Archives de catégorie : penser entre les langues

Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse

Les stéréotypes appelés encore « clichés » font partie de la société auxquels nous sommes confrontés quotidiennement car, ils représentent les opinions ou les expressions des individus sur la vie de tous les jours et qui peuvent concerner différents thèmes tels que la politique, la religion, la sexualité ou encore l’apparence physique. En ce sens, Fischer définit le stéréotype comme : « une manière de penser par clichés, c’est-à-dire l’ensemble des catégories descriptives simplifiées basées sur des croyances et par lesquelles nous qualifions d’autres personnes ou d’autres groupes sociaux. » (Fischer,1996, p. 113)

Dans son ouvrage intitulé : « Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre »,  Brugeilles et Cromer soulignent que : « la littérature de jeunesse n’est pas anodine, comme le laissent croire le chatoiement de graphismes recherchés et la variété du peuple des personnages. Elle contribue à la reproduction et à l’intériorisation de normes de genre. » (Brugeilles, Cromer, 2002, p. 289)

Dans cette perspective, les recherches effectuées par Anne Dafflon Novelle à l’université de Genève ont mis en évidence un certain nombre de représentations sur la littérature de jeunesse et le constat de leur enquête porte sur la théorie du genre et plus exactement sur les clichés sexistes, entre autres celui du genre féminin. Ces stéréotypes ne sont pas sans conséquences, ils ont un enjeu important au sein de la société, notamment par les rôles attribués à la gent masculine et féminine ainsi que sur le développement des apprenants.

Le postulat de ces recherches universitaires mettent l’accent sur les livres francophones pour la jeunesse publiés en 1997, elles ont démontré une irrégularité entre les deux genres humains : le masculin et le féminin, leur constat est que les livres pour enfants présentent un héros plutôt qu’une héroïne. Cette enquête a permis de relever que « Les asymétries les plus évidentes apparaissent avec des personnages animaux et des personnages adultes pour lesquels un rapport supérieur peut être observé entre les deux sexes. L’asymétrie entre les deux sexes est à son apogée dans les histoires anthropomorphiques s’adressant aux tout jeunes enfants (0-3 ans), avec alors dix fois plus de héros que d’héroïnes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2)

En effet, les analyses de cette étude citée ci-dessus, démontrent clairement que les images des personnages figurant sur les albums étaient pour la plus part masculines et plus nombreuses que les personnages féminins et occupent plus souvent le rôle de « héros ». Par ailleurs, cette différence concerne aussi bien les personnages d’enfants que d’adultes. L’autre dimension stéréotype concerne le physique des personnages qui montrent expressément une différence d’ordre esthétique, en effet, les femmes ont une silhouette parfaitement identifiable contrairement aux personnages masculins, mais ce constat est sans équivoque péjoratif car les femmes sont présentées comme des ménagères confinées au statut de femme au foyer, elles ont donc un rôle familial alors que les illustrations des personnages masculins tiennent d’avantage le rôle de professionnels.

Les résultats de ces recherches admettent les conclusions suivantes : « Les filles sont représentées plus passivement, à l’intérieur et dans des lieux privés, le plus souvent dans leur propre maison, davantage en compagnie familiale, notamment avec de jeunes frères ou sœurs, avec lesquels elles effectuent des activités maternantes ou domestiques, lesquelles sont aussi repérées par le type d’habits portés. A l’opposé, les garçons sont représentés de manière plus active, avec des copains, à l’extérieur et dans des lieux publics (parcs, forêts, et autres terrains de jeux), dans des tenues vestimentaires adaptées, en train d’exercer des activités sportives ou de faire des bêtises. Par ailleurs, le type d’animaux choisis pour incarner chaque sexe est également vecteur de valeur différentielle. Les héros de sexe masculin sont beaucoup plus fréquemment imaginés dans la peau d’animaux puissants ou alors plus présents dans l’imaginaire collectif des enfants, comme les ours, animaux de la savane, loups ou lapins. A l’opposé, les héroïnes sont davantage représentées sous les traits de petits animaux ou d’insectes, comme les souris ou les guêpes. » (Dafflon Novelle, 2003, p. 2-3)

Bibliographie

FISCHER G-N. (1996), Les Concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Paris : Dunod.

BRUGEILLES  C. CROMER I. CROMER  S. (2002), Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre, Population, 57 (2), 2002, p. 261-292.

DAFFLON NOVELLE A. (2003), Sexisme dans la littérature enfantine, quels effets pour le développement des enfants ? [en ligne], disponible sur : http://www.cemea.asso.fr/aquoijouestu/fr/textesref/SexismeLitteratEnfants.htm : consulté le 15/12/2017.

Continuer la lecture de Les stéréotypes perçus dans la littérature de jeunesse

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Annexe 1: Le plurilinguisme à travers les albums de jeunesse

J’avais publié précédemment un billet sur les carnets de recherche où j’avais mentionné entre autres un carnet d’illustration, en voici un exemple. Le choix de ces albums n’est pas fortuit, je les ai découvert récemment, je les trouve pertinents car d’un côté, nous avons des albums sans texte (La course au gâteau et Les prédateurs) et de l’autre côté, deux albums (Chez elle ou chez elle et L’enfant et le chat) regroupant à la fois une dimension textuelle et iconographique. Pour le séminaire de S. Stratilaki : « Education aux langues et au plurilinguisme », j’ai voulu analyser ces illustrations par une approche plurilingue, mais, il n’en demeure pas moins qu’une analyse plus fine de ces albums serait un outil pédagogique très important à exploiter dans une classe de FLE. Ces quatre albums ont été commentés par deux étudiants allophones et plurilingues. ( Les quatre illustrations sont extraites du site : https://www.babelio.com/resrecherche.php)

Texte qui accompagne ces iconographies

Je vous propose ci-dessous quatre illustrations d’albums de littérature de jeunesse, que l’on pourrait travailler en classe de FLE pour les apprenants du cycle 3. Présentez-moi en quelques lignes certaines caractéristiques qui vous semble pertinentes, je vous soumets ici quelques indications : l’image, le titre, les couleurs et le thème.

-Pouvez-vous nous faire partager vos connaissances linguistiques en traduisant le titre de chacune des illustrations dans les langues que vous parlez.

-Résumez en deux mots dans les langues que vous maîtrisez chacun des albums cités ci-dessous.

Chez elle par PonceletL'enfant et le chat par Hathorn

La course au gâteau par ThéPrédateurs par Guilloppé

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Les enjeux de la politique linguistique française

Ce chapitre a fait l’objet d’une réflexion portant sur le séminaire intitulé : « Politiques, diffusion et promotion des langues ».  Avant d’engager cette démarche réflexive sur la politique linguistique en France, nous allons d’abord tenter d’expliquer cette conception, comme cette dénomination le suggère, deux concepts recouvrent cette appellation, nous avons d’un côté, le concept de politique et de l’autre la linguistique.  En effet, les deux se complètent et constituent l’identité culturelle du pays.  Lorsqu’on parle de politique, nous pensons expressément à une entité supérieure, à des dirigeants, au système de pouvoir, aux réformes scolaires, etc. Il s’agit donc d’un terme polysémique regroupant plusieurs champs et constituant le système organisateur de chaque pays. Quant à la linguistique, il s’agit d’une discipline qui a pour objet d’étude les langues et leur fonctionnement, d’après Saussure : « La linguistique a pour unique et véritable objet la langue envisagée en elle-même et pour elle-même. » (Saussure, 1916, p. 314)

Boyer définit la politique linguistique comme suit :

« La politique linguistique désigne les choix, les objectifs, les orientations qui sont ceux de cet État en matière de langue(s), choix, objectifs et orientations suscités en général (mais pas obligatoirement) par une situation intra- ou intercommunautaire préoccupante en matière linguistique. » (Boyer, 2010, p. 3)

Calvet, quant à lui emploie le terme de politique linguistique pour désigner : « Un ensemble de choix conscients concernant les rapports entre les langue (s) et la vie sociale, et planification linguistique, la mise en pratique concrète d’une politique linguistique, le passage à l’acte en quelque sorte. » (Calvet, 1996, p. 11)

Boyer s’est particulièrement penché sur les contenus conceptuels que recouvre la politique linguistique, d’après lui, celle-ci implique dans un premier temps, l’étude de la langue d’un point de vue formel, il illustre cette première catégorie par les exemples suivants :

« Il peut s’agir alors d’une intervention de type normatif (visant, par exemple, à déterminer une forme standard, à codifier des fonctionnements grammaticaux, lexicaux, phonétiques…, ou encore à modifier une orthographe, etc., et à diffuser officiellement les [nouvelles] normes ainsi fixées auprès des usagers). » (Boyer, 2010, p. 5)

La deuxième catégorie rassemble :

« les fonctionnements socioculturels de telle langue, son statut, son territoire, face aux fonctionnements socioculturels, au(x) statut(s), au(x) territoire(s) d’une autre/d’autres langue(s) également en usage dans la même communauté, avec des cas de figures variables (complémentarité, concurrence, domination, etc.). » (Boyer, 2010, p. 7)

Boyer présente à la fin la visée de la politique linguistique qui selon lui, est à la fois « linguistique et socioculturelle », les deux sont corrélativement « solidaires ». (Boyer, 2010, p. 8)

Dans ce contexte, Boyer s’est intéressé à la politique linguistique française, selon lui, indépendamment de la langue française qui est une langue nationale, d’autres langues sont présentes sur le territoire français et d’après lui, il en existe « 75 », il formule son discours ainsi : « La politique linguistique française prend en compte les langues régionales et minoritaires territorialisées, mais aussi les langues anciennement [et durablement ?] installées sur le sol français, mais non territorialisées, l’arabe dialectal, le berbère, le romani…) (Boyer, 2010, p. 11)

Porcher, dans « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n°7, a rédigé deux articles consacrés à la politique linguistique, il définit celle-ci comme : « une action volontariste, le plus souvent conduite par un État, ou une entité officielle, ou encore une communauté spontanée soudée par le souci de préserver (ou de développer) sa langue ou sa culture. » (Porcher, 1996, p. 1)

En effet, d’après cette définition, toute politique linguistique résulte d’un rapport conjoint entre la langue officielle d’un État et la culture véhiculée par cette langue, Porcher précise à cet égard que : « une politique linguistique ne se réduit pas à la politique d’enseignement de la langue considérée. » (Porcher, 1996, p. 1)

Selon lui, il existe quatre facteurs déterminants ou comme, il le suggère « quatre cavaliers » qui participent activement à la construction de la politique linguistique, il s’agit de : « l’enseignement, l’action culturelle, les médias et les entreprises. » (Porcher, 1996, p. 2)

En ce qui concerne « l’enseignement », Porcher fait référence à la place primordiale des enseignants dans la didactique du français, dans les institutions scolaires, mais aussi dans l’enseignement du français langue étrangère et il postule à cet effet que :

« Le réseau des professeurs à travers le monde est impressionnant, en quantité et diversité, et vu le chiffre approximativement, en l’absence de données à la fois exhaustives et fiables, aux environs de 250 000, dans leur extrême majorité ressortissants nationaux des pays considérés. » (Porcher, 1996, p. 2)

Selon lui, il s’agit de valoriser l’enseignement de la langue française en offrant aux enseignants francophones et étrangers les moyens pédagogiques nécessaires afin de les motiver et mieux organiser leurs enseignements. Pour ce qui est de « l’action culturelle », c’est le rapport même de la langue avec la culture, en effet, chaque pays est représentatif d’une culture, celle-ci symbolise une véritable transmission identitaire, selon Porcher, « L’action proprement culturelle est d’autant plus efficace qu’elle converge de manière plus concertée et plus dynamique avec l’action linguistique au sens strict. » (Porcher, 1996, p. 3)

Le troisième vecteur de la politique linguistique française est assujetti « aux médias », ces derniers permettent de diffuser le français dans le monde et d’accroître ses enjeux linguistiques et culturels. Pour Porcher, « Les médias envahissent le monde chaque jour davantage, installent une véritable omniprésence, et, jouant de leur attraction spécifique et mystérieuse (en particulier celle de la télévision), drainent des publics de plus en plus nombreux et de plus en plus diversifiés. » (Porcher, 1996, p. 3)

Le dernier vecteur concerne « les entreprises », elles jouent un rôle considérable dans la construction de la politique linguistique française, d’après Porcher :

« La présence d’entreprises françaises à l’étranger contribue à la diffusion de l’image de la France et, comme telle, elle constitue un phénomène positif que les concepteurs, les décideurs, et les « accompagnateurs » d’une politique linguistique doivent prendre en compte, en s’efforçant de dégager les synergies, les complémentarités, les fécondations mutuelles entre ces différents types d’action. » Il ajoute que : « Les entreprises sont aujourd’hui une partie de l’enjeu global linguistique et culturel, et ce serait une erreur que de l’oublier ou même de le négliger. » (Porcher, 1996, p. 4)

Porcher conclut son analyse en affirmant que ces quatre vecteurs sont complémentaires, selon lui, « la mise en œuvre d’une politique linguistique rigoureuse c’est l’articulation, aussi précieuse que possible, de ces différents paramètres. » (Porcher, 1996, p. 4-5)

Bibliographie

BOYER H. (2010), « Les politiques linguistiques », Mots. Les langages du politique [En ligne], 94 |. Mis en ligne le 06 novembre 2012. URL : http://journals.openedition.org/mots/19891 : consulté le 16/01/2018.

CALVET L-J. (1996), Les politiques linguistiques, Paris : PUF.

DE SAUSSURE F. (1916), Cours de linguistique générale, Paris : Payot.

PORCHER L. (1996), Politiques linguistiques : orientations, « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n°7 , Paris : ASDIFLE.

PORCHER L. (1996), Politique linguistique et objectifs pédagogiques, « Les Cahiers de l’ASDIFLE » n° 7, Paris : ASDIFLE.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

UNE LANGUE VENUE D’AILLEURS

On entend toujours la langue maternelle on lis, on écrit, on apprend ‘’langue maternelle’’ mais est-ce qu’il y a une langue paternelle ? si oui, alors pourquoi on l’appelle langue paternelle ?

Pour un apprenant de langue étrangère est-ce qu’il peut sentir le sentiment d’étrangéité dans sa langue maternelle ?

 

Une langue venue d’ailleurs, c’est un livre autobiographique où l’auteur nous raconte de sa passion et son apprentissage du français, est une histoire vraie d’un Japonais qui a quitté sa langue maternelle, le japonais, et qui est tombé amoureux de la langue française.

 

Akira MIZUBAYASHI est un écrivain, universitaire et traducteur  japonais. Il est né le 10 septembre 1951 à Yamagata au nord du Japon de parents japonais. Akira MIZUBAYASHI  a grandi au Japon où il a fait ses études à l’université nationale des langues et civilisations étrangères de Tokyo (Unalcet). Mais un jour il a décidé d’entrer dans la langue de Rousseau, en 1937 il a obtenu une bourse pour continuer ses études en  France, il a quitté alors son pays, le Japon, pour quelques années d’études universitaires, où il a suivi une formation pédagogique à l’université Paul-Valéry de Montpellier pour devenir professeur de français (langue étrangère) et ensuit à Paris.

Dans ce roman on découvre une expérience d’un apprenant qui a le désir d’apprendre une langue étrangère qui lui donne le sentiment d’étrangéité dans sa langue maternelle. On trouve un conflit entre la langue maternelle , le japonais, et la langue paternelle, le français, il a perdu son japonais et il est devenu étranger dans les deux langues. Une étrangéité qui ne le quitte plus, une identité perdue-trouvée.

L’expérience d’un apprenant qui admire cette langue étrangère et qui l’appelle sa langue paternelle. A cause du rôle de son père qui l’a aidé pour l’apprendre.

“Quand je parle de cette langue étrangère qui est devenue la mienne, je porte au plus profond de mes yeux l’image ineffaçable de mon père; j’entends au plus profond de mes oreilles toutes les nuances de la voix de mon père. Le français est ma langue paternelle”.

 

Des mots dévitalisé, des phrases creuses, des paroles désubstantialisées flottaient sans attache autour de moi comme des méduses en pullulement. Il y avait une langue fatiguée, pâle, étiolée : parole proférée à travers micro et porte-voix, vocales tracés sur de gigantesques panneaux, discours imprimés dans des tracts qui puaient l’encre, ce sont des mots qui s’enracinaient, des mots privés de tremblement de vie et de respiration profonde. Des mots inadéquat, décollés. L’écart entre les mots et les choses était évident.”

 

« Le français est la langue dans laquelle j’ai décidé, un jour, de me plonger. J’ai adhéré à cette langue et elle m’a adopté… C’est une question d’amour. Je l’aime et elle m’aime… si j’ose dire… ».

 

La langue française dans les yeux de MIZUBIASHI

[…] le français est un instrument de musique pour moi. C’est le sentiment que j’ai depuis longtemps, depuis, tout compte fait le début de mon apprentissage. Pour devenir un bon instrumentiste, il faut de la discipline, je dirais même le sens de l’ascèse. Est-ce que je dis à mes étudiants aujourd’hui : maitriser le français, c’est en jouer comme jouer du violon ou du piano. Chez un bon musicien, l’instrument fait partie de son corps. Eh bien, le français doit faire partie de son corps chez un locuteur qui choisit de s’exprimer en français.[…]

 

 

Akira MIZUBIASHI a appris la langue française complètement et parfaitement. Il a commencé son apprentissage par des leçons diffusées à la Radio nationale où il a commencé son voyage dans la langue française. Il a beaucoup aimé cette langue qu’il a considérée sa langue paternelle.

 

Pour savoir plus, je vous invite à lire ce livre  :akira

 

 

 

Bonne lecture mes camarades !

 

Référence :

AKIRA MIZUBAYASHI, UNE LANGUE VENUE D’AILLEURS, Gallimard, 2011

 

 

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

L’analyse des erreurs phonétiques commises par les apprenants

Il s’agit d’une expérience de mon stage dans la Cimade pendant trois mois comme une observatrice de classe

Les caractéristiques de la phonétique française

Le français est une langue qui présente une relative netteté articulatoire, les sons précis, l’articulation est tendue. Il donne une image sonore équilibrée et douce.[1]

Le système phonique du français est composé de 16 voyelles, 17 consonnes ainsi que 3 semi-consonnes. Pour les voyelles, on compte 12 orales et 4 nasales, parmi lesquelles 2/3 sont articulées en antérieur, d’ailleurs, le système vocalique présente une forte proportion de voyelles labialisées. Pour les consonnes, on a les occlusives, les fricatives, les nasales, les orales, les sonores et les sourdes, parmi lesquelles les sonores sont plus nombreuses que les sourdes. Ce qui fait que la langue française participe d’une langue à articulation antérieur, sonore et relativement douce.

Selon les caractéristiques, on a fait un classement articulatoire des phonèmes. Je les présente ci-dessous:

Tableau des voyelles[2]:

1

Tableau des consonnes[3]:

2

Le classement des voyelles et des consonnes nous permet d’analyser les erreurs phonétiques qui résultent de l’interférence de la langue maternelle. Dans la partie suivante, je vais les analyser de façon précise.

L’interférence de la langue maternelle

Dans le domaine de la phonétique, chaque langue a ses caractéristiques spéciales. Par exemple, on a toujours les représentations qui se fondent sur des aspects phonétiques pour les langues: « l’allemand est une langue gutturale », « le français est une langue vocalique », « l’italien est une langue qui chante », etc. Les différentes caractéristiques des langues présupposent un système phonétique différent, ce qui amène à la difficulté de la perception et la production de certains éléments lorsqu’on apprend une langue étrangère.

Polivanov et Troubetskoy abordent l’idée que le crible phonologique contrôlé par le système phonologique de la langue maternelle perturbe l’identification et l’articulation des sons d’une langue étrangère. Le crible phonologique est conçu comme une sorte de filtre.

« Dans le cadre d’un bilinguisme successif et plus encore d’un apprentissage plus tardif encore de l’autre langue, la plasticité et le filtre phonologique joueront un rôle nonnégligeable sur la perception-articulation des phonèmes de l’autre langue. »[4].

Par conséquent, les apprenants vont avoir tendance à rapprocher les sons de la langue cible du système phonologique de leurs langues maternelles. C’est pourquoi les erreurs que les apprenants commettent varient toujours selon leurs origines.

Je prends ici comme exemple l’analyse précise des erreurs phonétiques que les deux apprenants hispanophones commettent. Je présente dans un premier lieu les tableaux de système vocalique et consonantique du castillan[5]:

 

Tableau: Système consonantique du castellan

 

  Bilabiales Dentales Alvéolaires Palatales Vélaires
Occlusive p b t d     k g
Affriquées       t ʃ  
Fricatives f θ s   x
Nasales m n   ɲ  
Latérales   l   ʎ  
Vibrantes   r   R  
Semi-C/V       j w

 

Tableau: système vocalique du castellan

3

En comparant les deux tableaux avec ceux du français, on peut trouver les differences non seulement dans le système consonantique, mais aussi dans celui des voyelles.

  • Du point de vue des consonnes : il n’y a pas les consonnes [v], [z], [ʃ], [ʒ] dans le castillan. Par conséquent, ils ont tendance à rapprocher le son [z] et [ʃ]/ [ʒ] vers [s]/[θ] ou [tʃ] qui ressemble plus ou moins aux sons français pour eux. D’ailleurs, sachant que la lettre « v » existe dans le castillan, et qu’elle se prononce aussi [b], les hispanophones se trouvent dans la confusion vis-à-vis des sons [v] et [b].
  • Du point de vue des voyelles : n’ayant pas de nasale, le castillan ne contient que cinq voyelles orales. C’est pourquoi la prononciation et la perception des nasales, de son [Ә] ainsi que de paire minimale [oe]/ [ø] se pose souvent un problème.

A part les erreurs commises par les deux apprenants hispanophones, je présente en bref les erreurs typiques commises par les autres apprenants: quatre garçons bangladeshis et une femme soudanaise prononcent [u] à la place de [y]; la femme japonaise prononce [l] au lieu de [r]. Tous les cas résultent de l’absence dans leurs langues maternelles des sons qui causent le problème. De surcroît, selon mon observation empirique, beaucoup d’arabophones ne savent pas comment prononcer les voyelles nasales, ils les remplacent par les équivalents orales; les chinois, comme moi, mélangent souvent les voisées et les non-voisées, dont le problème se pose et demeure toujours.

[1] Mme. Laur http://coursval.free.fr/coursL2/LaPhonetique.pdf P.3

[2] Mme Laur http://coursval.free.fr/coursL2/LaPhonetique.pdf P.2

[3] http://andre.thibault.pagesperso-orange.fr/PhonologieSemaine5tableaux.pdf P.1

[4] Jérémi SAUVAGE L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES VIVANTS ETRANGERES A L’ECOLE,

Impacts sur le développement de la langue maternelle, L’Harmattan (2010) P.20

[5] Source : Sujet de l’examen du cours de la phonétique appliquée (2012-2013) dispensé par Monsieur Sauvage

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

“La calligraphie arabe“ est-elle comparable avec ”la calligaphie chinoise“ (première partie)

Introduction

Un art est une création artistique et esthétique. La calligraphie n’est pas qu’une belle écriture, c’est un Art reflétant la pensée. Certes, la plupart du temps, elle sert plutôt de décoration murale, mais je pense que scruter seulement la calligraphie en ignorant le contenu est comme manger juste pour tuer la faim sans satisfaire nos papilles. Donc, afin que ce soit une calligraphie parfaite, il faut non seulement la beauté visuelle, mais aussi lui donner de l’esprit. Dans ce sens, je voudrais comparer deux écritures : la chinoise et l’arabe.

Calligraphie chinoise

书法” (shūfă, méthode d’écriture) ou la calligraphie chinoise est la source d’inspiration de l’art chinois. Aujourd’hui, le terme calligraphie est banalisé en Europe, mais n’a rien à voir avec celle de la Chine. L’esthétique des caractères, la manière de procéder et la malléabilité physique des idéogrammes interprètent la culture chinoise comme une existence métaphysique. C’est pour cela que sa calligraphie est un art total. Son écriture transcrit immédiatement la pensée sans passer par les sons. C’est un art au même titre que la danse, la peinture, la musique, etc.

Calligraphie arabe

La Calligraphie est considérée comme l’Art de la belle écriture pour le monde islamique. L’arabe est une langue coranique. Parmi ses arts, l’écriture est l’un des éléments les plus représentatifs, tout comme l’architecture.

La conquête musulmane permet une diffusion assez rapide dans tous les pays. Il en est de même pour son écriture. Le Coran est copié, donc calligraphié dans un objectif de diffusion d’idéaux religieux. Son écriture dispose de trois fonctions, religieuse, pratique et décorative. Elle peut être variée en fonction des types de dossiers et des destinataires relatifs.

La calligraphie arabe” est-elle comparable avec “la calligraphie chinoise”

L’écriture arabe est phonétique. Elle est surtout une calligraphie différente de la chinoise, mais cela ne veut pas dire qu’elle est un art mineur. Par contre, son existence montre bien la variation de la manière d’écrire en fonction de sa vocation, décorative, géométrique ou religieuse.

Les idéogrammes chinois apparaissent flottant au lieu d’un carré. Le point de gravité des caractères en est le centrage, ce qui donne l’impression de les attirer pour qu’ils ne puissent pas s’échapper.

20111020171534-316289569
www.bz308s.com

Alors que l’alphabet arabe est écrit par des traits. Pour chaque lettre, il y a un début et une fin qui majoritairement ne touchent pas la ligne. Ses traits sont au-dessus ou au-dessous de la ligne.

FullSizeRender (1)
www.images.google.fr/images

Un caractère est comme un corps qui se compose de la tête, des bras, des jambes, etc. Surtout, ces parties sont plus fonctionnelles que décoratives. Mais personnellement, une écriture ne doit pas rester toujours dans un espace assez fermé tout en respectant les règles.

Dans ce sens, l’écriture arabe, comme le style coufique géométrique, respecte aussi les angles droits, mais cette écriture exige parfois la suppression des points. Cet éloignement symbolique de son écriture originale permet une bonne insertion dans le labyrinthe.

6a00d8345238fe69e2019b01465002970d-200wi
www.poezibao.typedad.com

Il y a principalement deux ruptures au long de l’évolution de l’écriture chinoise. La première est sur l’inscription de sceau, souvent en forme flexueuse et anguleuse, utilisée dans le ministère politique. La seconde concernant la forme d’écriture, les styles courant et cursif. Il existe d’autres termes pour qualifier ce dernier, par exemple, le style d’herbe, le style hâtif, broussaille, etc. Au moment de sa parution, les protecteurs lui reprochent de ne pas avoir une attitude assez sérieuse tout en transgressant les principes. En effet, son écriture comprend beaucoup de traits raccourcis, non-reconnaissables. En revanche, grâce à cela, cette calligraphie donne, dans une certaine mesure, une grande liberté à son écriture.

cursive1
www. images. google.fr/images

La langue arabe a ses variantes d’écriture, comme le tawqi, le thuluth, le muhaqqaq, le naskhi, etc. Elles ont toutes leurs règles strictes. En fonction de ces règles, on peut distinguer des variantes de l’une à l’autre. Donc l’écriture arabe a sa régularité. Dans un discours, il y a plusieurs techniques pour écrire certaines lettres, par exemple, le raccourcissement, l’allongement, le déplacement, l’étirement, etc.

L’écriture chinoise dispose aussi de son style régulier, qui est reconnaissable par les gestes de placer un point, d’attaquer une courbe et tracer un trait. Comparé à la plume, le pinceau est plus malléable et il peut concrétiser des myriades de nuances de trait sur un papier. Même si les caractères respectent l’ordre des traits immuables, chaque réalisation d’un même trait implique un sentiment personnel. C’est pour cela qu’un calligraphe peut exprimer les multiples facettes de sa personnalité. Et plus encore, les mouvements interprètent la pensée d’un réalisateur.

L’une des écritures les plus personnelles souvent utilisées dans l’oeuvre d’art est la cursive dans la calligraphie chinoise. Son écriture mérite son nom, le style brouillon. Cela ne signifie pas une écriture expédiée ou mal propre. Au contraire, c’est un art suprême et délibéré qui exige une liaison harmonieuse entre la conscience du corps d’un artiste et son utilisation du pinceau. Cet art dépasse déjà toutes les règles respectées par les anciens sans rien anéantir. On peut y voir une fluidité tellement puissante que l’artiste le réalise en un seul souffle. C’est la rivière qui coule paisiblement sur le papier.

Références

J.F Billeter, L’Art Chinois de l’Ecriture, Art Albert Skira S.A., Genève, 1989, p.11-23.

Http://fleurislam.netmedia/doc/art/txt_callig.html consulté le 06/01/2016

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts

Les impressions d’après la lecture du roman de Gisèle Pineau « Un papillon dans la cité »

Après avoir lu le roman de Gisèle Pineau « Un papillon dans la cité », j’ai un soulagement de joie pour l’héroïne la petite Félicie et toute sa famille. Comme le fameux journaliste du CNN Fareed Zakaria avait dit qu’il y a quelques années qu’ « il y a toujours la poursuite de meilleure vie chez chaque immigrant et un départ pesant qu’on laisse en arrière. »

Dans le roman, Félicie a quitté sa grande mère Man Ya, la description de séparation était touchante. Elle a joint sa mère en France dans la banlieue parisienne. Sa mère pour elle était une étrangère, parce que Félicie ne l’avait jamais vue. C’était sa grande mère l’a élevée en Guadeloupe. Dans sa nouvelle vie à Paris, il y a sa mère, son papa Jo, son demi-frère Mimi, son camarade de la classe, Mohamed et sa maîtresse. L’histoire se termine par une reprise de parole entre la mère et la grande mère et un voyage scolaire, un retour dans le pays d’origine de Félicie, en Guadeloupe.

Au cours de la lecture de ce romain j’ai quelques réflexions sur l’enseignement de langue et la culture :

  1. La reconnaissance de la culture d’origine

La première éducation que l’enfant reçoit provient de sa famille. L’attention et l’amour de la grande mère Man Ya étaient le meilleur guide de Félicie bien que cette femme ne savait ni lire ni écrire. Cela supporte Félicie dans sa nouvelle vie en France, elle a de la confiance en elle, bien réussi dans ses études et s’entend bien avec tout le monde.

Elle peut toujours trouver les similarités dans sa nouvelle vie par rapport son ancienne vie : la grande mère de Mohamed, le souvenir de la mer, les plats qu’elle a mangés, etc. Le voyage scolaire est un peu idéal pour les enfants de 10 ans. Mais c’est fortement valorisant chez les petits cœurs comme Félicie.

2.   Un mélange de la multiculture et le plurilinguisme

On voit dans les prénoms, l’ami de Félicie Mohamed est d’origine moyen orient. Chez lui, sa grande mère lui prépare tous sorte de déserts comme loukoum et les plats comme couscous. Leurs vies familiales ne sont pas changées. La mosaïque de différentes cultures se juxtaposent. L’arabe, le magrébin, le créole et les autres langues que les élèves parlent chez eux dépendant de leurs origines d’où leurs parents ou grands-parents viennent. On voit qu’il y a un paragraphe :

« –lis ancêtres de tes père et mère étaient des Touaregs di Hoggar qui s’arrêtaient parfois à Tamanrasset, sous les arcades du souk. Ils ne faisaient que passer, longeant les murs ocres ombragés de tamaris. Ils étaient fiers. Ils mangeant des tagnellas, gardaient l’eau dans des aboyars, et faisaient de fantastiques courses dans li désert superbes cavaliers sur leurs chameaux azelraf… Allez ! va ! raconte voir tes parents français, puisque c’est ton pays, vrai ! »

L’auteur a utilisé ‘lis’ au lieu de ‘les’. Entant que lecteur, on comprend l’interlocuteur parle français avec de l’accent. On voit aussi les noms des régions comme ‘Touarges di Hoggar’, ‘Tamanrasset’. C’est un passage qui donne un parcours exotique.

Les coutumes de célébration des fêtes et les habits traditionnels sont comme les scènes de spectacle pour les lecteurs. Par exemple la grande mère de Mohamed s’habille dans une grande robe drôle. La famille de Mohamed ne fête pas le Noël.

3.    L’enseignement du FLS et les classes d’accueil

Le FLS ici, je voudrais indiquer que c’est du français langue scolaire. Les élèves n’apprennent pas le français avec des accents comme ailleurs. Les classes d’accueil reçoivent beaucoup de jeunes enfants nouveaux d’arrivés en France. Leurs niveaux de français sont faibles. Comme Félicie avait scolarisé en français en Guadeloupe, son niveau de français est en avance, son école à banlieue ne lui convient plus à son niveau. Félicie est sollicité de changer son école.

Ce roman est comme une petite encyclopédie pour les enfants nouveaux arrivés en France. On voit qu’est-ce qui s’est passé dans leurs familles et à l’école pour ces enfants. Cela me fait rappeler qu’est-ce qui s’est passé chez adultes, les étudiants étrangers en France.

D’après mes observations, il y a des apprenants adultes étrangers qui se réunissent souvent dans une classe de langue. Ils chuchotent dans leurs langues maternelles dans la classe. Ils sortent ensemble ou même vivent ensemble après la classe.

Ce phénomène a été beaucoup critiqué chez les professeurs de français et les élèves. Parce qu’on voit qu’une jeune asiatique progresse plus rapide quand elle s’éloigne de ses compatriotes et elle s’intègre avec les autres apprenants lointains par exemple les apprenants de l’Amérique du sud.

Je me demande chez ces apprenants, qu’est-ce qui est la reconnaissance de leur culture d’origine ? Est-ce qu’ils disposent un esprit d’ouvert aux autres cultures ? Il faut considérer qu’ils ont étudié par exemple l’anglais comme langue étrangère pendant plus ou moins dizaine d’année à l’école dans un contexte homogène dans leur pays. Le changement de pays n’est pas un facteur primordial. La plus grande différence est que les professeurs sont tous les étrangers pour ce qu’ils restent ensemble entre eux pendant ou après la classe. Les tâches de l’expression orale sont difficiles de se dérouler dans une classe de langue. Parce que tout le monde se trouve dans l’insécurité linguistique.

Entant qu’une future enseignante de langue, je pense qu’il faut chercher un équilibre et une adaptation en face des apprenants homogènes ou hétérogène. Faire les élèves parler les expressions en leurs langues, faire les élèves parler leurs parcours linguistiques, leurs expériences vécues, faire les élèves se connaître, et faire les élèves s’écouter, à mon avis, ce sont les dispositifs mis en avant de faire un cours de langue et de culture.

Il n’y a pas de culture qui est meilleure qu’une autre. Il y a des spécialités dans chaque région. Je pense beaucoup à la gastronomie. Parce que la culture culinaire est plus facile à accéder chez les apprenants de langue. Pourquoi pas proposer les dégustations de spécialité de chaque pays chez les apprenants ? On voit tout de suite, les similarités de culture culinaire entre les pays lointains ou proches. Cela stimule la communication entre les élèves. De plus, ce genre d’activité est très ludique et intéressante. On trouve la joie de partage.

Peut-être il y aurait un jour, on ne verrait plus un professeur qui ne donne que des cours de français ou d’allemand ou une seule langue. Mais ce sont les plurilinguistes-pluriculturalistes et interdisciplinistes qui donnent des cours de math en arabe, cours de beaux-arts en chinois, cours de musique en italien, cours de politique en anglais et cours de physique et géographie en français… etc.

 

Bibliographie :

Gisèle Pineau, « Un papillon dans la cité », SÉPIA, juillet 2013.

Lu ZHANG

étudiante de Paris III

More Posts

Travailler ses commencements

J’ai fini de lire le livre d’Heinz Wismann et n’ai pas rendu compte de bien des chapitres de cet ouvrage qui tente (à deux reprises) une histoire de la philosophie grecque assez étonnante puis plus loin une histoire de la musique occidentale – on comprend alors la difficulté!

Je voudrais garder, avant d’y revenir peut-être, ce qui ici sur ce carnet importe, les réflexions conclusives de l’auteur qui s’intitule “théâtre et éducation”. Ce passage tout d’abord qui entre en écho étonnant avec un cours magistral que je viens de faire en M1 (UEP121) et dont la teneur empruntait à un album de Magali Bonniol (Rien faire, L’école des loisirs, 2000)

où je proposais de voir exemplairement une fable de l’expérience du savoir (et du non-savoir) comme expérience théâtrale (voir sur le blog littecol un billet à venir bientôt) :

L’éducation est tendue vers des contenus, des choses qu’on peut apprendre, mais ce ne sont pas ces choses-là qui constituent l’essentiel de l’expérience. L’expérience de l’appropriation du savoir passe paradoxalement par la mise en mouvement de la vie, c’est-à-dire le temps en nous, qui est essentiellement non-savoir. C’est la raison pour laquelle Platon, après avoir enseigné son système à l’Académie, a décidé ensuite d epublier sa remise en question sous forme de dialogues, de mimodrames. En effet, les dialogues platoniciens ne sont pas simplement une propédeutique à sa théorie systématique enseignée à quelques élus, mais remettent en jeu, les rendant de nouveau fluides et incertaines, les certitudes enseignées.

La thèse que j’ai essayé de tirer des réflexions nietzschéennes est que l’Ecole, lorsqu’elle est réellement à la hauteur de son idée, est un théâtre. Le drame de la connaissance se joue tous les jours dans la salle de classe. Et ce qui constitue la scène des activités pédagogiques est la tension entre le moment de la fixité du vrai et le moment du mouvement vers cette vérité établie, qui suppose qu’on s’en dépossède, parce qu’on va au-delà.

Le profeseur est à la fois metteur en scène et comédien, et son auditoire est associé à la production de la pièce. Quelle vacuité d’envisager un enseignement qui déroule devant les yeux d’un public médusé, pétrifié, toute la richesse des connaissances déjà acquises! Nietzsche dirait que c’est “mortifère”. Le perfectionnement des manuels, qui correspond à une mise en espace de plus en plus sophistiquée, élimine progressivement, pour l’élève entrant dans la navigation qui le conduit de connaissance en connaissance, la dynamique même de l’expérience qu’est l’apprentissage, puisqu’on a affaire à une même distribution de points fixes comme sur l’écran d’un ordinateur.

(p. 299-300)

Puis Wismann conclut sur la notion d’expérience – sans toutefois évoquer John Dewey mais seulement Pestalozzi et Rousseau. Il oppose en fin de compte le fait de mettre l’accent “sur l’acquisition des connaissances reproductibles” (p. 301) au “drame de la connaissance” (“mise en scène théâtrale d’une tension entre une dynamique qui est celle de la connaissance et un autre élément, la question et la remise en question de la connaissance, la fluidification des évidences”, p. 305) où prend place “l’expérience authentique dans ce que l’on vit quand on apprend” (p. 301), bref à augmenter le mouvement expérientiel. Alors, le “suspens” constituerait “un élément pédagogique essentiel” (p. 305).

Suivent pour terminer l’ouvrage quelques belles pages sur le sfumato pour que s’effectue la mise en scène du désir (de connaître) en vue de mettre l’accent sur l’élan initial de toute expérience cognitive : “travail sur les commencements” et non “dans les limites d’un projet parfaitement arrêté” (p. 311-312). N’est-ce pas exactement cela un travail de recherche ! Non une reprise de certitudes, un devoir balisé par des références ou des autorités, mais une aventure des débuts, un ressassassent de ce qui maintient le désir à vif.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Une pensée relationnelle

Le deuxième chapitre de l’ouvrage d’Heinz Wismann, Penser entre les langues (coll. Bibliothèque Idées, Albin Michel, 2012) développe une pensée relationnelle ne serait-ce qu’avec son titre: “entre les langues”. L’enjeu en est à proprement parler éducatif, et ici dans ce carnet, il permet de penser la formation à et par la recherche en opposant deux stratégies:

– celle qui vise à “ressembler à soi sur un mode patrimonial, comme si l’on était effectivement ce que l’on est censé être”;

– celle qui vise “sur un mode dynamique”, non à résoudre les antinomies en les abolissant mais en les réfléchissant, en les vivant (p. 49).

Wismann en tire une leçon pour l’enseignement en opposant la figure du père et celle des frères: “il ne s’agit pas de former des disciples appelés à remplacer la figure paternelle de l’enseignant ou à rester disciples, mais des frères qui agiront dans d’autres domaines, travailleront d’autres matériaux, mais se reconnaîtront dans cette analogie du geste” (p. 51). J’aime beaucoup ce passage de geste que constituerait l’enseignement, s’opposant à un “ciment” communautaire qui serait “fourni par l’évidence d’une origine partagé” (p. 50-51), et pourtant n’assistons-nous pas le plus souvent à cette maçonnerie dans nos institutions d’enseignement et de recherche : allégeance plus que découverte et invention. Et Wismann met en garde contre les deux attitudes apparemment antinomiques mais qui conduisent à une solution analogue : le repli ou la fusion. Il propose, par exemple, s’agissant de la confrontation entre philosophie et philologie, d'”entretenir un rapport de réflexivité réciproque” (p. 60), une “correction réciproque” plutôt qu’un “dépassement” (p. 61).

Et dans cet élan relationnel, Wismann montre l’importance d’une pensée du langage comme activité trans-subjective. Prenant appui sur Humboldt et Schleiermacher, il donne toute sa place à “la visée du dire” (p. 67) : le sujet est un sujet qui se cherche comme individu et qui ne peut se trouver qu’en se laissant porter par la langue, qui elle-même ne parlerait pas sans ce sujet qui se cherche” (p. 69). Et plus bas : “La conséquence en est , (…), que la proposition d’individuation qui est faite dans le discours est toujours en même temps adressée à autrui et ne se stabilise que par le jeu de la reconnaissance”  (ibid.). Dommage que Wismann n’évoque à aucun moment la possible association qu’il faudrait faire de Humboldt à Benveniste (voir nos travaux à venir dans ce carnet et l’ouvrage collectif ci-contre). Mais il faut reconnaître qu’il donne des pistes passionnantes pour la relecture de Humboldt que Denis Thouard (W. von Humboldt, Sur le caractère national des langues et autres écrits sur le langage, traduits, présentés et commentés, Paris, Seuil, “Points”, 2000 (204 p.).) a déjà explorées et qu’il faudrait poursuivre avec la notion d’ “individuel collectif”(p. 72), s’agissant de la langue. Mais d’ores et déjà l’individu est pensé par Wismann après Humboldt comme une identité dynamique et dont le dynamisme est maintenu par la qualité relationnelle de son activité (voir p. 74). L’individu étant ici aussi bien “la langue” que la communauté linguistique et chacun de ses locuteurs, voire chaque geste…

http://www.latelierdugrandtetras.fr/process/pdf_creator_agt.php?id=17&PHPSESSID=27462949663887245c396f9529f778dc

On pourrait alors discuter par moment certains figements que Wismann ne manque pas d’effectuer s’agissant de telle langue, l’allemande ou la française, qu’il homogénéise peut-être trop rapidement alors que le point de vue des discours, et donc des individuations inter-subjectives, en augmenterait les passages et donc la plasticité relationnelle, du moins l’historicité des formes prises. Mais on ne peut qu’apprécier les remarques qui concernent la poésie, ne faudrait-il pas plutôt parler du poème qui alors inclurait d’autres genres (comme le roman…) et pratiques langagières (pas forcément littéraires institutionnelles):

Je me suis demandé d’où vient l’effet poétique, que je ne voulais pas confondre avec l’effet de sens. L’effet poétique est assimilé plutôt à un affect. Le sens, c’est le repos de l’affect, c’est un aboutissement où les choses s’immobilisent avec la plus haute précision pensable. Mais l’affect est purement dynamique. Or l’affect, dans la langue maternelle d’origine (ou contre la langue d’origine déjà rendue trop instrumentale dans l’effort de désigner des choses, d’avoir des nomenclatures que tout le monde accepte) ne peut fonctionner poétiquement que sur deux registres : l’éloge et le blâme – et l’on retrouve le grec ancien. (p. 91)

Certes (et les passages qui suivent sur Pindare et Archiloque sont passionnants) mais je trouve que Wismann opère une dichotomie regrettable (du type affect/concept) à moins d’évoquer l’opposition faite par Mallarmé entre suggérer et nommer. La conceptualisation comme l’affection, dès que discours, peuvent s’opérer dans un dynamisme qui empêche que s’immobilise l’activité de penser ou de sentir dans et par le langage, l’écriture.

C’est d’ailleurs ce que Wisman va développer plus loin avec la trouvaille qu’il a explorée avec Jean Bollack en libérant les variantes des textes anciens (p. 131). J’y reviendrai et ne peut conclure ce moment de lecture sans emprunter à Wissmann cette belle formule qui donne à la poésie la force de recréer la langue maternelle rêvée (p. 98). Cela ne peut qu’évoquer la pensée d’Henri Meschonnic qui écrivait, “selon la considération d’un interaction entre une langue et une oeuvre, que c’est les oeuvres qui sont maternelles, pas les langues” (Dans le bois de la langue, Paris, Laurence Teper, 2008, p. 269).

Voir ma note de lecture concernant cet ouvrage: http://meschonnic.blogspot.fr/2010/01/dans-le-bois-de-la-langue-lu-par-serge.html

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’acuité intellectuelle : de l’air et des ailes pour la recherche

Un livre qui associe passages biographiques sans s’appesantir sur les émois du moi mais en tirant les faits et affects vers une biographie intellectuelle, et passages rugueux où la pensée s’aventure tout en tirant le bilan d’une recherche longue ayant conduit le jeune allemand dans les hautes sphères intellectuelles françaises même si la marginalisation et les conflits avec les puissances académiques n’ont pas manqué d’émailler ce parcours exceptionnel.

Pour ce qui concerne le travail ici d’accompagnement à la recherche, je retiens d’abord ce passage sur la notion d’acuité intellectuelle:

En réalité, lorsque quelqu’un déploie une véritable acuité intellectuelle, cela s’accompagne toujours d’un exil. Et cet exil peut être entièrement psychologique, ça peut être d’une langue à l’autre, ça peut être d’un domaine de la connaissance à l’autre, c’est “l’inter”. Or cette acuité intellectuelle, comme toute acuité avec son tranchant, c’est la critique; elle met en crise toutes les convictions tout simplement garanties par une tradition, une autorité, etc. Et quand je dis “acuité intellectuelle”, j'(entends par là une forme de fonctionnement de l’esprit qui n’a pas pour finalité de reconduire une forme de sédentarisation. ça reste en suspens et ça n’existe que dans le temps dans lequel s’inscrit ce mouvement critique ou herméneutique qui fait que les choses ne sont simplement ce qu’elles semblent être, en vertu de ce qu’on s’est mis d’accord pour penser qu’elles soient. Parce que le consensus vivorum doctorum, parmi d’autres consensus, est ce qu’il y a de plus suspect du point de vue de l’acuité intellectuelle. (p. 43)

Tout le livre va illustrer cette notion en conceptualisant celle de “réflexivité”: “c’est l’endroit où le mouvement s’accomplit” (p. 45) avec cet excellent conseil pour toute recherche: “Si je colle aux choses, je ne vois rien (…° C’est un entre-deux qui n’est pas du tout de l’indécision; c’est simplement le refus de s’assimiler à une posture ou de se laisser capter intégralement par elle. (ibid.). Bref, l’éloge du pas de côté ou de ce qu’il appelle, en empruntant au yiddish, le vagabondage intellectuel d’un Luftmensch, un “piéton de l’air, un être léger, sans racines” (ibid.).

Je continue ma lecture mais on a déjà vu la portée d’une telle pensée : donner de l’air et des ailes à la recherche…

On peut écouter sur France culture :

https://www.franceculture.fr/personne-heinz-wismann

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus