Archives de catégorie : 0.1. Formation à et par la recherche

Carnets d’élèves : une journée d’études

le 6 février 2013

de 14h à 17h

Journées d’études Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs : carnets de dessin, de lecture et d’écriture : manières de faire, manières de penser l’enseignement et la recherche

Journée d'études Carnets d'élèves - Affiche

Des objets aux objets de recherche : comment enquêter ? Le cas des carnets d’élèves

Programme prévisionnel

14h – Ouverture Anne-Laure Le Guern, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, UCBN-IUFM, CERSE EA965
Carnets, cahiers, classeurs : variations autour d’un genre

14h15 – 14h30 – Emilie Higashiyama, professeur des écoles stagiaire, EMPU Cheux PS, étudiante en master 2 en 2011/2012, master MEEF, UCBN-IUFM.
Enquête sur des « cahiers d’expression » et ce qu’ils nous disent des mobilités enfantines. Retour sur une expérience de mémoire de master Expériences de mobilités et développement de l’enfant : quels dispositifs pour la classe ? L’exemple des cahiers d’expression. Séminaire de Didactique de l’histoire et de la géographie, des sorties scolaires et séjours éducatifs.

14h30-15h15 – Stéphanie Lemarchand-Thieurmel, doctorante, sous la direction d’Annie Rouxel, Cellam, Rennes 2
L’écriture pour favoriser des lectures singulières des œuvres littéraires : enjeux et résistances. Carnets et autres dispositifs en lycée professionnel

(Pause) 15h15-15h30 – Avec une exposition de cahiers-carnets à regarder dans le hall – y compris des « cahiers sonores », cahiers-carnets de voyage, classes de CM2 de Karine Cauet (Conseillère pédagogique, IA14) et de CP ou CE1 de Dominique Pouettre (PEMF)

15h30-16h Anne Schneider, MCF, Université de Caen Basse-Normandie, LASLAR
Le carnet de lecture en liberté… surveillée

16h
 Discussion

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Georges Didi-Huberman dans Télérama du 12/12/12

Le magazine Télérama publie cette semaine un entretien avec Georges Didi-Huberman dont un des ouvrages est à l’étude dans le cercle d’étude “constellation” : excellente occasion pour tous de découvrir rapidement la richesse de l’oeuvre de ce chercheur qui tente de penser les images et l’histoire des images dans notre société aujourd’hui. Des pistes très importantes sont dessinées par Didi-Huberman pour nous qui tentons de penser les images dans les pratiques scolaires d’apprentissage et d’enseignement. En voici quelques-unes:

– comment faire toute sa place aux “singularités” alors qu’on veut enseigner quelque chose qui souvent se réduit à une définition, à du général ?

– comment pratiquer le “montage” au lieu du “mot d’ordre” dans une didactique de la surprise et de l’altérité qui veut faire toute sa place aux expériences de ceux qui apprennent et d’abord vivent ?

– comment articuler les chefs-d’oeuvre et toutes les “images” qui participent à la vie de tous les jours en évitant les séparations et en apprenant la critique ?

– comment tenir ensemble des temporalités diverses en donnant sa place aux “hétérochronies” et donc aux conflits dans des séances et des projets avec les images?

– comment ne pas rester bouche bée quand l’expérience engage le langage ? comment faire face à la puissance des images ?

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Vous avez dit “polyvalence”

La revue Eduquer fait un appel pour un prochain numéro autour de la notion de polyvalence. Je conseille aux étudiants qui souvent se confrontent à ce problème sous l’angle de l’inter-trans-disciplinarité de lire le texte d’appel qui cadre bien la problématique et de consulter la bibliographie si nécessaire…

Revue Éduquer | Former n°45

*  *  *

Publié le lundi 26 novembre 2012 par Elsa Zotian

RÉSUMÉ

Ce numéro se propose d’explorer la notion de polyvalence telle qu’elle se déploie actuellement dans les métiers de l’éducation en France, mais également à l’étranger. Quel que soit le niveau concerné (primaire, secondaire, université) ou encore le statut (enseignant, formateur, enseignant-chercheur, professeur), cette notion s’inscrit donc dans le développement des processus de professionnalisation qui concernent l’ensemble des métiers de l’éducation. Elle continue donc de poser question. Qu’est-ce qui va alors la caractériser ? La maîtrise de plusieurs savoirs disciplinaires ? La capacité à assumer des fonctions diverses ou encore la mise en œuvre de compétences dans des domaines d’activités pouvant relever de logiques institutionnelles et de cultures professionnelles différentes ? A ce titre, les articles qui s’appuieront sur des éléments d’enquête empirique seront vivement encouragés.

ANNONCE

Numéro coordonné par François-Xavier Hubert (ICP) et Richard Etienne (Université Montpellier 3).

Argumentaire

Ce numéro se propose d’explorer la notion de polyvalence telle qu’elle se déploie actuellement dans les métiers de l’éducation en France, mais également à l’étranger. Quel que soit le niveau concerné (primaire, secondaire, université) ou encore le statut (enseignant, formateur, enseignant-chercheur, professeur), cette notion « en débat » (Prairat & Rétornaz, 2002) soulève la question des risques liés à l’hyper spécialisation disciplinaire (Morin, 2006), qui ne permet ni de comprendre la complexité du réel ni d’agir professionnellement, ainsi que celle des avantages d’une approche plus généraliste. Elle s’inscrit donc dans le développement des processus de professionnalisation qui concernent l’ensemble des métiers de l’éducation : primat de l’activité, paradigme de la compréhension et de la réflexivité, rationalisation des savoirs et des savoir-faire, universitarisation de la formation, visées de légitimité et de reconnaissance sociale, imputation de responsabilités et d’autorégulation individuelle et collective et, enfin, obligation de résultats à partir du développement de compétences « perçues comme essentielles pour participer à un univers changeant et mobile et à l’économie du savoir » (Lessard, 2000).

Malgré son succès dans le contexte actuel, la notion de polyvalence continue de poser question, de mériter un débat. Qu’est-ce qui va alors la caractériser ? La maîtrise de plusieurs savoirs disciplinaires ? L’articulation d’une pluralité de savoirs pédagogiques et didactiques selon différents modes de travail ? La capacité à assumer des fonctions diverses ou encore la mise en œuvre de compétences dans des domaines d’activités pouvant relever de logiques institutionnelles et de cultures professionnelles différentes ? Qu’est-ce qui explique, voire justifie, l’étendue de ses champs pour un même métier exercé dans des pays différents ? Les professeurs du primaire au Québec n’enseignent pas l’éducation physique et les langues secondes alors qu’en France elles sont confiées au maître de la classe, les professeurs de lettres classiques en France se voient confier le français, le latin et le grec, à l’inverse des professeurs de latin et de grec en Belgique qui n’interviennent pas dans l’enseignement du français, etc.

Même si ces questions s’inscrivent dans le cadre des recherches menées autour de la notion de « travail enseignant » (Tardif & Lessard, 2004), nous souhaitons, grâce au présent appel, encourager la diversité des propositions, tant au niveau des champs de recherche que dans le choix des perspectives méthodologiques. De ce fait, les approches privilégiées pourront aussi bien être épistémologiques (tensions entre les approches mono-, bi-, multi-, pluri-, inter- ou trans-disciplinaires ou croisements de cadres théoriques en lien avec de nouveaux terrains de recherche) que sociohistoriques (relectures des processus de professionnalisation à l’aune des modèles de division du travail), comparatives (référence à d’autres contextes et à d’autres systèmes éducatifs), didactiques (qu’il s’agisse de recherches en didactiques disciplinaires, en didactique comparée ou dans le domaine de la didactique professionnelle) ou encore pédagogiques et professionnelles (par le biais de la rubrique « Terrains éducatifs »). A ce titre, la revue tient tout particulièrement à solliciter des articles qui s’appuieront sur des éléments d’enquête empirique.

Bibliographie indicative

  • Lessard, Cl. (2000). Évolution du métier d’enseignant et nouvelle régulation de l’éducation. RECHERCHE et FORMATION, n° 35, p. 91-116.
  • Morin, E. (2006). Les objets les plus importants ne peuvent être interrogés que de manière pluri-et transdisciplinaire. KLĒSIS – ΚΛΗΣΙΣ– Revue philosophique –« Philosophie et sociologie », n° 6-1, p. 105-112. Article téléchargeable
  • http://www.revue-klesis.org/pdf/Klesis-Morin.pdf
  • Prairat, É., Rétornaz, (2002).La polyvalence des maîtres en France : une question en débat. Revue des sciences de l’éducation, vol. XXVIII, n° 3, p. 587-615.
  • Tardif, M. et Lessard, C. (2004). La profession d’enseignant aujourd’hui. Évolutions, perspectives et  enjeux internationaux. Québec/Belgique: Presses de l’Université Laval/de Boeck.

Modalités de soumission

Calendrier prévisionnel du numéro : les articles devront parvenir aux coordinateurs du numéro

au plus tard le 11 février 2013.

Pour tout renseignement au sujet de ce numéro : fx.hubert@icp.fr etRichard.Etienne@univ-montp3.fr

Le comité de rédaction évalue, en s’appuyant sur l’expertise de deux rapporteurs proposés par les membres du comité scientifique international de la revue, l’ensemble des propositions anonymisées.

Les articles ne doivent pas dépasser 50000 signes, les textes concernant les autres rubriques 30000 signes.

Ils doivent être accompagnés d’un résumé en français et en anglais et de mots clés pouvant servir de descripteurs.

Les références suivent les normes de l’American Psychological Association (APA) dans leur adaptation française.

La publication du n°45 de la revue est prévu pour 2013.

Outre sa diffusion papier, la revue Éduquer | Former est également disponible en ligne en accès libre à l’adresse suivante : http://eduquer-former.icp.fr/

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

La force artistique, selon Dewey

Parce que l’expérience est l’accomplissement d’un organisme dans ses luttes et ses réalisations dans un monde d’objets, elle est la forme embryonnaire de l’art. Même dans des formes rudimentaires, elle contient la promesse de cette perception exquise qu’est l’expérience esthétique.

John Dewey, L’Art comme expérience, Gallimard, “folio/essais”, 2005, p. 55.

Jean-Louis Cerisier, “L’installation”, Collage, huile et acrylique sur toile, 1999 – 36 x 65 cm, Musée de Lava

Cette proposition de Dewey clôt le chapitre premier (“L’être vivant”) de son ouvrage et situe clairement son propos dans une anthropologie de l’expérience artistique plus que dans une philosophie esthétique. En effet, Dewey était partie d’une distinction extrêmement importante pour ce qui nous concerne, nous qui tentons de réfléchir à l’apprentissage/enseignement : “On identifie généralement l’œuvre d’art à l’édifice, au livre, au tableau ou à la statue dont l’existence se situe en marge de l’expérience humaine. Puisque la véritable œuvre d’art se compose en fait des actions et des effets de ce produit sur l’expérience, cette identification ne favorise pas la compréhension” (p. 29). Cette distinction est fondamentale: elle rappelle ce que W. von Humboldt (voir Serge Martin, Langage et relation, L’Harmattan, 2005, p. 126 et suivantes) signalait en son temps (début du XIXe siècle) quand il distinguait ergon et energeia ou, si l’on préfère, le produit et la production et, pour Dewey, l’œuvre et l’expérience. Ce premier principe, embryon de l’art, appelons-le la force artistique de toute expérience.

S’y ajoute un second principe articulé au premier, qu’on peut appeler la force démocratique de toute expérience en cela-même que n’importe quelle expérience, volontaire ou involontaire, consciente ou pas (les artistes savent depuis longtemps la force de l’inconscient), intentionnelle ou pas, ordinaire ou exceptionnelle, savante ou populaire, porte en elle une force artistique. Qu’est-ce à dire, selon Dewey ? Si l’expérience esthétique à proprement parler constitue une “perception exquise” – il semblera difficile de délimiter et en tous cas de séparer l’exquis du “rudimentaire” autrement qu’à concevoir un continuum -, toute expérience, y compris non esthétique, donc – engage une perception, c’est-à-dire au sens de Dewey une force artistique, à savoir un changement du vivre (voir, entendre, marcher, parler…). On voit facilement toutes les conséquences qu’on peut en tirer pour l’apprentissage/enseignement : contrairement aux habitudes françaises qui séparent souvent radicalement le primaire du secondaire, le populaire du savant et le rudimentaire de l’excellent, avec Dewey, on peut concevoir une force artistique à l’œuvre reposant sur autant d’expériences que d’individus (élèves, profs, classes, moments…), laquelle ne permet ni de fantasmer sur l’enfant poète ou artiste comme d’aucuns ont pu le faire ou inversement sur des pratiques pédagogiques se contentant d’initiation… en attendant je ne sais quel lendemain qui chanterait et quel génie qui adviendrait. Le génie artistique est quotidien, ordinaire, où “il n’est pas nécessaire de voyager jusqu’au bout du monde ni de revenir des milliers d’années en arrière pour trouver des peuples pour lesquels tout ce qui exacerbe le sentiment de vie dans l’instant présent est un objet d’admiration intense” (p. 34). Voilà le miracle pédagogique concret qu’il nous faut viser : “exacerber le sentiment de vie dans l’instant présent” permet “de rétablir la continuité entre l’expérience esthétique et les processus normaux de l’existence” (p. 41). Tomberaient bien vite les apories régulières qu’on entend sur le manque de culture avec les pré-requis nécessaire qui éloignent toujours plus les élèves et les enseignants du simple détour (“retour à l’expérience que l’on a du cours ordinaire ou banal des choses, pour découvrir la qualité esthétique que possède une telle expérience”, p. 41). Bref, avec Dewey, le pari est fait que l’art est fait pour et par tous, sans qu’aucunement on baisse le niveau de quoi et de qui que ce soit sauf à faire taire ceux “qui isolent l’art et l’appréciation qu’on en a en les plaçant dans un monde à part, coupé de tout autre mode d’expérience” (p. 40). Il y a chez Dewey, à la fois une confiance dans la force artistique elle-même et dans la capacité anthropologique des individus à vivre des expériences artistiques et donc à faire l’art, c’est-à-dire à permettre “l’interpénétration totale du soi avec le monde des objets et des événements” (p. 55).

Superbe programme pédagogique et magnifique appel à un travail de recherche… concret.

 

Serge Martin

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Pourquoi et comment l’atlas pour un travail de recherche ?

L’atlas fait donc, d’emblée, exploser les cadres. Il brise les certitudes de la science sûre de ses vérités comme de l’art sûr de ses critères. Il invente, entre tout cela, des zones interstitielles d’exploration, des intervalles heuristiques. Il ignore délibérément les axiomes définitifs. C’est qu’il relève d’une théorie de la connaissance vouée au risque du sensible et d’une esthétique vouée au risque de la disparité. Il déconstruit, par son exubérance même , les idéaux d’unicité, de spécificité, de pureté, de connaissance intégrale. Il est un outil, non pas de l’épuisement logique des possibilités données, mais de l’inépuisable ouverture aux possibles non encore donnés. Son principe, son moteur, n’est autre que l’imagination.

Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, Paris, Minuit, 2011, p. 13.

Il est intéressant d’examiner précisément cette proposition intempestive de Didi-Huberman quand on est impliqué dans un travail de recherche et plus particulièrement d’écriture d’un mémoire professionnel. Tout d’abord, rappelons, en nous contentant de la première partie de l’ouvrage de Didi-Huberman (“Disparates”), qu’un atlas, à la différence d’autres “outils” qui ont “la forme standard de toute connaissance rationnelle, de toute science” (p. 12), “bouleverse tous ces cadres d’intelligibilité. Il introduit une impureté fondamentale – mais aussi une exubérance, une remarquable fécondité – que ces modèles avaient été conçus pour conjurer” (p. 13).

J’en tire simplement la réflexion suivante: quelle recherche mérite avant tout autre un tel “outil” ou plutôt “opérateur”, d’autant plus qu’une telle recherche veut augmenter son implication professionnelle, appliquée à observer et accompagner les pratiques effectives des élèves et des enseignants dans des situations les plus variées qui soient et ne permettant en aucun cas d’oublier que leur enjeu premier est l’apprentissage/enseignement dans et par la vie et la relation. Ce qui exige – sous peine de bien des travers – de ne jamais éliminer l’ impureté fondamentale que l’atlas introduit… Qu’est-ce à dire? Qu’entre le technicisme d’une didactique ignorant le concret dans sa complexité et le pragmatisme oubliant de penser une telle complexité concrète, l’imagination de l’atlas ouvrirait une perspective de travail (de travaux, faudrait-il dire) qui à la fois n’oublierait jamais le complexe et donnerait cas par cas des solutions concrètes permettant aux sujets de l’apprentissage/enseignement de ne jamais être réduits à des objets même de recherche…

Défaisant la science comme l’art, l’atlas propose une expérience de recherche concrète. Il consiste à ajointer, monter, faire varier, nourrir des constellations, lesquelles ne cessent de “bouger” au cas par cas, au sujet par sujet.  Ce sont donc plus que des axiomes, des fables qu’il faudrait proposer où les paroles et expériences ne font qu’un, les situations et comptes rendus se superposent pour un instant : celui d’une recherche toujours en cours. Car on ne peut épuiser les solutions mais on doit trouver une solution à tel cas, à condition que ce cas (cette situation, cette configuration, cette constellation) ait trouvé son moteur : l’imagination. Laquelle est un mode de connaissance qui “n’a rien à voir avec une fantaisie personnelle o gratuite. C’est, au contraire, d’une connaissance traversière qu’elle nous fait don, par sa puissance intrinsèque de montage qui consiste à découvrir – là même où elle refuse les liens suscités par les ressemblances obvies – des liens que l’observation directe est incapable de discerner” (p. 13). Didi-Huberman prend ensuite appui sur la définition donnée par Baudelaire à laquelle il confère outre la valeur relationnelle que je dirais fondamentale (percevoir “les rapports intimes et secrets des choses”), les deux valeurs du multiple et de l’inépuisable.

En conclusion, pour ce qui concerne la recherche en Master pour l’enseignement à l’école, je dirais qu’il s’agit non de trouver une cause ou d’associer un effet à tel phénomène (chose) dans une démarche déductive aboutissant à un tableau (“exhausion logique de toutes les possibilités définitivement organisées en abscisses et ordonnées”, p. 13) ou à un récit (début=>fin) mais de construire une table d’images (de cas, de fables) qui permet d’essayer des constellations comme autant de solutions concrètes nourries des liens les plus forts entre des hétérogènes et parfois même des incompatibles…

Par exemple, quand une étudiante relie une bouilloire rouge avec bec verseur, la musique concrète d’un Pierre Schaeffer et l’apprentissage de l’écoute en moyenne section autour d’une expression enfantine recueillie lors d’une enquête (voir un extrait du mémoire ci-dessous), elle propose un atlas pour l’apprentissage/enseignement à l’école maternelle, pas seulement musicale, et peut-être au-delà…

Nous sommes en classe de maternelle de Petite et Moyenne Section. Les élèves sont assis autour de moi au coin « regroupement ». En situation d’écoute , je leur fais découvrir les percussions en métal. Je diffuse divers extraits musicaux associés au métal, comme des cloches, un métallophone, des clés, des cymbales, un gong, un triangle, qu’ils peuvent identifier à l’aide d’images accrochées au tableau. Dans la classe, je dispose de quelques instruments que je peux reprendre devant les élèves permettant de capter ainsi leur attention. Par exemple, après l’écoute de la cymbale enregistrée, je présente l’instrument et en rejoue devant eux en les amenant à prêter attention au son qui résonne. En frappant très fort sur la cymbale, j’interroge les élèves sur leurs sensations. En se bouchant les oreilles, Brady, qui a trois ans, me dit « C’est du bruit ! ». Cette remarque spontanée m’a interrogée sur la définition musicale des élèves mais également sur la définition de la musique en général. Qu’est-ce que du bruit ? Du bruit peut-il être de la musique ? Ces questions récurrentes ont vu leurs réponses évoluer au cours de l’histoire musicale modifiant ainsi la définition de la musique mais également le point de vue des personnes musiciennes ou non. Ainsi, les nouvelles perceptions de la musique amènent à redéfinir également le musicien. Quelles sont les qualités d’une personne musicienne ? Pourquoi peut-on dire qu’une personne est musicienne ?

Constance Bodiou, C’est du bruit! Vers les premiers gestes musicaux, mémoire de master MEEF, spécialité “enseignement primaire”, soutenu en juin 2010.

Il faudra revenir sur les paradoxes proposés par Didi-Huberman sans oublier l’heuristique ainsi dessinée.

Serge Martin

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Le séminaire « Dire, lire, Écrire » propose aux étudiants quatre cercles d’études. Suite au premier rassemblement du cercle  «Langage », nous y avons exercé seul des lectures puis nous sommes entrés dans des discussions en groupe composées de critiques à l’égard des différents textes étudiés. Ce genre de séance permet de lire et d ‘écrire pour le mémoire du master.

Pour introduire la lecture du recueil d’articles Problèmes de linguistique générale d’Émile Benveniste, nous avons étudié l’article de Chloé Laplantine publié sur Acta le 15 octobre 2012. Elle propose les réflexions de Benveniste sur l’écriture dans des extraits des Dernières leçons1 pour ceux ou celles qui seraient intéressés. Elle nous présente Émile Benveniste et montre à quel point « les problèmes2 » sont au cœur des écrits de ce dernier. C’est intéressant en effet puisqu’il y a dans notre travail encadré de recherches (TER et mémoire) une problématique à formuler et travailler.

     Alors, qu’est-ce que problématiser selon Benveniste ?

Pour commencer, Émile Benveniste (1902-1976) était un théoricien, linguiste d’une nouvelle linguistique celle de l’énonciation. Il voulait sortir des règles de la langue pour prendre en compte les situations c’est  à dire les personnes qui parlent. C’était également un grand spécialiste de la grammaire des langues indo-européennes.

Pour comprendre ce qu’est que problématiser chez Benveniste il faut comprendre sa démarche. Il questionne son objet « le langage » à travers l’étude de problèmes précis. Il présente comme un émiettement de la pensée. Pourtant ce qu’il a écrit montre la cohérence et la force d’une pensée par problèmes et par cette dernière il a d’ailleurs prolongé le Cours de linguistique généralede Ferdinand Saussure.

Ces « problèmes » apportent dans l’ensemble une contribution à une grande problématique. Cette véritable pratique continue ne restitue pas un savoir mais interroge indéfiniment. Dans les Dernières leçons, ces écrits témoignent d’une démarche scientifique et pédagogique qui en est en quelque sorte une pensée au travail.

Il laisse place aux questionnements, aux doutes, il veut seulement voir, critiquer, inclure. Il saisit des problèmes concrets avec une pensée modeste. Julia Kristeva parle de son œuvre dans l’introduction aux Dernières leçons comme étant un « inachèvement » nécessaire de la pensée, car « l’expérience du langage » est inachevée. Il réalise un travail concret, une véritable pensée qui permet de se situer intellectuellement, d’observer précisément et de s’engager.

Il est toujours attentif et critique à propos des questions de méthode, il se fonde donc sur des données concrètes et historiques car il y interroge « les solutions que l’Homme a donné aux problèmes », rencontre des difficultés parfois mais songe à des solutions nouvelles.

La théorie ne s’applique pas, elle n’est pas première mais se découvre à travers l’analyse de problèmes. Benveniste a écrit :

« Une méthode aux prises avec les difficultés d’un problème réel se laisse au moins juger sur les solutions qu’elle propose, tandis qu’à raisonner sur des conclusions acquises, on est sûr de gagner sans risque, et de n’enseigner que le connu.»

Je finirai donc sur cette citation peu évidente à comprendre à la première lecture, qui enfaite signifie que la méthode de Benveniste apporte des solutions et non des conclusions acquises sinon il ne ferait que faire ce qui est déjà connu. Il inclut son lecteur et ses problèmes sont sans cesse remis en cause.

 Pour ma part, problématiser c’est procéder par tâtonnements, débuter par des questionnements, par élans de curiosité continue, par des « controverses », des critiques en essayant de faire le plus souvent référence à des écrits scientifiques. Il s’agit d’un travail important de lecture, une volonté  d’amélioration de ce qui a déjà été fait, une volonté de perfection illusoire et d’aller plus loin. C’est tenter d’apporter à ces interrogations des solutions discutables par des recherches longuement réalisées, avec le plus de données possibles afin d’enrichir sa propre pensée et assurer un écrit vraisemblable. Effectivement les étudiants ont une soutenance de TER. Ils devront maîtriser et défendre leur sujet puis ils seront confrontés aux questions de leurs auditeurs, d’où l’importance d’une problématisation finalement discutable et bien maîtrisée par les étudiants. 

1 De la fin de la « leçon 7 » à la « leçon 15 ».

2  Figurant également dans le titre Problèmes de linguistique générale.

Continuer la lecture de Benveniste nous éclaire sur la problématique : une pensée par problèmes…

Qu’est-ce qu’une problématique selon Emile Benveniste ?

On définit souvent la problématique comme un ensemble de questions que l’on se pose pour traiter un sujet particulier. Emile Benveniste, dans Problème de linguistique générale, nous propose une définition de celle-ci plus précise et plus complète. Cela pourrait ainsi aider les étudiants, préparant un mémoire par exemple, à mieux interpréter ce en quoi elle consiste réellement et donc à s’en servir de manière plus productive.

Selon Benveniste, les questions posées se transforment en “problèmes” si elles constituent ce que l’on nomme une problématique. Mais cela ne se résume pas seulement ainsi. Il y a également une dimension de “l’inachevé” qui inclut le fait que cette grande question – pour lui: le langage –  n’a pas et n’aura jamais de réponse définitive. Il nous faut donc construire une méthode qui va être juger aux solutions qu’elle va proposer. Car si on raisonne uniquement sur des conclusions déjà acquises, on n’apprend rien de nouveau et le travail pourrait s’avérer stérile. Notons de même que la place du lecteur est essentielle dans la pensée d’Emile Benveniste. On va l’obliger à s’interroger aussi, à poser des problèmes qui ne seront pas forcément les mêmes que ceux qui sont exposés. Le lecteur est donc inclus dans l’écriture ; ce qui va la rendre d’autant plus intéressante. Les modalités de recherche de Benveniste sont ainsi basées sur une pensée modeste et une pensée du doute que les expressions suivantes signalent explicitement : “Je commence à douter que la langue appartienne à la sémiotique”, “Je veux seulement voir quelles solutions l’homme a données au problème de la représentation graphique” (p.86 et p.100 des Dernières leçons).

Grace au point de vue de Benveniste, nous pouvons donc donner une définition à la problématique claire et complète. Elle n’est pas seulement un ensemble de questions visant à en répondre à une grande. Elle permet d’inclure le lecteur et est sans cesse remise en cause.

Michèle Cavoit

Chercher entre méthode et aventure : une histoire de phasme

Didi-Huberman propose dans Phasmes une très belle réflexion sur les tensions qui construisent un travail de recherche.

Georges Didi-Huberman, Phasmes, Essais sur l’apparition, Les Éditions de 
Minuit,1998, p. 9-10.

[…] Donc le chercheur continue de suivre son idée fixe – fût-elle informulée –, s’abandonnant à sa passion prédominante dans une course sans fin qu’il aura peut-être raison de dénommer une méthode. 
Parfois, dans sa course, il s’arrête, interdit : une autre chose tout à coup est apparue sous ses yeux, qu’il n’attendait pas. Non pas la chose en soi de sa quête fondamentale, mais une chose fortuite, explosive ou bien discrète, une chose inattendue qui se trouvait là, sur le passage. […] 
Telle serait la double vie de toute recherche, son double plaisir ou sa double tâche : ne pas perdre la patience de la méthode, la longue durée de l’idée fixe, l’obstination des soucis prédominants, la rigueur des choses pertinentes ; ne pas perdre non plus l’impatience ou l’impertinence des choses fortuites, le temps bref des retrouvailles, l’imprévu des rencontres, voire des accidents de parcours. Tâche paradoxale, difficile à tenir par les deux bouts – ses deux temporalités – contradictoires. Temps pour explorer la voie royale, temps pour scruter les bas-côtés. 
Les temps les plus intenses étant probablement ceux où l’appel du bas-côté nous la fait découvrir pour ce qu’elle était déjà, que nous ne comprenions pas encore. À ce moment, la désorientation de l’accidentel fait apparaître la substance même du parcours, son orientation la plus fondamentale. 
Devant ces choses fortuites – choses de passage, mais choses apparaissantes –, nous prend soudain l’envie déraisonnable de tout abandonner et de nous consacrer, sans perdre une minute, à leur pouvoir de fascination. Légère angoisse, à ce moment, d’oublier trop vite leur capacité à provoquer, à ouvrir une pensée. Légère angoisse symétrique de mettre en danger la cohérence du parcours que cette chose fortuite vient tout juste d’interrompre.

Il y aurait donc la marche aveugle où l’on sait où l’on va, où l’objet de la quête est d’une certaine façon connu – il suffirait d’établir le rapport de sa conquête, de son établissement,d e sa maîtrise. Et il y aurait l’arrêt, non qu’il soit volontaire, prévisible mais d’une certaine manière forcé, intempestif, prenant son origine dans l’inattendu, ce qu’on ne savait pas qui venait. Ce qui me semble important c’est de ne pas opposer méthode et aventure ou rationalité académique et intempestivité de l’écoute et de l’attention. Il s’agirait plutôt de penser la recherche comme un moteur à deux temps où l’interaction la plus forte s’exerce entre méthode et critique, entre aventure et parcours réfléchi, entre cohérence et risque.

Pas plus qu’une méthodologie n’assure d’une recherche, un spontanéisme ne permet de conduire un travail. C’est la réflexivité associée à l’attention ou la référenciation à des cadres réflexifs largement partagés associée à des essais à l’écoute de ce que la recherche engendre elle-même, qui permettent d’avancer non seulement pour trouver mais pour chercher, sous peine de ne plus être que dans l’application ou dans l’inapplicable…

Alors regardons ce que Didi-Huberman fait quant au plan de son ouvrage :

‑‑‑‑ Table des matières ‑‑‑‑‑

Ouverture 

I. Ressembler : 1. Le paradoxe du phasme – 2. Similaire et simultané – 3. La solitude partenaire – 4. Images-contacts – 5. Revenance d’une forme 

II. Apparaître : 6. Celui qui inventa le verbe « photographier » – 7. Superstition – 8. Le sang de la dentellière – 9. Une ravissante blancheur – 10. Éloge du diaphane 

III. Regarder : 11. La parabole des trois regards – 12. Les paradoxes de l’être à voir – 13. L’armoire à mémoire – 14. Une page de larmes, un miroir de tourments – 15. Don de la page, don du visage 

IV. Disparaître : 16. Disparates sur la voracité –17. Dans les plis de l’ouvert – 18. Dans la lueur du seuil – 19. Sur les treize faces du Cube – 20. Le lieu malgré tout 

Références des textes

Vingt chapitres regroupés en quatre parties composées chacune de cinq chapitres (une méthode compositionnelle!) puis un titrage qui fait apparaître une progression verbale, mieux un rythme de la recherche. Les titres de chapitre suivent plus les cas (ou les phasmes en l’occurrence) et on pourrait obtenir un classement et une recomposition de l’ensemble voire plusieurs, selon les lectures, les reprises de lecture. Donc, des titres qui tiennent un ensemble de disparates, chaque fois singuliers, dans une progression dynamique (le “malgré tout” du dernier chapitre montre qu’il faudrait reprendre infiniment mais qu’il s’agit de ne pas abuser non plus.
Observons maintenant comment avec une seule notion, il tient la tension de sa recherche :
[A]
Phasmes : brefs récits d’“ apparitions ” expérimentées devant des objets très hétéroclites – choses de la vie, photographies, joujoux, textes mystiques, fragments de tableaux, bestioles (dont le phasme, cet insecte extrême), taches d’encre, récits de rêves, comptes rendus ethnographiques, sculptures, plans cinématographiques, et la liste ne saurait être close. 
Comme si les animaux sans queue ni tête que sont les phasmes pouvaient donner leur nom à la classe indéfinie de ces menues choses apparaissantes, évidemment en prise sur la souveraineté du fantasme. Comme si des animaux sans queue ni tête pouvaient donner leur nom à un genre accidentel de connaissance et d’écriture : connaissance de ces choses disparates et fortuites, choses du bord de la route, que nous n’avions pas cherchées mais qui, en apparaissant, font apparaître soudain le sens même de ce que nous avions toujours recherché, qui sait…

[B]
Phasmes : insectes étranges, sans queue ni tête, mimétiques jusqu’au dissemblable. Mais aussi cauchemars insensés jusqu’aux vraies catastrophes. Mouches agglutinées et images agglutinantes. Ex-voto viscéraux et santons napolitains. Mystiques orientaux qui emploient le verbe “ photographier ”. Enfants en poussière et dentellières en sang. Femmes flottantes et tableaux diaphanes. Paraboles du regard et paradoxes de l’être à voir. Armoires peintes par Fra Angelico et feuillets tachés d’encre par Victor Hugo. Voracités et blessures. Tombeaux et fenêtres. Cristaux et portraits qui se taisent. Lieux et visages qui témoignent.
Essais sur l’apparition, donc. Événements de regard expérimentés devant ces choses dont la liste, bien sûr, ne saurait être close que par décision arbitraire, ou par hasard. Comme si les animaux sans queue ni tête que sont les phasmes pouvaient donner leur nom à la classe indéfinie de ces menues choses apparaissantes, évidemment en prise sur la souveraineté du fantasme. Comme si des animaux sans queue ni tête pouvaient donner leur nom à un genre accidentel de connaissance et d’écriture : connaissance de ces chose, disparates et fortuites, choses du bord de la route, que nous n’avions pas cherchées mais qui, en apparaissant, font apparaître soudain le sens même de ce que nous avions toujours recherché, qui sait…

L’impossible assignation du sens dès que la notion s’engouffre dans la conceptualisation, c’est-à-dire la recherche qui ne s’arrête pas au figement conceptuel. Il y a ici la pratique d’un empirisme qu’on peut appeler le gai savoir où la connaissance et l’écriture s’engagent ensemble dans un processus plus que dans un résultat à (dé)montrer. Cela oblige à inventer ses essais (le donc vient ici résumer la démarche comme système de connaissance-écriture) sur le mode du “comme si” et donc d’une aventure de la méthode ou d’une méthode de l’aventure : son racontage – le “qui sait…” engage un passage de racontage plus que de savoir, d’aventure plus que de méthode ou alors c’est cela la méthode: un comme si d’incorporation, un travail des historicités dans et par l’oralité.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus