Archives de catégorie : présenter son mémoire

Table des matières du mémoire

Introduction

Partie I. Présentation des courants méthodologiques l’enseignement de la prononciation

Chapitre 1.1. Méthode verbo-tonale de correction phonétique

1.1.1.        Bases théoriques et méthodes de l’analyse expérimentale

1.1.2.        Identification des erreurs

1.1.3.        Procédés de correction phonétique

Chapitre 1.2. Méthode articulatoire de correction phonétique

1.2.1. Bases théoriques et postulats

1.2.2. Problème de perception des sons d’une langue étrangère

1.2.3. Méthodes de l’analyse expérimentale

1.2.4. Procédés de correction phonétique

Chapitre 1.3. Comparaison des méthodes verbo-tonale et articulatoire

1.3.1. Opinion des chercheurs et mon point de vue

Conclusion

Chapitre 1.4. Perception des sons de la parole

1.4.1. Théorie Motrice

1.4.2. Théorie des neurones-miroirs

1.4.3. Cas cliniques : troubles neuronaux

1.4.4. Perception catégorielle et continue

1.4.5. Rôle des transitions des formants dans la perception des sons

1.4.5.1. Perception des voyelles

1.4.5.2. Perception des consonnes

1.4.6. Unité de perception : élément phonétique

Conclusion

 

Partie II. Application de l’analyse fréquentielle dans l’enseignement de la prononciation

Chapitre 2.1. Partie théorique. Analyse des recherches scientifiques

2.1.1. Vocabulaire illustré des notions relatives à l’analyse spectrale

2.1.2. Spectre moyenné à long terme (SLT): analyse des recherches

2.1.2.1. Influence des langues sur le SLT

2.1.2.2. Influence de l’individu sur le SLT

2.1.2.2.1. Influence du sexe

2.1.2.2.2. Influence de la catégorie socio-professionnelle

2.1.2.2.3. Influence des émotions

2.1.2.2.4. Influence des pathologies vocales

Conclusion

Chapitre 2.2. Méthode Tomatis

2.2.1. Présentation de la méthode

2.2.2. Bases théoriques

2.2.3. Centre Tomatis Sound Sense : méthode d’entraînement

2.2.3.1. Test d’écoute

2.2.3.2. Entretien

2.2.3.3. Equipement

2.2.3.4. Phase passive de l’entraînement

2.2.3.5. Phase active de l’entraînement

2.2.3.6. Evaluation

Conclusion

 

Partie III. Application des logiciels de reconnaissance vocale dans l’enseignement de la prononciation

Chapitre 3.1. Sanako Pronounce

3.1.1. Analyse du logiciel

3.1.1.1. Présentation

3.1.1.2. Ajustements préalables

3.1.1.3. Interface du logiciel

3.1.1.4. Entraînement

3.1.1.5. Critères de l’évaluation de la production des apprenants

3.1.2. Avantages et inconvénients

3.1.3. Suggestions pour l’amélioration

Chapitre 3.2. Rosetta Stone

3.2.1. Analyse du logiciel

3.2.1.1. Section 1 : cours général

3.2.1.1.1. Présentation

3.2.1.1.2. Ajustements préalables

3.2.1.1.3. Interface

3.2.1.1.4. Entraînement

3.2.1.2. Section 2 : lecture à voix haute

3.2.1.3. Section 3 : phrasebook

3.2.2. Avantages et inconvénients

3.2.3. Suggestions pour l’amélioration

Chapitre 3.3. Comparaison de Sanako Pronounce et Rosetta Stone

3.3.1. Tableau comparatiste

Chapitre 3.4. Le rôle de l’intonation dans l’enseignement de la prononciation

Conclusion

Conclusion

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, Bibliographie #2

Pour rédiger mon mémoire « Faire du cinéma en classe de français langue étrangère pour l’enseignement et l’apprentissage d’une langue-culture : De l’éducation à l’image aux pratiques langagières », j’ai dû toucher du doigt plusieurs notions. Les plus importantes, à savoir surtout, le cinéma, l’émotion, la langue, la culture, l’interculturel, la pédagogie de projet et la didactique de manière très générale, se mélangent  dans ma bibliographie. J’ai décidé, pour publier cette seconde (et très certainement dernière) bibliographie sur ce site, d’y remettre un peu d’ordre :

Cinéma

BAZIN A. (1985), Qu’est ce que le cinéma ? Paris, Les éditions du Cerf.
BERGALA A. (2002), L’hypothèse cinéma : Petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs, Paris, Cahiers du cinéma/essais.
BERGALA A. (2015) : La création cinéma, Liège, Yellow Now.
BEYLOT P. (2005) : Le récit audiovisuel, Paris, Armand Colin.
CHABROL C, (2004) : Comment faire un film ?, Paris, Payot & Rivages.
COMPTE C. (1989) : « L’image animée dans l’apprentissage du français langue étrangère », Langue française n° 83, Paris, Larousse, pp. 32-50.

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, Bibliographie #2

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

État des lieux d’une fin de recherche

Où j’en suis/Où je vais : Résumé

Dans la première partie de mon mémoire « Montrer un film en classe de FLE », j’essaie surtout de répondre à la question suivante : Pourquoi le cinéma ? (Pourquoi le cinéma plus qu’un autre support ?). Pour justifier, si l’on veut, mon choix de privilégier l’introduction du cinéma dans les cours de FLE, plutôt que la littérature ou la photo par exemple. J’y réponds un peu comme si mon mémoire allait être lu par des enseignants, encore douteux, à la recherche de repères quant à l’utilisation du cinéma. Pour ce faire, je m’appuie sur quelques des ouvrages de ma bibliographie ainsi que sur les propos d’enseignants que j’ai recueillis par le biais d’un questionnaire d’enquête composé de douze questions.

Continuer la lecture de État des lieux d’une fin de recherche

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

L’ÉTAT ACTUEL DE MON PLAN DE MÉMOIRE : LA FIN EST PROCHE

A quelques jours de la fin de ma rédaction, voici l’état de mon plan de mémoire. Ce dernier changera surement encore lors de la correction finale, tout comme les différents titres qui le composent. Continuer la lecture de L’ÉTAT ACTUEL DE MON PLAN DE MÉMOIRE : LA FIN EST PROCHE

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Plan du mémoire 2.0 (À la recherche du style en FLE : Ateliers d’écriture avec Georges Perec)

Dans la dernière ligne droite avant la remise du mémoire et la soutenance, voici venu le temps des plans détaillés, des bibliographies complétées, des mises en page, des dernières suées et des bouffées d’angoisse.

Mon plan ci-dessous a peut-être sa forme définitive (enfin je l’espère !), mais si vous avez des suggestions (et l’esprit libre et le temps) n’hésitez pas à m’en faire profiter, je vous en saurais fort gré. Cela dit, au-delà du plan, c’est l’écriture elle-même qui assure la cohésion et la logique de l’ensemble, ce à quoi un plan ne rend pas forcément justice.

Cette rédaction du mémoire n’est pas finie pour autant : place désormais aux relectures, réécritures, ajouts et suppressions pour être certain de ne rien oublier du fond ou de la forme.

Continuer la lecture de Plan du mémoire 2.0 (À la recherche du style en FLE : Ateliers d’écriture avec Georges Perec)

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Intérêt d’analyser le brouillon

 

Par rapport à l’oral qui est généralement spontané, un écrit est toujours le résultat d’une série de corrections, de retours réflexifs sur le texte écrit. Dans l’écriture à procédure, nous pouvons percevoir un ordre d’écriture : de la première écrite en utilisant un brouillon à une « réécriture » sur une nouvelle copie. Nous considérons ainsi qu’il est intéressant de découvrir et d’analyser l’utilisation du brouillon de nos informateurs étant donné qu’il donne le « premier jet » du récit. Fluctuant sur les plans sémantique et syntaxique, le brouillon est à estimer comme un discours in statu nascendi, c’est-à-dire un discours en cours de construction, dans lequel nous espérons pouvoir mieux comprendre l’influence translinguistique dans l’acquisition des déterminants du français par les traces visibles de l’élaboration du texte. Lorsque nos scripteurs modifient ses textes par des différentes modifications, telles que la suppression, l’ajout, le déplacement et la substitution, ils se placent dans une position métalinguistique. Au sein de cette partie, nous présenterons dans un premier temps, le terme « brouillon » ; nous étudierons dans un deuxième temps certaines recherches précédentes et nous analyserons dans un troisième temps les brouillons de nos informateurs.

 

Présentation du terme « brouillon »

 

Il est ardu de définir le terme « brouillon ». Selon des définitions usuelles[1], Pierre-Marc de Biasi propose une définition génétique : « Le brouillon désigne un manuscrit de travail écrit avec l’intention d’être corrigé pour servir à la rédaction ou à la mise au point définitive d’une texte » (Biasi, 1998 : 1). Pourtant cette définition reste assez restreinte dans la mesure où elle met en avant le processus rédactionnel. Certains chercheurs insistent plus strictement sur la fonction opératoire. Philippe Lejeune entreprend ce travail définitionnel par une voie de la médiation poétique : « J’aime le mot “brouillon”. C’est un mot écolier, un mot gentil. Il hésite entre brouillard et bouillon. Un brouillon c’est provisoire, ça n’engage pas, on en fait tant qu’on veut, de quoi remplir la corbeille à papier de la vie » (Lejeune, 1998 : 1). Entre « bouillon » et « brouillard », le brouillon est comme une entité hybride : objet « dynamique et mouvant » (Fabre, 1990), il est forcément un objet « provisoire ». L’explication du terme « brouillon » proposée par Lejeune ment en valeur deux aspects différents. Premièrement, elle souligne sur sa matérialité. En effet, le brouillon est avant tout un objet concret qui présent particulièrement dans le contexte scolaire. Deuxièmement, le brouillon concerne d’un processus en cours dans l’activité d’écriture. « Il est le signe de l’activité métalinguistique qu’opère le scripteur lorsqu’il écrit » (Mounier, 2016 : 7).

[1] Dictionnaire Robert : « Ce qu’on écrit d’abord avec l’intention de le corriger par la suite ». Grésilllon A, Eléments de critique génétique, PUF, 1994, p. 241 : « manuscrit de travail d’un texte en train de se constituer ; généralement couvert de ratures et de réécritures ».

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Définition de « tâche » dans TBLT

Pour les didacticiens anglo-saxons basant sur le task-based language teaching, il existe deux types de tâches différents : « tâche » comme objectif d’apprentissage d’une langue (‘task’ as language learning goals) et « tâche » comme activité pédagogique (‘task’ as an educational activity). (Van Den Branden, 2006 :6-9)

  1. « Tâche » comme objectif d’apprentissage d’une langue (‘task’ as language learning goals) :

« Tâche » comme objectif d’apprentissage d’une langue signifie plus explicitement que l’apprenant apprend une langue pour réaliser la Continuer la lecture de Définition de « tâche » dans TBLT

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, résumé

Aujourd’hui j’ai décidé d’écrire un résumé de mon travail. Pour cette première rédaction, j’ai préféré me limiter à 10 lignes (sur word, 13 ici). Je n’utilise pas le pronom « je » dans mon mémoire, dans le paragraphe suivant est donc adopté le « nous ».

Ce mémoire rassemble les données d’une recherche portant sur la création et l’animation d’un atelier de réalisation de films au sein de la classe de français langue étrangère : du visionnage d’extraits d’abord, pour s’approprier des faits de langue et de culture, à la projection du film des apprenants une fois le tournage terminé. L’objectif principal de cette recherche est de prouver 1) que l’introduction du cinéma en classe de FLE, qu’on l’utilise comme un objet d’enseignement ou comme un outil, est à la portée de tout enseignant et a de nombreux bienfaits sur l’apprentissage des apprenants et 2) que le projet de faire un film en classe est très formateur. Pour ce faire, nous avons constitué un corpus d’extraits de films francophones et sommes allée à la rencontre de professionnels du FLE, du champ social et du cinéma, dans les livres et sur le terrain.

Image : Domicile conjugal, François Truffaut (1970)

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Les albums de jeunesse comme vecteur d’apprentissage et un outil pour développer les compétences des apprenants

Travailler avec un album de jeunesse n’est pas si simple et encore moins en classe de FLE, en effet, pour connaître la construction d’un album, les apprenants sont sollicités pour développer leurs compétences d’observation et d’analyse. De surcroît, les tâches des apprenants sont diverses puisqu’ils sont appelés à développer leur esprit critique à savoir, observer les images, les analyser et les mettre en relation pour construire une histoire cohérente. Pour travailler sur la compréhension orale et écrite d’une histoire, l’enseignant va créer des situations d’apprentissage permettant aux apprenants d’une part de comprendre une histoire sans texte et d’écrire un récit pertinent à partir d’images et de l’autre part, d’être capable d’interpréter ce que l’on a compris par écrit ou par le dessin.

Le site Eduscol, nous propose quelques pistes pédagogiques à partir d’albums de littérature de jeunesse susceptibles d’être réalisées en classe ordinaire pour les apprenants du cycle 3. Je brosserai donc brièvement quelques activités que l’on pourrait utiliser ou réadapter en classe de FLE, je citerai ici quelques unes ou du moins les plus récurrentes utilisées par les enseignants du 1er degré. Dans un premier temps, il s’agit de mettre l’accent sur les images, un support qui attire particulièrement les apprenants par ses couleurs contrastées et ses formes saillantes. La première activité consiste à faire découvrir l’album narratif aux apprenants et les faire réagir en favorisant leur participation, en leur demandant par exemple leurs impressions sur le titre de l’album et sur ce qu’il pourrait évoquer. Ensuite, l’enseignant proposera une image ou une suite d’images sans lire le texte qui les accompagnent et demandera aux apprenants de bien les observer, puis d’inventer un texte narratif qui lui correspond, ensuite effectuer une comparaison entre l’album de départ et celui qu’ils auront produit.

L’enseignant pourrait également constituer un groupe de deux apprenants et demander à l’un d’entre eux de choisir une illustration d’un passage d’un album et à l’autre de raconter ce qui s’est produit puis, il pourrait suggérer de lire à voix haute le texte et les apprenants discuteront tous ensemble cette relation conjointe entre texte et image. Par la suite, ils confronteront leurs idées et point de vue. A la fin de la séquence, l’enseignant peut proposer une tâche finale pour compléter cet enseignement, il s’agira par exemple, de travailler sur l’écriture en demandant aux apprenants d’imaginer une histoire structurée et d’inventer une illustration cohérente au récit.

Sitographie

http://eduscol.education.fr/cid50485/litterature.html.

 

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, corpus d’extraits

Pour illustrer mes propos lors de la deuxième partie de mon mémoire (notamment), j’ai dû élaborer un corpus d’extraits de films. Pour que ce soit réalisable, j’ai décidé de me limiter à un ensemble de dix extraits assez courts (même si je fais référence à plus de dix films). Ils sont issus des films suivants :

Rentrée des classes de Jacques Rozier (1956, France)
Baisers Volés de François Truffaut (1968, France)
Pauline à la plage d’Éric Rohmer (1983, France)
Portraits d’Alain Cavalier (1987-1991, France)
Starbuck de Ken Scott (2012, Québec)
La Crème de la Crème de Kim Chapiron (2014, France)
Bande de filles de Céline Sciamma (2014, France)
Tokyo Fiancée de Stefan Liberski (2014, Belgique)
Réalité de Quentin Dupieux (2015, France)
Rosalie Blum de Julien Rappeneau (2015, France)

J’ai choisi chaque extrait avec beaucoup de minutie et en essayant de diversifier à la fois les époques, les intrigues, les personnages et les français parlés (entre autres). Je me suis aussi assurée de proposer des contenus accessibles à un maximum de niveaux et de publics, tout en tenant compte des besoins de chacun. En revanche, je ne me suis pas du tout fiée à mes goûts et je n’aime pas spécialement tous les films de la liste. Cela rend leur visionnage d’autant plus intéressant, je crois.

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, corpus d’extraits

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Formuler des hypothèses

Afin que vous puissiez mieux comprendre mon plan, je poste ici les quelques hypothèses qui constituent le fil rouge de ma réflexion. Je reviens vers elles dès que j’ai l’impression de me perdre un peu, car elles m’aident à me poser les bonnes questions, à articuler les différentes parties de mon mémoire et à toujours garder en tête l’objectif de ma recherche.

J’ai d’abord une « hypothèse générale » :

L’introduction du cinéma en classe de FLE, qu’on l’utilise comme un objet d’enseignement ou comme un outil, a de nombreux bienfaits sur l’apprentissage des apprenants. Parallèlement, le projet de faire un film en classe est très formateur pour eux.

Puis des « sous-hypothèses » :

Hypothèse n°1 :
Le visionnage d’extraits de films en classe de FLE permet de mieux comprendre la culture cible ainsi que les comportements/réactions/expressions des locuteurs natifs observables à l’écran. (Partie II)

Hypothèse n°2 :
Quand un film marque un apprenant, d’une manière ou d’une autre (c’est-à-dire positivement ou négativement), il se sent plus impliqué et cela multiplie sa motivation. Il est dès lors plus enclin à imiter et à mémoriser des expressions ou des comportements précis. (Partie I)

Hypothèse n°3 :
Regarder des films en classe s’approche à une forme « d’immersion » et favorise de fait la pratique langagière et l’expression orale (pas seulement l’esprit critique/l’expression du goût). (Partie I et II)

Hypothèse n°4 :
La pédagogie de projet (atelier d’écriture/de réalisation d’un film) favorise l’apprentissage de la langue-culture. (Partie III)

Image : La Femme de l’aviateur, Eric Rohmer (1981)

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Faire du cinéma en classe de FLE, plan détaillé

Voici l’état de mon plan à ce jour. Je ne suis pas entièrement satisfaite de tous les titres que je propose ici. Ils ne rendent pas (je pense) tous grâce aux contenus auxquels ils font référence. Ils changent aussi à chaque fois que je rajoute la moindre phrase à droite à gauche — c’est-à-dire tous les jours ! Enfin, cela vous permettra, si le sujet vous intéresse, de vous faire une petite idée de mon travail. Bon courage à tout le monde.

Remerciements
Résumé/Abstract
Introduction

Partie I. Montrer un film en classe de FLE
Chapitre 1. Comment constituer un corpus de films pour sa classe ?
1.1 Qu’est-ce qu’un corpus de films ?
1.2. Qu’est-ce qu’un « bon » corpus de films ?
1.3. Quelques critères de sélection pour rendre le cinéma à la portée de tous

Chapitre 2. Apprendre à regarder
2.1. Ce que l’on analyse lorsque l’on regarde un film
2.2. Pour quelles raisons aime-t-on un film ?
2.3. Parler d’art, c’est parler de soi

Chapitre 3. S’identifier au locuteur natif au cinéma
3.1. L’empathie avec le personnage
3.2. L’émotion en classe de langue
3.3. De la motivation à l’imitation

Continuer la lecture de Faire du cinéma en classe de FLE, plan détaillé

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Fossile d’un mémoire de sable.

Je vous présente à mon tour le squelette qui va articuler mon mémoire sur l’étude de contexte de l’enseignement des langues dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf. 

Partie 1 :  Contexte.s et effets de contexte.  Une présentation des repères contextuels, théoriques, épistémologiques et méthodologiques de la recherche.

Chapitre 1 : Présentation du contexte général des camps de réfugiés sahraouis Continuer la lecture de Fossile d’un mémoire de sable.

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Plan de mémoire de recherche

Je vous présente le plan de mon mémoire. Il contient trois chapitres : le premier chapitre traite la situation linguistique en Algérie et l’enseignement du français depuis 1830 à nos jours, car dans cette partie j’ai essayé de cerner le contexte où se situe ma recherche. Dans la deuxième chapitre j’ai traité la question de didactique du FLE en Algérie ainsi que son rapport avec l’approche par compétences. Le troisième chapitre j’ai analysé le manuel et les textes qui sont le fil conducteur de l’apprentissage dans toutes les séquences didactiques proposées dans cet outil didactique.

Continuer la lecture de Plan de mémoire de recherche