Archives de catégorie : journées et colloques

Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle : 20-22 juin 2018

Un colloque exceptionnel autour d’une oeuvre exceptionnelle :

Programme Gayatri Ch. Spivak dans le siecle 20-22juin 2018

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

21e Rencontres Jeunes Chercheurs les 31 mai et 1er  juin 2018

Voici joint le programme pour les 21e Rencontres Jeunes Chercheurs qui auront lieu les 31 mai et 1er  juin 2018 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (ILPGA) au 19, rue des Bernardins – 75005 PARIS : RJC_Livret 2018

Le thème sélectionné cette année est le suivant: Des données à la théorie” en Sciences du Langage

Entrée libre ! Pour plus d’informations, consultez le site web : cliquez ici.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Mise en réseau des études sur le langage de l’enfant

Chères et chers étudiant.e.s de master 2,
 
Le réseau MELangE (Mise en réseau des Etudes sur le Langage de l’Enfant) qui réunit des enseignants-chercheurs, des docteurs et des doctorants des universités Sorbonne Nouvelle, Paris Descartes et Paris Diderot (et des collègues associés) organise les 12 et 13 juin prochain, à la Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, sa 3ème école de printemps (PETaLE 3). 
Cette année nous proposons trois thématiques, organisées chacune autour d’une conférence plénière et d’ateliers : 

Continuer la lecture de Mise en réseau des études sur le langage de l’enfant

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Une étudiante chez les docteurs : compte-rendu de la journée d’étude CLIODIL

 

Dans la salle Athena de la Maison de la recherche rue des Irlandais, les doctorantes de la Sorbonne Nouvelle s’apprêtent à prendre la parole pour présenter leurs recherches, des travaux qui mettent en parallèle les notions de contexte/contextualisation et historicité/historicisation. Nos chers professeurs ont endossés une nouvelle casquette, un rôle dans lequel on les connait peu : celui de chercheurs. Continuer la lecture de Une étudiante chez les docteurs : compte-rendu de la journée d’étude CLIODIL

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

A quoi bon les Humanités numériques pour les Sciences du langage?

A quoi bon les Humanités numériques pour les Sciences du langage?

Samedi de l’Ecole Doctoral 268
7 avril 2018
Organisé par Georgeta Cislaru & Dominique Legallois (Clesthia, Université Sorbonne-Nouvelle)
Salle Athéna,
Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne nouvelle
4 rue des Irlandais 75005 Paris

Continuer la lecture de A quoi bon les Humanités numériques pour les Sciences du langage?

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Histoire et didactique des langues et des cultures : journée de CLIODIL le 21 mars 2018

Le programmeet l’affiche de la journée sont ici :

Programme_journée_CLIODIL21mars_impression

CLIODIL_diltec_21mars

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Colloque : école, migration, itinérance

Affiche Colloque Evascol_fr

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le formulaire en ligne : http://www.evascol.inshea.fr/?q=fr/content/inscription

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les langues de Michel Chaillou

Compte-rendu d’une intervention de Pascal Lefranc sur « le roman de la langue et des langues » de Michel Chaillou (dans le cadre du séminaire doctoral Les langues des écrivainsED 268 « Langage et langues : description, théorisation, transmission » dirigé par Jean-Louis Chiss et Serge Martin à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3, le 8 février 2018).

Pascal Lefranc, professeur de Lettres au lycée de l’Escaut de Valenciennes, présente l’œuvre de Michel Chaillou, romancier français né en 1930 et décédé en 2013, sur qui il prépare sa thèse. Le sujet de cette conférence est la langue vue par Chaillou – ce dernier privilégiant le terme de langue à celui de style – et la tâche qui incombe à celui qui se veut écrivain. Les extraits retenus par Pascal Lefranc (et dont quelques magnifiques passages sont ici retranscrits) permettent de saisir la portée de son message à travers sa très fine écriture, lame de son propos.

Continuer la lecture de Les langues de Michel Chaillou

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

L’évaluation en langues : aspects institutionnels

Journée Sesylia 26 janvier 2018
L’évaluation en langues : aspects institutionnels

Cette journée Sesylia (laboratoire Prismes, EA4398) permettra de s’interroger sur certains aspects de l’évaluation en langues (le Certificat de Compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur, les évaluations nationales de la DEPP, l’évaluation de l’interaction orale dans le secondaire), en reliant plus particulièrement les enjeux épistémologiques, conceptuels et organisationnels.
Continuer la lecture de L’évaluation en langues : aspects institutionnels

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Le rôle des enseignants à l’ère numérique – réflexion sur les assises de la lusophonie et de la francophonie

Les assises de la lusophonie et francophonie ont eu lieu du 6 décembre 2017 au 8 décembre 2017. Des débats ont été organisés entre les différents acteurs dans l’univers francophone et lusophone, visant à analyser l’importance de l’enseignement de ces deux langues, à discuter les défis et les perspectives d’avenir de l’éducation.

Ce qui m’intéresse le plus, c’est l’intervention de M. Lumbroso qui explicite les défis confrontés par les écoles francophones et lusophones à notre époque. Dans son exposé, l’un des défis principaux est le numérique. Pourquoi c’est un défi au 21e siècle ? Selon lui, c’est parce que les données ne sont pas les informations, l’information ne fait pas la connaissance et la connaissance ne fait pas la manière de décider quelque chose. Il souligne que l’école doit apprendre le numérique, apprendre du numérique, mais surtout apprendre à apprendre avec le numérique. Il met en avance également le rôle d’accompagnement des enseignants, qui doivent prendre la responsabilité de guider les élèves à passer des données à l’information, de l’information à la connaissance, de la connaissance au savoir-faire dans la vie. Par conséquent, les enseignants doivent être très bien formés, pour qu’ils soient non seulement en mesure de moduler un numérique d’urgence permanente, mais aussi de savoir ralentir afin de mieux réfléchir plus correctement.

Ses idées m’ont beaucoup frappée. Nous sommes déjà entrés à l’ère numérique. Dès la naissance de la nouvelle génération, les nouvelles technologies font déjà partie de leur quotidien. Grâce aux outils numériques, nous pouvons accéder à une multitude d’informations et de ressources qu’avant. Cependant, face à l’explosion des informations, nous pourrions être perdus. Comment sélectionner les données utiles ? Comment passer les informations aux connaissances ? Bien que les élèves puissent développer des compétences autonomes, ils pourront quand même rencontrer ce genre de difficultés. Ce passage indispensable nécessite ainsi l’intervention de l’école et l’accompagnement des enseignants. C’est la raison pour laquelle le rôle des enseignants est aussi importante à l’ère numérique.

 

Bibliographie

Intervention de M. Olivier LUMBROSO dans les Assises de la lusophonie et de la francophonie, en Grand Amphithéâtre de l’Université Sorbonne, le 7 décembre 2017.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

More Posts

Compte rendu de la table ronde : vers des nouvelles humanités ?

La table ronde « Vers des nouvelles humanités » a eu lieu le 5 décembre en Amphithéâtre Durkheim de la Sorbonne. Les expériences conduites par le pôle HALL de Sorbonne Paris Cité ont été présentées par plusieurs chercheurs dans de différents domaines : études d’enfance et humanités, humanités numériques et humanités médicales. Ce compte rendu se focalisera sur la présentation intitulée « De la crise des humanités aux humanités numériques » d’Ioana Galleron, enseignante chercheure de Paris 3.

Galleron présente tout d’abord la définition de l’humanité numérique, soit une discipline où les humanités et les technologies informatiques se croisent. Il s’agit de la numérisation d’artefacts, la mise en réseau de connaissances, l’attribution auctoriale, etc.

Elle indique dans un deuxième temps la crise des humanités, qui concerne la dimension sociale, politique et disciplinaire. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin des nouvelles approches afin de favoriser les études des humanités. C’est ainsi que les humanités numériques émergent et tentent de répondre à nos besoins.

Elle illustre ensuite comment les HM satisfont nos besoins. Les anciens besoins consistent en accessibilité des ressources sans limite de temps et d’espace, en collaboration intra- et transdisciplinaire, et en gestion de l’information. Premièrement, elle met l’accent sur la notion de l’« open science ». Avec le développement des outils informatiques et de l’internet, les ressources électroniques sont accessibles pour tout le monde. La mise en application des outils « open source » favorise la collaboration entre les chercheurs et la redistribution des ressources. Le « crowdsourcing », qui se sert de l’intelligence de nombreuses personnes afin d’accomplir des tâches prises en charge par une personne, a également un impact important. Deuxièmement, elle souligne sa fonction de l’annotation et de la mise en lien. Les ressources numériques comportent des métadonnées, des balises, et des liens hypertextes vers des ressources externes. Cela nous permet de consulter plus d’informations complémentaires. A part ces anciens besoins bien connus, Galleron ajoute également les nouvelles propositions, par exemple, la manipulation des textes. Les outils numériques favoriseront extraction d’information au-delà des mots, segmentation, comparaison des textes, visualisation et distant reading, etc.

Elle mentionne en dernier lieu les contributions de Paris 3 et les perspectives. Paris 3 a déjà réussi à construire des outils de traitement automatique des langues pour les sciences humaines et sociales. Le programme de collaboration entre Paris 3, Paris 13, Paris 7 et INALCO a conduit à une plateforme web simple et conviviale pour la constitution de corpus, l’analyse linguistique et statistique, l’interrogation, l’exploration et la visualisation des données. De plus, les professeurs ont proposé les nouvelles approches pour les études de l’histoire littéraire et l’analyse du texte littéraire, telles que la Banque de données d’histoire littéraire (BDHL) proposée par Henri Béhar, et la littérométrie proposée par Bernard et Bohet. Un écosystème humanités numériques est en cours de constitution grâce aux efforts des enseignants chercheurs et à la collaboration au sein de l’USPC.

La présentation d’Ioana Galleron nous aide à mieux connaître la défintion des humanités numériques et leurs apports aux études des sciences humaines et sociales. En tant qu’étudiante en didactique des langues et future professeur, je suis vraiment intéressée par ce sujet. Etant donné que nous nous trouvons dans une époque où les nouvelles technologies ont intégré dans tous les aspects de la vie quotidienne, l’utilisation des outils numériques ont modifié notre vision du monde et nos habitudes d’apprentissage. Il est ainsi indispensable de prendre en compte ses effets sur l’enseignement/apprentissage des langues.

D’un côté, le numérique possède des effets favorables. L’accès libre et rapide aux diverses ressources électroniques facilite la recherche des informations. Le travail collaboratif et les discussions en ligne favorisent également le partage des connaissances. Les applications ludiques pour apprendre les langues renforcent en outre l’intérêt des apprenants. De l’autre côté, l’explosion des informations et la diffusion des fosses informations nécessitent un regard critique. Les apprenants peuvent aussi être dépendants des outils numériques, qui réduira en quelque sorte leur réflexivité.

Comme ce que signale Emmanuel Davidenkof, « ce n’est pas la question du numérique qui se pose, mais celle du pédagogique » (2016 : 18). Ce qui importe, c’est la manière dont les enseignants le mettent en pratique. Alors, quant à l’enseignement de la littérature, quel est le rôle du numérique ? Comment nous pouvons nous bénéficier de ses effets favorables ? Comment éviter les effets négatifs ? Il nous reste des questions à réfléchir.

 

Bibliographie

« Entretien avec Emmanuel DAVIDENKOFF », réalisé par Régis Guyon en juillet 2016, Diversité, n° 185, 3e trimestre 2016.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

More Posts

Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

 

Nous avons participé au séminaire le 11 décembre, 2017 au Centre Censier, la première intervention dans le cadre du séminaire vise au sujet de la polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme, dirigé par GILLES DUPUIS, professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et codirecteur du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Il est membre des comités de rédaction de la revue Intermédialités et du magazine Spirale. Dans ce colloque, il nous a apporté des réflexions sur le joual, notamment dans la littérature française.

Continuer la lecture de Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Compte rendu « Le français et la Chine : hier, aujourd’hui et demain »

Je vous présente un compte rendu sur le thème « Le français et la Chine : hier, aujourd’hui et demain » exposé par CHEN Wei de l’Université des études internationales de Shanghai, qui a eu lieu le 4 décembre au colloque Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanites.

Chen W. a présenté dans un premier temps l’histoire des études de la langue française en Chine. Dans un deuxième temps, il a montré la situation actuelle de ces études puis, dans un troisième temps, il a brièvement partagé ses idées sur l’avenir du français en Chine.

  1. L’histoire de l’étude du français en Chine

En chine, l’enseignement du français a commencé dès le 19e siècle et, avant la révolution chinoise en 1927, le français était la 3e langue enseignée, après l’anglais et le russe. Cependant, pendant la révolution entre 1927 et 1949, l’enseignement des langues a été interrompu, ce qui a résulté en un manque d’expert de langues en Chine à la fin de la révolution.

En 1956 l’état chinois a décidé de diversifier l’enseignement de langues : sept universités chinoises ont alors été dotées d’un département du français. De 1949 à 1978, en raison de la politique chinoise, l’enseignement du français rencontre une crise causée par la langue russe. Toutefois, suite à l’ouverture de la Chine, une ambiance favorable à l’enseignement de langues étrangères s’installe. Le gouvernement chinois a encouragé l’enseignement du français dans des buts diplomatiques. En 1993, un programme a même favorisé le développement du français du fait que la France était le premier pays occidental à accueillir la Chine diplomatiquement.

  1. Les études actuelles du français en Chine

Au 21e siècle, la Chine connait une grande croissance d’universités, avec en moyenne sept universités ouvrant leur porte au français chaque année.

Les apprenants chinois ont une bonne image de la langue française et leurs motivations pour l’apprendre sont diverses. Neuf étudiants sur dix considèrent cette langue comme étant la plus belle du monde. Ils estiment que la France, ainsi que sa langue, est romantique. Certains étudiants chinois sont également attirés par la littérature et l’art français. De plus, le marché commercial entre la Chine et la France motive maints chinois à apprendre le français.

  1. Le français en Chine dans le futur

Le français est considéré comme « une petite langue » en Chine par rapport à la langue anglaise. En raison du manque du temps, Chen W. n’a pas partagé toutes ses idées sur l’avenir du français en Chine. Il a cependant présenté brièvement la crise de cette langue causée par l’impact d’anglais. Chen W. montre que les employés  communiquent majoritairement en anglais dans les entreprises internationales, y compris dans les entreprises françaises.

 

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts