Archives de catégorie : journées et colloques

Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? »

La présentation du colloque « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités » qui s’est tenu les 4 et 5 décembre 2017 annonce une crise symbolique portant sur la question de l’utilité des études littéraires (comme si les études étaient un outil) et leur reconnaissance. Pour parer cette crise, il semble vital désormais de rénover les humanités et de ne plus recourir à la segmentation des savoirs, un manière ancienne et datée d’organiser les champs de recherches. Le maître mot est bel et bien transdisciplinarité : que les recherches se nouent, se dénouent, conversent.

Table ronde présidée par Valérie Spaëth : Jean-Louis Chiss (Paris 3), Francis Marcoin (Université d’Artois) et Gilles Siouffi (Paris IV)

Je ne ferai pas un compte-rendu des prises de paroles ou de l’intégralité de la discussion. Je souhaite par ce billet partager une thématique qui m’a particulièrement intéressée.

Il a été question des « nouvelles humanités » et de leur accès qui se trouve changé de fait.

La voie d’accès aux ressources documentaire a changé, et cela pour toutes les générations. Continuer la lecture de Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? »

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Compte rendu de la conférence de Florence Mourlhon-Dallies

Après avoir été maître de conférences à Paris 3, au département de Didactique du français langue étrangère, Florence Mourlhon-Dallies, est depuis 2012, enseignant chercheur en Science du langage à l’Université Paris Descartes. Elle est responsable du Master 1 et du Master 2 Didactique des langues à Paris V. Elle est également  membre du laboratoire (EDA) : Education, Discours, Apprentissages, à Paris V. Depuis 2014, elle fait parti intégrante du projet de Sorbonne Paris Cité « Sociétés plurielles » et coordonne principalement  les questions « d’interdisciplinarité en SHS ». Cette conférence a pour titre : « Le CV projectif commenté entre écrit normé et écriture pré-texte ». Je dois avouer que ce titre m’a vraiment interpelé, car, c’était la première fois que j’entendais ce terme, durant mon cursus de formation et même professionnel, j’ai pu rédiger de nombreux CV « standards », mais, je n’ai jamais eu la connaissance de ce type de CV.

Mourlhon souligne que, dans un CV « standard », « tout n’est pas intéressant », le CV projectif est quant à lui bien défini et normatif. Ce qui est important dans ce genre d’écrit, c’est la réflexivité que cela engendre chez les étudiants. Elle formule, d’ailleurs, son propos en disant qu’il s’agit « d’un écrit réflexif » permettant aux étudiants de réaliser leur projet professionnel. Ce dispositif a été mis en place à distance dans l’enseignement du français professionnel du M2 Didactique des langues, à Paris 3 et depuis deux ans, il a  été intégré en présentiel.

Il s’agit donc d’un outil qui permet de travailler en classe l’écriture différemment selon des normes bien établies. Pour ce faire, différentes taches sont proposées aux étudiants telles que (extraits de CV, rappel des normes du CV). Concernant l’évaluation de cet enseignement, les étudiants envoient leur CV projectif par courriel et reçoivent la réponse par mail avec un fichier audio. D’après, la conférencière, il s’agit « d’un dispositif multidirectionnel construit » qui a eu de bons résultats et qui s’est soldé pour la plus part des étudiants par une concrétisation de leur projet professionnel. La visée de cet enseignement représente selon elle, une double finalité, d’une part, celle du travail sur l’interculturalité et d’autre part, celle de la dimension psychoaffective, qui sont importantes, puisque chaque étudiant présente un parcours différent.

L’enseignement du CV projectif est donc très enrichissant, c’est une écriture productive, qui devrait être enseignée dès le secondaire pour permettre aux jeunes d’avoir des idées plus au moins précises sur leur orientation scolaire et même professionnelle et ainsi, appréhender plus facilement le marché du travail.

 Bibliographie

MOURLHON-DALLIES Florence. (2017), Colloque sur Le CV projectif commenté : entre écrit normé et écriture pré-texte, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3.

Continuer la lecture de Compte rendu de la conférence de Florence Mourlhon-Dallies

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Colloque de l’ASL : 2 décembre 2017 – Les sciences du langage et la question de l’interprétation

Colloque ASL 2017 programme + R ésumés des communications

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les études françaises dans la mondialisation : 4 et 5/12/2017 à la Sorbonne

 Les ETUDES FRANCAISES DANS LA MONDIALISATION

ET LE DEVENIR DES humanités

Sorbonne, Amphithéâtre Durkheim, 4 et 5 décembre 2017

Colloque organisé par le Pôle HALL « Humanités, Arts, Lettres et Langues » (USPC) en collaboration avec les centres de recherche DILTEC, EA 2288, Sorbonne nouvelle (« Didactique des langues, des textes et des cultures ») et THALIM, UMR 7172 CNRS-Sorbonne nouvelle (« Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité »)

  Continuer la lecture de Les études françaises dans la mondialisation : 4 et 5/12/2017 à la Sorbonne

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

20 octobre : journée Asdifle à Strasbourg (Le français à visée professionnelle)

Programme_Rencontre57_JE_20octobre_Strasbourg2017_asdifle_arefle_journee_etudes

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Quand je dois expliquer mes propos. Expérience d’intervenante dans un séminaire de l’AUF

Il y a quelques mois, la Direction régionale Caraïbe de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a lancé un appel à communications pour le Séminaire régional des départements universitaires de français AUF – Caraïbe. L’objectif de ce séminaire célébré les 20 et 21 mars à Saint Domingue, République Dominicaine était de renforcer les synergies entre les départements de français de la région.

Quatre activités ont marqué cette semaine d’échanges :

  1. Les animations pour la Journée internationale de la Francophonie (le 20 mars)
  2. Les communications scientifiques sur le thème « le français : une langue d’avenir dans les Amériques et la Caraïbe ? »
  3. Visioconférence du professeur Jean-Marc Mangiante sur le Français sur objectif spécifique (FOS) et le Français sur objectif universitaire (FOU)
  4. Le Forum sur l’enseignement du français dans les universités dominicaines.

Pour le séminaire, les organisateurs ont proposé cinq axes :
1. Pourquoi apprendre ou enseigner le français en 2016 dans les Amériques et la Caraïbe : les enjeux, les opportunités ?
2. •L’évolution des politiques publiques et éducatives : les choix, les raisons, les impacts.
3. •L’image du français entre mythes, réalités et distorsions ?
4. •Les « success stories » et les initiatives avortées de l’enseignement du français dans les Amériques et la Caraïbe.
5. •Le français en milieu universitaire :  comment en faire un atout pour l’enseignement, la recherche et l’emploi ?

Pour ma communication, j’ai retenu l’axe 5. Comme elle a été acceptée, j’ai dû me préparer pour un voyage Paris-Saint-Domingue. Après quelques mois en France, j’étais contente de retrouver la chaleur de ma zone caribéenne et mes anciens collègues de la région.

Après une longue attente de 10 heures à l’aéroport de Paris-Orly (vols retardés ou annulés à cause de l’attaque du 18 mars), j’ai pris le vol destination Saint-Domingue. À cause de ce retard, je suis arrivée deux heures avant la cérémonie d’ouverture. Même si j’étais fatiguée, je ne me suis pas endormie, surtout parce que c’était à moi de présenter la première communication : « Le français dans les universités cubaines : mobiliser et agir pour relever le défi ». J’ai évoqué les liens historico-culturels entre la France et Cuba ainsi que le rôle du français dans l’enseignement universitaire cubain. Dans ma présentation, j’ai proposé des actions concrètes à instaurer pour valoriser le français dans nos centres d’enseignement supérieur. Cela m’a permis d’échanger avec différents chercheurs, par exemple Patrick Chardenet et Patrick Riba.

Les communications et les discussions ont été riches et diverses : Enseigner le français aux enfants en contexte hispanophone. Analyse de pratiques et outils de formation, de la Docteure Laura Uribe, membre du DILTEC ; La francophonie haïtienne et l’expansion du français en Amérique et dans la Caraïbe, du Docteur Renauld Govain, doyen de la Faculté Linguistique Appliquée de l’Université d’État d’Haïti ; Francophonie des Amériques et (inter)américanité francophone : le rôle glottopolitique des Départements universitaires de français, de Patrick Chardenet, Maître de conférences en sciences du langage Laboratoire ELLIADD.

Ces espaces de partage contribuent à tisser des liens entre les départements universitaires de français de la Caraïbe et à dessiner des stratégies pour renforcer la place du français dans la région.

Écouter, répondre. Et après ?

« Entendre ne veut pas dire écouter, car l’ouïe est un sens mais l’écoute est un art. »

Anonyme

En rédigeant mon mémoire de M2, j’ai eu le temps de penser à la contribution apportée par chaque échange, chaque colloque, chaque journée d’étude. L’un de ces moments ayant marqué mes analyses a été la journée d’étude du 16 novembre 2016 : Expériences d’écoute. Pratiques et théories en didactiques des langues et des cultures.

Cette journée a été organisée par Nathalie Borgé, Serge Martin et les doctorantes Carla Campos et Charlotte Guennoc.  Vers la fin de la journée, ces deux jeunes doctorantes ont animé une table ronde sur la recherche menée par plusieurs étudiantes de M2. Au moment où nos recherches commençaient à se dessiner, entendre parler de genèse, relecture, écriture, analyse, écoute, dialogue, etc. m’a montré le long chemin du chercheur.

Plus tôt, dans la matinée, les activités proposées par Serge Martin, Muriel Molinié et Ivan Jimenez Garcia ont mis l’accent sur l’écoute. Les exercices en binôme avec les figures de l’accompagnant et l’accompagné et de l’écoutant et l’écouté ont contribué à ma préparation pour les entretiens. En particulier, les réflexions sur l’écoute du récit de vie et la posture hétéro-formative à visée scientifique ont attiré mon attention. Cette posture décrit comment on aborde l’autre, l’informateur pour recueillir des informations mais sans faire attention à ce que cela lui apporte.

Lors de la préparation de mes entretiens, j’ai consulté mes notes des différents colloques et cours et je suis tombée sur ces notes-ci. Les discussions de cette journée d’étude sur l’écoute se reproduisaient quelques mois après. Pour mes entretiens, il m’a fallu être attentive, écouter, prendre des notes, relancer le dialogue, reformuler les propos de mes informateurs et répondre à leurs commentaires. L’écoute a joué un rôle essentiel pour obtenir des informations sur mon terrain. Comme je n’ai pas pu aller à Cuba pour faire les entretiens, j’ai dû téléphoner à mes informateurs. Sans l’appui des gestes et des regards, j’ai dû me concentrer sur les inflexions de voix, les silences, les mots prononcés avec emphase… Et puis, transcrire tous ces dialogues m’a demandé d’étudier plusieurs codes de transcription et de les réadapter.

Or, l’écoute a été essentielle dans cette expérience, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser après à ‘cet agir sur les informateurs’. Comment restent-ils après avoir été sollicités pour nos entretiens ? S’intéresseront-ils a posteriori au sujet et à leur contribution à nos recherches ? Des questions nées des échanges lors d’une journée d’étude qui viennent nous habiter quelques mois après.

Rencontre virtuelle FLE : Préparer les adolescents au niveau B2 avec À plus 5

Pour toutes les personnes qui s’intéressent au public d’adolescents ou même à l’utilisation des manuels, l’Éditions Maison des Langues organisent une rencontre virtuelle le mercredi 21 juin sur l’utilisation du manuel À plus 5 afin de préparer les adolescents au niveau B2. N’oubliez pas que, comme l’a dit Besse, un manuel reste « un outil mis à la disposition de l’enseignant et des enseignés pour les aider, dans le contexte qui est le leur, à (faire) acquérir la langue étrangère. D’évidence, ce n’est pas le manuel qui enseigne, encore moins lui qui apprend. C’est-à-dire que son efficacité relative, comme pour tout outil, dépend autant de la manière dont on l’utilise que de ses qualités propres » (2001 : 15).

Ci-dessous les informations pratiques :

 

Date :

Mercredi 21 juin

Heure :

de 12h00 à 13h00 (heure de Paris)
Pour calculer le décalage horaire de votre ville avec Paris, cliquez ici

Intervenante :

Descriptif :

La collection À plus est désormais au complet ! Le dernier né, À plus 5, guide les adolescents vers le niveau B2 à travers des thèmes qui les touchent et les intéressent.
Nous reviendrons d’abord sur les points forts de la collection À plus qui, en plaçant la motivation des apprenants au cœur de l’apprentissage, parvient à les faire progresser de manière ludique et naturelle.
À plus 5 se consacre au niveau B2 ; ainsi, nous nous demanderons ce qui est attendu d’un adolescent visant à atteindre ce niveau. À plus 5 fournit aux apprenants tous les outils nécessaires pour valider l’examen du DELF B2.

Comment À plus 5 réussit-il à préparer des jeunes de 17 ans, non seulement à atteindre le niveau B2, mais aussi à s’exprimer avec assurance sur des sujets qui les captivent et leur tiennent à cœur ?
C’est la question à laquelle nous répondrons, à l’aide de l’analyse détaillée de la première unité didactique du manuel. Après avoir étudié la construction de l’unité (sa progression, sa cohérence), nous mettrons en valeur les éléments qui, au fil des leçons, motivent l’apprenant à participer.
Enfin, nous donnerons des conseils aux enseignants sur la manière d’utiliser au mieux les pages de jeu, de bilan, et de DNL, afin d’assurer des cours toujours vivants et ludiques.

Ne manquez pas ce rendez-vous en direct avec l’une des auteures de la collection, vous avez jusqu’au 20 juin pour vous inscrire !

BIBLIOGRAPHIE 

Besse H., (2001). Méthodes et pratiques des manuels de langue, Paris : Didier.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Compte-rendu de la conférence du 14 juin 2017

Théorie, hypothèse, modèle et méthode en linguistique: Perspectives sémasiologique et onomasiologique

Aujourd’hui, j’ai assisté à une conférence de DILTEC autour du FOU. La conférencière a fait ses études à l’université de Turku en Finlande et terminé sa thèse sur la recherche de l’utilisation des quatre termes scientifiques en linguistique : théorie, hypothèse, modèle et méthode dans les écrits scientifiques en français et en finnois. L’objectif de sa thèse est de discriminer « les différents types de construits scientifiques » des quatre termes à partir des observations effectuées sur un corpus de 120 d’articles scientifiques en linguistique, moitié en français, moitié en finnois.

La présentation de sa thèse s’organise en quatre parties : la présentation des questions de recherches ainsi que le corpus construit pour sa recherche. La présentation du cadre théorique. L’explication des résultats et la proposition de la piste à suivre dans le futur.

Les questions de recherches s’articulent autour de deux thèmes :

  1. La variation liée à l’utilisation des quatre termes scientifiques dans le même genre discursif en deux langues (français et finnois).
  2. Les convergences et les divergences au niveau du conceptualisation, les facteurs influant leur emploi.

Pour répondre à ces deux grandes questions, la conférencière a construit un corpus de 120 d’articles scientifiques en linguistique, 60 en français, 60 en finnois. Les variations de l’emploi des termes scientifiques se sont fait vérifier tout d’abord à l’aune de la perspective sémasiologique qui vise à analyser respectivement la sémantique de chacun des quatre termes, et puis à la perspective onomasiologique qui interroge le concept lié à la dénomination d’une certaine entité. La méthode est basée sur l’analyse des quatre termes avec leur contexte dans le corpus afin de décortiquer l’utilisation de chaque terme. Par exemple pour le terme théorie, il recense six valeurs sémantiques dans la perspective sémasiologique :

  1. Comme présentation systématique des phénomènes qui est relativement cohérente et bien établie : Théorie de la pertinence;
  2. Comme ensemble de connaissances liées aux certains domaines : la théorie de terminologie;
  3. Comme un moyen : la théorie permet d’expliquer quelques choses;
  4. Comme un but : l’auteur établit parfois sa propre théorie à partir des autres théories;
  5. Comme un fondement abstrait : XX est fondé sur la théorie de Y.
  6. Comme une explication à tester : en testant nos hypothèses théoriques…

À la fin de l’analyse sémantique contextuelle des quatre termes, l’auteur propose une comparaison entre des termes, ce qui démontre que les termes sont des synonymes partielles. Ce constat explique la situation complexe de leur utilisation.

Par la suite, des questionnaires concernant les convergences et les divergences de l’usage conceptuel des quatre termes ont été envoyés aux linguistes finnois. Les questions conçues sont plutôt comme la comparaison entre le terme théorie et le terme hypothèse pour éviter le copier-coller éventuel des définitions des termes. Les réponses obtenues ont été traitées en fonction de cinq facteurs : l’étendue, le degré de certitude et de stabilité, le niveau d’abstraction, la cohérence, la question de style et de convention. Par exemple, sous angle de l’étendue des termes, théorie > modèle > hypothèse.

Le seul facteur qui n’a pas été repéré est si le choix des termes est lié au style de l’auteur ou à la convention de l’écrit en deux langues. Il est probablement à cause de l’inconscience sur ce point chez des linguistes questionnés.

Cette conférence me parait bien utile, car dans mon mémoire, j’ai rencontré aussi le problème de bien fixer des noms scientifiques comme question, problème dans une catégorie précise des noms scientifiques. La présentation des quatre termes ainsi que leurs contextes me parait très claire, et m’aiderait peut-être dans le futur.

 

Référence :

La conférence DILTEC (2017) : Théorie, hypothèse, modèle et méthode en linguistique: Perspectives sémasiologique et onomasiologique

 

Luodonpää-Manni, M. (2016). ‘Théorie’, ‘hypothèse’, ‘modèle’ et ‘méthode’ dans le domaine de la linguistique: perspectives sémasiologique et onomasiologique. Consulté à l’adresse http://www.doria.fi/handle/10024/123718

 

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

“Les imaginaires de la traduction”

1ère journée : vendredi 3 mars 2017/9h-18h

Salle Claude Simon, Sorbonne Nouvelle, Maison de la recherche. 4 rue des irlandais 75005 Paris

J’ai eu l’occasion d’assister à cette journée d’étude qui était organisée par Christina Bezari (Ghent University), Riccardo Raimondo (Université Sorbonne Paris-Cite) et Thomas Vuong (Universite Paris 13-SPC/Pleiade)

9h : Accueil des participants et petit-déjeuner au buffet

9h15 : Introduction de Pierre Civil (Sorbonne Nouvelle)

9h30 : Riccardo RAIMONDO – Prélude : traduction, herméneutique et imaginaire

10h00 Panel « POÉSIE ET IMAGINAIRE », présenté par Carole Birkan-Berz (Sorbonne-Nouvelle)

Miriam ROSSI (Tallinn University) – Imagined Translations in the Soviet Eighties, Samizdat and Poetry Translation

L’article ici nous suggère une exploration de la traduction poétique à Leningrad, durant le régime soviétique, en étudiant plus particulièrement la période des années 1980. Cet article interroge, développe et analyse en outre différents points :

  • Quelles fonctions remplissent, implicitement ou non, les poètes traducteurs ?
  • Qu’est-ce qui se joue quant à la représentation de l’Autre, durant l’acte de traduction ?

A noter également que cet article nous invite à étudier ce phénomène au travers du développement du système clandestin de circulation d’écrits dissidents, réseau informel, le Samizdat.

Selon Rossi, la traduction aide à transmettre les idées des autres. De plus, la traduction peut être considéré comme une résistance contre la censure. C’est un moyen d’expression. Au fur et à mesure où nous avançons dans cette investigation, il nous est proposé une étude sur la célèbre poète-traductrice, Olga Sedakova, emblème d’activisme dans le champ de la poésie et de la traduction. Olga était forcée à aller dans un hôpital psychiatre à cause de ses pensées par rapport à la traduction. La censure a forcé plusieurs écrivains à ne pas exister. Mais la traduction est devenue un refuge pour les écrivains russes.

Thomas VUONG (Univ. Paris 13-SPC/ Pléiade) – Traduire selon Bonnefoy : trahir au nom de l’imaginaire poétique ?

Figure emblématique du second XXème siècle, le français Yves Bonnefoy (1923-2016) s’est dessinée une renommée autant pour ses essais critiques sur la littérature ou l’art, que pour la poésie. . Les travaux historiques et critiques commencèrent à partir de 1954, avec une monographie consacrée aux Peintures murales de la France gothique. Ils se développèrent beaucoup par la suite et portent principalement sur l’histoire de la peinture, la relation des arts à la poésie, l’histoire de la poésie et son interprétation, la philosophie de l’œuvre et de l’acte poétiques. Ils vont de pair avec une activité de traducteur de Shakespeare (une quinzaine d’ouvrages), de William Butler Yeats (Quarante-cinq poèmes de Yeats, 1989), de Pétrarque et de Leopardi, ainsi que du poète grec Georges Séféris à qui l’a lié une longue amitié ; il a conduit une réflexion sur l’acte du traducteur, réflexion engagée dans les préfaces qu’il a données à ses traductions de Shakespeare (Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, 1998 ; La Communauté des traducteurs, 2000.) Pour ces traductions, la question première est de se rapprocher de la personne de l’auteur. Bonnefoy parle à leur sujet d’empathie, d’admiration, d’affection, d’amour même. À partir de cette intimité avec l’auteur, le traducteur peut recréer, de par son propre mouvement, le texte de l’auteur en toute fidélité.

Cette communication interrogera donc les modalités selon lesquelles Bonnefoy pratique, commente et théorise la traduction poétique comme une trahison du poème traduit, au nom de la poésie. Il définira la poésie comme étant une « articulation entre une existence et une parole ». Toute œuvre poétique est le fruit d’une existence. Il y a continuité entre l’être du poète, de la poétesse, et sa poésie. La parole se distingue du langage, qui est un système ; elle est une présence, par laquelle se manifeste cette existence. La parole a un caractère vivant, car elle est indissociable de l’être qui la prononce

Amina AZOUZ (Paris-Sorbonne) – Adonis : l’impossible traduction de l’imaginaire

Pour quelles raisons les poètes traduisent-ils les poètes ? La particularité de l’œuvre du poète syrien Adonis relève de son grand nombre de traductions de poètes français vers l’arabe, mais aussi de sa qualité d’acteur dans le processus de traduction de ses propres œuvres vers le français. Adonis est un des auteurs arabes le plus traduit. Adonis écrit pour un lectorat francophone. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands poètes arabes vivants, notamment suite à la disparition de Mahmoud Darwich. Il est un autodidacte influent, voire iconoclaste, quant à la réévaluation critique de la tradition poétique arabe vis-à-vis des pressions intellectuelles, politiques et religieuses du monde arabe actuel, l’exemple le plus frappant étant La Prière et l’Épée. Son œuvre révèle plusieurs thèmes : injustice, dictature, guerre, misère… Il se saisit des évènements contemporains pour en faire des mythes, sans pourtant devenir un « poète engagé ».

Christina BEZARI (Univ. de Gand) – « Traduire par amour authentique du beau » : la quête de la traduction dans les Fragments de Novalis.

Cette communication nous invitera à porter attention sur la vision romantique de la traduction telle qu’elle a été articulée dans les Fragments de Novalis. Bezari a procédé à une analyse des passages visant l’acte de traduire en se focalisant sur la triple dimension grammaticale, transformante et mythique de la traduction littéraire. Selon Bezari, la traduction n’imite pas le poète, il imite l’imagination du poète.

11h30-12h00 : Pause-Café

12h00-12h30 : Guillaume METAYER (CNRS) – Les imaginaires du traducteur de la poésie de Nietzsche

La poésie est considérée comme la partie ratée de Nietzsche. Selon les gens il était ni poète ni philosophe. Bachelard était le premier à écrire un article sur la poésie de Nietzsche. Il trouve un élément d’imaginaire dans sa poésie. Les poèmes de Nietzche constituent un corpus contrasté et assez peu travaillé.

12h30-13h30 : Déjeuner – buffet

13h30h-14h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 1 » présenté par Christina Bezari (Univ. de Gand)

Lilia ANDROSENKO (Université de Franche-Comté) – Dostoïevski traducteur de Balzac

À travers la traduction russe d’Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac par le jeune Fiodor Dostoïevski, l’étude ici porte à s’interroger sur l’impact et les conséquences qui ont pu découler de ce premier travail pour le futur romancier : en quoi et comment cette traduction peut être perçue telle une création artistique, en mesure de démarrer une carrière littéraire du traducteur ? Voire d’être à l’origine du succès ultérieur de ses propres écrits ?

Mirella BOTARO (Univ. de Poitiers) – Les référents culturels et la traduction créative (Monénembo et Mabanckou)

Cette intervention était fondée sur les enjeux interculturels de la traduction des romans Pelourinho (1995) du Guinéen Tierno Monénembo, et Verre Cassé (2005) du Congolais Alain Mabanckou au Brésil. M. BOTARO nous présente une analyse comparée de ces deux romans sous le prisme de la traduction, afin de nous amener à une réflexion sur les circulations littéraires sur l’axe sud-sud.

14h30-15h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 2 », présenté par James Archibald (McGill University)

Ngadi MAÏSSA LAUDE (Univ. de Lorraine) – Cartographier l’imaginaire d’un auteur (Olivier Rolin)

Laude propose de spécifier la cartographie des traductions (14 traductions) des œuvres d’Olivier Rolin. Elle met que les choix des traducteurs sont influencés par les sujets des romans et contribuent à ratifier la position revendiquée par l’auteur.

Marianna BRAUX (Adelaide University) – La liberté du traducteur face au roman hétérolingue

Cet exposé suggère la traduction dans sa dimension pragmatique visant à ramener, au style (indirect) libre, un discours antérieur à un tiers qui n’y a pas accès directement. Il s’agira alors, dans un panorama énonciatif et à partir de l’exemple de trois traductions du roman hétérolingue Pas pleurer de Lydie Salvayre, de s’interroger sur la dynamique dialogique de la traduction, ceci dans l’objectif de ressortir et valoriser sa fonction testimoniale.

15h30-16h00 : Pause-Café

16h00-17h00 : Panel « TRADUIRE LES TEXTES FONDATEURS » présenté par Antonio Sotgiu (Sorbonne-Nouvelle)

Marianne REBOUL (Paris-Sorbonne) – Raconter l’aventure en traduction, le mytho d’Ulysse dans les traductions françaises de l’Odyssée

Ulysse est, dans l´Iliade et l’Odyssée, un partisan du mytho et de la peitho : il convainc rois et guerriers, est reconnu pour sa ruse, voire comme un fieffé menteur. Grâce à cette présentation, on est en mesure d’analyser entre elles l’ensemble des traductions produites en France entre 1541 et 2008, et de disséquer comment le mythe d’Ulysse est perçu à travers les traductions.

Manel BOUAITA (Paris-Sorbonne) – Imaginaires et ambiguïtés traductologiques (sur le Coran)

C’est un texte (le Coran) intraduisible. Déjà, les grands poèmes sont intraduisibles.” Cette citation de Jacques Berque, sociologue et anthropologue orientaliste français, souligne la difficulté constante à traduire le Coran. Cette résistance se manifeste parce que ce sont d’abord non seulement les paroles de Dieu, autrement dit, des paroles sacrées mais aussi des paroles en langue arabe classique, une langue estimée très contraignante à apprendre et de surcroît à retransmettre. Donc le texte religieux peut avoir plusieurs interprétations. En conséquence comment un traducteur peut le traduire sans introduire ses propres imaginaires ? A noter que les versets ne sont pas ambigus, mais c’est la traduction qui est influencé par l’imaginaire des traducteurs. Dans la traduction de Zainab Abdul Aziz, on note une pensée féministe, une ouverture d’esprit, une imaginaire idéologique. Patiente et plus respectueux de la femme.

En gros, c’était une journée d’étude très intéressante. Le niveau d’intérêt a atteint le maximum pendant la dernière communication.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook