Archives de catégorie : Expositions

#SaveTheDate: Festival de la BnF !

La Bibliothèque nationale de France vous invite les 20 et 21 mai à venir célébrer la première édition de son Festival « Bibliothèque parlante »!

Cliquez sur ce lien pour accéder au programme complet:

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.festival_bnf.html?seance=1223926993460

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Une échappée mystique à l’intérieur d’un vie étudiante.

louvre

 

 

 

 

 

Une facilité administrative anodine m’a sorti de ma routine en me motivant pour une visite au musée du Louvre; l’obtention de ma carte d’adhérente. C’est avec enthousiasme que je m y suis rendue le lundi 21 décembre 2016.

Cette exposition est inspirée du livre de Jacques Attali Une brève histoire de l’avenir, paru en 2006. Elle met en parallèle des œuvres du passé avec des créations contemporaines et retrace ainsi l’histoire des civilisations en démontrant l’éternel recommencement de l’histoire de l’humanité.

Au regard des œuvres, on constate avec stupeur que le cycle d’apogée et de déchéance définit la nature même de l’histoire humaine.

le parcours se déroule autour de quatre thématiques  : l’ordonnancement du monde, les grands empires, l’élargissement du monde et le monde contemporain polycentrique.

Au fur à et à mesure de ma déambulation dans la galerie du Louvre, je ressentis un malaise m’envahir petit à petit. La sérénité dans la simplicité des premiers pas de l’homme vers le progrès, transparaissait dans les premières illustrations (prairie, élevage, etc.). Par la suite, elle fait place à une sorte d’effroi devant la cruauté de l’homme lorsqu’il sent ses acquis en danger (guerre, massacre, etc.).

J’ai pris conscience que la culture et les progrès que l’homme a mis tant de siècles à construire et à développer peuvent être réduit au néant de sa propre main.

J’ai également découvert et contempler des artistes comme Mark Manders, Tomás Saraceno, Wael Shawky, Camille Henrot, Isabelle  Cornaro, qui ont répondu à l’invitation du Louvre et je me suis particulièrement amourachée pour l’œuvre de Chéri Samba que j’espère admirer de nouveau à l’avenir.

En sortant, je réalise que notre petit bout de chemin sur terre n’est qu’une poussière dans l’univers. Reste pour nous à donner un sens à notre vie pour garder le moral ! Peut-être que notre mémoire nous y aidera.

 

Histoire de fantômes (Didi-Huberman), une exposition au Fresnoy (Tourcoing)

                                           Compte-rendu de l’exposition Histoire de Fantômes pour les grandes personnes de Georges DIDI-HUBERMAN et Arno GISINGER

L’exposition conçue par G. Didi-Huberman pour le Frenoy-studio de Tourcoing est une adaptation pour des questions de budget et de place, de son exposition d’origine, Atlas-Comment porter le monde sur son dos ?. Cette exposition d’origine était un hommage à la planche 42 d’Aby Warburg qui a pour thème la lamentation des morts et la « survivance ».

Aby Warburg s’était persuadé qu’il était en partie responsable des massacres de la seconde guerre mondiale car son père, banquier, s’était enrichi pendant la guerre. Cette idée l’a travaillé jusqu’à ce qu’il en devienne fou et c’est de cette phase de folie que sont nées ses fameuses planches.
Warburg cherchait les « survivances », c’est à dire les points communs, les similitudes que l’on peut retrouver dans le vaste champ des Arts visuels, de l’antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Par ce travail, il a fait émerger une nouvelle façon de penser l’histoire des Arts faisant abstraction de la chronologie et se basant sur les ressemblances et les associations possibles, créant ainsi des constellations d’images, des Atlas. La planche 42 apparaît presque comme un moyen de thérapie que Warburg se serait construit pour se débarrasser de ses tourments, et l’ensemble de son travail semble avoir été élaboré afin de clarifier et de contrôler ses pensées.

Pour l’exposition du Frenoy, G. Didi-Huberman reconstruit sa propre constellation, son Atlas autour du thème de la lamentation des morts. Son travail comprend un agencement de photographies et de films accompagnés d’une bande sonore, projetés au sol de la grande nef du Frenoy. L’exposition se regarde depuis la coursive ce qui donne l’impression de se pencher sur une mer d’images en mouvance. Le thème est le même que pour la planche 42 de Aby Warburg mais les références vont de l’art classique aux cinémas moderne et contemporain en passant par des images d’actualité politique.

 

 

G. Didi-Huberman pour l’exposition du Frenoy a également fait appel au photographe Arno Gisinger. Celui-ci est venu photographier l’exposition d’origine montée à Hamburg en 2011. En s’attardant sur certains détails, certains moments particuliers de la prise de vue ou du montage de l’exposition Gisinger a finalement fait émerger un nouveau regard, une nouvelle constellation d’images. Au Frenoy ce nouvel Atlas de l’Atlas se manifeste par un enchainement de photographies courant sur les 115 mètres des murs des coursives.

L’exposition présentée au Frenoy permet donc à G.Didi-Huberman de prolonger son travail sur la planche 42 de Warburg mais l’intervention d’Arno Gisinger apporte un nouveau regard, un nouvel axe de réflexion qui dynamise l’exposition d’origine tout en étant dans la continuité des travaux de Warburg et de D.D.Huberman par la création d’une nouvelle constellation.

 

Le dossier de presse de l’exposition: http://www.lefresnoy.net/__content/__PDF/__XPO/2011-2012/pedagogie/histoires-de-fantomes-pour-grandes-personnes/liens-page-ouverture/03-annexes/dossier-Histoires-de-fantomes.pdf#zoom=100

Histoires de fantômes : une exposition au Fresnoy par Didi-Huberman

http://www.lefresnoy.net/__content/__PDF/__XPO/2011-2012/pedagogie/histoires-de-fantomes-pour-grandes-personnes/liens-page-ouverture/03-annexes/dossier-Histoires-de-fantomes.pdf#zoom=100

05/10/2012 – 30/12/2012 à Tourcoing

Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains
22 rue du Fresnoy
59200 Tourcoing

Tél : 03 20 28 38 00 – Fax : 03 20 28 38 99
Email : communication@lefresnoy.net

Mercredi, jeudi, dimanche, de 14h00 à 19h00.
Vendredi et samedi, de 14h00 à 21h00.

ARGUMENTS DE Georges DIDI-HUBERMAN / Arno GISINGER

Aby Warburg avec une coiffe d’indien

Cette exposition traite de la vie fantômatique des images dont notre présent, autant que notre mémoire — historique ou artistique — est constitué. Ce que nous éprouvons en effet chaque jour dans lʼactualité des images, celles de lʼart comme celles des médias, apparaît souvent comme un mélange de choses nouvelles et de survivances qui viennent de très loin dans lʼhistoire des hommes, un peu comme dans le rêve de la nuit dernière peuvent agir des images de notre plus profond passé.

Lʼexposition se présente comme un hommage contemporain à lʼoeuvre dʼAby Warburg (1866-1929) qui a joué, dans le domaine de lʼhistoire de lʼart, le même rôle fondateur que Sigmund Freud a pu jouer dans celui de la psychologie : tous deux ont fait « lever les fantômes » de nos activités de chaque instant. Freud lʼa fait, notamment, dans son grand livre sur lʼinterprétation des rêves, en faisant un montage étonnant de récits oniriques donnant lieu à une première et magistrale théorie de lʼinconscient psychique. Warburg lʼa fait, de son côté, dans un grand atlas dʼimages — intitulé Mnémosyne, nom grec de la déesse de la mémoire — réunissant un millier dʼexemples figuratifs où toute lʼhistoire des images occidentales se dispose de façon à nous faire entrevoir les problèmes les plus fondamentaux de la civilisation.

Une première série dʼoeuvres, intitulée Atlas, suite est constituée dʼenviron cent-vingt photographies réalisées et rigoureusement ajointées par Arno Gisinger : cʼest un travail dʼinterprétation et de remontage à partir dʼune grande exposition produite en 2010 par le Musée Reina Sofía de Madrid et qui a voyagé en Allemagne où les photographies ont été prises. Atlas, suite est un essai visuel sur certaines constellations dʼimages à partir desquelles de nouvelles rencontres, de nouvelles significations surgissent, comme lorsque les visages anonymes de Walker Evans viennent se refléter dans les portraits dʼhommes célèbres par Gerhard Richter.

Photographie de Walker Evans

Un second travail de Georges Didi-Huberman, intitulé Mnémosyne 42, propose une vue immense du montage conçu par Warburg autour du motif de la lamentation des morts, cette vue étant elle-même « complétée » par une interprétation nouvelle de ce thème sous la forme dʼune gigantesque planche dʼatlas horizontale — sur les mille mètres carrés de la grande nef du Fresnoy — faite de documents en tous genre, dʼimages fixes et mouvantes qui se répondent, de Giotto à lʼart contemporain, dʼEisenstein aux printemps arabes…

Georges DidiHuberman

Arno Gisinger


Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’Enfant & la Photographie : une exposition


L’Enfant la Photographie est la première exposition d’envergure, au niveau international, sur ce thème. Elle met en évidence l’évolution au cours du temps de la représentation de l’enfant et de la place de la photographie d’auteur dans les livres qui lui sont destinés.

Galerie des bibliothèques, 22 rue Malher, 75004 Paris

du mercredi 14 novembre 2012 au dimanche 17 février 2013

Du mardi au dimanche, de 13 heures à 19 heures

Nocturnes les jeudis jusqu’à 21 heures

Fermeture les 25 décembre et 1er janvier.

Entrée 6 €, tarif réduit 4 €, demi-tarif 3 €

Visites de groupe, école et centre de loisirs morgane.menad@paris.fr ou au 01 44 59 29 60

La thématique de l’enfant et la photographie est abordée sous trois aspects :

– l’enfant photographié – de l’intime album de famille aux mises en scène dans des  studios, aux portraitsd’enfants dans la guerre ou au service de la propagande ;

– l’enfant et ses « photo-livres » du tout premier livre publié en 1846 jusqu’à l’explosion des collections de livres illustrés par des photographes créateurs dans les années 1990 dans tous les genres : fiction, albums et de documentaires ;

– l’enfant photographe – photographies prises par les enfants au cours d’ateliers avec des photographes : en Palestine, à l’école de la Julienne à Paris, à Marrakech avec des pictogrammes des enfants de La Palmeraie.

En filigrane, le parcours de l’exposition retrace l’histoire de la photographie et ses enjeux à travers ses différents supports – daguerréotype primitif avant 1848, plaque de verre, cartes de visites… et de ses grandes époques – photo humaniste, vernaculaire, réaliste…

Aux détours de ce parcours, on croise le regard d’artistes, « maîtres de la photo-graphie » qui ont offert aux enfants de véritables chefs d’oeuvres : Edward Steichen, André Kertész, Léon Gimpel, Robert Doisneau,Henri Cartier-Bresson, Ergy Landau, Laure Albin Guillot, Dominique Darbois, SarahMoon, Karel Capek, Emmanuel Sougez, Pierda, Ylla, Piet Maré, Tana Hoban, Kathy Couperie, Claire Dé, Bogdan Konopka, Bruno Boudjelal, et beaucoup d’autres.

Ce sont près de 250 livres et une cinquantaine de tirages photographiques originaux du XIXe siècle à nos jours qui sont présentés avec une scénographie originale. Une cabane de lecture offre aux enfants la possibilité de feuilleter près de 200 livres de photos (rééditions, éditions contemporaines).

La grande majorité des documents présentés dans l’exposition appartient aux collec-tions du fonds historique de la bibliothèque l’Heure joyeuse, bibliothèque spécialisée de la ville de Paris. Cette collection unique en France rassemble plus de 1000 documents du monde entier – français, hollandais, tchèques, russes, polonais, suédois, italiens, anglais, américains, japonais…– et des photographies conservées dans les archives de l’Heure joyeuse, dont celles d’André Kertész. Viennent s’ajouter dans l’exposition desoeuvres empruntées à la bibliothèque royale du Danemark, à laBnF-CDLJ-Joie par les livres, à la bibliothèque Forney, au Musée d’Orsay, Musée Niepce de Chalonsur-Saône, Musée français de la photographie, à la Société française de photographie, au Libraire Serge Plantureux et à des particuliers.

Exposition conçue par la bibliothèque l’Heure joyeuse

commissaires de l’exposition  Françoise Lévêque

responsable du fonds historique de la bibliothèque l’Heure Joyeuse, en collaboration avec Hélène Valloteau, conservateur à la bibliothèque l’Heure joyeuse.

L’exposition donnera lieu à une journée d’études et de débats le vendredi 25 janvier 2013.

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION

Expositions et ateliers à la bibliothèque l’Heure joyeuse, 6/12, rue des Prêtres Saint-Séverin.

En parallèle, sont présentées les collections contemporaines et des oeuvres d’avant-garde, figurant au catalogue des éditeurs pour la jeunesse, une exposition sur Claire Dé et un atelier avec cette artiste. Un atelier photo avec la revue DADA est également proposé à la bibliothèque.

Ateliers destinés aux enfants de 8 à 12 ans à la Galerie des bibliothèques, 22 rue Malher.

« L’image dans la boîte »

capturer la réalité Atelier pour expérimenter le principe de la chambre noire, comprendre ses applications (dessins, perspectives) et évoquer quelques principes d’optique. L’enfant découvre des inventions comme la camera obscura, la camera lucida et fabrique un sténopé. Atelier mené par Lisa Rossi, historienne de l’art et photographe.

Dimanche 25 novembre – 15 heures

« La photo argentique »

Un animateur de Lomography, partenaire de l’exposition, propose aux enfants d’utiliser l’appareil Fisheye 2 (de Lomography) pour découvrir la photographie argentique de manière ludique et toutes les possibilités créatives qu’offre la lomographie. Les enfants recevront leurs photos sur CD et les tirages en souvenir de cet atelier découverte.  Samedi 8 décembre – 14 heures

(deux autres dates prévues en janvier et février)

« Animer l’image »

Lors de l’atelier, l’enfant apprend le principe de persistance rétinienne, le fonctionnement de l’image animée et du procédé de la lanterne magique et du cinéma. Fabrication d’un thaumatrope (un jouet optique). Atelier mené par Lisa Rossi, historienne de l’art et photographe.

Samedi 22 décembre – 15 heures

(inscriptions au 01 44 78 80 60)

http://www.paris-bibliotheques.org

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Drôles de jouets ! André Hellé ou l’art de l’enfance

Du 18 octobre 2012 au 30 juin 2013 se tient au Musée du Jouet de Poissy une exposition rétrospective consacrée aux jouets créés par André Hellé: Drôles de jouets! André Hellé ou l’art de l’enfance. Conçue avec la collaboration de Béatrice Michielsen, et de l’Association des Amis d’André Hellé, cette exposition vise à faire connaître l’activité multiforme d’André Hellé dans le domaine de l’enfance, de l’imagerie aux jouets. L’exposition s’accompagne de nombreuses animations autour de cette œuvre fascinante.

Le parcours de l’exposition

À travers les collections permanentes du musée du Jouet et les prêts de la Bibliothèque nationale de France, du musée des Arts décoratifs, de la bibliothèque L’Heure joyeuse à Paris et de la maison Claude Debussy à Saint-Germain-en-Laye, l’exposition propose d’évoquer le « monde imaginaire » d’André Hellé en présentant ses propres créations ainsi que les jouets français et allemands de son enfance qui ne cessèrent de l’inspirer.

 


Un artiste d’avant-garde

Contemporain de Caran d’Ache, Benjamin Rabier ou bien encore Poulbot, c’est en artiste d’avant-garde qu’André Hellé façonne, au fil de ses très nombreuses créations – jouets en bois, albums, imagerie, mobiliers, décors – un univers artistique épuré, favorable à l’épanouissement de l’enfant. André Hellé est également connu comme caricaturiste et humoriste de presse.

« Le petit maître de l’art enfantin »

Célébré par Francis Carco (1886-1958) et Guillaume Apollinaire (1880-1918) comme « l’un des précurseurs du Cubisme » aux « talents des plus cocasses », André Hellé est considéré comme l’un des inventeurs de l’album moderne et le « petit maître de l’art enfantin » selon Gustave Kahn (1859-1936), poète et critique.

Ré-édition d’un album d’André Hellé

Après le succès de la ré-édition en 2011 de l’album Drôles de bêtes par les éditions MeMo, cet éditeur soucieux de faire connaître les plus belles pages des oeuvres illustrées par l’artiste, publiera à l’approche de Noël, un second album : L’Histoire d’une boîte à joujoux, inspirée du ballet pour enfants La boîte à joujoux, mis en musique par Debussy en 1913 (1862-1918) sur un livret illustré d’André Hellé.

 

 

Le dossier de presse à cette adresse (avec beaucoup d’illustrations): http://www.ville-poissy.fr/fileadmin/documents/loisirs/vie_culturelle/musee_du_jouet/HELLE_DOSSIER_DE_PRESSE.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

L’Art et l’enfant. L’éducation esthétique du XIXe siècle à nos jours

Le Musée National de l’Éducation (CNDP, Rouen) inaugurera le 18 octobre une exposition intitulée L’Art et l’enfant. L’éducation esthétique du XIXe siècle à nos jours. L’exposition sera ouverte au publie du 19 octobre 2012 au 1er septembre 2013.

Cette nouvelle exposition temporaire du Musée national de l’Éducation à Rouen explore les voies de l’éducation esthétique qui vise à former la sensibilité et la culture artistiques de la jeunesse. Les 450 documents exposés (livres, estampes, photographies, jeux et jouets, tissus et papiers peints, œuvres enfantines) évoquent les objectifs, les acteurs, les outils et les réussites de cette pédagogie de l’art, de l’Ancien Régime à nos jours.

Inauguration de l’exposition le jeudi 18 octobre 2012 à 11h à la Maison des Quatre Fils Aymon, 185, rue Eau-de-Robec à Rouen.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus