Archives de catégorie : informations utiles

Les représentations sociales des langues : processus de filtrage

Au carrefour de nos lectures se croisent une myriade d’informations. De ce fait, il est nécessaire d’avoir un bon sens de la synthése afin de consolider les informations nouvellement acquises et de les assimiler soigneusement à ce que nous savons déjà. C’est aussi dans cette étape que nous serons amenés à faire face à des dilemmes nous incitant soit à accepter, à refuser ou soit à rejeter telle ou telle information. Comment sait-on le poids de chaque information ? Quelle information pèse le plus ? Quelle information est à retenir de manière à ce qu’elle ne soit pas une répétition d’une autre information déjà citée mais qui se déguise en autre forme dans le cadre théorique ? Les questions de ce type nécessitent une relecture fréquente des notions que nous avons abordées pour encadrer nos recherches. C’est ainsi que, je crois, nous pouvons aiguiser la colonne vertebrale du côté théorique de nos analyses. Pourtant, les théories que nous utilisons ne serviront à rien si nous n’arriverons pas à les rapprocher du « réel », du côté pratique. Quoi faire alors pour procéder à une analyse prenant en compte à la fois les notions théoriques et tout ce qui découle de la pratique. C’est donc ce dilemme sur laquelle je voudrais me pencher pour ce billet.

En quête des lumières, j’ai découvert un texte intitulé « Schématisation, représentations et images » écrit par Jean-Blaise Grize du Centre de Recherches Sémiologiques de l’Université de Neuchâtel. Le texte est paru dans un recueil d’actes du Colloque du Centre de        Recherches  Linguistiques et Sémiologiques de Lyon (du 20 au 22 mai 1977). La thématique du colloque était centrée sur les stratégies discursives. Le texte auquel j’ai fait allusion m’a intéressé parce que l’auteur a fourni un cadre générale d’analyse qui semble s’adapter au rythme de mon analyse. Gardant à l’esprit la nécessité de transformer les notions théoriques en des outils concrets d’analyse, je me suis dit tout de suite que ce texte pouvait se servir de bon point de départ d’analyse compte tenu de la clarté de ses outils proposés. En effet, l’auteur a insisté sur des points primordiaux dans l’analyse des représentations à travers le discours d’un sujet. Pourtant, je ne me focalise que sur celui qui est directement pertinent à mon analyse. Dans son texte, il nous rappelle que « tout discours construit une sorte de micro-univers » (qu’il appelle « schématisation ») (1977 : 45). Pour lui, ces « micro-univers » n’est accéssibles que par les « phénomènes de langue ». Ceux-ci, dit-il, servent d’ « instruments heuristiques pour parvenir à poser l’existence de certaines opérations de pensée » (1977 : 45). Ces premieres lignes m’ont fait parvenu ce dont j’avais besoin pour  commencer à me lancer dans l’analyse. Comme je travaille sur les représentations sociales des langues, j’ai dû trouver des moyens pour entrer dans la « pensée sociale » des informateurs. Pourtant, ce n’est pas si facile que cela car cela me pousse à traverser d’abord les représentations individuelles qui sont divergentes. Pour y remédier, j’ai dû alors me référer à des outils de la sémiologie pour étudier le « sens » qu’accorde chaque individu à leurs représentations et la manière dont ce « sens individuel » devient un « sens commun » nous rapprochant en conséquence de la représentation sociale. De là, j’ai dû faire une « schématisation » entre ce qui est de l’individu et ce qui est du « social ».

Grize, J.B. (1977). « Schématisation, représentations et images ». In Stratégies discursives : Actes du Colloque du Centre de Recherches Linguistiques et Semiologiques de Lyon. Presses universitaires de Lyon, pg. 45-47.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Travailler et gaffer à la BPI

En ce moment et jusqu’en avril, à la BPI, au centre Pompidou, on peut voir les planches originales du dessinateur belge Franquin (1924-1997).

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

L’exposition « Gaston, au-delà de Lagaffe » se trouve dans la bibliothèque, elle est en accès libre : on peut donc à la fois prévoir une plage de travail, puis de détente ! Franquin a fait énormément de bandes dessinées, et vous le connaissez sans doute parce qu’il est le père de Gaston Lagaffe, mais aussi du Marsupilami. Il paraît que ses originaux sont magnifiques.  Je crois vraiment que c’est un classique de la bande dessinée francophone et que ça vaut le coup d’aller y jeter un œil. Je vais m’y rendre avec une amie cette semaine, pour travailler et pour l’exposition, alors si vous voulez davantage d’informations, n’hésitez pas à me contacter. J’ai déjà acheté le catalogue, il est très bien, je peux le prêter par exemple !

 

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

Evènements : présentation de manuels de FLE

Bonjour,

Deux nouveaux manuels de FLE « Entre Nous 3 (B1) » et « Entre Nous 4 (B2) » seront présentés à la Maison des langues le mercredi  1er février. Je pense que cela sera intéressant, sur tout pour ceux qui travaillent sur les manuels pour leur mémoire.  Et puis, chaque participant peut recevoir un spécimen des deux méthodes, un carnet de notes et un code premium de leur site!

查看原始图片查看原始图片

Voici les informations pratiques:

Adresse : Éditions Maison des Langues
78, rue de Turbigo, 75 003 ParisDate : Mercredi 1er février 2017

Horaires : 16h30 à 18h00

Attention : le nombre de places est limité et  l’inscription est obligatoire.

Lien pour s’inscrire :

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

Rappel pour le semestre 2

Au semestre 2 :

Deux séminaires-ateliers de 2h. et une pré-soutenance par équipe thématique (3h par étudiant).

Dates : 26 janvier (10-12) ; 9 février (10-12) puis 3 heures (pour chaque étudiant) le 15 mars de 9h à 19h (pré-soutenances) : en salle L1 (4e étage) pour les trois rencontres.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Formations « Recherches et rédaction du mémoire » 2eme semestre

On a maintenant tous accès à l’ENT N9OUT4_P Préparation au stage et méthodologie du mémoire. On nous propose des formations concernant la rédaction du mémoire, ainsi que d’autres domaines d’intérêt dans notre métier. Il faudra s’inscrire sur les formations qui nous intéressent via un formulaire d’inscription qui sera disponible sur l’ENT.

En pièce joint vous trouverez la liste des formations disponibles entre janvier et avril :calendrier-formation-apprentis-2017_version-16dec16

Allez la consulter pour commencer à préparer votre semestre !

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Un allié de taille pour rédiger mon mémoire : Umberto Eco

Il y a quelques semaines, en déambulant dans une librairie, je suis tombée sur un ouvrage intitulé  Comment écrire sa thèse d’Umberto Eco. En le feuilletant, et en m’attardant sur la table des matières, je me suis très vite rendu compte qu’il serait un allié de choix pour la rédaction de mon mémoire.

En effet, l’ouvrage comporte sept grandes parties qui sont :

I) Qu’est-ce qu’une thèse ? A quoi sert-elle ?
II) Le choix du sujet
III) La recherche du matériau
IV) Le plan de travail et les fiches
V) La rédaction
VI) La rédaction définitive
VII)  Conclusions

Le livre reprend point par point les étapes essentielles à la constitution d’un mémoire (un mémoire est en quelque sorte une petite thèse, n’est-ce pas ?), du choix du sujet à la rédaction définitive. Il reprend les principaux pièges à éviter et répond à des questions que nous nous sommes tous au moins posés au moins une fois depuis que nous avons entamé notre travail de recherche.

Cet ouvrage est donc un véritable outil méthodologique auquel nous avons avoir recours tout au long de notre recherche. Il est possible de se référer uniquement aux parties ou sous parties qui nous intéressent. Le livre m’aide régulièrement, lorsque je me pose des questions sur mon travail et mon sujet de mémoire. C’est pourquoi, je souhaitais vous faire découvrir ou redécouvrir cet ouvrage qui m’est devenu indispensable.
Référence : Umberto ECO, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 1985

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Art de l’apprentissage

Quand je cherchais les supports théoriques pour mon mémoire, j’ai trouvé un article concernant mon sujet – « Les définitions des stratégies d’apprentissage ». Il s’agit d’un essai de synthèse. Avec beaucoup de stratégies d’apprentissage qui ont évoqué mon expérience d’apprendre le français, cet article m’a attiré l’attention. Il est le quatrième chapitre du livre « Les stratégies d’apprentissage » de Paul Cyr et Claude Germain. Ce livre s’adresse aux enseignants qui ont l’intention d’enseigner à leurs apprenants comment « apprendre à apprendre », aux chercheurs qui travaillent dans le domaine de la didactique des langues et aux apprenants qui veulent approfondir leurs connaissances des stratégies d’apprentissage en langue seconde ou réfléchir sur leur parcours d’apprentissage.

L’auteur établit un bilan des stratégies que l’apprenant peut utiliser et propose des définitions très précises. Selon Cyr, il existe de nombreuses stratégies d’apprentissage et elles peuvent être divisées en trois groupes : les stratégies métacognitives, les stratégies cognitives et les stratégies socio-affectives, c’est aussi la logique de cet article. Les stratégies métacognitives portent sur des réflexions concernant le processus d’apprentissage des langues plutôt qu’elles ne constituent une aide pour l’apprentissage lui-même ; et les stratégies cognitives relatives aux actions de mémoriser, grouper, paraphraser, réviser, etc. Cyr souligne que la stratégie métacognitive exerce plus d’influence sur le processus d’apprentissage que la stratégie cognitive. Dans la troisième catégorie, Cyr énumère une série de stratégies socio-affectives. Il décrit de nombreuses situations didactiques ou d’apprentissage afin de mieux expliquer comment les stratégies fonctionnent dans des cas spécifiques.

À part de la stratégie la plus populaire – « pratiquer la langue » qui désigne plutôt la « répétition » et la « pratique des sons et des graphies en situation formelle », Cyr mentionne aussi une stratégie populaire parmi les apprenants de langue étrangère : « traduire et comparer avec la L1 ». Elle fait partie de la stratégie cognitive. À propos de l’intervention de la langue maternelle dans l’apprentissage, il faut parler des recherches de Felix Franke, qui a illustré, à la fin du 19e siècle, deux types de relation entre le mot en langue maternelle, le mot en langue étrangère et le concept de cet objet indiqué. Quand l’apprenant rencontre un mot en langue étrangère, il peut choisir entre deux démarches : ou bien il saisit le sens en traduisant le mot étranger à sa langue maternelle, ou bien il crée un lien direct entre le concept et le mot en langue étrangère. La première démarche est considérée comme un traitement manquant d’efficacité. Komenski prenait l’image pour centre du manuel de langue, car selon lui, l’image indique directement le sens du mot. C’est ainsi compréhensible qu’au 17e siècle, pour apprendre une langue étrangère, l’enfant devait regarder l’image et écouter plusieurs fois les phrases correspondantes. Cyr a aussi souligné que l’utilisation des images peut être une technique pour mieux mémoriser les lexiques.

Semblablement, à propos de la compréhension et la mémorisation du signifié d’un mot en langue étrangère, l’article de Cyr met en discussion, dans la stratégie de « recherche documentaire », le paradoxe entre la dépendance de l’apprenant à l’égard du dictionnaire bilingue et la préoccupation de l’enseignant à propos de ce fait. Même s’il avoue qu’il est peut-être utile de consulter le dictionnaire bilingue dans certaines circonstances (en prenant en compte la culture et la personnalité de l’apprenant), l’auteur conseille aussi aux apprenants les plus avancés d’utiliser un dictionnaire de la langue-cible, afin de maîtriser l’utilisation de ce mot. Cela m’a fait penser à la communication du colloque qui avait lieu l’après-midi du 21 octobre dans la salle M, au sujet de l’éthique enseignante à travers les corpus de classe. On discutait si c’est pertinent de laisser les apprenants chinois consulter le dictionnaire électronique dès qu’ils rencontrent un mot inconnu.

 

Bibliographie :

Paul CYR, Les stratégies d’apprentissage, CLE International, 1998, chapitre 4, p41-P63.

Heather. E. HILTON, « L’influence des théories d’acquisition sur la didactique des langues : perspectives historiques », Orizons, 2011, p37-p52.

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Bonnes fêtes de fin d’année à tous les zarlapiens-zarlapiennes !

Les zarlapiens-zarlapinennes (excusez mon épenthèse qui reproduit un pataquès enfantin : c’est Noël et les enfants n’attendent qu’une chose : un cadm100eau sans prix!) ont beaucoup travaillé en l’espace de trois mois… Ils-elles ont rédigé des billets leur permettant de se présenter, de commencer à lancer leur recherche, à penser leur méthodologie même concrètement (combien de carnets dans les poches d’un.e chercheur.e ?), à écrire une bibliographie normée, à poser des questions (en vue de questionnaire ou d’enquête) en pensant l’écoute des énonciations, etc., et à travailler ensemble en commentant les billets des camarades ou en leur donnant des idées de sorties culturelles, de lectures, de liens et aussi de contacts… Donc, un grand bravo à chacun.e car il y eu aussi des rencontres fortes avec les chercheurs du monde entier ou de disciplines diverses (colloque DILTEC, colloque Dewey, etc…) et une journée participative intense et joyeuse entre doctorants et M2 autour des expériences d’écoute, comme si le lancement du mémoire ne suffisait pas !!!! Donc bravo et vive les vacances de Noël !

Belles fêtes à tous !!!! et bonne année 2017 !!!! et nos fêtes se doivent aussi de se partager (ici un bel exemple pour penser nos situations : https://www.franceculture.fr/emissions/le-choix-de-la-redaction/et-si-partageait-la-culture-avec-les-migrants#xtor=EPR-2-[LaLettre22122016]) !!!

Une petite information pour la rentrée et nos prochains rendez-vous pour ceux qui seront encore sur Paris au début 2017 :

  • vous êtes bienvenue pour rencontrer un docteur de l’EHESS sur la ritournelle le 4 janvier (13-15) avant notre dernière séance fermée (15-17) où nous ferons ateliers pour nous regrouper en thématiques et partager nos avancées-retards dans le mémoire ;
  • le 11 janvier, la journée (9-16) vous est ouverte (même pour un petit moment) : je réunis mes doctorants autour de deux ouvrages de Marielle Macé et d’un projet « écouter lire »(http://www.fabula.org/actualites/marielle-mace-styles-critique-de-nos-formes-de-vie_75889.php)
  • suivront nos rencontres-ateliers d’accompagnement du mémoire et la grande séance de pré-soutenance (voir les dates sur la page agenda du séminaire) avant l’échéance de fin de M2 : la soutenance de votre mémoire que vous partagerez avec vos amis présents, j’espère bien !!!!
  • sans oublier que le second semestre se poursuit sur ARLAP pour continuer à échanger, garder le moral, avancer, écrire… chercher !

 

 

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Pour se changer les idées…

Chers camarades,

En ce moment au Petit Palais, deux expositions susceptibles de vous intéresser.  La première sur Oscar Wilde. On y apprend comment l’homme s’est constitué critique, esthète et homme de lettres. L’exposition se divise entre lettres, manuscrits avec envoi et tableaux de peintres qu’il a eu l’occasion de croiser au cours de sa vie et qu’il a critiqué, positivement ou non, avec ironie ou non.

Cette association entre tableaux et citation de critique le concernant est d’ailleurs sublime. La plume de Wilde est si belle qu’on se doit de relire parfois plusieurs fois la phrase pour comprendre si le commentaire est positif ou négatif. Un bel exercice de style. J’en sors quelques idées d’activités pédagogiques à utiliser en classe de fle.

Le seconde exposition, avec beaucoup moins de file d’attente concerne l’art de la paix. On peut y découvrir les archives du ministère des affaires étrangères. Des documents fabuleux. Le plus ancien est le serment de Strasbourg de 842, qui je pense nous avons tous étudié l’impact sur la langue française. Bref, on y apprend sur les relations diplomatiques de la France avec le reste du monde. Et relation politique va beaucoup de fois de pair avec politique linguistique…

http://www.petitpalais.paris.fr/expositions/en-cours

attention, ces expositions se terminent le 15 janvier.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Au Pays des contes

screen-shot-2016-12-19-at-15-09-35

Sur les conseils de Cécile Leguy en cours d’anthropologie, j’ai regardé le court documentaire  » Au pays des contes » réalisé par Alexandra Ena d’après les recherches effectuées par l’ethnolinguiste  Suzy Platiel.

Le conte est une réponse à l’individualisme grandissant dans nos sociétés contemporaines. Voilà le postulat de départ. Lire un conte c’est partager, c’est faire un don. C’est aussi une manière de développer son individualité sans devenir individualiste. Le documentaire fait un lien très intéressant entre la tribu des Sanan (Burkina Faso), où le « racontage » occupe une place centrale dans le développement des enfants, et l’initiative de Jean-Christophe Gary, professeur de français dans un collège, d’instaurer « l’heure du conte ».

N’avons-nous pas là une alternative formidable aux terribles exercices de commentaire de texte  et de description du trop fameux schéma quinaire ? N’est-ce pas apprendre à prendre du plaisir à lire, apprendre à vivre ensemble de plus belle manière qu’il soit, en se racontant des histoires ?

Raconte-moi une histoire, je te dirai qui tu es…

http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4095

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Festival « SoBD 2016 »

Un petit billet pour signaler qu’il y a le salon de la BD dans le 4e arrondissement ce week-end ! C’est le festival « So BD », voici le lien :

http://www.sobd2016.com/

Comme l’a rappelé Chloé dans son chouette billet « Dialogue d’échauffement » : « la BD, bande dessinée aussi dité « bédé », b.é.d.é. est un genre de littérature » (je la cite !) et surtout c’est un support très intéressant pour le FLE… alors en attendant de lire le mémoire de Chloé et/ou d’assister à sa soutenance, si cela vous dit d’aller faire un tour à la Halle des Blancs Manteaux (un lieu très intéressant, même architecturalement, ce sont d’anciennes halles réhabilitées) avec moi, faites-moi signe, on pourrait s’y retrouver. Pour ceux/celles qui ne connaissent pas le quartier, il y a aussi le Marché des Enfants rouges juste à côté (Jiaxing, tu voulais le visiter, ça pourrait être l’occasion ?) où on peut déjeuner ou prendre un verre.

Vous verrez qu’il y a des ateliers, des expos, des conférences, des performances, des tables rondes, des vidéos, plein d’artistes présents… je pense que c’est vraiment une manière vivante, riche et variée de s’initier ou d’approfondir ses connaissances sur le sujet.

J’y serai le vendredi après midi, mais sans doute aussi le samedi et le dimanche… donc n’hésitez pas à me contacter si vous avez envie de m’y rejoindre.

Zoé

 

« Self-theories » : voyage dans la tête des apprenants

Première de couverture du livre, source : amazon.com
Crédit de la photographie : amazon.com

 

L’année dernière, j’ai passé mon master 1 dans une université partenaire de Paris 3, aux Etats-Unis, en Virgnie. Dans un des cours que j’ai suivis là-bas, nous avons lu un livre intitulé Self-Theories de Carol Dweck. Je pense que les idées qu’elle présente peuvent peut-être intéresser certains. Je me permets donc de partager ma lecture avec vous.

Dans ce livre, l’auteur expose les résultats d’expériences effectuées avec des groupes d’apprenants. Elle  montre que la vision que nous avons de nous-mêmes détermine nos choix, nos réactions face aux challenge et donc face à nos actions. Elle distingue deux groupes : ceux qu’elle nomme « helpless » et ceux qui sont « mastery-oriented ». Le premier groupe se compose d’apprenants qui vont avoir tendance à choisir une tâche plus simple à effectuer, parce qu’ils ont peur d’échouer et d’être perçus comme « stupides ». Les membres de ce groupe pensent généralement que l’intelligence est fixe, que l’on naît avec un potentiel et que celui-ci ne changera pas jusqu’à notre mort. L’autre groupe se compose d’apprenants qui ne sont pas forcément les meilleurs mais qui ont le goût du challenge, ils vont privilégier l’apprentissage et non les notes, ils préféreront poser une question au risque d’être perçus comme « stupides » mais ils connaîtront au moins la réponse. Les membres de ce groupe pensent que l’intelligence est modulable, que l’on peut l’augmenter en travaillant mais surtout en échouant et en réessayant.

Personnellement, quand je regarde mon parcours scolaire, mes amis et les apprenants que j’ai eus devant moi, je me rends compte que pour la plupart, autant eux que moi, nous avons pensé ou pensons comme le premier groupe. Je pense que c’est une facette de l’enseignement qu’il est important d’avoir en tête, car une mauvaise note peut être dévastatrice pour un apprenant et peut détruire toute volonté de faire des efforts, ce qui  peut pousser l’apprenant au décrochage. Cet aspect est d’autant plus important que C. Dweck insiste sur le fait que ces phénomènes ne sont pas restreints aux apprenants en classe mais qu’ils se perpétuent dans l’âge adulte.

Un autre élément que Carol Dweck évoque est l’importance des critiques (positives ou négatives) sur les devoirs des apprenants. Elle nous invite en tant qu’enseignant, à être particulièrement vigilant vis-à-vis des apprenants car elle estime que ces derniers qui appartiennent au premier groupe vont avoir tendance à vouloir entendre seulement « c’est bien » ou « c’est excellent » plutôt qu’une critique constructive qui les ferait s’améliorer (même dans le cas où le devoir est excellent). Elle nous invite aussi à valoriser le processus ou le procédé utilisé pour réaliser  le devoir plutôt que le résultat final. Ainsi, elle recommande de dire plutôt à l’apprenant « j’aime la façon dont tu as modifié cet aspect afin de réaliser le devoir » plutôt que « c’est un bon devoir ». Carol Dweck individualise et humanise les apprenants en se basant sur des faits psychologiques plutôt simples mais qui peuvent changer énormément de choses dans la vie des apprenants. Elle insiste également sur l’objectif de l’enseignement en tant qu’institution à but éducationnel. Cet objectif est axé sur l’apprentissage et sur le fait que l’échec n’est pas une fin en soi mais une étape nécessaire afin de progresser et de réussir.

Source : DWECK Carol, Self-theories: Their Role in Motivation, Personality, and Development, Essays in Social Psychology, Psychology Press, New York, 2000

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts