Archives de catégorie : 4. Un séminaire, des membres actifs

Stage au BELC

Stage – Appui à la coordination pédagogique et à la communication interne et externe des universités – BELC, les métiers du français dans le monde

Date limite de candidature : 5 févier 2018

Démarche à suivre pour présenter sa candidature : Veuillez adresser un curriculum vitae et une lettre de motivation au tuteur de stage, Vincent Brousse, chargé de programmes, chef de projet des universités – BELC : brousse@ciep.fr

Fiche de poste – STAGE BELC 2018

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

La conceptualisation grammaticale Histoire, réflexions, pratiques

Le dernier numéro de la revue Recherches en didactique des langues et des cultures est en ligne :

http://journals.openedition.org/rdlc/

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie.

À la suite d’une réunion organisée par notre directeur de recherche, quelques étudiants et moi-même avons pu confronter nos idées et réfléchir un peu plus en avant à la conduite et à la présentation de notre mémoire. Quelques idées ont ainsi émergé qui doivent permettre de mieux en concevoir le développement, comme de proposer un plan plus original, plus attractif, de concevoir un terrain plus adapté au sujet du mémoire ou de référencer sa bibliographie de façon plus claire.

Continuer la lecture de Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie.

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Séminaires et conférences de Simon Coffey

séminaires et conférences Simon COFFEY

Dr Simon Coffey (King’s College London)

Senior Lecturer in Language Education
Programme Director MA Language and Cultural Diversity

Continuer la lecture de Séminaires et conférences de Simon Coffey

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Le rôle des enseignants à l’ère numérique – réflexion sur les assises de la lusophonie et de la francophonie

Les assises de la lusophonie et francophonie ont eu lieu du 6 décembre 2017 au 8 décembre 2017. Des débats ont été organisés entre les différents acteurs dans l’univers francophone et lusophone, visant à analyser l’importance de l’enseignement de ces deux langues, à discuter les défis et les perspectives d’avenir de l’éducation.

Ce qui m’intéresse le plus, c’est l’intervention de M. Lumbroso qui explicite les défis confrontés par les écoles francophones et lusophones à notre époque. Dans son exposé, l’un des défis principaux est le numérique. Pourquoi c’est un défi au 21e siècle ? Selon lui, c’est parce que les données ne sont pas les informations, l’information ne fait pas la connaissance et la connaissance ne fait pas la manière de décider quelque chose. Il souligne que l’école doit apprendre le numérique, apprendre du numérique, mais surtout apprendre à apprendre avec le numérique. Il met en avance également le rôle d’accompagnement des enseignants, qui doivent prendre la responsabilité de guider les élèves à passer des données à l’information, de l’information à la connaissance, de la connaissance au savoir-faire dans la vie. Par conséquent, les enseignants doivent être très bien formés, pour qu’ils soient non seulement en mesure de moduler un numérique d’urgence permanente, mais aussi de savoir ralentir afin de mieux réfléchir plus correctement.

Ses idées m’ont beaucoup frappée. Nous sommes déjà entrés à l’ère numérique. Dès la naissance de la nouvelle génération, les nouvelles technologies font déjà partie de leur quotidien. Grâce aux outils numériques, nous pouvons accéder à une multitude d’informations et de ressources qu’avant. Cependant, face à l’explosion des informations, nous pourrions être perdus. Comment sélectionner les données utiles ? Comment passer les informations aux connaissances ? Bien que les élèves puissent développer des compétences autonomes, ils pourront quand même rencontrer ce genre de difficultés. Ce passage indispensable nécessite ainsi l’intervention de l’école et l’accompagnement des enseignants. C’est la raison pour laquelle le rôle des enseignants est aussi importante à l’ère numérique.

 

Bibliographie

Intervention de M. Olivier LUMBROSO dans les Assises de la lusophonie et de la francophonie, en Grand Amphithéâtre de l’Université Sorbonne, le 7 décembre 2017.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Compte rendu de la table ronde : vers des nouvelles humanités ?

La table ronde « Vers des nouvelles humanités » a eu lieu le 5 décembre en Amphithéâtre Durkheim de la Sorbonne. Les expériences conduites par le pôle HALL de Sorbonne Paris Cité ont été présentées par plusieurs chercheurs dans de différents domaines : études d’enfance et humanités, humanités numériques et humanités médicales. Ce compte rendu se focalisera sur la présentation intitulée « De la crise des humanités aux humanités numériques » d’Ioana Galleron, enseignante chercheure de Paris 3.

Galleron présente tout d’abord la définition de l’humanité numérique, soit une discipline où les humanités et les technologies informatiques se croisent. Il s’agit de la numérisation d’artefacts, la mise en réseau de connaissances, l’attribution auctoriale, etc.

Elle indique dans un deuxième temps la crise des humanités, qui concerne la dimension sociale, politique et disciplinaire. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin des nouvelles approches afin de favoriser les études des humanités. C’est ainsi que les humanités numériques émergent et tentent de répondre à nos besoins.

Elle illustre ensuite comment les HM satisfont nos besoins. Les anciens besoins consistent en accessibilité des ressources sans limite de temps et d’espace, en collaboration intra- et transdisciplinaire, et en gestion de l’information. Premièrement, elle met l’accent sur la notion de l’« open science ». Avec le développement des outils informatiques et de l’internet, les ressources électroniques sont accessibles pour tout le monde. La mise en application des outils « open source » favorise la collaboration entre les chercheurs et la redistribution des ressources. Le « crowdsourcing », qui se sert de l’intelligence de nombreuses personnes afin d’accomplir des tâches prises en charge par une personne, a également un impact important. Deuxièmement, elle souligne sa fonction de l’annotation et de la mise en lien. Les ressources numériques comportent des métadonnées, des balises, et des liens hypertextes vers des ressources externes. Cela nous permet de consulter plus d’informations complémentaires. A part ces anciens besoins bien connus, Galleron ajoute également les nouvelles propositions, par exemple, la manipulation des textes. Les outils numériques favoriseront extraction d’information au-delà des mots, segmentation, comparaison des textes, visualisation et distant reading, etc.

Elle mentionne en dernier lieu les contributions de Paris 3 et les perspectives. Paris 3 a déjà réussi à construire des outils de traitement automatique des langues pour les sciences humaines et sociales. Le programme de collaboration entre Paris 3, Paris 13, Paris 7 et INALCO a conduit à une plateforme web simple et conviviale pour la constitution de corpus, l’analyse linguistique et statistique, l’interrogation, l’exploration et la visualisation des données. De plus, les professeurs ont proposé les nouvelles approches pour les études de l’histoire littéraire et l’analyse du texte littéraire, telles que la Banque de données d’histoire littéraire (BDHL) proposée par Henri Béhar, et la littérométrie proposée par Bernard et Bohet. Un écosystème humanités numériques est en cours de constitution grâce aux efforts des enseignants chercheurs et à la collaboration au sein de l’USPC.

La présentation d’Ioana Galleron nous aide à mieux connaître la défintion des humanités numériques et leurs apports aux études des sciences humaines et sociales. En tant qu’étudiante en didactique des langues et future professeur, je suis vraiment intéressée par ce sujet. Etant donné que nous nous trouvons dans une époque où les nouvelles technologies ont intégré dans tous les aspects de la vie quotidienne, l’utilisation des outils numériques ont modifié notre vision du monde et nos habitudes d’apprentissage. Il est ainsi indispensable de prendre en compte ses effets sur l’enseignement/apprentissage des langues.

D’un côté, le numérique possède des effets favorables. L’accès libre et rapide aux diverses ressources électroniques facilite la recherche des informations. Le travail collaboratif et les discussions en ligne favorisent également le partage des connaissances. Les applications ludiques pour apprendre les langues renforcent en outre l’intérêt des apprenants. De l’autre côté, l’explosion des informations et la diffusion des fosses informations nécessitent un regard critique. Les apprenants peuvent aussi être dépendants des outils numériques, qui réduira en quelque sorte leur réflexivité.

Comme ce que signale Emmanuel Davidenkof, « ce n’est pas la question du numérique qui se pose, mais celle du pédagogique » (2016 : 18). Ce qui importe, c’est la manière dont les enseignants le mettent en pratique. Alors, quant à l’enseignement de la littérature, quel est le rôle du numérique ? Comment nous pouvons nous bénéficier de ses effets favorables ? Comment éviter les effets négatifs ? Il nous reste des questions à réfléchir.

 

Bibliographie

« Entretien avec Emmanuel DAVIDENKOFF », réalisé par Régis Guyon en juillet 2016, Diversité, n° 185, 3e trimestre 2016.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Plan de mon mémoire

Quels manuels de littérature FLE pour les étudiants chinois à l’ère numérique ?

J’ai établi ce plan pour mieux m’orienter dans ma recherche, cependant, vu l’avancement de mon travail, ce plan est susceptible d’être modifié et amélioré au cours de ma recherche.

Plan (à préciser)

Introduction
1.Le manuel
1.1 La définition de manuel
1.2 Sa nature, ses fonctions, ses usages
1.3 Les supports du manuel et ses modalités de diffusion et d’utilisation

2. Les Manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois
2.1 Les Manuels de littérature du FLE (Sa nature, ses fonctions, ses usages)
2.2 La place de la littérature dans l’enseignement du FLE au sein du département de français en Chine
2.3 La situation des manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois

3. L’ère numérique
3.1 La définition de l’ère numérique
3.2 L’influence de nouvelles technologies à l’ère numérique
3.3 Le rôle de l’enseignement supérieur dans la société à l’ère numérique

4. Les manuels de littérature FLE pour les étudiants chinois à l’ère numérique
4.1 La conception de la construction de manuel à l’ère numérique
4.2 Les possibilités du manuel de littérature du FLE
4.3 Les manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois

Conclusion

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Mon projet de mémoire

L’enseignement de la littérature en classe de FLE en contexte universitaire chinois

La littérature occupe depuis longtemps une place incontestable en classe de langues, et les textes littéraires sont « … utilisés tout à la fois comme modèles, outil et objet de la formation des élèves » (Fraisse, 2012 : 36). Cependant, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à la suite de l’évolution profonde des méthodologies de la didactique du français, l’enseignement de la littérature est confronté à une crise. Etant donné que l’enseignement du français langue étrangère se focalise de plus en plus sur une compétence de communication et sur l’oral, la littérature, considérée comme un outil peu pragmatique, se trouve graduellement en marge de la classe en concurrence avec les autres supports multimédia. Même si le CECRL mentionne la littérature d’une manière implicite, il ne lui accorde pas une place suffisamment importante :

Continuer la lecture de Mon projet de mémoire

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

 

Nous avons participé au séminaire le 11 décembre, 2017 au Centre Censier, la première intervention dans le cadre du séminaire vise au sujet de la polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme, dirigé par GILLES DUPUIS, professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et codirecteur du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Il est membre des comités de rédaction de la revue Intermédialités et du magazine Spirale. Dans ce colloque, il nous a apporté des réflexions sur le joual, notamment dans la littérature française.

Continuer la lecture de Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Réflexion sur le dossier de L’acquisition en master 2

Ce billet a pour objectif d’émettre une réflexion sur mon dossier du séminaire Recherches en acquisition des langues étrangères en master 2, du fait qu’il me permet de compléter mon mémoire final.

Mon dossier se concentre sur l’acquisition du français en tant que quatrième langue d’un apprenant plurilingue. Le chinois est la langue maternelle de cet apprenant. Ce dernier a commencé à apprendre l’anglais dès l’âge de 12 ans. Il habite actuellement au Canada, à Vancouvert, une ville anglophone. L’anglais est sa seconde langue et il possède un niveau C1. De plus, il a appris le japonais comme langue 3 à l’occasion d’un séjour de 3 ans au Japon. Son niveau de japonais est N1 (équivalent C1-C2 selon CECRL). J’ai analysé son acquisition du français à travers trois corpus oraux. La méthodologie, ainsi que les théories dans ce dossier, m’aideront à finaliser mon mémoire de master.

 

Dans l’enregistrement de la première production orale de cet apprenant, j’ai remarqué plusieurs expressions impertinentes. Je me suis concentrée sur la forme du participe passé dans le passé composé et la réalisation de l’article partitif. J’ai émis les hypothèses suivantes : S’agit-il d’une erreur ou d’une faute dans les énonciations de l’apprenant? Existe-t-il une influence translinguistique dans ces erreurs ou ces fautes ? Afin de répondre à ces questions, j’ai enregistré une deuxième production orale en posant la même question dans la séance suivante une semaine après.

La tentative de découvrir les réponses me permet de mieux comprendre et de mieux mettre en pratique des théories concernant l’acquisition. J’ai eu également des occasions pour infirmer mes réponses prévues. Cette expérience est très importante pour mon dossier ainsi que mon mémoire du master. Auparavant, au cours de mes recherches, la méthode déductive était majoritairement employée, c’est-à-dire qu’avant ma recherche, j’avais déjà une « réponse prévue ». En m’appuyant sur certaines théories,  je cherchais des exemples ou des corpus évidents afin de confirmer ma théorie. Avant la réalisation du dossier, je croyais qu’il s’agissait certainement d’une influence translinguistique dans l’acquisition de cet apprenant plurilingue et cela aurait pu être utile pour mon mémoire. Néanmoins, ma recherche n’a pas pour simple objectif de confirmer des théories d’autrui. L’infirmation est plus considérable étant donné qu’elle nous pousse à chercher notre propre explication. Comme dans mon dossier, j’ai finalement trouvé que l’erreur de la forme du passé composé de cet apprenant ne concerne pas une influence translinguistique mais une compétence non-acquise. De plus, nous ne pouvons pas prévoir toutes les erreurs d’apprenant puisqu’elles peuvent se produire différemment selon les individus.

De ce fait, j’espère pouvoir découvrir de nouveaux phénomènes acquisitionnels et explications.

 

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Lecture et réflexion du livre : Stratégies de communication

Selon Faerche et Kasper, il existe en total deux catégories de stratégies de communication chez les apprenants de langues : les stratégies de réduction et les stratégies de résolution. Néanmoins d’après mes expériences personnelles, la distinction entre ces deux catégories n’est pas si évidente.

Dans Stratégies de communications, les auteurs considèrent que l’apprenant qui « réduit le but communicatif afin d’éviter un problème » (Faerche et Kasper, 1983 : 52) emploie une stratégie de réduction fonctionnelle. Pourtant celui qui « tente de résoudre le problème en élargissant ses ressources communicatives » (ibid.) choisit une stratégie de résolution. Par exemple au lieu de dire « j’ai … (*faim) », l’apprenant pourrait énoncer « je veux manger ».

En revanche selon moi, les stratégies de l’apprenant sont tellement complexes qu’il semble insuffisant de les catégoriser par les deux définitions ci-dessus. Lorsqu’un apprenant restructure ses phrases en raison d’un niveau linguistique insuffisant, il réduit probablement dans un but communicatif. Imaginons l’énoncé « J’aimerais que tu fasses la vaisselle ». Afin d’éviter le problème de subjonctif, l’apprenant pourrait dire « Tu peux faire la vaisselle ? ». Il résout le problème présenté par la possession insuffisante de ressources linguistiques tout en réduisant le but communicatif : nous pouvons remarquer une réduction de politesse dans le deuxième énoncé.

Mon mémoire de master analysera la production écrite des apprenants chinois. Il est plus difficile d’observer les stratégies de communication des apprenants par rapport à la production orale. En production orale, je peux observer leurs stratégies adoptée, par exemple s’ils arrêtent une phrase en cours d’énonciation, répètent certains mots ou énoncent avec des expressions incertaines accompagnées d’une intonation montante. Pourtant dans la production écrite, les remarques sont moins visibles. Grâce à la proposition de ma collègue JIE Junlan, je compte également analyser le brouillon des apprenants. En effet avec ce brouillon, je peux trouver plus facilement l’influence translinguistique ainsi que les stratégies de communication dans la production écrite.

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Compte rendu « Le français et la Chine : hier, aujourd’hui et demain »

Je vous présente un compte rendu sur le thème « Le français et la Chine : hier, aujourd’hui et demain » exposé par CHEN Wei de l’Université des études internationales de Shanghai, qui a eu lieu le 4 décembre au colloque Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanites.

Chen W. a présenté dans un premier temps l’histoire des études de la langue française en Chine. Dans un deuxième temps, il a montré la situation actuelle de ces études puis, dans un troisième temps, il a brièvement partagé ses idées sur l’avenir du français en Chine.

  1. L’histoire de l’étude du français en Chine

En chine, l’enseignement du français a commencé dès le 19e siècle et, avant la révolution chinoise en 1927, le français était la 3e langue enseignée, après l’anglais et le russe. Cependant, pendant la révolution entre 1927 et 1949, l’enseignement des langues a été interrompu, ce qui a résulté en un manque d’expert de langues en Chine à la fin de la révolution.

En 1956 l’état chinois a décidé de diversifier l’enseignement de langues : sept universités chinoises ont alors été dotées d’un département du français. De 1949 à 1978, en raison de la politique chinoise, l’enseignement du français rencontre une crise causée par la langue russe. Toutefois, suite à l’ouverture de la Chine, une ambiance favorable à l’enseignement de langues étrangères s’installe. Le gouvernement chinois a encouragé l’enseignement du français dans des buts diplomatiques. En 1993, un programme a même favorisé le développement du français du fait que la France était le premier pays occidental à accueillir la Chine diplomatiquement.

  1. Les études actuelles du français en Chine

Au 21e siècle, la Chine connait une grande croissance d’universités, avec en moyenne sept universités ouvrant leur porte au français chaque année.

Les apprenants chinois ont une bonne image de la langue française et leurs motivations pour l’apprendre sont diverses. Neuf étudiants sur dix considèrent cette langue comme étant la plus belle du monde. Ils estiment que la France, ainsi que sa langue, est romantique. Certains étudiants chinois sont également attirés par la littérature et l’art français. De plus, le marché commercial entre la Chine et la France motive maints chinois à apprendre le français.

  1. Le français en Chine dans le futur

Le français est considéré comme « une petite langue » en Chine par rapport à la langue anglaise. En raison du manque du temps, Chen W. n’a pas partagé toutes ses idées sur l’avenir du français en Chine. Il a cependant présenté brièvement la crise de cette langue causée par l’impact d’anglais. Chen W. montre que les employés  communiquent majoritairement en anglais dans les entreprises internationales, y compris dans les entreprises françaises.

 

Jingjie

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Plan du mémoire de recherche : une esquisse

Ce plan est très loin d’être exhaustif, il me permet seulement de poser quelques titres auxquels j’ai déjà référés dans mes dossiers de recherche et également d’asseoir quelques pistes de réflexions ultérieures. Ils sont donc susceptibles d’être modifiés en fonction de l’avancée de mes investigations.

-Introduction

-La littérature de jeunesse : une discipline en plein expansion

-Définition de la littérature de jeunesse

-La littérature de jeunesse dans le temps (évolution chronologique)

-Qu’est-ce qu’un album de jeunesse ?

-Intérêt des livres de jeunesse

-L’enseignement de la littérature de jeunesse au primaire

-Les albums de jeunesse en classe de FLE

-Le rapport entre le plurilinguisme et les albums

-L’interaction entre texte et image dans l’apprentissage du FLE

-Le concept d’oralité dans les albums

-Choix des entretiens

-Analyse des entretiens

-Conclusion

-Bibliographie

-Annexes

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Salon du travail et de la mobilité professionnelle

Lieu : Paris
Vendredi 19 et samedi 20 janvier.
Organisée par l’Etudiant, Libération et BFM Business, la 4ème édition du Salon du Travail et de la Mobilité Professionnelle se tiendra à la Grande Halle de la Villette – Paris de 10H à 18h

http://www.salondutravail.fr/

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche

 

Ce colloque a eu lieu à l’Amphi Durkheim, le 1er décembre, 2017. Il interrogeait les écrits produits par les étudiants du master didactique du FLE et des langues co-habilité et les doctorants. La réflexion consiste à la réflexivité sur les savoirs en construction et il centre aussi sur les processus de professionnalisation et d’entrée dans le métier. En même temps, Les contributions apportaient des éclaircissement sur les cohérences méthodologiques et épistémologiques des parcours de formation et les enjeux d’un Portfolio de formation par la recherche en tant que résultante du Projet FARR.

Continuer la lecture de Compte rendu du colloque : Circulation des savoirs : écriture(s) et réflexivité dans la formation et la recherche

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts