Archives de catégorie : M1

Le rôle de l’environnement dans le racontage à l’école

Le rôle de l’environnement dans le racontage à l’école.

Comme le dit si bien Sara Cone Bryant dans son ouvrage Comment raconter des histoires à nos enfants, les enfants « écoutent deux fois mieux une histoire racontée qu’une histoire lue […] ».
Ceci montre bien la puissance et l’influence que peut avoir une histoire racontée sur un enfant et donc sur un élève à l’école.
Le « simple » fait de raconter une histoire peut apporter de nombreux bénéfices à un élève dans de nombreux domaines différents. (nous pouvons dire que c’est une activité pluridisciplinaire qui fait intervenir diverses disciplines.)

A- Une discipline aux avantages multiples.

Le racontage d’histoires à l’école apporte un grand nombre d’avantages qui peuvent s’avérer déterminants dans la réussite scolaire des enfants.

Premièrement, nous pouvons dire que cette discipline offre un moment de détente nécessaire aux enfants, souvent stressés et fatigués à l’école. Ces derniers ont donc besoin d’un moment « libre » pendant lequel ils peuvent se reposer et se détendre.                                                                                                                                                                   Or, le racontage d’histoires est l’une des rares disciplines à l’école qui permet de satisfaire ce besoin.

Elle offre également un moment de plaisir qui peut rapidement donner envie de lire aux élèves. Or, nous savons bien que de nos jours, la lecture intéresse de moins en moins les jeunes et cette situation est un vrai problème.

Du point de vue de l’apprentissage à l’école, le fait de raconter des histoires joue également un rôle primordial. Il permet, en effet, d’habituer les enfants à se concentrer et à fixer leur attention sur une seule et même chose ; ce qui est souvent très difficile à leur âge.
Il joue aussi un rôle important dans la facilité d’expression des enfants. En effet, nous pouvons facilement observer que ces derniers n’éprouvent aucune difficulté à retenir une histoire qui leur a plu et à la raconter à leur tour.

Tout ces raisons montrent combien une discipline telle que le racontage d’histoires est primordiale à l’école. Elle peut vraiment influencer la réussite scolaire et donner goût à la lecture aux enfants qui préfèrent souvent privilégier d’autres activités.

B- Raconter une histoire : un art, un savoir-faire à travailler.

Il est vrai que le fait de raconter des histoires possède de nombreuses qualités mais ces
avantages, ces bénéfices ne peuvent apparaître que si le contage est efficace et bien effectué.
Ce n’est pas qu’une simple discipline, c’est un art, un savoir-faire qu’il faut travailler si on veut en retirer toute la richesse.
Autrement dit, il existe de nombreux pièges dans lesquels un enseignant ne doit pas tomber lorsqu’il raconte une histoire.
De plus, certaines conditions sont nécessaires pour qu’un contage soit réussi, efficace et de
nombreuses techniques existent en ce qui concerne l’aménagement de la classe, la façon de raconter ou encore la façon de bouger (gestes…)

Au vue de ces idées, de nombreuses questions pertinentes m’apparaissent à l’esprit :

• Quelles sont les conditions nécessaires pour qu’une histoire plaise aux enfants et
maintienne leur attention ?

• Quels sont les pièges dans lesquels un conteur ne doit pas tomber ?

• Quelles techniques peut-il utiliser pour maximiser sa « performance » et pour maintenir
l’attention des enfants ?

Pour répondre à ces différentes questions, j’ai l’intention de m’appuyer sur des ouvrages tels que :

Cone Bryant Sara (Miss) Comment raconter des histoires à nos enfants. Paris, Nathan (1926)

Philippe Brasseur 1001 activités autour du livre. Casterman Jeunesse (2007)

Michel Hindenoch Conter, un art ? Propos sur l’art du conteur. Jardin des mots (éditions du) (2007)

Hélène Loup Conter pour les petits ; la trame. Edisud (2005)

J’espère également pouvoir m’entretenir avec des professeurs des écoles mais également des personnes spécialisées dans la racontage d’histoires (bibliothèques…) afin d’avoir les meilleures réponses possibles pour avancer dans mon projet de TER.

Maxime Becquemont

Accompagner “Le Roi et l’Oiseau” en Histoire (cycle 3)

D’un côté l’histoire des régimes autoritaires/tyranniques/despotiques, avec leurs caractéristiques et leurs excès. Dans un second volet l’instruction historique à l’École, ses devoirs et ses transpositions/aménagements au public scolaire. Et d’autre part, le long métrage d’animation, Le Roi et l’Oiseau. Comment mixer ces trois données pour obtenir l’essence d’un cours d’histoire compréhensible et illustré pour pouvoir instruire des enfants du primaire à l’histoire troublée du XX° siècle ?

Je dois d’abord faire comprendre aux enfants l’intérêt de l’Histoire. Le but étant de les instruire intelligemment, et en règle générale c’est en ayant du plaisir que les enfants aiment apprendre. L’Histoire a l’avantage de pouvoir être travaillée avec de très nombreux documents de natures différentes, le film en étant un. Le film de fiction, prenant souvent une forme de conte ou de fable, a un véritable pouvoir évocateur pour les enfants, il va leur permettre la réflexion à partir d’une image qui leur est familière et compréhensible (le dessin animé principalement). Mais pour rendre ce support valable pédagogiquement parlant, l’instituteur doit faire un énorme travail en amont. Le Roi et l’Oiseau est un de ces films de fiction exploitable en classe de fin de primaire. C’est un film unique, de part ses deux réalisateurs (Prévert et Grimault), de part son contexte de réalisation (contexte de l’après-guerre), et de part l’histoire contée en elle même. L’instituteur a donc un réel travail d’extraction d’informations a faire, des informations à mettre en connexion avec d’autres (réels cette fois-ci) sans pour autant trop extrapoler. Ce film nous laisse de nombreuses pistes exploitables du point de vue historique: culte du chef, propagande de masse, répression, exploitation des populations, résistance au pouvoir, etc.

Ici, mon objectif en tant qu’institutrice est d’étudier en classe l’autoritarisme et l’absolutisme ; mais comment intéresser les jeunes élèves au passé ? Et comment aborder avec eux certains traits parfois complexes et violents de ce passé ? Pour cela, j’ai donc décidé de me pencher sur le cas du film Le Roi et l’Oiseau et de voir pourquoi et en quoi serait-il exploitable avec une classe de primaire. Quels sont les atouts pédagogiques du film en tant que document ? Et quelle est la légitimité historique de ce film en particulier ?

Pour répondre à toutes ces questions et mener à bien ce projet, je fais diviser cette recherche en 3 axes. Tout d’abord, il convient de voir en quoi le film, comme objet d’étude, est un document. Dans un second temps, il faudra mettre en évidence la tradition qu’entretient la fable avec l’Histoire. Et pour finir, entrer un peu plus dans le concret en trouvant des exemples dans le film et des faits historiques à mettre en relation d’un point de vue pédagogique.

Le bestiaire, un projet entre arts et littérature

http://immaculee-angers.anjou.e-lyco.fr/espace-cdi-documentation/decouvrir/les-activites-au-fil-des-mois-/bestiaire-et-maximonstres-1896.htm

Dans le cadre de mon travail de recherche, j’ai décidé de m’intéresser au thème du bestiaire, comme élément permettant de travailler dans les classes des trois cycles à la fois en arts et en littérature. Les questions que je me pose sont les suivantes :

-En quoi la création d’un bestiaire permet-elle de créer un lien entre arts et littérature ?

Et pour aller plus loin : en quoi un projet mêlant arts et littérature permet-il aux élèves de développer des compétences liées à un travail entre plusieurs disciplines, en leur permettant d’être polyvalents, de créer du lien ?

-En quoi le thème du bestiaire peut-il permettre de mobiliser plusieurs disciplines ? Différentes formes d’expression? Différents arts ? Différents genres littéraires ? Différentes formes d’approche scientifique ?

-En quoi le thème du bestiaire permet-il de construire une vision de l’art et de la littérature à travers le temps et l’espace ? En quoi permet-il : d’aborder différentes périodes historiques ? différentes cultures ? de construire la notion d’histoire de l’art ? de réfléchir à la distinction entre réalité et imaginaire ? de construire la notion de démarche scientifique ? de démarche artistique ?

Afin d’étayer mes recherches, j’ai constitué un questionnaire à l’attention de l’enseignante qui me reçoit en stage, constitué des questions suivantes :

Que pensez-vous de la polyvalence du professeur des écoles ?

La mettez-vous à profit dans votre manière d’enseigner ?

Comment traitez-vous l’enseignement de l’art dans votre classe ?

Considérez-vous les arts visuels comme une matière indépendante du reste des enseignements, ou

les intégrez-vous parfois dans une démarche pluridisciplinaire ?

Que pensez-vous de l’interdisciplinarité entre arts et littérature ? La pratiquez-vous ?

Que pensez-vous que pourraient être les apports d’un thème tel que celui du bestiaire dans le cadre

d’un projet en arts et en littérature ?

Durant mon stage dans une classe de CE1, j’ai également mis en œuvre le thème du bestiaire dans le cadre d’un projet entre arts et littérature, avec pour objectif la réalisation d’un bestiaire médiéval fantastique. Cette activité intervient après une séance de découverte avec les élèves des éléments constitutifs d’un bestiaire du Moyen-Age (animaux possédant des caractéristiques plus ou moins vérifiables, textes descriptifs à vocation scientifique, enluminures…). Ce travail sera constitué, sur la page de gauche, de la créature réalisée par les élèves sur le site de la bibliothèque nationale de France à partir de l’exposition interactive à propos des bestiaires du Moyen-Age, sur la page: http://expositions.bnf.fr/bestiaire/pedago/monstres/bestiaire.htm. J’ai affiché plus haut un exemple des créatures que l’on peut inventer à l’aide de ce logiciel. La page de droite sera constituée d’une description manuscrite de leur créature, nommées à partir des animaux qui la constituent, description complétée par une enluminure réalisée avec des traits noirs, dans le cadre d’un travail sur l’opposition (ici entre le noir et le blanc) au programme de la période dans la classe.

Cette expérience m’a donc permis de constituer une bibliographie, à partir des fiches pédagogiques mises à disposition par la BNF, et de l’article consacré au bestiaire sur l’encyclopédie Universalis en ligne : ces deux éléments, réalisés par des historiens et scientifiques, constituent de fait une base scientifique à mon travail, en présentant notamment une ouverture possible sur les problèmes à aborder en classe avec les élèves, notamment le problème de l’authenticité et de la dimension symbolique des bestiaires du Moyen-Age, de même que dans les œuvres contemporaines, avec par exemple l’album Éléphasme, rhinolophon, caméluche et autres merveilles de la nature de Philippe Mignon, présentant des chimères dont l’auteur assure qu’elles ont réellement existé, ou encore l’approche surréaliste du bestiaire de Pablo Picasso.

http://maternelle-hauterives.over-blog.com/article-les-animaux-de-la-ferme-par-les-artistes-44675563.html

Bibliographie :

-Trois fiches pédagogiques consacrées aux livres d’animaux, à la faune symbolique chrétienne et aux animaux fabuleux sur le site de la Bibliothèque Nationale de France, que vous pouvez consulter à l’adresse : http://expositions.bnf.fr/bestiaire/pedago/ind_fich.htm

-L’article « Bestiaires » de l’encyclopédie Universalis en ligne par Daniel POIRION

Bibliographie indicative d’œuvres à exploiter : (notamment autour de la problématique de la distinction entre réel et imaginaire)

Comptines du soir. Petites histoires dont les animaux sont les héros, Collection Ma petite boîte à musique, Tana éditions, 2009, illustrations : J.P Gauthier, Fabrication : Thomas Lemaître

Etonnant bestiaire, Michèle Mira Pons, Actes Sud Junior, 2010, illustrations : Marion Montaigne

Éléphasme, rhinolophon, caméluche et autres merveilles de la nature, Philippe Mignon, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2012

Histoires de squelettes, Jean-Baptiste de Panafieu, Gallimard Jeunesse, Collection Albums documentaires, 2012

Axinamu, Francesco Pittau, Bernadette Gervais, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2010

Oxiseau, Francesco Pittau, Bernadette Gervais, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2010

Nacéo, Francesco Pittau, Bernadette Gervais, Les Grandes Personnes, Collection Albums, 2012

Education artistique et éducation muséale : enjeux, rôles et harmonisation

Visite scolaire de la classe de CE2 de l’Ecole du Puits Picard de Caen au FRAC le 29 novembre 2012. Les enfants sont accompagnés de leur institutrice et du directeur de leur école et sont guidés par la médiatrice Mathilde Johan.

 

« “Le musée est une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, et qui fait des recherches concernant les témoins matériels de l’homme et de son environnement, acquiert ceux-là, les conserve, les communique et notamment, les expose à des fins d’études, d’éducation et de délectation“. » (d’après l’ICOM The International Council of Museums) [1].

 

 

 

Comme souligné par Cora Cohen, maître de conférences en sciences de l’éducation [2] et auteure de l’ouvrage Quand l’enfant devient visiteur : une nouvelle approche du partenariat Ecole/Musée, le musée a pour fonctions « la conservation, la recherche et la diffusion de connaissances » [3]. En ce sens et puisqu’il est destiné à collecter des objets et à les présenter à tous les publics, le musée constitue un « outil » idéal dans le cadre de l’enseignement des arts visuels à l’école primaire.

C’est dès les années 1920 que se pose la question de l’accueil du jeune public dans les structures culturelles [4]. Dès lors se sont développés dans les années 1930-1950 des départements spéciaux pour la jeunesse ainsi que des plans d’utilisations des musées mis à la disposition des enseignants [5]. A partir des années 1970 et grâce aux réflexions tirées du printemps 1968 [6], une nouvelle action culturelle et pédagogique est menée en milieu scolaire et ce dès 1969 avec l’instauration du « tiers temps pédagogique » [7] puis en 1980 à l’école primaire [8]. Depuis les années 1980, les plans de développement au sujet de l’éducation artistique[9] n’ont cessé de se multiplier [10] et tendent pour ce faire vers une réelle collaboration entre l’école et les services culturels [11].

L’école et le musée, deux institutions différentes mais complémentaires, sont ainsi devenus « partenaires » au service de l’action éducative et culturelle. La formation aux arts chez l’enfant doit développer son autonomie, sa personnalité et lui permettre de stocker un certain nombre de références culturelles et historiques qui participent également à sa formation à la citoyenneté [12]. C’est non seulement au travers d’activités stimulant sa créativité mais également grâce à « une rencontre avec les œuvres, indispensable à la diffusion démocratique de la culture, dans laquelle l’élève est conduit à découvrir des réalisations relevant du patrimoine comme des expressions contemporaines » [13] que doit être envisagé l’apprentissage des arts visuels à l’école primaire.

La « démocratisation » des visites scolaires serait alors nécessaire pour que l’enfant « rencontre » véritablement l’œuvre. L’utilisation qui est faite de ces dernières diffère toutefois selon les époques, les professeurs et les musées allant ainsi des « visites-récompenses »[14] qui ne sont pas véritablement intégrées à un programme à celles qui, au contraire, tentent de lier leur contenu à celui des programmes scolaires. C’est cette dernière démarche qui m’intéresse et que je souhaiterais analyser dans ce projet de TER en ciblant particulièrement, je le répète, les musées d’arts.

Dans cette optique, il sera nécessaire de comprendre pourquoi le statut des arts visuels à l’école a tant évolué et quels en sont les enjeux éducatifs. Cette perpétuelle interrogation est à l’origine de la constante remise en question de l’action pédagogique de l’espace muséal à destination du jeune public et il sera également important d’aborder ce point-là. En d’autres termes, pourquoi l’enseignement des arts est-il primordial ? Pourquoi éducation artistique rime-t-elle avec éducation muséale ? Et comment faire pour que ces deux dernières s’interpénètrent ?

Cette partie sera « concrétisée » par des « enquêtes de terrain ». Ces « enquêtes » auront pour but de répondre aux questions suivantes : qu’en est-il de la place réservée au public scolaire dans les musées ? Symétriquement, qu’en est-il de la place réservée au musée dans le milieu scolaire ?

Il s’agira dans un second temps de comprendre comment construire une séquence d’arts visuels à l’école primaire -il n’est pas encore visé de cycle en particulier, cela dépendra surtout des stages que j’effectuerai- en insérant une visite de musée et ainsi en établir l’intérêt pédagogique, culturel, humain et social pour l’enfant.

Pour ce faire, le FRAC de Caen m’a accueillie le jeudi 29 novembre lors d’une de leur visite par une classe de CP-CE1 pendant laquelle j’ai pu observer les réactions des « écoliers-visiteurs », la place de l’enseignant(e) de même que ses interventions ainsi que le rôle de la médiatrice – d’autres visites sont prévues aux mois de janvier et février.

FRAC, 29 novembre 2012 : les CE2 découvrent la collection « Le blues du chien ». 1. Les élèves sont devant un tableau qui se trouve dans le hall du bâtiment qui réunit des œuvres dont le fil conducteur est la guerre. 2. Les élèves poursuivent leur « visite-rencontre » à l’étage avec des œuvres toutes composées principalement de lignes et de noir et blanc.

La médiatrice du musée des Beaux-Arts de Caen, Anne-Sophie Bertrand, a mis à ma disposition à partir du 28 novembre la synthèse du « musée et de ses publics en 2011 » qui me donnera un premier aperçu de leurs actions en direction des publics scolaires et des visites seront également envisagées. D’autre part je m’appuierai sur les dossiers pédagogiques que me fourniront les médiatrices ainsi que celui que j’ai déjà en ma possession au sujet de l’exposition « Dentelles » au Musée de Normandie de Caen. Pour finir, les stages me permettront d’être en contact avec les enseignants et les élèves et de suivre une séquence en arts –en espérant qu’une visite en musée sera prévue.

Bibliographie :

Ouvrages et articles déjà étudiés :

– Cohen, Cora, Quand l’enfant devient visiteur : une nouvelle approche du partenariat Ecole/Musée, Paris, L’Harmattan, 2001,1 vol. , 218 pages.

– Gazeau, Marie-Thérèse, L’enfant et le musée, préface de Jean Chatelain, Paris, Les Editions ouvrières, Coll. Enfance heureuse, 1974, 1 vol., 156 pages.

– « Education artistique et culturelle : derrière les mots, les actes », Culture Communication, n° 171, juin 2009, pp. 12-15.

Ouvrages étudiés prochainement :

– Blonde, J., Claus, F., Ménigoz, P., Piguet, M., Pincet, F., Vérillaud, B., L’histoire des arts et les maîtres… de l’école primaire, Paris, CNDP-CRDP, Coll. Ressources formation/Enjeux du système éducatif, 173 pages.

– Faublée, Elisabeth, En sortant de l’école… musées et patrimoine, Paris, Hachette Education, Coll. Ressources formation/Enjeux du système éducatif, 1992, 142 pages.

– Lagoutte, Daniel, Enseigner les arts visuels à l’école primaire, Paris, Hachette Education, 2002, 1 vol., 278 pages.

Sitographie :

Sites déjà consultés :

« L’Education artistique et culturelle de la maternelle à l’université », circulaire n°98-153, 22 juillet 1998.  http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/politique/education-artistique/educart/220798.pdf

« La mise en œuvre de l’éducation artistique et culturelle dans l’enseignement primaire », rapport de l’IGEN, mai 2007.   http://media.education.gouv.fr/file/83/5/5835.pdf

« Horaires et programmes d’enseignement de l’école primaire », BO n°3 19 juin 2008, Numéro Hors-série.   http://www.education.gouv.fr/bo/2008/hs3/default.htm

 Sites consultés prochainement :

– Cohen C., Girault Y., « Quelques repères historiques sur le partenariat école-musée ou quarante ans de prémices tombées dans l’oubli», Aster, n°29, 1999.   http://ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/aster/RA029-02.pdf

– « La place des enseignements artistiques dans la réussite des élèves », rapport de l’IGEN, août 2007.   http://media.education.gouv.fr/file/95/9/5959.pdf

« Actes du séminaire national : Education artistique et culturelle », , septembre 2007.  http://media.eduscol.education.fr/file/Formation_continue_enseignants/18/9/actes_EAC_110189.pdf

« Médiation culturelle et politique de la ville» http://www.culture.gouv.fr/culture/politique-culturelle/ville/mediation-culturelle/index.html


[1] In Cora Cohen, Quand l’enfant devient visiteur : une nouvelle approche du partenariat Ecole/Musée, Paris, L’Harmattan, 2001, 1 vol. , 218 pages, voire page 15.

[2] Cora Cohen-Azria est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3.

[3] Ibid. p. 16.

[4] Ibid. p. 49.

[5] In Cora Cohen, Quand l’enfant devient visiteur…, p 49 et pp. 80-81. Marie-Thérèse Gazeau donne plusieurs exemples à ce sujet dans L’enfant et le musée, préface de Jean Chatelain, Paris, Les Editions ouvrières, Coll. Enfance heureuse, 1974, 156 pages, voire pages 77-78

[6] Cette période signa le début d’un bouleversement de tous les codes de la pédagogie dite « traditionnelle » où le maître faisait autorité. Au contraire seront désormais développées, entre autres, l’autonomie, la créativité et la mixité.

[7] Le « tiers-temps pédagogique » institué dans les écoles élémentaires prévoyait de consacrer un tiers du temps aux disciplines d’éveil et à l’éducation physique.

[8] In Cora Cohen, Quand l’enfant devient visiteur…, p 87-88. Le rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale intitulé « La mise en œuvre de l’éducation artistique et culturelle dans l’enseignement primaire » et datant de mai 2007 relate également cela à la page 15.

[9] Le rapport cité dans la note 7 précise à la page 11 la définition de « l’éducation artistique » donnée par le programme de 1985 pour l’école élémentaire et reprise dans les textes ultérieurs (1995 et 2002) : « L’éducation artistique est faite d’un ensemble de disciplines : l’éducation musicale, les arts plastiques, le théâtre et l’expression dramatique, le cinéma et la photographie, l’architecture. Si l’école privilégie la musique et les arts plastiques comme matières formatrices, elle s’ouvre néanmoins à la diversité des arts, des moyens d’expression et des techniques mises en œuvre. »

[10] Ibid. pp. 17-19.

[11] Voire la circulaire n°98-153 du 22-7-1998 sur « L’Education artistique et culturelle de la maternelle à l’université ».

[12] In « La mise en œuvre de l’éducation artistique et culturelle dans l’enseignement primaire », rapport de l’IGEN, mai 2007, p. 21.

[13] Ibid. p. 10.

[14] In Cora Cohen, Quand l’enfant devient visiteur… , pp. 19-20.

Le rapport entre le professeur et l’intervenant

Vièle tarawangsa, anonyme, Java, E.1056
© Cité de la musique – Photo : Jean-Marc Anglès

Beaucoup de professeurs souhaitent recevoir un musicien intervenant dans leurs classes, souvent car ils ne se sentent pas capable d’enseigner la musique par manque de compétences. Cette discipline est enseignée à l’IUFM, mais il semblerait que ces cours ne soit pas suffisant pour qu’ils se sentent capable d’enseigner la musique à leurs élèves.

Nous pouvons nous poser les questions suivantes :
-Le professeur et le DUMISTE ont-ils un rôle bien précis durant le cours de l’intervenant ?
– Le professeur doit-il être présent ?
-Doit –il participer durant la séance ?
-Doit-il seulement observer ?

Je vais, pour l’instant, travailler uniquement à partir des recherches que j’ai effectuées, puis, pendant mes entretiens avec les professeurs des écoles qui reçoivent des intervenants, je leur poserai la question suivante : lors des séances des musiciens intervenants, comment définiriez-vous votre rôle ?
J’interrogerai aussi les intervenants musiciens : Lors de votre intervention dans la classe d’un professeur, comment sont définis vos rôles respectifs ? Le professeur est-il présent de la façon la plus bénéfique possible durant ces séances ?

1- Ce que dit le règlement…

a- Le rôle du professeur.

Le rôle du professeur lors d’une participation d’un intervenant extérieur est défini par le titre 5.4 de la circulaire n° 91-124 du 6 juin 1991. Il y est écrit que le professeur doit assurer l’organisation pédagogique de la séance mais il doit aussi être dans la capacité de garantir le contrôle effectif de son déroulement. Cependant, si les élèves sont répartis en plusieurs groupes et que l’enseignant en a un en charge, il n’a pas à assurer le contrôle du déroulement de la séance. Il doit néanmoins avoir préparé l’organisation générale de l’activité.
Dans le cas où les conditions de sécurité ne sont pas respectées, il appartient à l’enseignant de suspendre ou d’interrompre immédiatement l’activité.
Circulaire n° 92 – 196 du 3 juillet 1992 / Code de l’Education BO n° 7 du 13 juillet 2000 article L.312.3)

b- Le rôle de l’intervenant
L’intervenant ne se substitue pas au professeur. Son rôle est d’apporter un éclairage technique sur un sujet déjà traité par l’enseignant.
Les intervenants peuvent tout de même prendre des initiatives, à partir du moment où elles s’inscrivent dans le cadre strict de ses fonctions et du projet pédagogique.

2- …Dans la réalité

Selon mes différentes recherches, j’ai pu voir que pour les intervenants la présence du professeur pendant les séances musicales est très importante. En effet, il s’agit d’un travail pédagogique qui s’effectue à deux. Le professeur connait bien les élèves, ce qui lui permet d’être plus apte pour maintenir la discipline ou pour organiser au mieux les groupes. Il est donc très important d’avoir une relation de cohésion et de coopération entre le DUMISTE et le maître de la classe. L’intervention musicale est souvent liée à un projet monté en commun avec le professeur, ce qui renforce d’autant plus l’importance d’avoir un partenariat entre ce dernier et l’intervenant. En effet, cela permet d’avoir une continuité avec ce qui est fait durant la séance musicale et le reste de la semaine en cours. Il faut que le professeur soit capable de réinvestir en cours le travail produit par l’intervenant.

Malheureusement, il semblerait que certains professeurs ne prennent pas leurs rôles au sérieux et qu’ils ont parfois tendance à se décharger de leur classe pour laisser l’ensemble des élèves au musicien. Non seulement, cela pose problème au niveau du projet qui doit être poursuivi en classe par ce professeur mais aussi pour l’intervenant, pour qui il est difficile de travailler convenablement avec autant d’élèves.
Cependant, même s’il est très important que l’enseignant s’investisse, cela ne veut pas dire qu’il ne doit pas se mettre en retrait de temps en temps. En effet, il semble important que le professeur prenne le temps de se mettre à l’écart afin d’observer les enfants et de garder des traces de cette séance, afin de pouvoir la réinvestir plus facilement seul en classe.

Je peux déjà répondre à plusieurs des questions que je me suis préalablement posées. Le professeur se doit d’être présent dans la classe durant la séance de l’intervenant et même si cela n’est pas toujours le cas, il est très important qu’il participe à la séance.
Reste à savoir ce qu’il ressortira de mes entretiens avec les professeurs des écoles et les intervenants. Les deux protagonistes arrivent-ils à créer un partenariat afin d’avoir une séance la plus bénéfique possible pour les élèves ? Sont-ils mutuellement contents du rôle qu’ils occupent respectivement ?

Source :
-page pratique 2012/2013. Politique départementale des enseignements artistiques.
http://www.univ-rouen.fr/civiic/memoiresM1/textes/Franc.Celia.pdf
http://www.musidauphins.fr/intervenants/metier.html

Le complément d’objet direct : quelle transposition didactique?

Comment les savoirs savants sont-ils transposés en savoirs didactiques dans l’enseignement du COD au cycle 3 ? A quelles difficultés sont confrontés les professeurs ainsi que les élèves dans l’apprentissage du COD ?

Tel sera l’objet de ma recherche pour mon TER. Pour cela, j’ai décidé de diviser mon travail en deux parties : une portant sur les savants et leur transposition et la deuxième sur la concrétisation de cette transposition.

La transposition des savoirs

Dans cette partie, je vais étudier  les savoirs savants des grammairiens, le point de vue des professeurs sur ce point de grammaire et ainsi que ce qu’en disent les manuels scolaires.

Le savoir des grammairiens : une base fondamentale

Il me semble important de définir précisément ce qu’est l’étude du complément d’objet direct de manière savante pour deux raisons essentielles. La première, cette précision grammaticale va m’aider à appuyer mes critiques vis-à-vis des manuels étudiés. De plus, je ne me voyais pas traiter un tel sujet sans voir la théorie relative à ce point de grammaire. J’ai décidé de m’appuyer sur l’ouvrage de Roberte Tomassone « Pour enseigner la grammaire 1 . Ces indications savantes me permettent d’avoir une connaissance précise et éclairée sur le COD.

Les savoirs des enseignants : théoriques ou scolaires ?

Après l’étude des savoirs savants dans les ouvrages, mon analyse se portera sur les savoirs et les connaissances des enseignants sur cette notion. Je vais m’intéresser également à la question du comment dans la transposition didactique. Afin d’être précise et  proche de la réalité, j’ai décidé d’interroger , sous la forme d’un guide d’entretien, pendant mon stage, une professeur des écoles de CM2. Ces réponses, je l’espère, m’aideront à clarifier la différence entre les savoirs savants des grammairiens et les savoirs acquis et réutilisés pour un apprentissage clair et efficace du COD dans une classe de cycle 3.

Les manuels scolaire : bon ou mauvais outil pour la transposition didactique ?

Après la lecture des bases des enseignants, il me semble important de voir comment est traitée cette notion dans les manuels scolaires. Je vais pour cela me fonder sur deux ou trois manuels d’éditions différentes afin de voir comment chaque manuel élabore une leçon et quels genres d’exercice il  propose. Je vais certainement me rendre compte que les manuels proposés sont généralisateurs et devoir les critiquer. Je m’aiderai de l’article de F. Grossman « La mise en texte de la théorie grammaticale dans les manuels de grammaire du primaire et secondaire »2 qui montre que les manuels proposent une grammaire trop minimaliste et n’assume pas complètement sa fonction didactique.

Concrétisation de cette transposition

Dans cette partie, je vais me pencher sur la mise en œuvre de la transposition didactique dans une leçon, dans les exercices et dans les écrits.

L’élaboration d’une leçon : une réelle difficulté.

Je me demanderai quelles connaissances l’enseignant doit utiliser pour sa leçon mais aussi lesquelles il doit retirer par souci de simplicité et de compréhension des élèves. La question de la forme me paraît aussi fondamentale dans l’élaboration d’une leçon. Le bon choix du fond (connaissance choisie) et de la forme peuvent permettre aux élèves de comprendre que la grammaire et notamment la maîtrise du COD les aident à construire leur pensée. Ma lecture de Sophie Wenish dans  Mes élèves aiment la grammaire 3 montre ce point de vue.

Il est clair que la conception d’une leçon n’est pas chose facile surtout quand elle doit être comprise par tous les élèves.

Les difficultés des élèves liées à une transposition didactique mal choisie ?

Je compte essayer percevoir les difficultés que rencontrent les élèves face à l’apprentissage du COD ; essayer d’en comprendre les raisons. Pour ce faire, j’ai conçu un questionnaire que je donnerai à des élèves d’une classe de CM2. Grâce aux réponses des élèves, je devrais pouvoir cerner leurs difficultés face à la reconnaissance d’un COD. Je pourrai également, suites à leurs résultats, critiquer les formules toutes faites que donnent parfois les enseignants aux élèves dans le but de les aider mais qui souvent les induisent en erreur. Le livre de Marc Campona Comment faire de la grammaire 4 me paraît intéressant pour étayer mes critiques quant aux formules toutes préparées.

Vers un écrit plus élaboré

La bonne assimilation du COD se concrétise également dans les écrits des élèves. L’articulation grammaire (leçon) et l’écriture (rédaction) doit être toujours liée. J’aimerais m’appuyer sur des productions écrites d’élèves afin de voir si le lien se fait, pourquoi et dans quelle mesure.

Grâce à cette recherche, je pense que je pourrai répondre à ma problématique de départ : comment s’effectue la transposition didactique dans l’étude du COD, avec quels outils et dans quelle limite ?

1Pour enseigner la grammaire, Roberte Tomassone. Edition Delagrave, 2002.

2″La mise en texte de la théorie grammaticale dans les manuels de grammaire du primaire et secondaire,Grossman. Repères Nouvelle Série 1996-14 « La grammaire à l’école. Pourquoi en faire ? Pour quoi en faire ?”.

3Mes élèves aiment la grammaire… (et ils la savent!), Sophie Wenish-Labareye. Edition Impression Librairie, Paris 2008.

4Comment faire de la grammaire, Marc Campana et Florence Castincaud. Collection Pratiques et enjeux pédagogiques, 1999.

Le théâtre à l’école primaire, un “plus” pour les élèves ?

Fanny SIMON


La Reine des Neiges, comédie de Caen

photographie issue du spectacle La Reine des Neiges, à la comédie de Caen, d après Andersen  et mise en scène par Joan Mompart

Je souhaite travailler sur le spectacle vivant à l’école primaire. Le spectacle vivant est un spectacle où les artistes font une représentation en direct devant un public, par exemple les pièces de théâtre, les opéras, les ballets, les spectacles de rues, et bien d’autres encore.

Plus précisément je tiens à mettre en avant l’importance du théâtre : à la fois les enjeux éducatifs qui en découlent mais aussi le fait que le théâtre sous ses aspects les plus divers est aussi un support pédagogique pour l’enseignant. Le théâtre est à la fois un « édifice destiné à la représentation de pièces, de spectacles dramatiques » mais aussi un « art dramatique, considéré comme un genre artistique et littéraire : Faire du théâtre. » (Dictionnaire Larousse)

L’enfant peut-il passer de simple spectateur à un spectateur plus averti ? L’Ecole peut-elle lui donner les clés pour aimer le théâtre ? Je ne parle pas de compréhension d’une pièce car la compréhension est bien trop subjective. Je soulève juste la question d’appréciation d’une œuvre de spectacle vivant, qu’il s’agisse de théâtre, de cirque ou de marionnettes (hors danse).

Sortir au théâtre, à l’école primaire, me semble être une bonne ouverture culturelle sur le monde qui nous entoure. Tous les élèves n’ont pas le même environnement social, c’est donc important d’essayer de mettre tous les élèves sur le même pied d’égalité face à la culture. La Comédie de Caen, située à Hérouville Saint-Clair, travaille avec des publics scolaires, c’est-à-dire les écoles d’Hérouville sur différents spectacles.

J’aimerais donc mettre en avant les façons de monter un projet théâtral au sein d’une classe. Je ne sais pas encore sur quel cycle m’appuyer, cela dépendra de ma classe lors du stage de décembre mais aussi des classes des écoles d’Hérouville. J’ai pour projet de suivre ces classes, de voir les différentes approches des enseignants par rapport au théâtre. Je m’appuierais également sur un spectacle de Jean Lambert-Wild « Mon amoureux noueux pommier ». Ce spectacle est ouvert aux étudiants en enseignement afin d’observer les réactions d’une classe lors d’une représentation (le 1er février 2013).

photographie issue d’une répétition de Mon Amoureux Noueux Pommier, de Jean Lambert-Wild à la Comédie de Caen.

 

Du point de vue professionnel, je pense que monter un projet théâtre est très important pour les enfants. Une telle ouverture sur un monde inconnu ne peut être que bénéfique.

Les questions que je me pose sont les suivantes :

– Qu’est-ce qu’un projet théâtre, comment fonctionne-t-il  dans les deux parties (le corps enseignant/élève et le corps professionnel) ?

– Le théâtre apporte-t-il quelque chose à l’élève ? Et si oui, comment ?

– Quel est l’intérêt pédagogique d’emmener sa classe au théâtre ?

– Quel est l’intérêt pédagogique et humain de faire des activités dramatiques avec ses élèves ?

– Quel est le rapport entre le texte et la mise en scène ? Comment montrer la dualité du théâtre (le texte est un genre littéraire, et la mise en scène est un spectacle, une représentation)

Sitographie

http://eduscol.education.fr/pid23666-cid49865/theatre.html

http://www.comediedecaen.com/web/l-astrolabe-260.html

Bibliographie

LEGRAND Martine, Sortir au théâtre à l’école primaire, CRDP Académie d’Amiens, 2004

LALLIAS Jean-Claude, Les fondamentaux du théâtre à l’école primaire,  CRDP Champagne-Ardenne, 2001

Cahiers pédagogiques : le théâtre à l’école, qu’est ce que ça fait ? n° 337, 1995.

Le cinéma en classe d’histoire : le cas du film Le Roi et l’Oiseau

Marion JOUAULT

L’utilisation du cinéma en classe d’histoire : le cas du film Le Roi et l’Oiseau, une étude des régimes tyranniques pour une classe de cycle 3.

Dans ce TER, j’étudierai l’utilisation du film en classe d’histoire. Comment l’utiliser? Quelles précautions prendre? Quels en sont les avantages pédagogiques? Pour illustrer mes propos, et ceux des chercheurs s’étant penchés sur le sujet, je me baserais sur le long-métrage de Grimault et Prévert: Le Roi et l’Oiseau.

Il convient tout d’abord de s’interroger sur les didactiques de l’histoire à l’école primaire. L’outil qui nous intéressera ici sera le support cinématographique pour transmettre des savoirs historiques à l’enfant.

La fable Le Roi et l’Oiseau est particulièrement intéressante à analyser pour une classe de cycle 3. Le thème brûlant des excès d’un régime totalitaire/tyrannique est traité ici avec une poésie et une esthétique sublimes. Regarder ce long métrage avec une classe de CM2 par exemple permet à l’instituteur d’aborder des sujets historiques proches, violents et parfois difficiles à bien comprendre pour des enfants, comme celui de la Seconde Guerre Mondiale et des fascismes. Le Roi et l’Oiseau illustre bien les grands traits de ces régimes. Ils sont ici facile à distinguer pour des enfants. On peut y voir :

  • le culte du chef et la propagande

  • l’importance donnée à la construction de monuments et d’édifices somptueux et de taille disproportionnée (références à l’antiquité ou aspect futuriste)

  • l’omniprésence militaire et l’espionnage (plus le robot, véritable arme de destruction massive)

  • la délation

  • les doctrines de races, d’inadaptation, d’infériorité et de supériorité de certains individus sur d’autres (ghettos de la ville basse, amour impossible entre une Bergère et un Ramoneur, …)

  • le travail forcé et la sanction (mise à mort systématique, traque, …)

 

Alors comment faire comprendre à des enfants ces faits d’histoire, parfois durs, fondateurs de l’histoire actuelle? Quelle leçon d’histoire peut-on retirer de Le Roi et l’Oiseau?

 

Projets de TER dirigés par Magali Jeannin (octobre 2012)

LECOEUR Marion

Le coin-lecture en maternelle avant l’apprentissage de la lecture

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1977-08-0489-001

Descriptif:
Mon souhait était d’étudier la place de la bibliothèque à l’école. Mais sujet bien vaste…Il était alors important de resserrer mon champ de recherche. J’hésitais quant au type de lieux de lecture : dans la classe (le coin-lecture), dans l’école (la BCD) ou hors de l’école (partenariat avec la bibliothèque municipale) ? Finalement, après la consultation de revues et d’ouvrages, mon choix s’est porté sur le coin lecture, l’un des lieux essentiels d’une classe. Quant au niveau, je m’oriente davantage sur la maternelle, voire plus particulièrement la grande section (année avant le CP, donc avant l’apprentissage de la lecture).

Voici les questions qui m’intéressent particulièrement : Comment familiariser l’enfant à l’univers du livre avant l’apprentissage de la lecture ? Comment un enfant peut-il prendre goût à la lecture avant même d’avoir toutes les compétences de lecteur ?

L’un des processus d’acquisition de la lecture est l’acquisition culturelle (selon Gérard Chauveau dans Comment l’enfant devient lecteur). En ce sens, dans quelles mesures le coin-lecture en maternelle permet-il à l’enfant de s’approprier l’univers du livre ?

Mots clés: coin-lecture, familiarisation, appropriation, acquisition culturelle, apprentissage de la lecture

____

Camille LANDAIS

Le lien entre le texte et l’image dans la littérature de jeunesse. Etude d’une œuvre de Claude Ponti, Okilélé

Descriptif : J’aimerais travailler sur l’articulation du texte et de l’image dans la littérature de jeunesse. Je souhaite baser mon étude sur l’album de Claude Ponti, Okilélé. Cet album étant conseillé à des enfants de cycle 2, j’aimerais recueillir le ressenti d’élèves  quant à l’histoire présentée ainsi que leurs façons de lier le texte et l’image afin de créer un sens à ce qui peut apparaitre comme en étant dépourvu pour eux. Je pense donc m’interroger sur la vision que peut avoir un enfant vis à vis de ce livre puis comparer cette vision « innocente » à une analyse approfondie.

Les questions qui me semblent  intéressantes sont principalement centrées sur la lecture et la relation qu’entretiennent les enfants avec elle : Quel rôle l’image peut-elle jouer dans l’envie de lire ? Le plaisir de lire est-il annihilé aussitôt que l’image disparait du livre ?

Il me reste encore à trouver la meilleure manière pour lier ces questionnements (fondamentaux quant à l’attitude future des élèves face à la littérature) à l’album de Claude Ponti.

Projets de TER dirigés par Karine Guihard (octobre 2012)

Hemery Clémentine

Le cinéma comme outil et support à l’enseignement

http://cinedidac.hypotheses.org/194


Descriptif:

Je compte analyser la façon dont on peut utiliser le cinéma dans l’enseignement aussi bien pour des matières comme l’histoire et le français, mais aussi la manière d’utiliser le cinéma comme un outil à l’éveil de la curiosité de l’enfant. Je vais ainsi me demander comment exposer les enfants à la rencontre du cinéma, comment choisir les films à montrer aux élèves et quels sont les enjeux de la présence du cinéma dans l’éducation nationale.

Pour cela je pense m’appuyer sur un film que je n’ai pas encore sélectionné. J’aimerais également pouvoir faire mon stage dans une école, de préférence en cycle 3, qui participe à l’opération « École au cinéma » afin de comprendre comment on peut intégrer l’approche du cinéma dans les écoles primaires dès la moyenne section, et d’avoir ainsi une approche pratique.

C’est une approche pour le moment très générale que je souhaite préciser à l’aide de mes recherches dans les semaines qui viennent.

Mots clés:

cinéma, école au cinéma, rencontre, enseignement.

———-

Cheyrade Gwendoline

Découverte de la peinture au travers de la littérature de jeunesse

http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/document/bibli-art.htm

Au cours de mon TER, je souhaite me tourner vers la question de la découverte de la peinture. J’ai longuement réfléchi à la façon dont nous pouvions faire découvrir la peinture aux enfants et mon choix s’est tourné vers la littérature de jeunesse.
Je vais donc réfléchir aux questions suivantes :

– pourquoi faut-il faire découvrir la peinture aux enfants?

– faut-il leur faire pratiquer la peinture ?

– qu’est-ce que cela peut leur apporter ?

Il me reste tout de même une question (et pas des moindres) à résoudre qui est celle de savoir si mes recherches se baseront sur un livre dont l’histoire fait voyager les enfants au travers de différentes œuvres ou bien un livre dont les décors seraient ceux d’œuvres connues.
C’est une fois cette réponse trouvée que mes recherches se confirmeront et que je pourrais définir le cycle auquel mon étude se rattache.

 

—-

CAVOIT Michèle

Langage et découverte du monde en maternelle à travers les chansons d’Hélène Bohy dans A l’eau!

Photo jacquette de A l’eau! d’Hélène Bohy

Descriptif :

Le CD que je souhaite étudier est un disque pour enfants dont l’unité thématique est le monde aquatique. Il est composé de chansons, ce qui lie la musique (art) au langage. Il contient également un support visuel : un petit livret avec les paroles de chansons et des illustrations.

J’aimerais utiliser ce CD pour montrer l’intérêt de la chanson en maternelle, notamment pour le langage et la découverte du monde. Pour cela, je souhaiterais répondre à plusieurs questions : la chanson peut-elle intervenir pour le développement du langage chez l’enfant? (au niveau de la conscience phonologique, la prononciation, l’articulation, les rimes, les jeux de mots, la syntaxe). Qu’est-ce que les chansons peuvent apporter pour la découverte du monde? (le monde aquatique, la musique), quels sont les enjeux pour la sensibilité, l’imagination et la création? (plaisir, jouer avec sa voix, les bruits ou les rythmes, sensibilisation à la musique, etc).

Je développerai tout cela en me basant sur les chansons du CD d’Hélène Bohy, A l’eau!. Je m’interrogerai également sur les différences entre une comptine et une chanson et essayerai de voir si la présence de musique favorise les apprentissages.

Mots Clés : Bohy Hélène, chanson, musique, langage, eau

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Dominique Lefebvre (octobre 2012)

JACOUTOT Claire

L’enseignement-apprentissage du COD en cycle 3


Comment les savoirs savants sont transposés en savoirs didactiques dans l’apprentissage du complément d’objet direct au cycle 3?
Quelles sont les méthodes préconisées pour un apprentissage efficace et clair du COD (Complément d’objet direct) en cycle 3?

Descriptif :
J’ai décidé de travailler sur l’apprentissage de la grammaire et plus précisément sur l’apprentissage du COD au cycle 3. Je vais m’appuyer sur des manuels de français de cycle 3 de différentes éditions afin de comprendre comment les professeurs des écoles enseignent ce point de grammaire. De plus, mes stages me permettront de voir si oui ou non l’apprentissage du COD est efficace avec l’utilisation des manuels. Si la réponse est négative, je verrai quelle(s) autre(s) méthode(s) les professeurs des écoles utilisent. J’aimerais aussi me pencher sur la question de la transposition didactique, à quelle(s) difficulté(s) se heurtent les enseignants mais aussi les élèves?

Mots clés :
grammaire, COD, transposition didactique, apprentissage, manuels.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Projets de TER dirigés par Serge Martin (octobre 2012)

BOICHARD Yolène

Les grands héros : la littérature adaptée pour les enfants ?

Descriptif :

J’ai décidé de m’appuyer sur la mise en relation de la littérature de jeunesse et de la “grande” littérature, à travers la représentation de grands héros littéraires (par exemple Cyrano de Bergerac, Ulysse, Robinson Crusoé…), dans un album ou un roman pour la jeunesse. J’aurais aimé étudier la découverte de ces héros, au sein d’une classe de fin de cycle 3, par la comparaison entre le héros dans l’œuvre originale (à partir d’extraits) et dans son adaptation.

Reste à déterminer précisément la notion de héros, et faire un choix parmi tous les héros littéraires possibles (classement par type, période…?).

Piste également autour des héros antiques dans une classe de grande section de Maternelle de X (enquête à venir).

Mots clés:

héros, héros littéraire, œuvre originale et adaptation

_____

Becquemont Maxime

Le rôle de l’environnement dans le racontage d’histoires à l’école.

Descriptif: 

Je voudrais m’interroger sur les différents dispositifs qu’un enseignant peut mettre en place lorsqu’il raconte une histoire aux enfants. De plus, il serait interessant de faire des comparaisons de racontage en fonction du cycle (cycle 1, 2 ou 3) et de relever les grandes différences qui peuvent apparaitre.

Mon objectif principal sera donc de tenter de répondre à ces différentes questions :

Comment aménager une classe pour raconter efficacement une histoire aux enfants ?

Existe-t-il des aménagements plus efficaces que d’autres ?

Quels moyens (quelles techniques) peuvent être utilisés par un enseignant pour maintenir l’attention de tous les enfants ?

Quelles différences peut-on apporter selon l’âge des enfants ? (aménagement différent ? ambiance différente ?)

Je voudrais donc orienter fortement mon travail sur des notions telles que l’aménagement de la classe, l’ambiance ou encore les techniques de racontage.

(Cependant, je me demande si mon choix n’est pas trop restreint, trop précis.)

Je voudrais ainsi effectuer mes stages dans des classes de cycles différents afin de me rendre compte des différents moyens utilisés par les enseignants pour raconter une histoire aux enfants. (de préférence cycle 1 puis cycle 2 ou 3)

Mots clés: Racontage à l’école, Aménagement, Ambiance.

_________

BETTON Pauline

La danse contemporaine, ou l’art de la découverte et de l’expérience à l’école

 

“Enfant” de Boris Charmatz – Photo Boris Brussey http://www.museedeladanse.org/projets/le-petit-musee-de-la-danse/list

J’ai choisi de travailler sur la danse contemporaine, car c’est un sujet vaste et riche qui peut être abordé sous différents plans avec des enfants de tout âge. Je n’ai pas encore défini de cycle précis, je pense que la pratique de la danse contemporaine est abordable en cycle 1 comme en cycle 2 et 3.

Je pourrais me lancer dans une définition de la « danse contemporaine », mais cette discipline peut-elle précisément être définie ? Par un mot ? Une phrase ?

La danse contemporaine, c’est une discipline, ou plus précisément un art, qui se vit en son for intérieur, seul ou à plusieurs.

A travers mon éventuel projet d’étude à venir, je traiterai de la danse contemporaine en tant qu’art et non en tant que discipline sportive (même si les deux sont envisageables), car à travers l’exploration de mes pensées et idées, je ne cesse de vaciller entre différentes problématiques qui pourraient (toutes dans l’ensemble) constituer le socle de base de mon futur projet de recherche. Et toutes ces idées ont ce point commun d’aborder la danse contemporaine sous la dimension artistique.

Mais avant d’aller plus loin, la question ne sera pas de se demander si la danse contemporaine est un art, mais plutôt d’analyser ce qu’elle peut apporter à un enfant de 6 ans, et en parallèle à un enfant de 10 ans.

Et ici, une nouvelle question se profile à l’horizon : « Pourquoi avoir choisi de traiter de la danse contemporaine, et non d’un autre « style » de danse, ou d’un autre art ? » Peut-être ai-je enfin trouvé la réponse à cette question (de manière subjective) : « Parce que, la danse contemporaine est une large discipline qui offre un accès plus riche aux enfants, à la grande discipline maîtresse qu’est la danse ». En effet, la danse contemporaine est un concentré de plusieurs « types » de danses : lors d’une représentation, on peut aussi bien retrouver des pas de danse classique, ainsi que des figures de danse de société, ou bien de la danse moderne, etc. Où est la limite de cette discipline ? En allant plus loin, et pour répondre à la question « pourquoi ne pas avoir choisi un autre art ? », je dirai que la danse contemporaine est un art qui permet un mélange de plusieurs arts, tels que la photographie, la peinture, le cinéma, etc. Cette discipline regorge de richesse, offre une jonction de tous les arts, que l’on ne retrouve pas forcément ailleurs, dans une autre discipline.

Pour revenir à ma question « initiale », je dirais que la danse contemporaine offre un large éventail, du point de vue de la découverte de notions et de types de danse,  aux enfants qui y seront confrontés.

Mais je me trouve maintenant face à la difficulté essentielle de mon projet de TER qui consiste à partir d’une idée ou d’une problématique initiale. Or, en l’état actuel des choses, je ne suis toujours pas apte à déterminer un cadre de recherche précis. Tout en prenant appui sur mon vécu et en me plaçant en tant que futur enseignante, je ne sais si je dois aborder la discipline de la danse contemporaine comme un art (pouvant ouvrir à la sociabilité) ou bien comme un moyen d’expression (pouvant permettre un accès à la connaissance de soi et à l’expérience), ou encore comme une activité ludique (qui permettrait de remédier à quelques lacunes et mieux accéder à la compréhension et connaissance d’un fait).

Je reprendrai cette expression utilisée par Constance BODIOU, dans son mémoire (2010-2011) : « Apprendre en créant ».

Je laisse en suspend ces premières interrogations, dans l’attente de me forger une meilleure idée qui pourrait par la suite constituer un socle plus solide à mon projet de recherche à venir.

 

Mots clés: Danse contemporaine – Art – Expérience – Découverte – Apprentissage.

 

—–

JOUAULT Marion

Le Roi et l’Oiseau, une étude des régimes politiques tyranniques en classe de cycle 3

Le roi et l'oiseau

Au commencement, c’est Jacques Prévert qui, après avoir relu le célèbre conte d’Andersen La Bergère et le Ramoneur, souhaite l’adapter au cinéma avec l’aide de son ami Grimault. Prévert est celui qui a poussé Grimault au cinéma d’animation, et Grimault, fan de l’écrivain danois, n’a pas été difficile à convaincre. Il a déjà, avec l’aide de Prévert, adapté en dessin animé le conte de l’Inébranlable petit soldat de plomb, devenu Le petit soldat en 1947. Le long métrage du Roi et l’Oiseau mettra 34 ans à voir le jour. Il n’y a pas d’expérience similaire dans l’histoire du cinéma française en matière d’animation. Ce premier coup d’essai de long-métrage rencontrera des soucis d’ordre financier très vite, et cela aboutira à la sortie prématurée d’une première version, appelée La Bergère et le Ramoneur. Ce court-métrage sort sans l’accord de Grimault et Prévert, très mécontents du résultat (bien qu’il remporte le grand prix du jury de la XIIIe Biennale de Venise en 1951) . Ce n’est que quelques années après que les deux hommes reprennent la réalisation du dessin animé, dans un contexte différent (la guerre est passée par là), qui a changé des mentalités (moins délicates). Le long métrage change de nom pour devenir Le Roi et l’Oiseau, et l’on peut dire qu’il est véritablement le résultat d’une formidable amitié entre les deux poètes. Un équilibre parfait naît de la collaboration des deux artistes. Ensemble, ils trouvent le juste milieu entre tragédie et humour.

Prévert est un célèbre poète et scénariste engagé, un touche-a-tout et un amoureux du cinéma et autres arts visuels, qui voit notamment dans ce film un moyen de dénoncer les régimes totalitaires et tyranniques, passés et présents. Prévert ne verra pas la fin du film, il décède pendant la préparation de la version définitive de 1979. Paul Grimault, lui, est un dessinateur de talent ; il est le fondateur de la première société de dessins animés française, et est le premier français reconnu à l’internationale pour son travail. Pour Jean Aurenche, qui a présenté Grimault à Prévert, Paul Grimault « est un poète. Quelqu’un qui sait vous émouvoir et vous faire sourire en même temps. Comme Prévert. Quelqu’un qui a su garder l’esprit d’enfance et qui débusque le tragique, l’insolite, derrière des faits anodins. Sans la moindre mièvrerie. Paul, c’est quelqu’un qui croit que les enfants sont des poètes et qui s’adressent à eux d’égal à égal. Le contraire de Disney. » (dans La suite à l’écranrecueil posthume d’entretienséd Institut Lumières/Actes Sud, 1933).

Ces deux hommes ont connus, directement, les deux guerres mondiales, et ce film est pour eux un appel à la liberté et à la révolte pour la liberté.

Le thème brûlant des excès d’un régime totalitaire/tyrannique est traité ici avec une poésie et une esthétique sublimes. Regarder ce long métrage avec une classe de CM2 par exemple permet à l’instituteur d’aborder des sujets difficiles pour des enfants, comme celui de la Seconde Guerre Mondiale et des Fascismes. Les grands traits de ces régimes sont ici facile à distinguer, et loin être brutaux pour l’enfant. On peut y voir :

  • le culte du chef et la propagande

  • l’importance donnée à la construction de monuments et d’édifices somptueux et de taille disproportionnée (références à l’antiquité ou aspect futuriste)

  • l’omniprésence militaire et l’espionnage (plus le robot, véritable arme de destruction massive)

  • la délation

  • les doctrines de races, d’inadaptation, d’infériorité et de supériorité de certains individus sur d’autres (ghettos de la ville basse, amour impossible entre une Bergère et un Ramoneur, …)

  • le travail forcé et la sanction (mise à mort systématique, traque, …)

Un instituteur peut ainsi isoler chacune de ces caractéristiques pour en étudier des exemples dans le temps, passés (Italie de Mussolini, le Troisième Reich d’Hitler, l’Espagne sous Franco, l’URSS de Staline,…) ou présents (dictature des pays arabes et africains, Corée du Nord, …).

Ce film est un véritable produit de l’après-guerre et du traumatisme qui en a découlé. L’Oiseau est aussi un personnage essentiel et très intéressant à étudier. Il incarne le courage et la résistance à l’oppression. Comme le dit Grimault : « L’Oiseau, c’est la liberté » Il est une sorte de dissident au régime du Roi de Takicardie. Et on peut souligner sont caractère un peu démagogique pour arriver à ses fins (« Il y va d’un bloc ! »). La résistance française lors de la Seconde Guerre Mondiale ou encore la résistance espagnole au régime de Franco, peuvent être également abordées après le visionnage du film.

Il faut préciser que dans Le Roi et l’Oiseau aucune indication de temps n’est donnée. Prévert et Grimault ont choisi de placer l’action dans un cadre intemporel, car en effet, il est impossible de dire si cela se passe au XVe siècle ou au XXe siècle.

« Je suis content d’avoir fait Le Roi et l’Oiseau parce que ce qu’il raconte est salutaire pour tout le monde et le sera encore pendant des années. Ce n’est pas un film à message, mais il parle de la façon dont le monde vit depuis un temps, et où il a l’air de s’engager de plus en plus. » (Paul Grimault)

Voir une tentative très courte: http://www.ac-grenoble.fr/ien.romans/Bmpc/Alain/C3/jacquesprevertunpoete.PDF


_____

Claire TIREL

Les musiciens intervenants à l’école : enquête

Mon TER s’effectuera sur les musiciens intervenants à l’école. Travailler sur la musique s’est naturellement présenté à moi car j’ai de nombreuses années de pratique musicale derrière moi, ce qui m’a permis de me rendre compte que la musique peut être épanouissante pour la vie sociale mais aussi scolaire des enfants. J’ai commencé ma formation musicale par l’éveil musical à l’âge de quatre ans et j’ai continué jusqu’au brevet de solfège. Pour la pratique instrumentale, je joue de la flute depuis maintenant 15 ans et je fais actuellement partie de trois orchestres.

La pratique de la musique à l’école primaire est très différente de l’enseignement dispensé par une école de musique, néanmoins, elle n’en est pas moins importante. Malheureusement, même si les instructions officielles accordent une place non négligeable à la musique, cette discipline est parfois délaissée au profit des matières « principales » comme le français, les mathématiques, l’histoire géographie…  Cependant, selon moi, la musique est une discipline très importante qu’il faut en aucun cas mettre de côté. En plus d’être un moyen d’expression et de faciliter la socialisation des enfants, il semble que la musique soit un « plus » pour la scolarité des élèves. J’aimerai donc approfondir cela en travaillant sur la question : quels sont les bienfaits de la musique sur les élèves ?

D’après quelque recherche, une des raisons pour laquelle la musique est parfois délaissée semble être que certains professeurs ne se sentent pas capable d’apprendre la musique aux élèves. Cela peut être dû à  un manque d’intérêt ou de connaissances à ce sujet. Cela m’amène à une deuxième question : les cours de musique dispensé à l’IUFM sont-ils suffisants ? Je ne peux pas en juger, car ces cours se dérouleront au second semestre pour moi, mais mes recherches me laissent penser qu’il y a une carence à ce niveau.

La présence d’un intervenant semble donc très importante pour certains professeurs. Le musicien intervenant aussi appelé DUMISTE (par rapport au nom du diplôme qu’il doit obtenir avant de pouvoir enseigner : le DUMI) est en premier lieu un musicien confirmé qui doit maîtriser la musique au sens large du terme (savoir chanter, diriger, concevoir un spectacle …). De plus, il doit aussi être pédagogue. Je pense donc que je vais devoir approfondir mes recherches sur les compétences du musicien intervenant.

La présence du musicien dans la classe peut remettre en question la polyvalence du professeur, qui se décharge de l’activité musicale. Je ne souhaite pas m’arrêter sur cette question, car je pense que le DUMISTE ne prend pas la « place » du professeur durant la séance musicale. En effet, j’ai plutôt tendance à imaginer le professeur et l’intervenant comme un binôme. Selon moi, il ne faut pas que le professeur soit totalement en retrait ni qu’il se mette en avant afin de laisser l’intervenant travailler avec les élèves. J’ai donc envie de me renseigner sur la « place » que doit occuper les deux protagonistes en étudiant les questions : la collaboration est-elle difficile entre  le DUMISTE et le professeur ? Quelle est l’importance de la participation du professeur durant la séance musicale où le DUMISTE est présent ?

Pour répondre à ces questions, j’ai comme projet de rencontrer plusieurs musiciens intervenants afin qu’ils me parlent de leurs métiers. Selon les possibilités, j’aimerai assister à une séance dans une école primaire. Cela me permettra peut-être d’analyser un projet dirigé par un de ces intervenants. Je n’ai pas encore défini de cycle précis, je ne sais pas si je me concentre sur un cycle en particulier, ou si je fais un parallèle entre différents cycles. J’espère que mes entretiens avec les intervenants pourront m’éclairer à ce sujet.

bibliographie de textes officiels: http://www.culture.gouv.fr/culture/infos-pratiques/fiches/fiche12.htm

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus