Archives de catégorie : Livres et revues

Philippe Corentin dans La Revue des livres pour enfants

Un beau dossier sur Philippe Corentin dans le numéro 266 de La Revue des livres pour enfants

On peut lire dans ce dossier, outre un entretien avec Corentin, des articles de Yvanne Chenouf, Sophie Van der Linden, Florence Gaiotti et Serge Martin (voir à cette adresse où l’article est disponible: Martin-Ritmanbibliographie: A table avec Corentin, la bouche pleine de voix !).

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Etudes de linguistique appliquée n° 161 (« Formation des enseignants, recherche et sciences du langage »)

Ela. Études de linguistique appliquée.
n°161, 2011/1
128 pages
Editeur
I.S.B.N. 9782252038130
Avant-propos. – De la formation et du « formage »
par Jean PRUVOST
Formation des enseignants, recherche et sciences du langage : une ouverture aux questionnements formateurs
par Marie J. BERCHOUD
Analyse d’un « entre-deux socioprofessionnel » : docteurs dans l’enseignement secondaire français. Point de vue du vécu de l’enseignant de la formation continue
par Josette GIRARD-VIRASOLVIT
La recherche comme aide à la conscientisation par l’enseignant de son « offre langagière »
par Nathalie CHARVY
« Les connaissances nous suivent tout le reste de notre vie… » : apports de la recherche dans un domaine éloigné du métier d’enseignant 45
par Élisabeth TEIRO
Professionnalisation de la formation des enseignants de FLE : retour sur des années de recherche
par Fabrice BARTHÉLÉMY
De l’enseignant de langue(s) au professionnel des langues
par Jean-Jacques RICHER
Le français médium d’enseignement (FME) pour non natifs : entre apports de la recherche linguistique et besoins
par Abdou ELIMAM
La recherche dans la formation universitaire des professeurs de français langue seconde au Québec : caractéristiques et enjeux
par Anne-Sophie CALINON

FORMATION DES ENSEIGNANTS, RECHERCHE ET SCIENCES DU LANGAGE : UNE OUVERTURE AUX QUESTIONNEMENTS FORMATEURS
Cet article a pour but de montrer en quoi mieux saisir (au double sens concret/abstrait cf. begrei-fen/verstehen) les phénomènes de langue, de discours en situation et de langage est capital dans la formation des enseignants, depuis les concours jusqu’à l’exercice de la vie professionnelle, afin de mieux s’y situer et fonder ses pratiques. Pour les concours, même si les épreuves sont très encadrées, et peuvent toujours être critiquées, la capacité à (se) poser des questions est un atout irremplaçable ; et il en va de même dans la préparation puis dans la durée de la vie professionnelle incluant l’exercice de la liberté pédagogique et donc de la pensée.

ANALYSE D’UN « ENTRE-DEUX SOCIOPROFESSIONNEL » : DOCTEURS DANS L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE FRANÇAIS. POINT DE VUE DU VÉCU DE L’ENSEIGNANT DE LA FORMATION CONTINUE
Partant du point de vue du vécu des enseignants nous avons voulu connaître à la fois les motivations initiales de ces enseignants du secondaire qui entrent dans la démarche d’écriture d’une thèse, mais aussi ce que cette démarche leur apporte, apporte à leur formation d’enseignant et à la formation continue.
Pour cela nous nous sommes appuyés sur l’analyse des représentations qui sont présentes non seulement dans cette démarche, dans cet investissement que représentent l’élaboration d’une thèse et sa soutenance mais ensuite dans la prise en compte de ce bagage dans le système éducatif lui-même (la classe, les pairs, la hiérarchie).
Faisant l’hypothèse d’un apport possible de ces enseignants en tant qu’acteurs de formation continue pour leurs pairs nous avons analysé, à travers leurs discours, les réactions et résistances des autres acteurs du système. Nous sommes interrogés avec ces enseignants sur de possibles pistes de réinvestissement de ces savoirs, savoir-faire, savoir-être acquis lors de cette démarche de recherche dans le cadre d’une thèse, cela en terme de formation continue.
Les mots clés pourraient être : sociolinguistique, langage et société, représentations, politiques éducatives, systèmes, compétences, formation.

LA RECHERCHE COMME AIDE À LA CONSCIENTISATION PAR L’ENSEIGNANT DE SON « OFFRE LANGAGIÈRE »
Indifférence, coexistence, ou enrichissement réciproque, tels sont les rapports possibles entre les sciences du langage et la formation des enseignants. Il ne fait pas de doute qu’un lien entre les deux dimen-sions est à garantir et à construire. En observant quelques interactions langagières entre enseignants et élèves en maternelle, en repérant l’influence effective des offres langagières de l’enseignant sur les pratiques langagières de l’élève, dans le cadre notamment de la reformulation, se détermine bien une inscription effective dans le champ des sciences du langage. De fait, l’analyse interactionnelle met clairement en relief la nécessité d’une formation à l’étayage langagier mis en œuvre par ¬l’enseignant auprès de ses élèves. Et pour ce faire, décrire, analyser les pratiques orales dans la classe, s’impose afin de nourrir la formation initiale et continue des enseignants.

« LES CONNAISSANCES NOUS SUIVENT TOUT LE RESTE DE NOTRE VIE… » : APPORTS DE LA RECHERCHE DANS UN DOMAINE ÉLOIGNÉ DU MÉTIER D’ENSEIGNANT
Trouver un langage commun avec des élèves ayant la volonté d’apprendre implique la capacité à faire preuve d’adaptation et à analyser des résultats, en sachant se remettre en cause. L’enseignement est un art supposant du talent et beaucoup de travail. Motivation, temps c’est-à-dire aussi patience, résultats, ce sont là des mots clefs. Approfondir, c’est-à-dire creuser, et garantir une atmosphère détendue, font partie des démarches nécessaires. On distinguera trois éléments constitutifs : maîtriser la langue commune, le russe normatif, et donc rassurer ainsi les élèves ; disposer d’une base de connaissances communes pour convaincre de l’intérêt pour le pays ; relever le plus possible d’une mentalité y correspondant, rassérénante pour les élèves. Ainsi, recentrer ses efforts sur la culture, objet de l’apprentissage d’une langue, voilà qui (pré)conditionne tout acte de communication entre sujets allophones ou non.

PROFESSIONNALISATION DE LA FORMATION DES ENSEIGNANTS DE FLE : RETOUR SUR DES ANNÉES DE RECHERCHE
FOS, FLS, FLsco, FLI, FOU… L’émiettement du domaine de l’enseignement du français aux non-francophones depuis quelques années n’aura échappé à personne. Par souci de mieux adapter l’offre de formation à la demande et de se centrer davantage sur le sujet-apprenant, cette expansion terminologique fait courir le risque, par dilution, d’affaiblir un champ du FLE, qui a toujours peiné à trouver et affirmer sa légitimité. Cette surenchère, avec les débats futiles qu’elle génère, nourrit et entretient surtout les intérêts des uns ou des autres – spécialistes autoproclamés, concepteurs et éditeurs de méthodes, politiques… Plus encore, elle cache et révèle un vrai malaise, celui de la formation des enseignants.

DE L’ENSEIGNANT DE LANGUE(S) AU PROFESSIONNEL DES LANGUES
L’enseignement des langues s’est complexifié tant au niveau des attentes des publics qu’au niveau didactique (sous l’effet des propositions du Cadre européen commun de référence pour les langues). Cette complexité nouvelle incite à faire appel au concept de compétence, dans sa version humaniste, développé dans les univers de travail pour répondre à un monde toujours plus concurrentiel. Peut alors être esquissée une reconfiguration du métier d’enseignant de langues, un enseignant de langues qui, mobilisant ses compétences, sa capacité de réflexivité, son éthique, se redéfinit alors comme professionnel des langues. Les mots-clés pourraient être : compétence-action, savoir-mobiliser, réflexivité-éthique.

LE FRANÇAIS MÉDIUM D’ENSEIGNEMENT (FME) POUR NON NATIFS : ENTRE APPORTS DE LA RECHERCHE LINGUISTIQUE ET BESOINS
Dans cet article, on souhaite présenter le parcours méthodologique et conceptuel sous-tendant toute mise en place de langue 2 (L2) : les éclairages de la recherche contemporaine en sciences cognitives et en psycholinguistique – plus particulièrement – sont ré-évalués à la lumière de débats récents ; ils sont également rapprochés de la théorie des opérations prédicatives et énonciatives d’Antoine Culioli. Ce cadre théorique posé, nous relatons une expérience de l’enseignement du français en tant que médium d’enseignement de disciplines non linguistiques. Cette expérience présente un certain intérêt dans la mesure où elle combine les aspects théoriques et méthodologiques déjà passés en revue avec quelques principes méthodologiques issus de l’ingénierie de la formation. De la sorte, la question des besoins linguistiques fait l’objet d’une procédure d’analyse de corpus qui débouche sur la conception de référentiels de formation linguistique contextualisés.

LA RECHERCHE DANS LA FORMATION UNIVERSITAIRE DES PROFESSEURS DE FRANÇAIS LANGUE SECONDE AU QUÉBEC : CARACTÉRISTIQUES ET ENJEUX
Cet article présente la place de la recherche dans les formations universitaires à l’enseignement du FLS au Québec. La transformation du « métier » d’enseignant en « profession » a eu comme conséquence une augmentation de la formation pratique et une réorientation vers de nouveaux objectifs de formation, ceci afin de donner au futur professeur de nouvelles compétences ciblées. Même si elles ne sont pas systématiques sur le terrain de la formation, des formes d’initiation à la recherche sont présentes, afin de développer l’autonomie et la pratique réflexive. Cette co-présence entre recherche et pratique répond à une logique de formation fondée sur l’interaction entre enseignants sur le terrain et futurs enseignants en formation. Cependant, l’interrelation entre ces deux parties gagnerait à être explicitée, et ainsi à être valorisée, afin de contribuer à modifier les représentations clivantes sur les fonctions et les ¬compétences imparties à un enseignant et à un chercheur.

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Quelle littérature pour la jeunesse? chez Klincksieck

 

http://www.klincksieck.com/livre/?GCOI=22520100141680&fa=description

S’appuyant sur une histoire longue, la littérature de jeunesse est un secteur important de l’édition. D’emblée internationale et profondément renouvelée depuis les années 1970, elle conteste les frontières des genres en mêlant traditions et innovations.
Cet ouvrage observe ce que devient la littérature avec la littérature de jeunesse, aujourd’hui plus qu’hier. Se référant aux oeuvres incontournables, il montre la force de l’oralité, en écriture et en lecture, en texte et en image.
Des rêveries aux aventures, des comptines aux contes, des témoignages aux fictions, une  anthropologie poétique se dessine : quelle littérature… de jeunesse ? Celle qui toujours commence !

Recensions de cet ouvrage ici:

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-06-0102-008

http://martinritman.blogspot.fr/2009/11/quelle-litterature-pour-la-jeunesse-la.html

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Enseigner la littérature de jeunesse (un livre en pdf)

Depuis plus de trente ans, Le Français aujourd’hui, revue des enseignants de français, de la maternelle à l’université, a publié régulièrement des dossiers, des articles, des chroniques, des comptes rendus d’ouvrages de littérature de jeunesse. Dans cet ensemble, nous avons sélectionné des points de repères représentatifs des évolutions de la réfl exion dans le domaine. Depuis le premier dossier, publié en 1976 jusqu’aux dernières publications, la revue n’a cessé d’attacher la plus grande attention à ce champ littéraire et aux questions, parfois vives, qui l’ont traversé. La mise en perspective historique, les propositions didactiques, l’analyse critique d’oeuvres ici proposées offrent un parcours utile pour une bonne compréhension du statut actuel de la littérature de jeunesse. Elles permettent d’apprécier à la fois la pertinence de certaines problématiques, leurs reprises ou leurs transformations dans les débats et propositions d’aujourd’hui.

Ce livre est entièrement disponible en pdf en cliquant ci-dessous:

    • Sommaire

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur (Der Erzähler, 1936) de Walter Benjamin

On peut lire l’appel à contribution pour un numéro de la revue Strenae sur la thématique de notre cercle d’étude à l’adresse suivante:

http://strenae.revues.org/691

Dans le domaine de la littérature pour l’enfance et la jeunesse, si l’on excepte un article d’Ewers (2002) principalement consacré à « la littérature de l’époque bourgeoise » et singulièrement à l’adaptation pour la jeunesse en 1780 par Joachim Heinrich Campe du Robinson de Defoë, très peu d’études à notre connaissance considèrent, voire discutent, l’important essai de Walter Benjamin « Der Erzähler. Betrachtungen zum Werk Nikolai Lesskows » [« Le narrateur. Réflexions sur l’oeuvre de Nicolas Leskov »] de 1936 (Gesammelte Schriften, Hrsg. v. Rolf Tiedemann und Hermann Schweppenhäuser, Stuttgart, Frankfurt, II/2, 1972, p. 438-465).

On pourrait s’étonner de cet état de fait quand on considère parallèlement le succès, pour les études esthétiques, de l’essai « Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit » [« L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique »]. Nous pensons que les réflexions de Benjamin sur le « Narrateur » devraient recevoir au moins sinon plus de considération dans le cadre des études littéraires. Par ailleurs, des publications récentes fort intéressantes (par exemple : Benjamin, 2011) citent « Le Narrateur » mais réduisent sa portée au genre du conte. À moins de généraliser le régime de ce genre à toute la littérature sans le destiner irrémédiablement à l’enfance et la jeunesse, on ne pourrait apercevoir le levier que peut constituer la pensée de la littérature de jeunesse avec Benjamin et son « Narrateur » pour transformer toute la pensée de la littérature elle-même.

Reconnaissons toutefois que cet essai de Benjamin a suscité quelques commentaires récents tout à fait remarquables :

  • Alexis Nouss (2003), dans une contribution à un colloque lyonnais sur la littérature orale, tire l’essai de Benjamin du côté de la transmission – ce qui bien évidemment ne peut que nous intéresser ;

  • Dominique Rabaté a plusieurs fois évoqué le texte de Benjamin « plus suggestif qu’analytique » (2010, 41) et lui a emprunté en bonne part la problématique de son dernier essai qui met en tension la quête du sens de la vie et d’une vie ; Rabaté fait en quelques pages (35-43) une mise en perspective très éclairante des motifs de Benjamin lui permettant de penser la subjectivation à l’œuvre dans sa négativité même ;

  • Mathilde Lévêque (2010) – et nous nous approcherions de notre domaine – dans une passionnante étude concernant les textes radiophoniques de Benjamin, a relevé le paradoxe de la pensée de Benjamin : « Benjamin utilise une voix narrative plus complexe. Ni auteur ni narrateur, la voix narrative qui s’exprime donc ici serait davantage de l’ordre du « raconteur ». Or cette forme narrative est considérée par Benjamin comme une forme archaïque, apparemment contradictoire donc avec la modernité du média radiophonique. Klaus Doderer note ainsi que Benjamin utilise la radio précisément pour retrouver cette forme « archaïque » de la narration orale (« mündliches Erzählen »), afin de créer une proximité plus grande avec son auditoire. Cette proximité reste sensible lorsque le texte est simplement lu et non plus écouté. »

Nos propres travaux (Gaïotti, 2009 ; Martin, 2009, 107-108) nous ont conduits à évoquer ce texte de Benjamin et nous demandent de poursuivre les problématiques qu’il engage :

– en littérature jeunesse la notion de « raconteur » et ses notions adjacentes (« racontage ») approcheraient mieux la force des œuvres que la notion de « narrateur » désormais étroitement configurée par la narratologie ; il nous semble que l’argument de la survivance avancé par Ewers est, de ce point de vue, insuffisant : « L’univers culturel enfantin représente de surcroît un domaine dans lequel sont demeurés vivants non seulement le récit fondé sur le livre mais aussi la narration orale » ; conceptualiser le racontage et le raconteur demanderait aussi d’y adjoindre la notion d’écouteur, en dissociant ces notions assez nettement de celles de la narratologie tout comme de celles qui sont convoquées par le contage dans ses formes traditionnelles aussi bien que contemporaines – ce qui pourrait peut-être permettre de reconsidérer aussi bien les unes que les autres à nouveaux frais ;

– l’argument avancé par Benjamin (« Le conte, encore aujourd’hui, reste le premier conseiller de l’enfance, parce qu’il fut jadis le premier conseiller de l’humanité ») est à repenser au-delà du genre et pourrait peut-être concerner toute lecture-écriture engagée dans ce « conseil de l’enfance » ; on pourrait associer à la considération de la voix par Benjamin (« Quiconque écoute une histoire se trouve en compagnie de celui qui la raconte ; même celui la lit »), une autre qui la suit immédiatement et concerne la poésie : « même celui qui lit une poésie est enclin à prêter sa voix aux mots en vue d’un auditeur virtuel » ; ainsi les œuvres pour l’enfance et la jeunesse seraient-elles des passages de voix.

Sans faire référence à Benjamin, on peut également suggérer la force de l’oralité de l’écriture en parlant par exemple d’une « lecture par l’oreille » (Letourneux, 2009, 194-195). Mais il serait nécessaire de reprendre la lecture de l’essai de Benjamin d’autant que nous savons bien maintenant tout l’intérêt qu’il a porté aux cultures de l’enfance et de la jeunesse jusque dans ses propres productions littéraires (voir Benjamin, 2011 qui offre un panorama précieux et pratique de cet intérêt de l’essayiste et écrivain). Deux raisons motiveraient une relecture approfondie :

– d’une part, « Le Narrateur » fait la synthèse de plusieurs études antérieures même si, nous le savons, chez Benjamin, aucun texte ne peut offrir un caractère abouti voire définitif ;

– d’autre part, au cours de la rédaction de son essai, Benjamin lui-même écrivait à un de ses correspondants : « Je vois seulement maintenant, occupé que je suis à terminer mes études sur Leskov, à quel point presque tout reste à faire pour ma théorie des formes épiques » (G. S., II/3, p. 1277). Nous nous proposons donc d’y revenir et même d’observer « ce qui reste à faire » étant entendu qu’il nous faut d’abord voir ce qui a été fait !

Le dossier de Strenæ accueillera des contributions qui considèreront le texte de Walter Benjamin en vue de penser au plus juste ce qui fait la force de certaines œuvres de la littérature pour l’enfance et la jeunesse : un passage de voix comme passage d’expériences dans et par le langage au sens le plus large que nous connaissons puisque, quels que soient les dispositifs, c’est toujours le langage comme transsubjectivation, et donc voix en relation, qui organise et transforme le regard et l’écoute, le sentir et le penser, la mémoire et l’oubli (voir Meschonnic, 1982, 271 et suivantes). En fin de compte, notre souhait le plus cher est de permettre un double mouvement réflexif : une critique de Benjamin, au sens d’une relation critique (Starobinski, 1970, 9-33), et une critique des œuvres avec Benjamin sous l’angle des fables de la voix qui savent encore aujourd’hui inventer l’inconnu de la relation, cette activité la plus vivante qui soit dès que racontage – ce serait peut-être cela « l’aspect épique du vrai » (la sagesse non comme ensemble de règles mais comme expérience transmise et transmissible) qui rend la littérature à la vie. Et les enfants, nous avec eux, disent : « Encore ! ».

Serge Martin et Florence Gaiotti

Les propositions (d’une page environ), sont à envoyer avant le 1er octobre 2012 à strenae@revues.org. Les textes définitifs devront être remis le 15 février 2013.

Bibliographie

Walter Benjamin, « Le Narrateur. Réflexions à propos de l’œuvre de Nicolas Leskov » dans Écrits français (Introduction et notices de Jean-Maurice Monnoyer), Paris, Gallimard, « folio essais », 1991, p. 249- 298.

Walter Benjamin, Enfance. Éloge de la poupée et autres essais, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Philippe Ivernel, Paris, Rivages poche, « Petite bibliothèque », 2011.

Hans-Heino Ewers, « La littérature de jeunesse entre roman et art de la narration. » Réflexions à partir de Walter Benjamin, Revue de littérature comparée, 2002/4 n° 304, p. 421-430.

Florence Gaiotti, Expériences de la parole dans la littérature de jeunesse contemporaine, Rennes, PUR, « Interférences », 2009.

Mathilde Lévêque, « Voyage en « Stimmland » : les textes radiophoniques pour la jeunesse de Walter Benjamin », Strenæ [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010. URL : http://strenae.revues.org/86

Mathieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture médiatique » dans Nathalie Prince, La Littérature de jeunesse en questions, Rennes, PUR, 2009.

Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009.

Henri Meschonnic, Critique du rythme, Lagrasse, Verdier, 1982.

Alexis Nouss, « Le conteur comme traducteur » dans Jean-Baptiste Martin, Nadine Decour (dir.), Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes, Centre de recherche et d’études anthropologiques, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 297-306.

Dominique Rabaté, Le Roman et le sens de la vie, Paris, José Corti, « Les essais », 2010.

Starobinski Jean, La Relation critique, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1970.

http://strenae.revues.org/691

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus