Archives de catégorie : informations utiles

Représentations sociales : théories, pratiques et analyse

Les représentaions sociales ont fait, à plusieurs reprises, l’objet d’études dans le champ de la didactique des langues. Elles ont contribué, par exemple, à diagnostiquer l’état d’un processus cognitif et le lien qu’il peut y avoir avec les pratiques réelles des individus. Cela pourrait expliquer la notoriété des représentations sociales comme point de départ des analyses de la pensée sociale. Pourtant, ce qui est intéressant à voir dans cette réflexion, c’est l’idée qu’elles ne demeurent pas stables à tout moment. En effet, leur stabilité dépendrait de la dimension relationnelle entre l’objet social représenté et le sujet émettant des représentations sur tel objet. Cette condition aurait une incidence sur la pensee sociale de tel groupe. C’est ainsi que l’étude des représentations sociales se fait utile en milieu social. Pour illustrer l’utilité des représentations sociales dans l’étude d’un changement impliquant le milieu social, je vais vous faire parvenir une étude sur les représentations sociales et comment celles-ci retracent les opérations cogintives qui s’émergent suite à un projet de changement technologique en entreprise. Cette étude intitulée Représentations sociales et projet de changement technologique en entreprise a été réalisée par Jacky Singéry aupres d’une entreprise . Là, je ne vais pas parler trop des résultats mais plutôt des démarches théoriques qui sous-tendent les méthodologies utilisées dans la récolte et l’analyse des données. L’idée de choisir une thématique d’etudes qui ne porte pas sur les langues relève du fait que je cherche à savoir comment les représentations sociales s’analysent.

En effet, ladite étude avait pour objectif de repérer le contenu et l’organisation des représentations sociales des groupes face à un projet de changement et leurs impacts sur les comportements. Afin d’atteindre ce double objectif, Singéry s’appuie théoriquement sur les notions du noyau central (Abric) et des éléments périphériques (Flament). Pourtant, il semblait que ces notions ne suffisent pas à cause de la grande variabilité des données et de l’implication de celle-ci dans l’analyse des opérations cognitives faisant apparaître les représentations sociales. Alors, l’auteur a dû prendre, de sûrcroit, l’acception de Grize et Verges selon laquelle les processus cognitifs s’effectuent par la sélection d’information, la représentation référentielle et de la représentation-organisation-relationnelle. Rappelons-nous vite qu’il s’agit d’un changement temporel. Cela impliquerait en conséquence un bouleversement des représentations existant sur l’objet en question. Ce qui veut dire qu’elles seraient amenées à se désintégrer et à s’adapter à de nouvelles représentations. Il importe alors d’inclure dans l’étude ce phénomène. Pour ce faire, une démarche recouvrant ces détails serait indispensable. Maintenant, nous revenons sur les propos de Grize et Verge. Pour ces auteurs, un individu sélectionne des informations concernant un objet social à partir d’un repértoire d’information préexistant. Puis ce processus de sélection se fonderait sur une référence « connotative » qui serait socialement partagée par les membres d’un groupe. Cette référence serait essentielle car elle accorderait aux représentations leur sens. Finalement, les informations sélectionnées découlant de telle base commune auraient à être envisagées dans la relation qu’elles entretiennent entre elles selon un système hierarchisé dont elles tirent leur signification globale. Ces choix théoriques répondent à des exigences spécifiques de leurs études. Alors que les principes theoriques d’Abric et de Flament permettaient de prendre conscience d’un système de pensée qui serait à la fois central et périphérique, ceux de Grize et Verges consistaient à schématiser la logique sous-jacente les représentations qui s’en dégagent. C’est surtout important dans la prise en compte de la phase de modification représentationnelle de l’objet social. Sur le plan méthodologique, Singéry s’est servi des entretiens (individuel et en groupe). Telle variation méthodolique dans la récolte remettrait en cause les représentations précedemment saisies. À savoir que, dans l’étude des représentations sociales, il nécessite de nous appuyer sur une pluri-méthodologie du fait qu’elles relèvent des couches dimensionnelles (individuel vs social). Cette approche donne lieu à la vérification des représentations qui se répètent nous rapprochant de celles qui sont pûrement sociales. Pour ce qui est de l’analyse, la proposition de Grize et Verges a permis au chercheur d’analyser les données en partant des catégories communes à tous les discours receuillis. Elles correspondraient à des formes cognitives constitutives des représentations du groupe étudié. Il faut nous rappeler que les représentations sociales varient en fonction du milieu, du temps où elles se situent et des différences individuelles s’assimilent à la pensée sociale. En somme, l’étude du contenu et de l’organisation des représentations sociales n’exige pas qu’une simple démarche de repères de ce qui est « dit » de « quelque chose » mais aussi la prise en compte du raisonnement qui façonne la nature des représentations en question et comment elles se modifient suite à un changement motivé par le temps et le milieu.

Singéry, J. (1994). “Représentations sociales et projet de changement technologique en enterprise”. In ABRIC, J.-C. in Pratiques sociales et représentations. Paris : Presses universitaire de France, p.179-216.

Grize J.B., Verges, P. & Silem, A. (1987). Salariés face aux nouvelles technologies. Paris: Ed. du CNRS.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Festival des civilisations de l’Inalco: identités

Pour tous ceux qui font des recherches sur les relations entre la langue, la culture et les identités, la deuxième édition du festival des civilisations de l’Inalco peut vous donner des inspirations. Ce festival qui aura lieu du 25 au 31 mars 2017, « questionnera ces identités, personnelles, sociales ou collectives à travers des conférences, des débats, des projections, des créations artistiques et des spectacles vivants. ».

Parmi tous les programmes, je vous propose une lecture et aussi un débat s’intitulé « La poésie entre deux langues » organisé vendredi 31 mars 2017, surtout pour mes camarades qui travaillent sur la littérature et sur le plurilinguisme.

Pour tous les restes informations du programme, voici le lien du festival:  http://www.inalco.fr/actualite/festival-civilisations-identites

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Une thèse en CIFRE, cela vous intéresse?

Ayant participé à l’atelier CIFRE dans le cadre de la Soirée Avenir pro, je vous conseille vivement d’assister au FORUM CIFRE 2017 du 2 mars à la Cité Internationale Universitaire de Paris.

Voici des liens envoyés par Mme Brigitte CHOTEL, chargée des relations entreprises / réseau alumni.

Les portraits de deux doctorantes de la Sorbonne Nouvelle en thèse CIFRE ou l’ayant été:

 
La liste des Thèses en CIFRE soutenues à la Sorbonne Nouvelle :
Exemple de thèse en sciences du langage :
  • Dalel Boussahel 2009-2012 – « La circulation des langues et les dynamiques  identitaires en situations de formation pour immigrés dans un cadre associatif financé par l’Etat en France » Convention CIFRE avec L’Association INSTEP LEO LAGRANGE Ile De France. Doctorante à l’ED 268, EA 2288 DILTEC sous la direction de Madame Geneviève ZARATE

Forum CIFRE 2017

Demain aura lieu le forum CIFRE 2017. C’est susceptible d’intéresser tous, toutes celles, ceux, qui envisagent de poursuivre leurs études et qui cherchent à les faire financer.

13ème Forum de contacts Etudiants/Entreprise CIFRE

Jeudi 2 mars 2017
à la Cité Internationale Universitaire de Paris
(17 bd Jourdan, 75014 Paris) de 9h00 à 17h30.

http://www.anrt.asso.fr/

 

 

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Les représentations sociales des langues : processus de filtrage

Au carrefour de nos lectures se croisent une myriade d’informations. De ce fait, il est nécessaire d’avoir un bon sens de la synthése afin de consolider les informations nouvellement acquises et de les assimiler soigneusement à ce que nous savons déjà. C’est aussi dans cette étape que nous serons amenés à faire face à des dilemmes nous incitant soit à accepter, à refuser ou soit à rejeter telle ou telle information. Comment sait-on le poids de chaque information ? Quelle information pèse le plus ? Quelle information est à retenir de manière à ce qu’elle ne soit pas une répétition d’une autre information déjà citée mais qui se déguise en autre forme dans le cadre théorique ? Les questions de ce type nécessitent une relecture fréquente des notions que nous avons abordées pour encadrer nos recherches. C’est ainsi que, je crois, nous pouvons aiguiser la colonne vertebrale du côté théorique de nos analyses. Pourtant, les théories que nous utilisons ne serviront à rien si nous n’arriverons pas à les rapprocher du « réel », du côté pratique. Quoi faire alors pour procéder à une analyse prenant en compte à la fois les notions théoriques et tout ce qui découle de la pratique. C’est donc ce dilemme sur laquelle je voudrais me pencher pour ce billet.

En quête des lumières, j’ai découvert un texte intitulé « Schématisation, représentations et images » écrit par Jean-Blaise Grize du Centre de Recherches Sémiologiques de l’Université de Neuchâtel. Le texte est paru dans un recueil d’actes du Colloque du Centre de        Recherches  Linguistiques et Sémiologiques de Lyon (du 20 au 22 mai 1977). La thématique du colloque était centrée sur les stratégies discursives. Le texte auquel j’ai fait allusion m’a intéressé parce que l’auteur a fourni un cadre générale d’analyse qui semble s’adapter au rythme de mon analyse. Gardant à l’esprit la nécessité de transformer les notions théoriques en des outils concrets d’analyse, je me suis dit tout de suite que ce texte pouvait se servir de bon point de départ d’analyse compte tenu de la clarté de ses outils proposés. En effet, l’auteur a insisté sur des points primordiaux dans l’analyse des représentations à travers le discours d’un sujet. Pourtant, je ne me focalise que sur celui qui est directement pertinent à mon analyse. Dans son texte, il nous rappelle que « tout discours construit une sorte de micro-univers » (qu’il appelle « schématisation ») (1977 : 45). Pour lui, ces « micro-univers » n’est accéssibles que par les « phénomènes de langue ». Ceux-ci, dit-il, servent d’ « instruments heuristiques pour parvenir à poser l’existence de certaines opérations de pensée » (1977 : 45). Ces premieres lignes m’ont fait parvenu ce dont j’avais besoin pour  commencer à me lancer dans l’analyse. Comme je travaille sur les représentations sociales des langues, j’ai dû trouver des moyens pour entrer dans la « pensée sociale » des informateurs. Pourtant, ce n’est pas si facile que cela car cela me pousse à traverser d’abord les représentations individuelles qui sont divergentes. Pour y remédier, j’ai dû alors me référer à des outils de la sémiologie pour étudier le « sens » qu’accorde chaque individu à leurs représentations et la manière dont ce « sens individuel » devient un « sens commun » nous rapprochant en conséquence de la représentation sociale. De là, j’ai dû faire une « schématisation » entre ce qui est de l’individu et ce qui est du « social ».

Grize, J.B. (1977). « Schématisation, représentations et images ». In Stratégies discursives : Actes du Colloque du Centre de Recherches Linguistiques et Semiologiques de Lyon. Presses universitaires de Lyon, pg. 45-47.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Travailler et gaffer à la BPI

En ce moment et jusqu’en avril, à la BPI, au centre Pompidou, on peut voir les planches originales du dessinateur belge Franquin (1924-1997).

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

L’exposition « Gaston, au-delà de Lagaffe » se trouve dans la bibliothèque, elle est en accès libre : on peut donc à la fois prévoir une plage de travail, puis de détente ! Franquin a fait énormément de bandes dessinées, et vous le connaissez sans doute parce qu’il est le père de Gaston Lagaffe, mais aussi du Marsupilami. Il paraît que ses originaux sont magnifiques.  Je crois vraiment que c’est un classique de la bande dessinée francophone et que ça vaut le coup d’aller y jeter un œil. Je vais m’y rendre avec une amie cette semaine, pour travailler et pour l’exposition, alors si vous voulez davantage d’informations, n’hésitez pas à me contacter. J’ai déjà acheté le catalogue, il est très bien, je peux le prêter par exemple !

 

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

Evènements : présentation de manuels de FLE

Bonjour,

Deux nouveaux manuels de FLE « Entre Nous 3 (B1) » et « Entre Nous 4 (B2) » seront présentés à la Maison des langues le mercredi  1er février. Je pense que cela sera intéressant, sur tout pour ceux qui travaillent sur les manuels pour leur mémoire.  Et puis, chaque participant peut recevoir un spécimen des deux méthodes, un carnet de notes et un code premium de leur site!

查看原始图片查看原始图片

Voici les informations pratiques:

Adresse : Éditions Maison des Langues
78, rue de Turbigo, 75 003 ParisDate : Mercredi 1er février 2017

Horaires : 16h30 à 18h00

Attention : le nombre de places est limité et  l’inscription est obligatoire.

Lien pour s’inscrire :

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Rappel pour le semestre 2

Au semestre 2 :

Deux séminaires-ateliers de 2h. et une pré-soutenance par équipe thématique (3h par étudiant).

Dates : 26 janvier (10-12) ; 9 février (10-12) puis 3 heures (pour chaque étudiant) le 15 mars de 9h à 19h (pré-soutenances) : en salle L1 (4e étage) pour les trois rencontres.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Formations « Recherches et rédaction du mémoire » 2eme semestre

On a maintenant tous accès à l’ENT N9OUT4_P Préparation au stage et méthodologie du mémoire. On nous propose des formations concernant la rédaction du mémoire, ainsi que d’autres domaines d’intérêt dans notre métier. Il faudra s’inscrire sur les formations qui nous intéressent via un formulaire d’inscription qui sera disponible sur l’ENT.

En pièce joint vous trouverez la liste des formations disponibles entre janvier et avril :calendrier-formation-apprentis-2017_version-16dec16

Allez la consulter pour commencer à préparer votre semestre !

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Un allié de taille pour rédiger mon mémoire : Umberto Eco

Il y a quelques semaines, en déambulant dans une librairie, je suis tombée sur un ouvrage intitulé  Comment écrire sa thèse d’Umberto Eco. En le feuilletant, et en m’attardant sur la table des matières, je me suis très vite rendu compte qu’il serait un allié de choix pour la rédaction de mon mémoire.

En effet, l’ouvrage comporte sept grandes parties qui sont :

I) Qu’est-ce qu’une thèse ? A quoi sert-elle ?
II) Le choix du sujet
III) La recherche du matériau
IV) Le plan de travail et les fiches
V) La rédaction
VI) La rédaction définitive
VII)  Conclusions

Le livre reprend point par point les étapes essentielles à la constitution d’un mémoire (un mémoire est en quelque sorte une petite thèse, n’est-ce pas ?), du choix du sujet à la rédaction définitive. Il reprend les principaux pièges à éviter et répond à des questions que nous nous sommes tous au moins posés au moins une fois depuis que nous avons entamé notre travail de recherche.

Cet ouvrage est donc un véritable outil méthodologique auquel nous avons avoir recours tout au long de notre recherche. Il est possible de se référer uniquement aux parties ou sous parties qui nous intéressent. Le livre m’aide régulièrement, lorsque je me pose des questions sur mon travail et mon sujet de mémoire. C’est pourquoi, je souhaitais vous faire découvrir ou redécouvrir cet ouvrage qui m’est devenu indispensable.
Référence : Umberto ECO, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 1985

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Art de l’apprentissage

Quand je cherchais les supports théoriques pour mon mémoire, j’ai trouvé un article concernant mon sujet – « Les définitions des stratégies d’apprentissage ». Il s’agit d’un essai de synthèse. Avec beaucoup de stratégies d’apprentissage qui ont évoqué mon expérience d’apprendre le français, cet article m’a attiré l’attention. Il est le quatrième chapitre du livre « Les stratégies d’apprentissage » de Paul Cyr et Claude Germain. Ce livre s’adresse aux enseignants qui ont l’intention d’enseigner à leurs apprenants comment « apprendre à apprendre », aux chercheurs qui travaillent dans le domaine de la didactique des langues et aux apprenants qui veulent approfondir leurs connaissances des stratégies d’apprentissage en langue seconde ou réfléchir sur leur parcours d’apprentissage.

L’auteur établit un bilan des stratégies que l’apprenant peut utiliser et propose des définitions très précises. Selon Cyr, il existe de nombreuses stratégies d’apprentissage et elles peuvent être divisées en trois groupes : les stratégies métacognitives, les stratégies cognitives et les stratégies socio-affectives, c’est aussi la logique de cet article. Les stratégies métacognitives portent sur des réflexions concernant le processus d’apprentissage des langues plutôt qu’elles ne constituent une aide pour l’apprentissage lui-même ; et les stratégies cognitives relatives aux actions de mémoriser, grouper, paraphraser, réviser, etc. Cyr souligne que la stratégie métacognitive exerce plus d’influence sur le processus d’apprentissage que la stratégie cognitive. Dans la troisième catégorie, Cyr énumère une série de stratégies socio-affectives. Il décrit de nombreuses situations didactiques ou d’apprentissage afin de mieux expliquer comment les stratégies fonctionnent dans des cas spécifiques.

À part de la stratégie la plus populaire – « pratiquer la langue » qui désigne plutôt la « répétition » et la « pratique des sons et des graphies en situation formelle », Cyr mentionne aussi une stratégie populaire parmi les apprenants de langue étrangère : « traduire et comparer avec la L1 ». Elle fait partie de la stratégie cognitive. À propos de l’intervention de la langue maternelle dans l’apprentissage, il faut parler des recherches de Felix Franke, qui a illustré, à la fin du 19e siècle, deux types de relation entre le mot en langue maternelle, le mot en langue étrangère et le concept de cet objet indiqué. Quand l’apprenant rencontre un mot en langue étrangère, il peut choisir entre deux démarches : ou bien il saisit le sens en traduisant le mot étranger à sa langue maternelle, ou bien il crée un lien direct entre le concept et le mot en langue étrangère. La première démarche est considérée comme un traitement manquant d’efficacité. Komenski prenait l’image pour centre du manuel de langue, car selon lui, l’image indique directement le sens du mot. C’est ainsi compréhensible qu’au 17e siècle, pour apprendre une langue étrangère, l’enfant devait regarder l’image et écouter plusieurs fois les phrases correspondantes. Cyr a aussi souligné que l’utilisation des images peut être une technique pour mieux mémoriser les lexiques.

Semblablement, à propos de la compréhension et la mémorisation du signifié d’un mot en langue étrangère, l’article de Cyr met en discussion, dans la stratégie de « recherche documentaire », le paradoxe entre la dépendance de l’apprenant à l’égard du dictionnaire bilingue et la préoccupation de l’enseignant à propos de ce fait. Même s’il avoue qu’il est peut-être utile de consulter le dictionnaire bilingue dans certaines circonstances (en prenant en compte la culture et la personnalité de l’apprenant), l’auteur conseille aussi aux apprenants les plus avancés d’utiliser un dictionnaire de la langue-cible, afin de maîtriser l’utilisation de ce mot. Cela m’a fait penser à la communication du colloque qui avait lieu l’après-midi du 21 octobre dans la salle M, au sujet de l’éthique enseignante à travers les corpus de classe. On discutait si c’est pertinent de laisser les apprenants chinois consulter le dictionnaire électronique dès qu’ils rencontrent un mot inconnu.

 

Bibliographie :

Paul CYR, Les stratégies d’apprentissage, CLE International, 1998, chapitre 4, p41-P63.

Heather. E. HILTON, « L’influence des théories d’acquisition sur la didactique des langues : perspectives historiques », Orizons, 2011, p37-p52.

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Bonnes fêtes de fin d’année à tous les zarlapiens-zarlapiennes !

Les zarlapiens-zarlapinennes (excusez mon épenthèse qui reproduit un pataquès enfantin : c’est Noël et les enfants n’attendent qu’une chose : un cadm100eau sans prix!) ont beaucoup travaillé en l’espace de trois mois… Ils-elles ont rédigé des billets leur permettant de se présenter, de commencer à lancer leur recherche, à penser leur méthodologie même concrètement (combien de carnets dans les poches d’un.e chercheur.e ?), à écrire une bibliographie normée, à poser des questions (en vue de questionnaire ou d’enquête) en pensant l’écoute des énonciations, etc., et à travailler ensemble en commentant les billets des camarades ou en leur donnant des idées de sorties culturelles, de lectures, de liens et aussi de contacts… Donc, un grand bravo à chacun.e car il y eu aussi des rencontres fortes avec les chercheurs du monde entier ou de disciplines diverses (colloque DILTEC, colloque Dewey, etc…) et une journée participative intense et joyeuse entre doctorants et M2 autour des expériences d’écoute, comme si le lancement du mémoire ne suffisait pas !!!! Donc bravo et vive les vacances de Noël !

Belles fêtes à tous !!!! et bonne année 2017 !!!! et nos fêtes se doivent aussi de se partager (ici un bel exemple pour penser nos situations : https://www.franceculture.fr/emissions/le-choix-de-la-redaction/et-si-partageait-la-culture-avec-les-migrants#xtor=EPR-2-[LaLettre22122016]) !!!

Une petite information pour la rentrée et nos prochains rendez-vous pour ceux qui seront encore sur Paris au début 2017 :

  • vous êtes bienvenue pour rencontrer un docteur de l’EHESS sur la ritournelle le 4 janvier (13-15) avant notre dernière séance fermée (15-17) où nous ferons ateliers pour nous regrouper en thématiques et partager nos avancées-retards dans le mémoire ;
  • le 11 janvier, la journée (9-16) vous est ouverte (même pour un petit moment) : je réunis mes doctorants autour de deux ouvrages de Marielle Macé et d’un projet « écouter lire »(http://www.fabula.org/actualites/marielle-mace-styles-critique-de-nos-formes-de-vie_75889.php)
  • suivront nos rencontres-ateliers d’accompagnement du mémoire et la grande séance de pré-soutenance (voir les dates sur la page agenda du séminaire) avant l’échéance de fin de M2 : la soutenance de votre mémoire que vous partagerez avec vos amis présents, j’espère bien !!!!
  • sans oublier que le second semestre se poursuit sur ARLAP pour continuer à échanger, garder le moral, avancer, écrire… chercher !

 

 

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus