Archives de catégorie : Mémoires dirigés par Marie-Laure Guégan

La construction de l’élève passant par la thématique du monstre en arts visuels

Textes officiels / Réalité dans le milieu scolaire
Lors de mon travail de recherche et de réflexion de l’an passé portant sur la créativité en arts visuels, j’avais souligné que les arts visuels étaient une discipline à part notamment au niveau de son enseignement et de son évaluation. J’avais parallèlement insisté sur sa place incontestable à l’école, en évoquant, sans vraiment le détailler, que les arts contribuaient à la construction de l’enfant.

Au regard des documents officiels, les arts visuels doivent être envisagés du point de vue des pratiques et de l’histoire des arts. Si de telles recommandations sont faites, la pratique et l’accès à une culture commune doivent avoir de réels enjeux au niveau éducatif et instructif pour les élèves.

L’an passé, j’avais eu l’opportunité d’illustrer mon travail de recherche par un projet artistique mené par une enseignante expérimentée en cycle 3 portant sur les créatures fantastiques. Sans porter de jugement sur la qualité de son travail, j’avais trouvé dommage qu’elle n’insère pas dans sa séquence des références culturelles.

De plus, en évoluant dans différentes écoles, dans des classes de niveaux différents, j’ai constaté qu’il était rare que les élèves disposent d’un cahier ou d’un autre support gardant des traces de l’enseignement artistique.

Suite à ces lectures et à ces observations, je m’étais alors intéressée à ce décalage entre les textes officiels et la réalité dans le milieu scolaire.

Questionnements envisagés pour ce travail de recherche
Dans ce mémoire, je vais tenter de répondre, au travers de lectures et d’un projet artistique, notamment à la question suivante :
En quoi et comment la pratique en arts visuels conjointement à l’accès à la culture contribuent-ils à la construction de l’enfant ?
Pour répondre à cette question, j’aimerais comprendre :
→ Comment la pratique artistique et l’accès à l’histoire des arts, tant séparément que conjointement, pouvant se définir comme des espaces de rencontres, permettent-ils la connaissance de soi, le développement d’un regard libre, d’un esprit critique ?
→ Comment se développe la sensibilité esthétique ?…
Au travers de lectures et grâce à des observations dans des classes de niveaux différents, j’ai perçu que les pratiques artistiques permettent aux enfants de créer des productions qui s’avèrent être des morceaux d’eux-mêmes. Ils convoquent qui ils sont pour y parvenir et exposent au regard des autres cette réponse singulière à un projet collectif. Ceci peut parfois être difficile pour certains élèves du fait de l’implication personnelle qu’une telle démarche implique.
→ Comment l’enseignant et sa pédagogie peuvent-ils être les plus adaptés possibles ; afin que les arts convoquent le monde intérieur de chacun ; afin que les blocages potentiels individuels, les mécanismes de défense ne soient pas un frein à l’expression, à la communication de chacun ?…

Début de réflexion sur un projet artistique pouvant illustrer cette recherche
En permettant aux élèves de pratiquer et de s’exercer à des lectures d’œuvres, les enseignants les inscrivent dans des espaces de rêve. Comment un projet artistique doit-il être élaboré pour que cet espace de rêve soit au service de l’expression, de la communication des élèves ? Comment un projet artistique contribue-t-il à l’éveil et au développement des élèves ?…

Je désire vivement que la situation d’enseignement artistique que je vais mettre en place vise des apprentissages théoriques, notionnels, culturels et techniques.
En réfléchissant sur la conception d’un futur projet artistique s’inscrivant dans ce nouveau travail de recherche, je me dis que j’ai véritablement envie de les entraîner le plus loin possible dans leur monde intérieur, qu’ils puissent exprimer leurs fantasmes. J’envisage de m’intéresser au fantastique (espace où la réalité se dissout peu à peu)  puisque ce thème artistique semble être propice à m’aider à répondre à tous mes questionnements. De plus, le fantastique me semble favorable au développement de l’imagination des élèves.
Comme je l’ai décrit dans mon précédent billet, j’envisage de travailler autour de la thématique du monstre (un monstre peut se définir comme un être rattachable à une espèce donnée, mais avec une anomalie grave par rapport à l’apparence « normale » de cette espèce). Ce sujet s’avère être atemporel, s’inscrit dans des cultures diverses ; il est porteur de significations pour comprendre l’environnement, porteur de nos fantasmes les plus profonds, de nos maux intérieurs…
La thématique du monstre me semble pertinente du fait qu’elle ait du sens pour tous les enfants car omniprésente dans leur culture littéraire, cinématographique… et qu’elle ouvre les portes à un univers onirique. Les enfants ne peuvent y échapper et véritablement s’en détourner. Toutes ces références, ces images exercent incontestablement une influence plus ou moins consciente sur eux ; alors je pense que si je mets en place un projet autour du monstre, il est vraisemblable que cette thématique ait une véritable résonance pour eux et qu’ils s’impliqueront à juste titre. J’ai conscience que leur implication ne reposera pas uniquement sur le choix du thème, il faudra que toutes les composantes de ma séquence soient mûrement réfléchies.
Par ailleurs, lorsqu’il sera question de références culturelles dans ce projet artistique, j’envisage de me prêter à l’exercice de l’analyse d’œuvres. Comment prétendre demander à des élèves de se prêter à l’exercice de la lecture d’images, si nous-mêmes, nous ne nous positionnons pas dans cette démarche ?

Liste non exhaustive de mots importants dans cette recherche:
arts visuels ; pratique artistique ; histoire des arts,
projet artistique ; consignes ; contraintes ; matériaux ; notions ; techniques ; supports ; outils…
fantastique ; monstre,
créativité ; imagination ; pensée divergente ; sensibilité esthétique ; éducation du regard ; esprit critique,
construction de l’enfant ; connaissance et affirmation de soi ; développement de la personnalité

Bibliographie
Livres :
Delacampagne, Ariane et Christian, (2010) : Animaux étranges et fabuleux : un bestiaire fantastique dans l’art, Citadelles et Mazenod.
Gaillard Nathalie, (1995) : L’éveil artistique et ses enjeux. Propos d’artistes, Lefranc & Bourgeois.
Guédron Martial, (2011) : Monstres, merveilles et créatures fantastiques, Hazan.
Lagoutte Daniel, (1997) : Les arts plastique, contenus enjeux et finalités, Armand Colin.
Mauriès, Patrick, (2011) : Cabinet de curiosités, Gallimard.

Textes officiels :
Bulletin officiel n°3, 19 juin 2008
M. E. N : Documents d’application des programmes (2002) : La sensibilité, l’imagination, la création (école maternelle), Education artistique (école élémentaire).
M.E.N : (2008) Organisation de l’enseignement de l’histoire des arts.
Rapport n°200-047 mai 2007

Sites :
http://expositions.bnf.fr/bestiaire/index.htm
www2.nancy.fr/documents/nancymag/…/dp_beautes_monstres.pdf
http://www.ac-grenoble.fr/savoie/mat/group_de/domaine/arts/ecole.htm

Léonard de Vinci, un sujet abordable au cycle des approfondissements?

 

Comme je l’ai annoncé il y a un mois dans un précédent billet, mon mémoire va traiter de Léonard de Vinci et notamment de la manière dont il peut être étudié par des élèves des classes de CM1 et CM2.

A ce jour, voici l’état d’avancement de mon mémoire:

J’ai commencé à rédiger mon introduction où je me pose des questions quant à la place du célèbre peintre dans les programmes de l’école primaire, la dimension didactique à y apporter… Bien sûr, avant de me concentrer sur la façon d’introduire cet homme dans des situations d’apprentissages, il me faudra recontextualiser toute la période historique à laquelle il appartient (à savoir la Renaissance). Il me faudra considérer cette période en France et en Italie afin de comprendre pourquoi il a choisi de venir en France. Par la suite, je m’attacherais à sa biographie, j’essayerai de dégager un parallèle entre le peintre et le scientifique. En effet, Léonard n’est pas seulement connu pour ses célèbres tableaux comme La Joconde, mais il était aussi un très grand botaniste, savant avec la multitude de traités scientifiques qu’il a produit et l’invention de nombreuses machines qui ont été améliorées dans les siècles suivants. Enfin, une dernière partie sera consacrée à l’aspect professionnel de la question. Autrement dit, comment est-il intégré dans les manuels scolaires? Est-ce un sujet qui se limite à un champs disciplinaire ou existe-t’il une interdisciplinarité? Doit-on plus parler de l’artiste ou du scientifique ou des deux à part égale?

De nouvelles pistes:

Les manuels scolaires que j’ai pu consultés étaient dédiés à l’histoire, le français et les arts visuels (histoires des arts). Je pense qu’il serait intéressant d’étudier la peinture de Léonard à travers l’étude de portraits notamment. E n pratique artistique, il faudra se pencher sur les techniques utilisées par le peintre notamment le sfumato (technique spécifique à Léonard qui donnait à ses arrières-plan un effet de brouillard); mais n’est-ce pas trop complexe pour eux?

Autre sujet intéressant, celui de ses machines. En effet, cette partie touche à la fois les arts et les sciences (technologie) car elle peut permettre de traiter des poulies et leviers. Mais l’on pourrait aussi s’attacher à la conception même de ces machines. Quels sont les animaux qui les ont inspiré (exemple: l’aile volante basée sur les ailes de la chauve-souris).

Pour bien faire, il faudra réaliser une fiche séquence en arts visuels et la tester lors d’un prochain stage. Cette séquence pourrait être basée sur celle réalisée pendant le premier stage d’observation où je suis partie de l’étude du portrait (partie que je conserverai mais je modifierai les ressources iconographiques afin de plus me concentrer sur l’art de Léonard de Vinci). La pratique artistique devra être réfléchie d’ici là car celle que j’ai menée ne peut convenir en totalité ou alors il ne faudrait conservé qu’un seul portrait (j’ai fait réalisé des portraits détournés à la façon cubiste par collage).

Lors de mon stage:

Outre la séquence d’arts visuels que j’ai réalisé (en partie car j’avais mal évalué le nombre de séances), j’ai pu mené une enquête de terrain auprès des élèves de CM1 et CM2 de la classe où j’étais. C’était une classe à triple niveau (cycle 3) composée de 23 élèves. j’ai interrogé 13 élèves sur leur connaissance de la Renaissance, de Léonard de Vinci, de leur intérêt pour le sujet proposé et de ce qu’ils souhaiteraient étudier (peinture ou machines). Il en résulte des réponses mitigées dues à une ignorance de la partie historique et du peintre par moment. Lorsque les élèves connaissent le peintre c’est pour l’associer non sans mal à La Joconde. Ce qu’il faut savoir, c’est que dans l’école où j’ai effectué mon stage ( école élémentaire Freinet à Hérouville-Saint-Clair), la Renaissance a été étudiée en semaine à thème. C’est à dire que les élèves des différentes classes se sont inscrits dans un atelier et qu’ils n’ont donc par conséquence tous suivi cet atelier. Lors du prochain stage, je referai une enquête et auprès des enfants et auprès des enseignants pour comparer mes résultats avec une école disons plus traditionnelle.

Quelques sources bibliographiques:

Ouvrages scientifiques sur la Renaissance et Léonard de Vinci:

– Léonard de Vinci, Fred Bérence, Somogy, 1965.

– Léonard de Vinci, Emilie Hahn, Fernand Nathan, 1965.

– Léonard de Vinci, Traité de la peinture, André Chastel, édition Berger- Levrault, 1987.

– La Renaissance, Paul Faure, que sais-je? , 1949

 

manuels scolaires:

– Histoire- Géographie, sous la direction de Sophie Le Callennec, collection Magellan, 2010.

– Histoire des arts, C Saïsse, Hachette éducation, 2010.

-Français Livre unique CM1, P Dupont et alt, collection Caribou, 2009

 

Cette liste n’est pas complète car je n’ai pas encore lu et trouvé toutes références que je pourrais trouver intéressantes.

 

 

 

Est-ce que certaines illustrations d’albums de jeunesse permettent de faire l’expérience de l’art et dans ce cas, par quels moyens?

Étude des illustrations d’Anthony Browne.

1)      Les illustrations de certains albums de jeunesse peuvent-elles être considérées comme des tableaux d’art ? Exemple de Tout change, Anthony Browne, Kaléidoscope, 2004.

Dans Tout change, un jeune garçon nommé Joseph Kah, se retrouve seul chez lui à la suite du départ de son père qui lui a dit qu’à son retour, tout allait changer. Page après page alors, le lecteur se trouve seul face au personnage principal qui se pose tout un tas de questions dont les réponses pourraient résoudre cette énigme. Aussi fertiles que l’imagination d’un enfant, les illustrations dessinent les pensées de celui-ci. Elles confèrent alors à l’album une ambiance totalement surréaliste désirée de l’auteur.

Un tableau est, selon la définition du site TLFi, une œuvre picturale réalisée sur un support autonome préparé spécifiquement à cet effet (panneau rigide, toile tendue sur un châssis). En cela, ni les illustrations d’A. Browne ni celles d’autres albums ne sont des tableaux. Cependant, une sous-définition accepte l’idée du tableau comme un spectacle, une scène ou une vue d’ensemble évoquant une œuvre picturale. Le terme « évoquer » est alors primordial ici puisque c’est précisément ce que provoquent certaines illustrations d’A. Browne pour le plus simple amateur d’art.

Cette première sous-question tourne autour des illustrations d’Anthony Browne, dans l’un de ses albums ; Tout change. En effet, cet auteur pour la jeunesse dessine et peint lui-même les illustrations de ses histoires. Ces dernières sont donc totalement réalisées dans la même démarche de conception que le texte, parfois un peu mince mais indissociable de l’image tout de même. Dans Tout change pour commencer, l’analyse de l’illustration de la chambre de Joseph Kah rend compte d’une technique picturale volontairement employée par l’auteur pour « plagier » le tableau La Chambre de Van Gogh à Arles. (1) Cependant, le style d’A. Browne est plus épuré, plus lisse, plus clair puisqu’initialement ses illustrations sont destinées à de jeunes lecteurs. Plusieurs éléments du mobilier sont repris néanmoins il est à noter leur anachronisme par rapport à l’époque dans laquelle ils sont insérés. Les meubles de la chambre de Van Gogh sont plus vétustes puisque datant du XIXème siècle. De plus, l’auteur de Tout change joue au fil de cet album avec les mots et les images. Le jeu dans l’image débute déjà avec le fait que la chambre de Joseph Kah semble être une version simplifiée de celle de Van Gogh mais en fait, la différence entre ces deux tableaux ne tient pas à cela. L’angle de vue choisi par A. Browne est plus resserré pour que l’attention soit concentrée sur le « peu » de détails insérés dans l’image et qui nous renseignent sur l’histoire. L’image apparaît sobre au premier regard mais regorge en fait d’éléments indicateurs d’une naissance prochaine. Les quatre cadres  sur la droite de l’image sont ornés de portraits et gravures à peine descriptibles dans le tableau du peintre néerlandais. En revanche, A. Browne s’est servi de la présence de ces cadres qui surplombent le lit pour y insérer la révolution de la lune dans l’un. Ces différentes positions de la lune par rapport au soleil modifient son éclairage par ce dernier et peut ainsi évoquer les travaux de l’artiste américain James Turell dont le support de prédilection est la lumière. Dans le second cadre se trouve la planète Saturne dont l’une des symboliques est de montrer la voie de l’indépendance par rapport à un parent et le renoncement à tout attachement excessif. La tête d’extraterrestre dans un troisième cadre évoque le mystère de la situation dans laquelle se trouve Joseph Kah, qui ne sait pas ce qui va changer dans sa vie d’enfant unique. Elle connote certainement aussi le nouveau-né lui-même qui est étranger à la famille, au monde. Elle est à ce point ressemblante au personnage de fiction E.T. du film de S. Spielberg qu’il est exclu de ne pas le relever. Au-dessus de la tête de lit dans l’illustration de l’album, A. Browne a adressé un clin d’œil à V. Van Gogh en ayant reproduit l’un des tableaux de ce dernier ; La Nuit étoilée, datant de 1889. Ce tableau représente ce que le peintre voyait depuis la chambre qu’il occupait à l’asile du monastère Saint-Paul-de-Mausole à Saint-Rémy-de-Provence. Il représente donc une vue de l’intérieur vers l’extérieur, un enfermement. La lune est la plus importante source de lumière sur ce tableau bien que son nom ne figure pas dans le titre du tableau.

La chaise près du lit de Van Gogh semble être là par commodité ; il y a une petite table de toilette à côté, le porte-manteau. A. Browne reprend la même chaise en paille, dont l’assise est illuminée de la même lumière verte, tournée de la même manière vers le lit mais le cadrage qu’il a choisi rappelle bien plus le fauteuil que l’on place près du lit d’hôpital pour l’accompagnateur. Cela peut révéler un nouvel indice pour le jeune héros de l’album d’une naissance prochaine. Dans sa propre chambre s’opposent éléments anciens et contemporains, peinture du XIXème siècle et portrait d’un monstre de science-fiction

La fenêtre à demie représentée dans l’illustration, est plus largement visible sur le plancher. Le regard est dirigé vers son travers qui laisse entrevoir un bout de ciel bleu légèrement nuagé. Il rappelle les récurrents cieux présents dans les tableaux de René Magritte, peintre surréaliste belge du XXème siècle.

 

Parmi ses nombreux albums réalisés, A. Browne plagie des tableaux d’art, mélange les références ou reprend certaines techniques picturales pour aboutir à des illustrations qui collent aux textes et aux histoires racontées. Ces emprunts métamorphosent les peintures initiales mais transforment également le monde fantastique dans lequel évoluent les personnages, fictifs eux aussi, appartenant au monde qu’a créé Anthony Browne. Par tout cela, les illustrations de cet auteur sont qualifiées de surréalistes, d’oniriques.

Grâce à sa maîtrise du pinceau, il adapte ces œuvres de référence à ses jeunes lecteurs. Elles sont un point de départ pour l’auteur, peut-être même une influence, mais prennent un sens nouveau au moment de leur réception par le lecteur. Ainsi peut-on se demander dans quel but A. Browne recopie-t-il assez fidèlement des tableaux d’art  afin qu’on les reconnaisse tout en les modifiant suffisamment pour qu’ils appartiennent pleinement à ses histoires ? Ou bien ces éléments culturels sont davantage des prétextes à la création que des centres d’intérêt ? L’exemple d’A. Browne n’est pas isolé puisque d’autres auteurs d’albums de jeunesse créent sur un principe d’utilisation de tableaux comme supports tels par exemple La Princesse des Ménines de Sophie de la Villefromoit (2).

 

(1)    À gauche, la chambre de Joseph Kah dans l’album Tout change

À droite, le tableau La chambre de Van Gogh à Arles, Vincent Van Gogh, huile sur toile,

72 X 90 cm, 1888. (Musée Van Gogh à Amsterdam).

(2)   À gauche, une illustration extraite de l’album La Princesses des Ménines, Sophie de la Villefromoit (auteur et illustratrice), Seuil Jeunesse, 2011.

À droite, Les Ménines (ou La Famille de Philippe IV), Diego Velásquez, huile sur toile, 318 X 276 cm, 1656. (Musée du Prado, Madrid, Espagne).

En dessous, Les Ménines (un tableau parmi une série sur ce sujet), Pablo Picasso, huile sur toile, 770 X 570 cm, 1957

 

 

Une des sources à mettre en lien

Lorsque le terme d’expérience est convoqué au sujet des illustrations d’albums de jeunesse comme pouvant aider à « faire l’expérience de l’art », il est entendu au sens décrit par John Dewey. L’emploi de ce terme par cet auteur, bien qu’ayant été maintes fois contesté, a néanmoins été conservé.  Pour Dewey, dans le troisième tome de ses Œuvres philosophiques, L’Art comme expérience, l’expérience est à entendre au sens de relation, d’interaction, de transaction. Ces trois termes impliquent au moins deux agents pour fonctionner. Dans le cas présent, il s’agirait de l’album et de son lecteur, de la connexion effective de l’un vers l’autre. Dewey a écrit à propos de ce terme que « les êtres ou entités impliquées dans les interactions ne sont pas premiers, mais émergent à travers l’interaction ». L’être humain autrement dit est un « être-en-relation ».

L’analyse d’autres illustrations réalisées par Anthony Browne mènera sur la piste de l’onirisme, du subconscient et à ce titre, L’Interprétation des rêves de Freud sera convoqué pour l’écriture de ce mémoire.

Pistes pour professionnalisation

À l’école, lors du stage d’un mois, les recherches devaient initialement être mobilisées au sein d’une séquence interdisciplinaire réunissant les arts visuels, l’histoire des arts, le français et plus particulièrement l’expression écrite. La mise en lien, à travers plusieurs séances, d’un même travail qui tournait autour des monstres, me semblait judicieuse pour incorporer une à une des références culturelles et aborder le propos du surréalisme. Malheureusement, bon nombre d’éléments n’ont pas permis que j’aborde l’histoire des arts comme souhaité. De plus, aucun parcours culturel présent sur le projet d’école ne m’a aidé dans ma démarche ; j’avais l’intention de m’en servir comme point d’appui si cela avait été possible.

Bibliographie :

–          Tout change, Anthony Browne, Kaléidoscope, 2004.

–          L’Art comme expérience, Œuvres philosophiques III, John Dewey, 2005, traduit de l’anglais par (USA) par  Jean-Pierre Cometti, Christoph Domino, Fabienne Gaspari, Catherine Mari, Nancy Murzilli, Claude Pichevin, Jean Piwnica et Gilles Tiberghien, Préface de Richard Shusterman et Postface de Stewart Buettner, Publications de l’Université de Pau, Éditions Farrago.

–          Anthony Browne, Christian Bruel, Être, 2001.

–          Manifestes et livres sur le surréalisme.

Webographie :

–          http://stephan.barron.free.fr/technoromantisme/turrel.html

–          http://www.astropsy.com/astro/saturne.html

–          http://histoiredesartsrombas.blogspot.fr/2008/11/i-prsentation-de-luvre-titre-de-luvre.html

 

 

 

Un parcours culturel avec le cirque

État d’avancement de mon mémoire sur le thème du parcours culturel et du cirque.

Mes recherches autour des parcours culturels m’ont amenée à constater qu’ils s’intègrent au volet culturel des projets d’école. Au delà du domaine des Arts visuels, le parcours culturel tend à offrir aux élèves une vue d’ensemble sur les différents Arts: de l’espace, du langage, du quotidien, du son et du spectacle vivant. Par son projet culturel, l’enseignant veut amener l’élève à une appropriation de l’Art, par la rencontre, la manipulation mais aussi la mémorisation. Cette mémorisation nécessite une trace institutionnelle qui prend forme dans le cahier culturel de l’élève. Ce cahier le suivant jusqu’au collège. Le parcours culturel peut être associé à un parcours initiatique qui guide l’élève sur le chemin de l’Art. Ce parcours est pensé pour donner envie aux élèves d’aller plus loin, de s’engouffrer dans la culture en fréquentant de nouveaux lieux, de nouvelles œuvres. Il intègre par ailleurs la rencontre avec des artistes qui permet une transmission directe entre le créateur et le spectateur. Les manipulations attendues dans un parcours culturel entraînent une mémorisation d’autant plus forte chez l’enfant qui stimule par là sa mémoire procédurale. Le parcours culturel doit également s’appuyer sur la découverte des lieux du patrimoine se trouvant dans l’environnement plus ou moins immédiat de l’enfant.
Le thème du cirque semble tout à fait propice à l’élaboration d’un tel parcours. Les Arts du cirque touchent effectivement les six domaines de l’Art.
Lors de mon stage à l’école maternelle de Rots, j’ai pu observer comment ce thème a été exploité dans l’ensemble des activités réalisées par les élèves. Je me suis donc nourrie de ce que je voyais et j’ai moi-même élaboré deux séquences en lien avec le cirque.
La première est une séquence d’Art visuel portant sur la confection de pâte à sel afin de produire des personnages du cirque. Les enfants réalisaient la pâte puis lui donnaient une forme, bien sûr j’étais là pour les guider, leur donner des exemples de modelage, les aider à réaliser leur personnage. Dans un deuxième temps, ils ont pu peindre leurs productions. Les enfants maitrisant mieux la peinture que le modelage, je leur ai laissé une plus grande liberté quant au choix des couleurs et à la façon de peindre. Cette activité a permis aux enfants de découvrir une technique de modelage, d’exercer leur motricité fine et de travailler sur les références et les représentations qu’ils pouvaient avoir du cirque.
La deuxième séquence relève de la motricité. Nous avons travaillé pendant cinq séances sur des activités motrices relevant de l’art du cirque et les enfants ont pu en sixième séance présenter, un par un, un petit numéro de cirque au reste de la classe. Cette découverte a été enrichie par un spectacle de cirque que des collégiens sont venus donner à l’école et par une initiation au diabolo et aux assiettes chinoises faite par ces mêmes collégiens.

Parallèlement à ces séquences, la maitresse leur a lu des albums sur le thème du cirque, elle a également construit l’ensemble de ses ateliers autour de ce thème. Il faut par ailleurs noter qu’avant que nous arrivions en stage les enfants étaient allés voir le cirque Pinder.
Finalement dans cette classe le thème du cirque a envahi tous les apprentissages et a permis aux enfants de découvrir l’univers du cirque.
Pouvons-nous maintenant considérer que ce choix pédagogique relève d’un parcours culturel ?
Les enfants ont découvert l’univers du cirque grâce à différentes activités très diversifiées. Cependant nous ne pouvons par encore parler de parcours culturel. Il aurait fallu qu’une réelle rencontre avec des artistes de cirque se fasse, que l’histoire du cirque soit abordée et que l’enseignant fournisse plus de références culturelles et artistiques. Par exemple le tableau circus de Chagall aurait pu être exploité en classe ou encore les travaux de Calder ainsi que son film sur le cirque. Par ailleurs les enfants ne possèdent pas de cahier culturel qui leur serait utile à la mémorisation. Ils ne gardent finalement pas de trace des expériences qu’ils ont pu vivre ou du travail qui a été réalisé. Le travail initié devra alors être étoffé pour répondre aux exigences du parcours culturel et amener les enfants à une ouverture sur l’Art.
Dans mon mémoire je pourrais donc essayer de compléter ce travail avec de nouvelles références afin qu’il puisse s’inscrire dans un vrai parcours. Cette observation en stage sera donc mon point de départ pour élaborer mon propre parcours culturel autour du thème du cirque. Je m’efforcerai d’exploiter par ailleurs les différents domaines des Arts pour que mon parcours soit le plus complet possible.

Projet de Mémoire

   Comme je l’ai énoncé auparavant, mon TER portait sur les illustrations d’albums de jeunesse comme un chemin  possible vers une accession à l’art pictural. Trop vaste et pas assez précis, ce sujet est recadré pour mon projet de mémoire de cette année de Master 2. J’avais déjà évoqué l’étude du travail d’Anthony Browne mais sans l’avoir effectivement approfondi. Cette année, cet auteur/illustrateur anglais sera à la base de mon travail de recherche.  Ma question initiale est celle-ci : « Les illustrations de certains albums de jeunesse peuvent-elles être considérées comme des tableaux d’art ? » Elle devra permettre d’émettre des éléments de réponse à la question du sujet lui-même, à savoir « Est-ce que certaines illustrations d’albums de jeunesse permettent de faire l’expérience de l’art et dans ce cas, comment s’y prennent-elles ? » L’exemple d’Anthony Browne cible ce sujet sur le courant surréaliste, sur l’onirisme, sur des tableaux célèbres mais détournés. Ses travaux sont-ils réalisés dans le but que ses lecteurs apprennent, comprennent le courant surréaliste en particulier?

Pour répondre à la question qui constituera le premier axe d’analyse sur les illustrations en tant que possible productions artistiques, j’étudierai les illustrations en tant que telles, et en lien avec leur texte, dans au moins deux albums d’Anthony Browne. Le premier album, déjà concerné dans mon TER est Tout change, paru en 2004. Le second n’est pas encore défini car il sera certainement le support d’un autre questionnement, tourné vers le plagia de tableaux de peintres (dans ce cas, Les tableaux de Marcel de 2000 du même auteur, fera sans doute un bon objet d’étude pour poursuivre dans le raisonnement général). Tous ces raisonnements et questions seront, dans la mesure du possible, expérimentés auprès d’enfants et élèves assez jeunes pour plus de disparités entre leurs connaissances.

Le monstre en arts visuels au service de la construction de la personnalité des élèves

Pour mon travail de recherche de l’an dernier, je me suis intéressée à la créativité au travers d’un projet artistique autour de la thématique des créatures fantastiques. Ce travail m’a permis notamment de comprendre les rouages spécifiques d’un projet artistique ainsi que l’enjeu de ces séances de pratiques dans le développement de la créativité comme capacité potentielle individuelle. J’ai voulu comprendre comment favoriser la créativité lors de l’enseignement des arts visuels. Le projet qui m’a permis d’avancer dans ma recherche ne m’a pas totalement satisfaisante car il n’a pas donner pleinement l’opportunité aux élèves de découvrir des œuvres d’art, des démarches d’artistes. Ce travail m’a fait notamment prendre conscience que la créativité est présente en chacun, mais que certains blocages, certaines résistances empêchent des élèves de s’exprimer lors de pratiques artistiques.

J’envisage pour le mémoire de cette année, de mener un travail de réflexion sur la façon dont l’enseignement des arts visuels contribue à la construction de la personnalité des enfants. Pour y parvenir, je m’interroge notamment sur :

  • Comment la pratique en arts visuels conjointement à l’accès à la culture contribuent-ils au développement d’un regard libre, d’un esprit critique ?
  • Comment se développe la sensibilité esthétique ?
  • Comment l’enseignant et l’enseignement des arts visuels peuvent contribuer à tous ces enjeux ?…J’envisage d’illustrer mes propos avec un projet artistique autour de la thématique du monstre. Ce sujet s’avère être atemporel, s’inscrit dans des cultures diverses ; il est porteur de significations pour comprendre l’environnement, porteur de nos fantasmes les plus profonds, de nos maux intérieurs… Le choix de ce thème paraît aussi intéressant du fait qu’il ait du sens pour tous les enfants car omniprésent dans leur culture littéraire, cinématographique… et qu’il ouvre les portes à un univers onirique.

 

Livres, ouvrages :

  • Delacampagne, Ariane et Christian, (2010) : Animaux étranges et fabuleux : un bestiaire fantastique dans l’art, Citadelles et Mazenod.
  • Gaillard Nathalie, (1995),L’éveil artistique et ses enjeux. Propos d’artistes, Lefranc & Bourgeois.
  • Guédron Martial, (2011), Monstres, merveilles et créatures fantastiques, Hazan.

Textes officiels :

  • Bulletin officiel n°3, 19 juin 2008
  • M. E. N : Documents d’application des programmes (2002) : La sensibilité, l’imagination, la création (école maternelle), Education artistique (école élémentaire).
  • M.E.N : (2008) Organisation de l’enseignement de l’histoire des arts.
  • Rapport n°200-047 mai 2007

 

Léonard de Vinci au cycle 3

Bernard Fournier – formateur arts visuels IUFM de Grenoble – ateliers de pratique arts plastiques – Valence – oct. 2006

Contrairement à la plupart de mes collègues , je n’ai pas effectué de TER lors de l’année passée. Issue d’un parcours universitaire en langues (LLCE Italien), j’ai effectué des travaux de recherches sur la traduction de romans italiens en français. Il était donc difficile de reprendre ces travaux pour réaliser un mémoire professionnel.

Pour mon sujet de mémoire, j’ai décidé de travailler sur le célèbre Léonard de Vinci et notamment la façon dont il pouvait être abordé en cycle 3. Bien sûr, nous ne pourrons pas échapper à la contextualisation de l’époque du savant et à sa biographie. En ce qui concerne la partie professionnelle, deux pistes peuvent être explorées: les oeuvres pittoresques de Léonard d’une part et ses machines d’autre part. Pour le moment, je n’ai pas encore arrêté mon choix. Ma tutrice, Madame Guégan me propose de travailler sur les machines notamment en traitant de la façon dont on peut concevoir celles-ci en partant de l’anatomie des animaux par exemple (les ailes de la chauve-souris pour réaliser les ailes volantes).Cette dernière partie a été repensée au cours de la séance de tutorat car à première vue, mon sujet semblait trop « historique » puisque je voulais m’attacher à la façon dont le sujet Léonard de Vinci était traité dans les manuels scolaires (histoire, français, arts visuels).

Lors de mes stages, je demanderai aux professeurs des écoles qui m’accueilleront comment ils traitent ce sujet. Cette enquête sera aussi adressée à d’autres enseignants de cycle 3 afin d’avoir une représentation plus large. Pour finaliser mon choix (entre peinture et machines), je pense poser des questions aux enfants. Questions qui me permettront de me rendre compte sur leurs connaissances du sujet.

Pour le moment, j’ai commencé à parcourir des ouvrages sur la vie de Léonard qui peuvent être intéressant, il me reste à bien analyser les chapitres retenus lors d’un premier survol. Pour la partie qui traitera de la Renaissance, je m’appuierai sur des ouvrages scientifiques et éventuellement des manuels scolaires. Enfin, en ce qui concerne le traitement de Léonard en cycle 3, je m’appuierai sur des ouvrages didactiques mettant en relief des séquences d’apprentissage mais aussi sur mes observations et éventuellement des séances que j’aurais mené en stage.

Quelques titres d’ouvrages consultés ou à consulter dans les prochains mois:

Fred Bérence, Léonard de Vinci, Somogy, Allemagne, 1965, 262 p.

Emile Hahn, Léonard de Vinci, Fernand Nathan, Paris, 1965, 157 p.

André Chastel, Léonard de Vinci: Traité de la peinture, éd. Berger – Levrault, Paris, 1987.

Mario Cianchi, Les machines de Léonard de Vinci, éd. Becocci, Florence

Cette bibliographie sera étoffée au fil des lectures et affinée en fonction de la piste qui sera étudiée et analysée.

 

Stéphanie Nicolas

Du TER au mémoire avec Anthony Browne

Tout_change_la_chambre_de_Joseph.jpg
Illustration extraite de Anthony Browne, Tout change, Ecole des loisirs, 2004

Tableaux d’art dans les albums de jeunesses ?

Transformations et métamorphoses des images et de l’esprit ?

Lors de notre premier atelier tutorat, nous avons collectivement effectué un retour sur les TER de chacun en réfléchissant mutuellement sur ce qui n’a pas été et ce qui s’est au contraire bien déroulé. Cela a permis de reposer des bases de travail et de faire le point afin de repartir dans un projet de recherche avec les idées claires. A propos de mon sujet de TER, « L’album de jeunesse, par les illustrations, permet-il de faire l’expérience de l’art pictural et graphique ? L’illustration enfantine pour une première accession à l’art ? », nous avons évoqué plusieurs confusions et oublis qui seront corrigés dans mon mémoire. En effet, il est ressorti de cette rencontre que mon projet de recherche resterait sensiblement le même mais que ses axes de questionnement seraient remodelés et que de nouvelles lectures théoriques seront à effectuer.

Mon travail de recherche étudiera les mécanismes de la transformation et de la métamorphose dans la corrélation texte/images de deux albums de littérature de jeunesse : Tout change d’Anthony Browne et un second encore à définir. L’examen des illustrations de A. Browne conduira cette étude sur la piste des surréalistes, de l’onirisme, du désir. De ce fait et dans un premier temps, les lectures d’Anthony Browne de Christian Bruel, d’articles sur le surréalisme et le dadaïsme ainsi que des passages de L’Interprétation des rêves de Freud sont préconisées.

L’intégration de ce projet à l’école s’établira autant que possible autour d’une séquence en Arts Visuels et de séances en Français dans une classe de CE2. Le parcours culturel présent dans le projet d’école proposera peut-être l’axe d’une piste à explorer. En effet, ma journée d’observation dans l’école m’a permis de savoir que les disciplines en jeu dans les Arts Visuels sont fortement délaissées.

Toutes ces pistes tourneront autour de la question qui constituait l’axe principal de mon TER : l’album de jeunesse comme support (ludique, divertissant) à l’apprentissage de courants picturaux et graphiques ?

Marie-Cécile Anne

Le cirque à l’école : un parcours culturel

CABARET Justine

Le cirque à l’école : un parcours culturel

Alexandre Calder et son cirque (http://antoineetjuliette.com/2009/06/alexander-calder-18-mars-20-juillet-2009)

Mon projet de recherche portera sur le parcours culturel. Il traitera d’un parcours élaboré autour du thème du cirque que je vais pouvoir observer lors de mon stage du mois de novembre. Le thème du cirque étant très riche il me permettra de faire de nombreux parallèles en arts, musique, mais aussi dans d’autres domaines en relation avec l’école. Quelques références comme Alexander Calder, Chagal, Picasso, Lucien Clergue, ainsi que les textes officiels peuvent faire l’objet d’une première étude. Tout ceci n’est que le point de départ de mon travail et pourra donc évoluer au fil de mes lectures et de ma réflexion.