Archives de catégorie : présenter son mémoire

L’apprentissage de la lecture en école d’immersion bilingue

Le travail de recherche pour le mémoire est un travail solitaire et cette solitude est parfois un peu difficile à gérer pour moi qui suis très sociale, mais j’apprécie de lire vos billets à tous qui me donnent cette sensation d’appartenance que j’ai eu du mal à retrouver en partant m’exiler à vingt mille kilomètres de la Sorbonne.

Actuellement en échange en Australie, je suis l’étudiante qui n’est ni en présentiel, ni en ENEAD, un peu paumée, un peu loin de tout, et même une OVNI avec son double cursus d’Astrophysique.

Cependant aujourd’hui je suis comme vous et je viens vous présenter mon projet de mémoire. J’ai déjà de travailler sur les écoles d’immersion bilingues anglais-français et sur la notion de bilitéracie.

La litéracie, c’est un terme « élastique » auquel on peut donner différentes définitions et prêter de nombreuses propriétés. Dans mon mémoire, ça veut simplement dire : apprentissage de la lecture et de l’écriture. Je m’intéresse aux enfants de Grande Section (Prep en Australie) et CP (Year 1), ce qui fait des enfants de 5-6 ans en général. Du coup la bilitéracie, en toute logique, c’est la litéracie dans deux langues. Ici, plutôt simple de justifier mon choix, j’étudie le FLE et je suis en Australie dans un contexte essentiellement anglophone. On parle donc de bilitéracie anglais-français.

Enfin, je m’intéresse au contexte de l’éducation bilingue d’immersion, c’est-à-dire les écoles qui enseignent la moitié du temps en anglais (langue maternelle des élèves) et l’autre moitié du temps en français. Oui, en français, pas le français. Donc on apprend les sciences, les maths, etc. en français. La langue sert de média d’instruction (Abello-Contesse, 2013 : 4) et pas d’objet d’étude. Dès la maternelle. A des enfants qui parlent anglais à la maison. Plutôt impressionnant non? En plus de tout ça, les élèves apprennent à lire, comme tous les enfants en Prep et en Year 1 en Australie. Mais les heures consacrées à la lecture (environ 1H30 à 2H par jour) sont coupées en deux : 45 minutes avec la maîtresse, 45 minutes with the teacher.

L’éducation bilingue ici est très à la mode, surtout en français puisque c’est une langue valorisée : pour un Australien, parler français ça veut dire être intelligent, extrêmement cultivé, provenir d’un milieu social valorisé, et avoir beaucoup de succès dans les relations amoureuses. Cependant, les parents ne veulent pas risquer que cette lubie ait des conséquences négatives sur l’éducation de leurs enfants. Beaucoup de parents par exemple se demandent ;  « Si mon enfant ne reçoit que 50% de son éducation en anglais, son niveau d’anglais sera-t-il inférieur à celui des élèves des écoles monolingues ? ». 

Parce que je crois profondément en l’éducation bilingue, je me donne pour objectif d’étudier avec ce mémoire les effets de l’éducation bilingue d’immersion sur le niveau de lecture en L1 (anglais). Les élèves apprennent-ils plus lentement? plus vite? mieux? moins bien?
Est-ce qu’ils vont confondre les deux langues et devenir stupides? (non).

Beaucoup d’études sur l’éducation bilingue d’intégration ont été faites, avec des enfants dont la langue maternelle n’est pas la langue de scolarisation du pays ou territoire où ils se trouvent (Abello-Contesse, 2013). Mais dans l’éducation bilingue choisie (c’est à dire pour des enfants ne provenant pas de minorités linguistiques), on trouve beaucoup moins de ressources et d’études! Et les résultats seront forcément différents : en effet, on sait que les enfants provenant de minorités linguistiques ont tendance à avoir un niveau scolaire moins important que les autres enfants (facteurs sociologiques). Du coup, beaucoup d’études sur les effets du bilinguisme enfantin ne prennent pas en compte ces facteurs sociaux dans leur recherche. Et donc, le bilinguisme est souvent vu à tort comme un facteur affectant négativement le niveau scolaire des élèves. Pour cette raison, ma recherche me semble donc super importante.

Mes questionnements sont les suivants;
l’apprentissage de la lecture dans deux langues simultanément permet-elle une meilleure compréhension du mécanisme de lecture en général ? l’apprentissage bilingue de la lecture développe-t-il davantage les compétences métalinguistiques que l’apprentissage monolingue ? la bilitéracie permet-elle aux enfants de comprendre plus facilement des notions abstraites telles que l’arbitraire du signe ?

J’espère pouvoir continuer à lire à propos de vos mémoires et vous reparler bientôt du mien. J’ai créé et utiliserai notamment l’étiquette « litéracie » (un seul « t ») sur arlap si le sujet vous intéresse.

Ma « Bible » :

Abello-Contesse, C. (2013). Bilingual and Multilingual Education: An Overview of the Field. In Abello-Contesse, C., Chandler, P. M., López-Jiménez, M. D., & Chacón-Beltrán, R. (Eds.), Bilingual and multilingual education in the 21st century: Building on experience. Multilingual Matters.

 

 

Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts

Enseignement de la culture coréenne à Paris

En réfléchissant à mon sujet de mémoire, je suis revenue à la position d’un apprenant d’une langue étrangère devant le tableau, sur une chaise, dans la classe.

Quand j’étais une élève en langue française, j’étais toujours curieuse envers la culture française et je regardais des films français. Et je pensais que c’était une culture très intéressante et totalement différente de la mienne. Parfois, je me posais les questions suivantes: Pourquoi les Français disent toujours “Bonjour” aux gens inconnus dans la rue, dans le bus ou au marché? Pourquoi les Français se font la bise pour saluer? Pourquoi les gens se tutoient dans des émissions de télévision ou de radio? Pourquoi les Français se regardent dans les yeux quand ils trinquent? Les garçons français sont-ils vraiment romantiques à chaque moment?… En fait c’est la culture française qui m’a attirée et motivée à apprendre la langue, même si la grammaire m’a grandement fait souffrir.

Connaître la grammaire, le lexique et la syntaxe d’une langue permettent la communication. Cependant, on peut considérer que ce n’est certainement pas une communication parfaite. Pour communiquer et s’exprimer, la culture est une composante essentielle. La langue et la culture sont  donc indissociables dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. L’apprenant rencontre une culture différente de la sienne et accède aux éléments culturels en apprenant une langue étrangère.

Je donne actuellement des cours de coréen dans un institut coréen à Paris et je voudrais proposer des idées pour permettre d’enseigner aux apprenants de la langue coréenne des connaissances culturelles dans la classe de langue. Le but de l’enseignement de la culture est donc d’intégrer des éléments culturels en apprenant la langue coréenne qui y est associée et de communiquer dans des situations réelles. Par conséquent, les apprenants pourront arriver à élargir leur vision du monde. Cependant, l’objectif de l’enseignement du coréen risque d’être transformé en cours de culture si on fait prévaloir uniquement les éléments culturels sur ceux linguistiques. Dans le contexte actuel où les heures de cours ne sont pas suffisantes(par exemple, 2 heures par semaine) pour bien entraîner à la performance linguistique, les enseignants doivent réfléchir et considérer les méthodes.

L’enseignant est donc la personne qui initie à la nouvelle culture et favorise la mise en oeuvre de nombreuses activités permettant aux apprenants d’aller à la rencontre de la culture cible. Je montrerai les méthodes d’enseignement de la culture coréenne à travers les activités théâtrales et les films coréens chez les apprenants francophones.

 

Bibliographie

Akira Mizubayashi, 2011. Une langue venue d’ailleurs. Éditions Gallimard.

Chiss, J.-L. 2009. « Quel français enseigner? Question pour la culture française du langage », O. Bertrand éd, Quel français enseigner ? Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique.

Galisson, R. 1991. De la langue à la culture par les mots. Paris : CLE international

GOHARD-RADENKOVIC, Aline. 1999. Communiquer en langue étrangère. De compétences cul- turelles vers des compétences linguistiques. Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien: Peter Lang.

Vinsonneau, G., 2002. L’identité culturelle, Paris : Armand Colin

Zarate, G., 1986. Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.

Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : CELV

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

A la poursuite des références !

Je voudrais partager avec vous la bibliographie (toujours provisoire) de ma recherche. Même si nos sujets ne sont pas directement en relation, vous trouverez peut-être des références utiles. J’ai quelques titres concernant la rédaction du mémoire, la méthodologie de la recherche et la soutenance, j’espère qu’ils vous aideront dans votre travail. Bonne lecture !

  • Aubert, V, Quel est l’impact d’une approche sémantique de la grammaire pour un public sinophone, Mémoire, Université Paris III Sorbonne Nouvelle, Paris 2012
  • Beacco, J-C, La didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues, Les Éditions Didier, Paris, 2010
  • Beacco, J-C, La « question de la grammaire » dans l’enseignement du francais comme langue étrangère. Nouveaux contextes, nouvelles perspectives, 2008, dans Galatanu, O et al, Enseigner les structures langagières en FLE, Peter Lang, Bruxelles, 2010, p. 41-51
  • Charaudeau, P, Grammaire du sens et de l’expression, Hachette livre, Paris 1992
  • Charaudeau, P, Les fondements d’une grammaire du sens. Retour à mes premières amours, Hommage à Mats Forsgren, Site de Patrick Charaudeau, 2012. Article en ligne : patrick-charaudeau.com/Les-fondements-d-une-grammaire-du.html [consulté le 04/01/2017]
  • Chiss, Jean-Louis, David, Jacques, Débats dans l’enseignement-apprentissage de la grammaire, Aramand Colin : Le français aujourd’hui 5/2011, p. 129-138. Article en ligne : cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2011-5-page-129.htm., [consulté le 09/10/2016]
  • Conseil de l’Europe, Cadre européen commun de référence pour es langues : Apprendre, enseigner et évaluer, Didier, Paris, 2001
  • Cuq, J-P, Une introduction à la didactique de la grammaire en français langue étrangère, Les Éditions Didier, Paris, 1996
  • Cuq, J, Gruca, I. (2005). Cours de didactique du français langue étrangère et seconde. Presses universitaires de Grenoble
  • De Salins, G.-D, Grammaire pour l’enseignement/apprentissage du FLE, Les Editions Didier, 1996
  • Fuchs, Catherine, La linguistique cognitive, Gap Paris : Éd. Ophrys Éd. de la Maison des sciences de l’homme, DL 2004
  • Lebas-Fraczak, L. (2011) Évolution méthodologique en FLE : quelles conséquences pour l’apprentissage de la grammaire ?. HAL archives ouvertes. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00599755/document
  • Ruiz Campillo, J (2007). Gramática cognitiva y ELE. Entrevista a José Plácido Ruiz Campillo. Marcoele: Revista de didáctica español lengua extranjera. Article en ligne: http://marcoele.com/gramatica-cognitiva-y-ele/

 Bibliographie à poursuivre

  • Aguerre, S, Grammaire de l’apprenant et explicitation. Quand apprendre c’est se construire de représentations à partir de corpus et d’instruments, 2008, dans Dans Galatanu, O et al, Enseigner les structures langagières en FLE, Peter Lang, Bruxelles, 2010, p. 65-76
  • Besse, H, Porquier, R, Grammaires et didactique des langues, Collection Langues et apprentissages des langues, Didier, Paris, 1991
  • Besse, H, Métalangages et apprentissage d’une langue étrangère, Langue Française, 47, Larousse, Paris, 1980, p. 115-128.
  • Blanchet, A, et al, Les techniques d’enquête en sciences sociales : observer, interviewer, questionner, Dunod, Paris, 2005
  • Blanchet, P., Chardenet, P.,  Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures, Approches contextualisées, Editions des archives contemporaines (EAC), Paris, 2011
  • Bruley, C, Triquenot, A, Entre linguistique et didactique : L’intérêt de l’analyse sémantique et morphologique des verbes dits « à potentiel spatial » dans l’enseignement des combinatoires verbes / prépositions en français langue étrangère, dans Portine H., Sotra T. (dir.), Les approches didactiques en (F)LE – Un processus ouvert. Sur le temps et l’espace, APU (Artois Presses Université), Etudes Linguistiques Didactique des langues, 2012, p. 11-31.
  • Bruley, C, Enseigner la langue : quelle sensibilisation à la réflexivité grammaticale ?, dans Causa, M, Galligani, S, Vlad, M (dir.), Formation et professionnalisation des enseignants des langues. Evolutions des contextes, des besoin et des dispositifs, Riveneuve édition, col. Actes académiques, Paris 2014, p 355-374
  • Bruley, C, Approche sémantique de la grammaire : qu’en est-il aujourd’hui en français langue étrangère ?, Le francais dans le monde N°57, 2015, p28-37
  • Courtillon, J, La mise en œuvre de la « grammaire du sens » dans l’approche communicative, Analyse des grammaires et de manuels, Ela. Etudes de linguistique appliquée N°122, 2001, p153-164
  • De Salins, G.-D, Santomauro, A, Cours de grammaire française activités niveaux 1&2, Les Editions Didier, Paris 1997
  • De Salins G.-D, Place des apprenants et place des savoir-faire enseignants dans les grammaires de français langue étrangère, Langue Française, 131, Larousse, Paris, 2001 p. 23-37.
  • Germain, Cl, Séguin, H, Le point sur la grammaire, CLE International, Paris, 1998
  • Guidere, M, Méthodologie de la recherche, Ellipses, Paris 2004
  • Hernández Sampieri, R. et al, Metodología de la investigación, cuarta edición, McGraw-Hill Interamericana, México D.F., 2006
  • Humbert, J-L, Le guide du mémoire : du projet à la soutenance, Nathan, Repères pratiques, Paris, 1999
  • Laurens, V, Modéliser des séquences en FLE et FLM : analyse comparée de l’unité didactique et de la séquence didactique, Le francais aujourd’hui, 176, 2012, p. 59-75
  • Lemeunier, V, Acquérir des automatismes linguistiques pour développer une réelle compétence de communication, L’enseignement des langues aux adultes, aujourd’hui. Une pratique de la pédagogie pour une pédagogie de la pratique, Actes du premier colloque ELE de l’université de Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, Saint-Etienne, 2001
  • Lemeunier, V, Elaborer une unité didactique à partir d’un document authentique, Franc-parler, 2006, Article en ligne : http://www.francparler.org/dossiers/lemeunier2006.htm
  • Porquier, R, Grammaire ordinaire, source d’activités…, Le Français dans le monde, 354, FIPF/CLE International, Paris, 2007, p. 27-29
  • Somé, K-P, Grammaire FLE : enseigner le système des temps du passé, Pratique et enjeux dans la didactique des langues aujourd’hui, collection linguistique en ligne Epilogos, 2013
  • Suso López, J, La grammaire et les descriptions de la langue : la réflexion sur le fonctionnement de la langue favorise-t-elle l’apprentissage du FLE ?, dans Suso López, J (dir.), Phonétique, Lexique, grammaire et enseignement-apprentissage du FLE, Método ediciones, Granada, 2004, p 215-258. Article en ligne : http://www.ugr.es/~jsuso/publications/Chapitre%206PhLexGrammaire.pdf [consulté le 09/01/2017]

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Mon premier dialogue

 

L’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3,  à côté de la salle M :

–          Bonjour, Monsieur ! Vous allez bien ?

–          Oui, et vous?

–          Oui, merci !

–          Est-ce que vous avez bien reçu mon e-mail au sujet de mes travaux de recherche ?

–          Oui, bien sûr.

–          Donc, comme je vous l’ai écrit, je souhaite travailler sur l’enseignement du FOS dans le domaine militaire. J’ai apporté le document que je vous ai envoyé.

–          Oui, merci… Oui, le sujet est très intéressant. Pourquoi vous avez choisi ce sujet ?

–          En fait, l’année dernière j’ai effectué mon stage à l’Ecole militaire, cette année je voudrais enrichir mon expérience par des recherches théoriques.

–          Oui, je comprends, c’est une bonne idée.

–          Je pense aussi que la particularité du contexte militaire doit être prise en compte dans le cadre de la formation des futurs enseignants du FLE. D’autant plus que de nombreux stages orientés vers l’enseignement du français spécialisé sont proposés annuellement par le service de la coopération militaire DCSD.

–          Oui, je trouve ce sujet intéressant.

–          Merci, Monsieur.

–          J’ai apporté également mes notes bibliographiques.

–          Oui, merci, je vais les regarder.

–          Merci beaucoup, Monsieur ! Je me mets au travail ! Si jamais j’ai des questions je viendrais vous voir à Censier…

–          Bien sûr, bien sûr !

–          Merci !

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Mémoire : Proposition d’une première ébauche de plan

Bonjour,

j’aimerais vous faire partager une première ébauche de plan pour mon mémoire qui a pour thème la littérature dans les manuels de FLE. Pour cela, je m’appuie sur cinq manuels de FLE de niveau B1 plutôt récents (je vous fournirai les titres de ces derniers en commentaire si cela vous intéresse) . Le plan que je vous propose ici nécessite de nombreuses modifications/ améliorations. Vos commentaires et vos avis sont plus que bienvenus.

Je me questionne sur la nécessité ou non d’un questionnaire à proposer aux étudiants qui étudient ou ont étudié le FLE concernant la récurrence de textes littéraires étudiés en FLE (ceci est une hypothèse que j’émets).  Cela me serait utile pour le troisième point de ma quatrième partie.

Introduction

  1. justification du choix du sujet
  2. problématique
  3. hypothèses de départ

Première partie : Définition de la notion de « littérature »

  1. Qu’est-ce que la littérature ? Un texte littéraire ?
  2. Les cas spécifiques : la musique et les scénarios
  3. Une littérature spécifique au FLE ?

Deuxième partie : Cinq manuels comme terrain

  1. Présentation des manuels
  2. Les textes littéraires et leur place dans ces manuels

Troisième partie : Littérature et manuels de FLE : la « manuélisation » du texte littéraire

  1. Le choix des textes littéraires : choix arbitraire ou réelle réflexion didactique ? Quelle place réservée aux attentes des enseignants de FLE ?
  2. La place des textes littéraires dans les manuels de FLE : réel intérêt littéraire ou simple prétexte ?
  3. Les questionnaires d’aide à la compréhension

Quatrième partie : La littérature en FLE

  1. Les adaptations littéraires au public FLE
  2. La littérature comme moyen de diffusion de la culture
  3. Des textes littéraires récurrents en FLE

Conclusion

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Acquérir une langue étrangère dans un contexte hétéroglotte, est-ce possible ?

Peut-on acquérir une langue étrangère ? Quels sont les facteurs déterminants cette acquisition ? L’âge ? Le contexte ? Le travail cognitif et métacognitif ? Les inputs ? Autant de questions qui se posent lorsqu’on tente d’analyser en profondeur le processus d’apprentissage et d’acquisition d’une langue étrangère et d’essayer de le comprendre.

Le premier facteur qu’on évoque souvent lorsqu’on parle d’acquisition d’une langue étrangère reste celui de l’âge. Le sujet a suscité bon nombre de spécialistes du champ dont Chomsky. On a donc déterminé, après plusieurs études,  que l’exposition précoce à une langue étrangère favoriserait son acquisition.

Ce qui nous intéresse ici, n’est pas seulement l’âge, mais surtout le contexte dans lequel se déroule l’apprentissage/acquisition d’une langue étrangère. Nous soutenons déjà la thèse que l’exposition à une langue dans un contexte homoglotte mènerait à son éventuelle acquisition. Mais qu’en est-il alors du locuteur qui désire acquérir une langue étrangère se retrouve dans un contexte hétéroglotte ?

Telle est la question que je tenterai de répondre lors de mon mémoire de fin d’études. Certes, ces interrogations ont déjà été posées antérieurement mais ce que j’aspire à faire ici, c’est d’axer mon étude sur une communauté linguistique précise que je ciblerai avec des apprenants partageant les mêmes conditions d’apprentissage. Autrement dit, j’effectuerai mon étude sur des sujets appartenant à une même communauté linguistique, du même niveau scolaire, ayant le même âge et surtout partageant approximativement les mêmes motivations. Ce n’est pas aisé de trouver plusieurs apprenants  ayant le même profil, néanmoins, je me concentrerai notamment sur ce qui lie ces derniers en faisant une étude comparative.

J’établirai, toutefois,  un questionnaire au tout début pour cerner le type d’apprenant et pour pouvoir tirer les informations dont j’ai besoin dans ma recherche. Celle-ci sera donc divisé en trois parties, la première générale et plus réflexive où j’évoquerai les recherches et les études qui traitent cette question. La seconde assurera la transition entre la réflexion et la pratique où je donnerai éventuellement mon avis sur le sujet, et comme on peut le deviner, la troisième évoquera les enquêtes et les pratiques que j’ai pu mener tout au long de ma recherche.

Cela reste très vague et vaste tant que je n’ai pas encore cibler un public. Cela dit, le sujet me passionne et je me réjouis déjà de l’entamer.

Contact établi avec ma directrice de recherche!

L’une des premières démarches qu’on entreprend lorsqu’on a une idée sur le thème du projet de fin d’études est de trouver un directeur ou une directrice de recherche qui est spécialisé(e) dans le sujet.  Le mien étant de travailler sur l’acquisition d’une langue étrangère, j’ai tout de suite pensé à Madame Trévisiol qui assure un séminaire au même nom « recherches sur l’acquisition des langues étrangères ». Logique comme choix mais surtout motivé par le désire de travailler avec une enseignante avec qui je m’entends très bien. L’entente est, pour moi, un facteur à ne pas négliger au même niveau que celui de la maitrise du sujet par le directeur de recherche.

C’est mon expérience personnelle qui me laisse dire de tels propos. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de travailler sur deux mémoires dans le passé, celui de ma licence en Traduction et interprétariat et le second, de Master 2 Didactique de la traduction.

C’est ainsi que mon choix s’est porté sur Madame Trévisiol qui, après un échange de mails, a accepté de m’encadrer et de m’accompagner dans cette nouvelle recherche que j’aspire à mener. Pour résumer, je lui avais adressé un courriel pour solliciter ses services et surtout pour lui exposer mon sujet de recherche. Aussi, je lui avais fait part de mes interrogations quant au public sur lequel je devais travailler et particulièrement sur la pertinence de mon thème.

La réponse n’a pas tardé à venir puisqu’elle m’a recontacté dans les heures qui ont suivies. Ce que j’ai pu retenir de son mail est, qu’elle avait accepté ma demande d’encadrement et plus particulièrement des remarques constructives pour m’éclairer davantage sur ce que je devais mener comme recherche. Ce qui est venu en premier, c’est l’importance de cibler un public qui est étroitement lié à la tournure que devrait prendre mon sujet. Ensuite, elle m’a conseillé d’aller voir des travaux qui traitent le sujet, à titre d’exemple, ceux de Daniel Véronique. Puis, elle m’a clairement fait savoir qu’il fallait que j’axe ma recherche sur une problématique bien précise, originale et qui permettrait d’apporter un plus dans le monde de la recherche. Enfin, j’ai eu droit à des encouragements de sa part.

Outre les échanges de mails, j’ai senti le besoin de concrétiser cette rencontre en la sollicitant après son séminaire. Cela m’a fortement aidé et réconforté dans ma quête. Quant à mon thème de recherche, je vous invite à lire le billet suivant intitulé « Acquérir une langue étrangère dans un contexte hétéroglotte, est-ce possible ? » pour en savoir plus dans quoi je souhaiterai me lancer.

Projet de mémoire La lecture à haute voix en classe du FLE Aux universités soudanaises

Introduction du sujet de mémoire
Le but de l’enseignement d’une langue étrangère est d’apprendre à parler, à écrire, mais aussi à communiquer, Ce qui va permettre aux apprenants d’être en contact avec d’autres cultures et de développer un esprit de tolérance envers l’autre.
La lecture à haute voix en classe du FLE est une activité d’expression au cours des quelles un apprenant ou plus lis un texte (littéraire/poétique/citation…etc) de façon expressive face à un auditaire. Cette activité de lecture à haute voix, contribue au développement des habilités et du goût pour la lecture, elle permet d’approfondir la compréhension des textes à lire. De plus, elle permet d’ouvrir à une dimension culturelle, sociale, émotionnelle de la langue. L’expérience de trois ans de mise en scène au festival du théâtre étudiants, organisé par l’Institut Français de Khartoum m’a donnée l’idée de choisir la lecture à haute voix comme sujet de mémoire.
Cela nous incite à poser la problématique suivante :
Quelles sont les implications et les bénéfices de l’activité de lecture, interprétation de texte théâtral ou non pour l’apprentissage de l’oral en classe du FLE ?
Cette question principale est en relation avec d’autres interrogations auxquelles nous devrions répondre :
– La lecture à haute voix favorise l’expression orale en français ?
La lecture à haute voix, peut être un moyen de motivation pour les apprenants ?
– Les enseignants du FLE accordent-ils une importance a la lecture a haute voix en classe ?
Mots-clés:
Didactique, français langue étrangère (FLE), compétence orale, fluidité, textes lecture expressive, théâtralisation, culture, voix, corporel, mémorisation, confiance compréhension, gestuelle.
Contexte de la recherche :
J’ai trouvé un terrain d’expérimentation à l’université de Khartoum, Faculté de pédagogie, département du français.
1.1 Le public :
• Qui sont les sujets ?
Ce projet adressé au niveau( A2-B2), afin de montrer que le travail de lecture à haute voix a beaucoup d’intérêt tant au niveau débutant qu’au niveau avancé et pour encourager les enseignants du FLE de ne pas hésiter à exploiter des textes littéraires, théâtraux visant la lecture expressive en classe du FLE .
J’ai décidé de réaliser ce projet avec des classes de français de la deuxième, et quatrième année universitaire. Mon choix s’est rapidement porté sur ces classes, car elles me semblent les plus convenables pour l’enquête.
Selon moi, la deuxième et la quatrième année montrent beaucoup d’intérêt pour la langue française, donc réaliser une enquête auprès de ces classes aurait une grande bénéfice pour ce mémoire. En plus, la classe des apprenants ne sont pas nombreux « 20-25 apprenants ».
Evidemment, certains apprenants ont un niveau un peu plus élevé que d’autres, mais dans le cadre de ce mémoire, nous ne pouvons pas évaluer avec exactitude le niveau linguistique de chaque apprenant.
1.2 L’âge et le niveau :
(20-25)apprenants de la deuxième/quatrieme année, la plus part d’eux ont commencé l’apprentissage du français langue étrangère à la fac , donc leur niveau est assez homogène. Cette année, ils suivent des cours qui se situent entre le niveau A2.1 et B2.1du cadre commun de référence.
Tous les sujets ont entre dix-huit et vingt-deux ans.
1.3 Pourquoi La lecture à haute voix en classe du FLE ?
La lecture à voix haute est adressée à un public (en classe de FLE) a des implications corporelles et culturelles(posture,gestuelle,regard).
– phonétiques, psychologiques (en particulier la confiance du prof et celle des apprenants).
-memorielle(memorisation
-mémorielle(mémorisatiodesempansnlus).
En plus, les bénéfices liés à la pratique de la lecture a haute voix sont nombreuses, par exemple : elles permettent de travailler certaines compétences associées à l’apprentissage d’une langue(ex : la production orale : il s’agit de la compétence la plus travaillée, non seulement au niveau de la prononciation, mais aussi concernant l’expression corporelle qui peut utiliser des codes différents de ceux présents dans la langue maternelle des apprenants.
Les objectifs visés :
– Faire acquérir aux apprenants les capacités inscrites en lecture à haute voix(préparation à la lecture expressive, lecture des textes littéraires, dire de mémoire des textes littéraires/ citation célèbre…etc)
– Rendre l’apprenant capable d’articuler, de dire et d’utiliser son corps pour dire.
– Rendre l’apprenant capable d’écouter l’autre.(écouter et se faire écouter).
– Avoir confiance en soi.
 comment mon projet d’études au sein du Master sélectionné de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et mes études précédentes peuvent m’ aider à atteindre mes objectifs.
Ma formation de 5ans en langue française à l’Université de Khartoum au Soudan, en plus la formation de Master1 m’ont apporté beaucoup de connaissances théoriques, méthodologiques et pratique dans le domaine de l’enseignement du FLE. Je souhaite donc, poursuivre mes études de Master2 pour pouvoir accéder à un plus haut niveau d’études. Mon désir essentiel est d’approfondir mes connaissances théoriques et pratiques déjà acquises, maitriser les nouvelles techniques et d’apprendre d’autres nouveautés dans le domaine de Didactique du FLE. Je suis très motivée en ce qui concerne le domaine de la Didactique des langues étrangères, particulièrement, la Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde. En plus, je m’intéresse aux questions de la didactique du FLE , didactique de l’audiovisuel, didactique de l’oral. De plus, je souhaite enrichir mes connaissances afin d’obtenir une qualité d’enseignement différente pour être plus performante dans le domaine de la Didactique du FLE. En effet, la richesse des formations proposées ainsi que les programmes offerts par l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris3 me permettront d’approfondir mes connaissances dans ce domaine de didactique du FLE, en me donnant des basent solides et structurées indispensables à la réussite en Master2 .

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

LE RÔLE DE LA TRADUCTION PÉDAGOGIQUE EN CLASSE DE FLE

Dans les méthodologies d’enseignement du XIXème et du début du XXème siècle la traduction avait un rôle très important en classe de langue étrangère. Ensuite, les méthodes d’enseignement ont refusé le recours à la langue maternelle en classe de langue étrangère. A présent dans les méthodes, la traduction est revenue de nouveau dans sa place en classe de langue étrangère. Mais il y a toujours des professeurs qui sont contre de l’exploiter en classe de langue étrangère. Pour certains d’eux ils pensent que l’utilisation de la langue maternelle en classe de langue étrangère c’est un empêchement de découvrir la langue étrangère et sa culture. De la même manière cette recours n’est pas utile pour apprendre une langue étrangère.

La traduction est une opération entre deux ou plusieurs langues. C’est le voyage entre les langues, une langue de départ et une langue d’arrivée. Dans notre travail, la traduction ici, ne signifie pas que l’enseignant explique et traduit tous les détails, mais on l’utilise comme un moyen pour aider l’apprenant.

A partir de cela nous distingue la traduction pédagogique et la pédagogie de la traduction et qui nous intéresse pour notre travail c’est la traduction pédagogique. La traduction L’importance de la traduction pédagogique en classe de langue :

  • Valoriser les savoir-faire chez les apprenants
  • Aider les apprenants à comprendre les locutions et les expressions idiomatiques
  • Développer les compétences des deux langues chez les apprenants

 

Dans ce travail la langue étrangère est le français et la langue maternelle est l’arabe. Nous allons aborder le sujet du rôle de la traduction en classe de FLE pour répondre aux questions suivantes : est-ce que la traduction peut jouer un rôle pour enrichir le lexique chez les apprenants ? Comment on peut l’utiliser pour enrichir le niveau de lexique chez les apprenants ? Quelles sont les avantages de cette traduction en classe de langue ?

Pour répondre aux questions, nous supposons que la traduction a un rôle efficace chez les apprenants pour progresser leurs compétences et elle peut faciliter le processus de l’enseignement/ apprentissage en classe de FLE.

Les objectifs de mon travail de recherche sont d’étudier le rôle de la langue maternelle dans le processus enseignement/apprentissage en classe de FLE pour savoir la réalité du recours à la traduction, encourager les apprenants à mettre en valeur leur connaissances par la traduction .

L’enquête de terrain sera menée en France dans le cadre de classe d’accueil de l’association la Cimade concernant des apprenants adultes arabophones de niveau A2. Pour répondre aux questions de recherche, nous organiserons des séances pour suivre les apprenants. Ces séances auront pour objectif d’observer le rôle de la traduction pédagogique dans l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère. Nous allons aborder des extraits de textes à traduire. Les activités seront sélectionnés en fonction du public concerné (âge et niveau). Le déroulement de la séance sera par exemple : production individuelle et en groupe. Ce travail des textes traduits dans ces deux langues nous permettra de mettre en lumière de façon plus concrète les dimensions lexicales des points de correspondances et de différences dans le rôle de la traduction en classe de FLE.

En plus une source très important, nous allons préparer de questionnaire et des entretiens avec les professeurs et les apprenants pour réaliser notre objectif de recherche.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

Théories sur la motivation et mes réflexions

Il y a plus d’un siècle, un grand nombre de théories différentes sur la motivation ont été proposées par les psychologues. Sigmund Freud, fondateur de la psychanalyse, pense que les être humains naissent avec certaines pulsions biologiques ou instincts qui les motivent à se comporter de certaines manières. Dans cette perspective, on considère que, dans son métier, l’enseignant a aussi la mission d’« aider les élèves à contrôler et diriger ces pulsions ». Les behavioristes comme Skinner (1988) déclarent l’idée que les individus sont comme une « page vierge » ; les expériences de la vie et les facteurs extérieurs s’y inscrivent petit à petit, conditionnant ainsi les comportements suivants. On peut utiliser des méthodes extérieures pour contrôler la motivation et l’apprentissage des élèves, comme des récompenses externes ou des bonnes notes. Abraham Maslow et Carl Rogers, les psychologues humanistes trouvent que les individus naissent avec une tendance naturelle à progresser et se remettre en cause constamment. L’apprentissage, le développement naturel, le contact avec d’autres individus significatifs et la confrontation à des événements non moins significatifs, facilitent expressément ce processus (Barbara L. McCombs et James E. Pope, 2000).

Ce sont des théories initiales sur la motivation, nous pouvons y percevoir des concepts généraux de pratique mais peu précis. Nous posons donc les questions suivantes : Qu’est-ce que la pulsion d’instincts ? Comment peut-on la contrôler ? Quelles pratiques de l’enseignant peuvent diriger les apprenants vers un résultat positif ? Et quel type de contact avec les autres peut faciliter le processus de développement d’un apprenant ?

Au cours des trente dernières années, ces théories primitives se sont affinées à travers des perceptives cognitivistes, sociocognitives ou socio-behavioristes. La perspective cognitiviste se centre sur des facteurs intrinsèques. Elle souligne que l’apprentissage est un processus mental et que la perception de l’individu joue un rôle capital dans l’apprentissage et la mémorisation. En un mot, l’esprit structure le vécu. Donc, nous pouvons dire que « la motivation repose sur les convictions que l’individu acquiert de sa propre valeur, de ses capacités ou de ses compétences (ex : image qu’il se forge de lui en tant qu’élève) ; des objectifs et des chances de réussite ou d’échec qu’il anticipe ; des sentiments positifs ou négatifs (ex : curiosité, anxiété) qui résultent des processus d’auto-évaluation auxquels il se livre » (Barbara L. McCombs et James E. Pope, 2000 :25)

Un autre ensemble de théories s’inscrit dans la perspective sociocognitive ou socio-behavioriste qui insiste sur les facteurs externes dans la motivation d’apprendre, comme « le soutien social et psychologique des proches », « les récompenses externes et les incitants liés à l’environnement ». Par rapport à l’importance des facteurs de motivation internes et externes, il existe toujours des divergences d’opinion. Mais, ces désaccords n’empêchent pas une apparition de consensus et une intégration des deux théories contradictoires dans des travaux importants pour définir la nature de la motivation et trouver des moyens de la développer et de la soutenir.

Les travaux de Clifford (1984), Deci (1985), notamment, démontrent non seulement que les individus sont intrinsèquement motivés quand ils ont des objectifs d’apprentissage personnels, mais aussi, qu’ils sont motivés naturellement par des conditions externes : quand ils n’ont pas peur de l’échec, quand ce qu’ils apprennent a un sens et une résonance personnelle pour eux, quand ils se situent dans une relation bienveillante avec leurs professeurs et quand ils se sentent soutenus et respectés.

En outre, les travaux de Connell (1991), Ryan (1991) et quelques autres, affirment qu’il est important d’encourager l’autonomie et l’autodétermination des élèves. Ainsi, l’apprenant sera intrinsèquement motivé quand l’enseignant lui donnera des occasions de faire ses propres choix en toute liberté.

Les théories récentes sur la motivation mettent l’accent sur les relations qui existent entre les convictions, les sentiments et les motivations. Le psychologue Suarez soutient que « c’est la fonction de la pensée davantage que son contenu qui fournit un niveau de gestion primaire (convictions, valeurs, attentes et objectifs) », nous pensons que dans un niveau supérieur de compréhension, les élèves doivent pouvoir découvrir qu’ils ont un contrôle personnel (contrôle actif) sur le contenu et le fonctionnement de leur pensée, au travers de cette conscience, ils peuvent se motiver eux-mêmes.

Par ailleurs, d’après Deci et Ryan, « le contrôle actif est une tendance inhérente du moi à générer du comportement, à se rattacher à des événements, à les intégrer et à acquérir un sentiment de contrôle et de compétence personnel ; la perception de soi comme agent donne alors naissance à des actes et est à la source de toute autodétermination. » Donc, nous pouvons dire que la motivation est naturelle et inhérente. Comment la stimuler doit être un objectif de réflexion.

Les recherches précédentes nous amènent à chercher des méthodes efficaces pour motiver les apprenants. Mais quels sont les principes de ces méthodes? L’enseignant doit bien savoir que l’objectif d’enseignement est de laisser comprendre les apprenants puisque leur pensée peut influencer leur émotion, leur motivation et leur comportement. Nous savons bien que, pour que les facteurs extrinsèques fonctionnent, il faut que l’apprenant doive tout d’abord motiver intrinsèquement. Autrement dit, les facteurs externes n’fonctionnent que à travers les facteurs internes. Donc, pour que les élèves puissent faire appel à leur motivation naturelle d’apprendre, il leur faut comprendre le mécanisme de leur pensée. L’enseignant doit réfléchir à des méthodes externes : l’environnement d’apprentissage doit être pris en compte : un climat scolaire de bienveillance, des interactions avec les enseignants et les camarades, des relations positives avec l’entourage. Il doit aussi inclure des pratiques pédagogiques pertinentes (ex : le contenu du cours, la tâche proposée, ou autre approche qui favorise la réflexion).

 

Bibliographie :

Barbara L. McCombs et James E. Pope (2000), motiver ses élèves- donner le goût d’apprendre, Belgique, De Boeck Université.

Deci E. L. et Ryan R. M. (1985), Intrinsic motivation and self-determination in human behavior, New York, Plenum Press.

Connell J. P. et Wellborn J. G. (1991). « Competence, autonomy, and relatedness: A motivational analysis of self-system processes », Self processes in development: Minnesota symposium on child psychology, England, In M. R. Gunnar & L. A. Sroufe, N°23, p. 43–77.

Skinner B. F. (1988), L’analyse expérimentale du comportement : un essai théorique, Bruxelles, P. Mardaga (Psychologie et sciences humaines Psychologie et sciences humaines).

 

 

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Bibliographie provisoire pour le mémoire « Insécurité linguistique des étudiants algériens en île de France »

Aissi, N. (2015). L’insécurité linguistico-culturelle du FLE: Cas des apprenants de la 2ème année secondaire. Biskra

 

Bellini, S. (2015). Insécurité linguistique et alternance codique: le cas des professeurs de biologie dans les classes bilingues franco-moldaves. Paris 3.

Bénit, A. (2000). L´ insécurité linguistique des francophones périphériques: le cas de la Belgique. In La Lingüísticafrancesa en España caminodelsiglo XXI (p. 125‑140). Arrecife

Bentolila, A. (2002). Il existe en France une inégalité linguistique. In L’Express (Vol. 17, p. 2002).

Bessai, B. (2012). Plurilinguisme et insécurité linguistique en Algérie: Paroles de lycéen (ne) s à Bejaïa. Corela. Cognition, représentation, langage, (10‑2).

Biichlé, L. (2007). Langues et parcours d’intégration d’immigrés maghrébins en France. Université de Grenoble.

Biichlé, L. (2011). Insécurité linguistique et réseaux sociaux denses ou isolants: le cas de femmes maghrébines dans la tourmente. Lidil. Revue de linguistique et de didactique des langues, (44), 13‑26.

Bourdeau, A., & Dubois, L. (2001). Langues minoritaires et espaces publics: le cas de l’Acadie du Nouveau-Brunswick. Estudios de sociolingüística: Linguas, sociedades e culturas, 2(1), 37‑60.

Bourdieu, P. (1982). Ce que parler veut dire: l’économie des échanges linguistiques. Fayard.

Boutet, J., & Deprez, C. (2002). Ici et là-bas, public et privé: des catégories à interroger. Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, 28(3), 37‑46.

Bretegnier, A. (1996). L’insécurité linguistique: objet insécurisé? Essai de synthèse et perspectives. Le français dans l’espace francophone, Paris, Champion, 903‑923.

Bretegnier, A. (1999). Sécurité et insécurité linguistique: approches sociolinguistique et pragmatique d’une situation de contacts de langues: La Réunion. La Réunion.

Bretégnier, A., &Ledegen, G. (2003). SECURITE, INSECURITE LINGUISTIQUE: Terrains et approches diversifiés, propositions théoriques et méthodologiques-en hommage à Nicole GUEUNIER. Editions L’Harmattan.

Cadet, L., & Goes, J. (2010). Langue et intégration: dimensions institutionnelle, socio-professionnelle et universitaire. Peter Lang.

Calvet, L.-J. (1993). La sociolinguistique. Presses universitaires de France Paris.

Calvet, L.-J. (1998). L’insécurité linguistique et les situations africaines. Une ou des normes, insécurité linguistique et normes endogène en Afrique Francophone, Paris : Agence de la francophonie, pp.7‑28.

Calvet, L.-J. (2006). Pour une écologie des langues du monde. Polity.

Coste, D. (2001). Compétence bi/plurilingue et (in) sécurité linguistique. L’Ecole valdôtaine, 54, 10‑18.

Desabrais, T. (2013). Les mots pour le dire… L’influence de l’(in) sécurité linguistique sur l’expérience d’étudiantes de milieux francophones minoritaires canadiens inscrites aux études supérieures à l’Université d’Ottawa. Université d’Ottawa/University of Ottawa.

Foual, M. A. (s. d.). Étudiants algériens en France : des itinéraires difficiles. Pour, (196‑197), 42‑49.

Francard, M. (1989). Insécurité linguistique en situation de diglossie. Le cas de l’Ardenne belge. Revue québécoise de linguistique théorique et appliquée, 8(2), 133‑163.

Hamdi, H. (2007). Immigration et insécurité linguistique: le cas des immigrés algériens en France. Université El Hadj Lakhdar de Batna 1.

Labov, W. (1972). Hypercorrection by the Lower Middle Class as a Factor in Sociolinguistic Change.Sociolinguistics. In sociolinguistics. William Bright.

Labov, W. (1990). The intersection of sex and social class in the course of linguistic change.Language variation and change, 2(2), 205‑254.

LeBlanc, M. (2010). Le français, langue minoritaire, en milieu de travail: des représentations linguistiques à l’insécurité linguistique. Nouvelles perspectives en sciences sociales: Revue internationale de systémique complexe et d’études relationnelles, 6(1), 17‑63.

Ledegen, G. (1998). „Maîtrise de la norme et sécurité/insécurité linguistiques chez les étudiants francophones “. Le français aujourd’hui, 124, 43‑51.

Moreau, M.-L. (1996). Insécurité linguistique: pourrions-nous être plus ambitieux? Réflexions au départ de données camerounaises, sénégalaises et zaïroises. Cl. Bavoux, Français régionaux et insécurité linguistique. Approches lexicographoques, 103‑115.

Robillard, D. de. (1996). Le concept d’insécurité linguistique: à la recherche d’un mode d’emploi. Bavoux, C.(éd), 55‑76.

Roussi, M. (2009). L’insécurité linguistique des professeurs de langues étrangères non natifs: le cas des professeurs grecs de français. Paris 3.

William, L. (1976). Sociolinguistique. Paris, Minuit.

William, L. (1998). Vers une réévalutation de l’insécurité linguistique des femmes. Singy (1998], 25‑35.

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

Comment je suis arrivée à mon sujet de mémoire- « Plurilinguisme en France : le choix d’apprendre le français chez les apprenants FLE. »

La nuit, l’obscurité, le silence, un havre de paix…Dans le berceau du sommeil se trouve une jeune fille épuisée. Aucun mouvement d’elle. Comme une pierre pétrifiée. A l’aise, confortable, euphorique. Mais sur-le-champ, elle entend une voix de loin. Une brise dans son sommeil. C’est une réverbération des sons, non des mots. Elle se concentre. Est-il un monstre ? Un fantôme ? Elle est frustrée. Elle se focalise…oui ce sont des mots, mais qu’est-ce qu’ils disent… « le sujet du mémoire, le sujet du mémoire, nous espérons que vous avez décidé le sujet de votre mémoire… !!!! » Ses yeux sont ouverts maintenant, elle est hantée par des vagues des mots qui ne cessent pas à monologuer son esprit même quand elle dort.

L’étape la plus importante mais ce qui est aussi la plus difficile et frustrante est celle de trouver un sujet de mémoire qui vous plait. C’est primordial de trouver un sujet avec le on va « vivre » pendant 6 mois. C’est comme un petit monstre de stresse qui est à côté de nous tous le temps. Il nous suit où on va. Il frappe incessamment sur la porte de notre cerveau et notre conscience. Donc il faut choisir un monstre qu’on peut le tolérer. Ce monstre de mémoire m’a torturé pour longtemps, plus précisément, depuis le début du semestre.

Dès le premier cours de M2, ont débuté les questions sur le sujet de mémoire. Lorsqu’ils nous ont interrogés pendant les cours, la plupart des gens avaient déjà décidé leur sujet et même le titre de la mémoire. C’était Impressionnant !! Mais ce n’était pas le cas pour moi, parce que j’étais, sans sujet ni même le titre. Par la suite, j’ai amorcé une quête de recherche pour mon sujet de mémoire. J’ai beaucoup concentré sur les thèmes abordés pendant les cours. A chaque fois qu’un champ notionnel a attiré mon attention, je l’ai gribouillé dans mon carnet. Pendant les colloques, le thème de neuroscience et la linguistique m’ont captivé. Qui suivit était un mois de recherche sur la neuroscience et sa relation avec la langue. Evidemment, je suis tombée dans un aven du monde de la neurolinguistique, psycholinguistique, linguistique évolutionnaire et même bio linguistique…Aie aie aie !!! J’ai vite abandonné cette idée.

Ensuite, je me suis mis sur la lecture du Colloque Diltec 2012. Cette fois, j’ai canalisé mon attention sur le thème de sociolinguistique. J’ai trouvé des idées assez pertinentes et je les inclus dans mon cahier d’essais pour le mémoire. Enfin j’ai cohéré mes notions vagues et les présenté à ma directrice de recherche. Une notion était acceptée ! Et voici ce qui c’était : « Plurilinguisme en France : le choix d’apprendre le français chez les apprenants FLE. »

Pourquoi ce sujet ? Alors, tout d’abord, le plurilinguisme est un phénomène mondial qui est en train de se répandre au moment même où nous parlons. C’est un moyen important d’explorer des compréhensions, vues et perceptions différentes dans le monde à travers de nouveaux mots. Les structures et les expressions des différentes langues cartographient les expériences et les compréhensions du monde par des façons différentes. C’est en reconnaissant l’existence de ces différences que de nouvelles connaissances et rêves deviennent possibles. C’est le privilège de l’enseignement des langues d’être en mesure de partager ces différences avec les apprenants de la langue, afin de leur permettre de voir plus que leur propre « monde» et de prospérer dans le monde.

Selon le recensement de 2015/2016 par Projet Atlas, il existe 309.642 étudiants étrangers en France. Les premiers pays d’origine étant le Maroc, la Chine, l’Algérie, la Tunisie et l’Italie. Les citoyens de ces pays sont déjà bilingues ou plurilingue. En conséquence ceux qui viennent en France en tant qu’apprenant de FLE, le français est leur langue seconde ou troisième.

Par conséquent l’objectif de ma recherche sera :

  • De découvrir les parcours linguistiques des apprenants étrangers de FLE.
  • D’éventer leur biographie langagière.
  • De comprendre la raison pour choisir le français.
  • Enfin de dénicher ce que le plurilinguisme leur apporte.

Ces objectifs seront atteints en interviewant une vingtaine des apprenants étrangers de FLE ici à Paris. Ensuite, les entretiens seront analysés et puis une conclusion sera formulée.

Même s’il m’a fallu trop de temps pour bien préciser mon sujet de mémoire, je suis trop contente de mon choix.

 

Bibliographie :

  • Josephine Moate; What is the value of plurilingalism ?; http://www.kieliverkosto.fi/article/what-is-the-value-of-plurilingualism/
  • Project Atlas; International Students in France; http://www.iie.org/Services/Project-Atlas/France/International-Students-In-France#.WFqkOPnhDIU

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Plurilinguisme aux Philippines : vers une revalorisation des dialectes (plan provisoire)

Introduction

0.1. Contexte
0.2. Problématisation
0.3. Objectifs de recherche
0.4. Importance (absence de recherche d’une approche
inclusive d’enseignement des langues)

Chapitre 1 : Cadre théorique

1.1. Représentations des langues
1.2. Statut des langues
1.3. Identité plurilingue (alternance codique et
centralité des langues)
1.4. Apprentissage d’une langue étrangère en contexte
plurilingue

Chapitre 2 : Méthodologie

2.1. Méthode biographique
2.2. Protocole d’enquête
2.3. Questions de lancement
2.4. Public visé (génération du « millénaire »)

Chapitre 3 : Analyse des données

3.1. Profil biographique des informateurs
3.2. Profil langagier des informateurs
3.3. Analyses des extraits de témoignages des
informateurs
3.3.1. Représentantions du repertoire langagier
des informateurs
3.3.2. Identité plurilingue
3.3.2.1. Comportement langagier au cours
de l’entretien (récurrence
de l’alternance codique)
3.3.2.2. Fonctionalité des langues
(modèle gravitationnel de la
centralité des langues, Calvet)

Chapitre 4 : Résultats et préconisations

4.1. Implications de la centralité de l’anglais
et de la place périphérique des dialectes
4.2. Sensibilisation à l’inégalité des langues et
ses implications
4.3. Approche plurlingue d’enseignement/apprentissage
d’une langue étrangère visant l’inclusion des
dialectes dans la politique lingustique
philippine: le cas du FLE

Conclusion

5.1. « Inégalité » officielle des langues
5.2. Pas débutaire vers la survie des dialectes
philippins face à la tendance hégémonique
d’autres langues
5.3. Autres pistes de recherche possibles : Analyse
des répresentations inter-générationnelles des
Philippins, question d’identité philippine
fréquemment débattue, intercomprehension des
groupes éthniques philippins par le biais de
l’approche plurilingue d’enseignement
/apprentissage (comme moyen possible
d’inclusion visant à résoudre les problèmes de
séparatismes aux Phlippines)

Bibliographie

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Un dialogue imaginaire entre une étudiante et sa directrice

Professeur : P

Étudiant : E

E : Bonjour Madame.

P : Bonjour Mademoiselle.

E : Alors…

P : C’est pour le mémoire ?

E : Oui oui, en fait, pour le mémoire, je ne veux pas chercher à critiquer un certain phénomène X ni à trouver une solution pour un problème Y, je préfère manifester une réflexion sur les stratégies d’apprentissage appliquées par les apprenants chinois dans le contexte d’enseignement du français en Chine, ainsi la situation d’apprentissage. Quand on apprend une langue étrangère, on essaie toujours de mémoriser les éléments langagiers, car ça nous fait économiser beaucoup de temps …

P : Bon, ça c’est votre hypothèse, vous ne l’avez pas encore vérifié, même si vous savez que c’est la vérité, peut-être.

E : Ah je vois, il me faut le témoigner. Je ne veux pas le prendre comme une conclusion, je veux juste essayer de comprendre que font les enseignants et les apprenants quand il y a quelque chose à mémoriser, pourquoi ils ne cherchent pas d’autres solutions, par exemple, selon l’article de Paul CYR, (elle cherche quelque chose dans le sac), voilà, il énumère plein d’autres stratégies comme « pratiquer la langue », « grouper », « prendre des notes », « la déduction », etc. Je me demande pourquoi certains apprenants, voire enseignants, préfèrent la mémorisation en face de certains mots ou expressions inconnus, et des règles grammaticales qui ne sont pas similaires à celles de leur langue maternelle.

P : Oui, vous pouvez mettre un sondage sur cela.

E : D’accord. J’ai encore une question concernant la définition exacte de la mémorisation. Quand j’étais à licence 2, notre enseignant invitait chaque étudiant à partager, devant tout le monde, sa propre stratégie d’apprendre le français. Je me souviens qu’il y avait une camarade qui nous a raconté sa façon de mémoriser le genre d’un nom. Elle avait mis, dans son carnet, les mots masculins à gauche, et les mots féminins à droit. Car il y a un proverbe chinois très connu : “Les hommes à gauche, et les femmes à droit”, elle associait les noms masculins aux hommes, et les noms féminins aux femmes. Selon CYR, elle « groupe » les mots, elle « note dans un cahier des mots », elle « révise ». Mais, pendant ce processus entier, quelle est la frontière varie entre « mémoriser » et d’autres stratégies d’apprentissage ?

P : C’est…intéressant comme histoire, et je pense que c’est à vous de trouver et définir la frontière.

E : Je sais que cette stratégie semble bizarre aux yeux des natifs. Mais quand on n’a pas la chance d’exposer dans la langue cible, c’est très difficile d’acquérir automatiquement la compétence langagière, et les apprenants doivent se débrouiller eux-même pour repérer, conceptualiser et systématiser les éléments langagiers, mais les efforts ne nous garantissent pas d’utiliser et d’appliquer spontanément ce que l’on a appris dans…dans une conversation, par exemple.

P : Tu peux peut-être lancer une série d’hypothèses sur pourquoi l’apprenant a choisi cette stratégie, quel est son motif, est-ce que c’est pour se rassurer, pour avoir l’efficacité, pour s’amuser, etc.

E : D’accord, je vais le mettre dans mon questionnaire.

P : Et tu peux aussi faire la même enquête aux enseignants de français en Chine, si possible.

E : OK, merci Madame, au revoir.

P : Au revoir.

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Retour en arrière : (re)penser son mémoire

Fêtes de fin d’année, bilan de ce qui a été fait durant toute cette année et donc bilan sur mon (son) mémoire.

J’avais déjà écrit un billet concernant le sujet de mon mémoire (lien : https://arlap.hypotheses.org/7172 ), et en cette fin d’année, je reviens sur mon sujet puisque celui-ci s’est centré davantage sur un aspect en particulier.

Le bilinguisme a déjà été traité et retraité à de nombreuses reprises (Grosjean, Paradis, Hagège, et bien d’autres encore). De nombreux travaux ont montré l’avantage des enfants bilingues sur les enfants monolingues, leur capacité à se décentrer plus facilement lors de l’apprentissage d’une nouvelle langue, leur capacité à s’approprier et à analyser la structure d’une nouvelle langue, etc.

Mais, quels sont les effets de l’apprentissage d’une langue d’héritage typologiquement éloignée chez des enfants bilingues ? Quel est l’impact de l’input familial ?

Il s’agira ici d’étudier le cas particulier d’enfants coréens (4-6 ans) scolarisés en France (contexte hétéroglotte) mais qui suivent des cours de coréen un jour par semaine pendant quatre heures.

Comme les enfants ont un de leur parent coréen ou les deux, cet enseignement correspondrait à l’acquisition d’une de leurs langues maternelles (le français d’une part et le coréen d’autre part). Il serait donc intéressant de s’intéresser à ce contexte particulier où les enfants ont un lien très fort avec cette langue (langue familiale), l’une des motivations subjacentes à cet apprentissage serait donc de développer (de renforcer) ce lien avec cette langue ainsi que de pouvoir communiquer avec les membres de leur famille (même si ce ne sont que des enfants il pourrait être intéressant de prendre en compte cet aspect-là, notamment le rôle des grands-parents, Hagège, 1996).

Il est aussi important de prendre en compte le facteur de l’âge comme l’a démontré D. Gaonac’h[1] et comme nous pouvons le voir aussi à travers les travaux de Florin A. [2](2003) : à chaque tranche d’âge correspond un développement spécifique à l’âge de l’enfant. Pour la tranche d’âge que je vais observer, il y a deux catégories que Florin établie :

  • « les enfants de 4-5 ans : sur le plan social et affectif, l’enfant comprend l’état mental d’autrui, il joue à des jeux de compétitions, il se reconnaît comme étant un garçon ou une fille. Sur le plan cognitif, il est attentif à sa performance, il est capable de classifier et de sérier. Sur le plan langagier, il produit des demandes indirectes et des justifications, il comprend le comparatif, l’identité et la différence. »
  • « les enfants de 5-6 ans : sur le plan social et affectif, l’enfant sait se contrôler, il choisit ses amis et négocie avec l’adulte. Sur le plan cognitif, nous pouvons noter le début de la conversation (il comprend que la grandeur d’une collection d’éléments reste la même quelle que soit la manière dont elle est présentée), il sait dessiner et écrire son prénom. Sur le plan langagier, il produit des énoncés de 5 à 6 mots, il peut répondre au téléphone, cet âge correspond au début de la lecture logographique, il peut identifier les rimes et comprendre environ 2500 mots. »

Dans cette étude, en plus de prendre en compte le facteur de l’âge, je prendrai aussi en compte le facteur de l’environnement social en classe et à la maison. Il serait intéressant de voir, à travers des entretiens et des questionnaires que les parents devront remplir, dans quelle langue les parents parlent à l’enfant , à quel acte de parole est associé telle ou telle langue. Est-ce que les deux parents coréens ne parlent qu’en coréen à leur enfant en mettant de côté la langue de la société dans laquelle ils vivent ? Ou, parlent-ils à l’enfant en français tout en se parlant entre eux en coréen en présence de l’enfant (ce qui est un avantage pour l’enfant, notamment par rapport au crible phonologique) ? Concernant les couples mixtes, l’enfant associe-t-il une des deux langues à un parent en particulier (« one parent – one language ») ? Par exemple, si le père est d’origine coréenne, l’enfant va-t-il parler systématiquement (mécaniquement, automatiquement) à son père en coréen et donc à sa mère en français (si sa mère est d’origine française) ? Dans ce même cas, les parents se parlent-ils en anglais en présence de l’enfant ou bien en français ou en coréen ?

Il est intéressant aussi de ce point de vue de demander aux parents l’ordre d’apprentissage des langues (coréen et français en même temps ? ou d’abord le coréen pendant les premières années qui ont suivi la naissance de l’enfant, ou en français ? autre contact avec une autre langue ?) qui pourrait justifier certaines « interférences » au vu du background langagier de ces enfants.

Toute cette analyse consisterait à répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les avantages du bilinguisme dans le cas de deux langues éloignées aussi bien graphiquement que phonologiquement ?
  • Pourquoi enseigner une langue si éloignée en France ? Quels arguments avancés pour que cet apprentissage se généralise ?
  • Comment enseigner / faire acquérir cette langue à des enfants suivants un cursus scolaire totalement en français ?

A travers cette analyse, j’aimerais montrer les différences entre l’apprentissage du coréen en France et en Corée du Sud, montrer que le lien familial que les enfants ont avec cette langue est en soit une motivation très particulière et très forte, ainsi que les effets positifs de l’apprentissage précoce du coréen (et donc ici, du bilinguisme). Ce que j’aimerais aussi montrer c’est l’intérêt d’apprendre une langue différente de notre langue maternelle, je pense, en effet, que cela permet de mettre en œuvre des parties de notre cerveau ou de notre gorge (pour la production des sons) qui ne sont pas habituées à être utilisées. Cela serait donc intéressant d’envisager de mettre en place de nouvelles classes qui dispensent l’enseignement du coréen –ce qui pourrait renforcer les liens d’amitié franco-coréens.

 

[1] Gaonac’h D., (Janvier 2002). « L’enseignement précoce des langues étrangères », Sciences Humaines, n°123.

Gaonac’h D., (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris : Hachette Education.

[2] Florin A., (2003). Introduction à la psychologie du développement. Enfance et adolescence. Paris : Dunod, Les Topos.

BIBLIOGRAPHIE

Benmamoun E., Montrul S. & Polinsky M., (2013). « Heritage language and their speakers : Opportunities and challenges for linguistics », Theorical Linguistics, n°39 (3-4), pp. 129-181.

Boysson-Bardies B., (1996). Comment la parole vient aux enfants, Paris : Odile Jacob.

Bruner J.-S., (1983). Le développement de l’enfant : savoir faire, savoir dire, Paris : PUF.

Cummins J., (1981). « The role of primary language development in promoting educational success for language minority students », in California State Department of Education (Ed.), Schooling and minority students : a theorical framework, pp. 3-49, Los Angeles, California State University.

Cummins J., (1991). « Interdependence of first- and-second-language proficiency in bilingual children », in Bialystok E. (Ed.), Language processinf in bilingual children (pp. 70-84), Cambridge , Cambridge University.

Cummins J., (2000). Language, power and pedagogy, Bilingual children in the crossfire. Multilingual Matters, Clevedon.

Gaonac’h D., (1987). Théories d’apprentissage et acquisition d’une langue étrangère, Paris : Hatier.

Gaonac’h D. (coord.), (1990). Acquisition et utilisation d’une langue étrangère : l’approche cognitive, Paris : Le Français dans le monde – Hachette.

Gaonac’h D., (Janvier 2002). « L’enseignement précoce des langues étrangères », Sciences Humaines, n°123.

Gaonac’h D., (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris : Hachette Education.

Grosjean F., (1982). Life with Two Languages: An Introduction to Bilingualism. Cambridge, Mass : Harvard University Press.

Grosjean F., (1984). Le bilinguisme : Vivre avec deux langues. Bulletin de Linguistique Appliquée et Générale de l’Université de Besançon (Bulag), 11, 4-25 ; and Travaux Neuchâtelois de Linguistique, (Tranel), 7, pp. 15-42.

Grosjean F., (1987). Vers une psycholinguistique du parler bilingue. In Lüdi, G. (Ed.). Devenir Bilingue – Parler Bilingue. Tübingen : Niemeyer.

Grosjean F. & Py B., (1991). La restructuration d’une première langue : l’intégration de variantes de contact dans la compétence de migrants bilingues. La Linguistique, 27, pp. 35-60.

Grosjean F., (1997). The bilingual individual. Interpreting, 2(1/2), pp. 163-187.

Grosjean, F. (1999). « Le bilinguisme : une compétence communicative à part entière », Educateur Magazine, 12, pp. 18-21.

Grosjean F., (2015). Bicultural bilinguals. International Journal of Bilingualism, 19(5), pp. 572-586.

Grosjean F., (2015). Parler plusieurs langues : le monde des bilingues. Paris : Albin Michel.

Hagège C., (1996). L’enfant aux deux langues, Paris : Odile Jacob.

Hamers J. F. & Blanc M., (1983). Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles : Mardage.

Kim K.-M., (2014). « L’effet conjugué du contacte national et du genre sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud », Langage et société 2014/1 (n°147), pp. 51-66.

Kohl M. et al., (2008). « Bilinguisme et troubles du langage chez l’enfant : étude rétrospective », La psychiatrie de l’enfant 2008/2 (Vol. 51), p. 577-595.

Kondo-Brown K. & Brown J. D., (eds.) (2007). Teaching Chinese, Japanese and Korean Heritage Language Students : Curriculum needs, materials and assessment, New York : Lawrence Erlbaum.

Song M.-S. et al., (1997). « The Learning and Teaching of Korean in Community Schools ». The Korean Language in America, vol. 2, pp. 111–127.

Titone R., (1974). Le bilinguisme précoce, Bruxelles : Ch. Dessart.

Wallon H., (1941, rééd, 1995). L’évolution psychologique de l’enfant, Paris : Armand Colin.

Zirotti J.-P., (2006). « Enjeux sociaux du bilinguisme à l’école », Langage et société 2006/2 (n° 116), pp. 73-91.

 

 

 

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts