Archives de catégorie : Evénements

Rencontres professionnelles le 15 décembre 2017 au master DFLE

Programme des rencontres auxquelles vous êtes vivement conviés :

Rencontres professionnelles_PROG_Détails_Déc. 2017

Affiche_Rencontres professionnelles master_15 déc. 17

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? »

La présentation du colloque « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités » qui s’est tenu les 4 et 5 décembre 2017 annonce une crise symbolique portant sur la question de l’utilité des études littéraires (comme si les études étaient un outil) et leur reconnaissance. Pour parer cette crise, il semble vital désormais de rénover les humanités et de ne plus recourir à la segmentation des savoirs, un manière ancienne et datée d’organiser les champs de recherches. Le maître mot est bel et bien transdisciplinarité : que les recherches se nouent, se dénouent, conversent.

Table ronde présidée par Valérie Spaëth : Jean-Louis Chiss (Paris 3), Francis Marcoin (Université d’Artois) et Gilles Siouffi (Paris IV)

Je ne ferai pas un compte-rendu des prises de paroles ou de l’intégralité de la discussion. Je souhaite par ce billet partager une thématique qui m’a particulièrement intéressée.

Il a été question des « nouvelles humanités » et de leur accès qui se trouve changé de fait.

La voie d’accès aux ressources documentaire a changé, et cela pour toutes les générations. Continuer la lecture de Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? »

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Madame Hyde

Samedi soir, je suis allée à la Gaité Lyrique dans le cadre des Inrocks Festival 2017 pour assister à la projection en avant-première du film Madame Hyde du cinéaste français Serge Bozon.

« En 2012 avec Tip Top, son troisième long métrage, Serge Bozon insufflait une douce excentricité dans le paysage du jeune cinéma français. C’est naturellement que les Inrocks, qui suivent avec attention le travail du cinéaste depuis ses débuts, l’ont convié pour présenter son nouveau film Madame Hyde. Dans cette inspiration de l’oeuvre de Stevenson, Docteur Jekyll et Mister Hyde, Isabelle Huppert, dont c’est la deuxième fois chez Bozon, incarne Madame Géquil, une maladroite prof de physique qui après avoir été littéralement foudroyée se retrouve habitée par une énergie folle et mystérieuse. » https://gaite-lyrique.net/madame-hyde

Vous n’êtes pas dupes, il n’y a là-dedans aucun lien direct avec la didactique des langues, je vous l’accorde. Mais comme j’ai beaucoup aimé Madame Hyde, je tenais tout de même à partager cette découverte cinématographique avec vous. Surtout que ce n’est pas si fréquent, dans un film ayant pour sujet central l’éducation, que la classe (bien que fictionnelle) existe, existe vraiment.

Continuer la lecture de Madame Hyde

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Invitation pour une avant-première cinéma : atelier de conversation

Invitation à une avant-première du film ATELIER DE CONVERSATION de Bernhard Braunstein au Musée National de l’Histoire de l’Immigration. Ce film a été projeté en ouverture du dernier festival international du documentaire  « Cinéma du Réel » et sera distribué au cinéma début février 2018 accompagné de ciné-débats avec divers intervenants.
Dans la Bibliothèque Publique d’Information (BPI), au Centre Pompidou à Paris, des personnes venant des quatre coins du monde se rencontrent, chaque semaine, dans « l’Atelier de conversation » pour parler français. Des réfugiés de guerre côtoient des expatriés cadres d’entreprises, des étudiants venus du monde entier croisent des victimes de persécutions politiques. Malgré leurs différences, participantes et participants partagent un objectif commun : apprendre la langue et trouver des alliés pour pouvoir (sur)vivre en France.
 
Quelques images au lien suivant : https://vimeo.com/220849488
Accès à l’apprentissage du français, accueil des étrangers, regards qu’ils portent sur notre pays, lutte contre les préjugés et le racisme… Autant de thèmes qui sont abordés par ce film.
Avant-première du film
ATELIER DE CONVERSATION
de Bernhard Braunstein
(2017, 1h12)
Une avant-première à L’INALCO le 14 décembre prochain.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Gala

Hier soir, je suis allée voir le très beau spectacle Gala du chorégraphe Jérôme Bel au Théâtre du Rond-Point ­— qui tourne à l’international depuis sa création, en 2015. Je ne décrirai pas trop ce qu’il s’y passe, pour ne pas gâcher la surprise à ceux d’entre vous que cela pourrait intéresser. Mais notez seulement que mon cerveau formaté de « didacticienne du FLE en devenir » s’est beaucoup agité pendant les 90 minutes du spectacle (pourtant muettes). C’est la raison pour laquelle je tenais vraiment à partager cela avec vous tous. En voici le synopsis :

« Essayer encore. Rater encore. Rater mieux.          
Jérôme Bel choisit de mêler des professionnels et des amateurs de tous âges et de toutes origines sociales et culturelles. Dans cette danse, pas de corps semblables, formatés, mais une fête, un tour de force féroce, divertissant, radical. » https://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/gala/

Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Rencontre virtuelle FLE : Préparer les adolescents au niveau B2 avec À plus 5

Pour toutes les personnes qui s’intéressent au public d’adolescents ou même à l’utilisation des manuels, l’Éditions Maison des Langues organisent une rencontre virtuelle le mercredi 21 juin sur l’utilisation du manuel À plus 5 afin de préparer les adolescents au niveau B2. N’oubliez pas que, comme l’a dit Besse, un manuel reste « un outil mis à la disposition de l’enseignant et des enseignés pour les aider, dans le contexte qui est le leur, à (faire) acquérir la langue étrangère. D’évidence, ce n’est pas le manuel qui enseigne, encore moins lui qui apprend. C’est-à-dire que son efficacité relative, comme pour tout outil, dépend autant de la manière dont on l’utilise que de ses qualités propres » (2001 : 15).

Ci-dessous les informations pratiques :

 

Date :

Mercredi 21 juin

Heure :

de 12h00 à 13h00 (heure de Paris)
Pour calculer le décalage horaire de votre ville avec Paris, cliquez ici

Intervenante :

Descriptif :

La collection À plus est désormais au complet ! Le dernier né, À plus 5, guide les adolescents vers le niveau B2 à travers des thèmes qui les touchent et les intéressent.
Nous reviendrons d’abord sur les points forts de la collection À plus qui, en plaçant la motivation des apprenants au cœur de l’apprentissage, parvient à les faire progresser de manière ludique et naturelle.
À plus 5 se consacre au niveau B2 ; ainsi, nous nous demanderons ce qui est attendu d’un adolescent visant à atteindre ce niveau. À plus 5 fournit aux apprenants tous les outils nécessaires pour valider l’examen du DELF B2.

Comment À plus 5 réussit-il à préparer des jeunes de 17 ans, non seulement à atteindre le niveau B2, mais aussi à s’exprimer avec assurance sur des sujets qui les captivent et leur tiennent à cœur ?
C’est la question à laquelle nous répondrons, à l’aide de l’analyse détaillée de la première unité didactique du manuel. Après avoir étudié la construction de l’unité (sa progression, sa cohérence), nous mettrons en valeur les éléments qui, au fil des leçons, motivent l’apprenant à participer.
Enfin, nous donnerons des conseils aux enseignants sur la manière d’utiliser au mieux les pages de jeu, de bilan, et de DNL, afin d’assurer des cours toujours vivants et ludiques.

Ne manquez pas ce rendez-vous en direct avec l’une des auteures de la collection, vous avez jusqu’au 20 juin pour vous inscrire !

BIBLIOGRAPHIE 

Besse H., (2001). Méthodes et pratiques des manuels de langue, Paris : Didier.

Johanna Clausse

Diplômée d’une licence de coréen et d’une licence de didactique du FLE.
Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Résonance des voix de la recherche

Plongée dans la rédaction, dans la lecture, dans les corrections… envahie par le sujet de tous les côtés… dans tous les sens… hantée par la peur de ne pas oublier le moindre détail… mon regard se pose brusquement sur l’affiche de la projection débat des Jeunes Chercheurs en Science du Langage qui m’éloigne pour l’instant de cette effervescence dite « Mémoire ». Sans m’attarder, j’ouvre mon carnet. J’hésite… Les voix intérieures commencent à se mêler. Je note ou pas ? Allez, c’est le moment de mettre à l’épreuve ton sens d’organisation !!! J’hésite… Encore une fois… Il faut finir la rédaction quand-même. L’intitulé du Rendez-vous attire particulièrement mon attention. « Carnets de terrain »…

En me  transposant à la rentrée de Master 2 et aux premiers cours de méthodologie, il éveille en moi les fameux carnets de Bruno Latour. Il est impossible d’oublier ses quatre carnets indispensables dans la recherche. Je dois avouer qu’ils m’ont sauvé la vie. Enfin, je note. Le 2 juin 2017 – « Carnets de terrain », le Rendez-vous des Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage. C’est parti !

Ce séminaire a mis en avant le carnet de chercheur sous un format différent, le court-métrage, à partir duquel la question de valorisation scientifique est abordée, mais aussi l’intérêt de ce type de documents dans la recherche scientifique. Il est à souligner que les films sont réalisés en collaboration chercheur – vidéaste.

Lors de ce rendez-vous, l’interrogation s’est tournée autour de deux films : Au bord du silence. Chants traditionnels du pays baskeet et Première voyage au Vanuatu en présence des linguistes (Yvonne Treis et Alexandre François) et de l’équipe chargé de réalisation des courtes-métrages : Céline Ferlita et Franck Guillemain.

Dans cette optique, Céline Ferlita explique l’objectif du CNRS de réaliser les films sur la recherche scientifique. Il découle d’une double nécessité. D’une part, faire connaître la recherche scientifique au public plus large. D’autre part, le chercheur possède un tas de photos inexploitées et de bonne qualité. Ainsi, le spécialiste est en mesure de raconter sa recherche par image et de la faire vulgariser. Afin d’y parvenir, les réalisateurs sont amenés à faire le compromis – simplifier la parole du chercheur et faire le choix du matériel dont le chercheur dispose. En outre, le film doit être captivant et attirant pour les spectateurs. Cette intervenante met en exergue le but primordial de ce projet – celui de raconter une aventure humaine. En ce sens, on découvre un autre aspect de chercheur – celui d’un être humain.

Aux objectifs avancés par Céline Ferlita, je voudrais ajouter également que ce format visuel de recherche permet de faire entendre une double voix du terrain – celle du chercheur ainsi que celle de l’acteur / de l’enquêté / de l’observé. Si on se réfère à Eric Chauvier[1], anthropologue, l’acteur de la recherche sera en mesure de changer son statut – d’une manière invisible vers une personne singulière et unique. Ainsi, on laisse les interlocuteurs résonner, vibrer, vivre en pleine voix. Ces individus font le pivot de la recherche à part le chercheur. D’une certaine façon, le film devient un moyen privilégié pour leur rendre hommage. Dans la même perspective, Yvonne Treis met en exergue la nécessité de la reconnaissance de la position et de la connaissance de ces interlocuteurs dans le film Au bord du silence. Chants traditionnels au pays baskeet.

Ensuite, Franck Guillemain retrace le procédé adopté à réaliser un court-métrage. Il souligne que le film consiste en images fixes auxquelles il ajoute la voix du chercheur, mais aussi les enregistrements divers issus du terrain (sons, chants, comptes, etc.). C’est lui aussi qui incite le chercheur à la parole. Dans la même optique, le vidéaste a à trouver la photo correspondante à la parole du spécialiste vu que ce dernier raconte sa recherche sans support devant lui.

Fruit d’une telle collaboration à visées multiples, ces films nous découvrent non seulement le projet initial de deux linguistes (description de la langue baskeet et mwotlap – de leur phonologie, de leur morphologie et de leur syntaxe), mais aussi la description des cultures qu’on ne connaît pas. En ce sens, les linguistes adoptent la posture d’anthropologues et d’ethnologues documentant l’organisation sociale, les rites, la littérature orale, etc. du peuple en Ethiopie et au Vanuatu. Ainsi, la pluralité de moi chercheur se dévoile : moi du linguiste, de l’anthropologue, de l’ethnologue, du photographe, de l’apprenant, etc.

Pour finir, ce séminaire montre bien l’intérêt de ce type de démarche dans la recherche scientifique. Le film devient un outil de la promotion de la recherche, du chercheur et, ce qui est encore plus important, de ces acteurs. En outre, cette projection débat a fait résonner et revivre les voix multiples de la recherche en science du langage.

Je vous invite à visiter le site d’Alexandre François, spécialiste pour les langues mélanésiennes de l’Océan Pacifique. Vous pouvez y trouver des contes, des légendes, des dictionnaires, des cartes, des photos, des vidéos, ses publications, etc. Bref, un site très riche et intéressant.

http://alex.francois.free.fr/AF-fr.htm

De même, sur le site du CNRS, vous pouvez trouver les collections thématiques des courts-métrages réalisés ainsi que les films cités ci-dessus.

https://www.canal-u.tv/producteurs/cnrs_ups2259/documentaires

 

 

[1] Chauvier, E. (2011). Anthropologie de l’ordinaire. Toulouse : Anacharsis

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Spectacle « 20 000 Lieues sous les mers d’après Jules Vernes »

Le 25 Janvier, à la Comédie-Française au théâtre du vieux-colombier, j’ai assisté à un spectacle de « 20 000 Lieues sous les mers d’après Jules Vernes » sous l’adaptation et la mise en scène de Christian Hecq et Valérie Lesort. 20 000 Lieues sous les mers a reçu le Molière de la création visuelle 2016 et le prix de la Critique 2016 du meilleur créateur d’éléments scéniques. Le spectacle a duré 1h20. Ce spectacle pour acteurs et marionnettes, nous embarque à bord du Nautilus, vaisseau légendaire tentant à la fois du monstre marin et du navire de pointe commande par le Capitaine Nemo. On y retrouve les personnages du roman de Jules Verne : le professeur Aronnax et son fidèle domestique Conseil qui avant de faire naufrage et d’être les prisonniers de Nemo, s’étaient lancés à la poursuite du fameux narval géant à bord de l’Abraham-Lincoln aux côtes du harponneur Ned Land.
Le Capitaine Nemo, véritable pirate moderne, les entraine malgré eux dans un tour du monde à travers les océans, où l’expérience scientifique se mêle à la poésie des grandes profondeurs. Sur la scène du Théâtre du vieux- Colombier, c’est accompagnés d’une troupe de poissons que les acteurs nous font voyager au cœur de ce monument de la littérature.

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Journée d’études Kinétraces « Séances des années folles. Salles pratiques, technique »

Bonjour à tous! J’aimerais partager avec vous une journée d’études qui aura lieu Vendredi 2 juin  2017 dans les locaux du CNC, donc 32 rue Galilée (75016, Paris ) et 12 rue de Lübeck (75016, Paris). Cette journée est  conçue par l’association Kinétraces autour de la notion séance cinématographique et théâtrale dans la France des années 1920.

Entrée libre !

 

 

Si cela vous intéresse, voici le programme

https://www.facebook.com/events/1924784687797832/?acontext=%7B%22ref%22%3A%223%22%2C%22ref_newsfeed_story_type%22%3A%22regular%22%2C%22action_history%22%3A%22null%22%7D

9h : accueil des participants au CNC, 32 rue Galilée (75016, Paris)

9h30 : présentation du projet « Séance » et de la journée d’études par Manon Billaut, Emmanuelle Champomier, Agnès Curel, Céline Pluquet, et Élodie Tamayo

PANEL 1 / LES SALLES

10h : Ouverture du panel par le président de séance : Laurent Véray (Université Paris 3)

10h10 : Jean-Jacques Meusy (CNRS) : « Évolution de la séance de cinéma, des origines aux années 1920 »

10h40 : Shahram Abadie (Ensa Clermont-Ferrand) : « Le cinéma sur la scène architecturale et urbaine. Les salles parisiennes des « Années folles » »

11h10-11h30 : Pause

11h30 : Christophe Gauthier (École nationale des Chartes) et Marco Consolini (Université Paris 3) : « Le Vieux-Colombier, un espace de culture théâtral et cinématographique »

12h10 : Annie Fee (University College London) : « Aller au cinéma à Paris pendant les années 1920 : une approche spatiale de l’histoire des salles de cinéma »

12h40 : Questions

Déjeuner

PANEL 2 / LES PRATIQUES

14h30 : Ouverture du panel par le président de séance : Laurent Guido (Université Lille 3)

14h40 : Marylin Marignan (Université Lyon 2) : « Unicité de la séance : de l’accompagnement musical aux intermèdes »

15h10 : Charlotte Servel (Université Paris 7) : « Les salles obscures des surréalistes »

15h40 : Questions

16h-16h20 : Pause

PANEL 3 / LES TECHNIQUES

16h20 : Ouverture du panel par le président de séance : Patrick de Haas (Université Paris 1)

16h30 : Cristina Grazioli (Università di Padova) : « Espaces partagés : les relations entre lumière, projection, espace. Réflexions et expérimentations (1910-1930) »

17h : Enrico Camporesi (Labx CAP, CRAL, EHESS) : « La séance et l’atelier – notes à partir de la soirée Dada du Cœur à barbe »

17h30 : Questions

——-

Soirée de projection précédée d’un buffet au 12 rue de Lübeck, 75016, Paris.

19h40 : Présentation de « La Tierra de los torros » (Musidora, 1924) par Marién Gómez Rodríguez.

20h : Projection du film, avec reconstitution des intermèdes chantés et dansés (100’).

 

 

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

3E EDITION DU FESTIVAL QUARTIER DU LIVRE

Du 17 au 24 mai 2017
la 3e édition du festival
LE MOT DE FLORENCE BERTHOUT

Dans le Ve arrondissement,
territoire de culture,
berceau historique des
universités, le livre a toujours
occupé une place à
part. Dans notre quartier
plus qu’ailleurs, pousser
la porte d’une librairie,
entrer dans une bibliothèque,
ouvrir un livre,
c’est prendre part à une histoire séculaire, c’est
prendre conscience de ce qui a forgé l’âme et
l’identité de cet arrondissement.
Célébrer le livre, remettre à l’honneur ce formidable
vecteur d’émancipation, telle est l’ambition du festival
Quartier du Livre, qui, pour la troisième année
consécutive, rassemble au coeur de la capitale les
amoureux de l’écrit et des belles-lettres : lecteurs,
libraires, maisons d’édition, auteurs, bibliothèques,
institutions culturelles et commerçants.
Du 17 au 24 mai, ce sont plus de 250 événements
qui sont organisés pour mettre en valeur le livre
et la littérature sous toutes leurs formes. Ateliers
d’écritures, conférences, débats, rencontres et
dédicaces, balades littéraires, autant de surprises
qui vous attendent au cœur du Quartier latin.
Profitons des beaux jours de printemps pour flâner
dans ces rues pavées chargées d’histoire, en
nous interrogeant sur les mystères de la grande
beauté littéraire.
Je vous souhaite un excellent festival Quartier du
Livre 2017 et remercie chaleureusement tous les
publics et tous les talents qui contribuent chaque
année à son succès.

Florence BERTHOUT
Maire du Ve arrondissement
Conseillère régionale d’Île-de-France

LE MOT DE LA MARRAINE DE LA TROISIEME EDITION

Qu’un quartier entier fête
le livre, voilà une bonne
nouvelle !
Car les livres nous invitent
dans un espace mouvant,
changeant, jamais figé.
Les livres nous emmènent,
nous guident, mais aussi
nous laissent bâtir entre
leurs lignes, dans les blancs de l’histoire ou du texte.
Lire, c’est aller à la rencontre de l’autre, toujours.
Prendre le risque de ressentir, de penser, de réfléchir
différemment. Lire, c’est faire le choix de l’ouverture,
de l’aventure. Lire, c’est accueillir.
Pour moi, la lecture est depuis longtemps une
manière d’être au monde, de tenter de le comprendre.
Aujourd’hui, plus que jamais, une
nécessité.
Alors réjouissons-nous de ces moments qui nous
réunirons autour de tous ces événements (lectures,
débats, de dédicaces, conférences…).
N’hésitons pas à nous perdre, à sortir de nos trajectoires
et de nos sentiers battus. Les livres sont
des balises qui toujours nous éclairent.
Je vous souhaite à tous une belle

Delphine de VIGAN
Marraine de la 3e édition
du festival Quartier du Livre

Pour plus d’information vous pouvez aller sur le site internet: www.quartierdulivre.fr
Profitez bien!

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook