Archives de catégorie : journées et colloques

Les imaginaires de la traduction

Le vendredi 3 mars 2017 de 9h à 18h, j’ai eu la chance d’assister à une journée d’étude sur les imaginaires de la traduction qui a eu lieu en salle Claude Simon, Sorbonne-Nouvelle à la Maison de la recherche.
La journée d’étude est débutée par une introduction autour de la notion d’imaginaire de la traduction, les théories de l’imaginaire de la traduction…
Miriam Rossi de l’université de Tallinn, a parlé de son article sur les traductions imaginées dans la Russie Soviétique : Samizdat et la traduction poétique. L’article focalisait sur la traduction poétique à Leningrad pendant le régime soviétique, notamment la période des années 80 du XXème siècle.
Miriam, dans son article a parlé du rôle des poètes-traducteurs et la représentation de l’autre, l’histoire de la traduction poétique en Russie, vague de production et traduction poétique et du développement de la Dissidence et du Samizdat littéraire. La plupart de la présentation de l’article était en anglais. Après, Thomas Vuong de l’université Paris13-spc/Pléiade, a parlé de la traduction selon Bonnefoy (notamment la trahison au nom de l’imaginaire poétique), qui est célèbre par sa poésie, essais critiques et ses traductions, surtout ses traductions de Shakespeare.
Bonnefoy, dans ses écrits théoriques adopte l’investigation de la voix de l’auteur traduit de la voix du traducteur.
Par ailleurs, Amina Azouz, de l’université Paris –Sorbonne nous a parlé d’Adonis, le poète syrien très connu, de l’impossible traduction de l’imaginaire.
Pour qui écrit Adonis ?
Il a traduit plusieurs poèmes français vers l’arabe et en plus, il était en charge de la traduction de ses propres œuvres vers le français.
Christina Bezari de l’université de Gand nous a parlé de la quête de traduction dans les Fragments de Novalis.
Lilia Androsenko de l’université de Franche-Comté nous a parlé du traducteur de Balzac, Dostoievski de son talent littéraire.
Mirella Botaro de l’université de Poitiers, nous a abordé les enjeux interculturels de traduction dans le cas de Monenembo et de Mabanckou au Brésil.
Nagadi Maiissa Laude de l’université de Lorraine, il nous a parlé de la cartographie des traditions (14 traductions) des œuvres d’olivier Rolin. Par ailleurs, Marianna Braux de l’université Adelaïde nous parle de la traduction et dialoguisme.
À la fin, Manel Bouaita, une doctorante de l’université Paris- Sorbonne, nous a parlé d’imaginaires et ambigüités traductologiques du Coran. Jacque Berque, socilologue et anthropologue orientaliste français dit : « C’est un texte ‘’le Coran’’ intraduisable. Déjà, les poèmes sont intraduisibles ». Cette citation s’appuie sur la difficulté à traduire le Coran en tan que parole sacrée de Dieu et en plus écrit en langue arabe classique qui est une langue jugée très difficile à apprendre et surtout à traduire.
Le débat était très fort sur l’ambigüité dans la traduction des versets de Coran. Manel nous a montré des exemples de traduction de certains versets de Coran selon Kichri et Zeinab Abdelaziz qui semblent très différents l’un de l’autre au niveau d’interprétation du texte coranique.
Le débat était autour de question de l’ambigüité voulu du Dieu.
Exemples des versets traduits du texte coranique :

Dieu a dit dans la sourate AN-NŪR (LA LUMIÈRE)- verset(31) : «[…] Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines.[…] ».
La discussion est démarrée autour l’usage du verbe “dire” en tant qu’ordre du Dieu, puis le débat est aussi approfondi autour du verbe « rebattre » et quelle partie du corps doit être caché (le visage, le corps…). Ensuite, ce débat est conclu par un verset « de sourate AN-NISA« les femmes » en mettant l’accent sur le verbe « frapper » que Kichri et Zeinab Abdelaziz interprètent de manière complètement différente. Zeinab Abdelaziz est Docteur ès-lettres de l’Université du Caire, 1973, elle est aussi Professeur de Civilisation française à l’Université Al-Azhar et de Ménouféya. Membre de l’Union des Écrivains Égyptiens. Elle a orienté, depuis une quinzaine d’années, ses travaux de recherches sur la défense de l’Islam. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont, en langue arabe : Assiègement et anéantissement, le Vatican et l’Islam, les Traductions du Coran et, en français : Voltaire Romantique, le Jeu de l’Art moderne, Aperçus sur l’Islam. La Traduction du sens du Coran.
Zeinab trouve plusieurs sens du verbe « frapper » en origine arabe. Selon elle, ce verbe comprend plusieurs sens, ex : [conseiller, parler…]. Quand à Kichri, il prend le premier sens du verbe « frapper » qui vient à l’esprit et qui signifie : « punir, frapper d’une peine ».

J’ai beaucoup apprécié le débat à la fin de la journée d’étude, je voulais que ça se continue, mais nous n’avions pas assez du temps. Ce débat a brulé en moi la volonté d’aller approfondir mes recherches en arabe et sur l’interprétation du texte coranique, car il yavait des points qui ne se sont pas clarifiés et discutés.

Référence éléctronique

Zeinab Abdelaziz

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Séminaire (sens du langage) Dire/Écouter : vers des essais de voix

Monsieur Martin propose de sortir des idées reçues toutes faites et figées de l’essai littéraire. Il décrit l’essai littéraire comme en mutation et qui doit être capable de sortir de son carcan pour toucher une multitude de domaines artistiques et pas seulement littéraires.

L’essai-poème en est un exemple par l’utilisation de mots juxtaposés non convenus, créant des images.

Montaigne, lui, considère qu’un essai nait d’une relation étroite entre l’écriture et la voix. Lorsque la voix n’est plus celle de l’auteur, est-ce l’auteur qui écrit ?

L’essai doit être une constante révolte contre le conformisme (W. Adorno). Ce dernier remet en cause les habitudes académiques d’enseignement trop cartésiennes. Adopter le concept partiel de compréhension plutôt qu’essayer d’appréhender la totalité d’un texte est la bonne approche pour ensuite entreprendre l’imbrication de différents concepts successifs.

Henri Meschonnic introduit également l’importance de la prise en compte de la voix dans l’essai et son harmonisation avec le texte. La notion « d’essayer dire » plutôt que « d’essayer de dire » est également une approche vraie pour tenter de traduire au mieux possible le regard.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Première journée d’études sur la linguistique coréenne

Le coréen prenant de plus en plus d’ampleur en France, la première journée d’études sur la linguistique coréenne a été tenue le jeudi 18 mai 2017 à l’INALCO. Organisée par les professeurs de coréen de l’INALCO et soutenue par RESCOR (Réseau Etudes Corée) et AKS (The Academy of Korean Studies), la journée s’est divisée en quatre parties.

La première partie avait pour objet d’étude la langue coréenne d’un point de vue lexicographique et syntaxique. Marc Duval a donc ouvert la journée en nous présentant la lexicographie coréenne en insistant sur le fait que le signifié dépend des représentations de chaque langue. Cependant, chaque langue ayant une segmentation du monde différente, il est parfois difficile de se représenter un signifié en particulier.

Ensuite, Injoo Choi-Jonin a parlé plutôt d’un point de vue syntaxique tout en essayant de répondre à la problématique suivante : comment les mots sont mis ensemble pour représenter un fait et/ou pour exprimer une visée communicative du sujet parlant (sens pragmatique) ?

La deuxième partie était plus axée sur l’acquisition. Jiyoung Choi a présenté l’acquisition de la grammaire du coréen et plus particulièrement des états inchoatifs (de degré) en coréen dans le langage enfantin. Cette communication était à mon sens la plus intéressante puisqu’elle rejoint le sujet de mon mémoire.

Puis, Jin-Ok Kim a parlé de l’acquisition de l’honorification en coréen par des apprenants français (de la L1 au M2). Il était intéressant de mettre en parallèle l’évolution de la courbe du développement en forme de U aussi bien pour les enfants natifs coréens que pour les apprenants du coréen langue étrangère.

La troisième partie était une partie un peu spéciale puisqu’une doctorante en linguistique coréenne nous a parlé de son parcours et des aides que nous pouvions recevoir si nous n’avions pas de contrat doctoral. En effet, quelques organismes proposent de financer les mastérisants ou les doctorants s’ils ont besoin de se déplacer en Corée du Sud pour trouver un terrain.

La journée s’est conclue sur un aspect plutôt phonétique et phonologique. Alexander Vovin nous a parlé de l’évolution phonétique du coréen depuis le proto-coréen qu’il a comparé avec le vieux-coréen. Inyoung Kim et sa collègue Hiyon Yoo qui n’avait pas pu être présente nous ont parlé des recherches en phonétique et en phonologie coréenne qu’elles sont toujours en train de mener.

 

Cette journée était une journée très riche en découverte et a permis de soulever quelques points communs dans l’ensemble de ces communications. Le premier point commun a montré le manque d’études en linguistique coréenne notamment sur la lexicographie (et d’autres domaines). Le deuxième point a soulevé le problème de la romanisation : en effet, il n’y a aucune romanisation officielle aussi bien pour les linguistes coréens que pour les linguistes étrangers. Chaque linguiste utilise sa propre romanisation.

Il faudrait donc que plus d’études soient faites sur le coréen qui est maintenant une épreuve obligatoire LV2 lors du baccalauréat et que les linguistes se mettent d’accord sur l’utilisation commune d’une romanisation (ayant moi-même des problèmes à trouver une romanisation qui me convienne pour ma recherche).

Il y aura sans doute une autre journée d’études sur le coréen l’année prochaine, à laquelle je vais bien entendu participer et à laquelle je vous invite vivement à y participer.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

séminaire sens du langage « la médecine narrative »

Marie de Jesus Cabral, dans son ouvrage, «la médecine narrative par le discours et le théâtre”, souhaite démontrer que les recherches scientifiques actuelles montrent toute l’efficacité d’un traitement et l’identification d’une maladie grâce à l’introduction des sciences humaines et en particulier, la littérature ou le théâtre, dans les techniques utilisées. Ces différentes techniques associant littérature, théâtre et sciences médicales sont appelées « médecine narrative ». Elle prône donc la prise en compte de l’étude des sciences humaines dans le corpus de formation d’un médecin.

Selon l’auteur, l’introduction de ces sciences humaines dans le traitement d’un patient (littérature, théâtre) qui font donc appel à la voix, aidera le médecin, qui écoutera le récit du malade dont la voix (narration littéraire) et/ou l’expression corporelle (théâtre) traduira le mal dont il souffre. Elle aidera également le médecin dans l’élaboration d’un diagnostic plus précis de la maladie car cette médecine narrative fait appel aux sentiments et au moi profond du patient.

Ainsi une consultation chez le médecin, grâce à la médecine narrative, n’est plus un simple exercice technique mais prend une dimension humaine plus à même de mieux soigner un patient.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Carnets de terrain

Rendez-Vous des Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage : Carnets de terrain

Projection-débat

Vendredi 2 juin
10h30-12h30
Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3)
Centre Censier 13, rue de Santeuil – 75005 Paris
Salle 221 (2e étage)

Les Rendez-Vous des Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage (JCSDL) sont une série de séminaires abordant les sciences du langage dans leur diversité et proposant des formats divers. Ils sont spécifiquement organisés à l’intention des jeunes chercheurs (masterants, doctorants, jeunes docteurs) mais sont ouverts aux chercheurs et enseignants-chercheurs.
Ce premier Rendez-Vous du réseau JCSDL abordera les questions de communication et de valorisation scientifiques à partir de deux courts-métrages de la collection « Carnet de terrain » qui seront présentés et projetés. La projection sera suivie d’un échange et d’un débat avec et en présence des chercheurs (Yvonne Treis et Alexandre François), ainsi que des membres de l’équipe ayant réalisé les films (Céline Ferlita & Franck Guillemain).

Les deux films projetés seront :
– Yvonne Treis : Au bord du silence Chants traditionnels du pays baskeet
– Alexandre François, 1997, premier voyage au Vanuatu

L’objectif de ce séminaire est de présenter une collaboration chercheur-vidéaste et de mettre en avant l’intérêt de ce type de démarche dans le cadre de la communication et la valorisation des travaux des chercheurs. On pourra aussi s’interroger sur la place et le statut de ces documents au sein de la recherche scientifique.

Ce rendez-vous est organisé par le Réseau des Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage, en partenariat avec le Service audiovisuel de « Cultures, Langues, Textes » (UPS 2259) du Campus CNRS de Villejuif.

Les Rendez-vous sont ouverts à tous : masterants, doctorants, jeunes docteurs, chercheurs et enseignants-chercheurs.
Un justificatif de présence sera donné sur demande à l’issu du séminaire.
Pour des questions d’organisation, merci de confirmer votre présence en écrivant à  rjcsdl@gmail.com

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les obstacles dans l’enseignement des langues : quelles postures enseignantes ?

Les 19 et 20 juin 2017 : le programme => Affiche les obstacles dans l’enseignement orange

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

On est tous différents…

Jeudi 11 mai 2017, 8h30-18h, Inalco

L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

Il y a longtemps déjà que cette journée d’étude figure dans mon carnet tout en piquant ma curiosité. Elle me semble prometteuse, à moi, jeune enseignante et chercheuse, pour y trouver des pistes de réflexion, des stratégies, des outils en vue d’une meilleure progression de tous les apprenants dans la classe.

En entrant à l’Inalco, je me rends compte que le fil rouge de cette journée d’étude, hétérogénéité, repose là, dans cet établissement immense. Voilà le point d’intersection de la diversité dans tous les sens – de cultures, de langues, d’origines, d’âges, de parcours de vie, d’objectifs, de motivations, etc. Face à cette prise de conscience, un questionnement surgit d’emblée : Comment prendre en compte toute cette diversité dans la classe de langue? Pourrait-elle être un atout pour la meilleure progression des apprenants ?  Quelle posture l’enseignant devrait-il adopter ? Quelles ficelles devrait-il tirer ? Je me précipite vite vers la salle 3.15 en espérant y trouver les réponses ou au moins leurs bribes.

À 9h10, Louise Ouvrard ouvre officiellement la journée. Sans s’attarder à parler, elle visionne un petit film illustrant bien les communications qui suivront. Ce recours « artistique » montre clairement une diversité des étudiants à l’Inalco en termes d’âge, d’origine, de culture, de  motivation, de représentations des langues, etc. Cette émergence de l’hétérogénéité des voix  succède aux voix des intervenants qui tenteront  de réussir plus ou moins le défi lancé – synthétiser la notion d’hétérogénéité en 20 minutes ! Dans cette perspective, on aperçoit que les communications s’organisent autour de deux fils directeurs : « pratique » et « théorique ».

Dans l’axe dit « pratique », notons que cette notion se tisse en différentes catégories mobilisées par les enseignants, mais aussi en stratégies mises en œuvre pour la manier. En ce sens, pour Rong Zhang Fernandez, enseignante de chinois langue étrangère au niveau supérieur, l’hétérogénéité se reflète à travers la diversité d’origine de ses étudiants (étudiants chinois nés en Chine et en France et étudiants français) et de niveaux atteints en langue chinoise (intermédiaire et avancé). Elle met en avant que ce type d’hétérogénéité est un trait saillant de la région parisienne. Afin de gérer sa classe, elle a recours à la pédagogie différenciée (basée sur les traits individuels de l’apprenant). Dans cette optique, elle divise sa classe en deux groupes, intermédiaire et avancé, en adaptant à chaque groupe le contenu, le support et les tâches. En d’autres termes, le groupe avancé travaille en autonomie sur les articles en chinois alors que l’enseignement à l’autre groupe se base sur le manuel. Ainsi, l’intervenante met en valeur le travail en groupe favorisant l’échange intragroupal. En dépit des aspects positifs de l’hétérogénéité que cette enseignante avance, il me semble que cette division de la classe en deux groupes, dépourvus de coopération, instaure le clivage entre les étudiants.

Par contre, sa collègue, Diana Jambora Lemay, professeure de slovaque à l’Inalco, adopte une stratégie complètement différente à aborder l’hétérogénéité dans sa classe. Tout d’abord, on note que la diversité de ses étudiants se manifeste par l’âge (de 20 ans à 80 ans), le niveau d’études, la profession, la langue maternelle et les objectifs à apprendre le slovaque. Dans ses cours de théorie de la grammaire, cette enseignante tente de solliciter l’engagement de tous les étudiants. Ceci dit que ceux, dont la langue maternelle est le slovaque, jouent le rôle d’enseignant afin d’aider leurs camarades français. Si le travail consiste en traduction (thème et version), les étudiants se corrigent mutuellement. En d’autres termes, s’ils sont censés traduire un texte du slovaque en français, l’étudiant dont la langue maternelle est le français va corriger son pair et inversement.

Pour Svetla Kamenova (Université Concordia, Canada), les classes multiethniques et multigénérationnelles impliquent les différents styles, formats et stratégies d’apprentissage. Afin de tirer le bénéfice de cette diversité et d’inciter la prise de parole de tous les étudiants dans la classe de langue, son équipe de recherche privilégie les cours hybrides (alternance de l’enseignement en présentiel et en ligne). Cette modalité de travail, selon cette intervenante, permet de combiner les avantages de l’enseignement en présentiel et en ligne. Elle souligne davantage que les traits individuels des étudiants, leur nombre dans la classe et le temps ne permettent pas la prise de parole de tous les  apprenants en présentiel. Pour combler cette lacune, le travail collaboratif sur les tâches diverses via Wiki, Google Docs ou Forum favorise la discussion et la participation de tous les étudiants ainsi que le partage d’avis.

De là, on a pu voir que, dans cet axe « pratique », la notion d’hétérogénéité était pluridimensionnelle ainsi que les stratégies mises en oeuvre pour l’aborder. Le fil que je nomme « théorique » ouvre un autre horizon de cette notion.

En ce sens, Maddalena De Carlo envisage la diversité à travers le répertoire langagier des élèves en mettant en exergue le fait que le monolinguisme n’existe pas. C’est dans cette logique que, pour favoriser la progression de tous les élèves dans une classe, mais aussi pour les valoriser, elle conseille le recours aux approches plurielles (approche interculturelle, didactique intégrée, intercompréhension entre les langues et éveil aux langues). Pour rebondir à la communication de cette chercheuse, Cécile Peigné met en avant la nécessité de tenir compte de la diversité dans la classe. Elle indique que la classe homogène est un mythe tout comme le monolinguisme. Mais elle invite également à l’interrogation des marqueurs de l’hétérogénéité. Pour illustrer son propos, cette chercheuse avance que la question d’hétérogénéité mobilise souvent les catégories traditionnelles sans l’analyse préalable. Ceci dit que les enseignants opèrent une catégorisation ethnique, continentale, etc. pour déterminer la diversité. Il importe que les critères de ces marqueurs soient pertinents. Cécile Peigné, quant à elle, se focalise sur trois types de diversité dans sa pratique et sa recherche : le répertoire langagier, le répertoire pluriel et le parcours de vie.

Toutes les communications présentées dans le cadre de cette journée d’étude sont en effet des pistes pour une réflexion et un réajustement des pratiques continus et nécessaires face à l’hétérogénéité. Elles montrent qu’il n’existe pas une formule tout faite. Peigné rappelle également que le choix des notions qu’on opère a une incidence sur notre pratique didactique. C’est pourquoi l’hétérogénéité dans la classe implique à son tour une diversité des pratiques appuyées sur la réflexion et l’interrogation constantes de la part de l’enseignant.

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

hétérogénéité dans la classe de langue ? Alors une pédagogie adaptée!

« Une journée d’étude dont la thématique est l’hétérogénéité ? Pas question de la rater ! » Je me suis dit ainsi lorsque j’ai vu l’annonce partagée par notre camarade.

Comme je traite l’interculturalité en classe de langues étrangères dans ma mémoire de recherche, j’ai fait une recueillie de données en observant une classe de FLE à Paris. Parmi les séances différentes que j’ai pu observer, il y a des classes composées par un enseignant français et une dizaine d’apprenants d’origines différentes. Je remarque assez facilement la présence de l’hétérogénéité, qui se traduit notamment par la diversité du niveau langagier, des stratégies d’apprentissage. J’ai supposé qu’il aurait la manifestation de la croisée des cultures différentes, mais comme je n’y ai assisté que quelques séances, donc je ne l’ai pas vraiment collectée. Je suis ravie de pouvoir assister à une telle journée d’étude et de profiter des communications intéressantes.

Voici un petit compte rendu à l’égard des « niveaux d’hétérogénéité » que j’aimerais bien partager avec vous.

La journée s’est ouverte par le visionnage d’une vidéo qui présente des enquêtes faites auprès des classes de LE à l’Inalco. Dans la vidéo, les étudiants intervenants expliquent chacun/chacune :

1) leur profil langagier. On peut remarquer une hétérogénéité linguistique chez chaque étudiant : ils parlent tous au moins deux langues différentes (langue maternelle, langue en train d’acquisition, …). Cela rend déjà les classes de LE hétérogènes, même si lorsqu’ils se trouvent dans un même cours de LE, la langue cible est identique (le chinois, la malgache, …). De même, Mme Maddalena DE CARLO a constaté aussi, lors de sa communication, que la classe de langue s’agit en fait « un environnement naturellement multilingue » et que « l’homogénéité n’existe pas. »

2) leur(s) stratégie(s) d’apprentissage et leurs difficultés rencontrées dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Voici un autre niveau d’hétérogénéité : chaque étudiant travaille différemment ; dans l’apprentissage d’une langue étrangère, certains ont de grands soucis au niveau de la prononciation, alors que d’autres trouvent très difficile parce qu’ils étudient un système de grammaire qui leur est complètement étranger.

3) but(s) d’apprentissage. A l’égard de la malgache, par exemple, les étudiants l’apprennent pour : (re)trouver son identité ; travailler à Madagascar ; etc. Voici un troisième niveau d’hétérogénéité.

Ces niveaux différents ont été repris et développés dans la première communication. Mme Rong ZHANG-FERNANDEZ ajoute que l’hétérogénéité dans la classe de langue se repose aussi sur les niveaux langagiers des étudiants, les différences cognitives, socioculturelles, familières, etc. Face à ce fait, elle a proposé de mettre en œuvre une pédagogie adaptée : selon les situations réelles des apprenants, on peut différentier les contenues de l’enseignement, les tâches proposées, tout en organisant des évaluations différées. Cela implique un travail d’organisation du groupe selon le niveau des apprenants. Et puis, l’enseignant peut inviter les apprenants de travailler en groupe de niveaux différents, dont un « bien », deux « moyenne » et un « moins avancé », par exemple. Ce mode de travail, selon Mme ZHANG-FERNANDEZ, permet de mettre en valeur l’aspect positif de l’hétérogénéité. Enfin, d’après l’expérience de Mme ZHANG-FERNANDEZ, entant qu’enseignante de chinois langue étrangère, il serait utile de proposer des exercices différents selon les niveaux langagiers des apprenants, par exemple, davantage d’exercices de grammaire pour les moins avancés et plus d’exercices de rédactions pour ceux qui ont un niveau correspondant.

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Hétérogénéités en classe de chinois: atout ou inconvénient?

Aujourd’hui, le 11 Mai, une journée d’étude s’est organisée à Inalco par Plidam ( Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations) sur l’hétérogénéité dans la classe de langue : comment et pourquoi différencier.  Parmi plusieurs enseigants-locuteurs, ce qui m’a impressionné le plus, c’est la présentation de Min LIAO, qui est enseignante du chinois à Inalco. En effet, avant du commencement de sa présentation, nous avons eu une courte discussion avec elle. Elle nous a dit que cette présentation était fondée sur ses propres expériences pendant ces dernières années, mais peu de théories là-dessus.  Personnellement, bien que les théories soient importantes, mais sans pratique, elles vont perdre ses valeurs.

Retour à notre mouton ,  elle a montré quelques raisons en citant la théorie de Benoît Galand (2009) de l’hétérogénéité dans la classe de langues : l’âge, le profil d’acquisition, le niveau scolaire global, les acquis dans une matière, l’origine sociale, la diversité de la motivation des élèves à travailler et à apprendre, etc.  Elle a classifié en 3 représentations d’hétérogénéité observées :

  • L’hétérogénéité d’âges
  • L’hétérogénéité des origines socioculturelles
  • L’hétérogénéité des compétences linguistiques

En fonction de leurs propres expériences, dans un cours de chinois en expression orale en Licence 2 à Inalco, il y a des étudiants russe, italien, français, chinois dans sa classe. Les jeunes étudiants sont plus rapides, ils ont les esprits vifs, alors que les retraités sont plus lents, mais plus assidus. Ils s’entraident plus entre eux par rapport aux jeunes. Les plus âgés encouragent les jeunes à prendre la parole dans la classe. Donc, dans ce cas-là, hétérogénéité d’âges  est un facteur avantageux pour le progrès de toute la classe.  Par ailleurs, l’hétérogénéité des origines diverses aussi comme un atout lors des discussions en classe sur les différences culturelles et traditionnelles. Alors que pour les étudiants d’origine étrangère , la langue à apprendre pourrait être un blocage. Dans ce cas-là, on va trouver quelle stratégie à adopter ?

L’enseignante LIAO a nous partagé leur expérience dans le cours de chinois commercial en M2 à l’Université de Cergy- Pontoise, il y a 7 étudiants, dont :

  • 3 Français ayant un niveau chinois B1, qui souhaitent d’améliorer la compétence en expression orale en chinois,
  • 4 Chinois souhaitent de renforcer leur capacité d’exprimer en français.

En fonction des objectifs différents, LIAO a proposé une stratégie de réconcilier les besoins de deux groupes. C’est-à-dire, quand à la production orale, les Chinois parlent avec les Français en français, afin de répondre aux questions,  dans le cas contraire, les Français parlent avec les Chinois en chinois. Les élèves entre eux auto-corrigent.

Cette présentation m’a rappelée tout de suite, de notre contexte de recherche. Le chinois, en tant qu’une langue étrangère pour les Français a le même statut  pour nous, en tant que Chinois, qui apprend le français comme une langue étrangère. Partant de ses expériences concrètes, nous pourrions pénétrer dans les stratégies d’apprentissage du français dans le contexte cohérent.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Événement : 18èmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature

Du 31 mai au 3 juin 2017 se dérouleront les 18èmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature à l’ESPE de Caen.

Cet évènement aura pour thème « Littérature de l’altérité, altérités de la littérature : moi, nous, les autres, le monde ». Il est organisé par  Anne Schneider & Magali Jeannin.

Voici le lien : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/laslar/4050

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Perdue au milieu de mes notes … : La Journée ASDIFLE à l’Alliance Française

En reprenant mes diverses notes, je me suis rendue compte que je ne vous ai toujours pas fait part de mon expérience de la journée consacrée aux métiers du français dans la formation professionnelle. Je rectifie donc mon oubli via ce billet : vaut mieux tard que jamais me direz-vous !

La journée ASDIFLE s’est tenue le vendredi 31 Mars 2017 dans les locaux de l’Alliance Française de Paris à Raspail. Ce fut pour moi l’occasion de découvrir ces locaux. Il est  essentiel de préciser que l’ASDIFLE est une association de didactique du français langue étrangère qui s’est constituée dans les années 1980. Madame Véronique Laurens, qui enseigne dans notre Master de Didactique des langues et des cultures en est la directrice actuelle.

Cette journée a débuté à 8h30, afin de nous enregistrer : il était impératif de s’inscrire via un formulaire afin de participer à cette journée.  Des éditeurs étaient présents afin de présenter leurs derniers ouvrages, cela fut l’occasion d’aller à leur rencontre une seconde fois.

A 9h, la journée a officiellement débuté avec une première conférence donnée par Alexandre Holle concernant « La formation en français à visée professionnelle ».  Cette intervention fut suivie d’une table ronde trente minutes plus tard, qui a réuni neuf personnalités du monde du FLE occupant divers postes dans diverses institutions. Cette table ronde fut intéressante car elle m’a permis de me rendre davantage compte que le monde du FLE est extrêmement vaste.

Après une courte pause café, il fut l’heure de nous rendre dans les divers ateliers qui nous étaient proposés. Pas moins de neuf ateliers étaient accessibles tout au long de l’après-midi, à condition de s’y être inscrit via le formulaire. Regroupés dans trois « grands » groupes thématiques, il était possible d’assister à trois d’entre eux.

Personnellement, j’ai fait le choix de m’inscrire à l’atelier qui m’intéressait le plus, à savoir « Formateur en école d’ingénieurs ». Il était animé par Cathy SABLÉ, professeur de FLE à l’IMT – Atlantique, Bretagne – Pays de la Loire, École Mines -Télécom. Nous étions une petite dizaine de personnes dans la salle.
Voici un résumé de ce que nous y avons appris : Les écoles d’ingénieur sont typiquement françaises.
Les cinq pays au monde accueillant le plus d’étudiants sont les Etats-Unis, l’Angleterre, l’Australie, l’Allemagne et la France.
Cette école située à Brest compte 40 % d’étudiants étrangers dans ses rangs. Sur ces 40%, 41% viennent du Magreb (principalement du Maroc), 16% d’Afrique Subsaharienne, 13% de Chine, 10% d’Amérique du Sud, 8% du Brésil, 6% d’Europe (principalement d’Espagne, de Roumanie, de Pologne…), 4% du Moyen-Orient (Egypte et Liban), 3% du Vietnam et 3% d’autres pays.
Il est primordial de prendre en compte cette grande hétérogénéité. Il n’y a aucune exigence concernant leur niveau en français lors de l’admission dans cette école d’ingénieur. Le niveau observé le plus couramment est le A2 (du CECRL). Afin que les étudiants étrangers ne soient pas pénalisé par leur niveau peu avancé en français, les cours sont dispensés en anglais lors du premier semestre de L1 (première année de licence).
Après cette partie théorique, nous sommes invités à choisir entre deux modes d’examens à proposer à ces étudiants de FLE d’après les éléments concernant leur profil. Il est possible d’avoir recours au DELF, qui est valable à vie ou au TCF, qui n’est reconnu que 2 ans, ce qui implique que l’étudiant doit le repasser régulièrement s’il veut le faire figurer sur son CV.
Par la suite, l’intervenante nous a proposé de nous mettre dans la peau de recruteur d’enseignant de FLE. Trois CV nous ont été distribués et nous devions choisir un des trois, celui qui nous semblait le plus pertinent et justifier notre choix en nous appuyant sur des éléments précis du CV.
Je vous joins le programme de cette journée afin que vous puissiez consulter les noms des personnes qui lui ont donné vie : http://www.asdifle.com/sites/default/files/Programme_JourneeProASDIFLE2017.pdf
Cette journée fut riche en informations, en découvertes et en rencontres.
Par ailleurs, afin de faire un lien entre ce qui vient d’être dit et les évènements actuels, je vous propose de retrouver le billet de Marija Apostolović concernant un évènement portant sur l’hétérogénéité en classe de langue qui aura lieu demain, jeudi 11 Mai à l’INALCO : https://arlap.hypotheses.org/9154#comment-25777

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Le statut de la parole dans l’entretien biographique

J’ai récemment été amenée à reprendre mes notes prises lors de la journée d’étude du 7 février 2017, L’entretien biographique. Interaction et ajustements du sens, organisée à la Maison de recherche, sous la direction de Mme Molinié. Deux doctorants exposaient leurs méthodes de travail. Le doctorant présentait le déroulement de ses enquêtes avec un vocabulaire souvent psychanalytique ; il expliquait que l’entretien biographique, contrairement à l’entretien traditionnel, était un moment de « transition » pour l’enquêté, qui grâce aux questions du chercheur, allait porter sur son parcours de vie un regard nouveau : « conscientiser » des éléments constitutifs de son parcours, « puiser au plus profond de l’individu », mener une « démarche ou marche vers la découverte de soi », une « renaissance par la prise de parole ». Au moment des échanges, quelqu’un lui a demandé comment il présentait cet aspect des choses à l’enquêté avant de commencer l’entretien et quel était alors son statut, dans la mesure où il pouvait jouer un rôle aussi important. Le doctorant a alors expliqué qu’il prévenait toujours que les questions pouvaient éveiller des souvenirs émotionnels forts, voire faire pleurer, mais qu’en contrepartie, la parole échangée serait précieuse et rendue publique (de manière anonyme), l’entretien étant alors amplifié par la médiatisation. Cette notion de « prise de pouvoir » par la parole a été reformulée par Mme Molinié qui a désigné l’enquêteur comme un « amplificateur de parole ». Mais Mme Molinié a également rappelé que les notions de transfert/contre-transfert devaient être présentes à l’esprit de l’enquêteur. Je n’ai pas eu à me poser ces questions cette année dans le cadre de mes recherches, mais cet échange a fait écho à des problématiques que j’avais rencontrées lors d’ateliers d’écriture en centre social. Les intervenants sont parfois démunis quand la parole et l’écriture font émerger des souvenirs traumatiques et que l’aspect libérateur ne suffit peut-être pas toujours à compenser le retour de mauvais souvenirs.

Première journée de formation : Recherche sur le langage de l’enfant – Compte rendu de deux présentations de sujet de thèse

Dans l’après-midi du 2 mai 2017, lors de la première journée de formation intitulée « Recherche sur le langage de l’enfant » qui s’est tenue à la maison de la recherche, nous avons eu l’opportunité d’assister à quelques présentations de sujets de recherche de doctorants.

Pour ma part, j’ai pu suivre deux d’entre elles qui m’ont spécialement intéressées de par le thème abordée par la première intervenante dont le sujet de recherche porte sur les expressions idiomatiques et la seconde par l’originalité de l’étude comparative entre le français et l’allemand portant sur la dislocation dans les interactions enfant/adulte (maman).

Commençons par le premier sujet de recherche présenté par Mme ALBANO Maria Angela, doctorante d’origine italienne qui s’est intéressée particulièrement à la phraséologie. Une étude, pour le moins, originale accompagnée par un cadre méthodologique solide. Son étude sur le terrain s’est déroulée dans plusieurs villes italiennes dont Palerme, Milan, Rome etc. et a visé des étudiants universitaires dont le français est au centre de leur cursus.

Au menu, un questionnaire contenant des points variés pour découvrir la manière avec laquelle les étudiants ont appris le français, avec quels manuels et pour répondre à certaines questions directes comme « que signifie pour vous la phraséologie ? ». Ceci dans le but de contextualiser sa recherche et diriger les étudiants vers la sujet qu’elle traite.

Outre le questionnaire, notre doctorante a eu l’idée de mettre à l’épreuve ses sujets en leur demandant de bien vouloir traduire certaines expressions figées en contexte et hors contexte. L’objectif de cet exercice est de démontrer qu’il est parfois difficile d’identifier certaines expressions idiomatiques hors contexte avec une traduction dite « libre » et de ce fait, difficile d’opter pour le procédé de traduction qui convient le mieux à la situation (traduction littérale ou par équivalence ?). De plus le choix d’un public large permet à notre chercheuse d’affirmer son hypothèse qui reposait sur le fait que les traductions diffèrent selon les dialectes locaux des étudiants.

Sans transition, nous passons à notre seconde doctorante « KLEN Janina », étudiante en quatrième année de thèse. Son étude porte sur la fonction des dislocations Mère/enfant sur des sujets francophones et germanophones.

L’intérêt central de sa recherche est de faire une étude comparative entre le français et l’allemand autour de la dislocation. Sa première impression était que l’allemand présente plus de liberté quant à la prosodie, au topic marking et à l’ordre des mots.

Ceci pour analyser la fonction de la dislocation et la gestion des tours. Pour expliquer la notion de « gestion des tours » dans une optique liée à la « dislocation » nous reprenons approximativement l’exemple donné lors de la présentation. Considérons que le topic 1 est « la table n’est pas cassée ? », et le topic 2 « pourquoi veux-tu casser la table ? » tout deux énoncés par la maman. L’enfant répond quant à lui au topic 1 par « la table, elle n’est pas cassé » sans tenir en compte le topic 2, ce qu’on appelle ici « topic précédent ».

Comme nous venons de le dire, l’étude s’est portée sur des enfants et des adultes. Le corpus quant à lui contient 1h d’interaction entre une mère et son fils en langue allemande. On ajouté à cela, une étude longitudinale de type quantitatif et statistique pour collecter encore plus de données et offrir une certaine crédibilité à son travail.

À la recherche de col(l)ocations

Vu que la phraséologie occupe une place importante dans ma recherche, j’ai assisté au colloque Repenser le figement : enjeux et perspectives en phraséodidactique des langues, dans le cadre des Conférences du samedi de l’École doctorale 268 Langages et langues, en novembre 2016.

Parmi les conférenciers invités, se trouvaient María Isabel González Rey, de l’Université de Saint-Jacques de Compostelle, et Serge Verlinde, de l’Université catholique de Louvain-KU Leuven. Il s’agit de deux spécialistes dont les études sur la phraséologie sont analysées par ceux qui s’intéressent à ce domaine.

Les mots d’ouverture ont été prononcés par Dan Savatovsky, directeur de l’École doctorale. Vers 10h00, les participants se sont réunis dans la salle D21 pour la conférence plénière Phraséodidactique : du couple dictionnaire-exercices à l’aide à la rédaction en ligne. Serge Verlinde a organisé sa présentation autour de trois expériences : 1/le DAFLES (Dictionnaire d’Apprentissage du Français Langue Étrangère ou Seconde) ; 2/Les exercices adaptatifs en ligne (ALFALEX) et 3/L’aide à la rédaction SOS Fr. Il a présenté un exemple de continuum pour montrer la place des collocations au sein de la phraséologie (à mi-chemin entre les constructions libres et les structures totalement figées). Les apports d’Igor Melčuk quant à la combinatoire des mots et aux fonctions lexicales syntagmatiques qu’il propose, ont été mis en valeur. De cette présentation, nous avons retenu les références aux contributions de Melčuk et la méthodologie suivie pour la création du DAFLES.

À 14h00, Araceli Gómez Fernández, de l’Université nationale d’enseignement à distance de Madrid, a présenté la communication J’ai de sérieuses raisons de croire …à la phraséodidactique plurilingue. Pour son étude, elle a choisi Le petit Prince comme corpus. Les critères que cette auteure a suivis sont : la fréquence, le figement et l’opacité sémantique des collocations (ici définies comme phrasèmes sémantiquement compositionnels et semi-contraints). Elle a expliqué le travail mené à Salamanque à partir de la consultation de textes parallèles (traductions en espagnol). Dans cette communication, Gómez a analysé la fonction lexicale Magn (pour l’intensité). Elle a tenu à préciser que la collocation et la comparaison vont de pair dans le cas des expressions véhiculant l’intensité.

À 15h45, après une journée de travail sur plusieurs expériences d’études sur la phraséologie, tous les participants se sont réunis pour la conférence plénière de María Isabel González Rey : La dimension phraséologique du discours et sa didactisation. González Rey a rappelé l’évolution de la notion de collocation, à partir des groupements usuels de Charles Bally jusqu’à la création du terme par John R. Firth en 1957. Elle a insisté sur les contributions didactiques autour de la phraséologie, notamment en Espagne. Sa présentation m’a permis de mieux comprendre ses analyses dans ses ouvrages La phraséologie du français et Outils et méthodes d’apprentissage en phraséodidactique.

À la fin de cette journée, je suis partie, mieux armée, à la recherche de collocations…