Archives de catégorie : ouvrages nouvellement parus

Ouvrage sur la pensée de Saussure

Un ouvrage sur la pensée de Saussure est paru au mois de mars 2017 aux éditions Métis Presses, sous la direction de Claire Forel (Professeure associée de didactique des langues à l’Institut universitairede formaion des enseigantns (IUFE) et de linguistiques anglaise à la Faculté des lettres de l’université de Genève) et de Thomas Robert.

Intitulé Saussure. Une source d’inspiration intacte, il vise à proposer une vision exhaustive de la pensée saussurienne, et est susceptible d’intéresser tous les linguistes – mais pas seulement !

Voici la présentation de l’éditeur :

« L’œuvre de Ferdinand de Saussure est généralement associée au seul Cours de linguistique générale. Ce dernier lui vaut d’être considéré comme le père du structuralisme. Or un tel portrait du linguiste genevois s’avère réducteur. Non seulement la production saussurienne est bien plus vaste que le Cours de linguistique générale, mais son influence s’étend par-delà le structuralisme.

Saussure. Une source d’inspiration intacte s’attache à exposer les multiples facettes de la pensée de Saussure, rendant ainsi justice à l’ampleur de son héritage. En onze articles, une vue d’ensemble de l’œuvre du linguiste s’offre au lecteur. Ce dernier pourra ainsi constater que, loin d’être obsolète, la pensée de Saussure continue de soulever des questions fondamentales pour la linguistique et la pensée en général.

Une version numérique vient enrichir le contenu de ce volume en proposant de nombreuses reproductions de manuscrits saussuriens, ainsi que des documents multimédias.

Avec les contributions de : Valentina Bisconti, Davide Bruzzese, Giuseppe D’Ottavi, Rossana De Angelis, Luca Pesini, Fabienne Reboul, Thomas Robert, Estanislao Sofía, Pierre-Yves Testenoire, Anne-Gaëlle Toutain et François Vincent. »

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Connaissez-vous Ariel Spiegler ?

Ariel Spiegler est une jeune poète née en 1986 à Sao Paolo.

Son premier recueil, C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment, paraîtra samedi 21 janvier aux éditions de Corlevour. En attendant, je dépose ici deux de ses poèmes :

J’ai mis ton chien dans mon poème.
Il y a bavé très longtemps.
Je pense à des dimanches blêmes
d’hiver où il pleut doucement,
au mois de mai qui veut qu’on aime
et qu’on embrasse son amant.
Le temps me fait peur à tourner.
Je veux sortir de la semaine
et voler éternellement.

 

Nous tanguons au clapot des choses.
Écho de leurs couleurs, le bruit
– est-ce tristesse ? – nous repose.
On est une rue de Paris,
à l’air du soir où les gens causent.
Deux grassouillettes réjouies
marchent le long des portes closes,
et vont en désirant la vie.

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

L’éducation bilingue en France

Sous la direction de Christine Hélot (U. de Strasbourg) et de Jürgen Erfurt (U. de Francfort) :
L’éducation bilingue en France
Politiques linguistiques, modèles et pratiques

Un ouvrage de référence réunissant plus de 50 contributeurs :
Catherine Adam, Mehmet Ali Akinci, Sophie Alby, Frédéric Anciaux, Alexandrine Barontini, Joël Bellassen, Sandra Belondo, Britta Benert, Seta Biberian, Marion Blondel, Sandrine Burgat, Ronan Calvez, Marisa Cavalli, Claire Colombel, Claude Cortier, James Costa, Jean-Baptiste Coyos, Jim Cummins, Régine Delamotte, Alain Di Meglio, Anaïd Donabédian, Jean Duverger, Jürgen Erfurt, Pierre Escudé, Véronique Fillol, Brigitte Garcia, Ofelia García, Christine Hélot, Adelheid Hu, Dominique Huck, Georg Kremnitz, Christian Lagarde, Foued Laroussi, Fabienne Leconte, Isabelle Léglise, Élise Leroy, Fanny Limousin, Joanna McPake, Sossé Manakian, Liao Min, Valelia Muni Toke, Mirose Paia, Laurent Puren, Diana-Lee Simon, Reseda Streb, Sophia Stratilaki, Sarah Suhaste, Frédéric Tupin, Jacques Vernaudon, Constanze Weth, Sylvie Wharton.

Principaux mots clefs : Alsace, arabe maghrébin, arménien, basque, berbère, breton, catalan, chinois, corse, flamand, gallo, guadeloupe, guyane, langues d’Afrique, langues de la migration, LSF, lycées franco-allemands, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, occitan, Polynésie française, Réunion, sections binationales, AbiBac, BachiBac, EsaBac, Sections internationales européennes et orientales, turc.

http://www.lambert-lucas.com/l-education-bilingue-en-france

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Nouveautés chez EME éditions

 

Cahiers de linguistique

Revue de sociolinguistique et de sociologie de la langue française

SOCIOLINGUISTIQUE ET ÉDUCATION
Contribution au repérage du champ avec exemples de diversités linguistiques sur des terrains variés – (2015 – 41/2)
Numéro coordonné par Philippe Blanchet
Revue : Cahiers de linguistique n° 41
Au sommaire : Présentation : ce que l’étude de la diversité sociolinguistique apporte à l’étude de l’éducation aux langues, en langues et par les langues (Philippe BLANCHET) / La diversité linguistique à l’école. Éveil aux langues ou pédagogie « critique » du plurilinguisme ? (Christine HÉLOT) / Le poids des représentations dans l’utilisation des langues par des enfants bilingues (Estela KLETT).

(Coll. Cahiers de Linguistique, 25 euros, 180 p., février 2016) EAN : 9782806632142
EAN PDF : 9782806650382  

LANGUES MINORITAIRES EN CONTEXTE PLURILINGUE FRANCOPHONE
Mélanges en hommage à Ahmed Boukous – (2016 – 42/1)
Sous la direction de Marielle Rispail et Leila Messaoudi
Revue : Cahiers de linguistique n° 42
Les Cahiers de Linguistique, qui poursuivent le travail éditorial entrepris depuis 1972 par les Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, sont désormais plus spécifiquement consacrés à l’étude des rapports entre une langue dans sa variation – le français – et la société ou, plutôt, les sociétés où elle est employée, dans des contextes toujours plurilingues.(25 euros, 286 p., octobre 2016) EAN : 9782806635778
EAN PDF : 9782806650634  
HÉTÉROGÉNÉITÉ ET CHANGEMENT : PERSPECTIVES SOCIOLINGUISTIQUES
Actes du 2ème congrés du réseau francophone de sociolinguistique, Grenoble, 10-11 juin 2015
Sous la direction de Marinette Matthey et Agnès Millet
Revue : Cahiers de linguistique n°2016/422 

(Coll. Cahiers de Linguistique, 25 euros, 240 p., janvier 2017) EAN : 9782806635853
EAN PDF : 9782806650696  

 

Dialogues et cultures

« Dialogues et cultures » est une des revues de la FIPF, qui inscrit l’interculturalité au cœur de ses publications. Son premier rôle est de rapprocher les professeurs de français du monde entier et de les amener à échanger dans des domaines qui les concernent : la langue française, les littératures et les cultures francophones. Il s’agit surtout de promouvoir des innovations et des partenariats en didactique du français. Tous les contextes seront envisagés : ceux où le français est la langue première des locuteurs, ceux pour qui il est manifestement une langue étrangère, mais aussi ceux, nombreux, pour qui il est langue seconde et/ou langue de scolarisation.

 

POLITIQUES LINGUISTIQUES ET ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DE FRANÇAIS : QUELLES PERSPECTIVES POUR LA PLURALITÉ LINGUISTIQUE ?
Fipf (Fédération Internationale des Professeurs de français – 2016)
Revue : Dialogues et cultures n° 62
Revue de la Fédération internationale des professeurs de français.

(20 euros, 192 p., août 2016) EAN : 9782806635709
EAN PDF : 9782806650573  

 

Le Discours et la langue

Revue de linguistique française et d’analyse du discours, qui diffuse des travaux menés en français et sur le français dans le cadre de l’analyse linguistique des discours. Elle privilégie les contributions qui s’inscrivent dans le cadre des théories de l’énonciation et/ou articulent analyse des marques formelles et contexte socio-discursif.

GENRE ET DISCOURS RAPPORTÉ EN FRANÇAIS MÉDIÉVAL
Tome 8. 1 (2016)
Numéro coordonné par Juan Manuel Lopez Munoz et Sophie Marnette
Revue : Le discours et la langue n° 8
Au sommaire : Le discours rapporté en français médiéval au prisme du genre – Juan Manuel Lopez Munoz, Sophie Marnette / Polylogues masculins et polylogues féminins dans la littérature médiévale – Corinne Denoyelle / Rapporter le discours des femmes : les stratégies discursives des personnages féminins dans le Lancelot en prose – Yasmina Foehr-Janssens / Stratégies discursives dans l’oeuvre de Christine de Pizan – Carin Franzen / Rapporter au féminin au Moyen Âge : formes distinctes ou continuum ? – Sabine Lehman…

(25 euros, 190 p., juin 2016) EAN : 9782806635624
EAN PDF : 9782806650528  

 

Le Langage et l’Homme

« Le Langage et l’Homme » est une revue aujourd’hui consacrée à la didactique du français. Elle entend promouvoir des innovations et des partenariats, et diffuser des recherches et des outils dans ce domaine.

AFFECTS ET ACQUISITION DES LANGUES
2015 – 50.2
Revue : Le Langage et l’Homme n° 502
Françoise BERDAL-MASUY et Jacqueline PAIRON — Présentation du dossier / Marion BOTELLA — Les émotions en psychologie : définitions et descriptions / Laurence METTEWIE — Apprendre la langue de « l’Autre » en Belgique : la dimension affective comme frein à l’apprentissage / Christian PLANTIN — Paura, emozione, passione, sentimento : étude de la contagion émotionnelle d’après le Dizionario Combinatorio Italned / Fabienne BAIDER et Maria KOUNOUNI — Autobiographies langagières, textes réflexifs…

(Coll. Le Langage et l’Homme, 25 euros, 204 p., janvier 2016) EAN : 9782806635600
EAN PDF : 9782806650344  

REPRÉSENTATIONS DU FRANÇAIS ET MOTIVATIONS DES ALLOPHONES À L’APPRENDRE ET À L’ENSEIGNER
2016 – 51.1
Geneviève Géron, Jean-Marc Defays
Numéro coordonné par Jean-Marc Defays et Geneviève Geron
Revue : Le Langage et l’Homme n° 511
Jean-Marc DEFAYS – Motiver sans contraindre, séduire sans manipuler / Laura ABOU HAIDAR et Sandrine COURCHINOUX – Formations scientifiques et langues dans l’enseignement supérieur français. Représentations et usages / Souad BENABBES – Evolutions des représentations culturelles des étudiants algériens spécialisés en FLE / Karine BOUCHET, Nian LIU et Chantal PARPETTE – Préparation à la mobilité étudiante vers la Frane: motivations et besoins en français sur objectif universitaires / Afaf BOUDEBIA-BAALA – Le français et les langues de l’école en Algérie : de l’analyse des représentations des apprenants du primaire au développement d’une compétence plurilingue et pluriculturelle / Alice BURROWS – Interpréter la représentation ? Les enjeux d’un décentrement idéologique.(Coll. Le Langage et l’Homme, 25 euros, 228 p., septembre 2016) EAN : 9782806635723
EAN PDF : 9782806650597 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Droits linguistiques et droit à la langue : un ouvrage collectif

arton2792

Important ouvrage sur les rapports entre le domaine linguistique et le droit, avec des études sur les cas alsacien, brésilien, catalan, étatsunien, italien, kazakh, kurde, québécois et suédois (à différents points de vue). Approches du rôle de l’Europe et, en France, des politiques d’immigration. Essai de délimitation de la notion de « droit linguistique », notamment en regard des questions d’intégration et d’identité.

Descriptif et sommaire à cette adresse :

http://www.lambert-lucas.com/droits-linguistiques-et-droit-a-la

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Comprendre le statut du chercheur : va-et-vient entre théorie et pratique

peinture_nathy1.    Introduction

Il s’agit pour ce texte d’un compte rendu du séminaire doctoral : séminaire de la recherche socio biographique dans le champ du plurilinguisme et de l’interculturel – itinéraires de chercheurs & questions théoriques.

Après la lecture d’un ouvrage collectif des jeunes chercheurs, on se questionne sur la position des doctorants. En tant que doctorant, il est nécessaire d’être conscient de son orientation de la recherche, de définir son itinéraire et de reconnaître leur choix au plan éthique, car la recherche n’est pas une simple transmission du savoir, mais un acte humain relevant du choix éthique.

Afin de reconnaître le choix et l’itinéraire de la recherche, R. Lourau propose une analyse sur l’implication des chercheurs, afin de connaître le rapport entre le chercheur et l’environnement, de connaître la relation entre le chercheur, l’objet d’étude et la théorie.

Selon R. Lourau, il existe deux niveaux d’implications :

  • Implication première : concernant le rapport de chercheur avec son équipe de recherche, l’institution, et éventuellement avec la commande sociale.
  • Implication secondaire : concernant le modèle que le chercheur utilise dans l’écriture, servant le médium de la publication de résultats de recherche.

Il existe aussi trois dimensions d’implications à analyser :

  • Dimension psycho-affective : il s’agit d’une motivation de plonger dans un fait de recherche, autrement dit, la curiosité de recherche
  • Dimension historique et existentielle : il s’agit de fait d’appuyer sur les théories historiques et les recherches existantes
  • Dimension professionnelle : il s’agit de la disposition et de l’aptitude liée à une profession, ici, l’enseignant-chercheur

L’analyse de l’implication permet aux chercheurs d’éviter de reproduire les hérités. Elle permet aussi d’innover leur propre recherche, par le renouvellement des approches scientifiques.

Ainsi, la finalité de ce séminaire de chercheur est de former les jeunes chercheurs pour les doter d’une réflexion sur leur propre parcours et d’évaluer leur choix. Dans chaque séminaire, un chercheur va raconter son propre récit sur son itinéraire de recherche, et sur le lien entre ses formations pluridisciplinaires et ses choix de recherche.

2.    Intervention d’Eri Suzuki – MCF de Université Bordeaux Montaigne

2.1.                      Récit autobiographique

Dans un premier temps, Eri Suzuki raconte son itinéraire intellectuel de formations.

Eri Suzuki est japonaise née au Japon avec des parents japonais. Elle apprend l’anglais comme la première langue étrangère dans un établissement privé au Japon, parce que l’anglais est imposé par le système éducatif au collège et au lycée. Elle s’oriente vers le français à l’université sous l’influence du phénomène de l’époque où de plus en plus de gens savent l’anglais, donc il vaut mieux apprendre une autre langue que l’anglais. Elle devient ainsi plurilinguisme de japonais, anglais et français.

Dans la dernière année de licence, elle s’est mobilisée à l’Université Sophia-Antipolis et a suivi la licence mention FLE et puis la maîtrise en science du langage. Pendant les six premiers mois en France, elle a connu un sentiment de l’insécurité linguistique totale, parce qu’elle maitrise bien la grammaire, mais a eu la grande difficulté à l’expression orale et écrite. Elle a dû demander l’aide des collègues français natifs pour prendre des notes de classe et rédiger les devoirs. Après avoir terminé la licence, elle est revenue au Japon et est devenue enseignante à l’Institut Franco-Japonais. Puis, elle est retournée en France pour terminer le DEA de la didactologie des langues et des cultures à l’Université Paris 3, et est retournée à l’Institut au Japon. Ayant toujours le français et la France en tête, elle est revenue en France et est devenue lectrice de japonais à l’Inalco.

A partir de ses expériences va-et-vient entre le Japon et la France, Eri Suzuki a pu constater l’altérité, l’insécurité linguistique et les problèmes interculturels. Pour elle, vivre la langue et la culture de l’Autre est un processus de découverte et d’adaptation. La culture japonaise préconise l’harmonisation et l’efface de soi, donc il est difficile d’assumer soi dans la société japonaise, alors qu’en France, un bon étudiant est celui qui assume soi et actif dans la classe. En tant que lectrice de japonais langue étrangère, cette question d’altérité interculturelle soulève la réflexion sur la question d’identité culturelle en face des étudiants francophones assumés, qui cherchent à exprimer ce qu’ils pensent sans rendre en compte la dimension culturelle au Japon. Donc, dans le mémoire de DEA, elle se concentre sur la différence d’appréciation des attitudes de l’apprenant entre le Japon et la France. Par des interviews avec les apprenants et les professeurs, elle a analysé les comportements des apprenants de différentes cultures. Finalement, elle a vérifié son hypothèse que la plupart d’enseignants de FLE en France apprécie les apprenants assumés en classe. Il est contradictoire au Japon qu’un bon apprenant est celui qui écoute silencieusement et sait prendre la parole avec réflexion. A travers l’expérience de recherche dans le cadre du mémoire, son identité de chercheur se formait.

Elle s’est inscrite ensuite en doctorat sous la direction de Christian Puren et a déployé une découverte du monde pluridisciplinaire. Pour comprendre les comportements des apprenants et professeurs issus de différentes cultures, sa recherche a croisé le domaine de la didactique des langues et la psychologie cognitive. Inspirée par le séminaire de G. Zarate, elle s’est orientée du bilinguisme vers le plurilinguisme avec l’emprunt des domaines suivants : anthropologie et sociologie. Les travaux se sont étendus vers l’optique de la valorisation du plurilinguisme, en croisant : politiques linguistiques et éducatives, différences dans les relations enseignant-étudiants dues aux différences des cultures éducatives et représentations des langues-cultures.

2.2.                      Recherche socio biographique

A l’incitatif de la problématique de thèse : comment sensibiliser l’enseignant et les apprenants à l’altérité et aux problèmes interculturels, inspirée également par sa propre expérience personnelle, elle a posé la question sur comment valoriser le plurilinguisme et le pluriculturalisme. En appuyant sur l’outil dit « portrait de langue » inspiré par H.J. Krumm (2008), elle a déclenché la recherche sur le récit biographique. Avec le portait de langue, elle a demandé aux personnes plurilingues d’associer toute langue à une partie du corps avec les couleurs et d’expliquer la raison et puis a passé à l’analyse des portraits et des conversations.

Cependant, elle se questionne sur comment transformer les outils de recherche aux outils de formation ? Elle a présenté des avantages du portrait de langues, qui permet aux apprenants :

  • D’être face à la pluralité des langues et des cultures, à la diversité des trajectoires des personnes interviewées ;
  • D’apprendre à ne pas les catégoriser dans les représentations stéréotypées, à les écouter attentivement et à comprendre ce qu’elles veulent transmettre par son récit autobiographique ;
  • Si elles ont des difficultés pour s’exprimer, les étudiants en formation devraient les aider à parler et à être autonome pour son auto-analyse.

3.    Repères et apports du récit d’Eri Suzuki sur mon propre trajectoire de recherche

A partir la finalité de ce séminaire : former les jeunes chercheurs pour leur permettre de réfléchir sur son choix et itinéraire de recherche, je lance une autoréflexion à l’appui du récit d’Eri Suzuki.

J’ai repéré d’abord les situations significatives, par exemple, les moments de travail, la combinaison de la formation et la recherche, etc. afin d’analyser leurs influences sur le choix de chercheur. On peut constater deux moments remarquables qui ont eu l’impact. On cite en premier lieu deux expériences de mobilité étudiante en France. La première en tant qu’étudiante en option FLE et en science du langage lui permet d’abord d’avoir une conscience sur l’altérité culturelle en classe de FLE, manifesté par les différents comportements des apprenants japonais et français. La deuxième mobilité à l’Université de Paris 3 l’amène sur la voie de recherche, où elle a lancé une recherche par l’analyse comparative des comportements, alors qu’en ce moment la recherche ne touche pas encore le champ de plurilinguisme, mais plutôt le bilinguisme entre le français et le japonais. L’intérêt du plurilinguisme s’émerge dans la deuxième moment au cours de recherche doctorante et post-doctorante. Il est nourri d’abord par la participation des séminaires, des lectures et des rencontres avec les grands chercheurs, d’un point de vue objectif, théorique et avec recul, puis, par l’observation de situations des immigrés, d’un point de vue subjectif et impliquant.

On constate donc des va-et-vient entre la recherche et la pratique et identifie un statut impliquant d’un chercheur. Au départ, la volonté de recherche est nourrie par la motivation de comprendre ses propres difficultés interculturelles, ainsi est née le mémoire du DEA portant sur l’analyse comparative des comportements des apprenants. Cette recherche issue de l’expérience, est ensuite approfondie grâce aux formations scientifiques dans le cadre institutionnel. Ces formations élargissent ses visions vers un plus grand domaine : plurilinguisme. La volonté d’approfondir la recherche dans le domaine du plurilinguisme est motivée par le constat des situations des immigrés, ce qui donne lieu à la recherche sur le portrait de langue. En ce qui concerne les résultats de recherche sur les portraits de langues, elle a voulu encore l’appliquer dans la pratique, donc a posé des questions sur comment transformer les outils de recherche aux outils de formation.

Quant à nous, les jeunes chercheurs, il est important de comprendre le fond du va-et-vient entre la recherche et la pratique. On se rapporte à Jean-François Berthon (2000 : 4) qui définit un double objectif de la recherche-action : transformer la réalité et produire des connaissances concernant ces transformations. Ceci explique le fait du va-et-vient, que la recherche débute par le questionnement du phénomène actuel et l’envie de le transformer. La transformation nécessite de prendre le recul de s’appuyer sur les théories et suscite les nouvelles connaissances. Le processus de transformation, en d’autres termes la recherche, nourrit de nouveau la motivation de l’appliquer dans la vie réelle.

Référence

Jean-François Berthon, « Mode et méthode spécifique de la recherche en sciences humaines. Sa pertinence dans le domaine de la formation et de l’éducation », document électronique in Site des Recherches-Innovations de l’Académie de Lille, 2000, http://biblio.recherche-action.fr/document.php?id=196, consulté le 07 oct. 2015.

Molinié, M. (2015) La recherche (socio)biographique dans le champ du plurilinguisme et de l’interculturel itinéraires de chercheurs & questions théoriques. Séminaires doctoraux, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. URL : http://www.univ-paris3.fr/la-recherche-socio-biographique-dans-le-champ-du-plurilinguisme-et-de-l-interculturel-itineraires-de-chercheurs-questions-theoriques-236105.kjsp

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website

Inversion chez Proust

Le séminaire du 10 mars a été consacré à Proust et à la révolution du style. Monsieur Frédéric Fladenmuller (East Carolina University) a parlé de l’ecriture inversive de Proust et a présenté son nouveau livre Proust Ou L’ecriture Inversive: Du Temps Perdu Au Temps Retrouvé.  

Proust croit à une universalité, une atemporalité, des êtres et des choses et il le dit dans Contre Sainte-Beuve:  » Car personne n’est original et fort heureusement pour la sympathie et la compréhension qui sont de si grands plaisirs dans la vie, c’est dans une trame universelle que nos individualités sont taillées. Si l’on savait analyser l’âme comme la matière, on verrait que sous l’apparence diversité des esprits aussi bien que celle des choses, il n’y a que peu de corps simples et d’éléments irréductibles et qu’il entre dans la composition de ce que nous croyons étre notre personnalité, des substances fort communes et qui se retrouvent un peu partout dans l’univers » (Contre Sainte-Beuve, 71-72). Pourtant, il existe aussi une composante de singularité qui définit d’une certaine manière les caractéristiques essentielles d’un artiste  » pour un écrivain, comme pour un musicien ou un peintre… Nous retrouvons dans un second livre, dans un autre tableau, les particularités dont la première fois nous aurions pu croire qu’elles appartenaient au sujet traité autant qu’à l’écrivain ou au peintre. Et du rapprochement des œuvres différentes nous dégageons les traits communs dont l’assemblage compose la physionomie morale de l’artiste » (Contre Sainte-Beuve, 75). Proust dit qu »un livre est un produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices » (Contre Sainte-Beuve, 221). L’écrivain rapproche le phénomène primordial de l’inversion à un amour indifférencié. Dans A la recherche du temps perdu le mot homosexuel apparaît 7-8 fois et le mot inversion est utilisé de 60 à 70 fois et cela nous prouve de nouveau l’importance du sujet chez l’auteur. Dans ses réflexions M. Fladenmuller arrive à la conclusion que chez Poust l’écriture représente l’envers de la lecture et que la seconde représente une « incitation » au travail véritable que représente l’exercice thérapeutique de la première et une part importante de ce qu’on qualifie d’inversion.

Anglophonie, francophonie ? (un ensemble d’études)

LE POSTCOLONIAL COMPARE

ANGLOPHONIE, FRANCOPHONIE

C. Joubert (dir.)

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, « Littérature hors frontière », 2014

Présentation de l’éditeur

Importée du monde anglophone, la notion de « postcolonial » a d’abord reçu un accueil réticent en France, avant de devenir un sujet clé des débats publics et universitaires. Ce transfert difficile des Postcolonial studies en France sert de point de départ à une réflexion sur l’histoire connectée des empires britannique et français, qui est aussi une histoire comparée des pensées et des idéologies de la différence culturelle.
En rassemblant des auteurs souvent séparés par les cloisonnements nationaux, linguistiques et disciplinaires, et en s’ouvrant aux histoires et aux littératures coloniales anglaises et françaises mais aussi espagnoles et néerlandaises, ce livre fraye de nouvelles pistes pour la compréhension des rapports entre littérature et politique dans la mondialisation actuelle.

Avant-propos. Émilienne Baneth-Nouailhetas et Claire Joubert (on peut le lire ici: http://www.puv-univ-paris8.org/media/ouvr_pdf/593_avant-propos.pdf)

Le « postcolonial » à la différence des langues : 
culture, politique et enjeu de monde. Claire Joubert

1. Les Postcolonial studies et l’épreuve comparatiste

Littérature anglaise ou littératures en langue anglaise ? (Traduction française d’Hélène Quiniou) Robert J.C. Young 

Quel est l’impact de la notion de whiteness sur les études littéraires postcoloniales ? Genèse du concept et étude du cas de la critique littéraire canadienne. Christine Lorre-Johnston

Critique francophone du postcolonial et critique postcoloniale de la francophonie. Jean-Marc Moura

L’argument civilisateur dans la doctrine coloniale 
de la langue française. Alice Goheneix-Polanski

Edward W. Said, Frantz Fanon et Aimé Césaire. Dominique Combe

Théâtre, terreur et mémoire en contexte postcolonial. Martin Mégevand

2. Les Caraïbes : lieu critique du postcolonial

L’institution de la littérature caribéenne anglophone. (Traduction française d’Hélène Quiniou) Dillon Brown

Hybridité heureuse ou tragédie féconde : le lieu, l’espace et l’archipel caraïbe. J. Michael Dash

Nancy Morejón, la parole des « lieux ouverts » : « nous sommes le golfe pour toujours ». Sandra Monet-Descombey Hernández

« In search of the Talented Tenth » : Léon-Gontran Damas et Albert Helman face à l’Amérind’ « cambriolée ». Kathleen Gyssels

José Marti en Amérique : fascination latino-américaine pour le modèle nord-américain et prémices d’une critique postcoloniale.Claire Hennequet

 Joséphine Baker et Mayotte Capécia : race et genre dans les biographies transcoloniales. Myriam Cottias et Madeleine Dobie

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

La langue française n’est pas la langue française !

 

DOSSIER CRITIQUE n°37

JANVIER 2015 (VOLUME 16, NUMÉRO 1)

http://www.fabula.org/revue/sommaire9110.php

Un excellent dossier de recensions autour de la thématique qui concerne beaucoup d’entre vous dans vos recherches. Jetez un coup d’oeil sur le sommaire ci-dessous:

C’en est fini de Babel ! Tous les beaux livres rendent « la langue » étrangère et nous invitent à les arpenter en nomades, en émigrés, en tziganes de nos idiomes les plus propres — et les plus sales. C’est dans cette perspective d’un imaginaire hétérolingue, dont le point de départ a été fourni par Abdelkébir Khatibi, pour qui « la langue française n’est pas la langue française : elle est plus ou moins toutes les langues internes et externes qui la font et la défont » (« Bilinguisime et littérature Maghreb pluriel, Denoël, 1983), que se sontt élaboré le numéro 12 de la revue LhT et le 37e dossier critique d’Acta fabula, dirigés par Samia Kassab et Myriam Suchet. Intitulé La langue française n’est pas la langue française en écho à Khatibi, ils sont disponibles en ligne sur LhT et sur Acta, et n’attendent que vous !

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Faire société dans un cadre pluriculturel : les locuteurs et les langues (deux ouvrages)

Viennent de paraître aux éditions Lambert-Lucas deux ouvrages complémentaires :

sous la direction de Romain Colonna, Les locuteurs et les langues : pouvoirs, non-pouvoirs et contre-pouvoirs, actes du colloque international RFS de Corte, juillet 2013. Ouvrage publié avec le concours de l’Université de Corte et du CNRS – Laboratoire LISA, UMR 6240.  ISBN 978-2-35935-106-4, 370 pages, 32 euros.
http://www.lambert-lucas.com/les-locuteurs-et-les-langues

Langues et pouvoir-sommaireLangues et pouvoir-sommaire 2 Langues et pouvoir-sommaire 3

sous la direction de Pascal Ottavi et d’Alain Di Meglio, Faire société dans un cadre pluriculturel. L’école peut-elle didactiser la pluralité culturelle et linguistique des sociétés modernes ? Actes du 5e colloque international du Réseau de sociodidactique des langues, Corte, juillet 2012. Ouvrage publié avec le concours de l’Université de Corte et du CNRS – Laboratoire LISA, UMR 6240. ISBN 978-2-35359-107-1, 200 pages, 24 euros.
http://www.lambert-lucas.com/faire-societe-dans-un-cadre

Didactiser le pluriculturel-sommaireDidactiser le pluriculturel-sommaire 2

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus