Archives de catégorie : Controverses

« Mais, euh.. sans indiscrétion, pourquoi prof de FLE, t’aimes pas l’argent ? »

Ah, ça, il l’avait entendu beaucoup trop de fois ; et dans un souci quasi perpétuel de justification, son explication suivait constamment la même rengaine.

Il disait qu’il avait toujours eu vocation à aider les gens, qu’il souhaitait combattre l’injustice et promouvoir l’égalité des chances pour chacun. Envahie par un désir profond d’ambition sociale, sa mère avait voulu en faire un médecin ou un avocat. Malheureusement pour elle, peu friand du droit et grand hématophobe, ces carrières n’avaient jamais fait partie de ses options.

Pendant longtemps il avait songé à être assistant social, mais après avoir entendu les paroles d’un grand homme, disant que « l’éducation était l’arme la plus puissante qu’on pouvait utiliser », il s’était destiné au professorat. Quant à la matière qu’il allait enseigner, il avait longuement hésité. Optant en premier lieu pour les mathématiques, dont les résultats au collège frôlaient la perfection. Il avait lâché prise, lorsqu’à son arrivée en seconde, il avait pu constater que les calculs de plus en plus complexes, avaient remplacé les chiffres par des lettres. Voyant ainsi ses résultats dégringoler, il s’était rabattu vers sa seconde matière préférée, l’anglais.

Ah, les langues et lui, quelle histoire ! Il aurait pu choisir l’allemand qu’il apprenait depuis l’âge de dix ans mais trouvait cette langue affreusement laide, alors qu’il associait consciemment l’anglais aux États-Unis et au rêve américain. Le rêve américain.. C’est en souhaitant y accéder que son aventure avec le FLE avait commencé. En effet, pensant qu’enseigner l’anglais à des Américains natifs serait inutile, il s’était tourné vers le français et avait décidé qu’il orienterait ses études supérieures dans ce sens là. Ce n’est que plus âgé, qu’il avait réalisé que les États-Unis n’étaient pas si idylliques qu’ils n’y paraissaient dans les séries télévisées, et qu’il valait mieux y séjourner quelques jours pendant des vacances que d’y vivre. Pourtant, il tenait toujours à enseigner le français.

Son master FLE entamé, il avait eu la chance d’enchaîner les stages et les actions bénévoles en tant que professeur de français auprès de publics divers et variés. Des primo-arrivants aux enfants d’ambassadeurs souhaitant perfectionner leur niveau C2 en langue française, il en avait côtoyé du beau monde. Lors de soirées, il aimait se vanter d’avoir fait le tour du monde sans avoir eu besoin de quitter Paris et sa petite couronne et partager des anecdotes qu’il avait eues avec ses apprenants. Il n’avait jamais autant appris sur lui-même et sur l’Autre, depuis que son rôle était de faire apprendre.

Après avoir épluché les offres d’emplois FLE sur différents sites internet, il avait réalisé que la grande majorité des rémunérations mensuelles brut à temps plein n’excédaient pas huit cents euros, que ce soit en France ou à l’étranger. Il avait bel et bien compris qu’en continuant sur cette lancée, il ne payerait pas l’ISF.. Société capitaliste oblige, ses propres collègues masterants se demandaient ce qu’ils faisaient dans une filière, qui les conduirait à une profession aussi instable que précaire. Il voulait vivre de ce qu’il aimait faire, quitte à ne pas être propriétaire.. Adepte de la philosophie « carpe diem », il se voyait prendre les choses telles qu’elles se présenteraient, en privilégiant les expériences hors de la métropole. Et si cela finissait par l’ennuyer, il était sûr qu’il trouverait le moyen de se réorienter.

Pour l’heure, convaincu que se justifier ne servait plus à rien, il décidait pour la toute première fois de changer son argumentation et répondit à son ami « Si , si, mais bien sûr que j’aime l’argent ! C’est pour ça que j’épouserai une cadre, 45 K€ par an, minimum ! »

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Lire : à quoi ça sert ?

A en croire Le Clézio, la lecture aurait mille et un bienfaits (en réalité, il en cite uniquement treize), alors, pour quelles raisons, dans notre société actuelle parle-t-on d’une crise de la littérature ?

Le fait est, que la lecture, comme la plupart des humanités en général, perd d’année en année un intérêt grandissant. Certains ne se gênent pas pour rejeter la faute sur l’ère numérique. Cette révolution technologique qui permet à tout un chacun (enfin, à une grande majorité de ceux situés dans l’hémisphère nord) d’avoir un accès rapide et simple à internet, aux ordinateurs et aux smartphones. Sans omettre la diffusion d’émissions éducatives aux heures de grande écoute, sur plusieurs chaînes nationales gratuites, comme « Secret Story », « Les Marseillais vs les Ch’tis : la revanche a sonné » ou encore « Les Anges de la télé-réalité all star : leurs vacances à Ibiza ». Par conséquent, à choisir entre un loisir ne requérant pas une charge colossal de travail intellectuel et un plaisir, qui en plus de nous faire utiliser de multiples circuits neuronaux, coûterait en moyenne 6 euros (prix moyen d’un livre de poche), il faut croire que le choix serait vite fait.

Pour ma part, m’appuyant sur mon parcours scolaire en France, j’accuserais les choix didactiques de la littérature imposés par le gouvernement dès le secondaire. Triste est de constater, qu’on ne parle pas de l’enseignement de la littérature mais de « cours de français », où les extraits d’ouvrages sont davantage utilisés pour étudier les différents procédés d’écriture mis en place par l’auteur lors de l’élaboration de son œuvre, que ce soit en analysant les différentes figures de style ou encore, en repérant les différentes modalités d’énonciation dont il a fait usage dans toute son œuvre. Ajoutons à cela, les rédactions de commentaires composés, dissertations ou récits d’invention, qui ne laissent place qu’à très peu (pour ne pas dire aucune) de créativité de la part des élèves. Néanmoins, la littérature est enseignée en terminale littéraire (soit une année !), qui est la classe la moins plébiscitée et la moins peuplée dans le parcours général. En effet, l’effectif y est deux fois moins élevé que dans un cursus économique et sociale et trois fois moins élevé que dans un cursus scientifique. Ayant moi-même suivie la voie littéraire, c’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à apprécier la littérature, faisant connaissance avec Les liaisons dangereuses de Laclos.

En contexte FLE, l’enseignant a beaucoup plus de liberté. En proposant des manuels ou ses propres choix d’œuvres littéraires, qui seraient accompagnés d’activités mettant en valeur le texte en lui-même. Autrement dit, cela viserait l’affectivité des apprenants et leurs (ré)interprétations d’un ouvrage tout en travaillant différentes compétences langagières. De même, il est possible d’aborder ce qui ressort du domaine de l’interculturel à l’aide d’un ouvrage. Le rôle d’un enseignant de FLE serait alors d’amener les apprenants vers la gratuité de la lecture, c’est-à-dire, leur proposer des extraits de livres qui leur donneraient goût pour des œuvres qui engloberaient toute la francophonie, sans toutefois leur en imposer la lecture.

Pour répondre à l’interrogation posée plus haut, lire devrait aussi bien servir à se divertir qu’à se cultiver. C’est pourquoi, n’ayant (malheureusement) pas la science infuse et devant étudier plusieurs pistes pour la rédaction de mon mémoire, lire deviendra ma préoccupation quotidienne durant les prochains mois.

Je vous conseille d’en faire tout autant.

Bibliographie :

Jean-Marie Gustave Le Clézio, Un livre : à quoi ça sert ?, L’Extase Matérielle, Collection Folio Essai, édition Gallimard, 1993.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l’Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Petite philologie de l’identification

Pour des didacticiens de la lecture littéraire, nourris des écrits de Jauss, Iser et plus récemment Vincent Jouve, les dernières lignes de « La littérature enfantine », semblent remettre totalement en cause les fondements actuels de la théorie de la réception : « Nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes. Les enfants, eux tout particulièrement et tout le temps, lisent ainsi : en incorporant, mais non en identifiant » (p. 136). Benjamin nie-t-il le processus d’identification, qui selon Picard puis Jouve, fonde le statut du lecteur ? Plus encore, l’identification est au cœur du processus de la lecture subjective, qui actualise en nous le lecteur réel. Et quelle différence Benjamin fait-il réellement entre « incorporer » et « s’identifier » ? La suite du texte semble apporter un élément de réponse : « Leur lecture est dans un rapport très intime bien moins avec leur culture et leur connaissance du monde qu’avec leur croissance et leur puissance » (p. 136). L’identification serait d’ordre culturel, et donc un rapport d’extériorité ; l’incorporation serait de l’ordre de l’intime, à la limite de l’inconscient comme en témoigne l’emploi du terme « puissance » ; cette interprétation semble validée quelques lignes plus haut par l’affirmation selon laquelle « nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes ».

Il ressort de cette analyse que l’identification de Benjamin n’est pas l’identification des théoriciens de la réception. Le détour par le texte original de Benjamin lève définitivement l’indétermination. Ce dernier écrit : « einverleibend, nicht sich einfühlend » (p. 257) https://archive.org/details/GesammelteSchriftenBd.7

Einverleiben désigne effectivement l’action très matérielle, concrète, d’ingestion, ou d’annexion. Une volonté de faire sienne une extériorité. Sich einfühlen n’est en fait pas le mot que l’allemand utiliserait pour désigner le processus identificatoire tel qu’il est envisagé par la théorie de la réception. Il existe, en effet, le verbe sich identifizieren ; pour l’assimilation à quelqu’un ou à quelque chose, l’allemand emploie sich gleichsetzen. Sich einfühlen désigne en fait un processus totalement inverse de sich einverleiben : le fait de se mettre à la place de quelqu’un (par empathie ou par sympathie), donc un processus d’extériorisation. Dans les deux cas, il s’agit de ce que le français nomme identification ; mais ce sont les deux modalités de ce processus qui se trouvent envisagées et opposées : ce que nous pourrions rebaptiser l’appropriation (intériorité, augmentation de soi-même) et la projection (extériorisation de soi-même). Ainsi pour Benjamin l’identification, dans le processus de la lecture chez l’enfant, consiste à s’approprier  (einverleben) non à se projeter (sich einfühlen). Notons que les deux nouveaux termes que nous proposons ne traduisent évidemment pas mot à mot einverleben et sich einfühlen. Ils donnent une idée du sens qu’ont sans doute ces termes pour Benjamin, dans une langue, une époque, et une optique conceptuelle différentes…

Comment alors comprendre la différence que pose Marie-Aude Murail entre identification et projection[1] ? En effet selon elle la condition non négociable de l’identification est la similitude d’âge et de sexe entre le lecteur et le personnage ; dans tous les autres cas elle substitue le terme de projection. Elle prend d’ailleurs pour exemple sa passion pour Arsène Lupin à l’âge de douze ans. Doit-on alors choisir Marie-Aude Murail contre Walter Benjamin ? L’analyse philologique qui précède semble incliner à davantage de précautions… En effet, Marie-Aude Murail avoue avoir été, adolescente, éperdument amoureuse d’Arsène Lupin : cette projection dans l’être aimé a tout l’air d’une incorporation… Toute décalée que puisse apparaître la référence à la conception néoplatonicienne de l’amour, on aurait envie de conclure : toute projection amoureuse est incorporation. Mais l’amour n’est pas la lecture. A moins que…

Words, words, words…

(Hamlet, II, 2).

 

 



[1] Marie-Aude Murail « Réflexion autour de deux notions fondamentales : l’identification et la projection », http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/html

 

 

Comenius, le signe et le mot

Joh. Amos Comenii, Orbis sensualium pictus quadrilinguis

Fac-similé de l’édition de 1658

 

Titre complet : Omnium fundamentalium, in mundo rerum, et in vita actionum, Pictura et nomenclatura

Dans le court texte La Littérature enfantine, W. Benjamin écrit à propos de Comenius qu’il cherche à « émanciper l’image autant que possible du mot » (p.127),  à élaborer un« nouveau système de signes, normé et sans mots » (p. 128). Si indéniablement la simplicité de l’image semble se suffire à elle-même, il semble difficile d’adhérer totalement à l’interprétation de Benjamin : dans l’édition de 1685 le choix du quadrilinguisme (latin, allemand, tchèque, hongrois), des listes de vocabulaire et de la nomenclature nous semble au contraire vouloir relier signe, mot et sens, et donner à l’enfant les moyens d’habiter le monde, d’un vocable à l’autre, d’une langue à une autre. Le choix des langues en lui-même nous semble particulièrement significatif : le tchèque (langue maternelle de Comenius) est une langue slave, l’allemand vient du francique, le latin est la langue de la science au 17ème siècle, et la matrice des langues romanes ; quant au hongrois il fait partie des langues non indo-européennes, et participe encore davantage à l’élargissement linguistique de la nomenclature. La pédagogie du signe semble ici fortement reliée à celle du mot…

Orbis sensualium pictus (édition de 1658): http://de.wikipedia.org/wiki/Bild:Orbis-pictus-001.jpg

Sur Comenius: http://bohemica.free.fr/auteurs/comenius/presentation_comenius.htm