurale

Elzbieta, auteur

matin

Session 1 : Aux sources : enfances dans la Grande Guerre

Présidente de séance : Claude Ganiayre

10h00

La Grande Guerre racontée aux enfants italiens

Mariella Colin (Université de Caen)

10h30

Les Livres Roses de la Guerre (1915-1919) :

la mise en scène de l’enfant-héros pendant la Première Guerre mondiale

Marie Puren (Université Paris 1 Sorbonne, École des Chartes)

11h00

Echanges avec la salle

11h15

Pause

11h30

Romans de guerre pour la jeunesse à travers un roman pour enfants allemands de 1916

Hans-Heino Ewers (Université Johann Wolfgang Goethe, Francfort, Allemagne)

12h00

« Moi aussi j’y étais !” : l’enfant dans les livres d’images allemands de la Grande Guerre

Bérénice Zunino (Université Paris 4-Sorbonne)

12h30

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 2 : Idéologies et représentations

Présidente de séance : Catherine Milkovitch-Rioux

14h30

Enfants en temps de guerre chez Leonid, Panteleev, et Arkadi Gaïda

Laure Thibonnier-Limpek (Université Stendhal, Grenoble 3)

15h00

L’image de la Seconde Guerre mondiale dans la littérature enfantine tchèque

Milena Subrtova (Université Masaryk, Brno, République Tchèque)

15h30

Pause

15h45

Les livres absents d’Elena Fortún : écrire la guerre d’Espagne dans les années 1940

Marie Franco (Université Paris 3-la Sorbonne nouvelle)

16h15

La guerre d’Espagne racontée aux enfants et par les enfants dans les revues enfantines

nationalistes (1936-1939)

Didier Corderot (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2, IUFM Clermont-Ferrand)

16h45

Le petit fedayin : la place de l’enfant dans la lutte pour la cause palestinienne à travers la

littérature de jeunesse arabe

Mathilde Chèvre (IREMAM-IFPO Beyrouth)

17h15

Echanges avec la salle

17h45

Clôture de la journée

Vendredi 19 octobre 2012, Paris – Nord 13,

Campus Villetaneuse (amphi 3)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Elisabeth Belmas, Vice-Présidente de l’Université Paris Nord 13 (PRES Sorbonne

Paris Cité)

9h30

Conférence inaugurale

Manon Pignot (Université de Picardie Jules-Verne, Institut universitaire de France)

matin

Session 3 : Enfances dans la Seconde Guerre mondiale

Président de séance : Jean-Pierre Azéma

10h00

Les enfants cachés pendant la Deuxième Guerre mondiale à travers les témoignages

de Régine Soszewicz et Isaac Millman, auteurs de livres pour enfants

Odile Belkeddar (critique et traductrice) et Régine Lilensten (Maison des

illustrateurs/auteurs de livres pour enfants)

10h30

Voir et vivre la Résistance dans l’oeuvre pour la jeunesse de Guido Petter

Sylvie Martin-Mercier (Université Stendhal, Grenoble 3)

11h00

Pause

11h15

Nouveaux regards sur une vieille histoire : la Seconde Guerre mondiale (re)racontée

aux jeunes Britanniques

Rose-May Pham Dinh (Université Paris 13)

11h45

Guerre et teddy bear chez Tomi Ungerer ou l’Autobiographie d’un ours en peluche

Anne Chassagnol (Université Paris 8)

12h15

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 4 : Genre(s) et points de vue

Président de séance : Michel Defourny

14h30

Romans et albums de jeunesse : de nouveaux “lieux de mémoire” ?

Daniel Delbrassine (Université de Liège, Belgique)

15h00

Écrans de fumée dans l’album espagnol : étude de quelques dispositifs qui

médiatisent le regard sur la scène de la guerre

Euriell Gobbé-Mévellec (IUFM Midi-Pyrénées, Université Toulouse-Le Mirail)

15h30

Guerre et littérature de jeunesse africaine

Viviana Quiñones (BnF, CNLJ – La Joie par les livres)

16h00

L’enfance en guerre au théâtre : l’exemple de Suzanne Lebeau

Patricia Richard-Principalli (IUFM de Créteil/UPEC)

16h30

Echanges avec la salle

17h00

Clôture du colloque

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Philippe Corentin dans La Revue des livres pour enfants

Un beau dossier sur Philippe Corentin dans le numéro 266 de La Revue des livres pour enfants

On peut lire dans ce dossier, outre un entretien avec Corentin, des articles de Yvanne Chenouf, Sophie Van der Linden, Florence Gaiotti et Serge Martin (voir à cette adresse où l’article est disponible: Martin-Ritmanbibliographie: A table avec Corentin, la bouche pleine de voix !).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Etudes de linguistique appliquée n° 161 (“Formation des enseignants, recherche et sciences du langage”)

Ela. Études de linguistique appliquée.
n°161, 2011/1
128 pages
Editeur
I.S.B.N. 9782252038130
Avant-propos. – De la formation et du « formage »
par Jean PRUVOST
Formation des enseignants, recherche et sciences du langage : une ouverture aux questionnements formateurs
par Marie J. BERCHOUD
Analyse d’un « entre-deux socioprofessionnel » : docteurs dans l’enseignement secondaire français. Point de vue du vécu de l’enseignant de la formation continue
par Josette GIRARD-VIRASOLVIT
La recherche comme aide à la conscientisation par l’enseignant de son « offre langagière »
par Nathalie CHARVY
« Les connaissances nous suivent tout le reste de notre vie… » : apports de la recherche dans un domaine éloigné du métier d’enseignant 45
par Élisabeth TEIRO
Professionnalisation de la formation des enseignants de FLE : retour sur des années de recherche
par Fabrice BARTHÉLÉMY
De l’enseignant de langue(s) au professionnel des langues
par Jean-Jacques RICHER
Le français médium d’enseignement (FME) pour non natifs : entre apports de la recherche linguistique et besoins
par Abdou ELIMAM
La recherche dans la formation universitaire des professeurs de français langue seconde au Québec : caractéristiques et enjeux
par Anne-Sophie CALINON

FORMATION DES ENSEIGNANTS, RECHERCHE ET SCIENCES DU LANGAGE : UNE OUVERTURE AUX QUESTIONNEMENTS FORMATEURS
Cet article a pour but de montrer en quoi mieux saisir (au double sens concret/abstrait cf. begrei-fen/verstehen) les phénomènes de langue, de discours en situation et de langage est capital dans la formation des enseignants, depuis les concours jusqu’à l’exercice de la vie professionnelle, afin de mieux s’y situer et fonder ses pratiques. Pour les concours, même si les épreuves sont très encadrées, et peuvent toujours être critiquées, la capacité à (se) poser des questions est un atout irremplaçable ; et il en va de même dans la préparation puis dans la durée de la vie professionnelle incluant l’exercice de la liberté pédagogique et donc de la pensée.

ANALYSE D’UN « ENTRE-DEUX SOCIOPROFESSIONNEL » : DOCTEURS DANS L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE FRANÇAIS. POINT DE VUE DU VÉCU DE L’ENSEIGNANT DE LA FORMATION CONTINUE
Partant du point de vue du vécu des enseignants nous avons voulu connaître à la fois les motivations initiales de ces enseignants du secondaire qui entrent dans la démarche d’écriture d’une thèse, mais aussi ce que cette démarche leur apporte, apporte à leur formation d’enseignant et à la formation continue.
Pour cela nous nous sommes appuyés sur l’analyse des représentations qui sont présentes non seulement dans cette démarche, dans cet investissement que représentent l’élaboration d’une thèse et sa soutenance mais ensuite dans la prise en compte de ce bagage dans le système éducatif lui-même (la classe, les pairs, la hiérarchie).
Faisant l’hypothèse d’un apport possible de ces enseignants en tant qu’acteurs de formation continue pour leurs pairs nous avons analysé, à travers leurs discours, les réactions et résistances des autres acteurs du système. Nous sommes interrogés avec ces enseignants sur de possibles pistes de réinvestissement de ces savoirs, savoir-faire, savoir-être acquis lors de cette démarche de recherche dans le cadre d’une thèse, cela en terme de formation continue.
Les mots clés pourraient être : sociolinguistique, langage et société, représentations, politiques éducatives, systèmes, compétences, formation.

LA RECHERCHE COMME AIDE À LA CONSCIENTISATION PAR L’ENSEIGNANT DE SON « OFFRE LANGAGIÈRE »
Indifférence, coexistence, ou enrichissement réciproque, tels sont les rapports possibles entre les sciences du langage et la formation des enseignants. Il ne fait pas de doute qu’un lien entre les deux dimen-sions est à garantir et à construire. En observant quelques interactions langagières entre enseignants et élèves en maternelle, en repérant l’influence effective des offres langagières de l’enseignant sur les pratiques langagières de l’élève, dans le cadre notamment de la reformulation, se détermine bien une inscription effective dans le champ des sciences du langage. De fait, l’analyse interactionnelle met clairement en relief la nécessité d’une formation à l’étayage langagier mis en œuvre par ¬l’enseignant auprès de ses élèves. Et pour ce faire, décrire, analyser les pratiques orales dans la classe, s’impose afin de nourrir la formation initiale et continue des enseignants.

« LES CONNAISSANCES NOUS SUIVENT TOUT LE RESTE DE NOTRE VIE… » : APPORTS DE LA RECHERCHE DANS UN DOMAINE ÉLOIGNÉ DU MÉTIER D’ENSEIGNANT
Trouver un langage commun avec des élèves ayant la volonté d’apprendre implique la capacité à faire preuve d’adaptation et à analyser des résultats, en sachant se remettre en cause. L’enseignement est un art supposant du talent et beaucoup de travail. Motivation, temps c’est-à-dire aussi patience, résultats, ce sont là des mots clefs. Approfondir, c’est-à-dire creuser, et garantir une atmosphère détendue, font partie des démarches nécessaires. On distinguera trois éléments constitutifs : maîtriser la langue commune, le russe normatif, et donc rassurer ainsi les élèves ; disposer d’une base de connaissances communes pour convaincre de l’intérêt pour le pays ; relever le plus possible d’une mentalité y correspondant, rassérénante pour les élèves. Ainsi, recentrer ses efforts sur la culture, objet de l’apprentissage d’une langue, voilà qui (pré)conditionne tout acte de communication entre sujets allophones ou non.

PROFESSIONNALISATION DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS DE FLE : RETOUR SUR DES ANNÉES DE RECHERCHE
FOS, FLS, FLsco, FLI, FOU… L’émiettement du domaine de l’enseignement du français aux non-francophones depuis quelques années n’aura échappé à personne. Par souci de mieux adapter l’offre de formation à la demande et de se centrer davantage sur le sujet-apprenant, cette expansion terminologique fait courir le risque, par dilution, d’affaiblir un champ du FLE, qui a toujours peiné à trouver et affirmer sa légitimité. Cette surenchère, avec les débats futiles qu’elle génère, nourrit et entretient surtout les intérêts des uns ou des autres – spécialistes autoproclamés, concepteurs et éditeurs de méthodes, politiques… Plus encore, elle cache et révèle un vrai malaise, celui de la formation des enseignants.

DE L’ENSEIGNANT DE LANGUE(S) AU PROFESSIONNEL DES LANGUES
L’enseignement des langues s’est complexifié tant au niveau des attentes des publics qu’au niveau didactique (sous l’effet des propositions du Cadre européen commun de référence pour les langues). Cette complexité nouvelle incite à faire appel au concept de compétence, dans sa version humaniste, développé dans les univers de travail pour répondre à un monde toujours plus concurrentiel. Peut alors être esquissée une reconfiguration du métier d’enseignant de langues, un enseignant de langues qui, mobilisant ses compétences, sa capacité de réflexivité, son éthique, se redéfinit alors comme professionnel des langues. Les mots-clés pourraient être : compétence-action, savoir-mobiliser, réflexivité-éthique.

LE FRANÇAIS MÉDIUM D’ENSEIGNEMENT (FME) POUR NON NATIFS : ENTRE APPORTS DE LA RECHERCHE LINGUISTIQUE ET BESOINS
Dans cet article, on souhaite présenter le parcours méthodologique et conceptuel sous-tendant toute mise en place de langue 2 (L2) : les éclairages de la recherche contemporaine en sciences cognitives et en psycholinguistique – plus particulièrement – sont ré-évalués à la lumière de débats récents ; ils sont également rapprochés de la théorie des opérations prédicatives et énonciatives d’Antoine Culioli. Ce cadre théorique posé, nous relatons une expérience de l’enseignement du français en tant que médium d’enseignement de disciplines non linguistiques. Cette expérience présente un certain intérêt dans la mesure où elle combine les aspects théoriques et méthodologiques déjà passés en revue avec quelques principes méthodologiques issus de l’ingénierie de la formation. De la sorte, la question des besoins linguistiques fait l’objet d’une procédure d’analyse de corpus qui débouche sur la conception de référentiels de formation linguistique contextualisés.

LA RECHERCHE DANS LA FORMATION UNIVERSITAIRE DES PROFESSEURS DE FRANÇAIS LANGUE SECONDE AU QUÉBEC : CARACTÉRISTIQUES ET ENJEUX
Cet article présente la place de la recherche dans les formations universitaires à l’enseignement du FLS au Québec. La transformation du « métier » d’enseignant en « profession » a eu comme conséquence une augmentation de la formation pratique et une réorientation vers de nouveaux objectifs de formation, ceci afin de donner au futur professeur de nouvelles compétences ciblées. Même si elles ne sont pas systématiques sur le terrain de la formation, des formes d’initiation à la recherche sont présentes, afin de développer l’autonomie et la pratique réflexive. Cette co-présence entre recherche et pratique répond à une logique de formation fondée sur l’interaction entre enseignants sur le terrain et futurs enseignants en formation. Cependant, l’interrelation entre ces deux parties gagnerait à être explicitée, et ainsi à être valorisée, afin de contribuer à modifier les représentations clivantes sur les fonctions et les ¬compétences imparties à un enseignant et à un chercheur.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Quelle littérature pour la jeunesse? chez Klincksieck

 

http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100141680&fa=description

S’appuyant sur une histoire longue, la littérature de jeunesse est un secteur important de l’édition. D’emblée internationale et profondément renouvelée depuis les années 1970, elle conteste les frontières des genres en mêlant traditions et innovations.
Cet ouvrage observe ce que devient la littérature avec la littérature de jeunesse, aujourd’hui plus qu’hier. Se référant aux oeuvres incontournables, il montre la force de l’oralité, en écriture et en lecture, en texte et en image.
Des rêveries aux aventures, des comptines aux contes, des témoignages aux fictions, une  anthropologie poétique se dessine : quelle littérature… de jeunesse ? Celle qui toujours commence !

Recensions de cet ouvrage ici:

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-06-0102-008

http://martinritman.blogspot.fr/2009/11/quelle-litterature-pour-la-jeunesse-la.html

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Enseigner la littérature de jeunesse (un livre en pdf)

Depuis plus de trente ans, Le Français aujourd’hui, revue des enseignants de français, de la maternelle à l’université, a publié régulièrement des dossiers, des articles, des chroniques, des comptes rendus d’ouvrages de littérature de jeunesse. Dans cet ensemble, nous avons sélectionné des points de repères représentatifs des évolutions de la réfl exion dans le domaine. Depuis le premier dossier, publié en 1976 jusqu’aux dernières publications, la revue n’a cessé d’attacher la plus grande attention à ce champ littéraire et aux questions, parfois vives, qui l’ont traversé. La mise en perspective historique, les propositions didactiques, l’analyse critique d’oeuvres ici proposées offrent un parcours utile pour une bonne compréhension du statut actuel de la littérature de jeunesse. Elles permettent d’apprécier à la fois la pertinence de certaines problématiques, leurs reprises ou leurs transformations dans les débats et propositions d’aujourd’hui.

Ce livre est entièrement disponible en pdf en cliquant ci-dessous:

    • Sommaire

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin

On peut lire l’appel à contribution pour un numéro de la revue Strenae sur la thématique de notre cercle d’étude à l’adresse suivante:

http://strenae.revues.org/691

Dans le domaine de la littérature pour l’enfance et la jeunesse, si l’on excepte un article d’Ewers (2002) principalement consacré à « la littérature de l’époque bourgeoise » et singulièrement à l’adaptation pour la jeunesse en 1780 par Joachim Heinrich Campe du Robinson de Defoë, très peu d’études à notre connaissance considèrent, voire discutent, l’important essai de Walter Benjamin « Der Erzähler. Betrachtungen zum Werk Nikolai Lesskows » [« Le narrateur. Réflexions sur l’oeuvre de Nicolas Leskov »] de 1936 (Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttgart, Frankfurt, II/2, 1972, p. 438-465).

On pourrait s’étonner de cet état de fait quand on considère parallèlement le succès, pour les études esthétiques, de l’essai « Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit » [« L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique »]. Nous pensons que les réflexions de Benjamin sur le « Narrateur » devraient recevoir au moins sinon plus de considération dans le cadre des études littéraires. Par ailleurs, des publications récentes fort intéressantes (par exemple : Benjamin, 2011) citent « Le Narrateur » mais réduisent sa portée au genre du conte. À moins de généraliser le régime de ce genre à toute la littérature sans le destiner irrémédiablement à l’enfance et la jeunesse, on ne pourrait apercevoir le levier que peut constituer la pensée de la littérature de jeunesse avec Benjamin et son « Narrateur » pour transformer toute la pensée de la littérature elle-même.

Reconnaissons toutefois que cet essai de Benjamin a suscité quelques commentaires récents tout à fait remarquables :

  • Alexis Nouss (2003), dans une contribution à un colloque lyonnais sur la littérature orale, tire l’essai de Benjamin du côté de la transmission – ce qui bien évidemment ne peut que nous intéresser ;

  • Dominique Rabaté a plusieurs fois évoqué le texte de Benjamin « plus suggestif qu’analytique » (2010, 41) et lui a emprunté en bonne part la problématique de son dernier essai qui met en tension la quête du sens de la vie et d’une vie ; Rabaté fait en quelques pages (35-43) une mise en perspective très éclairante des motifs de Benjamin lui permettant de penser la subjectivation à l’œuvre dans sa négativité même ;

  • Mathilde Lévêque (2010) – et nous nous approcherions de notre domaine – dans une passionnante étude concernant les textes radiophoniques de Benjamin, a relevé le paradoxe de la pensée de Benjamin : « Benjamin utilise une voix narrative plus complexe. Ni auteur ni narrateur, la voix narrative qui s’exprime donc ici serait davantage de l’ordre du « raconteur ». Or cette forme narrative est considérée par Benjamin comme une forme archaïque, apparemment contradictoire donc avec la modernité du média radiophonique. Klaus Doderer note ainsi que Benjamin utilise la radio précisément pour retrouver cette forme « archaïque » de la narration orale (« mündliches Erzählen »), afin de créer une proximité plus grande avec son auditoire. Cette proximité reste sensible lorsque le texte est simplement lu et non plus écouté. »

Nos propres travaux (Gaïotti, 2009 ; Martin, 2009, 107-108) nous ont conduits à évoquer ce texte de Benjamin et nous demandent de poursuivre les problématiques qu’il engage :

– en littérature jeunesse la notion de « raconteur » et ses notions adjacentes (« racontage ») approcheraient mieux la force des œuvres que la notion de « narrateur » désormais étroitement configurée par la narratologie ; il nous semble que l’argument de la survivance avancé par Ewers est, de ce point de vue, insuffisant : « L’univers culturel enfantin représente de surcroît un domaine dans lequel sont demeurés vivants non seulement le récit fondé sur le livre mais aussi la narration orale » ; conceptualiser le racontage et le raconteur demanderait aussi d’y adjoindre la notion d’écouteur, en dissociant ces notions assez nettement de celles de la narratologie tout comme de celles qui sont convoquées par le contage dans ses formes traditionnelles aussi bien que contemporaines – ce qui pourrait peut-être permettre de reconsidérer aussi bien les unes que les autres à nouveaux frais ;

– l’argument avancé par Benjamin (« Le conte, encore aujourd’hui, reste le premier conseiller de l’enfance, parce qu’il fut jadis le premier conseiller de l’humanité ») est à repenser au-delà du genre et pourrait peut-être concerner toute lecture-écriture engagée dans ce « conseil de l’enfance » ; on pourrait associer à la considération de la voix par Benjamin (« Quiconque écoute une histoire se trouve en compagnie de celui qui la raconte ; même celui la lit »), une autre qui la suit immédiatement et concerne la poésie : « même celui qui lit une poésie est enclin à prêter sa voix aux mots en vue d’un auditeur virtuel » ; ainsi les œuvres pour l’enfance et la jeunesse seraient-elles des passages de voix.

Sans faire référence à Benjamin, on peut également suggérer la force de l’oralité de l’écriture en parlant par exemple d’une « lecture par l’oreille » (Letourneux, 2009, 194-195). Mais il serait nécessaire de reprendre la lecture de l’essai de Benjamin d’autant que nous savons bien maintenant tout l’intérêt qu’il a porté aux cultures de l’enfance et de la jeunesse jusque dans ses propres productions littéraires (voir Benjamin, 2011 qui offre un panorama précieux et pratique de cet intérêt de l’essayiste et écrivain). Deux raisons motiveraient une relecture approfondie :

– d’une part, « Le Narrateur » fait la synthèse de plusieurs études antérieures même si, nous le savons, chez Benjamin, aucun texte ne peut offrir un caractère abouti voire définitif ;

– d’autre part, au cours de la rédaction de son essai, Benjamin lui-même écrivait à un de ses correspondants : « Je vois seulement maintenant, occupé que je suis à terminer mes études sur Leskov, à quel point presque tout reste à faire pour ma théorie des formes épiques » (G. S., II/3, p. 1277). Nous nous proposons donc d’y revenir et même d’observer « ce qui reste à faire » étant entendu qu’il nous faut d’abord voir ce qui a été fait !

Le dossier de Strenæ accueillera des contributions qui considèreront le texte de Walter Benjamin en vue de penser au plus juste ce qui fait la force de certaines œuvres de la littérature pour l’enfance et la jeunesse : un passage de voix comme passage d’expériences dans et par le langage au sens le plus large que nous connaissons puisque, quels que soient les dispositifs, c’est toujours le langage comme transsubjectivation, et donc voix en relation, qui organise et transforme le regard et l’écoute, le sentir et le penser, la mémoire et l’oubli (voir Meschonnic, 1982, 271 et suivantes). En fin de compte, notre souhait le plus cher est de permettre un double mouvement réflexif : une critique de Benjamin, au sens d’une relation critique (Starobinski, 1970, 9-33), et une critique des œuvres avec Benjamin sous l’angle des fables de la voix qui savent encore aujourd’hui inventer l’inconnu de la relation, cette activité la plus vivante qui soit dès que racontage – ce serait peut-être cela « l’aspect épique du vrai » (la sagesse non comme ensemble de règles mais comme expérience transmise et transmissible) qui rend la littérature à la vie. Et les enfants, nous avec eux, disent : « Encore ! ».

Serge Martin et Florence Gaiotti

Les propositions (d’une page environ), sont à envoyer avant le 1er octobre 2012 à strenae@revues.org. Les textes définitifs devront être remis le 15 février 2013.

Bibliographie

Walter Benjamin, « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov » dans Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallimard, « folio essais », 1991, p. 249- 298.

Walter Benjamin, Enfance. Éloge de la poupée et autres essais, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2011.

Hans-Heino Ewers, « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. » Réflexions à partir de Walter Benjamin, Revue de littérature comparée, 2002/4 n° 304, p. 421-430.

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, PUR, « Interférences », 2009.

Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010. URL : http://strenae.revues.org/86

Mathieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture médiatique » dans Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse en questions, Rennes, PUR, 2009.

Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009.

Henri Meschonnic, Critique du rythme, Lagrasse, Verdier, 1982.

Alexis Nouss, « Le conteur comme traducteur » dans Jean-Baptiste Martin, Nadine Decour (dir.), Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes, Centre de recherche et d’études anthropologiques, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 297-306.

Dominique Rabaté, Le Roman et le sens de la vie, Paris, José Corti, « Les essais », 2010.

Starobinski Jean, La Relation critique, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1970.

http://strenae.revues.org/691

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les rendez-vous des cercles d’études

Les cercles d’études ont lieu à l’IUFM de Caen et sont ouverts à tous les membres (M1 et M2) des séminaires “Art, langage, apprentissage” et à toute personne intéressée qui en fait la demande au responsable (serge.martin@unicaen.fr):

Racontage:

10 octobre (14-17) ; 28 novembre (17-20) ; 13 mars (17-20) et 3 avril (14-17).

Langage:

17 octobre (17-20) ; 21 novembre (14-17) ; 27 mars (14-17) et 10 avril (17-20).

Expérience:

10 octobre (17-20) ; 28 novembre (14-17) ; 13 mars (14-17) et 3 avril (17-20).

Constellation:

17 octobre (14-17) ; 21 novembre (17-20) ; 27 mars (17-20) et 10 avril (14-17).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Bibliographie sur les carnets

Brouillon de Victor Hugo

On trouvera une bibliographie commentée sur les carnets d’écrivains à cette adresse:

http://www.crilcq.org/grr/carnet.htm

Sur les brouillons d’écrivains :

http://expositions.bnf.fr/brouillons/reperes/index.htm

Le programme de la journée d’études sur les carnets de lecture à l’Université de Cergy-Pontoise:

http://www.versailles.iufm.fr/rech/pdf_rech/Arh_23mai12.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les journées d’études du séminaire “Art, langage, apprentissage” à l’IUFM de Caen Basse-Normandie pour l’année 2012-2013

Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs ;

carnets de dessin, de lecture et d’écriture :

manières de faire, manières de penser l’enseignement et la recherche

 

Prendre le carnet pour objet, c’est prendre une activité commune aux artistes, aux chercheurs et aux élèves de tous niveaux. Le carnet les situe d’emblée comme sujet parce que le carnet est l’objet d’un sujet expérientiel qui (se) cherche et (s’y) découvre – dans tous les sens du terme puisque le carnet met à nu les manières de faire et permet d’observer un parcours qui est peut-être l’invention d’un sujet qu’on ne savait pas qu’on pouvait trouver. Avec le carnet, l’activité prime le résultat parce que le parcours transforme la production en subjectivation.

 

a.     19 décembre 2012 : carnets d’artistes avec Ettore Labbate (poète) et Axelle Rioult (photographe)

b.     6 février 2013 : carnets d’élèves avec X

c.     6 mars 2013 : carnets de chercheur Christophe Meunier (IUFM de Tours) et d’auteur-illustrateur (Jian Hong Chen, l’école des loisirs)

 

19 décembre : carnets d’artistes avec Ettore Labbate (poète) et Axelle Rioult (photographe) : « Méditerranée, un passage : sur les traces des migrants (travaux en cours) »

répondants : Aurélie Valois (M2 en 2011-2012 avec un mémoire sur les roms dans la littérature de jeunesse)

organisation et animation : Serge Martin

 

 

6 février : carnets d’élèves avec : Anne Schneider (IUFM de l’UCBN)

répondant : un professeur du lycée Cornut de Lisieux (prix des carnets de voyage)

organisation et animation : Anne-Laure Le Guern

 

6 mars : carnets de chercheurs avec Christophe Meunier (IUFM de l’Université de Tours) et d’auteur-illustrateur avec Jian Hong Chen (école des loisirs)

répondants : Stéphanie Thieurmel (doctorante au CELLAM, Université Rennes II)

organisation et animation : Jean-François Thémines

 

Bio-bibliographies des invités pressentis :

Axelle Rioult : photographe. Suite à son exposition Des incarnées en 1999 au Wharf – Centre d’art contemporain de Basse-Normandie, Axelle Rioult a exposé aux Etats-Unis (XCCA et Flashpoint, Washington D.C.), au Canada (WARC et Nuit Blanche à Toronto), en France, et participe à plusieurs festivals vidéo nationaux et internationaux.

Depuis 2001, l’ensemble de son œuvre repose essentiellement sur la vidéo, la photographie et l’écriture qu’elle réunit dans des installations explorant les possibilités plastiques délivrées par ces médiums au regard de notions telles que le langage, l’image, l’altérité, le passage, la limite de l’espace, de la vision. 

Les projets Lisières et Rencontres s’élaborent depuis 2005, dans le cadre de vie de l’Autre par la présentation du travail artistique à domicile et la réalisation d’une série de photographies chez l’hôte : particuliers, connaissances professionnelles et amicales, emprunteurs de l’Artothèque de Caen, étudiants du Campus 1 de l’Université de Caen, lycéennes internes, etc.

D’autres espaces d’expérimentation sont envisagés. 

La recherche sur la forme des images – support, taille, association, espace de monstration – fait partie intégrante de ce travail réalisé à partir de ce que l’artiste nomme sa banque d’images.

En 2009, Axelle Rioult engage un travail de portrait et de photographies d’architecture lié à une démarche d’entretiens audio, aux frontières d’une approche ethnologique intuitive.

Elle a exposé à l’artothèque de Caen en 2009 (voir dossier : http://www.artotheque-caen.net/images/upload/090909_dossier-pedag.pdf) et au wharf d’Hérouville-Saint-Clair ÉTATS DES LIEUX 
, dans le cadre du Projet de Rénovation Urbaine
, en collaboration avec la Boutique Habitat
et les habitants du 102-103-104 du quartier du Grand parc.

 

Ettore Labbate : originaire d’Ugento (Pouilles) en Italie. Il a étudié les Lettres classiques à l’Université de Padoue et s’est établi ensuite à Caen. C’est à l’Université de Caen qu’il a consacré sa thèse de doctorat au poète baroque Giacomo Lubrano (1619-1693), dont il a publié récemment la traduction d’un choix de sonnets, La voix dans le vide
(Paris, Cahiers de l’Hôtel de Galliffet, 2009). Également écrivain, il collabore aux revues Résonance Générale, Grumeaux, Frictions, Lo Sirocco… On peut voir  une vidéo réalisée dans le cadre du projet Sophocle machina memorialis, libre interprétation d’une création collective dirigée par Jean Pierre Brière sur les textes originaux d’Ettore Labatte (https://www.dailymotion.com/video/x4htks_la-septieme-porte-version-video_creation)

 

Jian Hong Chen : Chen Jiang Hong est né en 1963 en Chine. Peintre et illustrateur, il a été formé aux Beaux-Arts de Pékin. Il vit et travaille à Paris depuis 1987. Son œuvre est exposée en France et à l’étranger. Pour certaines de ses illustrations, il utilise une technique traditionnelle à l’encre de Chine, sur papier de riz. Il en résulte de somptueux albums d’un grand raffinement, aux teintes subtiles, une véritable invitation au voyage ou à la rêverie, tout simplement. Il a également illustré plusieurs recueils de contes traditionnels de différents pays. Voir à cette adresse : http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/auteurs/fiche-auteur-nvo.php?codeauteur=55 

 

Christophe Meunier : Professeur  d’Histoire Géographie à l’IUFM Centre Val de Loire (Université d’Orléans, site de Tours-Fondettes). Ses travaux de recherche portent sur l’espace et la spatialité dans l’album pour enfants. Il tient un carnet de recherche très remarqué sur hypothèse.org : http://lta.hypotheses.org/

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

art, langage, apprentissage

Ce carnet est un élément de deux séminaires réunis sous l’intitulé « Art, langage, apprentissage » du Master “métiers de l’éducation, de l’enseignement et de la formation” de l’IUFM de l’Université de Caen Basse-Normandie, dirigés par Serge Martin (MCF HDR 9e section, LASLAR, EA 4256, Université de Caen). Il permet d’animer quatre cercles de lecture-écriture mêlant des étudiants M1 et M2 sur quatre thématiques et de rendre compte de leurs travaux. Chaque thématique est parrainée par un enseignant-chercheur extérieur à l’Université de Caen. Le carnet est adossé à des journées d’études inter-séminaires et à des ateliers de tutorat pour la rédaction des TER (M1) et Mémoires (M2)
La formation à et par la recherche s’exerce dans chaque cercle principalement autour d’un ouvrage et d’un numéro de revue. On y mène seul et en groupe la lecture approfondie et critique avec lectures complémentaires et travaux d’écriture. Les quatre cercles sont les suivants:
a. RACONTAGE : littérature et enfance
Walter Benjamin, Enfance (Rivages poche/Petite bibliothèque, 2011) et Modernités n° 28 (« L’album contemporain pour la jeunesse : nouvelles formes, nouveaux lecteurs ? »), 2008.
Parrainage : Florence Gaiotti (Textes et cultures – EA 4022, Université d’Artois ; auteur de Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, PUR, 2009)
b. APPRENTISSAGE : langue et langage
Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, tome 1 (Gallimard, « Tel », 1966) et Le Français aujourd’hui n° 174 (« Penser à l’écrit »), septembre 2011.
Parrainage : Jacques David (Centre de recherche textes et francophonies – EA 1392, Université de Cergy-Pontoise ; rédacteur en chef de la revue Le Français aujourd’hui)
c. EXPÉRIENCE : art et expression
John Dewey, L’Art comme expérience (Gallimard, « Folio-essais », 2005) et Spirale n° 47 (« La Culture de l’expression »), 2011.
Parrainage : Denis Laborde (Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales – CNRS, EHESS ; auteur de Les Musiques à l’école, Bertrand Lacoste, 1999)
d. CONSTELLATION : art et histoire
Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet (Minuit, 2011) et Repères n° 43 (« Parler et écrire les œuvres : une approche interdidactique des enseignements artistiques et culturels »), 2011.
Parrainage : Laurence Corbel (Arts, pratiques et poétiques – EA 3208, Université de Rennes 2 ; « De l’expérimentation au récit : le voyage dans l’art américain des années 60-70 », Festival de l’histoire de l’art, 2012 )
Chaque cercle s’organise autour de quatre signets:
1. Anthologies (il s’agit de proposer des extraits des ouvrages à l’étude avec quelques annotations et commentaires)
2. Controverses (il s’agit de formuler des problématiques, de contribuer aux controverses ouvertes dans la thématique en reliant les expériences pratiques et théoriques)
3. Enquêtes (il s’agit de proposer des observations et relevés de terrain contribuant à nourrir les thématiques et problématiques du champ)
4. Poursuites (il s’agit de proposer un glossaire des termes et locutions et une bibliographie commentée poursuivant les thématiques et problématiques ouvertes, de faire des propositions de travaux à venir, de questions en suspens)

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus