Archives de catégorie : la relation de recherche

Incipit

Une étudiante dans une nouvelle discipline (les Sciences du Langage), « connaissant » pourtant la recherche puisqu’elle a déjà fait un master R, parle avec une doctorante en sociologie qui, elle, a connu les aléas de la recherche, de l’enquête de terrain, mais qui a pourtant décidé de d’y consacrer.

L’étudiante a un projet d’étude : l’enseignement de la littérature au en Catalogne, dans un contexte de conflit politique et de volonté séparatiste, mais a du mal à cerner avec exactitude ce qu’elle veut analyser, et aussi, à se mettre à l’écriture…

Edward Munch, Le Cri, Lithographie de 1895

Etudiante : Le problème c’est que je ne sais pas par où commencer… Il y a tant de choses à lire, et chaque nouvelle lecture semble ouvrir un nouveau champ d’étude ou me dévier des pistes que j’avais établies préalablement…

Doctorante : Il faut admettre d’être perdu par moments. Il faut vouloir ne pas avoir de but ou de fil conducteur, surtout quand on lit, il faut permettre à la lecture de modifier nos préjugés, c’est la seule façon de comprendre que parfois, il ne faut tout simplement pas avoir de préjugés, même si on a l’impression que c’est la seule matière au début d’une recherche.

E : Le truc c’est que moi j’ai toujours fonctionné ainsi : j’ai eu un pressentiment, une idée au début, et ensuite tout devait suivre ce premier postulat. Je me suis aperçue qu’on peut faire dire aux œuvres qu’on lit ce qu’on veut qu’elles disent ; je lisais des livres théoriques et je ne gardais que les phrases qui servaient mon propos, et dès qu’un livre contredisait mon opinion, j’avais peur et je le refermais tout de suite…

D : Par conséquent, ta « thèse » initiale ne pouvait qu’être confirmée à la fin pour que tout ton raisonnement tienne debout. C’est du sophisme : finalement, ton travail était plus un exercice de rhétorique. Je pense que tu commences à voir que la recherche ce n’est pas cela…

E : Oui, je commence à le voir puisque cette année, le fait de me lancer dans une nouvelle discipline impliquait que je ne connaissais rien ou peu au sujet que je voulais traiter, autrement dit, cette fois je n’avais pas de postulat de base. Je ne savais pas (et je ne le sais toujours pas), quel point de vue appliquer à ce que j’avais sous les yeux.

D : C’est mieux, tu seras plus ouverte. En fait il faut que tu comprennes que tout travail de recherche suit une hypothèse, plus qu’une thèse. Tu crois telle ou telle chose, tu « pressens » pour parler de ce qui t’arrivait avant… mais il faut être prêt à ce qu’à la fin, ce que tu pressentais soit faux, ou pire : que cela n’ait aucun intérêt. Qu’au fond, la question, la problématique intéressante, soit autre. Mais il faut que tu saches que, si jamais cela arrive, tu n’auras pas perdu ton temps, tu auras compris quel était le vrai enjeu du sujet, même si cela passe par le fait que tu aies décrypté tout ce qui avait autour, y compris ce qui n’était pas au cœur de l’enjeu.

E : Cela devient plus clair, notamment depuis mon premier terrain. Je suis arrivée en Catalogne en ayant en tête d’observer telle ou telle chose (encore une fois, la préparation théorique m’avait fait imaginer que je pouvais m’attendre à certaines choses…), et en débarquant là-bas, c’est tout un nouveau champ d’étude qui s’est ouvert à moi. Je n’avais pas du tout tenu compte du fait (alors même que ça paraît évident lorsqu’on étudie la pédagogie), qu’un pivot éminemment important de la classe est le professeur. C’est lui qui choisit les œuvres au programme (en accord avec les autres professeurs), c’est lui qui a une liberté presque totale d’appliquer tel ou tel exercice, notamment au collège, avant que le gouvernement impose des lectures prescriptives et une certaine façon de lire pour préparer au concours de la Selectivitat (équivalent du Baccalauréat français). Bref, le professeur s’est imposé à moi comme élément d’étude aussi important, voire plus important, que la matière traitée en cours. J’ai donc ouvert des livres sur le professorat en Catalogne, sur la formation des professeurs, je suis même allée jusqu’à lire des textes qui parlaient de la frustration et des rêves des enseignants… Je me suis aperçue qu’au fond, c’est la formation de ces gens-là qui m’importe : comment former des enseignants capables et motivés ? Mais surtout conscients du rôle social et politique qu’ils jouent face à des êtres encore malléables ? Conscients de leur responsabilité ?

D : C’est souvent comme ça qu’on avance, surtout dans le terrain. Je pense que tu auras aussi ce fameux problème du tri de l’information : maintenant que tu as des carnets remplis de notes, des enregistrement, du matériel pédagogique – je suppose –, tu ne sais pas exactement quoi en faire, n’est-ce pas ?

E : C’est exact !

D : Déjà dis-toi que tout ne va pas servir. Il faut des heures, surtout au début, pour réécouter et relire tout ce qu’on a relevé. Prends ton temps et fais une première analyse des données, écris tes réactions et reprend l’exercice quelques jours ou semaines après.

Le plus intéressant ce sera à la fin, lorsque tu confronteras tes différentes enquêtes et tu verras l’évolution de ton point de vue mais aussi des résultats dans l’appareil critique que tu auras construit avec tes lectures. Il faut que tu arrives à une sorte de tout, mais un tout non délimité… l’idéal c’est que tu puisses continuer, compléter, même infirmer : n’est-ce pas cela la caractéristique de toute affirmation scientifique ? Peut-être qu’il ne faudrait pas garder cette définition exclusivement pour les sciences « dures »…

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

Sujet de recherche : large ou pointu, classique ou novateur ?

E : Bonjour Madame ! Est-ce que vous avez 5 minutes pour une discussion très courte par rapport au choix de mon sujet de mémoire ? Ça ne vous prendra beaucoup de temps. C’est juste pour avoir des conseils de votre part.

P : Bien sûr. Qu’est-ce que vous avez comme sujets ?

E : Honnêtement. Je n’ai pas beaucoup d’idées. En fait, j’en ai trouvé deux la semaine dernière mais il me semble qu’ils ne sont pas très intéressants.

P : (Rire…) Dites moi déjà. On va voir ensemble si c’est vrai ou non.

E : Oui. Le premier c’est La compétence interculturelle et son effet dans l’agir professoral. Le deuxième c’est Est-ce que l’aquisition de la première langue étrangère (occidentale) favorise celle de la deuxième (occidentale) ?

P : Hmm. Vous savez, le deuxième sujet me semble plus intéressant.

E : Ah bon ? Pourquoi ?

P : Parce que le premier c’est un sujet déjà pas mal traité. Et en plus c’est un sujet assez difficile à traiter parce qu’il n’y pas beaucoup d’outils.

E : Pas beaucoup d’outils ? C’est à dire ?

P : C’est à dire qu’il n’est pas évident de trouver des approches pertinentes ou des moyens efficaces pour l’analyser parce que l’interculturalité comporte plusieurs dimensions qui sont difficiles à définir ou saisir, si vous voulez. C’est un sujet très large, alors que le deuxième me paraît avoir plus d’authenticité et de valeurs pédagogiques parce que, aujourd’hui, de plus en plus d’apprenants en langues sont déjà bilingues ou plurilingues. Ce sera bien que vous abordiez un tel sujet en tant que futur enseignant-chercheur puisque ça pourrait valoriser votre recherche et même votre métier en tant que professeur même si vous vous inscrivez plus tard dans un parcours professionnel.

E : Oui. Mais c’est un peu difficile de trouver des ouvrages qui parlent de ça. Souvent, les gens font des recherches sur le rapport entre l’acquisition de la langue maternelle et celle de la langue étrangère.

P : Justement. C’est ça l’originalité. Si vous arrivez à réaliser une recherche que personne n’a jamais faite, vous serez le numéro un dans ce domaine. C’est justement ça l’objectif de la recherche. Il ne faut pas avoir peur de chercher et de trouver de nouveaux termes et ensuite de les traiter. Ça vous permettra d’avoir des réflexions enrichissantes et d’avoir de nouvelles visions pour voir le monde autrement. Vous savez, vous êtes déjà en M2, je vous définis plutôt comme un jeune chercheur qu’étudiant.

E : (Rire…) Mais, je ne suis pas du tout expérimenté dans la rédaction du mémoire. Je ne sais pas si je suis capable de le faire.

P : Vous n’inquiètez pas. Je pense que la plupart des vos camarades se trouvent dans la même situation que vous. Petit à petit, vous y arriverez. C’est pour ça vous êtes ici pour apprendre.

E : Merci de m’avoir encouragé, Madame.

P : Je vous en prie. N’hésitez pas à me contacter si vous avez encore des questions.

E : D’accord. Merci beaucoup ! Au revoir !

P : Au revoir !

Le château de cartes

(un professeur demande à ses élèves de lui expliquer chacun leur tour, leur sujet de mémoire afin de former des groupes de travail en se basant sur les intérêts de recherche de chacun.)

P = Professeur

E= Etudiant

P: (se tourne vers un étudiant) Et vous, votre sujet de mémoire ?

E: Moi, j’aimerais m’intéresser au développement des cours de cuisine en FLE sans objectif professionnel, aux Etats­Unis. Je voudrais questionner ce phénomène : est ce que ces cours de fle à travers une discipline non linguistique répondent à une demande spécifique des apprenants américains ? Comment ils s’intègrent dans le paysage des cours de fle là-­bas ? Est ce qu’ils s’inscrivent dans une évolution des méthodologies de l’enseignement des langues étrangères ou est ce qu’il sagit d’un développement commercial ? … voilà …

P: Oui, donc c’est le F.O.S. !

E: (expression de surprise)… euh…

P: Et bien si, c’est du français avec un objectif spécifique !

E: Oui mais là ça n’est pas à visée professionnelle, c’est juste … pour le loisir.

P: Oui mais il y a quand même un objectif spécifique, c’est la cuisine !

E: euh … oui …

P: Et bien voilà donc c’est le F.O.S. ! Il faut que vous reveniez sur la définition du F.O.S. ! Lisez des ouvrages sur le sujet. Je pense que vous avez une fausse image de ce qu’on entend par F.O.S. .

E: Ah oui … surement parce qu’en effet je n’y avais pas du tout pensé en réfléchissant à mon sujet … mais oui … d’accord…. (l’élève a l’air sous le choc et attrappe son carnet de recherche pour y inscrire en grosses lettres « F.O.S. » en prenant soin de souligner le sigle trois fois)

P: Bien. (elle se tourne vers un autre étudiant)  Et vous ?

 

Une minute pour définir son sujet

 

Matilda, Dessin de Quentin Blake

 

Après un cours, un étudiant attend son professeur à la sortie de la salle et l’aborde en ces termes :

E : Bonjour, oui, pardon, excusez-moi, je… , je voulais vous demandez votre avis… Est-ce que, par hasard, mais bien sûr je ne veux pas vous déranger, si par hasard, vous avez une minute… Je… Auriez-vous une minute à m’accorder ?

P : Oui, bien sûr, de quoi s’agit-il ?

E : Eh bien voilà. En fait, je suis entrain de… Je suis en Master 2, je prépare mon mémoire, et je dois maintenant définir un sujet, vous comprenez ? J’ai déjà lu des livres, des articles, j’ai… Enfin. Ce que je voulais vous demander…

P : Oui ?

E : Voilà. J’ai du mal à trouver mes mots, pardonnez-moi.

P : Donc…

E : Donc, j’ai déjà l’idée principale, ou plutôt, le contexte général. Mais je sais que beaucoup de chercheurs ont sûrement déjà traité ce contexte. Je veux donc avoir une approche nouvelle, ou alors étudier quelque chose qui n’a pas encore été touché, ou peut-être de loin, dans ce contexte. Vous voyez ? En fait, mon problème, c’est que je voudrais définir les limites de mon sujet, à l’intérieur de ce contexte dont je vous parle, mais je ne sais pas comment définir ces limites. Donc vous comprenez, pour trouver un titre, c’est encore pire. Un titre sans limites, c’est impossible.

P : Soyez plus clair.

E : Oui, bien sûr. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai commencé à lire. Des articles, des livres, des mots clés, je me constitue en parallèle une bibliographie des sources à lire, lorsque j’en trouve une intéressante, ou plutôt, lorsque je trouve une source avec un titre intéressant, je l’écris, mais je me rends compte à présent que j’ai beaucoup trop de choses à lire, je n’aurais jamais le temps de tout lire, alors, encore une fois, comment définir mon sujet ?

P : Ecoutez, je crois que vous vous trompez de sens, vous vous y prenez à l’envers. Si vous avez le contexte, c’est le plus important. Maintenant, au lieu de lire, allez sur place. Allez observer votre contexte. C’est de là que naîtront les limites, et votre titre.

E : Mais…

P : Partez du terrain. Il faut toujours partir du terrain. A bientôt.

E : …

 

Littérature : un regard sur la photocopie et voilà qu’ils soupirent !

 

En Sorbonne, une étudiante croise son professeur dans un couloir et l’interpelle.

L’étudiante travaille dans le cadre de son mémoire sur l’utilisation des documents authentiques pour dynamiser la classe, le professeur lui suggère d’évoquer la littérature. 

Etudiante :    Ah bonjour monsieur, je voulais justement vous écrire pour répondre à vos dernières suggestions sur l’évocation de la littérature dans le cadre de mon mémoire. Vous avez peut-être quelques minutes ?

Professeur :   Oui oui bien sûr, je n’ai cours que dans 20 minutes, j’ai un peu d’avance.

E :       Ah très bien ! je vais faire vite. Bon, pour revenir sur la littérature,  à vrai dire je ne pensais pas  en parler dans mon mémoire. Moi je pense qu’étudier la littérature en FLE c’est délicat. Les élèves n’aiment pas ça, ça les ennuie, c’est difficile, un regard sur la photocopie et voilà qu’ils soupirent. Je préfère trouver des articles, des faits divers un peu insolites : des choses qui leur parlent ! Ça les fait participer, et encore qu’il ne faut pas que ce soit trop long, ni écrit trop petit, alors Montaigne ou Voltaire …

P :       Il y a cette idée reçue que la littérature c’est difficile, ennuyeux, un peu élitiste, mais c’est faux et on peut l’aborder dans le cadre de cours de FLE. Il faut juste se poser les bonnes questions. Quels auteurs ? Quels textes ? Comment les aborder ?

Les articles, les faits divers, ce sont des documents authentiques certes mais ils deviennent vite obsolètes. La littérature au contraire est intemporelle !

E :       Je comprends bien et je suis d’accord avec vous je suppose mais ce n’est pas moi qu’il faut convaincre, ce sont les étudiants, et ce n’est pas évident …

P :       Vous avez parlé de Montaigne, de Voltaire, la littérature ce n’est pas que ces auteurs là. Il y a beaucoup d’auteurs qui ont écrit des textes tout à fait accessibles, pleins de surprises, drôles. Si vous présentez à votre classe un document et que vous arrivez à faire en sorte qu’ils soient surpris, agréablement, alors vous avez gagné.

E :       Du coup je pense aux nouvelles, les textes sont parfois courts, voire même très cours, je pense ici à Felix Fénéon avec ses nouvelles en trois lignes mais c’est un extrême.  En revanche j’ai parcouru il y a quelques temps des recueils de nouvelles québécoises et je suis tombée sur Guillaume Corbeil, un jeune auteur. Il a même reçu des prix pour son écriture ! Son écriture m’avait vraiment séduite : un style surprenant, très dynamique, on aurait cru être à la place du personnage, entendre ce qu’il entend alors qu’il ne fait que raconter. C’était amusant … Mais ce n’est pas de la littérature …

P :       Bien sûr que c’est de la littérature ! Ce n’est pas parce que ça a été écrit après le XVIIIème siècle que ce n’est pas de la littérature. Il peut d’ailleurs être intéressant de passer par des textes contemporains pour changer le regard des jeunes sur la littérature.

L’important c’est aussi de choisir des textes en lesquels vous croyez. Si vous n’êtes pas emballée alors il est évident que vos étudiants vont s’ennuyer. On ne fait bien que ce dont on est convaincu …

E :        Oui vous avez raison, il faut aussi que je change mon propre regard sur la littérature …

P :       C’est possible. Vous savez quand vous êtes venue me voir en me disant «  ça les ennuie, Montaigne, Voltaire … »  – au passage Voltaire est un auteur tout à fait abordable en FLE, prenez Candide, les réflexions sont tout à fait contemporaines, et si vous avez peur de l’effet du nom de l’auteur sur vos étudiants vous pouvez toujours le cacher et ne le révéler que par la suite – Bref, je disais donc, vous êtes arrivée en parlant d’ennui, de difficultés d’élèves qui n’aiment pas étudier les textes littéraires, qui soufflent, et je me suis dit : elle parle d’ELLE, de SON rapport à la littérature !

E : (elle rie) Je crois bien que vous avez raison encore une fois. Je n’étais pas la meilleure en français au lycée et j’ai dû rester bloquée là dessus. Merci beaucoup, je vais me tourner à nouveau vers ces nouvelles québécoises et tenter d’en faire quelque chose, je pense que ça peut marcher. Et puis la francophonie, c’est d’actualité ! De toute façon ça vaut la peine d’essayer, et si ça marche cela représentera de nouvelles pistes pour mon mémoire ! 

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Ouvrir la recherche avec Bruno Latour

Avant de commencer à ouvrir la recherche avec Bruno Latour, je me permets de renvoyer à un billet sur un autre blog (« « Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche », publié le 10 août 2014) qui tente de réfléchir à un « faire carnets » pour « faire recherches » (je mets les COD au pluriel parce que la pluralisation est dans cette conceptualisation un levier décisif – voir plus bas) : http://ver.hypotheses.org/1157

1. Faire carnets

On trouvera des informations utiles concernant cet ouvrage à l’adresse suivante qui est aussi une entrée dans le monde de Bruno Latour : http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73

Une note de lecture ici: http://www.nonfiction.fr/article-150-bruno_latour_refait__de_la_sociologie.htm

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006 – les extraits ci-dessous sont aux pages 194-197) nous propose de « déployer les controverses » puis de « retracer les associations » – tels sont les titres des deux parties de l’essai. On peut y entendre deux opérations successives qui correspondent bien à la réalisation d’un mémoire de recherche : se situer dans les controverses en les déployant puis écrire les relations qui construisent un parcours réflexif.

Les extraits que je retiens de ce livre se trouvent vers la fin de la première partie. Aussi est-il utile de considérer l’organisation de celle-ci qui repose sur ce que Latour appelle des sources d’incertitude qui sont à entretenir. La première demande de passer des groupes au regroupements ; la deuxième exige que n’importe quel acteur de la recherche soit considéré comme débordé par l’action et donc difficilement assignable à quelque étiquetage ; la troisième élargit le champ de ces actions aux objets mêmes qui entourent les acteurs – les subjectivations sont ainsi considérées dans toute leur ampleur ; la quatrième demande de concevoir les faits non comme indiscutables mais comme disputés – ce qui défait leur naturalisation et engage la notion de points de vue voire de points de voix ; enfin, Latour propose de rédiger des comptes rendus risqués – ce qui revient à trouver dans une telle activité le bonheur d’une recherche impliquante et qui tient plus au travail des historicités (de la recherche, du chercheur, des acteurs, des objets…) qu’à quelque application de grilles toutes faites ou méthodes labellisées que la recherche ne transformerait pas.

Concernant la seconde partie de l’ouvrage, il faut noter qu’elle propose trois mouvements qui demandent de localiser le global, de redistribuer le local et enfin de connecter les sites. Une telle conception permet de défaire les dichotomies et les simplifications qui trop souvent dissocient les recherches fondamentales de leurs applications, la recherche de la vulgarisation et de l’enseignement… La moindre « petite » recherche, si elle veut vraiment former un chercheur, se doit de faire du glocal, de pluraliser les points de vue mêmes limités et enfin de se situer dans une constellation (notion sur laquelle nous reviendrons puisque la « contextualisation », notion phare en didactique des langues, demande une reconceptualisation critique) ou s’associent dans un comparatisme actif des incomparables.

Voici donc les quatre pages de Bruno Latour pour :

  1. engranger les données de la recherche dans des carnets de recherche ;
  2. tout en se donnant les moyens de penser l’écriture de sa recherche.

Il faudrait donc, à partir des propositions de Latour, donner un titre à ses propres carnets (ou dossiers numériques), ce qui revient à paraphraser les propos de Latour pour les adapter au projet de chacun des membres de ce séminaire : rédiger un mémoire de M2 en didactique des langues.


Latour1-carnetLatour2-carnet

 2. Faire « l’acteur-réseau »

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer « l’interlude » qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est « que faire de l’acteur-réseau? » et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (« La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats », p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque « selon la manière dont il est écrit », le mémoire « saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier ». Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique dont je donnerai la référence ici même ultérieurement (chaque étudiant du séminaire doit au moins en proposer une avant la fin octobre) à envoyer à serge.martin@univ-paris3.fr au format word.

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, « directeur », et lui préfère « maître »: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus