Archives de catégorie : 5. Terrains

Entretien: Tomatis Sound Sense

Aujourd’hui j’ai eu la possibilité de rencontrer le directeur du centre de langue « Tomatis Sound Sense ». Ce centre de formation est spécialisé dans l’apprentissage de l’anglais oral et la réduction de l’accent.  Il s’agit d’une méthode alternative de l’apprentissage des langues qui a été élaborée par Alfred Tomatis et qui préconise l’utilisation du filtrage fréquentiel global du message afin de sensibiliser l’oreille de l’apprenant aux fréquences de la langue qu’il souhaite apprendre.

Je vous présente ici les questions qui ont été posées pendant l’entretien. Je publierai ensuite le compte rendu de l’interview.

La structure de l’entretien:

  1. Les bases théoriques de la méthode Tomatis
  • Commentaire du tableau des fréquences des sons :
    • Comment les résultats ont-ils été obtenus ?
    • Les schémas obtenus correspondent-ils au spectre moyen de la parole ?
  1. Test d’écoute
  • En quoi consiste le test ?
  • Qu’est-ce que les apprenants écoutent?
  • Qu’est-ce que les apprenants sont censés faire ?
  • Qu’est-ce qui est évalué par l’appareil ?
  • Les résultats obtenus correspondent-ils au schémas élaborés par Tomatis ? peuvent-ils changer en fonction du locuteur ?
  1. Entraînement
  • Quelle est la durée du cursus ?
  • Quel niveau de langue les apprenants doivent-ils avoir pour intégrer le cursus ?
  • Comment identifiez-vous quelles zones de fréquence il faut renforcer afin d’améliorer la perception de l’apprenant ?
  • Les locuteurs natifs des langues différentes auront-ils un entraînement différent (par ex. un Russe et un Français ) ? En quoi consiste cette différence ?
  • Avez-vous des exemples des audiogrammes qui illustrent la perception des sons par l’apprenant avant et après le cursus ?
  • La structure des cours :
    • Lors de l’entraînement préalable les apprenants sont censés écouter de la musique avec des fréquences différentes. Quel est le but de cette activité? Comment la musique est-elle choisie ? Les apprenants écoutent-ils tous la même chose ?
    • Quelle est la structure des cours ? Quels types d’exercices sont proposés ?
    • D’après quels critères les phrases à imiter sont-elles choisies ?
    • Y a-t-il recours à l’écrit afin d’améliorer la correspondance phonie-graphie ?
  • Comment se passe la correction si l’apprenant n’arrive pas à prononcer un son ou un groupe de sons d’une manière systématique ? Recourez-vous à la correction locale ? ou à la correction de l’articulation si nécessaire ?
  1. Evaluation
  • Comment les apprenants peuvent-ils contrôler leur progression ? Doivent-ils s’enregistrer? Auto-évaluation ? Evaluation par l’enseignant ? Par l’appareil ?

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Notes de lecture: Enquête sociologique. Serge Paugam.

Pour ceux et celles qui ont besoin de faire des questionnaires ou des entretiens mais qui ne savent pas comment rédiger les questions, je voudrais partager une oeuvre de Serge Paugam (2012) :  Enquête sociologique. Bien qu’il n’ait pas fourni des « recettes » à appliquer immédiatement, mais on y trouvera des principes généraux pouvant guider l’élaboration du questionnaire et préparer les entretiens.  Le livre est accessible sur le site Cairn via le Bis de la Sorbonne.

Voici le lien: https://www-cairn-info.janus.biu.sorbonne.fr/l- Continuer la lecture de Notes de lecture: Enquête sociologique. Serge Paugam.

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Dialogue fictif entre une étudiante et son directeur de mémoire

E – étudiante

D – directeur de recherche

 

Le matin à 11h. Bureau des professeurs.

 

E : Excusez-moi, puis-je entrer ?

D : Oui, entrez s’il vous plaît.

E : Bonjour Monsieur.

D : Bonjour, vous avez des questions ?

E : Oui, c’est pour mon mémoire. J’ai suivi votre cours de méthodologies l’année dernière et j’aimerais que vous puissiez diriger mon mémoire.

D : Quel est votre sujet de mémoire ?

E : Je voudrais travailler sur l’utilisation des jeux en classe de FLE dans les universités chinoises. Je vous ai écrit un mail pour vous présenter mon projet.

D : Ah bon ! C’est vous qui m’a écrit la semaine dernière ? Alors asseyez-vous, nous allons parler un peu de votre mémoire.

E : Merci Monsieur. Vous avez lu mon projet ? Sinon, je l’ai imprimé et vous pouvez le lire. Ici, tenez.

D : Très bien, merci, je l’ai lu et j’ai noté quelque chose, mais la version papier sera plus visible. Bon, votre projet est bien organisé et ce sujet m’intéresse beaucoup, donc je suis d’accord de vous suivre.

E : C’est vrai ? Merci beaucoup, Monsieur ! J’ai vraiment de la chance !

D : Mais il faut quand même faire attention à quelques points. Je vais vous expliquer et vous pouvez les noter. Vous avez expliqué pourquoi l’utilisation des jeux est assez importante dans l’enseignement du français, mais vous pouvez tout d’abord creuser la notion de la « créativité » et le développement de sa place en didactique des langues. Je vous donnerais certaines références et il faut faire la lecture.

E : D’accord, merci beaucoup, Monsieur.

D : Par ailleurs, vous pouvez améliorer la bibliographie de votre projet, je pense qu’elle ne mentionne pas beaucoup le cas en Chine.

E : Oui, en fait, je n’ai pas trouvé beaucoup d’articles sur l’utilisation des jeux en contexte universitaire chinois…

D : Oh là là, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez consulter les revues en ligne et les thèses sur ce sujet. Je crois qu’il y en a beaucoup.

E : Ok, merci, je vais voir !

D : Une autre question est : vous allez faire un stage, ou bien vous allez écrire un mémoire théorique ?

E : Euh… J’ai choisi l’option recherche, donc ce sera plutôt théorique. Je vais distribuer des questionnaires aux étudiants chinois et organiser des entretiens avec les enseignants de français en Chine.

D : D’accord, mais je vous conseille de faire un petit stage, cela vous aidera à mieux comprendre comment les jeux marchent dans l’enseignement du français et quelles sont les difficultés. Comme ça, vous pouvez mieux traiter votre problématique. Ce que l’on enseigne n’est pas toujours ce que l’on pense.

E : Merci beaucoup, Monsieur, je vais essayer. Est-ce que je peux faire des observations ?

D : Bah oui, pourquoi pas ? Ce sera aussi utile pour votre réflexion. Bon, tout ça, c’est clair ? Vous avez compris ce qu’il faut faire ?

E : Oui oui, bien sûr. Je vais lire plus d’ouvrages et réécrire le projet. Je vais également essayer de trouver un stage si c’est possible.

D : Bien, envoyez-moi votre nouveau projet et le plan détaillé et on se retrouve après les vacances. Si vous avez des questions pendant les vacances, n’hésitez pas de m’écrire !

E : D’accord. Merci beaucoup pour votre patience et vos conseils, Monsieur ! Au revoir ! Bonne journée et bonnes vacances !

D : Merci, vous aussi. Au revoir !

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

More Posts

Dialogue imaginaire avec le directeur de recherche

Bien que j’aie déjà mon directeur de recherche, on ne s’est pas encore rencontrés pour discuter de mon sujet et de mon projet de mémoire. Un tel entretien fictif permettrait de me préparer au vrai entretien qui aura lieu à la rentrée.

 

Hui (désormais H) : Bonjour Monsieur ! Comment allez-vous ?

Directeur (désormais D) : Bonjour ! Bien, merci, et vous ? Continuer la lecture de Dialogue imaginaire avec le directeur de recherche

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Analyse de corpus d’apprenant : appropriation en cours

Dans le cadre des recherches menées pour notre mémoire, nous analysons des productions orales et / ou écrites d’apprenants. Je vous présente le premier exemple.

I.  Articles en français, difficultés pour les apprenants russophones

 

Le français et le russe sont des langues typologiquement et génétiquement assez différentes. Le français est une langue romane analytique alors que le russe est une langue slave synthétique qui possède six cas et n’a pas de catégorie formelle d’articles. L’article dans la langue française exprime la détermination, catégorie syntaxique du nom. Il joue le rôle d’actualisateur principal du nom. Du point de vue typologique, l’article en français possède des formes plus variées et une extension plus large que dans d’autres langues ayant des articles. Selon V. Gak, « les discussions théoriques portant sur l’article concernent les problèmes suivants :

  1. l’inventaire des articles en français ;
  2. son statut morphologique ;
  3. ses fonctions dans la langue et ses significations » (Gak, 2000 : 110 -111).

Continuer la lecture de Analyse de corpus d’apprenant : appropriation en cours

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Comment transcrire la conversation bilingue?

Il y a quelques jours, notre camarade, Sayaka Wakayama, a publié un article appelé « Transcription » sur le blog afin de partager son expérience concernant la difficulté des transcriptions. Je suis tout à fait d’accord avec son point de vue. De plus, je souhaite approfondir cette discussion dans cet article. 

Dans mon mémoire en cours de rédaction, je suis confrontée à une grande difficulté afin de transcrire la conversation exolingue. Dans mon cas c’est la conversation en français et japonais. Il me semble qu’il est compliqué de transcrire le japonais pour deux raisons.

Premièrement, étant donné que mon mémoire est en français, il faut prendre en compte le fait que les lecteurs ne connaissent pas forcément la langue japonaise. Ainsi cela me fait penser à la nécessité de transcrire les traductions. Cependant cela m’oblige à ajouter mon interprétation personnelle dans les transcriptions qui ne me paraît pas pertinent. C’est parce que la transcription est sensée montrer tout ce qui s’est passé pendant les interactions en évitant de donner une vision subjective.

Deuxièmement, la difficulté de la transcription est due au système linguistique de la langue japonaise. Le japonais est une langue qui n’utilise pas d’alphabet. Ainsi je me suis posée la question : est-il nécessaire de mettre une version phonétique et une traduction? Par exemple dans le cas comme suit :
1 小川春菜です (en japonais)
2 Ogawa Haruna desu (en lecture phonétique japonaise)
3 Je m’appelle Ogawa Haruna (la traduction française)

J’ai longuement hésité à enlever la transcription en japonais. Pourtant pour ceux qui connaissent le japonais, il est assez étrange de le lire uniquement en alphabet (comme celle de la deuxième phrase).

Même après avoir réfléchi pendant plusieurs jours, je n’ai toujours pas trouvé de manière adéquate. J’ai donc demandé l’avis de mon directeur de mémoire. Je suis en ce moment toujours dans l’attente de sa réponse.

OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Transcription

Une des difficultés que j’ai rencontrée sur le terrain, ou plutôt après le terrain a été la transcription des données recueillies. Il s’agissait d’enregistrements de quelques séances de l’apprentissage en tandem et cela me semblait être juste une simple étape préalable à la démarche d’analyse. Or, cela a été loin d’être simple.

Quand j’ai commencé à transcrire mes données, je me suis tout de suite rendu compte combien une conversation était remplie de tous les petits « hm »,« euh », « bah » et de pauses et d’allongements de syllabes et de faux départs, etc. J’aurais pu tout entendre puisque j’ai participé aux enregistrements. Toutefois, mes oreilles ont laissé passer la plupart de ces petits bruits sur le moment. Alors, si je ne les ai pas captés en tant que participante d’une interaction, est-ce que le fait de les reconstituer par la transcription serait pertinent ? Ne serait-ce pas une sur-objectivation, si l’on peut dire comme cela ? Tout de même, je les ai transcrits tous de la manière la plus fidèle possible.

Ces petits détails, qui m’ont pris énormément de temps à transcrire, se sont avérés primordiaux lors de l’analyse. Ils étaient aussi importants que ce que les participantes avaient dit avec des mots, puisque « euh:: oui », « + + oui:: » et « oui ! » ne sont pas du tout les même choses bien évidemment (:: = allongement, + = pause).

Pour analyser les données orales, il faut d’abord les transformer en données écrites, car on a besoin d’un appui stable et non éphémère. L’analyse dépend ainsi de la transcription. Afin de comprendre correctement les données, même si une part de subjectivité est inévitable, il est donc fondamental de transcrire jusqu’au moindre détail. Autrement, une transcription hâtive influence les résultats de l’analyse d’une manière significative.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Projets de transposition didactique dans le cadre de projets pédagogiques

Comme je vais rentrer en Chine et y enseigner le français après mes études en France, je réfléchis toujours à l’application des méthodes d’enseignement de la langue française ou des projets que j’ai appris ici dans les universités chinoises. Les méthodes d’enseignement du français dans les pays francophones ou l’Alliance française ont une grande différence avec celles des universités chinoises, car leurs objectives didactiques ne sont pas les mêmes. Dans les pays francophones ou l’Alliance française, la langue française est enseignée de la façon pratique et ludique, les élèves sont mis en acteurs, dont la plupart apprennent le français juste pour plaisir, et quittent n’import quel moment s’ils ne peuvent pas y trouver leur intérêt. Nous pouvons donc y trouver beaucoup de projets comme le genre de “dis-moi dix mots” qui donne libre cours à la créativité des étudiants. Mais dans les universités chinoises avec les étudiants dont la spécialité est français, l’organisation des cours est bien intense, parce que l’objective est de former les spécialistes en la langue française. Le projet « dis moi dix mots » n’y est pas du tout développé, le vocabulaire en français est enseigné selon une méthode d’enseignement plutôt traditionnelle, chaque dialogue est suivi d’une liste de nouveaux mots, le prof donne tous les sens d’un mot en même temps en citant un example simple. Donc les étudiants sont loin d’utiliser ces mots avec aise, parce qu’ils ont beaucoup de sens à se rappeler en même temps quand ils voient un mot, sans compter qu’ils ne sont pas capables de mémoriser tous les sens. A cause de l’intensité du cours, ce n’est pas réel de leur faire apprendre le vocabulaire en lien avec leur propre expérience pendant toute le semestre.

Donc je voudrais proposer un projet qui est destiné surtout aux étudiants dans les universités chinoises où le spécialité est le français, en modifiant un peu le principe du projet « dis-moi dix mots » afin d’adapter ce projet aux étudiants chinois de différents niveaux. Les dix mots choisis ne sont pas forcément existent en français, dont certains viennent des mots chinois qui sont très populaires ces derniers jours. Je vais justifier ma choix après.

Ce projet se compose de 5 étapes, ils peuvent se dérouler tout au long d’un semestre. Il s’agit des séances hors cours magistral. Le public visé est les étudiants chinois de la deuxième année universitaire à quatrième année universitaire qui a la langue française comme spécialité. Ils peuvent tous participer aux séances. Les étudiants de la première année sont exclus car ils travaillent essentiellement sur la prononciation, ils n’ont donc pas maîtrisé assez d’expressions pour participer à ce projet. Ce projet peut être accepté par plusieurs universités, et enfin un concours va être mis en place entre les universités.

La première étape est la négociation entre l’enseignant et les élèves. Le professeur lit et présente aux étudiants dix mots différents. Puis il propose quelques vidéos, audios ou lecture des articles autour de ces dix mots, il demande aux étudiants de chercher les sens différents à l’aide de ces outils proposés par le professeur. Ce qui importe ici est d’assurer que la compréhension est claire pour tout le monde, parce que ils vont les utiliser dans les étapes suivants.

Les dix mots proposés sont : kongfu(L2,  d’origine chinoise), tofu(L2,  d’origine chinoise), litchi(L2,  d’origine chinoise), gélivable(L3, nouveau mot chinois), diaosi(L3, nouveau mot chinois), go(L3,  d’origine japonaise), trafic(L4,  d’origine française), ressources(L4, d’origine française), impliquer(L4, d’origine française), reporter(L4,  d’origine française)

Les mots d’origine chinoise existent maintenant en France, ils sont familiers aux étudiants chinois, ils connaissent mieux la culture derrière ce mot, donc ces mots sont plutôt pour les étudiants de la licence 2. Et les mots chinois qui sont apparus ces dernières années sont aussi familiers aux étudiants mais ils doivent savoir traduire exactement le sens derrière ce mot en français, il demande un niveau relativement avancé, donc ces mots sont proposés surtout pour les étudiants de la licence 3. Enfin les mots d’origine française, ils ont une culture éloignée de celle de la Chine, et ils sont polysémiques, ils sont proposés aux étudiants qui ont déjà maîtrisé un bon niveau de français.

C’est là où notre principe de projet est différent de celle proposée sur le site. Les dix mots choisis de cette année sont des mots venant des pays exceptant la France. Mais comme le public visé est toujours les étrangers, ce que je propose est à base de l’hypothèse que les mots d’origine de leur pays natal sont plus faciles, et les mots d’origine de la langue visée sont plus difficiles. J’ai fait ce changement parce que je pense que cette idée correspond mieux aux compétences linguistiques des apprenants, surtout pour ceux qui ont une culture très éloignée de celle de la France.

La deuxième étape est le déclenchement du travail. Les étudiants vont travailler en groupes de trois selon leur année universitaire, c’est-à-dire selon leur niveau, chaque groupe choisit un mot qui leur interesse le plus et qui correspond à leur niveau. Ce que je propose est qu’ils inventent une petite pièce de drame autour de ce mot au travail final, mais il faut commencer par inventer une histoire. Pour les étudiants de L2 et de L3, leur histoire doit illustrer au maximum la culture derrière ce mot. Pour les étudiants de L4, leur histoire doit illustrer au maximum les différents sens de ce même mot, au moins trois significations de ce mots doit être apparues dans l’histoire, et la culture dernière ce mot est également exigée. Pour tous les niveaux, l’histoire doit être en dialogue de trois personnes pour que chacun peut en prendre un rôle. Il est seulement le première piste de travail, les étudiants n’ont qu’à y réfléchir.

La troisième étape est un échauffement pour le travail final. Le professeur aident les étudiants de socialiser leurs idées, leurs intrigues groupe par groupe. Le professeur peut donner des propositions sur l’aspect culturel de ces mots pour leur donner des idées sur la rédaction de leur histoire. Par exemple, à l’égard du mot « gong-fu », le professeur peut faire penser à la philosophie chinoise la plus connue—— le taoïsme, et les deux forces cosmiques « yin » et « yang » selon la pensée de taoïsme. Enfin les étudiants mettent en d’accord sur l’intrigue de leur histoire inventée, et les mettent en écriture.

La quatrième étape est la réalisation du travail final. Avant tout c’est la préparation de la mise en scène de leur petite pièce de drame, les étudiants font des répétitions. Puis le professeur invite les étudiants de participer à la francophonie de pièce de drame français(dont intrigues sont inventées par les étudiants chinois), qui se déroule chaque année parmi les universités, organisé par certaines universités. Les étudiants de même année universitaire venant de différentes universités sont mis en concurrence.

La dernière étape est l’évaluation. En fait, l’aide du professeur accompagne chaque groupe tout au long des démarches, y compris la correction du texte. Après leur performance de pièce, les groupes serons évalués selon leur niveau. Pour les étudiants de L2 et L3, la principale critère est que si leur histoire fait découvrir bien la culture derrière ce mot. Par ailleurs, l’harmonie entre leur mot choisi et l’intrigue est aussi important. Mais pour les étudiants de L4, en plus de les critères mentionnées, il faut aussi vérifier si au moins trois sens du mot ont été illustrés dans leur histoire.

Ce projet a au moins six objectives. Premièrement c’est l’ objective linguistique, Il s’agit de la compétence expression écrite au début et expression orale à la performance de la pièce. Car en Chine les compétences de production orale et écrite sont loin d’être suffisamment entraînées. Deuxièmement c’est l’objective culturelle, comme on a présenté, chaque mot a une culture particulière qui attend les étudiants de découvrir. Troisièmement il favorise l’auto-didactique de ces étudiants, parce que avec des sources que le prof a proposé, les étudiants doivent chercher eux-mêmes les sens explicites ou implicites et l’aspect culturel du mot concerné. Quatrièmement il favorise leur capacité de collaboration, car il n’y a même aucun travail en groupe dans le cadre didactique universitaire. Cinquièmement les étudiants peuvent profiter de la francophonie de se réunir. Sixièmement la performance de petite pièce peut construire la confiance chez les étudiants. Dernièrement il stimule leur motivation de créativité, ce qui correspond à l’idée de « dis-moi dix mots », parce que auparavant dans les francophonies de chaque année, les étudiants interprètent aussi les pièces de théâtre français, mais les intrigues existent déjà dans la littérature française.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Éplucher un oignon– un entretien entre une étudiante et sa directrice de mémoire

Un début après-midi, une étudiante en Master II et sa directrice de mémoire se sont croisées à l’entrée de l’immeuble du bâtiment.

E : Ah vous êtes ici ! (Elle a l’air surprise de l’a rencontrée.)

P : Bonjour !

E : Bonjour madame ! Je m’excuse pour mon absence de votre cours, parce que je suis allée participer au colloque la littérature de jeunesse tout à l’heure. Comme il y avait un discours que je m’intéresse, donc je ne suis pas venue au cours.

P : Oui, c’est bien. C’est bien que vous êtes allée sortir un peu à Paris. Ça vous change de l’air et ça vous permet de rencontrer des gens. Vous avez plus des idées fraîches maintenant ?

E : Oui, beaucoup. Parce que j’aime rester dans le monde imaginaire. Ça détend l’esprit. Je cherche une façon ludique pour préparer mon mémoire. Quand on boit de l’alcool, c’est aussi un voyage imaginaire. Mais bien sûr, il ne faut pas boire trop, d’être soûl.

P : Votre mémoire, c’est vous qui travaillez sur le vin ?

E : Oui, c’est moi. J’ai un boulot dans la vente de l’alcool. Mais j’ai eu du mal à choisir mon thème de mémoire, vous savez ?

P : Comment ça ?

E : Au travail en face de moi, j’ai des clients de partout dans le monde. Je les parle en français anglais et chinois, ça dépend du client. Donc, j’avais pensé au plurilinguisme. Et comme ce sont toutes les petites rencontres, j’avais aussi l’idée de l’interaction verbale et non-verbale. Les comportements des clients sont très différents l’un et l’autre. Par exemple, comment distinguer un asiatique, est-ce qu’il est un chinois ou un coréen ou un japonais ? Même si mes compatriotes chinois, chaque région dispose un dialecte et une subculture, ce sont les facteurs qui influencent leurs choix de l’alcool et leurs langages utilisés durant leurs achats. C’est de l’anthropologie, n’est-ce pas ?

P : Pas mal, vous avez beaucoup d’idées. Mais faites attention quand même, vous ne devez pas faire les caricatures des gens. Un chinois est comme tel genre et un coréen est comme tel genre, si vous présentez comme ça, vous allez faire de la mauvaise anthropologie.

E : Ah bon ? Vous savez, je voulais même faire des enquêtes sur les gens. Par exemple, quel métier qu’ils exercent, quel tranche d’âge des gens s’intéressent plus d’un produit à l’autre, quel goût qu’il est plus recherché parmi les autres etc. Mais je me demande quel est le rapport avec l’enseignement du français ? Il se ressemble comme les analyses du marché.

P : C’est bien que vous êtes au courant de ça. (Elle sourit et fait le signe de la tête.)

E : J’ai mis beaucoup de temps à réfléchir sur l’interaction verbale…

P : Ne vous bloquez pas sur ce point-ci. Quel type d’alcool vous ventez ?

E : le Vin, champagne, cognac, whisky et la liqueur.

P : Qu’est-ce que vous intéressez le plus ?

E : Le vin.

P : Pourquoi pas choisir un sujet que vous intéressez le plus ?

E : Oui, mais vous voyez, si je fais du FOS, je pense que je ne ferais que des présentations sur le vin et pas assez sur comment enseigner du français.

P : Vous vous inquiétez si vous faites la communication au lieu de l’enseignement. Par exemple, c’est quoi les caractéristiques sur le vin de grave ?

E : Exactement !

P : C’est vrai qu’il ne faut pas simplement faire de la présentation sur l’objet spécifique. Allez chercher les méthodes d’enseignement du français, allez définir le public que vous voulez enseigner.

E : Eh bien, ça doit être les amateurs et les professionnels de vin, les chinois.

P : Alors, comment vous allez définir les amateurs et les professionnels ?

E : Euh…

P : Allez faire de la recherche et on verra ça après.

E : Merci madame. Bonne journée, au revoir.

P : Merci, au revoir.

Lu ZHANG

étudiante de Paris III

More Posts

Agenda de réalisation / questionnaire : Intervention en milieu scolaire, dans le cadre d’un projet en lien avec la danse contemporaine.

Décembre : rencontre avec une intervenante en danse, dans une école élémentaire de Caen

 

  • Questionnaire écrit/ directif → questions générales
  1. Quel est le projet d’école mis en place ?
  2. Quels sont les objectifs de ce projet ? Pourquoi a-t-il été mis en place ?
  3. Quels sont les objectifs de ce projet du point de vue de l’éducation, d’un point de vue pédagogique ?
  4. Du point de vue de l’enfant, qu’est-ce que le projet apporte à chacun ?
  5. Comment ce projet a-t-il été mis en place ?
  6. Quels sont les cycles concernés ? Abordent-ils les même notions en danse ?
  7. Quel est le statut des intervenants ? Quel est leur rôle ?
  8. Peut-on enseigner la danse sans être danseur ?
  9. Quel est l’intérêt des élèves à recevoir un intervenant ?
  10. Quel est l’intérêt des professeurs ?
  11. Quel rapport entretiennent les enfants avec la danse ? Quels sont leurs conceptions de la danse ?

 

  • Différents acteurs du « terrain » : intervenante, quelques élèves (mixité : garçon/fille, différence de niveaux scolaires, différence d’appréciation : ceux qui aiment, ceux qui n’aiment pas), différents enseignants (5 classes), la directrice

(écrire sous la dictée des personnes interrogées, sous leur regard, qu’ils puissent corriger si la formulation ne leur convient pas)

 

  • Support : ordinateur (ou papier)

 

 

 

 

Décembre/janvier : travail personnel suite à l’entretien

 

Croiser les questionnaires, mettre en évidence les différents points de vue (suivant les différents statuts des personnes interrogées)

 

 

 

 

Janvier/février : retour sur la première rencontre, nouvelle enquête à partir de questions plus précises et pointues

 

  • Entretien libre : à partir de questions plus précises qui découleront du croisement des différentes réponses fournies par différents acteurs du « terrain » au premier questionnaire organisé en décembre. → questions plus précises
  1. Qu’est-ce la pratique artistique de la danse peut apporter aux enfants, dans leur développement (personnel/social), dans leur apprentissage ?
  2. Qu’est-ce qu’ils font quand ils « dansent » ?

 

  • Différents acteurs du « terrain » : Les mêmes qui ont été interrogés en décembre (si possible, peut-être pas tous, mais principalement l’intervenante, la directrice, un enseignant et deux ou trois autres enfants)

 

  • Support : enregistrement oral

Entrer dans la lecture littéraire par un voyage interculturel dans un album de Claude Ponti

L’an dernier, pour mon TER, j’ai choisi de m’interroger sur la manière dont les élèves de cycle 3 peuvent entrer en lecture littéraire, particulièrement par le biais de l’interculturalité. Je me suis appuyée sur un album récent de Claude Ponti, Bih-Bih et le Bouffron-Gouffron, dont j’ai analysé certains aspects dans le but de tenter de répondre à cette question. Ayant trouvé très enrichissant le travail mené autour de cet album, j’ai choisi de le poursuivre cette année. Ainsi, mon mémoire est dans la continuité de mon TER, ce dernier étant en vérité une étape de mon travail de recherche. Comme l’indique Emile Benveniste dans Problèmes de linguistique générale d’après le compte rendu effectué par Chloé Laplantine1, problématiser revient à chercher de nouvelles questions, à ne pas reprendre des réponses déjà données mais à en donner de nouvelles. Aussi, je souhaite cette année poursuivre mon travail sur le même album car je pense qu’il est impossible de faire le tour d’un ouvrage et je souhaite encore le questionner, approfondir mes recherches pour trouver de nouvelles pistes de lecture. Suivant ce même auteur, une problématique évolue suivant les problèmes qui se posent au cours du travail de recherche. Aussi, la problématique que je pose ici, comment mener les élèves de cycle 3 à la lecture littéraire par l’interculturalité, va sans doute se modifier au fil de mes recherches, qui vont sans doute soulever d’autres questionnements. Peu importe le principal étant de chercher à donner ses propres solutions aux problèmes que l’on se pose ou qui se posent à nous.

A ce stade de mon travail, j’ai effectué de nombreuses recherches sur les monuments et œuvres d’art présents dans l’album. Avec l’aide Mme Guégan, j’ai réussi à en retrouver la majorité. Grâce à cela, j’ai pu me documenter sur ce sujet et cela m’a permis de découvrir d’autres pistes de lecture de l’album. Comme je l’avais déjà fait sur les références intertextuelles, j’ai pu montrer ici l’importance des références interculturelles, et en quoi, selon moi, le fait de les repérer peut permettre d’amener les élèves à devenir des lecteurs experts.

Mon projet pour le semestre suivant est de continuer à approfondir certaines parties de mon TER. Comme on me l’a conseillé lors de la soutenance, en juin dernier, je vais réfléchir à la différence qui existe entre les préfixes « trans- » et « inter- ». D’après le dictionnaire, le préfixe « inter » vient du latin et exprime une relation réciproque, le préfixe « trans- », du latin, marque le passage ou le changement. Le préfixe indique une idée de mouvement qui correspond sans doute mieux à la relation entre le lecteur et le livre, les références présentes lui permettant d’enrichir cette lecture non pas de manière purement linéaire dans une relation réciproque mais bien par un mouvement entre le lecteur et l’objet livre par la relecture, entre le lecteur, le texte et les images par le biais des pistes de lecture que l’on peut y trouver. Je vais me documenter à ce sujet pour chercher à définir au mieux possible l’une des notions qui se trouve au cœur de mon sujet, à savoir l’interculturalité – ou la transculturalité. De plus, j’ai pour projet de chercher dans l’album les références à Rabelais, et de montrer en quoi elles ouvrent d’autres horizons de lecture. Pour que toutes les références que je cite prennent sens, je vais insister sur l’importance de la relecture pour effectuer une véritable lecture littéraire. Comme l’indique Catherine Tauveron dans Lire la littérature à l’école de la GS au CM, « il y a sans doute aussi à entreprendre une justification convaincante de la relecture, qui passe par une transformation de la représentation de la lecture comme lecture-en-progression exclusivement »2. Je pense donc m’appuyer sur les travaux de cet auteur pour affiner la définition que je propose du lecteur littéraire et chercher à voir comment y mener les élèves. A ce sujet, je songe également à bâtir une nouvelle situation d’enseignement-apprentissage qui serait plus complète que la précédente. Pour cela, je ne pourrais pas m’appuyer sur mon expérience de stage car ce dernier s’est déroulé en moyenne section de maternelle, ce qui en correspond pas du tout au cycle que je vise avec cet album. De ce fait, ma séquence ne pourra sans doute pas être  »testée » avec des élèves. Néanmoins, pour être au plus près de la réalité possible, je vais m’appuyer sur les recherches de Catherine Tauveron au sujet de l’enfant lecteur, mais également sur les remarques pédagogiques que donne Yvanne Chenouf dans son ouvrage sur Claude Ponti intitulé Lire Claude Ponti encore et encore3, dont le titre porte en lui-même l’importance de la relecture. Enfin, je vais faire circuler des questionnaires auprès d’enseignants et d’élèves4, pour que mes recherches se basent également sur des faits empiriques. Je questionnerai les enseignants sur leur manière de concevoir la lecture littéraire et de l’enseigner aux élèves. De ce fait, je pense qu’il est intéressant d’interroger des enseignants de chaque cycle pour voir en quoi les méthodes de travail et les conceptions évoluent en fonction de l’âge des élèves. De plus, je pense qu’il faut initier les élèves à la lecture littéraire d’après la définition que j’en propose dans le questionnaire dédié aux professeurs des écoles dès leur plus jeune âge, et le fait d’interroger des enseignants de différents niveaux permettra de savoir si cela est effectivement mis en place dans les petites classes et de quelle manière. S’ajouteront à cela des questionnaires destinés aux élèves de cycle 3, car c’est à eux que s’adressera la situation d’enseignement-apprentissage que je souhaite bâtir. J’aimerais savoir ce qu’ils disent de leurs lectures, comment ils décrivent ce qu’ils lisent à l’école et à la maison. Je voudrais les faire réfléchir sur leur activité de lecteur en leur demandant s’ils lisent de la même manière les livres qui leur sont imposés ou ceux qu’ils choisissent, pourquoi ils font une différence et de quoi elle relève. Enfin, je voudrais savoir s’ils font des liens entre leurs lectures, entre les différents ouvrages qu’ils abordent, entre les disciplines, et s’ils en ont conscience.

Voici donc mon projet de recherche pour cette année universitaire. J’espère que les éléments sur lesquels je projette de m’interroger me permettront de trouver des réponses au problème que je me pose : comment faire entrer des élèves dans la lecture littéraire par le biais de l’interculturalité ? Par quel moyen leur faire découvrir le plaisir d’une lecture dans laquelle tout fait écho à quelque chose de connu, dans laquelle la relecture permet de détecter des indice pour une lecture nouvelle, encore et encore…

1Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, « Tel », 1966.

d’après le compte rendu de lecture de Chloé Laplantine dans Dernières leçons-Collège de France (1968-1969) (http://www.fabula.org/revue/document7280.php)

2Tauveron Catherine, « Quelles compétences développer chez les élèves ? Des savoir-faire ou comportements spécifiques face aux textes », Lire la littérature à l’école de la GS au CM, Hatier, février 2002. (Cet extrait constitue le premier texte donné au partiel de l’UEP221 du 30 mai 2011)

3Chenouf Yvanne, Lire Claude Ponti encore et encore, Paris, Éditions Être, 2006

4Ces questionnaires figurent à la suite du billet.

 

 

 

 

 

Questions aux enseignants

La lecture littéraire comme je la définis est une lecture qui va au-delà d’une simple compréhension de premier niveau par les élèves. Elle implique que le lecteur ait conscience de sa position de lecture, et qu’il soit prêt à prendre différents rôles (les rôles de détective, de vagabond, de tisserand, pour reprendre ceux que Catherine Tauveron propose) pour accéder au sens du texte. Le lecteur doit accomplir un travail conscient de recherche sur le texte, pour le comprendre plus en profondeur, avoir accès à un sens plus fin par sa propre volonté. L’évaluation de sa compréhension ne peut donc se réduire à un questionnaire, car elle doit en partie émaner de ses ressources personnelles.

        A partir de quelle classe ou de quelle tranche d’âge pensez-vous qu’il est utile d’initier les élèves à la lecture littéraire ?

        De quelle manière abordez-vous la lecture littéraire en classe ? Comment justifiez-vous ces choix ?

        Trouvez-vous que la lecture littéraire est difficile à aborder avec les élèves ? Pourquoi ?

        De quelles manières permettez-vous aux élèves de comprendre les références faites par l’auteur ?

        Pensez-vous que les élèves sont dotés d’une culture littéraire suffisante pour aborder la lecture littéraire lorsqu’ils arrivent dans votre classe ?

Questions aux élèves

        Aimes-tu lire ? Pourquoi ?

        Quel genre de livres lis-tu à l’école ? À la maison ?

Lesquels préfères-tu lire ? Pourquoi ? Quelle différence fais-tu entre les deux ?

        Fais-tu parfois des liens entre les livres que tu lis ? Lesquels ?

        Quand tu apprécies un livre, cherches-tu à en lire d’autres du même auteur ? Pourquoi ?

Fais-tu des liens entre les livres d’un même auteur ? Lesquels ?

        Aimes-tu quand l’auteur fait références à des choses que tu connais ? Pourquoi ?

        T’arrive-t-il de te documenter pour retrouver des références faites par l’auteur ?

        T’arrive-t-il de lire plusieurs fois un même livre ? Pourquoi ?

J’ai conscience que ces questionnaires sont complexes et vont demander un temps de réponse important, pour les élèves comme pour les enseignants. Je vais chercher à modifier les questions pour qu’elles appellent des réponses plus courtes qui me permettraient malgré tout d’avoir des éléments d’étude pour bâtir ensuite une situation d’enseignement-apprentissage.

Un questionnaire auprès des intervenants musicaux

Afin de mieux cerner mon sujet et de trouver une ébauche de plan, je vais classer en plusieurs parties les questions que je me suis posées lors de mon premier billet, les reformuler et les compléter.

Questions du premier billet :
Quels sont les bienfaits de la musique sur les élèves ?
Les cours de musique dispensés à l’IUFM sont-ils suffisants ?
Quelles sont les compétences du musicien intervenant ?
La collaboration est-elle difficile entre le DUMISTE et le professeur ? Quelle est l’importance de la participation du professeur durant la séance musicale où le DUMISTE est présent ?
.
Introduction :
-De quelle façon la musique a-t-elle fait son entrée à l’école ?
-Quelle est la formation du musicien intervenant ?
-Quelles sont les compétences exigées du musicien intervenant ?
-Quel sont les différents aspects de ce métier ?
-Le DUMISTE doit-il être musicien ? Pédagogue ? Acteur du développement culturel ?

I- Le DUMISTE et les élèves :
-Qu’apporte la musique aux élèves ?
-La musique a-t-elle un impact sur la socialisation des enfants ?
-La musique est-elle un atout pour développer la mémoire ?
-A-t-elle un impact sur le niveau scolaire des élèves ?
-Peut-on parler d’interdisciplinarité lors des séances du DUMISTE ?
– Quels avantages les élèves retirent-ils de l’intervention du musicien ?

II-Le DUMISTE et les professeurs :
-Faut-il obligatoirement la présence d’un musicien professionnel pour enseigner la musique ?
-Comment définir les rôles du professeur et du DUMISTE durant la séance ?
-Qui se charge de définir ces rôles ?
– Le professeur doit-il animer/organiser/nourrir/participer pendant la séance du DUMISTE ?
-L’intervenant attend-t-il un comportement particulier de la part du professeur pendant sa séance ?
-Le professeur doit-il continuer seul la séance commencée par l’intervenant ?
-Pourquoi le professeur fait-il venir un professionnel pour la musique ?

Zoom sur une classe de CE2 qui visite le FRAC BN

Le blues du chien, exposition qui se tient du 6 octobre au 29 décembre 2012 au FRAC de Caen. Ci-dessus Paulien Oltheten, Man and Dog, 2002, vidéo sur DVD, 3mn en boucle, Collection FRAC BN.

 

Ce jeudi 29 novembre 2012, en début d’après-midi, j’ai rendez-vous avec Mathilde Johan. C’est elle qui est chargée du service éducatif du FRAC de la ville de Caen, le Fonds Régional d’Art Contemporain de Basse-Normandie [1].

Quelques minutes plus tard elle accueillera les treize élèves de la classe de CE2 d’une école caennaise accompagnés de leur institutrice et de leur directeur pour une visite d’une heure et demie de l’exposition Le blues du chien, tirée de leur collection.

C’est l’heure… Dès leur arrivée, les enfants sont invités à déposer, pour plus d’aisance, manteaux, bonnets, écharpes, gants et autres affaires dans deux grands bacs en plastiques prévus à cet effet par notre médiatrice qui leur demande de s’asseoir le long du mur blanc où l’on peut lire le titre de la collection Le blues du chien. Après s’être elle-même agenouillée face à eux, les deux accompagnateurs restés debout, l’une pour les photographier, l’autre pour veiller à l’attention de tous, elle introduit petit à petit l’exposition en présentant, grâce à des questions-réponses, le lieu, sa fonction, la définition d’art contemporain, la nuance entre « exposition » et « collection », la précédente exposition qu’ils avaient visitée, la nouvelle ainsi que les règles indispensables à tenir dans un lieu d’exposition.

 

L’exposition « Le blues du chien»

François Curlet, Bunker pour six œufs, 2011, béton, œufs frais, 17 x 20 x 40 cm, Collection FRAC BN.

Nous visitons deux salles, d’un blanc nouvellement immaculé qui a fait place à l’écrin de couleur noire de l’exposition de Stéphane Thidet Du vent (la dernière à laquelle avaient assistée ces élèves) l’une en rez-de-chaussée, l’autre à l’étage, qui réunissent les œuvres de la collection du FRAC.

En bas, les peintures et sculptures ont toutes un point commun : « la guerre et les questionnements politiques et économiques sous-jacents ». Parmi elles on compte, entre autres, une vidéo de trois minutes de Paulien Oltheten montrant la relation entre le chien et l’homme, le bunker pour six œufs de François Curlet, le casque allemand qui recueille de faux fruits tels une nature morte plastifiée de Présence Panchounette, l’armoire à pharmacie d’objets de guerre de Philippe Mayaux et les collages faisant référence à l’Irak, de Martha Rosler.

En haut, un thème domine : « la perception du visible dans la peinture abstraite contemporaine » [2],un mélange de lignes, d’illusions d’optique, de noir et blanc, de peintures, de sculptures et d’objet filmique à travers par exemple l’art optique de Philippe Decrauzat, le torchon-toile sans support de Noël Dolla et la vidéo en noir et blanc de deux mains parcourant un livre en braille d’Estefania Peñafiel Loaiza. Pour plus de détails, je vous laisse lire la présentation de l’exposition que vous trouverez sur le site du FRAC.

 

Les échanges entre la médiatrice et les enfants

Le positionnement des élèves

Dès le début, on peut observer que l’ambiance est plutôt détendue, les élèves sont mis « à l’aise » et cela passe tout d’abord par l’intégration de ces-derniers au FRAC.

Premièrement, Mathilde Johan leur demande de retirer toutes leurs affaires encombrantes, ce qui d’emblée met les CE2 en position de « visiteurs ». Ainsi ils parcourront l’exposition dans un lieu certes inconnu mais auquel ils seront, dès le départ et grâce à ce geste qui peut paraître simple mais qui est loin d’être anodin, « intégrés » . De la même façon qu’on n’assiste pas à un cours à l’école en gardant son blouson et son foulard, on ne visite pas un lieu d’exposition vêtu comme s’il s’agissait d’une promenade en forêt. Si l’on veut que la « rencontre » avec l’œuvre ait lieu, le corps doit être libre de tout mouvement, de toute entrave –si ce n’est celle dûe aux règles de comportement à tenir dans un musée ou une galerie.

Dans un deuxième temps, on peut ajouter qu’elle essaie de créer une certaine proximité entre elle et eux en leur demandant de l’appeler par son prénom et non pas « madame ».

Les élèves devant l’œuvre de Philippe
Decrauzat, Untitled [S], 2010, acrylique sur toile, 273 x 180 cm, Collection FRAC BN.

Pour finir, nous pouvons émettre quelques observations sur le « placement » des enfants tout au long de la visite. Avant de débuter l’analyse des peintures, sculptures et vidéos à proprement dite, Mathilde Johan leur laisse une dizaine de minutes pour découvrir, en autonomie, l’exposition, et ainsi « déambuler » comme ils le désirent à travers elle. Puis, et ce sera le cas pour chaque œuvre présentée, ils sont conviés à s’asseoir sur le sol, ce qui permet de les maintenir éveillés car un enfant de huit ans peinerait à rester debout durant une heure et demie sans succomber à la fatigue, à la déconcentration ou à l’envie de chahuter ou courir.

 

Le système de questions-réponses

Un enfant peut facilement céder à l’appel de ces-dernières si l’on ne porte pas assez d’attention à la place (physique) qu’il occupe. Toutefois, elles ne sont que des conséquences qui ne découlent pas uniquement du facteur « positionnement » mais, et c’est la base de tout « décrochement », de tout désordre, de toute cohue, du grand mal qui guette chaque professeur afin d’envahir ses élèves : l’ennui. Un élève qui s’ennuie se fatigue vite. Un élève qui s’ennuie se déconcentre vite. Et enfin, un élève qui s’ennuie cherche vite un moyen de pallier à son ennui et ce bien souvent dans le chahut.

En tant qu’observatrice, je n’ai pu que constater que ce petit groupe de treize élèves ne s’ennuyait pas du tout –certes, ce nombre restreint joue certainement lui aussi un rôle dans le maintien de leur concentration, peut-être pour ne pas dire sans doute était-ce plus aisé de garder celle de quinze élèves que de trente-cinq. Le travail de la médiatrice y est pour beaucoup. Effectivement, elle ne se contente pas de présenter les œuvres aux enfants telle une bonne élève qui réciterait sa leçon. Grâce à ce que je qualifierais sommairement -et de façon quelque peu réductrice puisqu’il s’agit là d’un véritable travail de la part du médiateur culturel mais ce n’est pas le propos de cet article- un « système de questions-réponses », Mathilde Johan les pousse sans cesse à sortir de leur passivité en s’interrogeant d’abord sur les formes, les couleurs, puis sur le sens. De cette manière ils sont véritablement « acteurs » de la visite, elle est le guide qui les accompagne sans leur donner toutes les clefs. Au contraire, ce sont à eux d’aller les chercher, et cela fonctionne très bien puisqu’à chaque question toutes les mains ou presque s’empressent de se lever pour répondre.

Afin d’illustrer mon propos, je retranscris ci-dessous un dialogue entre Mathilde Johan et les élèves au sujet du bunker pour six œufs de François Curlet :

L’enseignant et le dossier pédagogique

Le dossier pédagogique

Il est assez mince et donc composé de dix pages organisées de la façon suivante :

– Vues de l’exposition : une « page-galerie » de photos d’œuvres que l’on peut découvrir lors de l’exposition

– Quelques références

  • Subversion : dans cette sous-partie sont évoquées les œuvres de la première salle (celle qui a pour sujet la guerre) en les mettant en parallèle avec une citation sur « l’idiotie » extraite du livre de l’écrivain et critique d’art Jean-Yves Jouannais [3], la pratique artistique du photomontage, des groupes d’artistes (les Incohérents, le mouvement Dada, Fluxus) et l’artiste Bruce Nauman.
  • Abstractions : sur le même principe que pour la sous-partie qui précède, on illustre ici les œuvres de la seconde salle à travers des groupes d’artistes (Gorgona, Supports/surfaces) auxquels elles appartiennent où font référence et d’autres artistes qui s’en rapprochent.

– Quelques pistes – Liens avec les programmes de collège et lycée : plusieurs notions se succèdent dans cette double page comme les jeux de regards, le rythme ou encore la temporalité. Toutefois, comme précisé dans le titre, les programmes de l’école élémentaire sont totalement oubliés au profit de ceux du secondaire.

L’enseignant peut également s’aider du dossier que l’on trouve à l’entrée et qui présente chaque œuvre et chaque artiste.

L’enseignant, sa place et son projet

Lors de cette sortie les élèves étaient accompagnés, je le répète, du directeur de leur école et de leur institutrice. L’un ayant l’œil sur les CE2 et l’autre dans l’objectif prête à immortaliser œuvres et élèves. Ces deux derniers étaient donc en retrait par rapport à la médiatrice, se plaçant également dans la position de « visiteurs », et n’intervenant jamais.

Après avoir discuté avec l’enseignante, j’ai découvert que cette visite était le point de départ de sa séquence en arts visuels pendant laquelle elle travaillerait probablement sur l’illusion d’optique, courbes et graphismes et n’était donc pas intégrée à une plus large séquence voire à un projet interdisciplinaire plus important dont elle constituerait un des éléments. Bien qu’il y ait un « pendant » et un « après », il n’y a pas eu d’ « avant » à cette visite. On peut alors imaginer sans bien sûr l’affirmer que, cette sortie n’ayant pas déjà été réfléchie et introduite par des activités en arts visuels (ou dans d’autres disciplines), les productions à venir des enfants se borneront à de l’imitation et/ou réinterprétation de ce qu’ils ont vu et enregistré.

Pour finir, on peut souligner le fait que cette école apparaît comme un partenaire assidu de l’éducation muséale puisqu’elle organise régulièrement des sorties au FRAC et qu’elle a d’ailleurs prévu de revenir en janvier pour l’exposition sur l’eau qui s’y tiendra.

 

Cette première visite fut donc très instructive du point de vue non seulement de la médiation et de son rôle auprès des élèves mais également au niveau de la très surprenante participation et de l’intérêt manifesté par ces derniers. Bien sûr, le but étant de la relater tel un compte-rendu, il ne s’agit pas d’en tirer une analyse particulière et de l’étendre à une généralisation, une classe ne fait pas l’autre, et un musée non plus. Il me faudra donc plus d’une visite pour recueillir quelques éléments dissemblables et communs qui nourriront efficacement et pleinement mon sujet sur l’éducation artistique et muséale à l’école primaire.

 


[1] Pour plus d’informations concernant la création du FRAC, sa structure, ses services ainsi que sa collection et ses expositions voire le site du FRAC.  En voici un extrait qui illustre cette dernière phrase : « Créé en 1983, dans le cadre de la politique de décentralisation conduite par le Ministère de la culture et chaque nouvelle Région, le Frac Basse-Normandie a pour mission de bâtir en région une collection patrimoniale qui reflète la création contemporaine, de diffuser cette collection et l’art contemporain en région auprès des publics les plus divers, d’en faciliter l’accès par un programme de sensibilisation à l’art contemporain, enfin une mission de production et de soutien à la création contemporaine. » 

[2] Ces deux citations sont extraites du site du FRAC, dans la catégorie « Expositions » qui présente « Le blues du chien ».

[3] Jean-Yves Jouannais, L’idiotie, art, vie, politique-méthodes, éditions Beaux-Arts, Paris, 2003, 1 vol. , 280 pages.

Créatures fantastiques et bestiaire médiéval

http://nosmarmots.com/tag/dessins/

 

A partir de mon projet de TER autour du bestiaire entre arts et littérature, j’ai construit une séquence ayant pour objectif la réalisation d’un bestiaire médiéval dans une classe de CE1, à travers trois séances. Cette séquence a permis de construire à la fois un lien étroit entre arts et littérature, une représentation précise des bestiaires du Moyen-Age chez les enfants, à la fois s’appuyant sur la réalité et une représentation symbolique et imaginaire des animaux, et leur a permis de se familiariser avec la notion de créature hybride fantastique, tout en développant des compétences littéraires (écriture, grammaire, syntaxe, orthographe) et artistiques (emploi de différentes techniques de dessin dans le but de réaliser une enluminure, stimulation de l’imagination pour la création des monstres).

  • Première séance :

Réalisation de monstres à partir de l’atelier interactif proposé par l’exposition « Bestiaire » du site de la Bibliothèque nationale de France (http://expositions.bnf.fr/bestiaire/pedago/monstres/index.htm)

Matériel : 13 postes, un par élève en demi groupe.

Objectifs : Stimulation de l’imagination, travail en autonomie, manipulation de l’ordinateur.

Etapes : A partir du site de la BNF, chacun doit créer un monstre le plus original possible sur le logiciel en ligne. L’intervenante crée un monstre elle même, à titre d’exemple. La page est déjà ouverte sur chaque ordinateur ; les élèves créent leur monstre en autonomie. Quand ils ont fini, l’intervenante sauvegarde le travail puis les élèves ferment la fenêtre.

  • Seconde séance :

Matériel : vidéoprojecteur, documents préparés sur le dragon, le basilic et le poiseau (animal fantastique constitué à partir du site).

Objectif : Construire une grille d’écriture et trouver un nom à leur créature.

Compétences : s’exprimer à l’oral avec le vocabulaire approprié et identifier différentes catégories qui permettent la description d’une créature (apparence, habitat, nourriture, Amis/ennemis, pouvoir, point faible).

Déroulement : Projection de la fiche sur le basilic et présentation: lecture, explication des mots compliqués. Après cette présentation, demander aux élèves ce qu’on a dit sur la créature et noter au tableau à quelles rubriques ces informations appartiennent.

Même démarche avec la feuille sur le dragon.

Projection de l’image du Poiseau sans le texte. Demander aux élèves pourquoi il s’appelle comme ça ? Si ils ne trouvent pas, on peut leur demander de quels animaux le Poiseau semble constitué. Suite à cela, demander aux élèves d’imaginer quelles pourraient être les caractéristiques de la créature dans chacune des rubriques.

Leur distribuer leurs créatures et leur faire trouver un nom.

  • Troisième séance :

Matériel : vidéoprojecteur, fiche d’aide (format numérique et format papier (x24)), texte à trou (format papier), fiche d’aide sur les monstres (2 ou 3), Texte de description du Poiseau au format numérique et le Dragochèvre au format numérique.

Objectifs : leur permettre de remobiliser les connaissances acquises lors de la semaine précédente pour les préparer à faire eux-mêmes une description étoffée de leur créature.

Compétences : emploi d’un vocabulaire riche, prise de parole de plus en plus longue et organisée et stimulation de l’imagination.

Déroulement : projection du Dragochèvre. Faire inventer un nom aux élèves et leur faire inventer une description également. Projeter et présenter la fiche d’aide : explication et définition du vocabulaire. Projeter la fiche d’aide sur les monstres lorsqu’on arrive aux mots « centaures » et « griffons ».

Donner les consignes des deux ateliers :

Atelier 1 : « Réalise une description écrite de ta créature ».

Atelier 2 : rappel de ce qu’est une enluminure : une image qui accompagne un texte pour le rendre plus agréable à regarder. Consigne : « Partez de votre créature pour créer une enluminure qui ira avec la description que vous en aurez faite, mais seulement avec des traits noirs. L’enluminure représentera votre animal, avec un décor derrière ».

Objectif : constitution d’un recueil (Bestiaire) avec le monstre sur la première page et la description et l’enluminure sur la deuxième.

  • Atelier 1 :

Matériel : feuille/cahier, crayons, feuille du monstre et feuille d’aide à la description d’une créature fantastique.

Compétences : écrire seul des mots déjà connus, rédiger de manière autonome un texte court, organiser des idées, choisir du vocabulaire, prêter attention à l’orthographe, acquérir des mots nouveaux, s’exprimer de façon précise et respecter la forme de la phrase.

Dispositif d’aide pour les élèves en difficulté : le modèle de la description du Poiseau vidéoprojeté, le texte à trou (qui reprend la forme du texte descriptif du Poiseau qui sera vidéoprojeté) et la dictée à l’adulte.

Déroulement : distribuer les feuilles d’aide. Faire reformuler les consignes, puis temps de travail en autonomie avec aide. Écrire au stylo en sautant une ligne.

  • Atelier 2 :

Matériel : feuille demi A4, plumes, stylo, crayons noirs.

Compétences : réalisation d’images fixes avec la technique du dessin, trouver un effet plastique qui fasse ressortir l’animal du décor et produire un dessin détaillé avec des traits fins.

Déroulement : Distribution des feuilles au format A4 et du matériel. Travail en autonomie avec aide.

Le bestiaire, un projet entre arts et littérature

http://immaculee-angers.anjou.e-lyco.fr/espace-cdi-documentation/decouvrir/les-activites-au-fil-des-mois-/bestiaire-et-maximonstres-1896.htm

Dans le cadre de mon travail de recherche, j’ai décidé de m’intéresser au thème du bestiaire, comme élément permettant de travailler dans les classes des trois cycles à la fois en arts et en littérature. Les questions que je me pose sont les suivantes :

-En quoi la création d’un bestiaire permet-elle de créer un lien entre arts et littérature ?

Et pour aller plus loin : en quoi un projet mêlant arts et littérature permet-il aux élèves de développer des compétences liées à un travail entre plusieurs disciplines, en leur permettant d’être polyvalents, de créer du lien ?

-En quoi le thème du bestiaire peut-il permettre de mobiliser plusieurs disciplines ? Différentes formes d’expression? Différents arts ? Différents genres littéraires ? Différentes formes d’approche scientifique ?

-En quoi le thème du bestiaire permet-il de construire une vision de l’art et de la littérature à travers le temps et l’espace ? En quoi permet-il : d’aborder différentes périodes historiques ? différentes cultures ? de construire la notion d’histoire de l’art ? de réfléchir à la distinction entre réalité et imaginaire ? de construire la notion de démarche scientifique ? de démarche artistique ?

Afin d’étayer mes recherches, j’ai constitué un questionnaire à l’attention de l’enseignante qui me reçoit en stage, constitué des questions suivantes :

Que pensez-vous de la polyvalence du professeur des écoles ?

La mettez-vous à profit dans votre manière d’enseigner ?

Comment traitez-vous l’enseignement de l’art dans votre classe ?

Considérez-vous les arts visuels comme une matière indépendante du reste des enseignements, ou

les intégrez-vous parfois dans une démarche pluridisciplinaire ?

Que pensez-vous de l’interdisciplinarité entre arts et littérature ? La pratiquez-vous ?

Que pensez-vous que pourraient être les apports d’un thème tel que celui du bestiaire dans le cadre

d’un projet en arts et en littérature ?

Durant mon stage dans une classe de CE1, j’ai également mis en œuvre le thème du bestiaire dans le cadre d’un projet entre arts et littérature, avec pour objectif la réalisation d’un bestiaire médiéval fantastique. Cette activité intervient après une séance de découverte avec les élèves des éléments constitutifs d’un bestiaire du Moyen-Age (animaux possédant des caractéristiques plus ou moins vérifiables, textes descriptifs à vocation scientifique, enluminures…). Ce travail sera constitué, sur la page de gauche, de la créature réalisée par les élèves sur le site de la bibliothèque nationale de France à partir de l’exposition interactive à propos des bestiaires du Moyen-Age, sur la page: http://expositions.bnf.fr/bestiaire/pedago/monstres/bestiaire.htm. J’ai affiché plus haut un exemple des créatures que l’on peut inventer à l’aide de ce logiciel. La page de droite sera constituée d’une description manuscrite de leur créature, nommées à partir des animaux qui la constituent, description complétée par une enluminure réalisée avec des traits noirs, dans le cadre d’un travail sur l’opposition (ici entre le noir et le blanc) au programme de la période dans la classe.

Cette expérience m’a donc permis de constituer une bibliographie, à partir des fiches pédagogiques mises à disposition par la BNF, et de l’article consacré au bestiaire sur l’encyclopédie Universalis en ligne : ces deux éléments, réalisés par des historiens et scientifiques, constituent de fait une base scientifique à mon travail, en présentant notamment une ouverture possible sur les problèmes à aborder en classe avec les élèves, notamment le problème de l’authenticité et de la dimension symbolique des bestiaires du Moyen-Age, de même que dans les œuvres contemporaines, avec par exemple l’album Éléphasme, rhinolophon, caméluche et autres merveilles de la nature de Philippe Mignon, présentant des chimères dont l’auteur assure qu’elles ont réellement existé, ou encore l’approche surréaliste du bestiaire de Pablo Picasso.

http://maternelle-hauterives.over-blog.com/article-les-animaux-de-la-ferme-par-les-artistes-44675563.html

Bibliographie :

-Trois fiches pédagogiques consacrées aux livres d’animaux, à la faune symbolique chrétienne et aux animaux fabuleux sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, que vous pouvez consulter à l’adresse : http://expositions.bnf.fr/bestiaire/pedago/ind_fich.htm

-L’article « Bestiaires » de l’encyclopédie Universalis en ligne par Daniel POIRION

Bibliographie indicative d’œuvres à exploiter : (notamment autour de la problématique de la distinction entre réel et imaginaire)

Comptines du soir. Petites histoires dont les animaux sont les héros, Collection Ma petite boîte à musique, Tana éditions, 2009, illustrations : J.P Gauthier, Fabrication : Thomas Lemaître

Etonnant bestiaire, Michèle Mira Pons, Actes Sud Junior, 2010, illustrations : Marion Montaigne

Éléphasme, rhinolophon, caméluche et autres merveilles de la nature, Philippe Mignon, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2012

Histoires de squelettes, Jean-Baptiste de Panafieu, Gallimard Jeunesse, Collection Albums documentaires, 2012

Axinamu, Francesco Pittau, Bernadette Gervais, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2010

Oxiseau, Francesco Pittau, Bernadette Gervais, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2010

Nacéo, Francesco Pittau, Bernadette Gervais, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2012