Archives de catégorie : journées et colloques

20 octobre : journée Asdifle à Strasbourg (Le français à visée professionnelle)

Programme_Rencontre57_JE_20octobre_Strasbourg2017_asdifle_arefle_journee_etudes

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Quand je dois expliquer mes propos. Expérience d’intervenante dans un séminaire de l’AUF

Il y a quelques mois, la Direction régionale Caraïbe de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a lancé un appel à communications pour le Séminaire régional des départements universitaires de français AUF – Caraïbe. L’objectif de ce séminaire célébré les 20 et 21 mars à Saint Domingue, République Dominicaine était de renforcer les synergies entre les départements de français de la région.

Quatre activités ont marqué cette semaine d’échanges :

  1. Les animations pour la Journée internationale de la Francophonie (le 20 mars)
  2. Les communications scientifiques sur le thème « le français : une langue d’avenir dans les Amériques et la Caraïbe ? »
  3. Visioconférence du professeur Jean-Marc Mangiante sur le Français sur objectif spécifique (FOS) et le Français sur objectif universitaire (FOU)
  4. Le Forum sur l’enseignement du français dans les universités dominicaines.

Pour le séminaire, les organisateurs ont proposé cinq axes :
1. Pourquoi apprendre ou enseigner le français en 2016 dans les Amériques et la Caraïbe : les enjeux, les opportunités ?
2. •L’évolution des politiques publiques et éducatives : les choix, les raisons, les impacts.
3. •L’image du français entre mythes, réalités et distorsions ?
4. •Les « success stories » et les initiatives avortées de l’enseignement du français dans les Amériques et la Caraïbe.
5. •Le français en milieu universitaire :  comment en faire un atout pour l’enseignement, la recherche et l’emploi ?

Pour ma communication, j’ai retenu l’axe 5. Comme elle a été acceptée, j’ai dû me préparer pour un voyage Paris-Saint-Domingue. Après quelques mois en France, j’étais contente de retrouver la chaleur de ma zone caribéenne et mes anciens collègues de la région.

Après une longue attente de 10 heures à l’aéroport de Paris-Orly (vols retardés ou annulés à cause de l’attaque du 18 mars), j’ai pris le vol destination Saint-Domingue. À cause de ce retard, je suis arrivée deux heures avant la cérémonie d’ouverture. Même si j’étais fatiguée, je ne me suis pas endormie, surtout parce que c’était à moi de présenter la première communication : « Le français dans les universités cubaines : mobiliser et agir pour relever le défi ». J’ai évoqué les liens historico-culturels entre la France et Cuba ainsi que le rôle du français dans l’enseignement universitaire cubain. Dans ma présentation, j’ai proposé des actions concrètes à instaurer pour valoriser le français dans nos centres d’enseignement supérieur. Cela m’a permis d’échanger avec différents chercheurs, par exemple Patrick Chardenet et Patrick Riba.

Les communications et les discussions ont été riches et diverses : Enseigner le français aux enfants en contexte hispanophone. Analyse de pratiques et outils de formation, de la Docteure Laura Uribe, membre du DILTEC ; La francophonie haïtienne et l’expansion du français en Amérique et dans la Caraïbe, du Docteur Renauld Govain, doyen de la Faculté Linguistique Appliquée de l’Université d’État d’Haïti ; Francophonie des Amériques et (inter)américanité francophone : le rôle glottopolitique des Départements universitaires de français, de Patrick Chardenet, Maître de conférences en sciences du langage Laboratoire ELLIADD.

Ces espaces de partage contribuent à tisser des liens entre les départements universitaires de français de la Caraïbe et à dessiner des stratégies pour renforcer la place du français dans la région.

Écouter, répondre. Et après ?

« Entendre ne veut pas dire écouter, car l’ouïe est un sens mais l’écoute est un art. »

Anonyme

En rédigeant mon mémoire de M2, j’ai eu le temps de penser à la contribution apportée par chaque échange, chaque colloque, chaque journée d’étude. L’un de ces moments ayant marqué mes analyses a été la journée d’étude du 16 novembre 2016 : Expériences d’écoute. Pratiques et théories en didactiques des langues et des cultures.

Cette journée a été organisée par Nathalie Borgé, Serge Martin et les doctorantes Carla Campos et Charlotte Guennoc.  Vers la fin de la journée, ces deux jeunes doctorantes ont animé une table ronde sur la recherche menée par plusieurs étudiantes de M2. Au moment où nos recherches commençaient à se dessiner, entendre parler de genèse, relecture, écriture, analyse, écoute, dialogue, etc. m’a montré le long chemin du chercheur.

Plus tôt, dans la matinée, les activités proposées par Serge Martin, Muriel Molinié et Ivan Jimenez Garcia ont mis l’accent sur l’écoute. Les exercices en binôme avec les figures de l’accompagnant et l’accompagné et de l’écoutant et l’écouté ont contribué à ma préparation pour les entretiens. En particulier, les réflexions sur l’écoute du récit de vie et la posture hétéro-formative à visée scientifique ont attiré mon attention. Cette posture décrit comment on aborde l’autre, l’informateur pour recueillir des informations mais sans faire attention à ce que cela lui apporte.

Lors de la préparation de mes entretiens, j’ai consulté mes notes des différents colloques et cours et je suis tombée sur ces notes-ci. Les discussions de cette journée d’étude sur l’écoute se reproduisaient quelques mois après. Pour mes entretiens, il m’a fallu être attentive, écouter, prendre des notes, relancer le dialogue, reformuler les propos de mes informateurs et répondre à leurs commentaires. L’écoute a joué un rôle essentiel pour obtenir des informations sur mon terrain. Comme je n’ai pas pu aller à Cuba pour faire les entretiens, j’ai dû téléphoner à mes informateurs. Sans l’appui des gestes et des regards, j’ai dû me concentrer sur les inflexions de voix, les silences, les mots prononcés avec emphase… Et puis, transcrire tous ces dialogues m’a demandé d’étudier plusieurs codes de transcription et de les réadapter.

Or, l’écoute a été essentielle dans cette expérience, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser après à ‘cet agir sur les informateurs’. Comment restent-ils après avoir été sollicités pour nos entretiens ? S’intéresseront-ils a posteriori au sujet et à leur contribution à nos recherches ? Des questions nées des échanges lors d’une journée d’étude qui viennent nous habiter quelques mois après.

Rencontre virtuelle FLE : Préparer les adolescents au niveau B2 avec À plus 5

Pour toutes les personnes qui s’intéressent au public d’adolescents ou même à l’utilisation des manuels, l’Éditions Maison des Langues organisent une rencontre virtuelle le mercredi 21 juin sur l’utilisation du manuel À plus 5 afin de préparer les adolescents au niveau B2. N’oubliez pas que, comme l’a dit Besse, un manuel reste « un outil mis à la disposition de l’enseignant et des enseignés pour les aider, dans le contexte qui est le leur, à (faire) acquérir la langue étrangère. D’évidence, ce n’est pas le manuel qui enseigne, encore moins lui qui apprend. C’est-à-dire que son efficacité relative, comme pour tout outil, dépend autant de la manière dont on l’utilise que de ses qualités propres » (2001 : 15).

Ci-dessous les informations pratiques :

 

Date :

Mercredi 21 juin

Heure :

de 12h00 à 13h00 (heure de Paris)
Pour calculer le décalage horaire de votre ville avec Paris, cliquez ici

Intervenante :

Descriptif :

La collection À plus est désormais au complet ! Le dernier né, À plus 5, guide les adolescents vers le niveau B2 à travers des thèmes qui les touchent et les intéressent.
Nous reviendrons d’abord sur les points forts de la collection À plus qui, en plaçant la motivation des apprenants au cœur de l’apprentissage, parvient à les faire progresser de manière ludique et naturelle.
À plus 5 se consacre au niveau B2 ; ainsi, nous nous demanderons ce qui est attendu d’un adolescent visant à atteindre ce niveau. À plus 5 fournit aux apprenants tous les outils nécessaires pour valider l’examen du DELF B2.

Comment À plus 5 réussit-il à préparer des jeunes de 17 ans, non seulement à atteindre le niveau B2, mais aussi à s’exprimer avec assurance sur des sujets qui les captivent et leur tiennent à cœur ?
C’est la question à laquelle nous répondrons, à l’aide de l’analyse détaillée de la première unité didactique du manuel. Après avoir étudié la construction de l’unité (sa progression, sa cohérence), nous mettrons en valeur les éléments qui, au fil des leçons, motivent l’apprenant à participer.
Enfin, nous donnerons des conseils aux enseignants sur la manière d’utiliser au mieux les pages de jeu, de bilan, et de DNL, afin d’assurer des cours toujours vivants et ludiques.

Ne manquez pas ce rendez-vous en direct avec l’une des auteures de la collection, vous avez jusqu’au 20 juin pour vous inscrire !

BIBLIOGRAPHIE 

Besse H., (2001). Méthodes et pratiques des manuels de langue, Paris : Didier.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Compte-rendu de la conférence du 14 juin 2017

Théorie, hypothèse, modèle et méthode en linguistique: Perspectives sémasiologique et onomasiologique

Aujourd’hui, j’ai assisté à une conférence de DILTEC autour du FOU. La conférencière a fait ses études à l’université de Turku en Finlande et terminé sa thèse sur la recherche de l’utilisation des quatre termes scientifiques en linguistique : théorie, hypothèse, modèle et méthode dans les écrits scientifiques en français et en finnois. L’objectif de sa thèse est de discriminer « les différents types de construits scientifiques » des quatre termes à partir des observations effectuées sur un corpus de 120 d’articles scientifiques en linguistique, moitié en français, moitié en finnois.

La présentation de sa thèse s’organise en quatre parties : la présentation des questions de recherches ainsi que le corpus construit pour sa recherche. La présentation du cadre théorique. L’explication des résultats et la proposition de la piste à suivre dans le futur.

Les questions de recherches s’articulent autour de deux thèmes :

  1. La variation liée à l’utilisation des quatre termes scientifiques dans le même genre discursif en deux langues (français et finnois).
  2. Les convergences et les divergences au niveau du conceptualisation, les facteurs influant leur emploi.

Pour répondre à ces deux grandes questions, la conférencière a construit un corpus de 120 d’articles scientifiques en linguistique, 60 en français, 60 en finnois. Les variations de l’emploi des termes scientifiques se sont fait vérifier tout d’abord à l’aune de la perspective sémasiologique qui vise à analyser respectivement la sémantique de chacun des quatre termes, et puis à la perspective onomasiologique qui interroge le concept lié à la dénomination d’une certaine entité. La méthode est basée sur l’analyse des quatre termes avec leur contexte dans le corpus afin de décortiquer l’utilisation de chaque terme. Par exemple pour le terme théorie, il recense six valeurs sémantiques dans la perspective sémasiologique :

  1. Comme présentation systématique des phénomènes qui est relativement cohérente et bien établie : Théorie de la pertinence;
  2. Comme ensemble de connaissances liées aux certains domaines : la théorie de terminologie;
  3. Comme un moyen : la théorie permet d’expliquer quelques choses;
  4. Comme un but : l’auteur établit parfois sa propre théorie à partir des autres théories;
  5. Comme un fondement abstrait : XX est fondé sur la théorie de Y.
  6. Comme une explication à tester : en testant nos hypothèses théoriques…

À la fin de l’analyse sémantique contextuelle des quatre termes, l’auteur propose une comparaison entre des termes, ce qui démontre que les termes sont des synonymes partielles. Ce constat explique la situation complexe de leur utilisation.

Par la suite, des questionnaires concernant les convergences et les divergences de l’usage conceptuel des quatre termes ont été envoyés aux linguistes finnois. Les questions conçues sont plutôt comme la comparaison entre le terme théorie et le terme hypothèse pour éviter le copier-coller éventuel des définitions des termes. Les réponses obtenues ont été traitées en fonction de cinq facteurs : l’étendue, le degré de certitude et de stabilité, le niveau d’abstraction, la cohérence, la question de style et de convention. Par exemple, sous angle de l’étendue des termes, théorie > modèle > hypothèse.

Le seul facteur qui n’a pas été repéré est si le choix des termes est lié au style de l’auteur ou à la convention de l’écrit en deux langues. Il est probablement à cause de l’inconscience sur ce point chez des linguistes questionnés.

Cette conférence me parait bien utile, car dans mon mémoire, j’ai rencontré aussi le problème de bien fixer des noms scientifiques comme question, problème dans une catégorie précise des noms scientifiques. La présentation des quatre termes ainsi que leurs contextes me parait très claire, et m’aiderait peut-être dans le futur.

 

Référence :

La conférence DILTEC (2017) : Théorie, hypothèse, modèle et méthode en linguistique: Perspectives sémasiologique et onomasiologique

 

Luodonpää-Manni, M. (2016). ‘Théorie’, ‘hypothèse’, ‘modèle’ et ‘méthode’ dans le domaine de la linguistique: perspectives sémasiologique et onomasiologique. Consulté à l’adresse http://www.doria.fi/handle/10024/123718

 

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

“Les imaginaires de la traduction”

1ère journée : vendredi 3 mars 2017/9h-18h

Salle Claude Simon, Sorbonne Nouvelle, Maison de la recherche. 4 rue des irlandais 75005 Paris

J’ai eu l’occasion d’assister à cette journée d’étude qui était organisée par Christina Bezari (Ghent University), Riccardo Raimondo (Université Sorbonne Paris-Cite) et Thomas Vuong (Universite Paris 13-SPC/Pleiade)

9h : Accueil des participants et petit-déjeuner au buffet

9h15 : Introduction de Pierre Civil (Sorbonne Nouvelle)

9h30 : Riccardo RAIMONDO – Prélude : traduction, herméneutique et imaginaire

10h00 Panel « POÉSIE ET IMAGINAIRE », présenté par Carole Birkan-Berz (Sorbonne-Nouvelle)

Miriam ROSSI (Tallinn University) – Imagined Translations in the Soviet Eighties, Samizdat and Poetry Translation

L’article ici nous suggère une exploration de la traduction poétique à Leningrad, durant le régime soviétique, en étudiant plus particulièrement la période des années 1980. Cet article interroge, développe et analyse en outre différents points :

  • Quelles fonctions remplissent, implicitement ou non, les poètes traducteurs ?
  • Qu’est-ce qui se joue quant à la représentation de l’Autre, durant l’acte de traduction ?

A noter également que cet article nous invite à étudier ce phénomène au travers du développement du système clandestin de circulation d’écrits dissidents, réseau informel, le Samizdat.

Selon Rossi, la traduction aide à transmettre les idées des autres. De plus, la traduction peut être considéré comme une résistance contre la censure. C’est un moyen d’expression. Au fur et à mesure où nous avançons dans cette investigation, il nous est proposé une étude sur la célèbre poète-traductrice, Olga Sedakova, emblème d’activisme dans le champ de la poésie et de la traduction. Olga était forcée à aller dans un hôpital psychiatre à cause de ses pensées par rapport à la traduction. La censure a forcé plusieurs écrivains à ne pas exister. Mais la traduction est devenue un refuge pour les écrivains russes.

Thomas VUONG (Univ. Paris 13-SPC/ Pléiade) – Traduire selon Bonnefoy : trahir au nom de l’imaginaire poétique ?

Figure emblématique du second XXème siècle, le français Yves Bonnefoy (1923-2016) s’est dessinée une renommée autant pour ses essais critiques sur la littérature ou l’art, que pour la poésie. . Les travaux historiques et critiques commencèrent à partir de 1954, avec une monographie consacrée aux Peintures murales de la France gothique. Ils se développèrent beaucoup par la suite et portent principalement sur l’histoire de la peinture, la relation des arts à la poésie, l’histoire de la poésie et son interprétation, la philosophie de l’œuvre et de l’acte poétiques. Ils vont de pair avec une activité de traducteur de Shakespeare (une quinzaine d’ouvrages), de William Butler Yeats (Quarante-cinq poèmes de Yeats, 1989), de Pétrarque et de Leopardi, ainsi que du poète grec Georges Séféris à qui l’a lié une longue amitié ; il a conduit une réflexion sur l’acte du traducteur, réflexion engagée dans les préfaces qu’il a données à ses traductions de Shakespeare (Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats, 1998 ; La Communauté des traducteurs, 2000.) Pour ces traductions, la question première est de se rapprocher de la personne de l’auteur. Bonnefoy parle à leur sujet d’empathie, d’admiration, d’affection, d’amour même. À partir de cette intimité avec l’auteur, le traducteur peut recréer, de par son propre mouvement, le texte de l’auteur en toute fidélité.

Cette communication interrogera donc les modalités selon lesquelles Bonnefoy pratique, commente et théorise la traduction poétique comme une trahison du poème traduit, au nom de la poésie. Il définira la poésie comme étant une « articulation entre une existence et une parole ». Toute œuvre poétique est le fruit d’une existence. Il y a continuité entre l’être du poète, de la poétesse, et sa poésie. La parole se distingue du langage, qui est un système ; elle est une présence, par laquelle se manifeste cette existence. La parole a un caractère vivant, car elle est indissociable de l’être qui la prononce

Amina AZOUZ (Paris-Sorbonne) – Adonis : l’impossible traduction de l’imaginaire

Pour quelles raisons les poètes traduisent-ils les poètes ? La particularité de l’œuvre du poète syrien Adonis relève de son grand nombre de traductions de poètes français vers l’arabe, mais aussi de sa qualité d’acteur dans le processus de traduction de ses propres œuvres vers le français. Adonis est un des auteurs arabes le plus traduit. Adonis écrit pour un lectorat francophone. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands poètes arabes vivants, notamment suite à la disparition de Mahmoud Darwich. Il est un autodidacte influent, voire iconoclaste, quant à la réévaluation critique de la tradition poétique arabe vis-à-vis des pressions intellectuelles, politiques et religieuses du monde arabe actuel, l’exemple le plus frappant étant La Prière et l’Épée. Son œuvre révèle plusieurs thèmes : injustice, dictature, guerre, misère… Il se saisit des évènements contemporains pour en faire des mythes, sans pourtant devenir un « poète engagé ».

Christina BEZARI (Univ. de Gand) – « Traduire par amour authentique du beau » : la quête de la traduction dans les Fragments de Novalis.

Cette communication nous invitera à porter attention sur la vision romantique de la traduction telle qu’elle a été articulée dans les Fragments de Novalis. Bezari a procédé à une analyse des passages visant l’acte de traduire en se focalisant sur la triple dimension grammaticale, transformante et mythique de la traduction littéraire. Selon Bezari, la traduction n’imite pas le poète, il imite l’imagination du poète.

11h30-12h00 : Pause-Café

12h00-12h30 : Guillaume METAYER (CNRS) – Les imaginaires du traducteur de la poésie de Nietzsche

La poésie est considérée comme la partie ratée de Nietzsche. Selon les gens il était ni poète ni philosophe. Bachelard était le premier à écrire un article sur la poésie de Nietzsche. Il trouve un élément d’imaginaire dans sa poésie. Les poèmes de Nietzche constituent un corpus contrasté et assez peu travaillé.

12h30-13h30 : Déjeuner – buffet

13h30h-14h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 1 » présenté par Christina Bezari (Univ. de Gand)

Lilia ANDROSENKO (Université de Franche-Comté) – Dostoïevski traducteur de Balzac

À travers la traduction russe d’Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac par le jeune Fiodor Dostoïevski, l’étude ici porte à s’interroger sur l’impact et les conséquences qui ont pu découler de ce premier travail pour le futur romancier : en quoi et comment cette traduction peut être perçue telle une création artistique, en mesure de démarrer une carrière littéraire du traducteur ? Voire d’être à l’origine du succès ultérieur de ses propres écrits ?

Mirella BOTARO (Univ. de Poitiers) – Les référents culturels et la traduction créative (Monénembo et Mabanckou)

Cette intervention était fondée sur les enjeux interculturels de la traduction des romans Pelourinho (1995) du Guinéen Tierno Monénembo, et Verre Cassé (2005) du Congolais Alain Mabanckou au Brésil. M. BOTARO nous présente une analyse comparée de ces deux romans sous le prisme de la traduction, afin de nous amener à une réflexion sur les circulations littéraires sur l’axe sud-sud.

14h30-15h30 : Panel « TRADUIRE LE ROMAN 2 », présenté par James Archibald (McGill University)

Ngadi MAÏSSA LAUDE (Univ. de Lorraine) – Cartographier l’imaginaire d’un auteur (Olivier Rolin)

Laude propose de spécifier la cartographie des traductions (14 traductions) des œuvres d’Olivier Rolin. Elle met que les choix des traducteurs sont influencés par les sujets des romans et contribuent à ratifier la position revendiquée par l’auteur.

Marianna BRAUX (Adelaide University) – La liberté du traducteur face au roman hétérolingue

Cet exposé suggère la traduction dans sa dimension pragmatique visant à ramener, au style (indirect) libre, un discours antérieur à un tiers qui n’y a pas accès directement. Il s’agira alors, dans un panorama énonciatif et à partir de l’exemple de trois traductions du roman hétérolingue Pas pleurer de Lydie Salvayre, de s’interroger sur la dynamique dialogique de la traduction, ceci dans l’objectif de ressortir et valoriser sa fonction testimoniale.

15h30-16h00 : Pause-Café

16h00-17h00 : Panel « TRADUIRE LES TEXTES FONDATEURS » présenté par Antonio Sotgiu (Sorbonne-Nouvelle)

Marianne REBOUL (Paris-Sorbonne) – Raconter l’aventure en traduction, le mytho d’Ulysse dans les traductions françaises de l’Odyssée

Ulysse est, dans l´Iliade et l’Odyssée, un partisan du mytho et de la peitho : il convainc rois et guerriers, est reconnu pour sa ruse, voire comme un fieffé menteur. Grâce à cette présentation, on est en mesure d’analyser entre elles l’ensemble des traductions produites en France entre 1541 et 2008, et de disséquer comment le mythe d’Ulysse est perçu à travers les traductions.

Manel BOUAITA (Paris-Sorbonne) – Imaginaires et ambiguïtés traductologiques (sur le Coran)

C’est un texte (le Coran) intraduisible. Déjà, les grands poèmes sont intraduisibles.” Cette citation de Jacques Berque, sociologue et anthropologue orientaliste français, souligne la difficulté constante à traduire le Coran. Cette résistance se manifeste parce que ce sont d’abord non seulement les paroles de Dieu, autrement dit, des paroles sacrées mais aussi des paroles en langue arabe classique, une langue estimée très contraignante à apprendre et de surcroît à retransmettre. Donc le texte religieux peut avoir plusieurs interprétations. En conséquence comment un traducteur peut le traduire sans introduire ses propres imaginaires ? A noter que les versets ne sont pas ambigus, mais c’est la traduction qui est influencé par l’imaginaire des traducteurs. Dans la traduction de Zainab Abdul Aziz, on note une pensée féministe, une ouverture d’esprit, une imaginaire idéologique. Patiente et plus respectueux de la femme.

En gros, c’était une journée d’étude très intéressante. Le niveau d’intérêt a atteint le maximum pendant la dernière communication.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

“J’ai cherché l’altérité des hommes là où ils se trouvent”

Rencontre d’hommage au poète Mahmoud Darwich à l’occasion de la parution du numéro spécial de la revue Europe qui lui est consacré

Le samedi 25 février 2017 à partir de 14h

Auditorium

Inalco 65 rue des Grands moulins 75013 Paris

Organisateur : Khadhim Jihad Hassan

J’étais sceptique à l’idée d’assister à ce colloque quand une amie et moi avons vu l’annonce à INALCO. Appartenant de l’Asie du sud, il existe des grands écrivains des autres pays hors de mon pays avec lesquels je ne suis pas familière. Cependant, l’enthousiasme que j’ai vu sur le visage de mon amie m’a encouragé à assister à cette réunion des spécialistes de Darwich.

Mahmoud Darwich, pour ceux qui sont comme moi et ne le connaissent pas, était un écrivain palestinien né en 1942 en Palestine et mort en 2008 aux Etats-Unis. Tout au long de sa poésie il retrace la souffrance qu’il a ressenti pendant l’expulsion massive en 1948 des musulmans de sa ville natale Al-Birwa. Pourtant, il continua à souffrir toute sa vie, car la tristesse qu’il a ressenti pendant l’expulsion ne l’a jamais quitté.

14h00-14h50

1ère table ronde : la revue Europe et l’actualité de Darwich

Modérateur : Farouk Mardam-Bey (historien et éditeur, directeur de la collection Sindbad aux Éditions Actes Sud)

1er intervention – Jean-Baptiste Para (poète, critique littéraire et traducteur, directeur de la revue Europe) et Kadhim Jihad Hassan (poète, critique littéraire et traducteur, professeur des universités au département d’Études arabes à l’INALCO) : Présentation du numéro de la revue Europe consacré à Mahmoud Darwich

Para nous a donné une vision globale de Darwich : sa dimension humaine ainsi que poétique et politique. Hassan a traité le côté poétique de Darwich : le côté lié à sa nostalgie, tristesse, et sa mélancolie. Darwich a traité la thématique d’exil tout au long de sa poésie. Il a collé des portraits de Ramallah et sa souffrance dans ses vers.

2eme intervention- Carole Boidin (maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université de Nanterre Paris-X ; a publié plusieurs recherches sur la littérature arabe classique et moderne) : Présentation de l’ouvrage Formes de l’action poétique, René Char, Mahmoud Darwich et Federico García Lorca, Neuilly, éd. Atlande, 2016, écrit par elle en collaboration avec Ève de Dampierre-Noiray et Émilie Picherot

Boidin mentionne une très belle journée qu’elle avait passé avec Darwich. Elle nous indique que Darwich était un grand médiateur des problèmes palestiniens. Elle nous dit avoir été fortement touchée par la poésie de Darwich.

Ce qui est remarquable à propos de ce colloque était de savoir que la plupart des intervenants ont déjà rencontré Darwich. C’était intéressant d’entendre leurs expériences avec cet écrivain.

3eme intervention- Subhi Hadidi (critique littéraire, traducteur, commentateur de l’actualité politique et culturelle et traducteur) : Témoignage sur Mahmoud Darwich

Subhi Hadidi qui était une amie très proche de Darwich nous a lu quelques passages de son œuvre. Elle l’a rencontré plusieurs fois dans les endroits différents : Dubai, Ramallah, pour l’écouter réciter sa poésie. Elle nous a brièvement décrit à quel point elle était visiblement émue de la formidable prestance de Darwich pour réciter sa poésie. Selon elle, le texte de Darwich apporte la forme d’un témoignage de la détresse de Darwich ainsi que les autres palestiniens.

4eme intervention – Tahar Bekri (poète tunisien francophone et arabophone ; maître de conférences honoraire d’Études d’arabe à l’Université de Paris-Nanterre) : Épopée du thym de Palestine (poème dédié à la mémoire de Mahmoud Darwich)

Tahar Bekri nous a lu son poème « Epopée de thym de Palestine » à l’hommage à Darwich. Tous les vers de ce poème étaient fabuleux et émouvant, l’un d’entre eux étant :

Et l’hiver couvert par les pleurs des sirènes

Les maisons comme des tombes sans sépulture

Parmi les cris sombres parmi les décombres

Je consolais les étoiles réveillées en sursaut

Affolées par les traînées de vos poudres

Mes feuilles tendres martyres de vos incendiaires

14h50-16h10

2e Table ronde : Exil et poésie, l’exemple de Darwich

Modératrice : Chantal Verdeil (maître de conférences en Histoire du monde arabe contemporain et directrice du département d’études arabes à l’INALCO, Membre de l’Institut universitaire de France)

1er intervention- Elias Sanbar (historien, essayiste, traducteur en français de l’œuvre de Darwich, ambassadeur de Palestine auprès de l’UNESCO) : La voix, la respiration, la musique

Sanbar a divisé son intervention en trois parties : la voix, la respiration et la musique. Il a raconté que Darwich parlait par rapport à la naissance de la poésie qu’elle a commencé comme une forme de musique. Pendant l’intervention de Sanbar, ce qui a attiré mon attention était quand il a expliqué l’étymologie du mot « troubadour ». Cela fait quelques années que j’ai lu que le terme est venu d’un mot arabe « tarab » qui veut dire « l’enchantement par la musique ». C’est intéressant que Sanbar ait évoqué ce fait intéressant. La voix a joué un rôle très important dans la récitation par Darwich de sa poésie. De plus, la présentation de Sanbar nous a considérablement éclairé sur l’importance de respiration auprès de Darwich. Darwich composait selon sa respiration. Ainsi lorsqu’il récitait sa poésie, il était en harmonie avec sa respiration. En abordant le thème de la traduction d’un des poèmes de Darwich, Sanbar nous a parlé des problèmes qu’il a rencontré. Il expliquait qu’il était difficile de garder les mêmes mots et structures du poème d’origine.

2eme intervenant était par Rima Sleiman (ancienne élève de l’ENS de Lyon, chercheuse en littérature arabe et comparée, maître de conférences au département d’études arabes à l’INALCO) : Mahmoud Darwich et la poétique du lien

3eme intervenant – Farouk Mardam-Bey : Mahmoud Darwich, le mouvement perpétuel

Bey nous a présenté sous forme chronologique, les évènements signifiants dans la vie de Darwich.

1960 : à l’Age de 19 ans, Darwich a publié son premier recueil de poésie

1970 : il est allé s’installer à Moscou

1973 : il est allé s’installer à Beyrouth ou il a commencé le mensuel Shu’un FIlistinniya (Les affaires palestiniennes)

1982 : il raconte la détresse des Palestiniens dans ses poèmes Qasidat Bayrut et Madih al-xill al’ali

1995 : il est allé en Palestine pour voir sa mère et pour les funérailles de son ami Emile Habibi

4eme intervention – Aurélia Hetzel (Professeur de Lettres Modernes dans un collège d’Aubervilliers, spécialiste en littérature comparée et sciences religieuses, auteure de plusieurs recherches sur les mythes littéraires et les rapports entre Bible et littérature) : Mahmoud Darwich le Galiléen

Hetzel nous a présenté une unique perspective de la situation de Darwich. Elle le compare à Jésus Christ : tout comme Jésus Christ était tourmenté en Galillée, Darwich a également été soumis à des souffrances odieuses.

16h10-16h20 : Pause

16h20-17h00

3e table ronde : Présentation de la Chaire universitaire et culturelle Mahmoud Darwich, récemment créée à Bruxelles

Modératrice : Perrine Pilette (chargée de recherches en études orientales au F.R.S.- FNRS, affectée à l’Université catholique de Louvain)

1er intervention – Rajae Essefiani (ancienne conseillère diplomatique du ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Actuellement, conseillère auprès de la Secrétaire générale de la Francophonie)

La mission d’Essefiani était de connaître l’œuvre de Darwich à travers plusieurs traductions.

La 2eme intervention était celle de Tarquin Billiet (musicologue, anciennement Secrétaire général à l’Opéra de Lille, Directeur artistique du Festival Ars Muscia et de Flagey à Bruxelles, actuellement directeur des projets artistiques transversaux à Bozar)

– Edouard Delruelle (philosophe, Professeur de philosophie politique à l’Université de Liège, dernier ouvrage paru : De l’homme et du citoyen. Une introduction à la philosophie politique, Bruxelles, De Boeck, 2014)

– Xavier Luffin (professeur de langue et littérature arabes à l’Université libre de Bruxelles) a traduit en français plusieurs romans arabes, dont Le Messie du Darfour d’A. Baraka Sakin, éd. Zulma, 2016)

– Johannes den Heijer (professeur d’études arabes à l’Université catholique de Louvain. Récente publication : J. den Heijer, Andrea Schmidt & Tamara Pataridze, eds., Scripts Beyond Borders. A Survey of Allographic Traditions in the Euro-Mediterranean World (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain, 62), Louvain-la-Neuve : Institut Orientaliste / Peeters, 2014)

Ces quatre intervenants ont présenté le rôle des différentes institutions académiques et gouvernementales de la Fédération Wallonie–Bruxelles ayant participé à la création de la Chaire Mahmoud Darwich, son horizon culturel et les activités prévues. Ils nous ont informé que l’œuvre de Darwich fait partie du cours de la littérature en Belgique. De plus, en ce moment, il y a deux doctorants qui travaillent sur Darwich. Le but de la Chaire Mahmoud Darwich est de faire connaître la littérature moins connue en Belgique.

Vers 17h00 il y a eu une projection d’un film sur et avec Mahmoud Darwich. Le film de Darwich m’a énormément touché. Même si je ne comprends pas l’arabe, les émotions et sentiments étaient évidentes sur les paroles et la façon de parler de Darwich. Quand il récitait la poésie dans le film, on croyait voir la « musique » dans sa voix, qui était évoquée par Sanbar. On a vu sa maison et les puits de sa maison en Palestine couverts et en ruine. Il me semblait un évènement très émotionnel. Je n’ai jamais imaginé qu’un colloque pouvait évoquer tant d’émotions et produire des larmes. On connaît que c’est un écrivain formidable quand son écriture est visible par sa voix, par les tremblements dans sa voix. Les expressions du visage, la vérité de ses émotions se sont manifestées dans ses paroles et sa contenance.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Compte rendu « Politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations »

Journée d’étude de la manifestation Précis et les regards sur les représentations sociales, vendredi 17 février 2017, 9h à 17h, INALCO – Paris

Organisation: Genevieve Zarate, George Alao, Elli Suzuki

Cette journée d’étude était divisée entre une partie matinée et une partie après-midi. La matinée était consacrée au Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, (Editions des archives contemporaines, Paris, 2008)

Ce n’était pas la première fois que je me rendais au sein des locaux de l’INLACO m’ayant déjà été inscrite auprès de sa bibliothèque, il y a déjà quelques mois (et à ce point-là j’avais oublié mon identifiant ainsi que le mot de passe de mon compte de la bibliothèque). Néanmoins c’était la première fois que j’entrais dans une de ses salles pour assister à une journée d’étude.

La journée d’étude organisée par INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) et PLIDAM (pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations) s’est attachée dans un premier temps à rendre hommage à l’œuvre Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, (Editions des archives contemporaines, Paris, 2008), puis dans un deuxième temps à mettre l’attention sur les représentations sociales d’abord à travers le didactique, puis ensuite à travers la sociolinguistique.

9h30 : Dans la première communication (« Traduction : enjeux pour la circulation internationale des idées en didactique des langues. Expérience de traduction du français en chinois du PPP) Fu Rong (Université des études étrangères de Pékin, Chine) s’enquit des raisons pour traduire. Selon lui, la traduction est faite grâce à la mondialisation. La mondialisation exige un échange, un partage et une mutualisation de nos idées, expériences et pratiques en didactique des langues-cultures. Il a également présenté les définitions des termes multilinguisme et plurilinguisme en chinois. Selon lui, « isme » veut dire pensée et réflexion en chinois. Au terme de son intervention, il a parlé des stratégies de la traduction en précisant qu’une fois on a compris le sens du mot, il faut alors chercher à aller au-delà de son sens : il faut donc avoir la fidélité dans le sens clair, fidélité dans le sens juste et fidélité dans l’exactitude.

10h05 : Dans la deuxième communication, Joël Bellassen (INALCO, PLIDAM) s’est entretenu sur La didactique d’une discipline, un long fleuve peu tranquille : le cas de chinois. A son avis, le CLE (chinois langue étrangère) doit sortir de Chine, cela doit être expatrié. Néanmoins il existe des difficultés fondamentales lorsqu’il s’agit d’enseigner le chinois langue étrangère à l’école élémentaire, le plus fondamental étant combien d’unités en didactique en chinois ? Ce qui m’a attiré l’attention pendant cette communication était la citation de Ferdinand de Saussure par rapport au chinois : « Pour le chinois, l’écriture est en quelque sorte une autre langue. »

Vers 10h35, Bernard Allanic de Université de Rennes est intervenu avec sa communication intitulée : Le chinois : langue du lointain, langue du voisin. Allanic a souligné la valorisation de savoir d’où vient quelqu’un, parce que c’est précisément cela qui aide énormément à comprendre sa situation langagière et culturelle de cette personne. Selon lui, l’origine des étudiants chinois est très diversifiée.

A 11h05 on a eu une petite pause.

A 11h25, Danielle Lévy de l’Université de Macerata, Italie était censée présenter Les dynamiques de la traduction dans la construction du Précis du P & P (sous réserve) mais n’étant pas en mesure d’assurer sa contribution à cette journée d’étude, sa communication a alors été lue par Geneviève Zarate.

A 11h55, Martine Dervivry de l’Université de Bordeaux/ESPE a examiné Le Précis du Plurilinguisme entre harmonies et disharmonies. Dans sa communication Dervivry a abordé la notion de la multiplicité des langues. A son avis, nous existons dans un monde multilingue et multiculturel.

12h05 : Thomas Szende qui est le directeur de l’équipe PLIDAM a présenté Mon « Précis » : une lecture cursive. Il nous a informé que cela fait 10 ans que le Précis était publié en France, et en 2011 il était traduit en anglais. Cet ouvrage symbolise l’esprit intellectuel et la partage des connaissances ; un ensemble de démarches scientifiques. Une remarque a éveillé mon intérêt : « Chaque langue est une vision différente de monde. La langue n’est pas la réalité, c’est la perception de la réalité. »

12h35-14h15 : pause déjeuner

14h15 : Collaborations scientifiques internationales comme projet interdisciplinaire était le thème présenté par Anthony Liddicoat d’Université de Warwick, Royaume Uni. Selon Liddicoat, le choix des langues n’est pas banal, c’est s’engager dans une aventure où les obstacles et les défis constituent l’essence même de cette volonté d’atteindre une nouvelle compétence. Liddicoat a présenté le défi lorsqu’il s’agit de la traduction entre l’anglais et le français. Il a cité l’exemple suivant : comment traduit-on en français « testing is not assessment » ? Ainsi « Évaluation n’est pas évaluation » ? C’est un exemple intéressant qui montre le défi de la traduction d’une langue à l’autre. Lorsqu’il s’agit de mettre une citation, Liddicoat partage son avis de laisser la voix à l’auteur (écrire la citation dans la langue originale), parce que selon lui, c’est important de montrer le plurilinguisme / donner place à la voix de l’autre.

A 14h40 : Geneviève Zarate, INALCO, PLIDAM a exposé son discours intitulé Au-delà du Précis / Handbook : des prolongements inattendus

Et ici termine le premier volet de la journée.

Vers 14h55 Elie Suzuki a fait une petite présentation sur la collaboration entre PLIDAM et DILTEC en 2014.

A 15h05, Françoise Le Lièvre, Université Catholique de l’Ouest, Angers présente Pratiques et représentations sociales des langues et de l’enseignement. Il a abordé les notions suivantes :

Dans le premier temps : la notion de représentation. La notion de représentation est venue de la philosophie. Elle est convoquée par la philosophie aussi.

Dans le deuxième temps : traiter des pratiques sociales d’anglais en France.

Dans le troisième temps : questionner les liens mis en pratique entre l’anglais et le français. D’après Lièvre, la question qui se pose quand on évoque les notions de représentation et pratique est de traiter le lien qui existe entre les deux. Les langues n’existent pas sans les locuteurs et les représentations de ces locuteurs.

Dans le quatrième temps : l’anglais est-elle une langue de la France ? Le statut de l’anglais d’un point de vue sociolinguistique avec la notion de plurilinguisme. Selon Lièvre, il existe une grande présence de l’anglais dans le monde ainsi que la France. Lièvre explique que l’anglais n’est pas comme les autres langues à cause des raisons historiques. L’anglais occupe une position d’hégémonie.

Pour conclure, Lièvre exprime qu’il est important de travailler dans l’avenir sur la didactique de l’anglais et le plurilinguisme.

16h10 : Pause-café

16h25 : Danièle Moore, Université Simon Fraser, Vancouver (Canada), Représentations sociales et/du plurilinguisme

Moore a également présenté sa vision sur des représentations sociales. Elle est coordonnatrice du chapitre 6 du Précis et en conséquence elle a fait un retour à sa propre trajectoire. Les thèmes abordés dans sa communication étaient : comment les représentations sont traitées/lues dans la recherche de didactique des langues. Elle avait également fait une analyse des pratiques dans et autour de la classe. Pour aborder cela, elle a pris les exemples des travaux des enfants chinois.

Enfin, les interventions ont été l’occasion de mener une réflexion générale sur plusieurs notions assez importantes comme le plurilinguisme, le statut de l’anglais en France, la traduction et la médiation.

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Colloque : les obstacles dans l’enseignement de langues, quelles postures enseignantes ?

Tout est là et il faut s’inscrire : Affiche les obstacles dans l’enseignement orange

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Réflexion après la pré-soutenance

Le 15 mars, la pré-soutenance du mémoire de recherche a eu lieu à salle L1 au site Sorbonne. Nous avons chacun 8 minutes maximum pour la présentation du mémoire. Après avoir écouté un panel, tous sont invités à poser des questions et partager des remarques et opinions. J’assisté deux panels et je m’en profit énormément.

Je suis choquée par la diversité des sujets et inspirée par la méthode de recherche utilisée par mes camarades. Parmi tous, je voudrais partage avec vous trois sujets que je trouve innovants et intéressants.

Yaru travaille sur la phonétique. Lorsque la prononciation des phonèmes a une influence importante en situation de communication, elle cherche à comprendre des distinctions de l’articulation. Les méthodes de recherche qu’elle présente, l’analyse quantitative et qualitative, me pousse à réfléchir sur l’aspect méthodologique de ma recherche.

Liu s’intéresse à la littérature, notament sur le rapport entre le lecteur et l’écrivain, ou bien la « réception » et la « production ». Cela m’attire parce que je réfléchis souvant à l’élaboration des activités en classe à partir du texte littéraire. En tant que futur enseignant, savoir choisir le corpus et le coupure reste toujours un but de recherche.

Yiheng travaille sur la littérature de jeunesse en FLE. Elle a présenté de façon très précis, Chen Jianghong, peintre et auteur-illustrateur chinois vivant à Paris. Bien que ce soit la première fois que je l’ai entendu dire, je me suis immédiatement attirée par son œuvres. En même temps, je crois que sa recherche va proposer une façon efficace à motiver l’apprenant à lire les textes littéraires.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

La question humaine

J’ai participé le séminaire qui a eu lieu le 2 février. Avec le titre « Le textuel et narratif de la médecine à l’aune du discours et du théâtre », ce séminaire nous a présenté un croisement de deux champs : la littérature et le médicament. Autour de ce sujet, la conférencière, Madame Cabral, nous a fourni trois extraits littéraires de sujets différents : le geste de langage, le sous-entendu qui guide les lecteurs ou les audiences à deviner ce qui se passe, et les rôles différents joués dans un discours intersubjectif.

 

La conférencière nous a montré plusieurs façons sur la déclaration de maladie, elle propose de tenir un équilibre entre la décision scientifique et lempathie de soin. En tant que notion importante dans le domaine médical, la logique de la causalité est pourtant une logique à éviter pendant la déclaration de maladie, car les mises en discours sont cent pour cent individuelles, subjectives, et situationnelles. Cette idée m’a beaucoup impressionnée.

 

En face d’un patient, il est suggéré de garder l’humanité et l’empathie de soin pendant la transmission d’une décision médicale. En même temps, je me suis demandé si cet esprit est aussi nécessaire quand on fait face à la “maladie” de la société. Est-ce que nous pouvons tenir l’empathie de soin pour les individus concernants ? En réfléchissant à cette question, j’ai vu au hasard dans mon cahier, les paroles extraites du film “La question humaine” : “on ne parle plus de ‘question’, par exemple, ‘la question sociale’. Mais le ‘problème’ que nos spécialistes vont segmenter en série, des ‘problèmes techniques’. Pour chacun d’eux, ils trouvent des solutions optimales, des formules efficaces. Oui, mais des mots, l’idée de leur sens, ou des règlements de la langue. Langue porte, neutre, envahie de mot technique, une langue qui absorbe peu à peu son humanité.” Je me permets de partager cet extrait et de recommander ce film heuristique aux futurs professeurs de langues.

 

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Colloque international en termes de l’éthique et de la responsabilité

Étant baignée dans l’environnement académique du quartier latin, j’ai eu de la chance de participer au colloque international de « l’éthique et de la responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècles ». Durant deux jours, ce colloque a été organisé par DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures).

Le 21 octobre 2016 dans Salle V de 16h à 17h, le symposium « Formation et Accompagnement à la Réflexivité dans la Recherche (FARR) : Recherche de cohérence, éthique de la responsabilité » a été mis en place par Myriam Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cécile Bruley, Paola Gamboa Diaz, Véronique Laurens, Muriel Molinié et Pascale Trévisiol. Il y avait nombreux participants dans la salle où les échanges intellectuels étaient chaleureux.

Le symposium se concentre sur la formation d’enseignants en devenir en M1 et devenir chercheur. Le public ciblé appartient à master-doctorant, surtout aux étudiants  qui apprennent le français comme langue étrangère. Ce symposium a pour objet de transformer les savoirs en actes, actions et pratiques professionnelles et de former autant à la contextualité. D’un part, la réflexivité socio-formative montre l’histoire de la relation individuel plurilinguisme. D’autre part, la réflexivité professionnelle se focalise sur l’activité d’enseignement, ainsi que l’approche inductive.

En appuyant sur les questions « Quelle approche de la technicité dans les écrits produits ? » et « Quel développement de la réflexivité par rapport à ces contenus techniques (didactiques et méthodologiques) ? », les chercheurs prennent l’entretien de compréhension (EDC) comme outil de formation / recherche afin d’interroger par rapport à l’apprentissage de l’approche inductive de la langue.

A travers plusieurs observations de classe et les rapports de stage, l’approche déductive est en fait la plus répandue même en France dans la dimension interculturelle. « Je sais que l’approche inductive est la meilleure, mais je ne sais pas vraiment comment l’introduire » reste un des obstacles qui causent la stratégie d’évitement pour enseigner la grammaire. Par rapport aux explications des règles, des enseignants natifs ou non natifs se confrontent à leur propre insécurité linguistique. Cela montre une nécessité incontournable de maîtriser ses connaissances grammaticales sur la langue française.

En termes des itinéraires plurilingues, dialogisme et politique, chercheurs analysent les caractéristiques des textes du corpus. En apportant la question « Quelle légitimité de l’intime dans le discours scientifique ? », les chercheurs remarquent des traces de l’intimité. Par exemple, l’abandon du « nous » académique pour « je », le choix des thèmes, l’énonciation des difficultés rencontrées, l’auto-évaluation publique (auto-évaluation n’est pas solo évaluation), etc.

Pour conclure, en ce qui concerne la singularité et transversalité, la relation entre chercheur et terrain, ainsi que des apports scientifiques et effets de l’exercice posent l’importance sur la formation, le contexte et la légitimation.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Les imaginaires de la traduction

Le vendredi 3 mars 2017 de 9h à 18h, j’ai eu la chance d’assister à une journée d’étude sur les imaginaires de la traduction qui a eu lieu en salle Claude Simon, Sorbonne-Nouvelle à la Maison de la recherche.
La journée d’étude est débutée par une introduction autour de la notion d’imaginaire de la traduction, les théories de l’imaginaire de la traduction…
Miriam Rossi de l’université de Tallinn, a parlé de son article sur les traductions imaginées dans la Russie Soviétique : Samizdat et la traduction poétique. L’article focalisait sur la traduction poétique à Leningrad pendant le régime soviétique, notamment la période des années 80 du XXème siècle.
Miriam, dans son article a parlé du rôle des poètes-traducteurs et la représentation de l’autre, l’histoire de la traduction poétique en Russie, vague de production et traduction poétique et du développement de la Dissidence et du Samizdat littéraire. La plupart de la présentation de l’article était en anglais. Après, Thomas Vuong de l’université Paris13-spc/Pléiade, a parlé de la traduction selon Bonnefoy (notamment la trahison au nom de l’imaginaire poétique), qui est célèbre par sa poésie, essais critiques et ses traductions, surtout ses traductions de Shakespeare.
Bonnefoy, dans ses écrits théoriques adopte l’investigation de la voix de l’auteur traduit de la voix du traducteur.
Par ailleurs, Amina Azouz, de l’université Paris –Sorbonne nous a parlé d’Adonis, le poète syrien très connu, de l’impossible traduction de l’imaginaire.
Pour qui écrit Adonis ?
Il a traduit plusieurs poèmes français vers l’arabe et en plus, il était en charge de la traduction de ses propres œuvres vers le français.
Christina Bezari de l’université de Gand nous a parlé de la quête de traduction dans les Fragments de Novalis.
Lilia Androsenko de l’université de Franche-Comté nous a parlé du traducteur de Balzac, Dostoievski de son talent littéraire.
Mirella Botaro de l’université de Poitiers, nous a abordé les enjeux interculturels de traduction dans le cas de Monenembo et de Mabanckou au Brésil.
Nagadi Maiissa Laude de l’université de Lorraine, il nous a parlé de la cartographie des traditions (14 traductions) des œuvres d’olivier Rolin. Par ailleurs, Marianna Braux de l’université Adelaïde nous parle de la traduction et dialoguisme.
À la fin, Manel Bouaita, une doctorante de l’université Paris- Sorbonne, nous a parlé d’imaginaires et ambigüités traductologiques du Coran. Jacque Berque, socilologue et anthropologue orientaliste français dit : « C’est un texte ‘’le Coran’’ intraduisable. Déjà, les poèmes sont intraduisibles ». Cette citation s’appuie sur la difficulté à traduire le Coran en tan que parole sacrée de Dieu et en plus écrit en langue arabe classique qui est une langue jugée très difficile à apprendre et surtout à traduire.
Le débat était très fort sur l’ambigüité dans la traduction des versets de Coran. Manel nous a montré des exemples de traduction de certains versets de Coran selon Kichri et Zeinab Abdelaziz qui semblent très différents l’un de l’autre au niveau d’interprétation du texte coranique.
Le débat était autour de question de l’ambigüité voulu du Dieu.
Exemples des versets traduits du texte coranique :

Dieu a dit dans la sourate AN-NŪR (LA LUMIÈRE)- verset(31) : «[…] Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines.[…] ».
La discussion est démarrée autour l’usage du verbe “dire” en tant qu’ordre du Dieu, puis le débat est aussi approfondi autour du verbe « rebattre » et quelle partie du corps doit être caché (le visage, le corps…). Ensuite, ce débat est conclu par un verset « de sourate AN-NISA« les femmes » en mettant l’accent sur le verbe « frapper » que Kichri et Zeinab Abdelaziz interprètent de manière complètement différente. Zeinab Abdelaziz est Docteur ès-lettres de l’Université du Caire, 1973, elle est aussi Professeur de Civilisation française à l’Université Al-Azhar et de Ménouféya. Membre de l’Union des Écrivains Égyptiens. Elle a orienté, depuis une quinzaine d’années, ses travaux de recherches sur la défense de l’Islam. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont, en langue arabe : Assiègement et anéantissement, le Vatican et l’Islam, les Traductions du Coran et, en français : Voltaire Romantique, le Jeu de l’Art moderne, Aperçus sur l’Islam. La Traduction du sens du Coran.
Zeinab trouve plusieurs sens du verbe « frapper » en origine arabe. Selon elle, ce verbe comprend plusieurs sens, ex : [conseiller, parler…]. Quand à Kichri, il prend le premier sens du verbe « frapper » qui vient à l’esprit et qui signifie : « punir, frapper d’une peine ».

J’ai beaucoup apprécié le débat à la fin de la journée d’étude, je voulais que ça se continue, mais nous n’avions pas assez du temps. Ce débat a brulé en moi la volonté d’aller approfondir mes recherches en arabe et sur l’interprétation du texte coranique, car il yavait des points qui ne se sont pas clarifiés et discutés.

Référence éléctronique

Zeinab Abdelaziz

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook