Archives de catégorie : Benveniste Emile

Chloé Laplantine : une recherche pour et par la théorie du langage

On a lu dans le cercle d’étude “Langage” un article récent de Chloé Laplantine sur l’ouvrage de Benveniste édité par Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio à cette adresse: http://www.fabula.org/revue/document7280.php

Ce billet voudrait donner quelques pistes pour aller plus loin avec son travail.

Pour situer cet article et ce livre de Benveniste qui fait l’actualité par son éditeur (Le Seuil), on peut lire l’introduction de Julia Kristeva à cette adresse: http://www.kristeva.fr/benveniste.html

Chloé Laplantine est membre du CNRS – Laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques et a publié deux ouvrages importants de et sur Benveniste aux éditions Lambert-Lucas.

On peut lire la thèse de Chloé Laplantine à cette adresse: http://1.static.ecorpus.org/download/notice_file/1794543/CHLOE%20LAPLANTINE.pdf

Elle a pour titre : Emile Benveniste : poétique de la théorie .Publication et transcription des manuscrits inédits d’une poétique de Baudelaire. Elle a été soutenu à l’Université Paris VIII en novembre 2008.

Un exemple qui montre l’orientation de sa thèse concernant l’importance de Benveniste (p. 89) :

Benveniste repose le problème traditionnel des catégories de pensée et des catégorie de langue en le traitant à travers un « exemple », celui des Catégories d’Aristote. Il écrit en effet « Cependant nous ne pouvons continuer, après tant d’auteurs, à poser le problème en termes aussi généraux. Il nous faut entrer dans le concret d’une situation historique, scruter les catégories d’une pensée et d’une langue définies »212. On peut noter que Benveniste reproche aux philosophes de ne pas être historiens (ethnologues, et linguistes), de se poser le problème de manière générale sans « entrer dans le concret d’une situation historique » pour « scruter les catégories d’une pensée et d’une langue définies ». Ce que lui va faire.

212 Emile Benveniste, « Catégories de pensée et catégories de langue », in Problèmes de linguistique générale, Gallimard, Paris, 1966, p. 65.

Un article passionnant de Chloé Laplantine sur la notion de “sentiment de la langue” à cette adresse:

http://www2.univ-paris8.fr/dela/etranger/pages/5/PDF/laplantine.pdf

Un autre article sur “la subjectivité dans le langage” à cette adresse:

http://webs2002.uab.es/doletiana/1Documents/1Laplatine.pdf

Elle a dirigé avec Jean-Michel Adam le numéro de la revue Semen  consacré aux notes manuscrites de Benveniste sur Baudelaire dont on a un aperçu à cette adresse: http://pufc.univ-fcomte.fr/fiche_ouvrage.php?isbn=9782848674193&id_titre=2063285143

Enfin, on peut écouter Chloé Laplantine invité par Antoine Compagnon au Collège de France à cette adresse:

http://www.college-de-france.fr/site/antoine-compagnon/colloque-du-10-avril-2012-baudelaire-moderne-et-antimoderne-chloe-laplantine-mile-benveniste-et-la-modernite-de-baudelaire-tre-m.htm

Chloé Laplantine a participé, avec un beau travail consacré à la poétique de Benveniste, à l’ouvrage que j’ai dirigé: Émile Benveniste pour vivre langage, éditions L’Atelier du grand tétras, 2009.

Serge Martin

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Le séminaire « Dire, lire, Écrire » propose aux étudiants quatre cercles d’études. Suite au premier rassemblement du cercle  «Langage », nous y avons exercé seul des lectures puis nous sommes entrés dans des discussions en groupe composées de critiques à l’égard des différents textes étudiés. Ce genre de séance permet de lire et d ‘écrire pour le mémoire du master.

Pour introduire la lecture du recueil d’articles Problèmes de linguistique générale d’Émile Benveniste, nous avons étudié l’article de Chloé Laplantine publié sur Acta le 15 octobre 2012. Elle propose les réflexions de Benveniste sur l’écriture dans des extraits des Dernières leçons1 pour ceux ou celles qui seraient intéressés. Elle nous présente Émile Benveniste et montre à quel point « les problèmes2 » sont au cœur des écrits de ce dernier. C’est intéressant en effet puisqu’il y a dans notre travail encadré de recherches (TER et mémoire) une problématique à formuler et travailler.

     Alors, qu’est-ce que problématiser selon Benveniste ?

Pour commencer, Émile Benveniste (1902-1976) était un théoricien, linguiste d’une nouvelle linguistique celle de l’énonciation. Il voulait sortir des règles de la langue pour prendre en compte les situations c’est  à dire les personnes qui parlent. C’était également un grand spécialiste de la grammaire des langues indo-européennes.

Pour comprendre ce qu’est que problématiser chez Benveniste il faut comprendre sa démarche. Il questionne son objet « le langage » à travers l’étude de problèmes précis. Il présente comme un émiettement de la pensée. Pourtant ce qu’il a écrit montre la cohérence et la force d’une pensée par problèmes et par cette dernière il a d’ailleurs prolongé le Cours de linguistique généralede Ferdinand Saussure.

Ces « problèmes » apportent dans l’ensemble une contribution à une grande problématique. Cette véritable pratique continue ne restitue pas un savoir mais interroge indéfiniment. Dans les Dernières leçons, ces écrits témoignent d’une démarche scientifique et pédagogique qui en est en quelque sorte une pensée au travail.

Il laisse place aux questionnements, aux doutes, il veut seulement voir, critiquer, inclure. Il saisit des problèmes concrets avec une pensée modeste. Julia Kristeva parle de son œuvre dans l’introduction aux Dernières leçons comme étant un « inachèvement » nécessaire de la pensée, car « l’expérience du langage » est inachevée. Il réalise un travail concret, une véritable pensée qui permet de se situer intellectuellement, d’observer précisément et de s’engager.

Il est toujours attentif et critique à propos des questions de méthode, il se fonde donc sur des données concrètes et historiques car il y interroge « les solutions que l’Homme a donné aux problèmes », rencontre des difficultés parfois mais songe à des solutions nouvelles.

La théorie ne s’applique pas, elle n’est pas première mais se découvre à travers l’analyse de problèmes. Benveniste a écrit :

« Une méthode aux prises avec les difficultés d’un problème réel se laisse au moins juger sur les solutions qu’elle propose, tandis qu’à raisonner sur des conclusions acquises, on est sûr de gagner sans risque, et de n’enseigner que le connu.»

Je finirai donc sur cette citation peu évidente à comprendre à la première lecture, qui enfaite signifie que la méthode de Benveniste apporte des solutions et non des conclusions acquises sinon il ne ferait que faire ce qui est déjà connu. Il inclut son lecteur et ses problèmes sont sans cesse remis en cause.

 Pour ma part, problématiser c’est procéder par tâtonnements, débuter par des questionnements, par élans de curiosité continue, par des « controverses », des critiques en essayant de faire le plus souvent référence à des écrits scientifiques. Il s’agit d’un travail important de lecture, une volonté  d’amélioration de ce qui a déjà été fait, une volonté de perfection illusoire et d’aller plus loin. C’est tenter d’apporter à ces interrogations des solutions discutables par des recherches longuement réalisées, avec le plus de données possibles afin d’enrichir sa propre pensée et assurer un écrit vraisemblable. Effectivement les étudiants ont une soutenance de TER. Ils devront maîtriser et défendre leur sujet puis ils seront confrontés aux questions de leurs auditeurs, d’où l’importance d’une problématisation finalement discutable et bien maîtrisée par les étudiants. 

1 De la fin de la « leçon 7 » à la « leçon 15 ».

2  Figurant également dans le titre Problèmes de linguistique générale.

Continuer la lecture de Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Emile Benveniste pour vivre langage

 

Ce livre issu d’une journée à l’IUFM de Caen offre une réflexion sur l’importance de cette oeuvre pour penser l’enseignement:

Présentation:

La journée d’étude du vendredi 30 mai 2008 qui avait pour titre une citation d’Émile Benveniste, « Où sont les titres du langage à fonder la subjectivité[1] ? », organisée par l’IUFM de Basse-Normandie (recherche et formation de formateurs, GRIF « les archives, la vie et la théorie du langage ») à l’abbaye d’Ardenne à Caen avec le soutien de l’IMEC, a permis de poser l’actualité vive du grand linguiste pour la recherche et l’enseignement d’au moins trois points de vue :

– tout d’abord, l’invention du « discours » ne semble pas avoir été vraiment considérée autrement qu’à travers de rapides instrumentalisations (en particulier dans l’enseignement secondaire) qui ignoraient la visée d’une théorie d’ensemble du langage ;

– ensuite, la découverte des archives « Benveniste » qui est en cours à la Bibliothèque nationale montrerait que bien des problèmes soulevés par Benveniste risquent d’être relancés pour qu’on puise considérer la portée de sa lucidité, en particulier s’agissant d’une poétique des discours ;

– enfin, Benveniste oblige à « mettre en question l’évidence » et à travailler sans cesse contre « toute notion simpliste du langage », ce qui demande à la recherche et à l’enseignement une éthique qui s’entend dans l’écriture même de Benveniste : « l’instance de discours est ainsi constitutive de toutes les coordonnées qui définissent le sujet et dont nous n’avons désigné sommairement que les plus apparentes[2] ».

Cette journée dont les actes se voient publiés aura donc été l’occasion d’encourager les travaux en cours et à venir pour que les « problèmes » de Benveniste continuent de nourrir, dans l’esprit d’une anthropologie historique du langage, tant les recherches linguistiques que didactiques attentives à la vie et la théorie du langage pour « vivre langage » puisque « le langage sert à vivre[3] ».

Le livre vient ouvrir la nouvelle collection, « Résonance générale, essais pour la poétique », liée à la revue Résonance généralecahiers pour la poétique. Ce livre a reçu le soutien de l’IUFM de Basse-Normandie.

 

Sommaire:

  • Serge Martin et Jean-François Thémines (université de Caen Basse-normandie) => présentation
  • Émile Benveniste => Manuscrits inédits
  • Chloé Laplantine (ITEM et université Paris VIII) => La poétique d’Émile Benveniste
  • Jérôme Roger (université Bordeaux IV et IUFM d’Aquitaine) => Émile Benveniste contre la doxa : l’allure pensive de l’essai
  • Laurent Mourey (lycée, Sélestat) => Benveniste, phrase, discours, littérature. Penser le langage et le poème dans les silences des programmes de l’enseignement secondaire
  • Gérard Dessons (université Paris VIII) => La place du poème dans la théorie du discours
  • Daniel Delas (université de Cergy-Pontoise) => L’aporie du sujet dans la réflexion post-coloniale
  • Serge Martin (université Caen Basse-normandie) => Émile Benveniste, aujourd’hui : la relation dans et par le language
  • Henri Meschonnic => « Partant de Benveniste » en 1970… et en 2009 (entretien et poème)

 

[1] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1, Gallimard, 1966, p. 261.

[2] « De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1op. cit., p. 263.

[3] É. Benveniste, « La forme et le sens dans le langage » (1966) dans Problèmes de linguistique générale 2, Gallimard, 1974, p. 217. Henri Meschonnic écrit significativement : « C’est pourquoi la théorie du langage a un si grand rôle. Elle est le lieu majeur où se fonde, et combat, l’historicité radicale du sens et de la société. Qui s’élabore, depuis Humboldt et Saussure, et passe par Benveniste. Benveniste a écrit que le langage sert à vivre. Je dirai que la théorie du langage, à travers l’histoire et le statut des concepts avec lesquels vit une société, et plus que d’autres sciences sociales, sinon même l’économie et les techniques, généralement jugées bien plus vitales, sert à vivre. Poétiquement et politiquement » (Modernité modernité (1988), Folio/Gallimard, 1993, p. 10-11). C’est à Henri Meschonnic et en hommage que nous prenons ce « vivre langage » :Vivre poème, éd. Dumerchez, 2005.

Un article sur Médiapart:

http://blogs.mediapart.fr/edition/revues/article/080210/resonance-generale-la-preuve-par-z

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Emile Benveniste, Problèmes de linguistique générale 1

L’ouvrage au centre du cercle d’étude “Langage”:

 


édition utilisée:
TOME I : 1939-1964, 368 pages, 140 x 225 mm. Collection Bibliothèque des Sciences humaines, Gallimard -etu. ISBN 2070206181. On utilisera cette édition:
PROBLÈMES DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE
 [1966] .

TOME I, 364 pages sous couv. ill., 125 x 190 mm. Collection Tel (No 7) (1976), Gallimard -étu. ISBN 9782070293384.

 

Biographie d’Emile Benveniste :

Linguiste français, né à Alep (Syrie), mort à Paris. Passage dans une école rabbinique, puis études classiques à la Sorbonne (agrégation en 1922); étudiant d’A. Meillet à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes où il enseigne dès 1927; doctorat en 1935; professeur au Collège de France à partir de1937 et secrétaire de la Société de Linguistique de Paris à partir de 1956. Fait prisonnier en 1940, il s’évada puis vécut en Suisse jusqu’en 1945. Très nombreux travaux en philologie, grammaire comparée et linguistique historique et générale, parus surtout sous forme d’articles dont un certain nombre ont été rassemblés en deux volumes sous le titre Problèmes de Linguistique Générale, et une importante étude lexicale: Le vocabulaire des institutions européennes (tome I: économie, parenté, société; tome II: pouvoir, droit, religion; sommaires par J. Lallot, 2 vol. in-8°, 376 et 340 p., Paris, Editions de Minuit, 1969)

Résumé
« Ces études apportent dans leur ensemble, et chacune pour soi, une contribution à la grande problématique du langage qui s’énonce dans les principaux thèmes traités : on y envisage les relations entre le biologique et le culturel, entre la subjectivité et la socialité, entre le signe et l’objet, entre le symbole et la pensée, et aussi les problèmes de l’analyse intralinguistique. » E. Benveniste.

Sommaire:
VOLUME I (1966):
Avant-propos (n. p.).
I. Transformations de la linguistique:
1. Tendances récentes en linguistique générale (p. 3-17);
2. Coup d’œil sur le développement de la linguistique (18-31);
3. Saussure après un demi-siècle (32-45).
II. La communication:
4. Nature du signe linguistique (49-55);
5. Communication animale et langage humain (56-62);
6. Catégories de pensée et catégories de langue (63-74);
7. Remarques sur la fonction du langage dans la découverte freudienne (75-87).
III. Structures et analyses:
8. “Structure” en linguistique (91-98);
9. La classification des langues (99-118);
10. Les niveaux de l’analyse linguistique (119-131);
11. Le système sublogique des prépositions en latin (132-149);
12. Pour l’analyse des fonctions casuelles: le génitif latin (140-148).
IV. Fonctions syntaxiques:
13. La phrase nominale (151-167);
14. Actif et moyen dans le verbe (168-175);
15. La construction passive du parfait transitif (176-186);
16. “Être” et “avoir” dans leurs fonctions linguistiques (187-207);
17. La phrase relative, problème de syntaxe générale (208-222).
V. L’Homme dans la langue:
18. Structure des relations de personne dans le verbe (227-236);
19 . Les relations de temps dans le verbe français (237-250);
20. La nature des pronoms (251-257);
21. De la subjectivité dans le langage (258-266);
22. La philosophie analytique et le langage (267-276);
23. Les verbes délocutifs (277-285).
VI. Lexique et culture:
24. Problèmes sémantiques de la reconstruction (289-307);
25. Euphémismes anciens et modernes (308-314);
26. Don et échange dans le vocabulaire indo-européen (315-326);
27. La notion de “rythme” dans son expression linguistique (327-335);
28. Civilisation: contribution à l’histoire du mot (336-345);
Index [des langues et des concepts] (349-351).
VOLUME II (1974):
Avant-propos (M. Dj. Moïnfar, n. p.).
I. Transformations de la linguistique:
1. Structuralisme et linguistique (11-28);
2. Ce langage qui fait l’histoire (29-40).
II. La communication:
3. Sémiologie de la langue (43-66);
4. Le langage et l’expérience humaine (67-78);
5. L’appareil formel de l’énonciation (79-88).
III. Structures et analyses:
6. Structure de la langue et structure de la société (91-102);
7. Convergences typologiques (103-112);
8. Mécanismes de transposition (113-125);
9. Les transformations des catégories linguistiques (126-136);
10. Pour une sémantique de la préposition allemandevor (137-141).
IV. Fonctions syntaxiques:
11. Fondements syntaxiques de la composition nominale (145-162);
12. Formes nouvelles de la composition nominale (163-176);
13. Structure des relations d’auxiliarité (177-193).
V. L’homme dans la langue:
14. L’antonyme et le pronom en français moderne (197-214);
15. La forme et le sens dans le langage (215-240);
16. Diffusion d’un terme de culture: latin orarium (241-246);
17. Genèse du terme “scientifique” (247-253);
18. La blasphémie et l’euphémie (254-257);
19. Comment s’est formée une différenciation lexicale en français (258-271);
20. Deux modèles linguistiques de la cité (272-280);
Index [des langues et des concepts] (281-286).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus