Archives de catégorie : la relation de recherche

Regards croisés sur Eli Lotar

Dans ce billet, je voudrais croiser mes expériences sur une exposition que j’ai visitée il y a quelques semaines. Ou confronter l’art, particulièrement la photographie et le film documentaire avec la méthodologie de recherche. On verra bien quels sont leurs points convergents.

Eli Lotar (1905-1969), photographe et cinéaste français d’origine roumaine, fait partie des premiers photographes de l’avant-garde parisienne. Un artiste interdisciplinaire et engagé, il combine plusieurs pratiques telles que photographie, collages et films.

La rétrospective de son œuvre sera présentée au Jeu de Paume jusqu’au 28 mai. Elle met en exergue l’importance du cinéma et du documentaire pour cet artiste engagé. Ainsi, en se promenant entre surréalisme et documentaire, poésie et engagement, ville et voyage, image fixe et cinéma, on a l’impression de se balader à travers la recherche, entre notions et concepts, enquêtes et terrain, engagement et préconisation, etc. C’est à partir de cette promenade que je voudrais présenter une exposition vue par un rédacteur de mémoire.

Les premiers débuts d’Eli Lotar s’inscrivent dans le courant de Nouvelle vision. La photographie devient un outil d’exploration, on y  découvre le désir de l’auteur pour trouver l’inconnu dans un objet connu. En flânant à travers Paris urbain et industriel, on est d’emblée frappé par le goût du photographe pour les détails. Il les recherche en variant la focalisation, en isolant un élément (un flou sur une locomotive) tout en adoptant le procédé de plongée[1], de contre-plongée, de décadrage ou de gros plan, mais aussi un point de vue inhabituel et surprenant. Il me semble que cette technique d’Eli Lotar se puisse bien transposer à la méthodologie de recherche. Ainsi, il faut se laisser jouer avec les notions qu’on adopte – varier leur focalisation, le point de vue, les isoler, rechercher les détails qui échappent afin d’obtenir « l’inconnu dans un objet connu ». Il va de même pour l’objet de recherche. De cette manière, on démontre toute la singularité de notre posture de chercheur.

        

Eli Lotar, Foire de Paris, 1928          Eli Lotar, Locomotive, vers 1929

Peu à peu, la pratique d’Eli Lotar évolue en cédant place au documentaire. Dans ce sens, il se laisse déambuler dans les rues de Paris, dans les petits quartiers misérables, dans des endroits où peu de gens vont. Il capte des figures qui sont dans « un moment de vision intérieure, dans un moment de pause »[2]. Mais son vrai engagement documentaire, à savoir social et politique, se réalise dans les films documentaires. Ainsi, il est opérateur sur le film Terre sans pain de Luis Buñel (1933) dont l’objectif est de démontrer les conditions difficiles de vie des habitants de la région Hurdes, en Espagne. Il collabore également dans le film Zuiderzeewerken de Jorins Ivens (1929). Enfin, en 1945, Lotar lui-même réalise un film intitulé Aubervilliers témoignant d’une grande misère des habitants de cette banlieue parisienne.

Eli Lotar, Dormeuse, Espagne, quatrième voyage, février 1936

Cet intérêt et le travail sur le documentaire d’Eli Lotar  correspond au terrain de recherche d’un chercheur. Après avoir établi un cadre théorique, bien examiné les notions et les concepts, les théories qui lui serviront d’appui, le chercheur se glisse dans le terrain (ou inversement). C’est là où il retrouve toute la richesse de sa recherche. De même comme Lotar, il se laisse flâner dans le terrain, il observe et guette son objet de recherche. Ses enquêtés. Les problèmes qui surgissent… Il est à l’écoute de la théorie et du terrain. Il s’engage aussi… dans le but d’améliorer l’état de choses actuelles dans tel ou tel domaine.

Enfin, ce qu’il lui reste, c’est d’entamer un dialogue avec ses enquêtés, le matériel précieux de chaque recherche. De les écouter, de les comprendre, de se distancier de la posture de chercheur. Mais pas tout à fait. Ainsi, Lotar a mis fin à sa carrière par la collaboration avec Giacometti, sculpteur, dans les années 60. Le dialogue équilibré s’établit entre ces deux artistes : Lotar photographie Giacometti, Giacometti sculpte Lotar. Un dialogue de l’enquêté et l’enquêteur.

  1.                  2.   

1. Eli Lotar, Giacometti à l’hôtel de Rive, Génève 1944

2. Giacometti, Buste de Lotar, 1965

Dans cette perspective, nous avons pu voir un lien étroit entre recherche et art. En fin de compte, l’art est une recherche et la recherche est un art… Eli Lotar l’a bien montré : leurs procédés et leurs méthodes ne se distinguent pas. Ainsi, un dialogue intime s’établit.

Les infos sur l’exposition Eli Lotar (1905-1965) :

Date : du 14 février au 28 mai 2017

Lieu : Jeu de Paume, 1, place de la Concorde

Accès : Gratuit pour les étudiants

Site : www.jeudepaume.org

[1] En photographie et au cinéma, la plongée et la contre-plongée désignent les angles de prise de vue. Ainsi, la plongée est la prise de vue du haut vers le bas tandis que la contre-plongée est un procédé inverse.

[2] Selon les mots de Damarice Amao, commissaire de l’exposition.

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Une référence très utile si vous parlez de culture dans vos mémoires

Définie par la première fois en 1871 par Edward Burnett Tylor, la notion de culture est tout d’abord le fruit d’une histoire. En effet, il s’agit d’une notion difficile de définir : elle requiert donc d’une déconstruction permettant, d’une part, de fournir les précisions introductoires sur la notion, et d’autre part, de la faire dialoguer avec toute proposition liée à la culture dans le terrain de la didactique des LE.

Avec l’ouvrage Denys Cuche, intitulé « La notion de culture dans les sciences sociales », il est possible de revenir aux origines du mot au moyen âge et au siècle des Lumières, pour enfin passer à l’invention du concept scientifique de culture et de son évolution, marquée par des apports qui ont aidé à constituer la vision relativiste qui le caractérise aujourd’hui, notamment dans le domaine des sciences sociales.

Il s’agit d’une référence qui m’a beaucoup contribué à sortir d’une vision totalitariste sur la notion, ainsi qu’à créer des bases assez solides pour le démarrage de mon mémoire.

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Représentations sociales : théories, pratiques et analyse

Les représentaions sociales ont fait, à plusieurs reprises, l’objet d’études dans le champ de la didactique des langues. Elles ont contribué, par exemple, à diagnostiquer l’état d’un processus cognitif et le lien qu’il peut y avoir avec les pratiques réelles des individus. Cela pourrait expliquer la notoriété des représentations sociales comme point de départ des analyses de la pensée sociale. Pourtant, ce qui est intéressant à voir dans cette réflexion, c’est l’idée qu’elles ne demeurent pas stables à tout moment. En effet, leur stabilité dépendrait de la dimension relationnelle entre l’objet social représenté et le sujet émettant des représentations sur tel objet. Cette condition aurait une incidence sur la pensee sociale de tel groupe. C’est ainsi que l’étude des représentations sociales se fait utile en milieu social. Pour illustrer l’utilité des représentations sociales dans l’étude d’un changement impliquant le milieu social, je vais vous faire parvenir une étude sur les représentations sociales et comment celles-ci retracent les opérations cogintives qui s’émergent suite à un projet de changement technologique en entreprise. Cette étude intitulée Représentations sociales et projet de changement technologique en entreprise a été réalisée par Jacky Singéry aupres d’une entreprise . Là, je ne vais pas parler trop des résultats mais plutôt des démarches théoriques qui sous-tendent les méthodologies utilisées dans la récolte et l’analyse des données. L’idée de choisir une thématique d’etudes qui ne porte pas sur les langues relève du fait que je cherche à savoir comment les représentations sociales s’analysent.

En effet, ladite étude avait pour objectif de repérer le contenu et l’organisation des représentations sociales des groupes face à un projet de changement et leurs impacts sur les comportements. Afin d’atteindre ce double objectif, Singéry s’appuie théoriquement sur les notions du noyau central (Abric) et des éléments périphériques (Flament). Pourtant, il semblait que ces notions ne suffisent pas à cause de la grande variabilité des données et de l’implication de celle-ci dans l’analyse des opérations cognitives faisant apparaître les représentations sociales. Alors, l’auteur a dû prendre, de sûrcroit, l’acception de Grize et Verges selon laquelle les processus cognitifs s’effectuent par la sélection d’information, la représentation référentielle et de la représentation-organisation-relationnelle. Rappelons-nous vite qu’il s’agit d’un changement temporel. Cela impliquerait en conséquence un bouleversement des représentations existant sur l’objet en question. Ce qui veut dire qu’elles seraient amenées à se désintégrer et à s’adapter à de nouvelles représentations. Il importe alors d’inclure dans l’étude ce phénomène. Pour ce faire, une démarche recouvrant ces détails serait indispensable. Maintenant, nous revenons sur les propos de Grize et Verge. Pour ces auteurs, un individu sélectionne des informations concernant un objet social à partir d’un repértoire d’information préexistant. Puis ce processus de sélection se fonderait sur une référence « connotative » qui serait socialement partagée par les membres d’un groupe. Cette référence serait essentielle car elle accorderait aux représentations leur sens. Finalement, les informations sélectionnées découlant de telle base commune auraient à être envisagées dans la relation qu’elles entretiennent entre elles selon un système hierarchisé dont elles tirent leur signification globale. Ces choix théoriques répondent à des exigences spécifiques de leurs études. Alors que les principes theoriques d’Abric et de Flament permettaient de prendre conscience d’un système de pensée qui serait à la fois central et périphérique, ceux de Grize et Verges consistaient à schématiser la logique sous-jacente les représentations qui s’en dégagent. C’est surtout important dans la prise en compte de la phase de modification représentationnelle de l’objet social. Sur le plan méthodologique, Singéry s’est servi des entretiens (individuel et en groupe). Telle variation méthodolique dans la récolte remettrait en cause les représentations précedemment saisies. À savoir que, dans l’étude des représentations sociales, il nécessite de nous appuyer sur une pluri-méthodologie du fait qu’elles relèvent des couches dimensionnelles (individuel vs social). Cette approche donne lieu à la vérification des représentations qui se répètent nous rapprochant de celles qui sont pûrement sociales. Pour ce qui est de l’analyse, la proposition de Grize et Verges a permis au chercheur d’analyser les données en partant des catégories communes à tous les discours receuillis. Elles correspondraient à des formes cognitives constitutives des représentations du groupe étudié. Il faut nous rappeler que les représentations sociales varient en fonction du milieu, du temps où elles se situent et des différences individuelles s’assimilent à la pensée sociale. En somme, l’étude du contenu et de l’organisation des représentations sociales n’exige pas qu’une simple démarche de repères de ce qui est « dit » de « quelque chose » mais aussi la prise en compte du raisonnement qui façonne la nature des représentations en question et comment elles se modifient suite à un changement motivé par le temps et le milieu.

Singéry, J. (1994). “Représentations sociales et projet de changement technologique en enterprise”. In ABRIC, J.-C. in Pratiques sociales et représentations. Paris : Presses universitaire de France, p.179-216.

Grize J.B., Verges, P. & Silem, A. (1987). Salariés face aux nouvelles technologies. Paris: Ed. du CNRS.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Confusion des voix

 

En pleine recherche et lecture, complètement perdu, en panique et désespéré, un masterant décide de changer un peu d’idées. Effrayé du temps qui coule sans jamais se fatiguer et s’arrêter, il opte pour aller à la  soutenance d’une thèse. Cela lui permet de faire d’une pierre deux coups – sortir de son sujet et écouter pour se préparer à pré-soutenir et à soutenir son mémoire.

Hélas ! Après un bon exposé de Madame la Candidate (son approche, son questionnement, les acquis scientifiques, l’aspect pragmatique, les limites et les perspectives de sa recherche) et des mots d’éloges et de remarques bienveillantes de Monsieur le Jury, notre masterant fut subitement frappé par l’angoisse. Les voix intérieures commencent à surgir… Terrifiée de cette confusion brusque, gentille Madame l’Espoir a fermé ses portes…

Madame la Panique (sans haleine): « Euh, les notions, les concepts… les définitions… Je les ai bien creusés ??? »

Madame la Raison (d’une voix apaisante): « C’est à retravailler…Tu as bien entendu ! Il ne faut pas laisser une définition ouverte. Autrement dit, écrire 5 définitions sur une notion, ça ne sert à rien. La question qui se pose d’emblée, c’est quelle définition tu retiens et POURQUOI. Fais attention ! Il vaut mieux d’écrire moins de définitions et de les creuser davantage.»

Madame l’Inquiétude : « Pour bien creuser une notion, un concept et justifier telle ou telle approche, il nous faut une immense lecture et du temps… Et de la réflexion, évidemment… Ouuufff… »

Madame la Panique : « En plus, le temps passe si vite… Et les entretiens, l’analyse… Oh là là !!! Quelle galère !» Sa panique la paralysa…

Madame la Raison (tranquillement): « Essaie de faire le mieux possible. Pour une bonne recherche, il faut du temps. Évidemment, ce n’est pas possible de la réaliser en 4 mois. Mais quand-même… Il le faut ! »

Madame l’Angoisse : « Plus je lis, plus je suis perdu. Comment s’en sortir ? »

Madame la Raison : « Tout d’abord, il faut se distancier un peu. Arrêter les lectures un moment, réfléchir et rédiger, puis les reprendre. Mais… Retiens bien les remarques du jury à propos de la lecture ! »

Madame la Panique : « Euuhh… C’est-à-dire ? »

Madame la Raison : « C’est-à-dire qu’il y un risque à éviter dans le mémoire… on a tous une volonté de démontrer notre travail et une immense lecture qu’on a faite… Mais, sois prudent ! La rédaction du mémoire exige le tri des informations et une infiltration de la théorie. Si tu mets tout, cela risque à encombrer le texte. Enfin, ces informations apparaissent inutiles dans la rédaction finale. Le jury aime bien avoir sous les yeux une thèse ou, dans ton cas, un mémoire, agréable à lire. Bien structuré, sans se perdre, sans trop d’informations et de définitions qui peuvent gêner la lecture. »

Madame l’Angoisse : « Bon… Je garde à l’esprit ton conseil. Pardon, le conseil du jury. »

Madame la Raison : « Tu as oublié les cours de méthodologie ? Ben… Monsieur le Prof l’a répété mille fois… »

Mesdames la Panique, l’Inquiétude et l’Angoisse (en chœur) : « Merci Madame la Raison, on se souvient bien !!! On est un peu trop dans la lecture et dans la recherche… »

Madame la Raison : « Respirez un peu les filles ! Gardez toujours en tête tous les conseils de la méthodologie, puis des membres de jury des soutenances auxquelles vous avez assistées et enfin, de votre, en fait, notre directeur. Cela vous permettra de mener à bien votre recherche. Avec moi, bien sûr ! »

Malgré la confusion que cette soutenance a provoquée dans la tête de notre masterant, il s’est senti soulagé. Il avait de bonnes pistes pour continuer son travail. Rassuré, il est rentré tout en étant à l’écoute des voix intérieures et extérieures…

Madame la Raison : « Attends ! J’ai oublié la dernière chose à dire ! Fais attention au titre du mémoire… Le jury a rapproché à la candidate le titre inadéquat de sa thèse…Monsieur le Prof l’a signalé mille fois ! Et retiens bien les mots clés de la soutenance : JUSTIFICATION-REFLEXION-APPROFONDISSEMENT CRITIQUE. »

Source d’image :

http://www.gettyimages.fr/license/510463252

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

L’entretien biographique – l’écoute des voix intimes?

Chaque recherche implique une méthodologie spécifique. Sa nature, sa problématique, les objectifs visés, etc. vont porter notre choix sur la méthodologie la plus adéquate à suivre. Ainsi, on se décide pour les questionnaires, le corpus à analyser, l’entretien – directif, semi-directif, de compréhension, biographique… Mais avant de déterminer la méthode qui nous permettra d’aboutir à notre recherche, il faut bien connaître tous les traits de chacune d’elle, ses avantages et ses inconvénients. Dans cette optique, la matinée de recherche L’entretien biographique. Interaction et ajustements du sens organisée le 7 février à la Maison de recherche avait pour objectif de croiser les différents points de vue des intervenants sur l’entretien biographique et sur son intérêt en didactique des langues.

La communication de Brahim Benberkane et de Magali Ruet, doctorants à Paris 3, est particulièrement attirée mon attention. Intitulée L’entretien biographique entre écoute et compréhension : raconter sa mobilité pour mieux comprendre ses mondes, elle s’articulait autour de plusieurs questions :

Pourquoi l’entretien biographique est leur méthode de recherche privilégié ? Quelle est la relation entre chercheur et ses témoins ? Quel est l’effet d’un tel entretien sur les acteurs ?

Le choix de cette méthode pour leurs recherches est tout à fait justifié. Cela dit, leurs thématiques, mobilité étudiante et migration, exigent le recueil des trajectoires de vie de leurs interviewés. C’est l’objectif de l’entretien biographique – mettre en avant les passages, les expériences d’une vie qui permettra au chercheur de se concentrer sur la séquence des événements traversés par un individu et d’épuiser plus profondément dans l’individu. Afin d’y arriver, la question de la relation de confiance se pose. Comment établir un contact et gagner la confiance ? D’après Magali Ruet, un cadre détendu, une explication du projet, de la méthodologie, le fait que l’enquêté doit parler naturellement sur sa vie, sans les questions posées, permettront au chercheur de créer une relation de confiance avec son enquêté. Brahim Benberkane ajoute également que le gage de confiance s’effectue par la garantie de l’anonymat de l’informateur et par la remise du travail après la transcription à son témoin.

Après avoir établi une relation de confiance, on peut s’interroger sur le rapport entre chercheur et enquêté. En prenant en compte que l’entretien biographique permet un retour réflexif de l’informateur sur lui-même, sur son parcours, sur sa vie, c’est évident que c’est lui qui conduit beaucoup l’entretien. De ce fait, les rôles du chercheur et de l’interviewé s’inversent. Ce moment n’est-il pas celui de la modification du statut de l’informateur vs le statut de l’interlocuteur ?[1] Le chercheur efface-t-il sa posture de chercheur ?  Il me semble que ce type d’entretien entraîne facilement le chercheur à la subjectivité qui, influencé par son témoin, oublie vite sa posture de chercheur. Je pense ici particulièrement aux jeunes chercheurs, comme moi. Alors, comment jongler entre la subjectivité et l’objectivité ? Selon ces deux doctorants, afin d’éviter le piège de subjectivité, le chercheur doit préparer minutieusement le protocole d’enquête qui permettra de tenir compte des facteurs pouvant diriger l’entretien dans un autre sens.

En ce qui concerne l’impact de l’entretien sur les témoins, Brahim Benbarkane met en exergue sa force libératrice. Cet entretien a permis à son enquêtée de s’exprimer, de se faire écouter et de se faire libérer grâce aux mots. Là, on voit également une force transformatrice de l’entretien – une transformation intérieure de nos témoins.

Enfin, la présentation de ces jeunes chercheurs sur l’entretien biographique m’a fait penser au film A Walnut tree du réalisateur Aziz Ammar[2]. L’entretien devient un moyen de l’expression, de faire écouter « sans voix » et de tenir leurs voix. Mais le questionnement suivant surgit d’emblée : Comment tenir ces voix dans la recherche ? Comment les restituer de sorte qu’elles ne se perdent pas ? Est-il possible d’éviter de les envisager à travers le prisme de notre point de vue ? Comment se positionner par rapport à l’enquêté ? Est-il possible de garder une posture neutre et objective ? Jusqu’à où aller dans un entretien ?

[1] Eric Chauvier, anthropologue, plaide pour la modification du statut de l’observé – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique. Voir mon article : https://arlap.hypotheses.org/8332

[2] Voir l’article : https://arlap.hypotheses.org/8332

Source d’image:

http://www.univ-paris3.fr/medias/fichier/v6affichdiltec-axe-dilfopl-entretien_1484660505292.pdf

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Les représentations sociales des langues : processus de filtrage

Au carrefour de nos lectures se croisent une myriade d’informations. De ce fait, il est nécessaire d’avoir un bon sens de la synthése afin de consolider les informations nouvellement acquises et de les assimiler soigneusement à ce que nous savons déjà. C’est aussi dans cette étape que nous serons amenés à faire face à des dilemmes nous incitant soit à accepter, à refuser ou soit à rejeter telle ou telle information. Comment sait-on le poids de chaque information ? Quelle information pèse le plus ? Quelle information est à retenir de manière à ce qu’elle ne soit pas une répétition d’une autre information déjà citée mais qui se déguise en autre forme dans le cadre théorique ? Les questions de ce type nécessitent une relecture fréquente des notions que nous avons abordées pour encadrer nos recherches. C’est ainsi que, je crois, nous pouvons aiguiser la colonne vertebrale du côté théorique de nos analyses. Pourtant, les théories que nous utilisons ne serviront à rien si nous n’arriverons pas à les rapprocher du « réel », du côté pratique. Quoi faire alors pour procéder à une analyse prenant en compte à la fois les notions théoriques et tout ce qui découle de la pratique. C’est donc ce dilemme sur laquelle je voudrais me pencher pour ce billet.

En quête des lumières, j’ai découvert un texte intitulé « Schématisation, représentations et images » écrit par Jean-Blaise Grize du Centre de Recherches Sémiologiques de l’Université de Neuchâtel. Le texte est paru dans un recueil d’actes du Colloque du Centre de        Recherches  Linguistiques et Sémiologiques de Lyon (du 20 au 22 mai 1977). La thématique du colloque était centrée sur les stratégies discursives. Le texte auquel j’ai fait allusion m’a intéressé parce que l’auteur a fourni un cadre générale d’analyse qui semble s’adapter au rythme de mon analyse. Gardant à l’esprit la nécessité de transformer les notions théoriques en des outils concrets d’analyse, je me suis dit tout de suite que ce texte pouvait se servir de bon point de départ d’analyse compte tenu de la clarté de ses outils proposés. En effet, l’auteur a insisté sur des points primordiaux dans l’analyse des représentations à travers le discours d’un sujet. Pourtant, je ne me focalise que sur celui qui est directement pertinent à mon analyse. Dans son texte, il nous rappelle que « tout discours construit une sorte de micro-univers » (qu’il appelle « schématisation ») (1977 : 45). Pour lui, ces « micro-univers » n’est accéssibles que par les « phénomènes de langue ». Ceux-ci, dit-il, servent d’ « instruments heuristiques pour parvenir à poser l’existence de certaines opérations de pensée » (1977 : 45). Ces premieres lignes m’ont fait parvenu ce dont j’avais besoin pour  commencer à me lancer dans l’analyse. Comme je travaille sur les représentations sociales des langues, j’ai dû trouver des moyens pour entrer dans la « pensée sociale » des informateurs. Pourtant, ce n’est pas si facile que cela car cela me pousse à traverser d’abord les représentations individuelles qui sont divergentes. Pour y remédier, j’ai dû alors me référer à des outils de la sémiologie pour étudier le « sens » qu’accorde chaque individu à leurs représentations et la manière dont ce « sens individuel » devient un « sens commun » nous rapprochant en conséquence de la représentation sociale. De là, j’ai dû faire une « schématisation » entre ce qui est de l’individu et ce qui est du « social ».

Grize, J.B. (1977). « Schématisation, représentations et images ». In Stratégies discursives : Actes du Colloque du Centre de Recherches Linguistiques et Semiologiques de Lyon. Presses universitaires de Lyon, pg. 45-47.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

SESYLIA / DILTEC 10 février

Si vous êtes intéressés par les axes de coopération entre le DILTEC et SESYLIA, voici le programme et les informations pour la réunion de vendredi 10 février (il s’agit du message envoyé par Claire Tardieu, l’organisatrice, professeur de didactique anglaise) :

Cher.e.s collègues,

Ce message pour vous rappeler que le 10 février prochain, à l’Institut du monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris, en salle 16 de 10h à 13h,  nous accueillerons nos collègues du DILTEC Valérie Spaëth (directrice) et Muriel Molinié (Dilfop : didactique des langues, formation et plurilinguisme) pour un partage de nos travaux et des échanges que nous espérons fructueux pour l’avenir.

Nous proposons l’ordre du jour suivant:

10h : Accueil et introduction de l’axe didactique de Sesylia

Présentation des membres et des thématiques de recherche

Présentation des projets collectifs

Publications, dissémination, événements

Questionnements et perspectives

11h : Présentation du DILTEC et du Dilfop

12h: Echanges

12h45 Buffet partagé

14h00 Fin

 

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Rencontre imaginaire entre deux étudiants

Étudiant 1: E1, Étudiant 2: E2

 

E1: Salut !

E2: Salut ! Comment ça va ?

E1: Ça va bien ! Et toi?

E2: Ca va bien, merci. As-tu trouvé le sujet pour ton mémoire? Ça avance?

E1: hum, oui… j’ai trouvé mais je suis encore en train de réfléchir dessus.

E2: Ça sera sur quoi?

E1: Je suppose que je parlerai de l’enseignement de la culture en classe de langue. Comme tu le sais, je travaille actuellement dans un institut coréen à Paris. Quand je donne un cours à mes apprenants de coréen, je me demande à chaque fois comment je pourrais leur donner l’aspect culturel et les initier à la culture coréenne pendant le cours de langue.

E2: Ah, la culture dans l’apprentissage d’une langue étrangère est très importante !

E1: Oui ! En plus, lors de ma pratique de l’enseignement dans cet institut coréen, j’ai pu observer que les apprenants n’ont pas seulement besoin de connaissances et de compétences en ce qui concerne la langue coréenne, mais qu’ils veulent aussi avoir la capacité d’utiliser la langue en question dans différentes situations sociales et culturelles.

E2: Oui, tu as raison. Pour communiquer en langue étrangère, il faut aussi bien connaître la culture.

E1: Oui, par exemple, j’avais un cours la semaine dernière avec mes apprenants débutants. Et on a appris les chiffres en coréen. Mais, comment compte-t-on les chiffres sur ses doigts en France? On commence par la pouce, un, deux, trois… n’est-ce pas? Mais en Corée, on commence par l’index ! Un, deux, trois, quatre puis on finit par la pouce pour compter cinq ! Tu vois? même si c’est une petite chose, on peut déjà découvrir une différence. En plus, je crois que si l’on se concentre sur l’enseignement d’une langue en considérant l’aspect culturel, il sera plus intéressant pour les apprenants de participer au cours avec passion pour développer leur compétence de la langue.

E2: C’est vrai. Avec l’enseignement de la culture dans la classe de langue, les apprenants vont s’habituer à l’ambiance plus favorable et ils vont aussi acquérir des compétences interculturelles. Personnellement, j’avais suivi un cours de japonais pour les grands débutants, pendant ce temps-là, mon professeur, qui n’utilisait pas du tout le français en classe, nous a ouvert les yeux sur la culture japonaise et fait découvrir autant que possible un nouveau monde en donnant des éléments culturels. J’étais donc vraiment motivée d’apprendre la langue japonaise. Du coup, As-tu des idées pour développer les méthodes d’enseignement de la culture?

E1: Pour l’instant, je pense que des activités théâtrales ou des films coréens peuvent être présentés en classe comme support culturel pour les apprenants, car il y a plein d’éléments culturels dans ces supports et ils vont permettre d’enrichir la compréhension culturelle des apprenants. La dernière fois, j’ai fait un cours de cinéma coréen avec mes apprenants et c’était très intéressant. En effet, on a regardé ensemble des extraits du film que j’avais choisi puis je leur ai donné des éléments culturels, par exemple la façon de se saluer, la vie à la campagne ou les chansons traditionnelles, etc. Les apprenants étaient très curieux.

E2: Je veux bien participer à ton cours alors ! haha. Je crois que ton sujet de mémoire est intéressant et tu es déjà bien avancée ! Si tu finis de rédiger ton mémoire, fais-le moi lire! Je veux voir tes idées.

E1: Ok ! Mais je dois d’abord aller lire des livres à la bibliothèque. Merci de m’avoir écoutée !

E2: Je t’en prie. Parfois quand tes pensées sont bloquées, si tu en discutes avec quelqu’un, cela permet de remettre de l’ordre dans tes idées.

E1: Oui, tu as raison. J’étais un peu déprimée à cause de la rédaction du mémoire, mais je me sens mieux maintenant. Et tu m’as fait être motivée d’avancer à rédiger ! Je te remercie encore une fois.

E2: De rien ! Bon courage !!

E1: Merci. Au revoir.

E2: Au revoir.

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

A Walnut tree – la résonance des voix et la revalorisation de l’enquêté

L’un des grands enjeux de la rédaction d’un mémoire-enquête, c’est de faire entendre « les voix » du terrain. Pas de les étouffer… de les disqualifier… de les transformer… Laisser les acteurs, les témoins, les observés, les enquêtés résonner, vivre, vibrer en pleine voix. C’est le point de départ d’Eric Chauvier, anthropologue, dans son livre Anthropologie de l’ordinaire. L’auteur plaide pour le changement de perception  des objets d’étude et de sujets en anthropologie. Selon lui, un observé doit être plus un interlocuteur qu’un informateur[1]. Ainsi,  le statut de l’observé se modifie – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique, avec tous ses traits.

On va tenter de comprendre le procédé d’Eric Chauvier, anthropologue « textuelle », à travers l’optique des documentaristes, anthropologues  « visuelles », en se penchant sur le film du réalisateur pakistanais Aziz Ammar. Comment donne-t-il  la voix aux « sans voix » dans son film A Walnut tree ? Le rôle de l’observé et de l’observateur est-il inversé ? L’observateur, ne devient-il dans un moment donné l’observé ?

Suite au conflit de l’armée pakistanaise et des talibans, la famille d’un vieil homme, Baba, est obligée de se déplacer dans un camp de réfugié de Jaloozai près de Peshawar. Baba ne peut accepter son destin et cette vie misérable. La nostalgie et la mélancolie l’incitent aux rêves de retourner dans son village natal. Ses sentiments sont tellement forts qu’il lui est impossible d’y résister. Enfin, il décide de retourner dans son village à tout prix, en dépit des dangers menaçants. En abandonnant sa famille… Sans être retrouvé…

Aziz Ammar n’a pas réduit le film aux paroles et aux images simples de la vie quotidienne des réfugiés, de leurs difficultés et de leurs conditions de vie. Il n’a pas démontré non plus leur vie à travers le prisme de son point de vue. Il laisse son enquêté se faire entendre; faire raconter son histoire; faire entendre ses voix de l’inquiétude, de la souffrance, de la nostalgie, de la solitude; se faire interroger sur la justice et sur le destin humain; nous découvrir le poète exprimant dans les poèmes ses sentiments et ses réflexions et l’enseignant qui tente de faire apprendre la lecture aux enfants dans le camp; partager sa passion pour la culture et l’éducation… En un mot, l’enquêté apparaît dans toute sa singularité, en pleine « voix ».

Quant au réalisateur, on aperçoit qu’il fait partie de la famille. Il y est intégré à un tel point qu’il partage avec eux, de manière discrète, des moments intimes familials. Il  participe dans les conversations, les décisions, donne son avis etc. Malgré sa présence dans le film, il n’influence pas ses observés. Il les incite discrètement à développer et expliquer davantage les questions que l’intéressent. À la fin, la disparition du vieil homme oblige son fils et le documentariste à se mettre à sa recherche. Le réalisateur assume le danger. Le danger qui pourrait lui coûter la vie. Ce ne seraient pas les moments d’inversement du rôle de l’observateur et de l’observé ?

Pour conclure, Aziz Ammar a bien réussi à faire entendre les voix de son enquêté. Ce vieil homme est démontré dans toute son individualité et sa spécifité. Le film touche au cœur et provoque des émotions fortes. La pluralité de voix de Baba ne cesse pas de résonner. Il est impossible d’y rester indifférent. Arriver à faire parler toutes les voix de sorte qu’elles vibrent en lecteurs, c’est le signe qu’on a réussi le mémoire-enquête.

 

Référence :

Chauvier, E., Anthropologie de l’ordinaire, Toulouse, Anacharsis, 2011

 

[1] La forme de négation des observés en tant qu’interlocuteurs, Eric Chauvier nomme  « désinterlocution » (2011 :25)

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

PLAN DE MEMOIRE: LA LECTURE A HAUTE VOIX EN CLASSE DE FLE

Introduction Générale
La problématique

Première Partie : Cadre théorique
Chapitre I
L’évolution des méthodes d’enseignement-apprentissage de fle
Et Les technologies et l’enseignement des langues

1. L’évolution des méthodes d’enseignement-apprentissage de fle.
• Parcours historique des méthodes de langue
1.1 La méthodologie traditionnelle d’enseignement des langues étrangères.
1.2 La méthodologie directe.
1.3 La méthodologie audio-orale.
1.4 La méthodologie structro-globale audiovisuelle.
1.5 La méthodologie communicative.
2.Les technologies et l’enseignement des langues.
2.1.1 L’évolution de la technologie.
2.1.2 Les technologies et la compréhension auditive.
2.1.3 Les technologies et l’expression orale.
2.1.4 L’audiovisuel et enseignement des langues.
Chapitre II
La lecture à haute voix
1.La lecture à haute voix.
1.1 Définition de la lecture à haute voix.

1.2 Objectifs généraux de lecture à haute voix.
• A quoi sert la lecture à haute voix en classe de FlE ?
Chapitre III
L’exploitation des textes théâtraux en classe
1. L’exploitation des textes théâtraux en classe.
1.1 Règles de base.
1.2 Pourquoi utiliser des textes théâtraux en classe ?.
1.3 Stratégies gagnantes.
1.4 Quelques thèmes à traité.
1.5 Activités pédagogiques variées.
Deuxième Partie : Cadre Pratique
Chapitre I
Contexte de la recherche
1. Contexte de la recherché.
1.1 Le public.
1.2 L’âge et le niveau.
1.3 Objectifs / besoins / attentes.
Chapitre II
Tests
2.Tests.
2.1 Conditions des tests.
2.2 Conditions de déroulement de l’expérience.
2.3 Résultats et analyse de données.
Chapitre III
Analyse et Interprétation du Questionnaire
Introduction.
Analyses des résultats obtenus.
Conclusion générale.
Annexes.
Bibliographie.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Acquérir une langue étrangère dans un contexte hétéroglotte, est-ce possible ?

Peut-on acquérir une langue étrangère ? Quels sont les facteurs déterminants cette acquisition ? L’âge ? Le contexte ? Le travail cognitif et métacognitif ? Les inputs ? Autant de questions qui se posent lorsqu’on tente d’analyser en profondeur le processus d’apprentissage et d’acquisition d’une langue étrangère et d’essayer de le comprendre.

Le premier facteur qu’on évoque souvent lorsqu’on parle d’acquisition d’une langue étrangère reste celui de l’âge. Le sujet a suscité bon nombre de spécialistes du champ dont Chomsky. On a donc déterminé, après plusieurs études,  que l’exposition précoce à une langue étrangère favoriserait son acquisition.

Ce qui nous intéresse ici, n’est pas seulement l’âge, mais surtout le contexte dans lequel se déroule l’apprentissage/acquisition d’une langue étrangère. Nous soutenons déjà la thèse que l’exposition à une langue dans un contexte homoglotte mènerait à son éventuelle acquisition. Mais qu’en est-il alors du locuteur qui désire acquérir une langue étrangère se retrouve dans un contexte hétéroglotte ?

Telle est la question que je tenterai de répondre lors de mon mémoire de fin d’études. Certes, ces interrogations ont déjà été posées antérieurement mais ce que j’aspire à faire ici, c’est d’axer mon étude sur une communauté linguistique précise que je ciblerai avec des apprenants partageant les mêmes conditions d’apprentissage. Autrement dit, j’effectuerai mon étude sur des sujets appartenant à une même communauté linguistique, du même niveau scolaire, ayant le même âge et surtout partageant approximativement les mêmes motivations. Ce n’est pas aisé de trouver plusieurs apprenants  ayant le même profil, néanmoins, je me concentrerai notamment sur ce qui lie ces derniers en faisant une étude comparative.

J’établirai, toutefois,  un questionnaire au tout début pour cerner le type d’apprenant et pour pouvoir tirer les informations dont j’ai besoin dans ma recherche. Celle-ci sera donc divisé en trois parties, la première générale et plus réflexive où j’évoquerai les recherches et les études qui traitent cette question. La seconde assurera la transition entre la réflexion et la pratique où je donnerai éventuellement mon avis sur le sujet, et comme on peut le deviner, la troisième évoquera les enquêtes et les pratiques que j’ai pu mener tout au long de ma recherche.

Cela reste très vague et vaste tant que je n’ai pas encore cibler un public. Cela dit, le sujet me passionne et je me réjouis déjà de l’entamer.

Contact établi avec ma directrice de recherche!

L’une des premières démarches qu’on entreprend lorsqu’on a une idée sur le thème du projet de fin d’études est de trouver un directeur ou une directrice de recherche qui est spécialisé(e) dans le sujet.  Le mien étant de travailler sur l’acquisition d’une langue étrangère, j’ai tout de suite pensé à Madame Trévisiol qui assure un séminaire au même nom « recherches sur l’acquisition des langues étrangères ». Logique comme choix mais surtout motivé par le désire de travailler avec une enseignante avec qui je m’entends très bien. L’entente est, pour moi, un facteur à ne pas négliger au même niveau que celui de la maitrise du sujet par le directeur de recherche.

C’est mon expérience personnelle qui me laisse dire de tels propos. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de travailler sur deux mémoires dans le passé, celui de ma licence en Traduction et interprétariat et le second, de Master 2 Didactique de la traduction.

C’est ainsi que mon choix s’est porté sur Madame Trévisiol qui, après un échange de mails, a accepté de m’encadrer et de m’accompagner dans cette nouvelle recherche que j’aspire à mener. Pour résumer, je lui avais adressé un courriel pour solliciter ses services et surtout pour lui exposer mon sujet de recherche. Aussi, je lui avais fait part de mes interrogations quant au public sur lequel je devais travailler et particulièrement sur la pertinence de mon thème.

La réponse n’a pas tardé à venir puisqu’elle m’a recontacté dans les heures qui ont suivies. Ce que j’ai pu retenir de son mail est, qu’elle avait accepté ma demande d’encadrement et plus particulièrement des remarques constructives pour m’éclairer davantage sur ce que je devais mener comme recherche. Ce qui est venu en premier, c’est l’importance de cibler un public qui est étroitement lié à la tournure que devrait prendre mon sujet. Ensuite, elle m’a conseillé d’aller voir des travaux qui traitent le sujet, à titre d’exemple, ceux de Daniel Véronique. Puis, elle m’a clairement fait savoir qu’il fallait que j’axe ma recherche sur une problématique bien précise, originale et qui permettrait d’apporter un plus dans le monde de la recherche. Enfin, j’ai eu droit à des encouragements de sa part.

Outre les échanges de mails, j’ai senti le besoin de concrétiser cette rencontre en la sollicitant après son séminaire. Cela m’a fortement aidé et réconforté dans ma quête. Quant à mon thème de recherche, je vous invite à lire le billet suivant intitulé « Acquérir une langue étrangère dans un contexte hétéroglotte, est-ce possible ? » pour en savoir plus dans quoi je souhaiterai me lancer.

Langues et migrations : politique linguistique et didactique à L’ENS

L’école normale supérieure  de Paris organise le 20 janvier une conférence organisée par le laboratoire LATTICE et ECLA sur le thème : migration et apprentissage des langues. Cette conférence sera donnée par le sociolinguiste et didacticien Hervé Adami, professeur des universités (Université de Lorraine, CNRS).

Voici le lien dont il se trouve le programme :

Je vous invite vivement d’y aller. Moi, j’y vais. S’il y a des personnes intéressées, on pourrait aller ensemble.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Le chercheur entre cronopes et fameux

historia-de-cronopios-y-de-famas-4Ces derniers temps, j’ai eu l’occasion de jeter un coup d’œil sur quelques livres chez moi, et de revivre des anciennes lectures, quelques-unes plus ou moins oubliées que les autres. C’est ainsi que je suis tombé sur Cronopes et fameux (en espagnol Historias de cronopios y de famas), un ouvrage de l’écrivain argentin Julio Cortázar. En effet, je l’ai lu il y a quelques ans, et il m’a vraiment marqué par sa manière de faire réfléchir, dans un univers surréaliste, au classicisme et la lutte pour le pouvoir dans la société.

J’ai donc repensé aux deux grands « créatures » ou « forces » qui sont présentées par Cortázar dans ce livre : d’un côté les cronopes, des êtres sensibles, idéalistes, désordonnés, peu conventionnels et passionnés ; et d’autre côté les fameux  des êtres assez rigides, formels, organisés, et ayant du succès.

Cette opposition m’a fait penser aux caractéristiques du chercheur, et je me suis dit qu’au préalable, on penserait à s’identifier avec l’un ou l’autre, mais dans cette situation, je trouve qu’il est nécessaire de nuancer, c’est-à-dire, de s’identifier un peu avec les deux. A mon avis la recherche requiert de l’organisation, de la formalité, mais aussi de la passion et de la nouveauté, et c’est ça justement ce que je veux attendre lors de mon mémoire.

imagesJe remarque donc que depuis quelques années, le contexte universitaire m’a emmené à faire des travaux de recherche, et que je me suis toujours identifié comme quelqu’un qui « se met dans la place du chercheur ». Aujourd’hui Je commence à assumer que je suis un chercheur, que j’ai des objectifs précis, et que ce type de réflexions m’aident à m’acheminer dans cette voie.

Image trouvée dans http://revistatarantula.com/historias-de-cronopios-y-de-famas-de-julio-cortazar/

Cristian Vivas Leuro

Etudiant en Master 2 FLE Didactique des Langues, spécialité 1, option A. Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Plan du mémoire « L’insécurité linguistique des étudiants algériens en île de France »

Bonjour à tous les Arlapiens,

Je vous présente ci-dessus la plan de mon mémoire. Je l’ai élaboré en lisant des thèses et des livres en rapport avec mon thème de recherche en l’occurrence l’insécurité linguistique.  Pour le moment, mon directeur de recherche n’a pas encore donné son avis sur ce plan. Donc, il est fort possible que des  modifications auront lieu.

Je souhaite avoir vos avis sur ce plan. Cela me permettra d’enrichir mon plan et de lui apporter quelques corrections.

Merci par avance !

Introduction générale

Première Partie : État de l’art 

Chapitre I : Regard sur l’insécurité linguistique

  1. Genèse du concept d’insécurité linguistique.
  2. La définition de la notion d’insécurité linguistique
  3. L’insécurité linguistique et les contextes de contact de langues

3.1 Contact intralinguistique : Insécurité linguistique et diglossie

3.1.1 Catégorie sociale

3.1.1.1 Sexe

3.1.1.2 Âge

3.2 Contact interlinguistique : Insécurité linguistique et plurilingusme

3.2.1 Langue maternelle/native

3.2.2 Immigration

  1. Les formes d’insécurité linguistique
  2. Les types d’insécurité linguistique
  3. L’individu face à l’insécurité linguistique
  4. Les signes d’insécurité linguistique
    • Le refus de prendre la parole
    • L’hypercorrection
    • Le code-switching
  5. L’insécurité linguistique et les espaces de sociabilité 
    • L’école
    • L’entreprise
  6. Les causes de l’insécurité linguistique : Représentations et compétence

Conclusion partielle

Chapitre II : Immigration et étudiant étranger

Introduction 

  1. Immigration 
    • Définition de l’immigration
    • Différence sémantique entre immigré et étranger
    • Les étudiants étrangers
    • La procédure d’inscription à l’université française
  2. La langue française et l’intégration des immigrés

Conclusion partielle

Partie II : Résultats de l’enquête

Introduction 

  1. La méthodologie 
    • Discours épilinguistique
    • Présentation de l’entretien
    • Le choix de l’entretien
    • Le guide du public
    • Le profil du public
    • L’enregistrement
    • Le déroulement de l’entretien
    • La transcription
  2. La description des données recueillies 
  1. Interprétation et explication des données

4.  Limites et contraintes

5. Ouverture et perspectives

Conclusion partielle

CONCLUSION GENERALE

Références bibliographiques 

ANNEXES

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts