Archives de catégorie : journées et colloques

Journée d’études : linguistique coréenne 18 mai 2017 (INALCO)

Pour ceux et celles d’entre vous qui seraient intéressé(s), le jeudi 18 mai se tiendra à l’INALCO, dans l’auditorium, une journée d’études sur la linguistique coréenne. Je vous invite vivement à y participer (sans inscription) si votre sujet porte sur la linguistique asiatique (des liens peuvent se faire entre quelques langues asiatiques ou bien des comparaisons) ou si vous êtes tout simplement curieux(ses). Je vous joins le programme ci-dessous.

 

Bon courage à vous tous et à vous toutes.

 

Programme_JE_Ling_Cor 20170518

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Grande fête du livre

Cette année, le Salon du Livre de Paris a eu lieu du 24 au 27 mars. C’est en fait ma troisième fois à assister à ce type d’activité du livre, en 2015, j’ai eu l’occasion de participer à Printemps du Livre de Grenoble, et à Les Mots du Monde à Nantes en 2016. Comme j’ai vu le programme sur internet au préalable, j’ai décidé d’y venir le 25 mars en écoutant des conférences qui m’intéressent. Effectivement, cette journée m’a impressionnée et m’a donné beaucoup d’inspirations sur le livre, la littérature et la lecture qui lient aussi avec mon sujet de mémoire.

 Quand je suis entrée dans la grande salle, un slogan a sauté soudain dans mes yeux « lire lire lire lire » et autour de moi, tout le monde ont soit baisé la tête et lu les livres, soit écouté consciencieusement des conférences, cela me fait penser pourquoi si beaucoup de gens sont venu dans ce salon du livre ? Ce n’est certainement pas la magie de ce slogan, mais quelle « magie » laisse les gens être attirés par le livre ? C’est vraiment une obsession pour moi pendant mes recherches du mémoire, je réfléchis beaucoup ce que c’est exactement le plaisir de lecture.

Le salon du Livre a été organisé dans une grande salle de gym, il y a eu de nombreuses espaces exposants, maisons d’édition du monde entier, conférences et  visiteurs. J’ai pu feuilleter des livres que je n’ai jamais vus, parler avec des éditeurs sur des livres qui m’ont semblé étrangers et intéressants, mais aussi j’ai vu des exposants familiers, comme celui de la maison d’édition chinoise et celui du bouddhisme. J’ai pu sentir un choc culturel et une fusion de la littérature du monde entier.

Cette grande occasion littéraire a aussi invité beaucoup d’auteurs français et étrangers : des interviews, des conférences et des rencontres se sont passés en même temps dans tous les coins de cette grande salle, en étant diffusés en directe par le radio et par le télévision. Les sujets dont les lecteurs et les auteurs ont parlé m’ont trouvé très riches, argumentatifs et réflexifs, comme j’ai écouté des conférences s’intitulées comme « Imagine : Les jeunes adultes prennent le pouvoir », « Héroïnes ! », « Écrire le quotidien », « Le poids des mots », « une certaine idée du bonheur ». Je pense que certains d’entre eux peuvent être introduits dans les cours de FLE, pour que les apprenants du FLE puissent bien parler de la littérature, au lieu de seulement rester à la lecture.

 Par ailleurs, il y a aussi de nombreux événements sur le livre qui m’ont donné des inspirations par rapport aux activités proposés dans les cours du FLE, par exemple : Maroc, comme un pays qui partage avec la France des écrivains, une population importante, une langue et un pan de l’Histoire a été invité du Salon en tant que premier pays arabe et africain, l’exposant qui s’est intitulé « un Maroc à livre ouvert » a eu de nombreux blocs contenant des pages différentes, tous les visiteurs ont pu choisir des pages préférées, et puis les détacher, les compiler et les relier, finalement, nous pouvons obtenir un exemplaire particulier et individuel de « Maroc à Livre Ouvert ». Cette forme peut aussi introdure dans la classe du FLE, l’apprenant peut choisir des pages préférés parmi de nombreux extraits littéraires, et puis il les relie comme son propre recueil d’ouvrage littéraire, finalement il peut le lire de manière individuelle, et communiquer avec ses camarades.

Cet événement a laissé le mot « livre » devenir plus divers, plus mouvant et plus impressionnant, tous les gens qui aiment le livre, qui travaillent autour du livre ont eu une opportunité de se rencontrer. En fait, ce type d’activité manque beaucoup en Chine, et d’après une enquête officielle sur la lecture faite en 2017 en Chine, nous pouvons apercevoir que plus de 70% chinois espèrent que le gouvernement chinois pourra organiser beaucoup plus des activités sur la lecture. Je pense donc, que le mot comme « livre » « littérature » « lecture » ne sont jamais une activité individuelle, il y a l’auteur, l’éditeur, le lecteur, le commentateur, le traducteur etc. et peut-être « le plaisir » s’inscrit là-dedans.

 

Bibliographie:

L’enquête officielle sur la situation de la lecture en Chine en 2016, http://book.sina.com.cn/news/whxw/2017-04-18/doc-ifyeimqy2574493.shtml, consulté le 1 mai 2017.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

2 et 3 mai : deux journées de formation autour de la recherche sur le langage de l’enfant

Vous pouvez assister à l’ensemble des deux journées mais vous pouvez aussi ne venir qu’à une partie des conférence ou atelier.

Pour des raisons d’organisation, nous vous demandons de vous inscrire sur le lien suivant, même en cas de participation partielle :https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSc6hJSOQTdKArNraYHGMf_-XXdOVSeBHyXGD5k_Qo5vPR97Vg/viewform?usp=sf_link   Dans le formulaire, vous aurez la possibilité de dire ce à quoi vous voulez participer (la conférence et, si vous le souhaitez, l’un ou l’autre des ateliers qui suivront).

Doctorales – Ecole de Printemps – PEtALE 2 – Université Sorbonne Nouvelle

PROGRAMME

Mardi 2 mai 2017

Maison de la recherche – 4 rue des Irlandais 75005– Salle Athéna

 8h45 -9h30   Café

9h30             Ouverture

10h-10h45       Conférence – Luci Nussbaum (Universitat  autonoma de Barcelona)  De la collaboration avec les acteurs du terrain à la recherche collaborative

10h45 -11h30  Préparation de la  discussion de la conférence en sous-groupes (salle Athéna, salles des EA)

11h30 -12h30  Discussion de la conférence de Luci Nussbaum (salle Athéna)

12h30 -14h      Déjeuner

14h -16h30      Présentation des doctorants et masterants et retour sur ces présentations (avec éventuellement 2 ateliers en parallèle-à voir en fonction du nombre de doctorants/masterants)

Attention !

LA JOURNEE N’EST PAS TERMINEE !

Mardi 2 mai 2017

DFLE 48 rue St. Jacques 75005 3ème étage Salles M et V

16h45 -17h15  Pause café

17h15 -18h      Conférence Stefano Rezzonico et Lauren Fromont (Ecole d’orthophonie et d’audiologie, Université de Montréal)

Introduction aux modèles mixtes logistiques et linéaires

18h15 -19h      Débriefing sur la conférence – préparation de questions éventuelles pour l’atelier du lendemain, préparation matérielle pour les ateliers

19h -20h          Discussion de la conférence avec Stefano Rezzonico

20h               Pot dînatoire au DFLE

Mercredi 3 mai

Maison de la recherche

 Salle Athéna

9h-9h45           Conférence Danielle Matthews (University of Sheffield ) How children learn to talk: From naturalistic evidence, to randomised controlled trials and corpus-based experiments.

9h45-10h         Pause Café

10h – 12h30    Atelier méthodologique, travail de groupe et mise en commun avec Danielle Matthews

12h30 – 14h    Déjeuner

14h – 16h30    Atelier méthodologique, travail de groupe et mise en commun sur les modèles mixtes animés par Stefano Rezzonico et Laurent Fromont

16h30-16h45   Pause

16h45-17h15   Bilan de PEtALE 2

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

ayni : vers une appropriation des langues à partir de l’aide mutualisée

 

Lors du colloque ALCTES du 23 et 24 mars 2017, deux jeunes hommes, Kévin Allec et Jordan Jeandon, ont présenté un projet de tandem qu’ils ont mis en place et sur lequel ils travaillent toujours afin d’en améliorer la performance. Ce projet se nomme : « ayni », un terme quechua signifiant l’entraide réalisée par des membres d’une communauté.

Il s’agit d’une plateforme collaborative entre particuliers qui veut permettre à toute personne, ayant un accès à une webcam et à internet, de pouvoir vivre l’expérience du tandem (voir dernier billet pour définition). Cette plateforme, gratuite, est un site internet  mais sera aussi une application pour Smartphone dont la version beta sortira le15 mai 2017. ayni repose sur l’entraide entre particuliers, permettant aux personnes souhaitant s’améliorer à l’oral de pratiquer la langue cible. Cette utilisation numérique du tandem le rend plus accessible à tous.

L’objectif des auteurs du projet est de faciliter l’accès au tandem en permettant la rencontre virtuelle de participants. Cette plateforme prend la forme de rendez-vous proposés par des personnes qui en précisent la langue travaillée, la durée approximative de la session mais aussi les sujets qui seront abordés. Les participants ont alors accès aux rendez-vous, dont la participation doit être acceptée par la personne à l’origine du rendez-vous mais n’ont pas accès directement aux profils. Pour les fondateurs d’ayni, il s’agit de créer un espace d’échange basé sur la confiance. Le site gère les fuseaux horaires, en adaptant l’heure proposée à la position géographique de la personne souhaitant participer, afin d’éviter des complications d’utilisation. Les rendez-vous peuvent prendre deux formes : celle d’échanges de langue, où une personne est native et l’autre non-native, mais aussi le travail mutuel, où les participants souhaitent pratiquer la même langue cible, étant non-natifs. Un niveau approximatif est donné aux participants lorsqu’ils s’inscrivent et complètent un questionnaire d’auto-évaluation.

Le site propose aussi aux participants de gagner des cadeaux, afin de les motiver à effectuer de nouveaux rendez-vous. Plus le participant effectue des rendez-vous et passe du temps en tandem, plus il gagne de points qui peuvent ensuite donner accès à des offres partenaires sous forme de réductions, de bons, etc.

ayni peut être perçu comme une manière de sortir des limites du cours en favorisant la communication orale dans la langue cible mais aussi en donnant accès aux participants à des situations de communication authentiques.

Pour plus d’informations :

https://ayni.in/

 

Mots clés : ludique, efficace, motivant, travail entre pairs, numérique.

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

 

 

Date : Jeudi 11 mai 2017,     8h :30 – 18h

Lieu : Inalco, salle 3.15

Adresse : 65 rue des Grands Moulins, 75 013 Paris

 

L’équipe de recherche PLIDAM de l’Inalco organise une journée d’étude autour de la notion de l’hétérogénéité. Un sujet incontournable et nécessaire à aborder à l’heure actuelle vu que l’hétérogénéité dans la classe n’est plus exception. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle  touche tous les acteurs dans le processus de l’enseignement-apprentissage. Ainsi, l’enseignant doit prendre en compte et valoriser le bilinguisme/le plurilinguisme de ces apprenants. D’autre part, l’apprenant, lui aussi, a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. Une telle classe se montre complexe à gérer. Elle nécessite une préparation particulière de la part de l’enseignant.

Dans cette optique, cette journée d’étude s’avère enrichissant à proposer des pratiques, des stratégies, des pistes, des outils et à partager des expériences à ce propos. De ce fait, je vous invite à y assister nombreux !

 

Plus d’informations relatives au programme :

http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/prg_je_11_mai_0.pdf

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Compte-rendu colloque: l’interaction et l’ajustement du sens

Muriel Molinié, l’organisatrice du colloque sur l’interaction et l’ajustement du sens est professeur des universités en sciences du langage et didactique des langues et des cultures à Paris 3 Sorbonne –Nouvelle. Elle est aussi membre du membre du DILTEC  et responsable de l’axe  DILFOP (Didactique des langues, Formation, Plurilinguisme). Comme elle est l’auteur des livres de nombreuses publications telles que Recherches Biographiques en Contexte Plurilingue, Autobiographie et réflexivité, Le dessin réflexif : Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue , les recherches de Molinié sont centrées principalement autour du thème de la référence à l’identité et au vécu personnel qu’il est possible d’exploiter en didactique des langues et des cultures. Pour Molinié, le sujet  de l’apprenant peut s’appuyer sur sa biographie langagière pour développer des connaissances en langue étrangère. L’année dernière, au deuxième semestre, j’ai eu l’occasion de suivre le cours de Molinié, et c’est à ce moment -là que j’ai découvert son approche particulière de l’apprentissage.

Avant de faire le compte rendu du colloque organisé par Molinié, je tiens à présenter les notions clés qu’elle aborde dans son atelier et qui sont à mon avis d’une importance capitale.

Le journal de bord: c’est un instrument très privilégiée  dans une démarche d’écriture réflexive. Il constitue un support d’autoformation qui a une portée « rétroactive et proactive » (Deum, 2004, p. 8). C’est aussi un outil d’autoévaluation et de développement des pensées individuelles et autonomes. Le journal de bord est un support qu’un étudiant ou un chercheur peut construire sous deux formats différents. Il peut être informatique ou écrit. Il comporte les traces écrites dont le contenu concerne généralement la narration des événements et leur contextualisation. Cette narration nous permet de connaître des indices internes propres au scripteur c’est-à-dire (idées, émotions, pensées, décisions) ainsi que des indices externes (faits, extraits de textes, descriptions d’une situation ou d’un lieu)

La Réflexivité : Ce thème de recherche est apparu pour la première fois dans les milieux anglo-saxons. Les chercheurs francophones commencent récemment à l’intégrer dans leurs travaux. Pour un enseignant de langue, la réflexivité peut avoir lieu dans deux contextes différents. D’un côté, la réflexion dans l’action et de l’autre côté, la réflexion sur l’action (Schön 1987).

L’entretien biographique : Il s’agit d’une technique de recueil de données qui accorde une grande place à la biographie d’un sujet. Cet entretien prend en compte les éléments vécus par les étudiants et qui peuvent avoir une influence sur leurs parcours d’apprentissage.

Parmi les notions développées, celle qui a retenu mon attention est la Journal de bord. L’année dernière dans le cadre du cours de Molinié, j’ai rédigé un journal de bord qui résume résumant mon parcours d’apprentissage de la langue française ainsi que tout ce que j’ai appris du cours de Molinié. je vais le rajouter en tant que pièce jointe à ce compte –rendu afin que mes camarades puissent avoir une idée de l’élaboration d’un journal de bord.

Lire le journal de bord d’un camarade est très instructif. Il nous informe sur des réalités socio-culturelles qui nous sont inconnues jusqu’à présent. Lorsque j’ai lu le journal de bord de Laura Diaz, une de mes camarades d’atelier, j’ai été  stupéfaite par la façon qu’elle a de relater les événements et par le nombre de livres qu’elle a lu dans sa vie. Et encore plus par sa trajectoire de comédienne. Je pense que si elle avait continué dans cette voie, elle serait aujourd’hui une grande comédienne tant par sa façon de narrer son amour pour   ce grand art que pour son métier d’actrice.

S’agissant des interventions qui ont eu lieu dans ce colloque, la première s’est faite avec Delphine Leroy, chercheuse au laboratoire EXPERICE, un Centre de recherche inter-universitaire. Elle a abordé le thème de l’Expérience, Ressources Culturelles, Education, Histoires de vie et des sujets relatifs à  l’immigration. Par le biais de ce thème Leroy a expliqué qu’elle a mis en place un dispositif permettant aux personnes issues de l’immigration de s’exprimer sur des sujets qui n’ont pas eu l’occasion d’émerger jusqu’ici.

Avec ses étudiants, cette chercheuse effectue une recherche ethnographique, ils vont à la rencontre des personnes migrantes et effectuent des entretiens biographiques. Ils essaient de tirer le maximum d’informations sur la trajectoire linguistique et sociale de ces personnes.  Par la suite,  ils contextualisent ces faits afin de pouvoir les analyser et y trouver des solutions. D’après Leroy, les résultats positifs de cette recherche biographique sont la patrimonialisation d’un parcours de vie, lequel peut informer sur plusieurs éléments concernant la personne . Par ailleurs, se rapprocher des migrants pour comprendre leur histoire de vie aide les étudiants à se débarrasser des clichés et des stéréotypes qu’ils ont développés sur ces personnes. Leroy ajoute que l’intérêt de l’entretien biographique réside dans la recherche de ses propres rapports envers l’autre.

L’entretien biographique peut aussi être considéré comme  un échange entre l’individu et lui-même. Il s’agit  d’un travail qui lui permettra de se découvrir, de connaître des ressources linguistiques qui sont en lui   et, où il pourra faire jaillir de nombreuses connaissances . Selon Leroy, l’entretien biographique est une interaction sociale de soi à soi au moyen d’une vie ou à l’intermédiaire d’une vie.

Par ailleurs,  il a été difficile d’introduire ce projet d’apprentissage basé sur la biographie langagière dans les écoles. Les directeurs n’ont pas vu en lui un projet ou un procédé capable de promouvoir la maîtrise de la langue étrangère chez l’apprenant. Mais Leroy a précisé  que c’est lors d’une fête organisée par l’école de la Seine Saint -Denis qu’elle a eu l’occasion d’en parler pour la première fois. Puis, elle a leur expliqué en tant que  membre de l’éducation nationale que son but était d’amener les étudiants à construire des connaissances en FLE grâce à leurs expériences personnelles. Le directeur a accepté de travailler avec elle sur ce sujet en cherchant une façon de l’intégrer dans les programmes scolaires. Leroy tient à préciser que par la suite des liens se sont formés avec cette école.

Par rapport à la façon dont les étudiants sont formés à prendre en charge l’entretien biographique, il est nécessaire de rappeler qu’ils se sont familiarisés avec  des outils leur permettant de poser un regard objectif sur l’histoire racontée, à apprendre d’elle et surtout à lier l’histoire à l’historicité ,c’est-à-dire aux événements qui ont eu lieu à ce moment-là.

Il faut dire que la collecte des données de l’entretien biographique se réalise sur le terrain, Leroy et ses étudiants se sont déplacés vers les endroits où vivent des personnes migrantes. Ceci afin de rendre visible la parole des personnes oubliées par les autres, et aussi pour valoriser leur langue.

Par contre, d’après Leroy, avant de se lancer dans la recherche ou l’élaboration de son questionnaire, la condition principale est  de maîtriser son objet de recherche.

Exemple :

  • Qu’est-ce que cette recherche va me permettre de savoir ?
  • Est-ce qu’elle répond à sa problématique de départ ?

Leroy conseille de tenir un journal de terrain. Dans ce journal, les étudiants devront noter tout ce qui leur apparaît important à exploiter, c’est-à-dire la rencontre avec l’autre, ce que cette rencontre a provoqué chez les migrants, et ce qu’ils ont conclu de cette histoire après l’avoir retracée.

Dans ses séminaires Muriel Molinié donne la parole à ses doctorants.  Nous avons pu écouter Magalie et Brahim, qui nous ont fait part de leurs recherches, des recherches qu’ils ont menées en utilisant les entretiens biographiques comme moyen de collecte de données.  Brahim travaille sur l’histoire de vie des femmes maghrébines en France. A travers l’entretien biographique, ce doctorant a redonné la parole aux femmes afin qu’elles puissent s’exprimer sur leur condition de femmes soumises et privées de parole en Algérie. Grâce à l’entretien biographique, Brahim a pu collecter du matériel a analysé afin de comprendre pour quelle raison  les femmes en Algérie subissent un tel sort. Quant à Magalie, elle, travaille sur les échanges interculturels dans la mobilité des étudiants Erasmus. Ainsi, elle interroge des étudiants issus des pays européens afin de savoir comment ils vivent leur séjour d’étude en France. La recherche de Magalie croise deux disciplines, la sociolinguistique et la didactique. En effet, elle fait appel à la sociolinguistique pour décrire les faits et les placer dans un contexte, et d’un autre côté elle se sert de la didactique pour proposer des solutions aux problèmes posés. Magalie et Brahim ont tous les deux élaboré un protocole d’enquête comprenant trois étapes principales : le recrutement, les conditions de passation, et la consigne de départ. Et avant d’entamer leur travail de recherche, ils déterminent ce qui peut déclencher la situation de recherche souhaitée  et comment il est possible de confirmer ou d’infirmer les hypothèses de départ. Les participants aux enquêtes ont la liberté d’utiliser la langue qu’ils souhaitent durant les entretiens. La seule condition que les doctorants ont imposé à leurs informateurs est de converser dans un idiome qu’il est leur est compréhensible.

La dernière intervention de la journée est celle de Molinié. Cette enseignante  a précisé que l’entretien biographique constitue un véritable  outil de recherche. Il permet de voir l’écart entre la recherche et la réflexion posée en mettant en avant son aspect pratique.

L’entretien biographique est un outil de travail des deux postures de l’enseignant chercheur, sa posture personnelle et sa posture professionnelle. Selon Mme Molinié, ce type d’entretien ouvre un espace de transformation, de formation et de transition pour les sujets. Lors de l’échange entre les deux pôles de l’interaction, il est possible d’y observer une inter-transformation des sujets. Dans ce cas, les enquêteurs et les enquêtés subissent tous (les) deux le processus de transformation.

L’entretien biographique est caractérisé par son aspect pluridisciplinaire. Il est ainsi nécessaire de faire appel à différentes disciplines et sciences pour pouvoir l’analyser. Une seule science ne suffirait pas.

Journal de bord

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

L’Instinct du langage

Compte-rendu de la conférence L’acquisition du langage chez le bébé

Dans le cadre de la Semaine du cerveau, organisée par la Société des Neurosciences, j’ai pu assister, le 13 mars 2017, à la conférence L’acquisition du langage chez le bébé qui s’est déroulée au sein de l’École Normale Supérieure. Lors de cette conférence Sharon Peperkamp, Directrice de recherche CNRS, chercheuse au sein du Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique à l’ENS, nous a expliqué les caractéristiques principales de l’acquisition du langage chez le bébé. J’ai décidé de refléter cette conférence dans mon compte rendu car je m’intéresse beaucoup aux recherches cognitives dans le domaine de l’acquisition et de l’apprentissage des langues.

En effet, le bébé a un développement cognitif extrêmement rapide : son développement du langage – entre le babillage à quatre mois et la formation des phrases complètes à quatre ans – est impressionnant. Sharon Peperkamp a expliqué que pour développer le langage le bébé a besoin de deux « ingrédients ». Le premier « ingrédient » est l’écoute : si le bébé n’entend pas une langue dans son environnement il ne développera un langage. Pour le dire plus clairement, le bébé apprend la ou les langue(s) qu’il entend. Le deuxième « ingrédient », nécessaire pour développer le langage, est le mécanisme d’acquisition spécialisé qui est déterminé par notre patrimoine génétique. La chercheuse a expliqué qu’au siècle précédent on a voulu tester si les animaux, notamment, les chimpanzés, pourraient développer du langage. Ainsi, entre les années 1930 et 1960 les bébés chimpanzés ont été adoptés par des familles afin d’apprendre la langue. A la fin de l’étude, on a constaté que ces chimpanzés ont pu se brosser les dents et faire la vaisselle mais n’arrivaient toujours pas à parler. Par conséquent, les chercheurs, en pensant que l’appareil phonatoire d’un chimpanzé n’est pas le même que chez un humain, ont essayé de leur apprendre la langue de signes. Mais, hélas, c’était encore un échec, parce que même si les chimpanzés apprenaient entre 150 et 400 signes, ils ne formaient pas de phrases. Sharon Peperkamp a précisé que ce programme de recherches existe de nos jours mais il étudie plutôt les précurseurs du langage et les capacités cognitives chez les animaux.

Sharon Peperkamp a insisté également sur le fait que l’acquisition du langage n’est pas corrélée avec l’intelligence. En effet, on peut avoir un déficit du langage, être dyslexique ou dysphasique, et avoir un quotient intellectuel normal. Il y a également des individus qui ont un retard mental et un développement du langage normal. Sharon Peperkamp a donné pour exemple un garçon américain de 15 ans qui a un quotient intellectuel bas. En analysant sa description orale d’un éléphant, on constate que son langage est plutôt bien développé. Néanmoins, son dessin, qui est censé représenter cet éléphant, est un gribouillage confus.

Sharon Peperkamp a précisé que le développement du langage chez le bébé est extrêmement rapide. Elle a expliqué que jusqu’à 8 mois il n’y a aucun mot produit par le bébé. Á 3 mois, les bébés produisent des sons vocaliques, à 4 mois ils reconnaissent leur propre prénom. Á 6 mois les bébés commencent à se focaliser sur les sons de leur langue maternelle, c’est-à-dire qu’ils auront du mal à percevoir les contrastes entre des voyelles qui ne sont pas utilisées dans leur langue. Á 7 mois les bébés comprennent déjà quelques mots et commencent à produire des sons de la parole : ils commencent à babiller. Á 11 mois, ils auront des problèmes avec la perception des consonnes qui ne sont pas présentes dans leur langue maternelle et ils commencent à babiller en reprenant l’intonation et le rythme de sa langue maternelle. Á 12 mois, en moyenne, les bébés commencent à produire leurs premiers mots. Á 18 mois les bébés savent distinguer un nom d’un verbe, comprennent quelques dizaines de mots et commencent à faire des mini-phrases. Á 2 ans les bébés peuvent produire leur première phrase courte et agrammaticale. Selon Sharon Peperkamp, la courbe de l’acquisition du langage chez le bébé est également variable, car les bébés peuvent apprendre au cours de deux ans de 400 à 600 mots. Sharon Peperkamp a expliqué que pour mener les études sur la perception des bébés on a créé, au sein de l’ENS, Le Babylab. Ici, chaque année, on observe 1500 bébés. Il faut préciser qu’une expérimentation dure 4 minutes car l’attention d’un enfant est limitée.

Sharon Peperkamp a expliqué que les bébés connaissent déjà la propriété acoustique de la voix maternelle avant la naissance. En effet, leur appareil auditif est déjà en place à 6 mois de grossesse, mais ils ne peuvent pas faire la différence entre les sons. Pour illustrer ses propos, Sharon Peperkamp a décrit une étude lors de laquelle des femmes à 9 mois de grossesse ont lu une petite histoire pendant 20 jours tous les jours. On a constaté, qu’après la naissance leur bébé reconnaissait de façon générale le rythme et l’intonation de l’histoire.

Sharon Peperkamp nous a détaillé également quelques études sur l’acquisition du langage. La toute première étude, menée par une équipe américaine en 1971, a portée sur la perception des sons chez les bébés. A l’époque il y avait deux hypothèses : soit le bébé à la naissance mélange tous les sons, soit au contraire il a une perception parfaite et il s’adapte aux langues qui sont dans son environnement. Les bébés d’un et à quatre mois ont été testés. On a voulu savoir s’ils perçoivent la différence entre les deux syllabes assez semblables [ba] et [pa]. Lors de cette expérimentation le bébé avait une tétine, liée à un ordinateur, dans sa bouche. En effet, les bébés ont tendance à sucer plus une tétine lorsqu’ils sont intéressés et sont en état d’éveil. L’ordinateur enregistrait la succion du bébé et détectait l’amplitude. On produisait, par exemple, la syllabe [ba], jusqu’à ce que le bébé perde son intérêt et diminue l’amplitude de sa succion : il s’habituait. A cette étape on passait à l’autre son, on produisait la syllabe [pa]. Ainsi, si le bébé s’intéressait, il suçait plus fort sa tétine.

On a constaté que pour les bébés d’un à quatre mois il y a un regain d’intérêt quand le son change. Par conséquent, les bébés perçoivent la différence acoustique entre les sons. Sharon Peperkamp a expliqué que les bébés ont une perception « universelle » du son de la parole. Par exemple, en tant qu’adultes, nous ne pouvons pas percevoir la différence entre les sons qui ne sont pas présents dans notre langue maternelle. Les bébés perçoivent tous les contrastes qui se présentent dans les langues du monde.  Néanmoins, selon la chercheuse, au cours de la première année de la vie, entre 6 et 12 mois, les bébés perdent cette perception « universelle » des phonèmes qui ne sont pas présents dans leur langue.

Sharon Peperkamp a détaillé aussi une étude que les chercheurs ont menée sur le début de la compréhension des mots par les bébés entre 6 et 9 mois. Lors de cette étude le bébé était assis sur les genoux de sa mère. La mère portait une visière et ne voyait pas ce qui était affiché sur l’écran. En fait, on affichait devant le bébé une image de pomme à gauche et de couche à droite et on lui demandait s’il voyait la pomme. On mesurait si le bébé regardait du bon côté ou pas. On constate que la plupart des bébés reconnaissent déjà les bonnes illustrations. Néanmoins, même si les bébés savent faire le bon choix, on ne peut pas conclure avec exactitude qu’ils connaissent le sens du mot.

Sharon Peperkamp a expliqué aussi le phénomène de la reconnaissance de la bonne prononciation des mots chez les bébés à 12 mois. En effet, souvent, il n’y a que des parents qui savent ce que leur bébé veut dire. La chercheuse a insisté sur le fait que les bébés savent qu’ils font des erreurs de prononciation. Par exemple, si un enfant dit craint au lieu de dire train et quand les parents adoptent cette erreur et la réemploient en disant : on va prendre le « craint » aujourd’hui, au lieu de dire : on va prendre le train aujourd’hui, les enfants peuvent répondre : Non, pas craint ! Craint ! En effet, les enfants suggèrent que leurs parents disent « train » au lieu de « craint », mais ils ne réussissent pas à prononcer correctement. Les différentes recherches dans ce domaine confirment que les bébés savent la prononciation correcte des mots.

Sharon Peperkamp a expliqué qu’à l’oral les espaces entre les mots n’existent pas pour un bébé, car il n’a pas beaucoup de lexique. Ainsi, pour construire sa phrase, il lui faut trouver les frontières des mots. D’un point de vue statistique, les mots oraux sont des séquences de syllabes qu’on a tendance à entendre plus que d’autre séquences. Les chercheurs se sont demandés si les bébés peuvent segmenter les syllabes les plus fréquentes. Ainsi, ils ont trouvé que pour construire leur lexique, les bébés rassemblent des séquences de syllabes le plus fréquemment attendues et ensuite ils écartent toutes celles qui ne correspondent pas aux vrais mots.

A la fin de la conférence, Sharon Peperkamp a évoqué le livre de Steven Pinker L’Instinct du langage et a conclu que les bébés possèdent un « instinct du langage » qui leur permet d’acquérir rapidement et sans effort apparent la ou les langue(s) de leur environnement. La chercheuse a précisé également que l’on ne sait pas quelle est la limite du nombre de langues qu’un bébé peut acquérir. Néanmoins, elle a insisté sur le fait que, pour le développement du langage chez le bébé, la quantité des interactions sociales est très importante. Sharon Peperkamp a ajouté également qu’aujourd’hui on vient de commencer des recherches sur les populations qui, selon leurs traditions, parlent très peu aux enfants. Ainsi, ces enfants entendent beaucoup de langage mais il ne leur est pas forcement adressé. Cette différence dans le type d’input que les bébés reçoivent et son influence sur l’acquisition du langage sont très intéressants à explorer.

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Une entrée copieuse pour rassasier ma curiosité (II)

FORUM AFS Vivre, apprendre et innover ensemble

Le plat principal de la journée était annoncé pour l’après-midi : les ateliers. Juste après la copieuse entrée et le déjeuner organisé par la start-up Meet My Mama (des femmes au foyer issues des migrations ou réfugiées).

À 14h00, rendez-vous dans l’auditorium pour l’atelier Mobilité internationale : un moyen pour s’ouvrir à la citoyenneté mondiale, animé par Sébastien Thierry, directeur adjoint de l’agence Erasmus + France. Lors de l’atelier, des anecdotes, des expériences et des réflexions autour des points du guide des compétences transversales AKI (Acquis de la Mobilité Internationale) : l’ouverture d’esprit, l’adaptation au changement, la confiance en soi, le sens des relations interpersonnelles et le sens des responsabilités. De ces échanges, j’ai retenu ce que les expériences à l’étranger avaient permis de développer: la capacité à comprendre ce que l’autre veut dire, ce qu’il est en train de dire et ce qu’il a dans son cerveau et n’a pas dit. Ce dernier point m’a fait penser à l’écoute ‘avec nom de famille’ (cette écoute attentive que mobilise le chercheur dans les dialogues, dans les entretiens, dans ses observations). Et de ces récits de brassages culturels, on est passés au plurilinguisme.

Le second atelier de cet après-midi, Le plurilinguisme, une richesse dans la classe était animé par Mercè Bernaus, Professeure émérite de l’Université de Barcelone et Martine Kervran, Maître de conférence en Didactique des langues de l’Université de Bretagne Occidentale. Ces deux professeures ont une grande expérience de coordination de projets et de recherches sur le plurilinguisme et le pluriculturalisme. Leur objectif n’était pas de nous faire théoriser là-dessus, mais de nous proposer des activités à mettre en place afin de sensibiliser les élèves au plurilinguisme. Chacun a pu mettre en valeur sa ou ses langue.s et réfléchir sur la manière dont on apprend et enseigne les langues étrangères. Vers la fin de l’atelier, on s’accordait sur le fait que l’erreur majeure était de penser que pour apprendre la langue de l’école il faut gommer les autres langues parlées.

Ce plat principal m’a invitée à lire les ouvrages des deux spécialistes et leurs expériences dans les salles de classe. Même si ce n’est pas le sujet de ma recherche, les discussions sur l’intercompréhension et le plurilinguisme m’interpellent et en bonne gourmande, je vais essayer de rassasier ma curiosité dès que possible.

22 avril : samedi de l’ED 268

http://www.univ-paris3.fr/samedi-de-l-ed-analyse-de-pratiques-et-reflexivite-quels-objets-pour-une-recherche-en-didactique-des-langues–429924.kjsp?RH=1207746285942

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

13 avril 2017 : Valoriser et développer les outils autour des corpus dans une perspective didactique

http://www.univ-paris3.fr/4e-rencontre-valoriser-et-developper-les-outils-autour-des-corpus-dans-une-perspective-didactique-enhancing-and-extending-corpora-and-corpora-tools-for-learning-and-teaching–428802.kjsp?RH=1207746285942

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Rencontre avec les maisons d’Edition – Salon du livre 2017

Le dimanche 26 mars, je me suis rendue au Salon du livre de Paris qui se tenait Porte de Versailles.

L’an dernier, j’y étais allée pour la première fois depuis plusieurs années et quelle n’avait pas été ma surprise de voir un petit carré composé d’éditeurs de manuels de FLE !

Actuellement en pleine rédaction de mon mémoire de recherche portant sur l’entrée en littérature française via les extraits littéraires proposés dans les manuels de FLE, il est essentiel pour moi de disposer du point de vue d’un éditeur/d’un auteur qui participe à la réalisation d’un manuel de FLE afin de comprendre les choix qui sont faits (choix des œuvres, des extraits, objectifs poursuivis…).

Arrivée au salon, je déambule dans les allées afin d’observer les maisons d’éditions représentées, les auteurs présents pour la signature d’autographes. Cela est l’occasion de me concentrer et de réfléchir une dernière fois à la façon dont je vais aborder les éditeurs.

Après avoir traversé la foule, me voilà enfin arrivée allée B, où se situe le coin FLE d’après le plan emprunté à l’entrée du salon.

Pour commencer, je décide d’aller voir les deux représentants de la maison d’édition Didier. Tous deux sont extrêmement gentils et écoutent avec attention ce que je leur dis (je leur résume brièvement ma situation : Etudiante qui réalise son mémoire sur la littérature dans les manuels de FLE qui aurait des questions à poser à un éditeur …). Malheureusement, ils ne peuvent répondre à mes questions car ils ne travaillent pas à la conception des manuels. Néanmoins, ils me donnent le mail d’une personne qui serait habilitée à répondre à mes questions.

Je poursuivis ensuite mon investigation avec le stand de chez Clé International. Je dois dire que ce fut l’entretien le moins enrichissant. En effet, la personne était débordée par l’affluence et ne pouvait pas répondre à mes questions. Je me suis donc contentée d’un petit dépliant récapitulant les nouveautés de l’année 2017 et les coordonnées des personnes « importantes » de la maison d’édition.

Je suis finalement allée à la rencontre des représentantes de chez Hachette FLE. La première personne était chargée de l’espace numérique et la seconde … La co-auteure du manuel Le Nouveau Taxi ! 3, un des manuels qui fait justement partie de mon corpus de cinq manuels. Nous avons alors discuté durant plusieurs minutes avant de devoir nous séparer car l’affluence sur le stand était de plus en plus importante. Nous continuons de communiquer via mail.

Cette après-midi de dimanche 26 mars fut donc riche en rencontres pour mon mémoire !

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Une entrée copieuse pour rassasier ma curiosité (I)

FORUM AFS Vivre, apprendre et innover ensemble

Le 4 mars, sous la pluie, je me suis rendue au Musée de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée, Paris 12e) pour participer au Forum de l’AFS-France. Inscription en ligne au préalable et des échanges de mails, présageaient une bonne organisation. Je n’avais jamais entendu parler de l’AFS, mais le programme et les sujets de discussion m’invitaient à la découvrir.

De chaque moment de cette journée (assimilable à un repas copieux), j’ai retenu des mots et des phrases clés qui me mènent à la réflexion comme étudiante, comme enseignante, comme citoyenne.

ENTRÉE

  • Mots d’accueil du Président de l’AFS-France, de la vice-présidente et de la directrice du musée
  • Conférence – débat « La diversité est une chance ! »

De l’intervention du Président, j’ai retenu la question « D’où tu viens et où tu veux aller? ». Dans nos cours de FLE, cette question apparaît au début de chaque semestre car pour plusieurs enseignants elle fait partie des ‘incontournables’ des leçons zéro. Mais nous, nous la posons-nous souvent ?

Pour commencer le débat, le Comité organisateur a invité des professeurs, le responsable de l’Association Force des mixités, le directeur adjoint de l’agence Erasmus+ France et le comédien Azize Kabouche (animateur de la séance plenière).

Moi, assise dans mon siège, je restais sceptique sur le concept ‘débat interactif’ parce que les organisateurs avaient l’intention de faire parler tout le monde. Mais s’exprimer ne veut pas toujours dire articuler des mots, et ça, je le savais.  Et pour effacer les vestiges de mes doutes, quand notre opinion était sollicitée, on nous demandait de brandir un des trois cartons reçus (jaune, bleu, rouge). Par exemple, pour la question  Quel mot qualifie le mieux, selon vous, la relation idéale entre migrants et société d’accueil ?, le carton jaune correspondait à la réponse l’assimilation ; le bleu, à l’intégration et le rouge, à l’inclusion. À vous de brandir le votre pour rendre visible votre avis.

Le vivre ensemble, la diversité culturelle, l’égalité des chances et le besoin de réfléchir d’abord sur sa propre identité pour s’ouvrir aux autres ont motivé la participation du public et le témoignage du fondateur de Force Des Mixités. L’initiative de cette association, la Dictée des cités, a été applaudie pour avoir réuni un public divers autour d’un exercice qui n’a pas toujours la cote.

Ces premiers échanges finis, une phrase de Bertolt Brecht retentissait dans l’auditorium : « Aussi longtemps que l’on dira « toi ou moi » et non « toi et moi », aussi longtemps qu’il s’agira non de progresser, mais de devancer les autres, aussi longtemps il y aura la guerre». Et les personnes réunies dans ce forum semblaient l’avoir compris.

Avant de passer au plat principal et après cette entrée copieuse, je vous propose une question lancée par l’animateur de la conférence-débat : Est-ce, selon vous, le rôle de l’école de préparer des ateliers et d’éduquer à l’altérité ? Oui, absolument (jaune) ; Non (rouge) ; Oui, mais… (bleu). La parole est à vous.

Café-Amériques 2 : Éducation interculturelle bilingue en Équateur

Ce vendredi 10 mars se tient à l’INALCO une rencontre autour de l’éducation en langue indigène en Équateur (interculturelle et bilingue s’agissant d’un pays notamment hispanophone). Cette réflexion part des expériences de deux doctorantes en sociologie et en espagnol dans différentes écoles des Andes et de l’Amazonie équatorienne. Leurs exposés seront centrés sur les revendications et droits culturels en Amérique Latine et seront suivis d’une discussion avec la salle (en espagnol ou en français).

Si vous êtes intéressés par l’Amérique , restez attentif aux événements du Café-Amériques. Ils proposent régulièrement des rencontres culturelles, scientifiques ou artistiques pour faire découvrir les langues et les cultures des Amériques !

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts