Archives de catégorie : 6. Bibliographie

Faire du cinéma en classe de FLE, Bibliographie #2

Pour rédiger mon mémoire « Faire du cinéma en classe de français langue étrangère pour l’enseignement et l’apprentissage d’une langue-culture : De l’éducation à l’image aux pratiques langagières », j’ai dû toucher du doigt plusieurs notions. Les plus importantes, à savoir surtout, le cinéma, l’émotion, la langue, la culture, l’interculturel, la pédagogie de projet et la didactique de manière très générale, se mélangent  dans ma bibliographie. J’ai décidé, pour publier cette seconde (et très certainement dernière) bibliographie sur ce site, d’y remettre un peu d’ordre :

Cinéma

BAZIN A. (1985), Qu’est ce que le cinéma ? Paris, Les éditions du Cerf.
BERGALA A. (2002), L’hypothèse cinéma : Petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs, Paris, Cahiers du cinéma/essais.
BERGALA A. (2015) : La création cinéma, Liège, Yellow Now.
BEYLOT P. (2005) : Le récit audiovisuel, Paris, Armand Colin.
CHABROL C, (2004) : Comment faire un film ?, Paris, Payot & Rivages.
COMPTE C. (1989) : « L’image animée dans l’apprentissage du français langue étrangère », Langue française n° 83, Paris, Larousse, pp. 32-50.

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, Bibliographie #2

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Hors sujet d’actualité : Le FLE sur la Croisette

Il est malheureusement (presque) impossible d’emmener sa classe de FLE au festival de Cannes, car les accréditations cinéphiles scolaires sont réservées aux lycéens de plus de seize ans. En revanche, il est tout à fait possible de téléporter le festival de Cannes à Paris (avec les reprises des films dans différents cinémas comme exemple le Forum des Images, la Cinémathèque et le Gaumont Opéra), et encore mieux : directement dans la classe de FLE…

Quelques pistes pour faire découvrir le festival en classe

Les possibilités sont nombreuses, en vrac :

Continuer la lecture de Hors sujet d’actualité : Le FLE sur la Croisette

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

État des lieux d’une fin de recherche

Où j’en suis/Où je vais : Résumé

Dans la première partie de mon mémoire « Montrer un film en classe de FLE », j’essaie surtout de répondre à la question suivante : Pourquoi le cinéma ? (Pourquoi le cinéma plus qu’un autre support ?). Pour justifier, si l’on veut, mon choix de privilégier l’introduction du cinéma dans les cours de FLE, plutôt que la littérature ou la photo par exemple. J’y réponds un peu comme si mon mémoire allait être lu par des enseignants, encore douteux, à la recherche de repères quant à l’utilisation du cinéma. Pour ce faire, je m’appuie sur quelques des ouvrages de ma bibliographie ainsi que sur les propos d’enseignants que j’ai recueillis par le biais d’un questionnaire d’enquête composé de douze questions.

Continuer la lecture de État des lieux d’une fin de recherche

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

La bibliographie de ma première partie, une créature en devenir…

La bibliographie du mémoire de M2, mais où s’arrête-elle? Quand est-ce qu’elle est assez longue? Comment fait-on pour arrêter de tomber sur autant d’articles qu’on a envie de lire. On voudrait tous les lire mais c’est impossible. Alors vient le dur moment où parmi tous ces textes formidables, il va falloir trancher, faire tomber le couperet, sectionner une partie de la liste des articles et livres à lire  car l’échéance de la soutenance approche et les dernières semaines approchent vite. La sélection s’armorce alors douleureusement, adieu magnifique texte qui avait l’air si bien écrit mais qui ne colle pas assez à mon sujet, au revoir article passionnant que j’ai dû abandonner car il faisait plus de trente pages…. quelle frustration!

Continuer la lecture de La bibliographie de ma première partie, une créature en devenir…

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Bibliographie quasi-définitive

Alors que la rédaction du mémoire s’achève, je partage aujourd’hui avec vous la bibliographie, presque définitive, de mon mémoire sur l’utilisation de la pratique théâtrale en classe de FLE, et plus précisément au sein de l’université taïwanaise de Wenzao (située au Sud de l’île).  Continuer la lecture de Bibliographie quasi-définitive

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Bibliographie 2.0 (style, ateliers d’écriture, Perec)

Pour la rédaction de mon mémoire – À la recherche du style en FLE : Ateliers d’écriture avec Georges Perec – j’ai eu recours à une bibliographie assez conséquente, compte tenu des différents domaines explorés ; la voici pour vous (dans sa version presque définitive), en espérant que ce partage sera bénéfique à certains.

Continuer la lecture de Bibliographie 2.0 (style, ateliers d’écriture, Perec)

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

QUELQUES CONFUSIONS POUR LES APPRENANTS CHINOIS DANS L’APPRENTISSAGE DES PRONOMS FRANÇAIS

1. La confusion entre les pronoms personnels COD le, la, les et les articles définis le, la, les. Les articles ont un lien étroit avec les noms. Les pronoms substituent les noms, qu’ils accompagnent toujours les verbes. Comparons :
ex. Tiens, le garçon est là. Je le vois.
Tiens, la fille est là. Je la vois.
Tiens, les enfants sont là. Je les vois.

Continuer la lecture de QUELQUES CONFUSIONS POUR LES APPRENANTS CHINOIS DANS L’APPRENTISSAGE DES PRONOMS FRANÇAIS

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

LINGUISTIQUE CONTRASTIVE

La linguistique contrastive est née vers les années 50, c’est Whorf ( 1941 ) qui a proposé pour la première fois la « linguistique contrastive », qui se nomme aussi « analyse contrastive » dans le but de remplir les lacunes de l’enseignement des langues étrangères. Continuer la lecture de LINGUISTIQUE CONTRASTIVE

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Du côté des manuels : Scénario A1 > A2

Un jour que nous travaillions à la bibliothèque, un ami a pointé du doigt un livre dans l’étagère juste à côté de nous. C’était le nom de l’ouvrage Scénario qui avait attiré son regard. « Tu devrais regarder, ça a l’air bien pour ton sujet ». Le lendemain, de retour à la bibliothèque, je me suis exécutée, j’ai feuilleté quelques pages et compris au sous-titre sur la couverture « Méthode de français, A1 > A2 », qu’il s’agissait d’un manuel, en apparence plutôt classique.

Je me suis alors demandée pourquoi il portait un tel nom et surtout, si ce choix était légitime. Avec le temps, j’ai appris à me méfier (ou du moins à me distancier) des manuels, et je suis assez attachée au cinéma pour avoir l’envie de m’assurer qu’un tel terme — notamment s’il s’agit d’un titre — n’est pas employé à la légère.

Continuer la lecture de Du côté des manuels : Scénario A1 > A2

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, résumé

Aujourd’hui j’ai décidé d’écrire un résumé de mon travail. Pour cette première rédaction, j’ai préféré me limiter à 10 lignes (sur word, 13 ici). Je n’utilise pas le pronom « je » dans mon mémoire, dans le paragraphe suivant est donc adopté le « nous ».

Ce mémoire rassemble les données d’une recherche portant sur la création et l’animation d’un atelier de réalisation de films au sein de la classe de français langue étrangère : du visionnage d’extraits d’abord, pour s’approprier des faits de langue et de culture, à la projection du film des apprenants une fois le tournage terminé. L’objectif principal de cette recherche est de prouver 1) que l’introduction du cinéma en classe de FLE, qu’on l’utilise comme un objet d’enseignement ou comme un outil, est à la portée de tout enseignant et a de nombreux bienfaits sur l’apprentissage des apprenants et 2) que le projet de faire un film en classe est très formateur. Pour ce faire, nous avons constitué un corpus d’extraits de films francophones et sommes allée à la rencontre de professionnels du FLE, du champ social et du cinéma, dans les livres et sur le terrain.

Image : Domicile conjugal, François Truffaut (1970)

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

L’intérêt des albums de jeunesse en classe de FLE

L’album de jeunesse est devenu aujourd’hui un outil pédagogique dans l’enseignement et l’apprentissage du français pour les apprenants allophones, en effet, nous pouvons constater dans les programmes scolaires la panoplie d’albums proposés aux enseignants dans l’étude de la langue et la maîtrise de la lecture et de l’écriture.

En outre, certains auteurs pensent que les albums permettent aux apprenants de rentrer progressivement dans l’écrit, développer leur imaginaire, découvrir le monde et construire des relations sociales avec les autres. (Brugeilles, Cromer, Crome, 2002, p. 266)

Claude Le Manchec ajoute ceci  :

« L’album […] joue auprès de l’enfant un rôle initiatique. D’abord en tant qu’il forme à la lecture du récit mais, au-delà, si l’on quitte un instant le domaine pédagogique pour en évaluer la portée, en tant qu’il propose au tout premier lecteur une quête du sens de l’action humaine. […] La lecture de l’album enrichit le capital culturel de l’enfant en points de vue sur le monde, les êtres, les choses. L’album initie en ce sens qu’il révèle. » (Le Manchec, 1999, p. 22-23)

Bibliographie

BRUGEILLES  C. CROMER I. CROME  S. (2002), Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre, Population, 57 (2), 2002, p. 261-292.

LE MANCHEC C. (1991), « Préface », « L’originalité de l’album », « L’impact des personnages » in L’album, une initiation à l’art du récit, L’Ecole.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, corpus d’extraits

Pour illustrer mes propos lors de la deuxième partie de mon mémoire (notamment), j’ai dû élaborer un corpus d’extraits de films. Pour que ce soit réalisable, j’ai décidé de me limiter à un ensemble de dix extraits assez courts (même si je fais référence à plus de dix films). Ils sont issus des films suivants :

Rentrée des classes de Jacques Rozier (1956, France)
Baisers Volés de François Truffaut (1968, France)
Pauline à la plage d’Éric Rohmer (1983, France)
Portraits d’Alain Cavalier (1987-1991, France)
Starbuck de Ken Scott (2012, Québec)
La Crème de la Crème de Kim Chapiron (2014, France)
Bande de filles de Céline Sciamma (2014, France)
Tokyo Fiancée de Stefan Liberski (2014, Belgique)
Réalité de Quentin Dupieux (2015, France)
Rosalie Blum de Julien Rappeneau (2015, France)

J’ai choisi chaque extrait avec beaucoup de minutie et en essayant de diversifier à la fois les époques, les intrigues, les personnages et les français parlés (entre autres). Je me suis aussi assurée de proposer des contenus accessibles à un maximum de niveaux et de publics, tout en tenant compte des besoins de chacun. En revanche, je ne me suis pas du tout fiée à mes goûts et je n’aime pas spécialement tous les films de la liste. Cela rend leur visionnage d’autant plus intéressant, je crois.

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, corpus d’extraits

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Bibliographie 02, références disponibles en ligne.

Une partie bibliographique plutôt numérique qui rassemble de différents articles publiés en ligne sur de différentes revues et plateformes à dimension universelle, par exemple : Synergies, Openedition, cairn.info, persée.fr…

– AID, S., (2016), le français en Algérie. Statut du français des les textes et discours officiels Algérien et dans  la réalité sociolinguistiqe ( langue étrangère ou langue seconde ?. pp 01,03, 14, dans, plateforme, ASJP. URL : file:///C:/Users/pc/Downloads/3b01db988d2c9f13d88e515445744be6.pdf.

Continuer la lecture de Bibliographie 02, références disponibles en ligne.

Bibliographie 01

Cette partie bibliographique comporte des ouvrages qui ont traité des questions relatives à mon sujet de mémoire. Des ouvrages qui ont mit en lumière « les concepts fondamentaux de la didactique des langues ». Des auteurs ayant étudié profondément la situation linguistique en  Algérie. Des écrits sur les sciences de l’éducation et les sciences du langage. En fin cette  ces références s’inscrivent dans les sciences humaines.

– ANIS, J., CHISS, J-L., PUECH, C., (1988), L’écriture, théories et descriptions. Bruxelles, éd, De Boeck Université.

– ASSELAH-RAHAL, S., MEFIDENE, T., (2008), Environnement graphique et politique linguistique en Algérie. Dans, Langues dominantes. Langues dominées. Publication des universités de Rouen et du Havre.

Continuer la lecture de Bibliographie 01

Formuler des hypothèses

Afin que vous puissiez mieux comprendre mon plan, je poste ici les quelques hypothèses qui constituent le fil rouge de ma réflexion. Je reviens vers elles dès que j’ai l’impression de me perdre un peu, car elles m’aident à me poser les bonnes questions, à articuler les différentes parties de mon mémoire et à toujours garder en tête l’objectif de ma recherche.

J’ai d’abord une « hypothèse générale » :

L’introduction du cinéma en classe de FLE, qu’on l’utilise comme un objet d’enseignement ou comme un outil, a de nombreux bienfaits sur l’apprentissage des apprenants. Parallèlement, le projet de faire un film en classe est très formateur pour eux.

Puis des « sous-hypothèses » :

Hypothèse n°1 :
Le visionnage d’extraits de films en classe de FLE permet de mieux comprendre la culture cible ainsi que les comportements/réactions/expressions des locuteurs natifs observables à l’écran. (Partie II)

Hypothèse n°2 :
Quand un film marque un apprenant, d’une manière ou d’une autre (c’est-à-dire positivement ou négativement), il se sent plus impliqué et cela multiplie sa motivation. Il est dès lors plus enclin à imiter et à mémoriser des expressions ou des comportements précis. (Partie I)

Hypothèse n°3 :
Regarder des films en classe s’approche à une forme « d’immersion » et favorise de fait la pratique langagière et l’expression orale (pas seulement l’esprit critique/l’expression du goût). (Partie I et II)

Hypothèse n°4 :
La pédagogie de projet (atelier d’écriture/de réalisation d’un film) favorise l’apprentissage de la langue-culture. (Partie III)

Image : La Femme de l’aviateur, Eric Rohmer (1981)

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts