Archives de catégorie : 0. Tutorat

La réécriture théâtrale

Héloïse L’Orphelin

La réécriture théâtrale

Pour le mémoire de l’année scolaire 2012-2013, je compte travailler sur la notion de réécriture théâtrale et donc tout ce qui est pris en compte dans la transposition orale d’un texte écrit.

Lors de cette séance, nous nous sommes penchés sur la notion de problématique.

Car, en effet, c’est un concept souvent assez difficile à définir, de par sa complexité et par ses nuances.

Lors de ce travail de réflexion, nous avons défini la problématique comme étant un ensemble de problèmes concrets auxquels on essaie d’apporter des solutions vérifiées par la pratique, par la lecture. Elles sont contextualisées, on doit apporter des solutions provisoires.

Selon E. Benveniste, “une méthode aux prises avec les difficultés d’un problème réel se laisse au moins juger sur les solutions qu’elle propose, tandis qu’à raisonner sur des conclusions acquises, on est sûrs de gagner sans risque et de n’enseigner que le contenu”

Cette citation pose la problème de l’engagement. En effet, il faut s’engager, montrer ses doutes et ses questionnements. On ne va pas apporter de solutions aux problèmes, mais cela engendre une prise de risque. On peut apporter des réponses, montrer ses convictions.

Cette séance de tutorat nous aura aussi permis de réfléchir autour de notre thème de Mémoire, de nous poser des questions quant à ce que nous voulions montrer, ce sur quoi nous voulions travailler, et si nous devions avancer dans la continuité de notre TER ou changer complètement d’axe de recherche.

Cela nous a permis d’extraire quelques mots clés pour la rédaction de notre mémoire, comme par exemple dans mon cas, les suivants: théâtre-conte-transposition écrit-oral-jeu d’acteur-mise en oralité-réécriture théâtrale.

Puis nous avons réfléchi sur des questions que nous pouvions nous poser, ce qui nous a amenés à formuler des problématiques provisoires telles que :

-En quoi la transposition d’un texte écrit (conte) à une mise en oralité de ce dernier (théâtre) permet-elle de parler de réécriture théâtrale?

-Comment articuler un texte littéraire fait pour être lu avec une mise en oralité de ce texte?

Aspects théoriques (textes de typologies différentes) et Pratiques (mise en jeu scénique).

 

Puis nous avons pu commencer également à réfléchir sur un titre provisoire pour ce mémoire, comme par exemple:

-Du conte au théâtre, la réécriture théâtrale.

 

Bien évidemment, tout cela n’est que provisoire, ce n’est que le résultat de cette première séance de tutorat.

 

Références bibliographiques:

– M.C Hubert, Les formes de la réécriture au théâtre, ed. PUP. (note sur ce livre : http://srhlf.free.fr/PDF/Formes_reecriture_au_theatre.pdf)

Les contes en Re-création, Laetitia Orecchioni , CRDP Académie de Montpellier, Site de Nimes.

Un colloque en préparation à ce sujet (S.M.):

http://www.fabula.org/actualites/l-adaptation-the-trale-et-la-reecriture-experimentations-sceniques-et-puissances-de-contestation_21260.php

Ne pas oublier le théâtre jean Vilar : http://espace-jean-vilar.com/

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les comptines : un outil d’apprentissage

Mon projet de mémoire ne sera pas la continuité de mon travail commencé l’année dernière, en effet cette année j’ai décidé de travailler sur les comptines. Les comptines sont appréciées des enfants car bien avant qu’ils deviennent des élèves celles-ci font déjà partie de leur univers, de leur quotidien. Avant l’entrée à l’école, elles créent un lien privilégié entre la mère et son enfant et j’aimerais montrer que ce lien se poursuit dans le cadre scolaire. Les comptines plaisent par leur caractère ludique mais elles sont aussi un moyen pour les enfants d’entrer dans les apprentissages grâce à leurs caractéristiques: les sons, les rimes, le rythme musical etc.

Dans ce projet je souhaite me centrer sur cette question : Comment les comptines favorisent-elles l’acquisition du langage en cycle 1 et 2, plus particulièrement en grande section de maternelle?

 Pour pouvoir répondre à cette question ma tutrice m’a suggéré de trouver un corpus de comptines ou alors de constituer ce corpus moi-même en sélectionnant les éléments que j’aimerais pouvoir analyser. Je suis en train de rechercher un corpus de 5 à 6 comptines pour pouvoir réaliser un travail lors de mon prochain stage à Cambremer auprès des élèves de moyenne et grande section. J’aurai pu choisir de travailler avec les petites ou moyennes section car le développement du langage oral est tout aussi important mais mon choix s’est finalement tourné vers les grandes section pour plusieurs raisons. Dans un premier temps je souhaite travailler sur la conscience phonologique et la grande section est le niveau le plus adapté pour cela, car il prépare à la lecture et l’écriture qui seront davantage développées en CP. Je cible mes recherches et mon travail sur l’étude des sons et donc l’étude des rimes qui sont très présentes dans les comptines. Dans un second temps j’aimerais travailler sur le corps humain.

Lors de mes recherches je me suis aperçue qu’il n’y avais pas réellement de séquence à partir d’une comptine, en effet la comptine est utilisée lors d’une séance ou alors certains enseignants l’utilisent en tant que lecture plaisir et n’en font pas un réel objet d’apprentissage. Je me suis alors demandépourquoi les enseignants utilisent-ils les comptines sur les temps calmes plutôt que comme objet d’apprentissage? Comment peut-on la rendre plus utile pour obtenir une progression?

Marine Laubin

Bibliographie

– Goëtz-Georges Marie, Apprendre à parler avec des comptines, Retz, Paris, 2006.

– Besche Gisèle, Avec mes oreilles et ma bouche, avec mes yeux, avec mes doigts, Éditions de l’école, Paris, 1976.

– Arelo Andy & Delalande Julie, Cultures enfantines, Presses universitaires de Rennes, 2010

– Bruley Marie-Claire & Painset Marie-France, Au bonheur des comptines, Didier jeunesse, Paris, 2007.

Du TER au mémoire avec Anthony Browne

Tout_change_la_chambre_de_Joseph.jpg
Illustration extraite de Anthony Browne, Tout change, Ecole des loisirs, 2004

Tableaux d’art dans les albums de jeunesses ?

Transformations et métamorphoses des images et de l’esprit ?

Lors de notre premier atelier tutorat, nous avons collectivement effectué un retour sur les TER de chacun en réfléchissant mutuellement sur ce qui n’a pas été et ce qui s’est au contraire bien déroulé. Cela a permis de reposer des bases de travail et de faire le point afin de repartir dans un projet de recherche avec les idées claires. A propos de mon sujet de TER, « L’album de jeunesse, par les illustrations, permet-il de faire l’expérience de l’art pictural et graphique ? L’illustration enfantine pour une première accession à l’art ? », nous avons évoqué plusieurs confusions et oublis qui seront corrigés dans mon mémoire. En effet, il est ressorti de cette rencontre que mon projet de recherche resterait sensiblement le même mais que ses axes de questionnement seraient remodelés et que de nouvelles lectures théoriques seront à effectuer.

Mon travail de recherche étudiera les mécanismes de la transformation et de la métamorphose dans la corrélation texte/images de deux albums de littérature de jeunesse : Tout change d’Anthony Browne et un second encore à définir. L’examen des illustrations de A. Browne conduira cette étude sur la piste des surréalistes, de l’onirisme, du désir. De ce fait et dans un premier temps, les lectures d’Anthony Browne de Christian Bruel, d’articles sur le surréalisme et le dadaïsme ainsi que des passages de L’Interprétation des rêves de Freud sont préconisées.

L’intégration de ce projet à l’école s’établira autant que possible autour d’une séquence en Arts Visuels et de séances en Français dans une classe de CE2. Le parcours culturel présent dans le projet d’école proposera peut-être l’axe d’une piste à explorer. En effet, ma journée d’observation dans l’école m’a permis de savoir que les disciplines en jeu dans les Arts Visuels sont fortement délaissées.

Toutes ces pistes tourneront autour de la question qui constituait l’axe principal de mon TER : l’album de jeunesse comme support (ludique, divertissant) à l’apprentissage de courants picturaux et graphiques ?

Marie-Cécile Anne

Le cirque à l’école : un parcours culturel

CABARET Justine

Le cirque à l’école : un parcours culturel

Alexandre Calder et son cirque (http://antoineetjuliette.com/2009/06/alexander-calder-18-mars-20-juillet-2009)

Mon projet de recherche portera sur le parcours culturel. Il traitera d’un parcours élaboré autour du thème du cirque que je vais pouvoir observer lors de mon stage du mois de novembre. Le thème du cirque étant très riche il me permettra de faire de nombreux parallèles en arts, musique, mais aussi dans d’autres domaines en relation avec l’école. Quelques références comme Alexander Calder, Chagal, Picasso, Lucien Clergue, ainsi que les textes officiels peuvent faire l’objet d’une première étude. Tout ceci n’est que le point de départ de mon travail et pourra donc évoluer au fil de mes lectures et de ma réflexion.

La grammaire à l’école dans la revue Repères

Repères n°14 (“La grammaire à l’école. Pourquoi en faire ? Pour quoi faire ?”), Nouvelle série, 1996

 

Pour mon projet de TER, j’ai décidé de travailler sur l’étude du COD au cycle 3 et plus précisément sur la transposition didactique de ce point de grammaire. Je vais donc pour cela m’appuyer sur des manuels scolaires et devoir certainement émettre quelques critiques les concernant.

Pour commencer ma recherche, j’ai donc décidé de lire quelques articles de cette revue. Celle-ci me paraît pertinente pour un début afin de comprendre les enjeux et les problèmes que posent l’apprentissage de la grammaire à l’école. De plus l’article de Francis Grossman «  La mise en texte de la théorie grammaticale dans les manuels de grammaire du primaire et du secondaire » va, je pense, me servir d’appui pour étayer mes critiques vis-à-vis des manuels que je vais étudier.

Cette revue s’adresse à tous, mêmes aux personnes réfractaires à la grammaire car elle permet de poser les bases d’une matière qui reste, ne l’oublions pas, difficile pour les élèves mais aussi pour les enseignants.

Seul problème : cette revue date de 1996 donc les recherches peuvent paraître quelques peu dépassées.

 

Sommaire

  • Pour une clarification du statut des activités grammaticales à l’école p 3
  • Savoirs de référence et enjeux institutionnels

* Les savoirs grammaticaux de référence : dix ans de grammaire pour l’Université   p 15

* Inspection de la grammaire, grammaire de l’inspection. Le discours des inspecteurs sur les analyses linguistiques à l’école élémentaire   p 37

* La mise en texte de la théorie grammaticale dans les manuels de grammaire du primaire et du secondaire  p 57

  • Normes, sécurité linguistique, oral

* Grammaire et didactique, plurinormaliste du français p 83

* L’oral dans la classe de français : quelques aspects de la subordination à travers des formes attestées dans le langage des enfants                     p 105

 

  • Acquisition et construction de savoirs sur la langue

* Construction de la norme orthographique et grammaticale                         p 121

* Identification des catégories et accords des mots : une expérimentation en troisième année primaire                        p 141

  • Stratégies d’apprentissage, pratiques réflexives, rôle du métalangage

* De la grammaire à la linguistique par une pratique réflexive de l’orthographe                        p 161

* Maîtrise des formes verbales : problèmes d’apprentissage, stratégies d’enseignement du CE1 au CM2                   p 183

* Quelle grammaire pour le texte ?              P 201

 

  • Actualité de la recherche en didactique du français en langue maternelle         p 213
  • Notes de lecture          p 217
  • Summaries         p 253

 

 

 

Winnicott pour transformer un TER en mémoire

Suite à la séance d’échange avec ma tutrice Dominique Lefèbvre, j’ai pris conscience qu’il fallait davantage développer des références théoriques telles que Winnicott. En effet, je travaille sur la transition entre le foyer familial et l’école maternelle grâce au livre. Le livre m’apparait comme étant un partenaire de confiance pour l’enfant qui veut se rassurer face aux autres camarades. Je me suis également rendu compte que mon titre « Le livre objet comme transition vers la maternelle » était trop long, de ce fait je dois me recentrer davantage sur les mots importants comme « livre », « intégration », et pourquoi pas intégrer le terme « confiance ». Dans mon TER,  j’avais travaillé sur le livre comme objet social dans une première partie en évoquant le fait que les moments de lecture en classe sont des moments de rassemblement. De plus, le livre permet de provoquer des interactions entre les élèves, notamment dans le coin bibliothèque, ainsi qu’avec l’enseignant. Ceci permet de développer l’altruisme chez les enfants qui, jusque là, n’ont souvent été confrontés qu’à leur famille. En seconde partie j’avais développé la possession du livre en cherchant à ce que l’enfant ait un rapport privilégié avec son livre, un rapport souvent corporel lié à la manipulation. Posséder son livre permet également de connaitre la fin de l’histoire, donc d’avoir un temps d’avance sur les péripéties. Il me semble alors important de m’approprier les théories de Winnicott afin d’approfondir mon sujet. Ma problématique provisoire serait « l’intégration de l’enfant par le livre ».

Par ailleurs, il me faut découvrir et analyser d’autres albums afin d’illustrer mes propos comme je l’ai fait avec L’Album d’Adèle de Claude Ponti (1) . Selon Emile Benveniste, il faut avoir une certaine pratique du doute qui nous permet d’avancer dans notre problématique(2) . J’ai conscience d’avoir été assez vague dans mes références théoriques et de ne pas m’être appuyée sur plus d’albums, ainsi je vais à nouveau questionner certains passages de mon TER. Cet auteur parle également du fait qu’il est essentiel de s’engager pleinement pour prouver que l’on s’est approprié des théories pour les réinvestir dans notre travail, ce que je compte faire avec celles de Winnicott.

Céline Roussel

1. Ponti Claude, L’Album d’Adèle, Paris, Gallimard, 1986.
2. Benveniste Emile, Dernières leçons-Collège de France (1968-1969), Paris : Les Editions du Seuil, coll. « Hautes études », 2012, p.216.

La problématique selon Emile Benveniste

Cette réflexion a été conduite à partir de la lecture compte rendu de lecture de Dernières leçons-Collège de France (1968-1969) par Chloé Laplantine (http://www.fabula.org/revue/document7280.php)
Selon Emile Benveniste, une problématique est faite à partir de plusieurs problèmes différents que l’on doit définir à l’avance. C’est autour de problèmes concrets que l’on peut formuler une problématique. Problématiser revient alors à théoriser des problèmes concrets, des cas. Cependant il ne faut pas se perdre dans une large problématique, et pour cela il est indispensable d’être précis, de ne pas s’éparpiller et de définir des problèmes ciblés. Emile Benveniste a écrit une “grande problématique du langage”, une “théorie du sujet dans le langage”. Tout au long de sa vie, il a publié environ trois cents articles qui représentaient chacun un problème au sein de la grande problématique du langage. Il faut alors envisager le problème comme une démarche et non comme une solution puisqu’il est un moyen de répondre à la problématique. Problématiser c’est trouver la théorie d’un cas concret, c’est une démonstration, une démarche faite à partir de plusieurs problèmes qui, à eux tous, formeront une solution à la problématique. Ceci étant, il est important d’ordonner les différents problèmes afin de ne pas se perdre et de donner une certaine logique à notre réflexion. Il faut se confronter aux problèmes et pousser sa réflexion afin d’être le plus précis dans notre problématique. Emile Benveniste parle alors de « pensée par problèmes »1. Pour cela, il est évident qu’il faut constamment remettre son sujet en question ; ce qui revient à parler de modestie vis-à-vis de son travail. Répondre à un problème permet de mettre en lumière certaines hypothèses qui vont certainement bouleverser notre travail de recherche, il semble donc inévitable d’avancer dans une attitude de doute permanent. C’est en doutant que l’on est capable de se poser de nouvelles questions, de se confronter à de nouveaux problèmes, permettant ainsi d’entrer selon différentes approches dans notre problématique. Le doute renvoie à l’inconnu, à la critique de ce que l’on fait, il y a donc une place faite au lecteur puisqu’on le fait se poser des problèmes. Le lecteur peut en effet avoir cette place dans la problématique puisque chacun est dans la possibilité d’apporter sa pierre à l’édifice, il peut aider à pousser notre réflexion encore plus loin. Les problèmes sont donc des cas qui nous font avancer quoi qu’il arrive, même si cela ne nous mène pas où l’on voulait initialement aller puisque cela nous fait tout revoir. La problématique est composée de faits particuliers, de cas concrets, de problèmes, que l’on doit mettre en ordre, théoriser, afin de construire une démarche susceptible de donner un sens, une réponse à la “grande problématique”.

Céline Roussel

 1. Benveniste Emile, Dernières leçons-Collège de France (1968-1969), Paris : Les Editions du Seuil, coll. « Hautes études », 2012, p.216.

Les cinq ateliers de tutorat en M2 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Allirol       x  
Anne x        
Bechet     x    
Cabaret x        
Dubost       x  
Dupré   x      
Enée       x  
Fraisse         x
Gailleux   x      
Jean     x    
L’Orphelin       x  
Lallinec     x    
Larquier         x
Laubin   x      
Leroux     x    
Luet x        
Marie L.     x    
Marie O.         x
Morin         x
Nicolas x        
Noblet     x    
Pain       x  
Poignon         x
Roussel       x  
TOTAL 4 3 6 6 5

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les cinq ateliers de tutorats en M1 : directeurs et membres (2012-2013)

Nom Guégan Guihard Jeannin Lefebvre Martin
Barbot x
Becquemont x
Berger x
Betton x
Boichard x
Boudier x
Bourniche x
Cavoit x
Cheyrade x
Decaëns
Hemery x
Jacoutot x
Jouault x
Landais x
Lecoeur x
Marteau x
Robine x
Sauvage x
Simon x
Tirel x
TOTAL 4 3 3 3 6

19 étudiants

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Magali Jeannin (octobre 2012)

LECOEUR Marion

Le coin-lecture en maternelle avant l’apprentissage de la lecture

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1977-08-0489-001

Descriptif:
Mon souhait était d’étudier la place de la bibliothèque à l’école. Mais sujet bien vaste…Il était alors important de resserrer mon champ de recherche. J’hésitais quant au type de lieux de lecture : dans la classe (le coin-lecture), dans l’école (la BCD) ou hors de l’école (partenariat avec la bibliothèque municipale) ? Finalement, après la consultation de revues et d’ouvrages, mon choix s’est porté sur le coin lecture, l’un des lieux essentiels d’une classe. Quant au niveau, je m’oriente davantage sur la maternelle, voire plus particulièrement la grande section (année avant le CP, donc avant l’apprentissage de la lecture).

Voici les questions qui m’intéressent particulièrement : Comment familiariser l’enfant à l’univers du livre avant l’apprentissage de la lecture ? Comment un enfant peut-il prendre goût à la lecture avant même d’avoir toutes les compétences de lecteur ?

L’un des processus d’acquisition de la lecture est l’acquisition culturelle (selon Gérard Chauveau dans Comment l’enfant devient lecteur). En ce sens, dans quelles mesures le coin-lecture en maternelle permet-il à l’enfant de s’approprier l’univers du livre ?

Mots clés: coin-lecture, familiarisation, appropriation, acquisition culturelle, apprentissage de la lecture

____

Camille LANDAIS

Le lien entre le texte et l’image dans la littérature de jeunesse. Etude d’une œuvre de Claude Ponti, Okilélé

Descriptif : J’aimerais travailler sur l’articulation du texte et de l’image dans la littérature de jeunesse. Je souhaite baser mon étude sur l’album de Claude Ponti, Okilélé. Cet album étant conseillé à des enfants de cycle 2, j’aimerais recueillir le ressenti d’élèves  quant à l’histoire présentée ainsi que leurs façons de lier le texte et l’image afin de créer un sens à ce qui peut apparaitre comme en étant dépourvu pour eux. Je pense donc m’interroger sur la vision que peut avoir un enfant vis à vis de ce livre puis comparer cette vision « innocente » à une analyse approfondie.

Les questions qui me semblent  intéressantes sont principalement centrées sur la lecture et la relation qu’entretiennent les enfants avec elle : Quel rôle l’image peut-elle jouer dans l’envie de lire ? Le plaisir de lire est-il annihilé aussitôt que l’image disparait du livre ?

Il me reste encore à trouver la meilleure manière pour lier ces questionnements (fondamentaux quant à l’attitude future des élèves face à la littérature) à l’album de Claude Ponti.

Projets de TER dirigés par Karine Guihard (octobre 2012)

Hemery Clémentine

Le cinéma comme outil et support à l’enseignement

http://cinedidac.hypotheses.org/194


Descriptif:

Je compte analyser la façon dont on peut utiliser le cinéma dans l’enseignement aussi bien pour des matières comme l’histoire et le français, mais aussi la manière d’utiliser le cinéma comme un outil à l’éveil de la curiosité de l’enfant. Je vais ainsi me demander comment exposer les enfants à la rencontre du cinéma, comment choisir les films à montrer aux élèves et quels sont les enjeux de la présence du cinéma dans l’éducation nationale.

Pour cela je pense m’appuyer sur un film que je n’ai pas encore sélectionné. J’aimerais également pouvoir faire mon stage dans une école, de préférence en cycle 3, qui participe à l’opération « École au cinéma » afin de comprendre comment on peut intégrer l’approche du cinéma dans les écoles primaires dès la moyenne section, et d’avoir ainsi une approche pratique.

C’est une approche pour le moment très générale que je souhaite préciser à l’aide de mes recherches dans les semaines qui viennent.

Mots clés:

cinéma, école au cinéma, rencontre, enseignement.

———-

Cheyrade Gwendoline

Découverte de la peinture au travers de la littérature de jeunesse

http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/document/bibli-art.htm

Au cours de mon TER, je souhaite me tourner vers la question de la découverte de la peinture. J’ai longuement réfléchi à la façon dont nous pouvions faire découvrir la peinture aux enfants et mon choix s’est tourné vers la littérature de jeunesse.
Je vais donc réfléchir aux questions suivantes :

– pourquoi faut-il faire découvrir la peinture aux enfants?

– faut-il leur faire pratiquer la peinture ?

– qu’est-ce que cela peut leur apporter ?

Il me reste tout de même une question (et pas des moindres) à résoudre qui est celle de savoir si mes recherches se baseront sur un livre dont l’histoire fait voyager les enfants au travers de différentes œuvres ou bien un livre dont les décors seraient ceux d’œuvres connues.
C’est une fois cette réponse trouvée que mes recherches se confirmeront et que je pourrais définir le cycle auquel mon étude se rattache.

 

—-

CAVOIT Michèle

Langage et découverte du monde en maternelle à travers les chansons d’Hélène Bohy dans A l’eau!

Photo jacquette de A l’eau! d’Hélène Bohy

Descriptif :

Le CD que je souhaite étudier est un disque pour enfants dont l’unité thématique est le monde aquatique. Il est composé de chansons, ce qui lie la musique (art) au langage. Il contient également un support visuel : un petit livret avec les paroles de chansons et des illustrations.

J’aimerais utiliser ce CD pour montrer l’intérêt de la chanson en maternelle, notamment pour le langage et la découverte du monde. Pour cela, je souhaiterais répondre à plusieurs questions : la chanson peut-elle intervenir pour le développement du langage chez l’enfant? (au niveau de la conscience phonologique, la prononciation, l’articulation, les rimes, les jeux de mots, la syntaxe). Qu’est-ce que les chansons peuvent apporter pour la découverte du monde? (le monde aquatique, la musique), quels sont les enjeux pour la sensibilité, l’imagination et la création? (plaisir, jouer avec sa voix, les bruits ou les rythmes, sensibilisation à la musique, etc).

Je développerai tout cela en me basant sur les chansons du CD d’Hélène Bohy, A l’eau!. Je m’interrogerai également sur les différences entre une comptine et une chanson et essayerai de voir si la présence de musique favorise les apprentissages.

Mots Clés : Bohy Hélène, chanson, musique, langage, eau

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Dominique Lefebvre (octobre 2012)

JACOUTOT Claire

L’enseignement-apprentissage du COD en cycle 3


Comment les savoirs savants sont transposés en savoirs didactiques dans l’apprentissage du complément d’objet direct au cycle 3?
Quelles sont les méthodes préconisées pour un apprentissage efficace et clair du COD (Complément d’objet direct) en cycle 3?

Descriptif :
J’ai décidé de travailler sur l’apprentissage de la grammaire et plus précisément sur l’apprentissage du COD au cycle 3. Je vais m’appuyer sur des manuels de français de cycle 3 de différentes éditions afin de comprendre comment les professeurs des écoles enseignent ce point de grammaire. De plus, mes stages me permettront de voir si oui ou non l’apprentissage du COD est efficace avec l’utilisation des manuels. Si la réponse est négative, je verrai quelle(s) autre(s) méthode(s) les professeurs des écoles utilisent. J’aimerais aussi me pencher sur la question de la transposition didactique, à quelle(s) difficulté(s) se heurtent les enseignants mais aussi les élèves?

Mots clés :
grammaire, COD, transposition didactique, apprentissage, manuels.

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Serge Martin (octobre 2012)

BOICHARD Yolène

Les grands héros : la littérature adaptée pour les enfants ?

Descriptif :

J’ai décidé de m’appuyer sur la mise en relation de la littérature de jeunesse et de la “grande” littérature, à travers la représentation de grands héros littéraires (par exemple Cyrano de Bergerac, Ulysse, Robinson Crusoé…), dans un album ou un roman pour la jeunesse. J’aurais aimé étudier la découverte de ces héros, au sein d’une classe de fin de cycle 3, par la comparaison entre le héros dans l’œuvre originale (à partir d’extraits) et dans son adaptation.

Reste à déterminer précisément la notion de héros, et faire un choix parmi tous les héros littéraires possibles (classement par type, période…?).

Piste également autour des héros antiques dans une classe de grande section de Maternelle de X (enquête à venir).

Mots clés:

héros, héros littéraire, œuvre originale et adaptation

_____

Becquemont Maxime

Le rôle de l’environnement dans le racontage d’histoires à l’école.

Descriptif: 

Je voudrais m’interroger sur les différents dispositifs qu’un enseignant peut mettre en place lorsqu’il raconte une histoire aux enfants. De plus, il serait interessant de faire des comparaisons de racontage en fonction du cycle (cycle 1, 2 ou 3) et de relever les grandes différences qui peuvent apparaitre.

Mon objectif principal sera donc de tenter de répondre à ces différentes questions :

Comment aménager une classe pour raconter efficacement une histoire aux enfants ?

Existe-t-il des aménagements plus efficaces que d’autres ?

Quels moyens (quelles techniques) peuvent être utilisés par un enseignant pour maintenir l’attention de tous les enfants ?

Quelles différences peut-on apporter selon l’âge des enfants ? (aménagement différent ? ambiance différente ?)

Je voudrais donc orienter fortement mon travail sur des notions telles que l’aménagement de la classe, l’ambiance ou encore les techniques de racontage.

(Cependant, je me demande si mon choix n’est pas trop restreint, trop précis.)

Je voudrais ainsi effectuer mes stages dans des classes de cycles différents afin de me rendre compte des différents moyens utilisés par les enseignants pour raconter une histoire aux enfants. (de préférence cycle 1 puis cycle 2 ou 3)

Mots clés: Racontage à l’école, Aménagement, Ambiance.

_________

BETTON Pauline

La danse contemporaine, ou l’art de la découverte et de l’expérience à l’école

 

“Enfant” de Boris Charmatz – Photo Boris Brussey http://www.museedeladanse.org/projets/le-petit-musee-de-la-danse/list

J’ai choisi de travailler sur la danse contemporaine, car c’est un sujet vaste et riche qui peut être abordé sous différents plans avec des enfants de tout âge. Je n’ai pas encore défini de cycle précis, je pense que la pratique de la danse contemporaine est abordable en cycle 1 comme en cycle 2 et 3.

Je pourrais me lancer dans une définition de la « danse contemporaine », mais cette discipline peut-elle précisément être définie ? Par un mot ? Une phrase ?

La danse contemporaine, c’est une discipline, ou plus précisément un art, qui se vit en son for intérieur, seul ou à plusieurs.

A travers mon éventuel projet d’étude à venir, je traiterai de la danse contemporaine en tant qu’art et non en tant que discipline sportive (même si les deux sont envisageables), car à travers l’exploration de mes pensées et idées, je ne cesse de vaciller entre différentes problématiques qui pourraient (toutes dans l’ensemble) constituer le socle de base de mon futur projet de recherche. Et toutes ces idées ont ce point commun d’aborder la danse contemporaine sous la dimension artistique.

Mais avant d’aller plus loin, la question ne sera pas de se demander si la danse contemporaine est un art, mais plutôt d’analyser ce qu’elle peut apporter à un enfant de 6 ans, et en parallèle à un enfant de 10 ans.

Et ici, une nouvelle question se profile à l’horizon : « Pourquoi avoir choisi de traiter de la danse contemporaine, et non d’un autre « style » de danse, ou d’un autre art ? » Peut-être ai-je enfin trouvé la réponse à cette question (de manière subjective) : « Parce que, la danse contemporaine est une large discipline qui offre un accès plus riche aux enfants, à la grande discipline maîtresse qu’est la danse ». En effet, la danse contemporaine est un concentré de plusieurs « types » de danses : lors d’une représentation, on peut aussi bien retrouver des pas de danse classique, ainsi que des figures de danse de société, ou bien de la danse moderne, etc. Où est la limite de cette discipline ? En allant plus loin, et pour répondre à la question « pourquoi ne pas avoir choisi un autre art ? », je dirai que la danse contemporaine est un art qui permet un mélange de plusieurs arts, tels que la photographie, la peinture, le cinéma, etc. Cette discipline regorge de richesse, offre une jonction de tous les arts, que l’on ne retrouve pas forcément ailleurs, dans une autre discipline.

Pour revenir à ma question « initiale », je dirais que la danse contemporaine offre un large éventail, du point de vue de la découverte de notions et de types de danse,  aux enfants qui y seront confrontés.

Mais je me trouve maintenant face à la difficulté essentielle de mon projet de TER qui consiste à partir d’une idée ou d’une problématique initiale. Or, en l’état actuel des choses, je ne suis toujours pas apte à déterminer un cadre de recherche précis. Tout en prenant appui sur mon vécu et en me plaçant en tant que futur enseignante, je ne sais si je dois aborder la discipline de la danse contemporaine comme un art (pouvant ouvrir à la sociabilité) ou bien comme un moyen d’expression (pouvant permettre un accès à la connaissance de soi et à l’expérience), ou encore comme une activité ludique (qui permettrait de remédier à quelques lacunes et mieux accéder à la compréhension et connaissance d’un fait).

Je reprendrai cette expression utilisée par Constance BODIOU, dans son mémoire (2010-2011) : « Apprendre en créant ».

Je laisse en suspend ces premières interrogations, dans l’attente de me forger une meilleure idée qui pourrait par la suite constituer un socle plus solide à mon projet de recherche à venir.

 

Mots clés: Danse contemporaine – Art – Expérience – Découverte – Apprentissage.

 

—–

JOUAULT Marion

Le Roi et l’Oiseau, une étude des régimes politiques tyranniques en classe de cycle 3

Le roi et l'oiseau

Au commencement, c’est Jacques Prévert qui, après avoir relu le célèbre conte d’Andersen La Bergère et le Ramoneur, souhaite l’adapter au cinéma avec l’aide de son ami Grimault. Prévert est celui qui a poussé Grimault au cinéma d’animation, et Grimault, fan de l’écrivain danois, n’a pas été difficile à convaincre. Il a déjà, avec l’aide de Prévert, adapté en dessin animé le conte de l’Inébranlable petit soldat de plomb, devenu Le petit soldat en 1947. Le long métrage du Roi et l’Oiseau mettra 34 ans à voir le jour. Il n’y a pas d’expérience similaire dans l’histoire du cinéma française en matière d’animation. Ce premier coup d’essai de long-métrage rencontrera des soucis d’ordre financier très vite, et cela aboutira à la sortie prématurée d’une première version, appelée La Bergère et le Ramoneur. Ce court-métrage sort sans l’accord de Grimault et Prévert, très mécontents du résultat (bien qu’il remporte le grand prix du jury de la XIIIe Biennale de Venise en 1951) . Ce n’est que quelques années après que les deux hommes reprennent la réalisation du dessin animé, dans un contexte différent (la guerre est passée par là), qui a changé des mentalités (moins délicates). Le long métrage change de nom pour devenir Le Roi et l’Oiseau, et l’on peut dire qu’il est véritablement le résultat d’une formidable amitié entre les deux poètes. Un équilibre parfait naît de la collaboration des deux artistes. Ensemble, ils trouvent le juste milieu entre tragédie et humour.

Prévert est un célèbre poète et scénariste engagé, un touche-a-tout et un amoureux du cinéma et autres arts visuels, qui voit notamment dans ce film un moyen de dénoncer les régimes totalitaires et tyranniques, passés et présents. Prévert ne verra pas la fin du film, il décède pendant la préparation de la version définitive de 1979. Paul Grimault, lui, est un dessinateur de talent ; il est le fondateur de la première société de dessins animés française, et est le premier français reconnu à l’internationale pour son travail. Pour Jean Aurenche, qui a présenté Grimault à Prévert, Paul Grimault « est un poète. Quelqu’un qui sait vous émouvoir et vous faire sourire en même temps. Comme Prévert. Quelqu’un qui a su garder l’esprit d’enfance et qui débusque le tragique, l’insolite, derrière des faits anodins. Sans la moindre mièvrerie. Paul, c’est quelqu’un qui croit que les enfants sont des poètes et qui s’adressent à eux d’égal à égal. Le contraire de Disney. » (dans La suite à l’écranrecueil posthume d’entretienséd Institut Lumières/Actes Sud, 1933).

Ces deux hommes ont connus, directement, les deux guerres mondiales, et ce film est pour eux un appel à la liberté et à la révolte pour la liberté.

Le thème brûlant des excès d’un régime totalitaire/tyrannique est traité ici avec une poésie et une esthétique sublimes. Regarder ce long métrage avec une classe de CM2 par exemple permet à l’instituteur d’aborder des sujets difficiles pour des enfants, comme celui de la Seconde Guerre Mondiale et des Fascismes. Les grands traits de ces régimes sont ici facile à distinguer, et loin être brutaux pour l’enfant. On peut y voir :

  • le culte du chef et la propagande

  • l’importance donnée à la construction de monuments et d’édifices somptueux et de taille disproportionnée (références à l’antiquité ou aspect futuriste)

  • l’omniprésence militaire et l’espionnage (plus le robot, véritable arme de destruction massive)

  • la délation

  • les doctrines de races, d’inadaptation, d’infériorité et de supériorité de certains individus sur d’autres (ghettos de la ville basse, amour impossible entre une Bergère et un Ramoneur, …)

  • le travail forcé et la sanction (mise à mort systématique, traque, …)

Un instituteur peut ainsi isoler chacune de ces caractéristiques pour en étudier des exemples dans le temps, passés (Italie de Mussolini, le Troisième Reich d’Hitler, l’Espagne sous Franco, l’URSS de Staline,…) ou présents (dictature des pays arabes et africains, Corée du Nord, …).

Ce film est un véritable produit de l’après-guerre et du traumatisme qui en a découlé. L’Oiseau est aussi un personnage essentiel et très intéressant à étudier. Il incarne le courage et la résistance à l’oppression. Comme le dit Grimault : « L’Oiseau, c’est la liberté » Il est une sorte de dissident au régime du Roi de Takicardie. Et on peut souligner sont caractère un peu démagogique pour arriver à ses fins (« Il y va d’un bloc ! »). La résistance française lors de la Seconde Guerre Mondiale ou encore la résistance espagnole au régime de Franco, peuvent être également abordées après le visionnage du film.

Il faut préciser que dans Le Roi et l’Oiseau aucune indication de temps n’est donnée. Prévert et Grimault ont choisi de placer l’action dans un cadre intemporel, car en effet, il est impossible de dire si cela se passe au XVe siècle ou au XXe siècle.

« Je suis content d’avoir fait Le Roi et l’Oiseau parce que ce qu’il raconte est salutaire pour tout le monde et le sera encore pendant des années. Ce n’est pas un film à message, mais il parle de la façon dont le monde vit depuis un temps, et où il a l’air de s’engager de plus en plus. » (Paul Grimault)

Voir une tentative très courte: http://www.ac-grenoble.fr/ien.romans/Bmpc/Alain/C3/jacquesprevertunpoete.PDF


_____

Claire TIREL

Les musiciens intervenants à l’école : enquête

Mon TER s’effectuera sur les musiciens intervenants à l’école. Travailler sur la musique s’est naturellement présenté à moi car j’ai de nombreuses années de pratique musicale derrière moi, ce qui m’a permis de me rendre compte que la musique peut être épanouissante pour la vie sociale mais aussi scolaire des enfants. J’ai commencé ma formation musicale par l’éveil musical à l’âge de quatre ans et j’ai continué jusqu’au brevet de solfège. Pour la pratique instrumentale, je joue de la flute depuis maintenant 15 ans et je fais actuellement partie de trois orchestres.

La pratique de la musique à l’école primaire est très différente de l’enseignement dispensé par une école de musique, néanmoins, elle n’en est pas moins importante. Malheureusement, même si les instructions officielles accordent une place non négligeable à la musique, cette discipline est parfois délaissée au profit des matières « principales » comme le français, les mathématiques, l’histoire géographie…  Cependant, selon moi, la musique est une discipline très importante qu’il faut en aucun cas mettre de côté. En plus d’être un moyen d’expression et de faciliter la socialisation des enfants, il semble que la musique soit un « plus » pour la scolarité des élèves. J’aimerai donc approfondir cela en travaillant sur la question : quels sont les bienfaits de la musique sur les élèves ?

D’après quelque recherche, une des raisons pour laquelle la musique est parfois délaissée semble être que certains professeurs ne se sentent pas capable d’apprendre la musique aux élèves. Cela peut être dû à  un manque d’intérêt ou de connaissances à ce sujet. Cela m’amène à une deuxième question : les cours de musique dispensé à l’IUFM sont-ils suffisants ? Je ne peux pas en juger, car ces cours se dérouleront au second semestre pour moi, mais mes recherches me laissent penser qu’il y a une carence à ce niveau.

La présence d’un intervenant semble donc très importante pour certains professeurs. Le musicien intervenant aussi appelé DUMISTE (par rapport au nom du diplôme qu’il doit obtenir avant de pouvoir enseigner : le DUMI) est en premier lieu un musicien confirmé qui doit maîtriser la musique au sens large du terme (savoir chanter, diriger, concevoir un spectacle …). De plus, il doit aussi être pédagogue. Je pense donc que je vais devoir approfondir mes recherches sur les compétences du musicien intervenant.

La présence du musicien dans la classe peut remettre en question la polyvalence du professeur, qui se décharge de l’activité musicale. Je ne souhaite pas m’arrêter sur cette question, car je pense que le DUMISTE ne prend pas la « place » du professeur durant la séance musicale. En effet, j’ai plutôt tendance à imaginer le professeur et l’intervenant comme un binôme. Selon moi, il ne faut pas que le professeur soit totalement en retrait ni qu’il se mette en avant afin de laisser l’intervenant travailler avec les élèves. J’ai donc envie de me renseigner sur la « place » que doit occuper les deux protagonistes en étudiant les questions : la collaboration est-elle difficile entre  le DUMISTE et le professeur ? Quelle est l’importance de la participation du professeur durant la séance musicale où le DUMISTE est présent ?

Pour répondre à ces questions, j’ai comme projet de rencontrer plusieurs musiciens intervenants afin qu’ils me parlent de leurs métiers. Selon les possibilités, j’aimerai assister à une séance dans une école primaire. Cela me permettra peut-être d’analyser un projet dirigé par un de ces intervenants. Je n’ai pas encore défini de cycle précis, je ne sais pas si je me concentre sur un cycle en particulier, ou si je fais un parallèle entre différents cycles. J’espère que mes entretiens avec les intervenants pourront m’éclairer à ce sujet.

bibliographie de textes officiels: http://www.culture.gouv.fr/culture/infos-pratiques/fiches/fiche12.htm

 

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les 6 objectifs des ateliers de tutorat

1.     Thématiser => associer un thème d’étude et des questions professionnelles en vue de les identifier selon un point de vue explicite dans le cadre des controverses qui accompagnent ce thème (après avoir listé des questions et des thèmes, multiplier des reformulations thématiques en cherchant à affiner la précision du champ d’étude).

2.     Se documenter => construire un corpus constitué de pratiques et de points de vue autour du thème d’étude : recueillir des données en suivant une méthode explicite (associer au thème des pratiques et des points de vue ; préparer questionnaires et observatoires en s’aidant d’articles de revues didactiques ; veiller à articuler au mieux ce travail avec les travaux prévus dans le bloc 1).

3.     Référencer => organiser une bibliographie d’ouvrages autour du thème et de la méthode et référencer correctement les citations et/ou paraphrases qui viennent en échos des pratiques et points de vue collectés en évitant les secondes mains ou les références prétextes voire inutiles (rédiger des éléments bibliographiques à l’issue d’un court texte présentant un mélange de références et utilisant divers modes de citation).

4.     Problématiser => situer les questions soulevées dans l’articulation des données et du thème d’étude, en particulier de ses approches proposées dans le cadre de la recherche, en vue de les formuler le plus justement possible dans la perspective d’une orientation professionnelle attentive aux pratiques des enseignants et des élèves (dans des revues ou ouvrages, chercher des formulations problématiques et les reformuler dans le cadre de sa propre recherche : observer les modalisations argumentatives et énonciatives).

5.     Planifier/rédiger => présenter un développement explicitant l’argumentation développée autour du thème d’étude associé aux données recueillies et consultées : bien montrer la progression problématique à travers la titraille et les transitions y compris les introductions et conclusions (rédiger des plans en variant les titrailles après avoir observé des TER des années antérieures ; rédiger des transitions entre deux passages en variant les usages ; corriger des brouillons).

6.     Soutenir => restituer la recherche à travers des moments bien choisis et montrer une capacité réflexive dans le dialogue qui suit la présentation (s’entraîner à poser des questions après de courtes présentations du travail de recherche : varier les rôles).

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus